Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« La spatialité d’Internet », compte-rendu de la thèse de Boris Beaude

Henry Bakis
p. 171-174

Texte intégral

  • 1 Boris Beaude (2008), Eléments pour une géographie du lieu réticulaire. Avoir lieu aujourd’hui. Thès (...)
  • 2 B. Beaude (P.V. de soutenance).

1L’objectif de l’auteur1 - chercheur au sein du laboratoire Chôros de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne - est de montrer qu’Internet, parce qu’il est « une technique de la distance innovante, recouvre des problématiques spatiales stimulantes et essentielles à l’intelligence du monde contemporain »2. Géographe doté d’une culture d’ingénieur, il propose un essai théoriquement ambitieux sur la spatialité spécifique d’Internet, tentant d’articuler pleinement « les territoires et les réseaux, le matériel et l’immatériel, pour penser l’espace d’aujourd’hui », cela afin de « comprendre la dimension spatiale de l’action contemporaine ». Ce faisant, il questionne l’espace et le « lieu », la technique et l’Internet en vue d’une réflexion sur la « dimension spatiale de la coexistence et des moyens que les individus se donnent pour communiquer ».

  • 3 E. Eveno (P.V. de soutenance).
  • 4 « L’articulation de ce travail avec ceux réalisés dans le cadre de la géographie qui s’est emparé d (...)
  • 5 Pourquoi ignorer la notion de « géocyberespace » (forgée en 1997 dans le cadre des travaux de la co (...)
  • 6 L’auteur a réintégré la notion de géocyberespace et ses enjeux lors de son intervention orale préli (...)

2Du point de vue de la forme, cet essai non conventionnel est déroutant « au regard des attendus de l’exercice que représente généralement une thèse »3. Les parties ne sont pas numérotées, les sources utilisées ne sont pas toujours citées. S’agissant d’une production universitaire, et malgré la vaste culture de l’auteur, l’absence d’analyse systématique de l’état des lieux de la recherche sur le sujet est étrange. Est-il possible d’entreprendre une thèse sur ce sujet sans explorer systématiquement les travaux publiés dans les revues Netcom ou Flux depuis plus de 20 ans, ainsi que la totalité des thèses déjà écrites sur cette thématique ? On ne sera pas étonné de constater la non-articulation (ou presque) de cet ouvrage avec les travaux relevant de la géographie des réseaux de télécommunications, des TIC, de l’Internet pourtant nombreux depuis 1975 en français et anglais4. Ces lacunes bibliographiques (oublis volontaires ?) ont pour conséquences d’affaiblir la position de l’auteur. Est-il possible d’affirmer que la géographie est dans une impasse dans son approche des TIC, en ignorant une large part de la littérature originale produite par les géographes des réseaux et de la communication (sur des thèmes comme : le commerce électronique, la représentation de l’espace, les usages sociaux des TIC ; ou lors d’analyses menées à l’échelle régionales ou nationales….) ? Même si ces travaux ne sont pas encore tous aboutis, fallait-il les négliger ? Ainsi, le mot « géocyberespace » est ignoré alors que le sujet traité rendait inévitable l’identification de cette notion (état de la littérature)5 et, plus encore, sa mobilisation6.

  • 7 L’Atlas proposé en annexe est une compilation non commentée qu’il aurait fallu mettre en perspectiv (...)
  • 8 G. Dupuy relève : « une bonne dose de panégyrique, d’apologie et de dithyrambe dont les grands béné (...)
  • 9 G. Dupuy (P.V. de soutenance).

3De plus, la problématique n’est pas explicitement identifiée, s’étirant sur les trois premiers chapitres (sur cinq au total). Les options méthodologiques adoptées ne sont pas discutées en regard des hypothèses. De plus, ni les illustrations ni les annexes, n’emportent l’adhésion7. Parfois le texte prend des accents relevant de l’apologie voire du dithyrambe8. Cette absence de respect des normes du genre littéraire de la thèse étonne à tel point que la question du genre de l’exercice se pose: « A la lecture, on hésite parfois entre le ‘café-philo’, la ‘fête de la science’, le journalisme de vulgarisation… »9.

  • 10 Page 11.

