Navigation – Plan du site

Le numérique territorial en ses lieux

De la nécessité des études de cas
Henry Bakis
p. 149-168

Texte intégral

Remerciements à Philippe Vidal pour la discussion que nous avons eue à propos de cet article et pour ses suggestions pertinentes.

1De nombreuses définitions ont été données à la géographie. Dire que la géographie, c’est d’abord l’étude de l’hétérogénéité spatiale, permet de rendre compte d’une part importante de la fonction et de l’utilité de cette discipline à l’intérieur des sciences humaines, sociales, économiques et politiques. Les différents types de savoirs géographiques sont mis à profit pour comprendre l’hétérogénéité spatiale et les aménageurs sous l’impulsion des acteurs politiques, tentent de réduire cette hétérogénéité dans la mesure du possible.

  • 1 Voir son ouvrage The Medium is the Message (paru en 1967).
  • 2 Voir son ouvrage Empire et Communications, Oxford, Clarendon Press, 1950.

2Les effets spatiaux impliqués par le développement des réseaux de télécommunications et leurs usages sont d’une grande complexité : à la fois vecteurs de plus grande homogénéité et de plus grande hétérogénéité. On a beaucoup appréhendé le rôle des télécommunications sur la société, l’économie ou l’espace à l’échelle mondiale ou continentale. Certes, communications et médias participent à l’homogénéisation du monde. On a parlé de village planétaire (Global Village de Marshall Mc LUHAN1). L’évolution des communications et des télécommunications participe aussi au développement des empires et civilisations (analyses d’Harold INNIS2), voire à la diffusion et au façonnage de la culture et des modes de vie. Elle entretient d’évidents rapports avec la mondialisation. Pourtant, à côté de cette certaine homogénéisation, les communications suscitent également des différences et sont l’origine du renforcement de l’hétérogénéité de notre monde sous des angles divers (sur la société, l’économie ou l’espace). Cela malgré des similitudes et des usages présentant souvent les mêmes caractéristiques.

3Les études de cas sont indispensables pour l’évolution des approches théoriques. C’est évidemment le cas, en géographie, et par voie de conséquence, dans la sous-discipline qu’est la géographie des technologies de l’information et de la communication.

4Aussi consacrerons-nous tout ce numéro à des études de cas. Cet article introductif présentera d’abord la place des études de cas au sein de la réflexion géographique initiale en matière de télécommunications et plus généralement de TIC. Il soulignera le fait que grâce au travail éditorial de tous ceux qui ont participé aux activités de la revue Netcom depuis 1987, un important gisement d’informations et d’études de cas sont à la disposition des chercheurs. Nous terminerons en relevant quelques perspectives pour cette sous-discipline qui se situe à un tournant compte tenu de la reconnaissance aujourd’hui générale de l’importance de la thématique TIC pour les territoires. L’expression-même de « développement numérique » ne s’est-elle pas répandue (à tort ou à raison, mais cela est un autre sujet) dans les milieux de l’aménagement ?

La place des études de cas en géographie des TIC

5Les études de cas revêtent une importance majeure. Ces études de cas participent à la démonstration des hypothèses de recherche. Elles constituent le point de départ indispensable dans tous les champs thématiques des sciences sociales, en étroite relation avec la définition d’un cadre théorique et d’une solide problématique de recherche. C’est vrai notamment en géographie humaine, économique et régionale. Cette attention permettra de mieux apprécier le rôle concret des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) en matière d’organisation de l’espace et de développement numérique.

6Il y a vingt ans, les études de cas provenaient de projets et expérimentations appuyés par des budgets spécifiques. Il nous semble urgent de recentrer l’analyse sur des études de cas, de revenir au terrain, pour analyser les faits et décrire des situations concrètes. Leur importance est évidente face au manque de données que peuvent pallier des enquêtes et analyses minutieuses au niveau local. Il s’agit de réunir les éléments indispensables pour administrer la preuve de ce rôle sur le territoire, pour valider les hypothèses des chercheurs en géographie des TIC.

Les études de terrain et l’expérimentation par les opérateurs

7Les premières études de terrain menées par les opérateurs de télécommunications ont permis d’apprécier le contexte technique et commercial des réseaux, produits et services de TIC. Ils ont assez peu apporté de preuves en revanche sur leurs implications pour les territoires concernés.

8Des terrains ont été mobilisés par diverses expériences et expérimentations télématiques ou numériques en France, dans les années 1980 et 1990. Ces expérimentations ont donné lieu à des couvertures médiatiques. Citons par exemple Vélizy, Biarritz. Il s’agissait de territoires choisis comme référence pour des équipements ou des services alors d’avant-garde, cela dans le cadre de collectivités locales françaises.

  • 3 Versailles, Vélizy-Villacoublay, Jouy-en-Josas, Buc, Bièvres et Les Loges-en-Josas.
  • 4 Les foyers ont reçu un terminal Vidéotex (Minitel). Cette expérimentation est fameuse notamment par (...)

9L’expérimentation de Vélizy a concerné 2500 foyers volontaires de Vélizy et ses environs3 à l’automne 1980, alors que quelque 200 fournisseurs (banque, transports, annuaires téléphoniques gratuits, presse, vente par correspondance, messagerie) permettaient d’évaluer l’intérêt du public pour des services variés4. Cette expérience (qui a pris fin en 1994) a contribué à la naissance de la télématique grand public en France et au succès du Minitel (1982).

10L’expérimentation « Biarritz Fibre Optique » a été lancée en juillet 1983 et inaugurée en mai 1984. Par la connexion à la fibre optique de 1300 foyers, 150 lieux institutionnels et 50 sites promotionnels et divers services nouveaux étaient créés : 15 chaînes de télévision, téléphone, Minitel, vidéo à la demande et visiophone. Cette expérimentation a duré dix ans5.

11Parmi ces réalisations d’avant-garde citons celle du village de Chooz (Ardennes) situé dans une zone d’ombre ne pouvait capter convenablement ni la télévision ni l’internet6. La municipalité le présente aujourd’hui comme un « village numérique » suite à la mise en place, depuis 1993, de réseaux câblés (câble et Internet haut débit) et d’une politique TIC (usages, expérience de télé-contrôle des maisons « intelligentes »).

  • 7 Voir : BAKIS H. & VIDAL Ph. (2010). On retrouve encore cette vision dans des ouvrages ultérieurs te (...)

12En quelque sorte, à côté de résultats concrets tirés de ces expérimentations (résultats d’ordre techniques ou marketing) les évaluations relevant des implications spatiales sont restées faibles voire inexistantes (en dehors de celles relevant des préoccupations techniques). Aucun géographe ne faisant partie des équipes chargées de l’évaluation des expérimentations, les effets spatiaux des TIC n’étaient pas pris en compte. A cette époque, les prospectivistes versaient dans des visions de l’espace où régnaient l’homogénéité et la fin des disparités: les mythes restaient omniprésents7. Il semblait évident que le développement des TIC mènerait à une déterritorialision généralisée (du travail et du commerce, de la sociabilité et des loisirs) accélérée par la baisse des coûts et la diversification des formes de communication (voix, données, textes, photographies, films).

La revanche du territoire

13Succédant au foisonnement d’initiatives médiatiques des années 1980 et 1990, diverses réalisations de réseaux supportant des usages variés ont été mises en œuvre par des collectivités territoriales dans les années 2000.

  • 8 FREMONT-VANACORE Anne (2002, 2004), ULLMANN Charlotte (2007).

14Ces années semblent devoir être celles de la généralisation avec des investissements plus nombreux dans différents sites et dans un contexte législatif et réglementaire laissant une grande marge de manœuvre aux collectivités territoriales à leurs divers échelons (communes, départements, régions)8.

  • 9 CLAISSE Gérard (1997).

15Ces expérimentations ont alimenté la réflexion des géographes qui se sont penchés sur l’analyse de plusieurs cas. Aussi, les effets spatiaux des TIC ont-ils été pris en compte. De ce fait, cette période est celle de l’effacement des mythes ayant initialement alimenté l’imaginaire des prospectivistes. Un ouvrage critique de Gérard Claisse, notamment, dénonce les trois principaux mythes produits par les discours dominants sur la société de l’information : ubiquité, convivialité et progrès9.

  • 10 Le Projet initial ‘Ville numérisée’ visait à cerner l’appropriation des NTIC par les usagers ainsi (...)

16La commune de Parthenay (Région Poitou-Charentes, France) a été l’objet de plusieurs projets expérimentaux en matière de TIC dans le contexte démocratie participative alors à la mode10 ; aujourd’hui la densité des services en ligne est importante.

  • 11 FOURNIER Nicole (1998); CHIABAUT Katia (2002).
  • 12 KLEIN Jean-Louis (1998), pp. 93-107 ; CORMINBOEUF Bernard (1998), pp. 209-234.
  • 13 KLEIN Jean-Louis (1998), pp. 93-107 ; PILLON Valérie (1998), pp. 153-172.

