Navigation – Plan du site
Varia

L’activité informatique et l’accessibilité économique

Le cas de la métropole parisienne
Maxime Schirrer
p. 143-154

Résumés

À travers l’étude de trois territoires de la métropole parisienne, en relation avec une approche politique, économique et territoriale, notre analyse conduit à dresser un tableau sur les tendances de localisation de l’activité informatique qui opèrent dans l’aire urbaine la plus dynamique de France. Du cœur de la métropole parisienne à deux territoires en frange métropolitaine, les Yvelines et la Seine-et-Marne, les nouvelles accessibilités en matière d’économie numérique sont-elles à la base d’une réorganisation fonctionnelle de l’espace métropolitain ? Contribuent-elles à une recomposition territoriale des espaces économiques de la région ? Le paradigme technique induit-il alors une nouvelle relation à la centralité ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir le compte rendu du CRIP sur l’intervention des collectivités locales dans le domaine des téléc (...)

1L’un des thèmes de prédilection du géographe est la notion d’accessibilité. Qu’elle soit étudiée en terme économique, social ou politique, la notion d’accessibilité est une focale qui place l’analyse d’un objet d’étude dans les thématiques classiques de dispersion/ diffusion, d’exclusion/ inclusion. Dans le cadre de cet article, nous allons analyser l’activité informatique sous le prisme de l’accessibilité économique. Étudiée comme une composante importante de l’économie numérique, nous interrogerons si l’activité informatique peut être un correcteur des inégalités territoriales. Lors de la création d’une infrastructure numérique, les élus ont souvent recours à l’argument que la mise en place d’un Réseau d’Initiative Publique (RIP) est une question d’équilibre en matière d’aménagement du territoire. C’est d’ailleurs l’objet d’un récent ouvrage de la Délégation interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des Territoires (Coester, Ducass, 2007) qui présente les différents aspects de cette question en s’appuyant sur des cas concrets. Ainsi, le terme d’aménagement numérique du territoire n’est plus sujet à discussion. Ce changement de statut est dû à la multiplicité des projets de réseaux numériques d’initiative publique, dont l’autorisation a été légiférée par le vote de la loi LEN de juin 2004 avec la mise en place de l’article L. 1425-1 du Code Général des Collectivités Territoriales. Depuis, une série de rapports officiels tels que les rapports Belot (2005) ou Blessig (2007) ont soutenu la conviction des acteurs publics. La tendance, des autorités locales à investir le domaine des télécommunications, s’est prolongée par la constitution d’un comité des réseaux d’initiative publique (CRIP)1. Si la notion d’aménagement numérique prend de plus en plus d’importance, c’est en raison de la multiplicité des domaines atteints.

2Dans le domaine économique, deux éléments viennent à l’esprit. Le premier concerne le segment des acteurs de télécommunications depuis les équipementiers jusqu’aux opérateurs de services. La volonté d’inciter une concurrence au niveau de la desserte en infrastructure physique est animée par le désir de diversifier les offres qu’elles soient en amont (offres de gros) ou en aval (Fournisseurs d’Accès à Internet - FAI). Le second élément touche à l’attractivité territoriale en termes de maintien des entreprises locales et de création d’emplois par le biais d’implantation de nouvelles entreprises. Toutefois, les conséquences sont plutôt en termes d’évolution des métiers et de remplacement de certaines fonctions productives plutôt qu’une juxtaposition d’emplois. En effet, une série de métiers a désormais besoin de l’informatique sans pour autant faire parti du secteur : les notaires (plan cadastral informatisé), les médecins (carte vitale/ Sésame), les banques (bourse en ligne et connexion au siège social), les garagistes (commande de pièces en ligne) ont recours à l’outil pour les nouveaux usages et les services qu’il rend accessibles. Même si la création d’emplois reste faible, la création de richesse est réelle, et c’est bien cette dernière qui motive l’initiative de certains RIP. Il s’agit bien de fracture numérique lorsque le service numérique n’est pas disponible en raison d’une absence ou d’une mauvaise performance des réseaux.

3En conséquence, la problématique des réseaux numériques n’est plus considérée comme une simple opération d’intendance de Voiries Réseaux Divers (VRD). Toutefois, de nombreuses études sur les réseaux numériques ne s’attachent qu’à déterminer l’existence d’un modèle. Ce type d’approche est souvent une tentative de modéliser un aménagement numérique-type, que ce soit à travers la forme contractuelle, souvent associée à la Délégation de Service Public, ou à travers les impacts en termes de documents de programmation.