4Malgré ces réserves formelles, ce texte est bien écrit et agréable à lire. Sur le fond, Boris Beaude entend démontrer qu’ « Internet est un espace, réel et actuel »10. Une telle affirmation est suivie, dans les trois premières parties, d’une démonstration assortie de considérations sur le nécessaire renouveau de la discipline géographique et sur la nécessaire rupture épistémologique au sein de la discipline géographique.

  • 11 J. Lévy (P.V. de soutenance).

5Il s’agit d’un « travail théorique d’ontologie des concepts les plus fondamentaux pour appréhender la dimension spatiale des sociétés, dans un contexte où l’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) défie les catégories traditionnelles de la géographie et des autres sciences sociales »11.

  • 12 J. Lévy (P.V. de soutenance).
  • 13 J. Lévy voit en cela une véritable « percée conceptuelle ». Il explique : « Cela repose sur une app (...)

6L’auteur propose une démarche « visant à mieux tenir compte de la diversité des spatialités existantes afin d’y situer, celle au départ inclassable, du monde des nouvelles tic »12. Il part de la définition du lieu comme espace dans lequel la distance n’est pas pertinente et considère que le type de distance concernée joue un rôle dans le style du lieu ainsi conçu13.

  • 14 J. Lévy précise : « Sans fétichiser la matérialité des individus … et en reconnaissant à quel point (...)

7L’auteur instruit la question de la spatialité de l’Internet (pages 209-259) : est-on bien en présence d’espaces? Quelle est la porosité entre un lieu et son environnement : un ‘lieu-réseau’ n’aura pas les mêmes caractéristiques qu’un ‘lieu-territoire’. La spatialité (réseaux, lieux) de l’Internet est-elle bien « géographique, c’est-à-dire si elle se relie à une étendue, à un ‘fond de carte’ constitué des autres espaces habités. Un problème corrélatif peut-être formulé de la manière suivante : peut-il y ‘avoir lieu’ (pour reprendre la belle expression de l’auteur) lorsque les corps ne sont pas engagés ? »14.

  • 15 J. Lévy (P.V. de soutenance).

8Les différentes composantes de l’Internet sont-elles des objets ou bien des environnements ? ‘Si le monde des échanges télé-communicationnels n’engendraient, au bout du compte, que des interactions hommes-objets, on pourrait en conclure que l’Internet ne produit que des attributs supplémentaires des espaces existants, contribuant à les transformer en lieux, sans être capable de faire émerger des espaces spécifiques. On serait alors tenté de situer le monde de l’Internet comme une ‘technique de la distance’, selon l’expression que l’auteur applique à Google (p. 279), en fait comme un ensemble de techniques de gestion de la distance, appartenant à la même catégorie que les systèmes de mobilité, qui changent profondément l’espace et les spatialités sans pour autant être eux-mêmes des espaces »15.

9B. Beaude conclut que l’Internet génère des ensembles de lieux réticulaires, en rapport avec d’autres lieux qui, eux, peuvent être modelés par un environnement réticulaire ou par un environnement territorial.

  • 16 L’analyse de l’espace technique et fonctionnel de ces entreprises fait dire à E. Eveno : « il s’agi (...)

10Les deux dernières parties (empiriques) tentent une application de la construction théorique des parties précédentes à des objets liés à l’Internet. B. Beaude traite de Google, Wikipédia, YouTube, Skyblog… Lorsqu’il en retrace l’histoire, on peut se demander si ces utiles synthèses étaient nécessaires dans ce texte en vue du questionnement spécifique de cette thèse16 ? La dimension sociale de ces espaces, n’est pas appuyée par des enquêtes de terrain, ce qui fait que leurs usagers sont quelque peu désincarnés.