17On signalera à titre d’exemples quelques autres terrains ayant donné lieu à ce genre d’analyses : Castres-Mazamet (France)11, La Saguenay-Lac-Saint-Jean (Québec)12, la région de l’Outaouais (Québec)13. Ces études de terrains ont permis ce que l’on peut désigner comme « la revanche du territoire » sur les représentations mythiques d’un futur où les TIC imposeraient leurs effets isotropiques et quasi-ubiquitaires. Les territoires étaient alors libérés de conceptions marquées par le déterminisme technologique et débouchant sur l’homogénéité spatiale.

La nécessité de renouer avec le terrain

  • 14 BAKIS Henry (1997), “From Geospace to Geocyberspace, Territories and Teleinteraction”, In: ROCHE E. (...)

18Les techniques évoluent vite, tout comme leur appropriation effective par les usagers. Faut-il pour autant formuler l’hypothèse que ces évolutions pourraient redonner une certaine vigueur aux mythes formulés initialement ? Certaines idées ont été réfutées mais aujourd’hui, l’efficacité des relations à distance, la réalité des réseaux sociaux, la naissance de l’espace virtuel et des communautés numériques (par exemple), pourraient-elles ressusciter les mythes initiaux, en leur donnant une certaine vraisemblance ? Les études de cas permettront une fois de plus, de faire la part des choses. De distinguer entre ce qui reste de l’ordre du mythe (absence d’hétérogénéité spatiale) et ce qui ressort des nouveaux attributs du géocyberespace14.

  • 15 Particulièrement précieuses compte tenu des pratiques de confidentialité mises en œuvre par les opé (...)

19Le fait même de prôner aujourd’hui le développement des études de cas est aussi, sans doute, un aveu de faiblesse de l’état de notre sous-discipline. Loin d’offrir des solutions universelles, le traitement systématique d’études de cas aura le mérite de permettre la collection d’une masse d’informations brutes15, rendant possible des analyses comparatives et la mise à jour de différences irréductibles…

20C’est la raison pour laquelle ce numéro sera consacré à cette approche : il nous a semblé judicieux d’initier un bilan et une réflexion autour du résultat d’études de cas.

Un patrimoine à explorer et exploiter

  • 16 Outre Netcom, il convient de citer Flux, et diverses revues qui ont publié des numéros spéciaux sur (...)

21Depuis l’émergence de la géographie des Technologies de l’Information et de la Communication (au milieu des années 1970, de nombreuses recherches ont présenté des études de cas (mémoires de maîtrise, de DEA, de Master ; thèses ; revues16).

  • 17 Constituée les premières années aux membres de la commission spécialisée de l’Union Géographique In (...)

22Parmi les publications périodiques, la revue Netcom occupe une place à part car sa thématique est précisément centrée sur TIC et territoires. Dès la publication de son premier numéro en janvier 1987, le cap tenu était celui de l’ouverture dans le contexte précis des territoires et des TIC : ouverture aux chercheurs venant de nombreux pays et de disciplines variées. Les approches étaient (et sont toujours) multidisciplinaires. Même si géographes et aménageurs étaient au premier rang sur le front de cette thématique, les lecteurs pouvaient consulter, dès les premiers numéros, des articles d’économistes, de sociologues, d’ingénieurs et de spécialistes de l’InfoCom. Tous étaient invités à partager les résultats de leurs travaux. Cela a permis la publication de synthèses, d’approches théoriques, mais aussi et surtout de nombreuses études de cas. A mesure que le champ disciplinaire se constituait et que les rangs des chercheurs impliqués dans ce type de recherches s’épaississait, le comité scientifique17 devenait de plus en plus sélectif, jusqu’au tournant du début des années 2000 avec la systématisation de l’évaluation des articles en double aveugle.

Vingt-cinq ans d’études de cas

23Depuis 1987 Netcom a rendu compte de nombreux développements en matière de télécommunications : implantation de réseaux sur les territoires ou en entreprises, multiplication d’applications et de services devenus aujourd’hui indispensable à la vie économique et sociale des territoires à toutes les échelles. Il y a là une ressource précieuse, d’autant que les auteurs viennent de nombreux pays.

24Il faudra un jour entreprendre l’examen détaillé du patrimoine scientifique patiemment réuni dans la littérature scientifique. Mais l’analyse systématique reste à faire. Donnons une mince indication de la richesse documentaire accumulée dans Netcom (mais là encore, l’analyse systématique reste à entreprendre).

  • 18 Nombreux sont les articles de Netcom portant sur cette thématique. Citons par exemple : VERLAQUE Ch (...)
  • 19 Rappelons, entre autres : “MUSCARA Calogero (1994), Satellites and political geography”, vol. 8, n° (...)
  • 20 CROCHART K., et al. (1987), « Le poids du relief dans l’organisation du service d’exploitation des (...)
  • 21 CELESTIN Monique (1987), « La presse régionale française et sa diffusion », Netcom, vol. 1, n°1 ; G (...)

25Les études théoriques ou générales ont été et restent toujours nécessaires. Netcom leur a fait une place certaine (et continuera à leur faire). Les problématiques territoriales des TIC ont naturellement fait l’objet de nombreuses réflexions théoriques (ou en partie théoriques). Certains articles se sont intéressés à la coexistence qui s’affirme entre l’espace géographique ordinaire (l’espace « réel », le « géospace ») d’une part, et l’espace virtuel d’autre part (cyberespace ou mieux, géocyberespace). La contribution des TIC à l’efficacité économique et à de nouvelles formes d’organisation spatiale n’est plus à prouver18. De nombreuses études de Netcom ont été publiées à ce propos. D’autres ont insisté sur les implications politiques ou culturelles des TIC19. Les relations entre les télécommunications et l’espace physique ont même été brièvement explorées20, quoique la vocation de Netcom réside principalement dans l’étude de l’espace économique et social. Bien avant la décision prise en 2012 de publier des numéros spéciaux de Netcom édités par des collègues des Sciences de l’Information, ces thématiques étaient prises en compte dès 1987, par exemple celle concernant l’étude des médias21.

26Certains numéros spéciaux décrivaient la situation à l’échelle de pays en Europe (Allemagne, Suède, Hongrie, Italie), en Asie (Corée du Sud, Chine, Inde) ou en Afrique (Sénégal). D’autres faisaient découvrir la montée en puissance des télécommunications ou leurs incidences sur les territoires en Europe, en Asie (Japon) ou exploraient les Amériques (Etats-Unis, Brésil, Argentine) ou l’Afrique (Nigéria, Côte d’Ivoire)… D’autres articles ont plongé au cœur de certaines activités (industrie, logistique, services, etc.) ; se sont intéressés à des réseaux spécifiques (satellites, câble, télévision, téléphone) ou à des terrains variés (tous les continents, les espaces ruraux ou urbains). Netcom a pu aussi témoigner (dès sa première décennie d’existence) de l’introduction des TIC dans le champ des préoccupations des collectivités territoriales.

27Dans l’état actuel de la géographie des TIC, et malgré l’important travail accompli depuis le début des années 1970, un nouveau chantier mérite d’être ouvert.

28Il s’agira de (re)découvrir les vertus de l’empirisme en s’intéressant à des études précisément localisées. Il ne s’agit certes pas d’un retour, voire d’une défense rétrograde à l’exceptionnalisme en géographie. Ce n’est pas de cela qu’il est question ici, évidemment, mais du lancement d’une démarche visant à rechercher systématiquement - et comprendre- les effets « hétérogénéisants » des TIC, sur la société, l’économie et l’espace, et ce à travers notamment, la collection d’informations de terrain.

29Consacrer le présent numéro à cette approche rend inévitable une certaine frustration: il ne sera pas possible de présenter des études représentatives des différentes catégories de cas et de terrains observables, ni de fournir une étude pour chaque type d’activités économiques. Nous ne cherchons pas, non plus, l’exhaustivité ! Nous assumons cependant ces inévitables limitations : un article de revue n’est pas un traité, ni un manuel devenu nécessaire aujourd’hui pour répondre au besoin croissant d’une synthèse sur ce champ encore et toujours nouveau (suite aux constantes innovations technologiques) mais suffisamment ancien pour que des constantes puissent être dégagées.

30Plus modestement on a regroupé dans ce numéro des études de cas d’où pourront surgir idées, et questions relatives aux modalités concrètes d’insertion des TIC dans l’espace (diverses applications, Internet et territoire à diverses échelles). Bien évidemment le travail d’accumulation des cas et les analyses correspondantes devront se poursuivre dans les numéros suivants, en même temps que se multiplieront des analyse comparatives.