4Pour notre part, une réflexion préalable sur la définition de l’échelle pertinente d’intervention marque le début de notre raisonnement. Des chercheurs ont abordé la question des échelles en étudiant les impacts des réseaux numériques sur la réorganisation fonctionnelle des espaces géographiques. Toutefois, ils restent peu nombreux : si J. Ruthenford (Ruthenford, 2004) ou M. Zook (Zook, 2001) ouvrent l’exploration de cette thématique de recherche, les travaux de G. Dupuy sont depuis longtemps une référence. Pour ce dernier, des territoires petits, à l’exemple de la métropole islandaise de Reykjavik, peuvent utiliser la vague d’Internet comme un effet d’aubaine. En effet, dans un espace mondialisé, si de petits territoires se dotent de puissantes infrastructures permettant à une économie numérique de se fonder (système productif tourné vers le numérique, présence de nombreux serveurs, etc..), ils peuvent remplir le rôle de relais métropolitains (Dupuy, 2003). Cet exemple sur l’organisation mondiale des lieux stratégiques en matière d’économie numérique peut être décliné à une aire urbaine ou à une zone périurbaine.

5Le fil directeur est bien celui-ci : l’activité informatique peut-elle remettre en cause des dissymétries spatiales existantes ? En d’autres termes, en nous plaçant à l’échelle métropolitaine, les nouvelles accessibilités en matière d’économie numérique sont-elles à la base d’une réorganisation fonctionnelle de l’espace métropolitain ? Renforcent-elles les polarités existantes ? Sont-elles à même d’assurer une accessibilité nouvelle pour des territoires déjà à l’écart du mode productif de la métropole ?

Le département comme échelle de référence

6Pour des questions d’héritage historique, le département est le niveau administratif qui a en charge la compétence sociale. Pour des raisons de dialectique, il est logique de penser qu’il est le plus habilité à arbitrer les inégalités sociales et la gestion de l’efficacité économique. Pourtant, c’est à la région que revient le développement économique. Ce choix est à mettre en relation entre le périmètre géographique du territoire d’action et la compréhension globale des enjeux et des dynamiques économiques, voire urbaines. Le bien-fondé de la répartition de ces compétences n’est pas le fruit de cet article. Toutefois, cette idée permet de se demander quel est le niveau administratif pertinent pour la gestion d’un réseau urbain à l’échelle métropolitaine. Cette difficulté de faire coexister les dynamiques économiques et sociales dans des niveaux de compétences en commun complique le choix d’une échelle d’analyse. Ainsi, l’approche géographique de l’infrastructure publique numérique est malaisée, car elle renvoie à une dimension internationale par son caractère technique et à une dimension locale par la gestion de son implantation physique ou la commercialisation des offres aux publics. En croisant le territoire de compétence et le territoire d’action, l’unité géographique institutionnelle la plus pertinente s’est avérée être le département. La commune s’est révélée trop petite face aux enjeux géographiques des infrastructures numériques. Si la région avait pu être le périmètre institutionnel de référence, notamment par le fait que c’est à elle que reviennent les compétences économiques, il s’avère qu’elle a plus un rôle de financement que de montage opérationnel. Par opposition, les administrations départementales sont fortement engagées sur le sujet de l’équipement physique de leur territoire de compétences. Au niveau de la construction à proprement parler, les expériences de terrain indiquent que pour la plupart des projets d’infrastructure numérique portés par une maîtrise d’ouvrage départemental, la maîtrise d’œuvre est effectuée par le mode concessif. La version la plus couramment choisie étant la Délégation de Service Public (Schirrer, 2007).

  • 2 85 % de l’activité TIC serait localisée en IDF d’après une étude de M. Yolin pour le Conseil Supéri (...)

7Le choix de s’intéresser aux départements franciliens est issu du constat que l’industrie numérique française est essentiellement localisée en Île-de-France2. Pour V. Vicaire, de la division commerce de l’Insee, « (…) l’Île-de-France a globalement renforcé sa spécialisation dans les services informatiques, conduisant à une légère augmentation de la concentration géographique de ce secteur en métropole. Le poids de l’Île-de-France dans les activités informatiques laisse peu de place à l’émergence d’autres régions » (Vicaire, 2002).

8Le choix géographique des départements s’est inscrit dans la volonté d’étudier un cœur de métropole, un territoire en limite voire en périphérie de métropole (Les Yvelines) et un territoire qui représente près de la moitié de l’espace régional (la Seine-et-Marne). Par ailleurs, nous avons étudié les montages opérationnels de ces départements, leurs états d’avancement permettaient d’avoir un réseau opérationnel et fini, un réseau en cours de travaux et un réseau en début de DSP.

9En ce qui concerne la ville de Paris, le cadre légal lui interdit la construction d’une infrastructure numérique : la carence des offres n’y est pas constatée. Cela signifie que l’initiative privée est présente de manière homogène même s’il existe des taux de couvertures différents d’un arrondissement à l’autre en matière de débit ou d’offres commerciales. Par contre, dès que l’on s’éloigne du Paris intra-muros, l’offre d’accès se fait moins dense. C’est ce qui motive les pouvoirs publics locaux à investir le chantier de la « VRD numérique ».