11Cette thèse adopte « un point de vue discutable » selon G. Dupuy qui rappelle qu’un autre essai, écrit il y a une trentaine d’année (Le téléphone dans tous ses états), s’efforçait « de montrer que la France se reconstruisait autour du réseau téléphonique moderne auquel elle venait juste d’accéder. Bien entendu, l’ouvrage n’a plus qu’un intérêt historique. N’y a-t-il pas de même dans la thèse de B. Beaude une focalisation excessive sur un phénomène (notamment Internet) certes réel mais relativement marginal dès qu’on en mesure les effets par exemple en temps passé, en substitution aux déplacements physiques, etc. ? »

12Après tout, dans l’état actuel de l’organisation spatiale et des usages, les TIC n’ont pas bouleversé le rapport à l’espace des populations ! Mais les usages de certains utilisateurs avancés méritent attention. Préfigurent-ils de prochaines mutations spatiales ?

13De nos jours, la gestion des distances doit être revisitée par les très grandes vitesses de la transmission de l’information et l’usage de formats qui réduisent la réalité sensible.

  • 17 J. Lévy (P.V. de soutenance).

14Aussi, cette thèse vient en son temps ; elle constitue une étape importante pour une approche épistémologique visant à la nécessaire redéfinition paradigmatique de l’espace géographique ouvrant « un nouvel espace de discussion sur des réalités désormais fondamentales pour la dynamique des sociétés »17, telles que les pratiques et usages qui se déploient sur les réseaux de télécommunications et de l’internet en vue de la diffusion de la connaissance, de la coopération ou coordination de l’action entre acteurs distants… Interrogations encore plus pertinentes en cette fin de décennie 2000 où ont émergé les technologies du Web 2.0.

  • 18 G. Dupuy (P.V. de soutenance).
  • 19 « Pour aller plus loin, il faudrait sans doute aller puiser dans une littérature disparate (analyse (...)

15Cette thèse hors norme, « n’emporte pas totalement la conviction, principalement par défaut de méthode »18, mais aussi parce qu’il aurait fallu consacrer plus de place à l’étude factuelle des lieux réticulaires, à la diversité des pratiques qui s’y déploient, à l’enquête directe auprès des usagers qui fréquentent ces lieux19. Elle recouvre pourtant des problématiques spatiales stimulantes. Toutes ces raisons font que nous recommandons la lecture de ce texte important et stimulant.

Haut de page

Notes

1 Boris Beaude (2008), Eléments pour une géographie du lieu réticulaire. Avoir lieu aujourd’hui. Thèse soutenue en Sorbonne devant un jury présidé par Henry Bakis (Univ. Montpellier III) et composé de : Rémy Knafou (Université de Paris I, Directeur de thèse), Gabriel Dupuy (Université de Paris I), Emmanuel Eveno (Université de Toulouse le Mirail) et Jacques Lévy (EPFL, Lausanne). Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. 19 juin. 391 pages et 180 p. d’annexes (atlas, lexique, bibliographie). Autres travaux de l’auteur : voir : <http://personnes.epfl.ch/boris.beaude>

2 B. Beaude (P.V. de soutenance).

3 E. Eveno (P.V. de soutenance).

4 « L’articulation de ce travail avec ceux réalisés dans le cadre de la géographie qui s’est emparé des Tic est curieusement absente ou quasi absente » E. Eveno (P.V. de soutenance).