Les études de cas confortent la théorisation

31Toutes les études de cas publiées dans les revues scientifiques contribuent à l’élaboration des théories et des réflexions de nature générale. Celles publiées dans Netcom ne font pas exception à la règle. Il faudra, dans l’avenir, recenser et évaluer la contribution des études de cas publiées dans Netcom sur l’élaboration de réflexions plus générales et les efforts de théorisation.

  • 22 Par ailleurs d’autres articles ont été plus directement théoriques ou qui ont visé à fournir des sy (...)

32Les quelques lignes qui suivent serviront d’incitation à l’analyse détaillée de Netcom et de la contribution à la pensée géographique des très nombreuses études de cas publiées depuis 198722.

  • 23 Jean-Marc OFFNER et Pierre ZEMBRI ont exploré la nature des réseaux « entre territoires fonctionnel (...)
  • 24 DUPUY Gabriel (1987), « L’Eurovision ou le conflit du réseau et des territoires », paru dans Netcom (...)

33Ainsi en est-il, d’abord pour les réseaux. Est-il besoin de le rappeler ici ? Le rôle du géographe et de l’aménageur ne concerne pas uniquement les surfaces mais aussi les réseaux à toutes les échelles comme l’a fort bien enseigné Gabriel Dupuy à travers son œuvre (1982, 1985, 1988, 1991). Une analyse des réseaux implique certes, leur répartition dans l’espace (infrastructures), mais aussi et à la fois, les relations entre les différents réseaux et les territoires considérés. Netcom a joué un rôle dans la naissance et l’affirmation d’une géographie des réseaux23. Gabriel Dupuy a pu offrir aux lecteurs de Netcom une analyse du cas de L’Eurovision, étude qu’il a sous-titrée : « le conflit du réseau et des territoires »24.

  • 25 Sur la notion de virtuel, voir : PROULX Serge et LATZKO-TOTH G. (2000), « la virtualité comme catég (...)
  • 26 Sur les nouvelles sociabilités, voir : CASILLI Antonio A. (2010), Les liaisons numériques : Vers un (...)
  • 27 Voir : DIMINESCU Dana (2012, Ed.), “Diasposas on the Web”, Social sciences information, vol. 51 n° (...)
  • 28 Voir. F. MUHEIN (2005) et dans ce numéro le texte de Sabrina MARCHANDISE.
  • 29 Voir VELTZ Pierre (1996) ; VELTZ P. et ROWE F. (1991, Eds.).

34Ainsi en est-il, aussi, des études de cas venant conforter l’élaboration de vues plus théoriques concernant la mondialisation, la logistique, l’e-gouvernance, les espaces virtuels25, la sociabilité26 et les communautés numériques (les TIC permettant une sorte de continuum social voire à un espace virtuel identitaire)27, les réseaux sociaux28, l’actualisation du concept d’espace géographique (géocyberespace), etc. Ces études de cas viendront enrichir les approches théoriques sur la nouvelle appropriation de l’espace à partir des usages Internet, sur les pratiques virtuelles favorisant la co-présence, sur les représentations de la territorialisation, les espaces migratoires, passage du territoire des réseaux aux territoires réticulaires (ou territoires en réseaux, des pôles interconnectés mettant en relation des acteurs et des lieux sans proximité territoriale)29.

Présentation du numéro

Les acteurs spatiaux sont demandeurs

35Malgré la croissance lente des effectifs de géographes ayant choisi d’instruire cette sous-discipline en cours de constitution, les chercheurs sont plus nombreux qu’il y a une vingtaine d’année. De même, on constate une augmentation du nombre des réunions scientifiques internationales où sont exposés des résultats de recherches dans ce domaine Territoires et TIC. Ces chercheurs trouvent des terrains originaux et produisent notamment des études de cas nouvelles permettant de considérer ce champ disciplinaire de manière plus large. Des études connexes menées par des économistes, des sociologues, des aménageurs, sont produites en réponse à des appels d’offres concernant les TIC d’institutions internationales ou d’opérateurs spatiaux. Cela contribue au financement d’équipes dont les compétences sont reconnues sur ces sujets ; au financement aussi de nouvelles équipes ou de jeunes chercheurs susceptibles de se spécialiser sur ces thématiques au terme d’un premier contrat.

36Ce numéro de Netcom présente trois articles qui relèvent de cette catégorie d’études de cas. Ils s’intéressent à l’utilisation des systèmes d’informations dans le cadre d’applications en relation avec le transport ou l’économie : sécurité routière (Piémont, Italie), gestion des crises (Pays-Bas ; Piémont, Italie), sécurité maritime (mers et océans, Méditerranée notamment).

  • 30 Voir dans ce numéro : STEENBRUGGEN John, NIJKAMP Peter, SMITS Jan M. & MOHABIR Ghaitrie, « Traffic (...)
  • 31 Les auteurs sont présentés (titres, fonctions, adresses, e-mail) en première page de leurs textes.

37La première étude de cas s’intéresse aux incidents de circulation et à la gestion des catastrophes aux Pays-Bas30. Co-signé par John STEENBRUGGEN, Peter NIJKAMP, Jan M. SMITS et Ghaitrie MOHABIR31, elle met notamment l’accent sur la nécessaire coordination des divers acteurs concourant à la sécurité routière et plus généralement à la gestion des crises et catastrophes. Ce besoin de coordination efficace des divers services d’urgence a été ressenti plus vivement encore à partir de l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les responsabilités locales en matière de sécurité qui implique une étroite entre acteurs. Les échanges d’information ainsi que la coopération entre divers services d’urgence sur les autoroutes (pompiers, police, services d’ambulance et de secours médicaux, professionnels du remorquage, de la réparation automobile) sans oublier les autorités de transport, les sociétés d’autoroutes et les compagnies d’assurance. Dans ce contexte, les systèmes d’information s’avèrent irremplaçables pour que différents services puissent échanger des informations et interagir avec plus d’efficacité. Des interactions coordonnées sont alors nécessaires entre divers acteurs, publics et privés. L’étude de cas vient donc illustrer une utilisation fondamentale des TIC en relation avec les transports et l’organisation des secours aux blessés.

  • 32 Voir dans ce numéro : OCCELLI Sylvie, « Monitoring road safety in an information wired environment: (...)

38Le deuxième article de cette livraison traite de la planification de la sécurité routière dans la région Piémont, Italie. Signée par Sylvie OCCELLI32, elle décrit un système d’information pour la sécurité routière et sa mise en place. Cette étude de cas vient illustrer les progressives transformations des territoires grâce à l’introduction continue des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces dernières suscitent des flux d’informations et de connaissances qui jouent un rôle décisif en ce sens.

  • 33 Voir dans ce numéro : FOURNIER Mélanie, « Les TIC et la surveillance des zones maritimes sensibles. (...)
  • 34 BAKIS Henry (1987), Géopolitique de l’information, PUF, Collection Que sais-je?, Paris, 127 p.
  • 35 BAKIS Henry (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », L’Information Histori (...)

39Le troisième article, signé par Mélanie FOURNIER33, est, entre autre, une étude de cas relevant de la géopolitique de l’information34. La surveillance des espaces maritimes n’a pas attendu les TIC pour être pratiquée et c’est même dans cette perspective que des systèmes de télécommunications optiques ont été développés dès la première moitié du 19ème siècle (télégraphe Chappe, télégraphie Dupillon35). Aujourd’hui, nombreux sont les Systèmes d’Information Maritimes (SI) utilisés, nés initialement dans d’autres contextes (aéroportuaire, commercial). Ces outils ont migré et ont été adaptés dans le contexte maritime suite à l’importance de la circulation maritime (aspects stratégiques, croissance des volumes transportés, standardisation des processus régissant les chaînes logistiques globales, conteneurisation). Il est ainsi possible de voir et savoir grâce à des moyens variés : satellites, caméras thermiques, scanners, caméras infrarouges, drones, bases de données, logiciels, interfaces graphiques en ligne, etc. La disponibilité de ces moyens permet une meilleure efficacité et des temps de réactions particulièrement brefs aux acteurs opérationnels (du moins si les systèmes techniques sont convenablement exploités par les êtres humains qui les ont mis en place). Il s’agit certes, de rassembler des données, mais aussi de les analyser de manière pertinente afin d’aider à la prise de décision et à l’action. Le contexte sécuritaire a contribué à l’évolution de ces applications maritimes (accidents, échouages, pollutions, attentats et risques terroristes) et ces SI sont utilisés à bord des navires, dans les ports, les sémaphores, et des structures dédiées. Les systèmes d’information des acteurs publics ou privés (gouvernementaux, régionaux, européens, internationaux,) servent ici comme ailleurs à toutes les échelles : locales (ports, etc.), régionales (espaces dans la limite des eaux territoriales, golfes, etc.), nationales et globales (routes maritimes et océaniques) afin de mieux anticiper. Comme dans les deux articles précédents, cette étude de cas révèle la construction de systèmes d’information efficaces ; ces systèmes sont devenus des outils majeurs de la surveillance des territoires en vue de la sécurité nationale et internationale. Car les espaces maritimes sont, tout comme les espaces continentaux, des espaces d’interactions. Ils mettent en relation des flux et des réseaux d’informations commerciaux, civils et militaires, ainsi que des réseaux illégaux. Lorsque l’on se penche sur la surveillance maritime et sur le rôle de l’information en tant qu’instrument de pouvoir, on se penche alors sur l’étude des rapports de forces pour le contrôle et l’utilisation de ces territoires. Il est intéressant de vérifier par cette étude de cas l’importance prise par les systèmes d’information et les TIC dans ce contexte.