10Pour sa part, l’intervention des Yvelines se compose de plusieurs niveaux d’action. Le premier est de servir les industries de son territoire : celle de l’automobile avec Renault et son technocentre à Guyancourt, Peugeot à Aubergenville et à Poissy. Si ces entreprises n’ont pas de problème pour se raccorder, même à leur frais, les sous-traitants disposés sur le territoire en ont besoin. D’autres pôles attirent l’attention du Conseil Général du 78 comme le site de l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique à Rocquencourt, l’industrie militaro-industrielle autour de Vélizy-Villacoublay ou le milieu d’innovateurs du plateau de Saclay-Évry. Dans un second temps, la constitution d’une infrastructure numérique permet au département d’offrir une accessibilité en termes de performance aux entreprises de La Défense. En effet, pour les sociétés informatiques qui souhaitent installer un second site proche de leur siège social, les Yvelines se trouvent être un lieu d’implantation de premier ordre, car géographiquement, on se trouve à moins de 20 km de La Défense. Si on y ajoute la qualité de service d’un réseau de fibres optiques, le travail en réseau est envisageable. Par ailleurs, le poids de l’immobilier en termes de prix de location du m² de bureau à La Défense est évidemment à prendre en considération dans la mesure où une partie du personnel peut être délocalisée au sein des aires d’emplois de la métropole parisienne.

11En Seine-et-Marne, territoire plus rural, le réseau numérique d’initiative publique concerne également la desserte de zones productives comme le pôle de l’aéroport de Roissy ou le pôle de recherche du Polytechnicum de Marne-la-Vallée (pôle universitaire et la cité Descartes). Par ailleurs, la présence historique d’une activité logistique constitue un élément fort pour un maillage fin en termes d’infrastructure numérique afin de permettre un système d’information permanent et efficient. En effet, pour les sociétés de transports, les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) constituent un système nerveux en termes d’organisation de la branche (traçabilité des stocks, gestion des flottes de véhicules…). Toute avancée technique, du GPS aux bases de données, est bénéfique pour la profession. En outre, dans ce vaste territoire qui constitue près de la moitié de l’Île-de-France, le Réseau Téléphonique Commuté est mal adapté à l’ADSL pour permettre des flux numériques de qualité ; la construction d’une infrastructure de fibre optique (Sém@for77) s’est donc avérée indispensable pour le Conseil Général de la Seine et Marne (CG 77) afin d’assurer un accès garanti aux entreprises et aux ménages.

Qu’est-ce que l’activité informatique en Ile-de-France ?

12L’économie numérique représente le terreau d’entreprises industrielles ajouté aux entreprises de services spécialisées sur les TIC depuis les Sociétés Spécialisées en Ingénierie Informatique (SSII) jusqu’aux entreprises de création de contenu pour le web. L’économie numérique est par conséquent multisectorielle. Que représente l’économie numérique dans les Yvelines ?

13Les Yvelines recensent les quatre établissements industriels les plus importants de l’Île-de-France. Il s’agit du constructeur d’automobiles Peugeot Citroën SNC implanté à Poissy pour la tranche de 8 000 à 9 999 salariés, qui dispose par ailleurs d’un second site à Vélizy-Villacoublay pour la tranche de 4 000 à 5 999 salariés. Le constructeur concurrent Renault possède également deux sites (tranche 6 000 à 7 999 salariés). L’un est installé à Guyancourt3 depuis 1998 et s’avère être son technocentre, c’est-à-dire son centre R&D qui accueille tous les acteurs de l’ingénierie, du design, de l’achat informatique et la logistique du groupe. L’autre site est situé à Aubergenville (Atlas des Franciliens, 2003). En outre, le nombre d’emplois que ces industries génèrent de manière indirecte est un paramètre important à prendre en considération lorsqu’on parle d’économie numérique : en répercutant de leurs activités dans les PMI-PME locales par voie d’externalisation ou de sous-traitance, un système de coordination se met en place dans lequel la phase de communication est indispensable. Par conséquent, l’économie numérique concerne au premier titre ces grands sites industriels dont la consommation en infrastructures de télécommunications et en matériels informatiques s’est beaucoup élevée. L’électronique embarquée dans nos automobiles en est une preuve irréfutable : les garagistes ne conçoivent plus de travailler sur les pannes des véhicules sans y brancher un ordinateur qui les scannera et commandera en ligne les pièces défectueuses.

Les TIC rendent-elles économiquement plus accessible des territoires plus excentrés pour les entreprises ?