5 Pourquoi ignorer la notion de « géocyberespace » (forgée en 1997 dans le cadre des travaux de la commission de l’U.G.I. Cette notion n’est pas, en effet, en contradiction avec les analyses de l’auteur. « Les chercheurs sont évidemment libres d’utiliser ou de combattre tels ou tels concepts, notions, doctrines, avancés par leur prédécesseurs ; c’est même là que résident les possibilités d’avancées scientifiques… Signaler ne veut pas dire adopter ; cela peut vouloir dire aussi refuser et combattre de manière explicite afin de redresser des erreurs d’analyse ou faire avancer les débats ; cela peut vouloir dire aussi dégager des convergentes, des démarches parallèles » (H.B., PV de soutenance). Voir quelques articles parus depuis dix ans abordant cette problématique, en particulier :
- Li Feng (2000), “Living in ‘Two Spaces’ : New Progress in Geography and the Implications for Organisations” où l’auteur présente des études de cas pour démontrer qu’il convient d’introduire une dimension géographique dans la recherche sur les TIC alors qu’un nouveau monde émerge, cohabitant et communiquant avec notre monde, et créant de fait « deux espaces » dont les interactions ont pour conséquence souplesse et complexité dans le « nouvel espace » (que nous proposons de baptiser géocyberespace. NETCOM, vol. 14, n° 3-4, pp. 359-377) ;
- Wilson Mark I. (2004), “Real places and virtual spaces” où l’auteur illustre la place des lieux et des frontières dans un phénomène apparemment a-spatial, n’ayant ni zones de contacts ni frontières. NETCOM, vol. 18, n° 1-2, pp. 139-148 ;
- Koch Andreas (2000), « Linking human beings in linked spaces » où l’auteur analyse les rapports entre des ‘personnes ‘réelles/virtuelles’ et des espaces ‘réels/virtuels’ en s’appuyant sur des exemples. NETCOM, vol. 14, pp. 383-406 ;
- Bakis Henry & Vidal Philippe (2007), « De la négation du territoire au géocyberespace : vers une approche intégrée de la relation entre espace et TIC », in BROSSAUD C., REBER B.,(dir.), Humanités numériques (Vol. 1. Nouvelles technologies cognitives et concepts des sciences humaines et sociales. Chap. 5, pp. 101-117), Hermes–Lavoisier ;
- Bakis H. (2007), « Le géocyberespace revisité : usages et perspectives »NETCOM, vol. 21 n° 3-4, déc., pp. 283-294.

6 L’auteur a réintégré la notion de géocyberespace et ses enjeux lors de son intervention orale préliminaire, précisant que la notion lui était familière ; que « cette notion, comme évolution de l’espace mêlant étroitement le géospace et le cyberspace, souligne à ses yeux l’importance de penser les enjeux d’un tel changement des relations à la distance » (B. B., PV de soutenance).

7 L’Atlas proposé en annexe est une compilation non commentée qu’il aurait fallu mettre en perspective et mobiliser dans le corps même du texte.

8 G. Dupuy relève : « une bonne dose de panégyrique, d’apologie et de dithyrambe dont les grands bénéficiaires sont Leibnitz et… Jacques Lévy » (P.V. de soutenance).

9 G. Dupuy (P.V. de soutenance).

10 Page 11.

11 J. Lévy (P.V. de soutenance).

12 J. Lévy (P.V. de soutenance).

13 J. Lévy voit en cela une véritable « percée conceptuelle ». Il explique : « Cela repose sur une approche en termes de limites (comme si la distance « tendait vers zéro ») au lieu d’un traitement binaire qui conduirait à dire que, en tant qu’espace à zéro dimension, le lieu exempte de réflexion sur la distance.

14 J. Lévy précise : « Sans fétichiser la matérialité des individus … et en reconnaissant à quel point l’Internet (et la télé-communication en général) a pu créer des interactions sociales innovantes et d’une grande complexité, on peut néanmoins se demander si la notion de lieu n’implique pas, au moins comme virtualité, la coprésence de personnes. Or ni le Web, ni le courriel – les blogs, chats ou forums pouvant davantage prêter à débat – ne produisent des situations de ce type » (P.V. de soutenance).

15 J. Lévy (P.V. de soutenance).

16 L’analyse de l’espace technique et fonctionnel de ces entreprises fait dire à E. Eveno : « il s’agit non seulement d’espaces virtuels, mais aussi de virtualités d’espaces tant qu’il n’y a pas d’analyse argumentée des individus ou groupes sociaux qui les pratiquent » (P.V. de soutenance).

17 J. Lévy (P.V. de soutenance).

18 G. Dupuy (P.V. de soutenance).

19 « Pour aller plus loin, il faudrait sans doute aller puiser dans une littérature disparate (analyses relevant de disciplines diverses et portant sur les jeux vidéo, le trading électronique, la piraterie sur le Web,..) que le candidat n’a pas encore mobilisée dans son travail de thèse » - G. Dupuy (P.V. de soutenance).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « « La spatialité d’Internet », compte-rendu de la thèse de Boris Beaude », Netcom, 23-1/2 | 2009, 171-174.

Référence électronique

Henry Bakis, « « La spatialité d’Internet », compte-rendu de la thèse de Boris Beaude », Netcom [En ligne], 23-1/2 | 2009, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/945

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org