Les TIC : généralisation et hétérogénéité

Généralisation

  • 36 BAKIS H. & VIDAL P. (2010), « Geography of information society », chapter 5, pp. 71-87, In: REBER B (...)

40Certains terrains sont emblématiques d’une certaine banalisation du numérique36. Ainsi en est-il de Montpellier avec ses infrastructures de Haut débit (et, plus encore peut-être par son Open Data) et du phénomène des smart cities.

  • 37 Alors que les articles de Netcom sont soumis au comité de lecture pour analyse en double aveugle, n (...)
  • 38 Voir dans ce numéro : BAKIS H. & DUPUY G., introduction à une note documentaire : « A propos de la  (...)
  • 39 Voir dans ce numéro : STRATIGEA Anastasia, “Smart Cities for Community Development: The Greek Exper (...)

41Parmi les autres terrains plus récents mais tout aussi emblématiques d’une certaine banalisation du numérique figurent les terrains relatifs aux « smart cities ». Aussi a-t-il semblé intéressant de compléter ce numéro de Netcom par une note documentaire37 qui présente une notion avancée par des institutions internationales dans le contexte de l’innovation économique et territoriale : les « Villes intelligentes » (Smart cities). Les études de cas trouvent de franches limites lorsqu’elles s’appuient sur des notions technocratiques n’ayant pas nécessairement une pertinence en termes de TIC, d’échelles géographiques, d’acteurs. Il faut être conscient en effet des limites des dites notions ainsi que des intérêts des acteurs concernés. Cette notion de « Villes intelligentes » n’a rien d’un concept scientifiquement recevable mais l’action volontariste qui l’entoure et sa promotion active laissent des traces. Aussi semble-t-il opportun de situer le statut scientifique de ce type de notes documentaires et d’ouvrir le débat sur les notions et études de ce type. Netcom contribue ici au débat en cadrant une note documentaire38 sur le cas grec par une mise en contexte de Gabriel DUPUY et de l’auteur de ces lignes. Le matériel documentaire sur le cas grec est dû à Anastasia STRATIGEA39 ; il est publié à la suite de l’introduction pour permettre à chacun de disposer des éléments d’information nécessaires et se faire soi-même une idée sur l’intérêt du sujet et sur la manière de traiter ce type d’objets promus par des institutions. Peut-être, sera-t-il possible de poursuivre le débat dans les numéros suivants, à propos de cette notion de « villes intelligentes » (ou d’autres notions) ?

42A côté de ces expérimentations initiées par des institutions, des études de cas ont été lancées et menées à bien par divers chercheurs.

43Aujourd’hui, le retour sur ces terrains étudiés autrefois serait très intéressant. Le retour au terrain est pertinent même sur des territoires qui ont été l’objet d’études de cas dans le passé. Cela est une évidence pour les différents domaines de la géographie : les choses évoluent, depuis les activités jusqu’à la démographie, depuis les aménités jusqu’à la qualité des services à la population et aux entreprises (capital risque, recherche développement, etc.). Car un même type de questionnement que celui posé il y a vingt ans ne renvoie pas nécessairement aux mêmes types de réponses en terme par exemple d’infrastructures ou de gouvernance. Evoquer les TIC, c’est parler d’un domaine qui évolue rapidement. Les situations sont, plus encore que dans d’autres domaines de la géographie, toujours en mouvement. Les technologies ont évolué, les usages se sont développés. La nature des services est devenue plus importante que la simple disponibilité des infrastructures.

Hétérogénéité

44Prenons quelques exemples sans qu’il soit nécessaire ici d’entrer dans le détail.

Le premier peut être trouvé dans l’accroissement des différences entre villes de rang hiérarchique différent. Les TIC contribuent à l’hétérogénéisation des lieux du fait de la variabilité de la disponibilité, de la nature et de la technicité des infrastructures et des services. On a beaucoup parlé de la tendance à l’homogénéisation qui aurait été le but de la diffusion progressive des réseaux. Si on parlait de la diffusion d’un service donné une fois pour toute, peut-être aurait-on pu accorder quelque crédit à cette espérance. Mais tel n’est pas le cas. Les TIC sont constitués d’un ensemble d’objets techniques et de services, faisant appels à des technologies et des réseaux variés en évolution rapide. Le téléphone fixe est un des réseaux et service les mieux diffusés en Europe occidentale ; il n’est cependant plus pertinent comme indicateur d’homogénéité de l’équipement des lieux en TIC car à côté du téléphone fixe, il faudrait vérifier la présence d’une importante batterie de produits, réseaux et services. De plus, certains réseaux de très haut débit ne peuvent être disponibles sur l’ensemble du territoire dès leur lancement commercial. Certains lieux seront favorisés (ceux correspondant aux marchés les plus solvables, notamment). Alors que les services téléphoniques courants sont disponibles sur la presque totalité de la surface des pays développés, il n’en va pas de même pour les services de télécommunications les plus avancés. Ainsi en est-il pour les infrastructures permettant les télécommunications à large bande. Ces derniers sont offerts parcimonieusement dans les zones où leur rentabilité n’est pas évidente dans les pays développés. En la matière, les opérateurs télécoms privés sont moins motivés que les services publics d’avant la déréglementation. Ceci est vrai plus généralement pour les services les plus gourmands en investissements et peu productifs en termes de retours sur investissements.

  • 40 Voir dans ce numéro : ARAI Yoshio, NAGANUMA Sae & SATAKE Yasukazu, « Broadband policies for limited (...)

45Cette problématique se pose dans les pays développés au moins et nous l’illustrerons par deux exemples ; l’un au Japon, l’autre en France (Montpellier). L’étude de Yoshio ARAI, Sae NAGANUMA & Yasukazu SATAKE s’intéresse justement à ce pays40. Les auteurs analysent les politiques des institutions locales en matière d’infrastructures à larges bande pour les zones ayant un accès limité à Internet.

  • 41 Voir dans ce numéro : BAKIS Henry & SCHON Alexandre, « Ville de la connaissance et terreau numériqu (...)

46Les infrastructures numériques et, au-delà, l’accessibilité et si possible le développement numérique sont des enjeux premiers pour les collectivités locales. C’est également le sujet des politiques de câblage menées par des institutions locales qu’explore l’article de Henry BAKIS et Alexandre SCHON41. Le développement des infrastructures numériques est-il favorisé par l’existence d’un « terreau » favorable, une sorte de culture des services et des réseaux que développeraient certains lieux ? Une étude de cas présente les anciennes relations que Montpellier a tissées avec les services mais aussi avec les réseaux électroniques. Les auteurs ont étudié la région métropolitaine de Montpellier, France. Cette métropole régionale arrive en deuxième position pour l’implantation d’entreprises innovantes en France. Ils tentent de mettre en évidence les aménagements visant au développement d’infrastructures numériques dans l’Agglomération en étroite relation avec les lieux d’activités de services et les parcs innovants. La Municipalité et l’Agglomération de Montpellier, ainsi que la Région du Languedoc-Roussillon disposent aujourd’hui d’un important patrimoine en fourreaux surnuméraires, et d’un bon positionnement dans les treillages numériques qui traversent cette région. D’autres acteurs venus se greffer en complément minoritaires de cette initiative municipale ont parachevé la numérisation de Montpellier. Cette étude de cas permet de comprendre que des stratégies d’aménagements numériques opportunistes au départ peuvent s’inscrire ensuite dans un projet de territoire plus global. Si, comme dans le cas étudié, la puissance publique locale sait coordonner ses aménagements, le résultat peut être positif au service de l’économie locale et régionale.

47L’hétérogénéité s’explique parce que l’effet des TIC est paradoxal : il devrait disperser les activités (tendant à homogénéiser l’espace) qui produisent des espaces hautement spécialisés regroupant sur de petites surfaces, des activités de hautes technologies : technopoles, téléports, incubateurs… Or, tel n’est pas le cas. Le phénomène des Métropoles peut aussi être mis en relation avec l’avivement des différences spatiales entre certains lieux et leurs périphéries proches ou plus lointaines.