14Pour les territoires périphériques, attirer les entreprises d’informatique, c’est capter des entreprises dont le potentiel économique (notamment en termes de masse salariale) est élevé. Par voie de conséquence, c’est amener de la taxe professionnelle et une population active qualifiée. Cela agit à la fois sur l’activité économique et sur la structure sociale de la ville. Dans le cas parisien, la pénurie de la qualification ne se pose pas, car les employés viennent de l’ensemble de la région, parfois même davantage, pour y travailler : près des 2/3 des travailleurs de Paris viennent de banlieue, notamment dans les emplois métropolitains supérieurs. Pour sa part, l’espace périphérique accueille les activités les moins lucratives de Paris : le prix du foncier et de l’immobilier sont des critères déterminants pour évincer les entreprises dont la valeur ajoutée ne permet pas l’accession au centre métropolitain. Ainsi, les activités les plus rentables restent à Paris tandis que les autres sont rejetées soit en périphérie de l’agglomération parisienne, soit en province ou à l’international. Pour changer la donne, certains territoires périphériques investissent dans des infrastructures numériques afin de garantir aux entreprises une performance égalée au centre urbain, voire au pôle urbain, en termes d’accès aux usages numériques. Pour les responsables politiques, comme ceux du Conseil Général des Yvelines, l’intérêt est de garder et/ou de faire venir les entreprises au fort potentiel économique et fiscal. Toutefois, si les usages numériques concernent effectivement les entreprises spécialisées dans le domaine informatique, les industries traditionnelles sont de grandes consommatrices de flux numériques. À ce titre, l’infrastructure numérique accentue et consolide la dynamique des polarités déjà existantes et affirmées en périphérie. C’est précisément sur ce terrain que les territoires périphériques industriels ne doivent pas rater le coche. Au-delà du mythe (comme celui du télétravail dans les années 1970), l’activité informatique est-elle en mesure d’affecter les réseaux sociaux économiques préexistants en favorisant une dispersion de l’activité économique ? Peut-elle contribuer à une recomposition territoriale ? Examinons la situation des territoires périphériques d’Île-de-France.

15Pour ce faire, l’étude des logiques d’agglomération serait une entrée adaptée pour une approche métropolitaine. Dans le cadre de cet article, nous ne développerons pas ces aspects théoriques, néanmoins nous nous appuierons sur la mutation socio-économique de l’agglomération parisienne. En effet, avec la désindustrialisation des années 1970 et la tertiairisation de la région francilienne, l’Île-de-France a vu émerger des pôles spécialisés en limite de la métropole parisienne. La spécialisation de ces pôles est en relation avec un bassin d’emploi et un niveau de qualification de la main-d’œuvre locale. En d’autres termes, si des SSII choisissent les Yvelines pour un 2e site d’implantation de leurs serveurs, c’est la proximité géographique, mais également en raison d’une main-d’œuvre locale adaptée. Par ailleurs, l’efficacité des transports renforce la position des Yvelines en rendant le territoire accessible. Ce transfert d’activité aurait pu être envisagé entre La Défense et la Seine-et-Marne, car peu de kilomètres séparent ces deux départements. Toutefois, si la proximité spatiale est faible, la distance économique et sociale est forte, tant au niveau de leurs systèmes productifs qu’au niveau de la formation de la main-d’œuvre locale. Ainsi, l’hypothèse selon laquelle les TIC mettent fin à la dissymétrie Ouest / Est francilienne n’est pas vérifiée. L’histoire des territoires, leur densité de population, la concentration de sièges sociaux, leurs niveaux d’infrastructures et d’équipement sont des éléments majeurs à prendre en considération.

16Il convient ici d’introduire un indicateur efficace qui permet justement d’apprécier une partie de l’économie numérique. Pour ce faire, nous avons recours à la Nomenclature d’Activités Françaises (NAF) de l’Insee. En effet, la NAF est un indicateur d’identification des types d’activités de la population active. La base de données permet de distinguer les types d’activités à l’échelle de la commune, du département, de la région ou de la France. Cet indicateur permet d’identifier une activité surreprésentée au sein d’un territoire ou, à défaut, d’analyser la concentration d’une activité dans une commune, un département, un bassin d’emploi. Le tableau suivant dresse un état des lieux de l’activité informatique en Île-de-France en 2004. Le terme générique d’« Activités informatiques » répertorié sous le chiffre 72 de la classification NAF 60 signifie que le recensement se base sur un répertoire d’une soixantaine d’activités. Lorsque cette classification se divise en 712 activités, on parle de NAF 700 (l’article se base sur la NAF de l’année 2003). Pourtant, les données de ce tableau sont à lire avec précaution. À titre d’exemple, la population active en Île-de-France dépasse légèrement 5 millions d’emplois4 alors que celle indiquée dans le tableau est supérieure aux 3 900 000 emplois. La différence vient du fait que l’Unédic comptabilise l’emploi salarié selon la transmission des effectifs que les employeurs adressent aux Assédic. De plus, les salariés de l’État, des collectivités locales, des établissements publics à caractère commercial,5 etc…, ne sont pas pris en compte dans les emplois de la NAF. Malgré quelques défauts, l’utilisation de la NAF s’avère pertinente pour apprécier des tendances.