  • 42 Voir dans ce numéro : HASHIMOTO Kenji, « Elderly-people business of the peripheral areas using the (...)
  • 43 Réalisé par Osamu MINORIKAWA (2012), “人生、いろどり (Jinsei, Irodori)”, fiction de 112 minutes, sortie au (...)

48La réalité des effets des TIC et de leur importance pour les acteurs, sont illustrés par Kenji HASHIMOTO42. Son article expose un cas instructif où la mise en œuvre d’infrastructures et de services de TIC a permis à une petite localité de développer une activité d’agro-business à Kamikatsu (Japon) où 48% de la population se compose de personnes âgées. Les lecteurs japonais de cet article pourront s’imprégner de l’atmosphère du terrain de cette étude de cas en visionnant un film présentant le contexte social (reconversion des activités du village étudié)43.

  • 44 « À Alaba en périphérie de Lagos, un énorme marché électronique international s’est créé spontanéme (...)
  • 45 KOOLHAAS Rem (2000), “Lagos, Harvard project on the city”, In: Mutations, ACTAR, Centre d’architect (...)
  • 46 MANACH Jean-Marc (2005), ibid.

49Ces contrastes ne sont pas observables seulement dans les pays développés ; on commence à en constater dans certains pays « en développement », en Afrique de l’Ouest par exemple. Le cas d’Alaba dans la périphérie de Lagos (Nigéria) apparaît comme un nouveau modèle de ville, la « ville monde informelle » née des TIC44 ou même le « paradigme du modèle futur de la « ville monde » produite par la société de l’information » pour l’urbaniste Rem KOOLHAAS45. On y voit « partout, des antennes de trente mètres de haut [qui] surgissent des entrepôts-boutiques du marché. D’énormes antennes paraboliques trônent de façon précaire sur les toits frêles »46. Il serait intéressant de disposer de quelques études de cas mettant le doigt sur ce type de phénomène, dans un sens ou dans l’autre.

  • 47 Voir dans ce numéro : LOUKOU Alain François, « La diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire : obstac (...)

50C’est à ce besoin d’illustration que vient répondre dans ce numéro de Netcom l’étude sur l’Internet en Côte d’Ivoire. Les pays du Sud connaissent des freins variés au développement ; les espoirs placés dans les TIC en vue de renverser la tendance - ou de contribuer à le faire - sont contrariés car des obstacles sérieux s’opposent parfois à la diffusion des usages de l’Internet. L’article suivant examine cette situation, les obstacles à la diffusion de l’Internet dans le cas d’un pays du Sud (la Côte d’Ivoire). Signé par Alain François LOUKOU, il décrit un terrain non représenté ailleurs dans ce numéro : l’Afrique de l’Ouest47. L’auteur constate d’abord que l’expansion d’Internet n’est pas similaire à celle du téléphone mobile cellulaire. Alors que ce dernier a connu un boom phénoménal en Côte d’Ivoire (et en Afrique de façon générale), l’usage d’Internet est moins rapide comme en témoignent tous les indicateurs de diffusion bien médiocres aujourd’hui. Un exemple : la plupart des villes du pays ne sont pas connectées au réseau. Là où le réseau existe, la plupart des ménages, des entreprises et des services administratifs ne sont pas encore connectés. L’auteur relève que l’Internet ivoirien s’articule surtout autour des cybercafés (principaux vecteurs de diffusion) et de quelques grandes villes du pays dont, surtout, Abidjan, sa capitale économique. L’auteur s’est donc intéressé aux obstacles à la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire, il montre aussi les implications découlant de cet état de fait.

51Ainsi, avec (et malgré) l’équipement des territoires en infrastructures de communications et le développement de services diversifiés, l’espace reste différencié : à l’hétérogénéité des territoires correspondent des niveaux d’équipements hétérogènes.

  • 48 Zone à urbaniser en priorité faisant partie de la commune de Mantes-la-Jolie.
  • 49 Voir BAKIS H., Télécommunications et quartiers défavorisés. Étude pour l’Observatoire des Télécommu (...)
  • 50 Le développement des technologies a permis la réception d’émission de télévision d’origines diverse (...)

52C’est à ce même besoin d’illustration que viendrait opportunément répondre une étude que de cas que nous n’avons pas pu trouver (mais peut-être n’existe-t-elle pas ?) qui aurait actualisé notre analyse du cas du quartier du Val-Fourré48 en relation avec les infrastructures et les usages de télécommunications49. Il s’agissait alors de remédier à une insuffisante prise en compte des besoins (par exemple quantitatifs en matière de cabines téléphoniques). Ce qui animait les acteurs politiques, c’était la croyance dans le pouvoir des technologies, et la certitude que leur action permettrait de mieux équiper ces quartiers et de permettre la diffusion des usages des TIC, ce qui déboucherait inévitablement sur une réelle satisfaction et une meilleure intégration des habitants. Aujourd’hui, près de vingt-cinq ans plus tard, l’analyse serait bien différente50.

  • 51 Voir dans ce numéro : KLEIN Juan-Luis  & HUANG Ping, « L’espace numérique, un enjeu pour les collec (...)

53Juan-Luis KLEIN & Ping HUANG ont mené à bien une étude de cas sur une collectivité locale de Montréal51. Les auteurs ont étudié la Pointe-Saint-Charles (un des quartiers appauvris de Montréal) et plus particulièrement le Carrefour d’éducation populaire ce quartier qui œuvre depuis plus de 40 ans dans le domaine de l’alphabétisation et qui s’est saisi de l’internet et de ses applications pour assurer la réussite de ses projets d’éducation populaire. Ils démontrent que les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont un enjeu pour les collectivités locales car elles favorisent l’émergence de nouvelles territorialités, de nouveaux liens sociaux et de nouvelles possibilités de communication, de partage et de collaboration. Pourtant, des inégalités territoriales nouvelles viennent s’ajouter à celles qui existent par ailleurs (revenus, etc.). On parle à cet égard de « fracture numérique ». Des organisations communautaires locales tentent de combattre les inégalités résultant de cette fracture afin de reconstruire la cohésion sociale ; elles utilisent aussi les TIC comme un moyen d’intégration, de lutte contre l’exclusion numérique qu’elle provoque.

54Ainsi, les études de cas peuvent explorer l’hétérogénéité spatiale. Une hétérogénéité qui ne fait pas que se maintenir et se perpétuer : elle s’accentue plus encore parce que l’équipement-même en réseaux de communications est un vecteur possible de développement économique. Les acteurs territoriaux ont adopté l’expression de « développement numérique ». Les chercheurs, sans récuser ce terme, ont conscience que le développement économique ne suit pas nécessairement la mise à disposition des infrastructures numériques car bien d’autres facteurs interviennent dans l’équation complexe de la localisation des activités. En revanche, la mise à disposition des infrastructures dote incontestablement les territoires de réelles potentialités de développement.

55On constate donc l’accroissement des différences spatiales (entre Métropoles et villes d’un rang hiérarchique inférieur par exemple) alors que certains annonçaient une mythique homogénéisation du monde et la « fin de la géographie ».

Mondialisation et espace local

56Par des études de cas de TIC dans les territoires, il est possible d’apprécier les effets globaux de la mondialisation tels qu’ils s’exercent et se modulent dans les espaces locaux. L’appropriation par le local est essentielle en effet. Si les TIC homogénéisent l’espace, elles agissent en même temps à toutes les autres échelles. Elles permettent de la sorte de construire du lien à un niveau transversal qui transcende les échelles locales, régionales, nationales, continentales, et mondiales. En quelque sorte, cela permet au chercheur de ne pas être ébloui comme souvent le grand public par une mondialisation dont la réalité s’imposerait de manière exclusive, au détriment de toute autre modalité d’être. Certes, il existe, ce caractère global et il en découle des effets. Mais les études de cas peuvent démontrer d’autres types d’effets.

  • 52 Entre autres : - étude de la relation transports/télécommunications ;
    - réflexions conduisant à la r (...)

57Ce propos sera illustré dans le présent numéro par deux textes qui viennent apporter leur contribution à une géographie sociale des TIC. La géographie des télécommunications a été, dans les années 70 et dans les années 80 une géographie généraliste cherchant à montrer la pertinence de l’étude des implications spatiales d’une technologie de communication distincte du transport des biens et des personnes : cela aux niveaux de la géographie économique notamment (flux téléphoniques, réseaux d’entreprises, disparités spatiales, etc.). Elle a apporté ensuite une contribution à l’aménagement du territoire52. Un champ est exploré : celui de la géographie sociale. Des articles décrivent successivement des usages tournés vers l’insertion sociale de populations défavorisées puis la contribution des réseaux sociaux dans les mouvements politiques récents de pays arabes. Une note de recherche revient sur la thématique des réseaux sociaux pour décrire la sociabilité d’étudiants marocains en France.

  • 53 Signalons ici l’article de François MUHEIM (2005), « Voyage dans l’« haut-delà ». Ethnogéographie d (...)

58Au-delà du développement des formes diverses de communication, de nouvelles formes d’organisation de communautés prennent place dans l’espace (on évoque beaucoup depuis quelques années les fameux « réseaux sociaux »)53. Ce phénomène est perceptible du grand public : dès le soulèvement postélectoral en Iran en juin 2009 (parfois appelé la « révolution tweeter ») et jusqu’aux mouvements populaires dont la Turquie et l’Egypte sont l’objet en 2013. Auparavant, des cassettes enregistrées par l’iman Khomeiny, avaient joué un rôle dans le renversement du Shah d’Iran (1979) ; les manifestants chinois ont su utiliser la couverture de leurs manifestations par la télévision par satellite (place Tiananmen, Pékin, 1989) ; les rebelles du Chiapas (Amérique centrale) ont utilisé l’e-mail (1994). Quant à l’organisation de manifestations en Tunisie, en Egypte (2011) et dans de nombreux pays arabes ou musulmans, elle a bénéficié des « réseaux sociaux » dont l’émergence a été rendue possible par la disponibilité généralisée d’Internet et des téléphones mobiles.

  • 54 Voir dans ce numéro l’article de WILSON Mark & COREY Kenneth, « From Tankman to Tahrir: The Role of (...)

59Un article et une note de recherche vont analyser ce phénomène dans ce numéro. L’article, signé par Mark WILSON & Kenneth COREY54, s’intéresse opportunément à la transmission et à l’échange d’informations par ces réseaux sociaux, et l’utilisation des TIC dans les mouvements de protestation à travers le monde arabe depuis 2011. Cette étude de cas illustre comment les nouvelles technologies peuvent être utilisées de façon inattendue au point de donner une dimension supérieure à des protestations qui dans un autre contexte communicationnel n’auraient pas eu d’effets politiques (du moins avec les répercussions qu’ils ont eues).

  • 55 Voir dans ce numéro « Les sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale. Etude de (...)

60Le thème des réseaux sociaux est étudié aussi dans la note de recherche de Sabrina MARCHANDISE. L’auteur explore une étude de cas sur les sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale (ils étudient en France)55. Cette étude sur les réseaux sociaux repose sur l’hypothèse de la remise en question du rôle du réseau social traditionnel dans la circulation des qualifiés et sur l’intégration des nouvelles technologies pour l’entretien des liens. Elle interroge les sociabilités et les différents liens (amitié et soutien) entretenus et recréés en mobilité (depuis le classique face-à-face jusqu’aux diverses applications sur Smartphones en passant par le téléphone. Il s’agissait pour l’auteur de vérifier ce que deviennent les réseaux traditionnels de la migration marocaine à l’heure des TIC de nouvelle génération et du web social. Les sociabilités et les implications spatiales et temporelles de ces nouveaux services de TIC sont mises en contexte avec les réseaux identifiés.

Perspectives

61A travers les études de cas présentées ici, on voit une tendance émerger progressivement à partir de la multitude de cas d’applications d’infrastructures TIC et de systèmes d’information dans les domaines d’activités: de nouveaux usages se diffusent dans des catégories variées d’utilisateurs et des Systèmes Socio Techniques (STS) se mettent en place qui désormais, sont partie intégrante du paysage opérationnel dans les transports, l’industrie, la sécurité, l’administration, la gestion territoriale, etc. Ces nouveaux STS sont mis en œuvre par des acteurs spatiaux, par des institutions territoriales, entrepreneuriales ou associatives notamment, dans des espaces précis (à grande échelle, moyenne ou petite échelle).

  • 56 De telles études ont contribué à infirmer les mythes autrefois à la mode faisant prévaloir le déter (...)

62Ces études de cas vont s’ajouter à une longue série d’études de terrain déjà produites par les géographes des TIC (publiées dans Netcom ou ailleurs). Mais le travail reste devant nous pour exploiter ce corpus considérable en vue d’une analyse systématique. Les recensements des initiatives remontant des territoires permettront d’identifier des terrains variés. Aujourd’hui, il serait intéressant aussi de revisiter toutes les expérimentations ayant déjà donné lieu à des analyses de terrain par des géographes (Parthenay, Castres-Mazamet, La Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’Outaouais)56 ainsi que ceux des réseaux expérimentaux des opérateurs (tels Vélizy, Biarritz).

63Au-delà du lancement de nouvelles études de cas, au-delà du recensement et de l’examen attentif et systématique des très nombreuses études de cas présentées depuis 1987 dans la revue Netcom et ailleurs, et qu’il importe de revisiter, il s’agira de construire une approche plus vaste. Il faudra savoir, dans un deuxième temps, dépasser ce que le(s) terrain(s) a (ont) de trop spécifique - voire d’unique - pour comparer, pour dégager des enseignements généraux valables ailleurs… En particulier, on pourrait mieux comprendre quelles sont les limites et potentialités des TIC appliquées dans divers types de terrains et de contextes économiques et sociaux. Il y a là tout un programme pour la nouvelle génération de chercheurs en géographie des TIC. Il s’agira de mieux comprendre (et de mieux contribuer) au développement des infrastructures sur les territoires. Il s’agira aussi, au-delà, de mieux cerner la contribution des TIC aux dynamiques spatiales actuelles (espace technique, espace socio-économique, espace vécu) ; des dynamiques en relation avec la structuration et la réorganisation des territoires.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS Henry & VIDAL Philippe (2010), « Geography of information society », chapter 5, pp 71-87, in Reber Bernard & Brossaud Claire (dir. 2010), Digital cognitive technologies epistemology and knowledge society, Wiley-ISTE, mars 2010, 448 p.

BAKIS Henry (1995), « Télécommunications et territoires : déplacement de problématique », In : P. MUSSO et A. RALLET (dir.), Stratégies de communication et territoires, chap. 12, Paris, l’Harmattan.

BAKIS Henry (1987), « Aménagement du territoire et télécommunication: contexte et hypothèses vérifiées sur deux études de cas », Netcom, vol. 1, n° 2.

CHIABAUT Katia (2002), « Recomposition territoriale et télécommunication à Castres-Mazamet, France », Netcom, vol. 16, n° 1-2, pp. 43-52.

CORMINBOEUF Bernard (1998), « UBI. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean », In: Alain LEFEBVRE & Gaëtan TREMBLAY (dir.), Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, PUQ, chap. 10, pp. 209-234.

Dupuy Gabriel (1991), L’urbanisme des réseaux. Théories et méthodes, A. Colin.

DUPUY Gabriel (dir.) (1988), Réseaux territoriaux, Caen, Ed. Paradigme.

DUPUY Gabriel (1987), « L’Eurovision ou le conflit du réseau et des territoires », paru dans NETCOM, repris In: BAKIS Henry (ed.) (1990), Communication et territoire, Paris, Ed. Collection de l’IDATE/La documentation française, 1989, pp.191-202.

DUPUY Gabriel (1985), Systèmes, réseaux et territoires. Principes de réseautique territoriale, Presse de l’ENPC, Paris.

DUPUY Gabriel (1982), « Les effets spatiaux des techniques de télécommunications : ouvrons la boîte noire », Le bulletin de l’IDATE, n° 7, pp. 77-86.

EVENO Emmanuel (1998), « Parthenay, modèle français et européen de ville numérisée », In: Alain LEFEBVRE & Gaëtan TREMBLAY (dir.), Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, PUQ, chap. 7, pp. 131-150.

FOURNIER Nicole (1998), « Médiacastres. Un projet social à Médiacastres », In: Alain LEFEBVRE & Gaëtan TREMBLAY (dir.), Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, PUQ, chap. 11, pp. 239-260.

KLEIN Jean-Louis (1998), « L’approche décentralisée et le développement régional au Québec : perspectives et limites », In: Alain LEFEBVRE & Gaëtan TREMBLAY (dir.), Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, PUQ, chap. 5, pp. 93-107.

LEFEBVRE Alain (1998), « Le territoire revisité par les technologies d’information et de communication », In: Alain LEFEBVRE & Gaëtan TREMBLAY (dir.), Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, PUQ, pp. 15-34.

LEFEBVRE Alain & TREMBLAY Gaëtan (1998, dir.), Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, Presses universitaires du Québec/P.U. du Mirail (voir en particulier l’introduction, pp. 1-14).

MUHEIN F. (2005) « Voyage dans l’ ‘haut-delà’. Ethnogéographie de la communauté virtuelle #Suisse – Québec : pour une critique du cyberespace », Netcom, vol. 19, n° 1-2, pp. 101-114.

OFFNER Jean-Marc & PUMAIN Denise (1996, dir.), Réseaux et territoires - Significations croisées, Ed. de l’Aube, 280 p.

OFFNER Jean-Marc, ZEMBRI Pierre (1994), « Les réseaux, entre territoires fonctionnels et territoires institutionnels », Netcom, vol. 8, n° 2.