17Ainsi, le tableau suivant permet de distinguer deux tendances lourdes de l’activité informatique en Île-de-France en 2004. La première est connue. Elle est relative à la répartition géographique de la population active francilienne. Le tableau 1 montre une concentration de l’emploi informatique autour de Paris. En effet, l’activité informatique est surreprésentée à Paris et dans les Hauts-de-Seine en totalisant 124 000 emplois soit près 74 % de l’emploi informatique (Figure 1). Cela signifie qu’un grand nombre d’emplois de l’activité informatique se concentre sur une petite partie de la région francilienne.

  • 6 Source : Unédic/ Réalisation M. Schirrer, 2006

Tableau 1 : Activités informatiques en Île-de-France en 2004 selon le nombre d’emplois6

Département IDF

NB emploi NAF 72

Population active

Rapport

Paris

55 011

1 244 622

4 %

Hauts-de-Seine

69 036

755 746

9 %

Seine-Saint-Denis

8 433

355 692

2 %

Val-de-Marne

9 333

323 223

3 %

Seine-et-Marne

3 002

300 433

1 %

Yvelines

11 831

386 178

3 %

Essonne

9 659

285 533

3 %

Val-d’Oise

2 725

254 843

1 %

169 030

3 906 270

4 %

  • 7 Source : Unédic/ Réalisation M. Schirrer, 2006

Figure 1 : Répartition de l’activité informatique en nombre d’emplois / départements franciliens en 20047

Figure 1 : Répartition de l’activité informatique en nombre d’emplois / départements franciliens en 20047

18La seconde tendance est que l’activité informatique la plus représentative est celle du conseil en systèmes informatiques qui regroupe 45 % des effectifs (figure 3). L’activité logicielle, même si elle est distinguée en deux catégories, représente de manière unifiée près de 36 % des effectifs. Ainsi, ces deux activités cumulent 80 % de l’activité informatique francilienne.

  • 8 Source : Unédic / Réalisation M. Schirrer, 2008

Figure 2 : Activités informatiques en Île-de-France en 2006 selon le nombre d’emplois8

Figure 2 : Activités informatiques en Île-de-France en 2006 selon le nombre d’emplois8
  • 9 Source : Unédic / Réalisation M. Schirrer, 2006

Figure 3 : Répartition des activités informatiques en Île-de-France selon le type d’activité et par nombre d’emplois en 20049

Figure 3 : Répartition des activités informatiques en Île-de-France selon le type d’activité et par nombre d’emplois en 20049

19Une des logiques de cette concentration peut s’expliquer par la présence de sièges sociaux puisque ces deux branches d’activités sont intimement liées. De manière plus générale, l’activité informatique ne remet pas en cause la prospérité des espaces centraux et les espaces de ségrégations socioéconomiques ne s’affranchissent pas des stigmatisations antérieures. Les collectivités locales ont une capacité d’intervention plutôt faible pour changer la réalité de ces logiques de concentration. Toutefois, les actions existent et sur plusieurs niveaux.

20Au niveau des infrastructures, si Paris ne souffre pas de problème d’adduction numérique, la Seine-et-Marne accuse un déficit grave. Cette dernière est donc obligée d’investir afin d’offrir aux entreprises et aux ménages la possibilité de se raccorder (via un fournisseur) à un réseau numérique. Ainsi, l’histoire des territoires enseigne que les héritages historiques en termes de réseaux ou de densités d’offres prévalent à toutes autres considérations. Au contraire, les TIC ne rompent pas l’histoire des territoires, ils renforcent même les polarités existantes : là où il y a une densité d’offres et de services, les infrastructures numériques sont présentes et il n’y pas de constat de carence de l’offre. L’exemple de la Seine-et-Marne illustre la nécessaire intervention de l’investissement public pour financer un réseau numérique afin de permettre aux Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) d’offrir un service à la population sans investir dans l’infrastructure coûteuse, mais indispensable.

21Au niveau de l’activité économique, les monographies, étudiées de manière approfondie dans la thèse de l’auteur (Schirrer, 2007), ont montré que si le jeu de l’attractivité économique n’évolue que sensiblement à l’échelle métropolitaine, l’appréhension de pôles secondaires à l’échelle locale est pertinente pour approfondir une connaissance fine des dynamiques locales en cours (polytechnicum, projet sém@for, Yvelines numériques). Toutefois, il n’y a pas de réelle remise en cause du système urbain antérieur, et la dissymétrie Ouest / Est demeure.