OTEN, http://oten.fr/?Chooz-08-village-numerique

PACHÉ Gilles (2005), « Logistique et entreprise virtuelle », Revue française de gestion, n°156, pp. 131-134.

PILLON Valérie (1998), « La mobilisation des acteurs ouaoutais autour du projet Hiérapolis », Chap. 8, pp. 153-172, in Alain LEFEBVRE & Gaëtan TREMBLAY (1998, dir.).

RALLET Alain, Anne AGUILERA & Caroline GUILLOT (2009), « Diffusion des TIC et mobilité. Permanence et renouvellement des problématiques de recherche », Flux, 2009, n°2, vol. 78, pp. 7-16, http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/48/98/35/PDF/Flux2009.pdf

RALLET Alain (2000), « Communication à distance : au-delà des mythes », Sciences humaines, n° 104 « Les réseaux. Du cercle d’amis à internet », avril.

RALLET Alain (1987), « Les économistes devant les nouvelles technologies de transport et de traitement à distance de l’information », Netcom, vol. 1, n° 1.

RAYNAUD Joy (2011), « Les TIC sont-ils les nouveaux territoires de la diaspora chinoise ? », Netcom, vol. 25 (2011), n° 1-2, pp. 63-82.

VELTZ Pierre (1996), Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, PUF.

VELTZ Pierre & Rowe Frantz (eds) (1991), Entreprises et territoires en réseaux, ENPC.

VIDAL Philippe (2007), « La permanence d’une politique publique TIC : de Parthenay ‘ville numérisée’ à Parthenay ‘ville numérique’ », Netcom, vol. 21, n° 1-2, pp. 137-164.

Haut de page

Notes

1 Voir son ouvrage The Medium is the Message (paru en 1967).

2 Voir son ouvrage Empire et Communications, Oxford, Clarendon Press, 1950.

3 Versailles, Vélizy-Villacoublay, Jouy-en-Josas, Buc, Bièvres et Les Loges-en-Josas.

4 Les foyers ont reçu un terminal Vidéotex (Minitel). Cette expérimentation est fameuse notamment parce que le concept de « kiosque télématique » (ou 3615), est véritablement né à cette occasion. Ce système de sur taxation, déjà utilisé pour le réveil téléphoné, devait permettre la rétribution des services consommés payés avec la facture téléphonique.

5 Voir : https://lafibre.info/anciens-fai/ftth-il-y-a-30-ans-en-france/

6 http://oten.fr/?Chooz-08-village-numerique ; JEANNOT Arlyne & BEAUJOT Alain (2011), « Chooz / Le second souffle du village numérique », L’Union/L’Ardennais, 07 février.

7 Voir : BAKIS H. & VIDAL Ph. (2010). On retrouve encore cette vision dans des ouvrages ultérieurs tels ceux de John NAISBITT & Patricia ABURDENE (1990), Mega-trends 2000: Ten New Directions for the 1990’s, New york, 384 p. ; ou ceux de Frances CAIRNCROSS (1997), The Death of Distance: How the Communications Revolution Is Changing our Lives, 303 p ; CAIRNCROSS Frances (2002),The Company of the Future, Harvard Business Press,  229 pages.

8 FREMONT-VANACORE Anne (2002, 2004), ULLMANN Charlotte (2007).

9 CLAISSE Gérard (1997).

10 Le Projet initial ‘Ville numérisée’ visait à cerner l’appropriation des NTIC par les usagers ainsi que le développement de services en ligne. Le District de Parthenay devint d’abord fournisseur d’accès gratuit pour les acteurs locaux (serveur de messagerie) ; d’autres programmes pilotes européens furent mis en œuvre (Mind et Metasa, 1996 ; Imagine, 1998). En 1997, la ville acquiert 1000 ordinateurs pour les acteurs locaux qui en disposent à moindre coût (équipement des établissements scolaires ; partenariats noués avec des industriels dont Microsoft). Des services interactifs ont été expérimentés à Parthenay (demande de certificats d’état-civil ; développement de l’administration électronique et des téléprocédures. Voir : Emmanuel Eveno (1998); Philippe Vidal (2007).

11 FOURNIER Nicole (1998); CHIABAUT Katia (2002).

12 KLEIN Jean-Louis (1998), pp. 93-107 ; CORMINBOEUF Bernard (1998), pp. 209-234.

13 KLEIN Jean-Louis (1998), pp. 93-107 ; PILLON Valérie (1998), pp. 153-172.

14 BAKIS Henry (1997), “From Geospace to Geocyberspace, Territories and Teleinteraction”, In: ROCHE E. M. & BAKIS H. (eds.), Developments in telecommunications. Between global and local, Avebury, pp. 15-49 et BAKIS Henry (2001), “Understanding the geocyberspace: a major task for geographers and planners in the next decade”, Netcom, Vol. 15, n° 1-2, pp. 9-16.

15 Particulièrement précieuses compte tenu des pratiques de confidentialité mises en œuvre par les opérateurs : même les acteurs publics ont du mal à obtenir un panorama global de l’état des lieux des réseaux de leurs territoires ! Dans un rapport au Ministère de l’Equipement, on pouvait lire : «  les informations détenues par les collectivités territoriales concernant l’implantation des réseaux de télécommunications sont parcellaires, disparates, voire inexistantes » (POULIT Jean, Rapport du groupe de travail sur l’équipement numérique du territoire, octobre 2003). D’où l’effort du législateur pour tenter de garantir l’accès aux collectivités territoriales aux informations sur les réseaux des opérateurs en vue par exemple de prévenir les risques de fracture numérique (Loi Pintat, n°2009-1572 du 17 décembre 2009 relative à la lutte contre la fracture numérique).

16 Outre Netcom, il convient de citer Flux, et diverses revues qui ont publié des numéros spéciaux sur la géographie des TIC.

17 Constituée les premières années aux membres de la commission spécialisée de l’Union Géographique Internationale.

18 Nombreux sont les articles de Netcom portant sur cette thématique. Citons par exemple : VERLAQUE Christian (1994), vol. 8, n° 1.

19 Rappelons, entre autres : “MUSCARA Calogero (1994), Satellites and political geography”, vol. 8, n°1.

20 CROCHART K., et al. (1987), « Le poids du relief dans l’organisation du service d’exploitation des Télécommunications dans les Hautes-Pyrénées », Netcom, vol. 1, n°2 ; LEON Denis & COUSIN Philippe (1994), « Climat tropical et télécommunications », Netcom, vol. 8, n°1 ; GUILLOT Bernard (1994), « Acquisition et traitement de l’information pour la surveillance du climat: le programme veille climatique», Netcom, vol. 8, n°2.

21 CELESTIN Monique (1987), « La presse régionale française et sa diffusion », Netcom, vol. 1, n°1 ; GUYOT Brigitte, PAILLIART Isabelle (1988), « Médias et territoire », Netcom, vol. 2, n°2 ; BARRAT Jacques (1994), « Medias et développement dans la géographie de la francophonie », Netcom, vol. 8, n°2.

22 Par ailleurs d’autres articles ont été plus directement théoriques ou qui ont visé à fournir des synthèses et orientations. Citons à titre d’exemple l’article d’Alain Rallet qui a entrepris d’explorer les relations entre les sciences économiques et la notion d’information. RALLET A. (1987), « Les économistes devant les nouvelles technologies de transport et de traitement à distance de l’information », Netcom, vol. 1, n°1.

23 Jean-Marc OFFNER et Pierre ZEMBRI ont exploré la nature des réseaux « entre territoires fonctionnels et territoires institutionnels » OFFNER Jean-Marc, ZEMBRI Pierre (1994).

24 DUPUY Gabriel (1987), « L’Eurovision ou le conflit du réseau et des territoires », paru dans Netcom repris In: BAKIS Henry (éd. 1990), Communication et territoire. Ed. Collection de l’IDATE/La documentation française, Paris, 1989, pp.191-202.

25 Sur la notion de virtuel, voir : PROULX Serge et LATZKO-TOTH G. (2000), « la virtualité comme catégorie pour penser le social : l’usage de la notion de communauté virtuelle », Sociologie et sociétés, vol. 32, n° 2, Presses de l’Université de Montréal, pp. 99-122.

26 Sur les nouvelles sociabilités, voir : CASILLI Antonio A. (2010), Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil.

27 Voir : DIMINESCU Dana (2012, Ed.), “Diasposas on the Web”, Social sciences information, vol. 51 n° 4, pp. 459-474.Voir aussi dans Netcom l’étude du cas chinois par RAYNAUD Joy (2011). Noter la notion de « digital tribalism ».

28 Voir. F. MUHEIN (2005) et dans ce numéro le texte de Sabrina MARCHANDISE.

29 Voir VELTZ Pierre (1996) ; VELTZ P. et ROWE F. (1991, Eds.).

30 Voir dans ce numéro : STEENBRUGGEN John, NIJKAMP Peter, SMITS Jan M. & MOHABIR Ghaitrie, « Traffic incident and disaster management in the Netherlands : challenges and obstacles in information sharing », pp. 169-200.

31 Les auteurs sont présentés (titres, fonctions, adresses, e-mail) en première page de leurs textes.

32 Voir dans ce numéro : OCCELLI Sylvie, « Monitoring road safety in an information wired environment: the case of Piedmont, Italy », pp. 201-220.

33 Voir dans ce numéro : FOURNIER Mélanie, « Les TIC et la surveillance des zones maritimes sensibles. Penser globalement, agir localement », pp. 221-234. Le lecteur pourra aussi consulter dans ce numéro le compte rendu de la thèse de Mélanie Fournier dans cette livraison de Netcom : BAKIS Henry, « Surveillance maritime et nouveaux outils d’observation. Une contribution à une géopolitique de l’antimonde. Compte rendu de la thèse de Mélanie Fournier », pp. 391-396.

34 BAKIS Henry (1987), Géopolitique de l’information, PUF, Collection Que sais-je?, Paris, 127 p.

35 BAKIS Henry (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », L’Information Historique, rubrique « Recherche historique », vol. 53, n° 1, pp. 27-39.

36 BAKIS H. & VIDAL P. (2010), « Geography of information society », chapter 5, pp. 71-87, In: REBER Bernard, BROSSAUD Claire, Digital cognitive technologies epistemology and knowledge society, Wiley-ISTE, mars 2010, 448 p.

37 Alors que les articles de Netcom sont soumis au comité de lecture pour analyse en double aveugle, notre revue - rappelons-le - insère dans chaque livraison des textes relevant de l’une ou l’autre des trois rubriques suivantes afin d’apporter des contributions originales à l’information ou au débat scientifique :
- les notes de recherche (positions de recherches, texte méthodologique, résultats partiels d’une recherche en cours, etc.),
- les notes documentaires (informations sur une question d’actualité, compte rendus de thèses ou d’ouvrages, fiches synthétiques, liste de références et bibliographies),
- les pages d’informations variées (appels à communications, annonce de colloques, index des auteurs de l’année, liste des collègues ayant été sollicités et ayant contribué à l’évaluation des articles soumis à la revue).

38 Voir dans ce numéro : BAKIS H. & DUPUY G., introduction à une note documentaire : « A propos de la  notion de ‘villes intelligentes’ », pp. 375-376.

39 Voir dans ce numéro : STRATIGEA Anastasia, “Smart Cities for Community Development: The Greek Experience”, pp. 377-390.

40 Voir dans ce numéro : ARAI Yoshio, NAGANUMA Sae & SATAKE Yasukazu, « Broadband policies for limited Internet-access areas by local governments: An analysis based on the questionnaire survey in Japan », pp. 251-274.

41 Voir dans ce numéro : BAKIS Henry & SCHON Alexandre, « Ville de la connaissance et terreau numérique : le cas de Montpellier, France », pp. 275-306. Cet article est le premier résultat d’une démarche des auteurs en vue d’instruire les relations entre l’aménagement numérique conçu par les différents acteurs et la mise au point des conditions du développement numérique local et régional (le deuxième volet de cette recherche est programmé pour une communication dans le cadre de la Conférence Régionale de l’UGI à Kyoto en août 2013).

42 Voir dans ce numéro : HASHIMOTO Kenji, « Elderly-people business of the peripheral areas using the Internet in Japan: A case of agribusiness “Irodori” », pp. 235-250.

43 Réalisé par Osamu MINORIKAWA (2012), “人生、いろどり (Jinsei, Irodori)”, fiction de 112 minutes, sortie au Japon le 1er septembre. « Le film se déroule dans le village de Kamikatsu où 48% de la population se compose de personnes âgées. Depuis le déclin de l’industrie de la mandarine à Kamikatsu, la ville s’éteint petit à petit. Afin de la ranimer, Eda et trois de ses amies, décident de vendre des feuilles d’arbres contre l’avis des autres résidents du village » http://www.dramagaru.fr/drama/5393/ (consulté le 26 avril 2013).

44 « À Alaba en périphérie de Lagos, un énorme marché électronique international s’est créé spontanément dans un no man’s land entre des autoroutes. Décrit officiellement comme un secteur « inorganisé », le marché incluait à la fin des années 1990, 50 000 commerçants avec un chiffre d’affaires net de plus de deux milliards de dollars par an. Alaba est devenu le plus important marché électronique d’occasion et de recyclage du continent (75% pour l’Afrique de l’Ouest)» écrit Annie CHÉNEAU-LOQUAY (2008), « Rôle joué par l’économie informelle dans l’appropriation des TIC en milieu urbain en Afrique de l’ouest », Netcom, vol. 22, n° 1-2 & Netsuds, vol. 3 (2008), pp. 109-126.

45 KOOLHAAS Rem (2000), “Lagos, Harvard project on the city”, In: Mutations, ACTAR, Centre d’architecture, Bordeaux. Cité par Jean-Marc MANACH (2005), « Annie Chéneau-Loquay : Ce qui sert le plus en Afrique, c’est la voix », Inter-actu.net, juillet, http://www.internetactu.net/2005/07/14/annie-chneau-loquay-ce-qui-sert-le-plus-en-afrique-cest-la-voix/ (consult. juin 2013).

46 MANACH Jean-Marc (2005), ibid.

47 Voir dans ce numéro : LOUKOU Alain François, « La diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire : obstacles et implications », pp. 307-328.

48 Zone à urbaniser en priorité faisant partie de la commune de Mantes-la-Jolie.

49 Voir BAKIS H., Télécommunications et quartiers défavorisés. Étude pour l’Observatoire des Télécommunications dans la ville. Publiée dans Netcom, numéro hors-série 1996.

50 Le développement des technologies a permis la réception d’émission de télévision d’origines diverses et en langues variées. Par ailleurs, l’appropriation des nouveaux réseaux (téléphone mobile, réseaux sociaux tels Youtube, Facebook ou Twitter) mériterait une analyse géographique et sociologique. Quels sont les effets de cette appropriation ? Mais nous n’avons pas eu l’opportunité de revisiter cette étude de cas.

51 Voir dans ce numéro : KLEIN Juan-Luis  & HUANG Ping, « L’espace numérique, un enjeu pour les collectivités locales : le cas du carrefour d’éducation populaire de Pointe-Saint-Charles à Montréal », pp. 329-344.

52 Entre autres : - étude de la relation transports/télécommunications ;
- réflexions conduisant à la rectification du Plan Câble de 1983. Voir : BAKIS H., BADILLO P.-Y., DUBOIS G., In: BAKIS H. (dir.) (1990), Communications et territoires, La Documentation française ; BADILLO Patrick-Yves (1992), « Le câble : ambitions, désillusions et perspectives », Quaderni, vol. 17, pp. 37-44 ;
- avènement du concept de développement numérique chez les aménageurs et collectivités territoriales. Analyses en relations avec les institutions territoriales. (ULLMANN Charlotte (2006), Les politiques régionales à l’épreuve du développement numérique : enjeux, stratégies et impacts, Thèse, Paris 1, Dir. G. DUPUY) ;
- analyses en relation avec le développement (études en Afrique : voir par ex. : VIDAL Philippe (2011), « Bilan critique de l’aide au développement numérique de l’Afrique », In: LAULAN A.-M. (coord.), Les Cahiers du CEDIMES, « Le développement durable en manque de communication », vol. 5, n° 3, pp. 45-60.

53 Signalons ici l’article de François MUHEIM (2005), « Voyage dans l’« haut-delà ». Ethnogéographie de la communauté virtuelle. #Suisse-Québec : pour une critique du cyberespace », http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV191/Netcom101-114.pdf

54 Voir dans ce numéro l’article de WILSON Mark & COREY Kenneth, « From Tankman to Tahrir: The Role of ICT in Democracy Movements », pp. 345-358.

55 Voir dans ce numéro « Les sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale. Etude de cas », pp. 359-374. Voir aussi la thèse de cet auteur devant être soutenue à la fin de l’année 2013 : Les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale. Une territorialisation dans le mouvement, thèse de géographie, Université Montpellier III (sous la direction de CORTĖS G. & BAKIS H.).

56 De telles études ont contribué à infirmer les mythes autrefois à la mode faisant prévaloir le déterminisme technologique et l’homogénéité spatiale. Elles ont promu la revanche des territoires sur les représentations des technocrates.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Le numérique territorial en ses lieux », Netcom, 26-3/4 | 2012, 149-168.

Référence électronique

Henry Bakis, « Le numérique territorial en ses lieux », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 04 mars 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/970 ; DOI : 10.4000/netcom.970

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org