22Un détour par le cas des téléports des années 1980/1990 apporte un élément supplémentaire à la réflexion. I. Le Roch soulève l’enjeu majeur de la réorganisation de l’espace local avec la mise en place d’activités liées à l’utilisation et l’échange d’informations et d’images. Cet espace local aura pour cadre géographique de référence celui du technopole : « Les technopoles s’inscrivent dans la résurgence du concept de ville capitale d’une région, repositionnant la ville non dans l’espace national, mais dans une distribution des centres internationaux. Les technopoles ne sont pas de simples zones d’activité où l’industrie et la recherche veulent bénéficier du meilleur environnement possible ; ce sont aussi des projets politiques, économiques et socioculturels, faits pour rentabiliser des économies locales atteintes par la crise des reconversions ou du sous-développement industriel.» (Le Roch, 1990). Cette citation mérite un commentaire, car elle porte une confusion sur l’échelle de référence du technopole. Ce dernier peut être défini comme un espace dans la ville consacré aux activités innovantes et High Tech. Mais il peut également être considéré comme l’espace métropolitain, celui de la ville technopolitaine rassemblant un ensemble de villes. La réorganisation de l’espace local est donc distincte de la spécialisation fonctionnelle de certaines parties de l’espace urbain. Cette précision apportée, l’idée de l’auteur est qu’une ville peut faire évoluer son système productif grâce à la présence du secteur informatique. À ce titre, l’illustration des Yvelines est exemplaire. Par l’installation d’une infrastructure de fibre optique, il s’agit d’offrir aux entreprises du secteur informatique une proximité géographique avec les sites économiques de La Défense ou du plateau de Saclay et/ou une proximité organisationnelle avec le technocentre de Renault, l’INRIA, et les autres grands groupes de production présents sur le territoire yvelinois. Derrière ces relations, c’est la capacité du support informatique à la création d’emplois métropolitains supérieurs (Charraud, 2003) dont il est question. Ces emplois métropolitains supérieurs font effet de levier sur tout un pan économique à forte valeur ajoutée, ce qui séduit à plus d’un titre les responsables des territoires locaux. Est-ce un hasard si c’est à La Défense et sur le plateau de Saclay qu’ont eu lieu les premières expérimentations des Boucles Locales Radio (processus de dégroupage de lignes téléphoniques) dans les années 1990 ? Ces sites étaient justement identifiés comme les lieux de concentration des fonctions métropolitaines supérieures de l’Île-de-France. Pourtant, la nature initiale des systèmes productifs locaux y est pour une large part dans le succès de ces espaces. La Défense était déjà un pôle de type Central Business District et le plateau de Saclay était depuis de nombreuses années un site de recherche prestigieux. Le support informatique n’est venu que renforcer ces pôles.

23Ces éléments consolident la conviction que les TIC ont un fort coefficient de métropolisation. Véronique Peyrache pose la question permanente si les TIC renforcent la polarisation dans les grandes villes ou bien au contraire, si elles induisent une tendance à la déconcentration urbaine ou à la désurbanisation (Peyrache, 1990) ? Le concept de « paradigme technologique » tente de montrer en quoi le contexte mondial actuel de mutations technico-économiques tend à renforcer ou au contraire à remettre en cause les avantages des métropoles. Pour notre part, le processus TIC/ métropolisation se caractérise par deux tendances : la première est une concentration de l’activité forte en valeur ajoutée dans le cœur de la métropole (Paris Intra Muros et une partie de la première couronne). La seconde tendance est un phénomène de délocalisation, un mouvement centrifuge qui éloigne les activités les moins performantes. Dans notre cas d’étude, cela est illustré par la localisation de l’activité de maintenance en limite de première couronne voire en deuxième couronne de la région parisienne. Ce propos n’entre pas en contradiction avec le fait que des SSII aient leurs sièges sociaux à La Défense dans le cadre de leur activité internationale et afin d’être à proximité du marché parisien, et que dans le même temps ces sociétés aient une grande partie de leurs effectifs dans les grandes villes de province où se localisent leurs clientèles non franciliennes ou qu’elles aient une unité de production dans un pays d’un autre continent.

24La confirmation du poids de l’immobilier n’est plus une découverte. L’exemple des pépinières parisiennes enseigne bien que le bâti sans le service n’est pas une bonne formule pour attirer les entreprises (Schirrer, 2007). Comme B. Moriset les appelle, « les forteresses numériques » (Moriset, 2004) sont aujourd’hui plus qu’un enjeu, elles sont une nécessité pour tout territoire qui souhaite s’inscrire dans une dynamique économique portée vers le numérique. Le coût de l’immobilier était effectivement une des raisons du départ d’une partie des entreprises du domaine des TIC du cœur de la métropole. C’est ce qui a conduit à déterminer si la périphérie avait les capacités d’avoir les compétences du centre, tant dans ses infrastructures que dans la qualification de sa main-d’œuvre. Dans les Yvelines, tel est le cas avec la présence d’infrastructures numériques disponibles, de compétences d’ordre technique (main-d’œuvre qualifiée et diplômée) et une situation propice en raison de la continuité géographique des Hauts-de-Seine. Mais les autres départements franciliens n’ont pas ces caractéristiques pour prétendre aux mêmes effets d’aubaine, mis à part quelques pôles distincts comme le Polytechnicum de Marne-la-Vallée ou le plateau de Saclay dans l’Essonne.

25Ces éléments doivent être reliés à l’importance du déplacement de l’activité manufacturière de l’Île-de-France vers la province et l’évolution d’une partie de l’économie francilienne vers le service numérique. Même si la décentralisation de la recherche peut créer un potentiel local très performant en province, la dissémination de l’activité R&D ne permet pas à tous les territoires de rivaliser avec les espaces technopolitains comme la Silicon Valley. La mise en concurrence des territoires est désormais associée à un contexte technologique mondial en transformation.

Une nouvelle structuration fonctionnelle du polycentrisme métropolitain ?

26« On est amené à envisager une hypothèse selon laquelle le réseau se substituerait à la place du marché » (Gilles, Guillaume, Zeitoun, 1994). Cette remise en cause de la centralité fonctionnelle s’applique au cas du CG 78, les interrelations entre réseau et territoire sont, dans ce cas, définies par le territoire de l’administration.

27Le profil des territoires induit des mécanismes d’équipement et de sélection de la part des FAI. Par exemple, s’il n’y a pas de constat de carence à Paris, à moins de 10 km, dans les Yvelines ou la Seine-et-Marne, les offres étaient peu nombreuses avant l’intervention publique. D’ailleurs, dans le triangle de Gonesse, là où il y a des taux très forts de chômage, aucun opérateur n’intervient. C’est l’une des raisons de la création d’une intercommunalité basée sur l’intérêt numérique : Débitex, l’autorité délégante de la Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise, met en avant la construction d’un réseau numérique sur son territoire institutionnel (27 communes du Nord Est parisien) justifié par l’argument qu’Irisé, le réseau de fibres optiques du Sipperec (syndicat de 80 communes autour de Paris), ne dessert pas les PME de cette zone, pourtant proche d’ADP Paris. L’activité logistique drainée par les aéroports de Roissy et du Bourget constitue donc une des clés du modèle d’affaires. Il s’agit surtout d’être en complémentarité à l’offre d’Irisé qui n’atteint pas les entreprises locales. Ainsi, Débitex a lancé la proposition de sa future DSP en mai 2007, avec le choix de son concessionnaire pour la fin de l’année 2008. Il faut suivre de prêt cette initiative afin de voir comment évolue ce nouveau type d’établissement public, tant au niveau du tracé filaire du réseau qu’au niveau de l’équilibre budgétaire de l’investissement public.

28S’il existe des modèles d’usages et sociaux prédéterminés dans l’offre des opérateurs, la notion d’équité sociale n’est possible à obtenir qu’en ayant une vision stratégique sur de grands territoires. Un opérateur privé peut-il jouer sur des échelles d’intervention à géométrie variable selon les régions ? Cela reste à démontrer. Dans ces conditions, l’offre publique peut-elle s’amender de cet exercice ? Le syndicat interdépartemental semble être une solution efficace pour lier le territoire de compétences au territoire d’action dans ce domaine d’intervention.

Conclusion

29L’article apporte une nouvelle contribution à l’ancienne et récurrente question de l’accessibilité, mais dans un cadre réglementaire nouveau (Art L 1425 CGCT).

30L’actualité donne du contenu à cet article. La récente DSP des Hauts-de-Seine indique qu’il y a un déplacement de la technique. Jusqu’à présent, la Boucle Locale Radio s’appliquait sur l’ADSL. Désormais c’est de fibre optique dont il est question. La différence entre ces deux modèles techniques est que l’un s’appliquait sur un réseau existant tandis que l’autre est à construire. Que vont devenir les modèles d’affaires des collectivités qui ont basé leur rentabilité sur l’ADSL (et donc sur le réseau téléphonique déjà crée) si la compétitivité se base désormais sur la fibre optique ? C’est d’ailleurs le cadre de la bataille actuelle sur la pose de fourreaux destinés à accueillir des réseaux de fibres optiques au sein des bâtiments. Le contenu de cette bataille se trouve dans les ordres du jour des réunions de syndics où la concurrence entre opérateurs est rude.

31L’expérience de Débitex indique que c’est peut-être dans la mise en place d’une coopération interdépartementale que réside la fin de l’inégalité de traitement entre les territoires, notamment pour ceux qui appartiennent à la même aire urbaine. En région parisienne, il s’agit peut-être d’une des compétences à attribuer à un futur syndicat du Grand Paris.

Haut de page

Bibliographie

ARCEP, (2007), L’intervention des collectivités locales dans les télécommunications : compte rendu des travaux du comité des réseaux d’initiative publique, Arcep, 92 p.

Atlas des franciliens, Activités et emplois, tome 4, Iaurif /Insee, 2003, 124 p.

BELOT C. (2005), Haut débit et territoires : enjeu de couverture, enjeu de concurrence, Les rapports du Sénat, n° 443, 2004-2005.

BLESSIG E. (2007), Déploiement la couverture numérique, rapport de la Délégation à l’aménagement et au développement durable du territoire, 130 p., <http://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-info/i3531.pdf>

CHARRAUD A. (2003), Ile-de-France, Regard sur les emplois supérieurs, 24 p.

COESTER G., DUCASS A. (2007), L’aménagement numérique du territoire, DIACT / La documentation Française, 104 p.

CONSEIL GENERAL DES YVELINES, (2002), Étude Stratégique pour le déploiement du Haut Débit dans les YVELINES, Document de Synthèse.

DUPUY G. (2003), Reykjavik à l’heure d’Internet : une métropole mondiale en miniature ?, Mappemonde n° 70, 31-34.

DUPUY G. (2004), Internet : une approche géographique à l’échelle mondiale, Flux, n°58.

GILLES L., GUILLAUME M., ZEITOUN J. (1994), De nouvelles représentations de l’espace, in MUSSO P. (dir.), Communiquer demain, Datar, éditions de l’Aube, 29-64 .

IAURIF (2005), Enquête et usages Internet, résultat Ile-de-France 2004, éd Iaurif, 10 p.

INSEE, CG 78, (2004), Dynamiques et attractivités du tissu yvelinois, Insee, 48 p.

MORISET B. (2004), Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications, Géocarrefour, vol 78, 375-388.

PEYRACHE V. (1990), Impact des nouvelles technologies dans le développement des régions urbaines de Paris et de San Francisco, Plan Urbain, Gremi, Université Paris 1.

RUTHERFORD, J. (2004), A Tale of Two Global Cities: Comparing the Territorialities of Telecommunications Developments in Paris and London. Aldershot : Ashgate.

SCHIRRER M. (2007), Révolution informatique et collectivités locales : quels impacts ? L’exemple de la métropole parisienne, thèse de doctorat, Université Paris X, 338 p.

SEINE-ET-MARNE DEVELOPPEMENT, (2000), Étude sectorielle, électronique et communication, Seine-et-Marne Développement.

VICAIRE V. (2002), Croissance et structuration de l’offre informatique francilienne, P 16- 25 ; in Technologies de l’information et de la communication en Ile de France, Insee, Crocis – CCIP, 104 p.

ZOOK M. (2001), Old Hierarchies or New Networks of Centrality ? The Global Geography of the Internet Content Market, American Behavioral Scientist, Vol. 44 No. 10, 1679-1696.

Haut de page

Notes

1 Voir le compte rendu du CRIP sur l’intervention des collectivités locales dans le domaine des télécommunications : <http://www.art-telecom.fr/index.php?id=9012>

2 85 % de l’activité TIC serait localisée en IDF d’après une étude de M. Yolin pour le Conseil Supérieur des Technologies de l’Information (CSTI), 2002

3 <http://www.renault.com/renault_com/fr/main/Rubrique_Transversale/FAQ/190_Technocentre/index.aspx>

4 Atlas des Franciliens, Insee, 2003

5 Liste complète de la méthodologie au lien suivant :
<http://info.assedis/index.php?idmenu=12205&idarticle=12160&chemin=12204|12205|c.fr/unistati>

6 Source : Unédic/ Réalisation M. Schirrer, 2006

7 Source : Unédic/ Réalisation M. Schirrer, 2006

8 Source : Unédic / Réalisation M. Schirrer, 2008

9 Source : Unédic / Réalisation M. Schirrer, 2006

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition de l’activité informatique en nombre d’emplois / départements franciliens en 20047
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 2 : Activités informatiques en Île-de-France en 2006 selon le nombre d’emplois8
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 3 : Répartition des activités informatiques en Île-de-France selon le type d’activité et par nombre d’emplois en 20049
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Schirrer, « L’activité informatique et l’accessibilité économique », Netcom, 23-1/2 | 2009, 143-154.

Référence électronique

Maxime Schirrer, « L’activité informatique et l’accessibilité économique », Netcom [En ligne], 23-1/2 | 2009, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://netcom.revues.org/927 ; DOI : 10.4000/netcom.927

Haut de page

Auteur

Maxime Schirrer

ATER, Conservatoire National des Arts et Métiers, Chaire Urbanisme et Environnement

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org