Navigation – Plan du site
Positions de recherche

L’espace social des étudiants marocains dans la mobilité internationale. Spatialisation des réseaux et recomposition territoriale

Sabrina Marchandise
p. 155-164

Résumés

La communication centre le propos sur l’étude des migrations étudiantes internationales, particulièrement marocaines. Ce thème se situe dans un contexte d’internationalisation de l’enseignement supérieur, au cœur des enjeux actuels qui ont trait à la mobilité des savoirs et des compétences et plus généralement dans les enjeux sociaux des réseaux. L’objectif général de la recherche réside dans la compréhension de la façon dont les étudiants marocains se représentent, conçoivent et produisent leurs rapports à l’espace, territorialisant de nombreuses aires. Comment alors penser les nouvelles formes de territorialité des étudiants marocains ? Les traductions spatiales des différents facteurs intervenant dans la dynamique sociale étudiante peuvent fournir des clés de lecture et d’interprétation des changements en cours (usages et technologies). Le projet consiste donc à saisir comment est structuré l’espace social des étudiants à travers les différents réseaux. Cet objectif pourra être atteint grâce à la spatialisation des réseaux étudiants marocains. Un croisement des méthodes et une articulation des échelles s’avèrent nécessaires pour une approche par les trajectoires et les pratiques des étudiants.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Henry Bakis et Geneviève Cortès, mes directeurs de recherche, pour leurs conseils et relectures.

Les enjeux scientifiques et sociétaux de la recherche sur les migrations étudiantes

1Le thème des migrations étudiantes internationales se situe au cœur des enjeux actuels qui ont trait à la mobilité internationale des savoirs et des compétences, et plus généralement dans les enjeux sociaux des réseaux (Bakis, 1993 ; Parrochia, 2001).

  • 1 Classement académique des universités mondiales par l’université Jiao Tong de Shanghai. Les institu (...)

2La question est centrale. L’enjeu scientifique traduit une demande sociale forte. Le thème des migrations étudiantes est au cœur de l’actualité et se reflète à travers des sujets de préoccupation tels le classement de Shanghai1, la compétition pour l’obtention des talents, l’intérêt manifesté par les universités et les villes à l’égard de l’attractivité des sites universitaires. En Europe, les programmes Erasmus ont agi comme un catalyseur des mobilités étudiantes. Ils se sont ouverts hors Europe avec les programmes Erasmus Mundi et permettent des échanges des pays du Nord vers les pays du Sud. Pourtant, les étudiants qui poursuivent des études à l’étranger viennent majoritairement des pays en développement (aux alentours de 60%, UNESCO, 2004).

3Il est aujourd’hui communément admis que la migration relève plus de la continuité que de la rupture (Cortès, 1998), d’un continuum tant dans l’espace que dans le temps.

  • 2 Des recherches ont été réalisées sur les étudiants maghrébins dans une perspective historique ou d’ (...)

4Peu de travaux abordent cette question concernant les étudiants maghrébins, notamment lorsqu’ils étudient en France (alors que 74,92 % des Maghrébins qui s’expatrient pour études le font en France, UNESCO, 2004)2. Il paraît alors particulièrement important de réaliser un état de la question sur ces étudiants en France dans le contexte actuel de construction de l’espace euro-méditerrannéen, de saisir les interactions entre espace, mobilité et société.

  • 3 La notion de « culture de la mobilité » est utilisée par différents auteurs, notamment Laurent Fare (...)
  • 4 On observe une évolution des destinations internationales des étudiants marocains. La France ne rep (...)

5La recherche est centrée sur les étudiants marocains, puisqu’ils sont non seulement les étudiants étrangers les plus nombreux en France, mais ils ont un taux de mobilité vers l’étranger remarquablement élevé (entre 16,7 % en 2003 et 11,3 % en 2006, données UNESCO). La mobilité pour études peut donc être considérée comme un phénomène social total (Lévy, 2000), il existe une certaine « culture de la mobilité »3 pour les étudiants marocains4.

6Les configurations de ce phénomène de mobilité constituent des révélateurs sociaux du fonctionnement de la vie en migration. Nous pouvons nous demander quelle est l’influence du fonctionnement social dans la mobilité étudiante.

7La population étudiante est une catégorie de migrants particulière au moins à trois niveaux : elle fait preuve de logiques propres dans la migration, dues à la quête d’un diplôme universitaire ; c’est une population qualifiée dont les compétences importent dans la relation espace / société ; enfin, nous supposons que ces migrants ont un accès et une utilisation massive des technologies de l’information et de la communication (TIC).

8Par ailleurs, les étudiants, comme toutes les catégories de migrants, sont également des migrants pour qui la culture du lien est fondée et entretenue dans la mobilité, notamment par l’existence de lieux de rencontre communautaires. Avec l’essor et l’usage des TIC, cette culture du lien voit se dessiner de nouvelles formes, plus souples et probablement plus efficaces. Ce thème est au cœur du débat sur la signification sociale des TIC dans la migration : nouvelles pratiques des acteurs et implications spatiales liées aux nouvelles conditions techniques (modification de l’accessibilité des territoires). Les perspectives géographiques sont ainsi renouvelées par l’analyse des TIC (concept de géocyberespace, Bakis, 1997).

9Une question sociale primordiale est également soulevée, elle est liée aux enjeux multiples de la mise en réseau des élites émigrées en vue d’un réinvestissement dans le pays d’origine (Meyer, 2007). Cette question est à rapprocher de la problématique de la fuite des cerveaux ou du brain gain pour le Maroc.

Logiques et pratiques étudiantes : la construction d’un territoire élargi ?

10La motivation de la migration est généralement la réalisation du projet universitaire, l’acquisition de compétences. La formation à l’étranger relève également de domaines d’études attractifs, tels les sciences, la médecine ou l’économie. Toutefois, la migration étudiante marocaine s’inscrit aussi dans la construction d’un « collectif transnational » (Latrèche, 2003) par l’entretien de circulations intenses et la mise en place d’un espace relationnel établi entre le pays d’origine et les différents pôles de réception des migrants. Le concept de circulation migratoire (Tarrius, 2000 ; Schaeffer, 2004) met en avant la multipolarité de l’espace migratoire des étudiants, il fait le lien avec la notion de champ migratoire et de mobilisation familiale. L’analyse de la circulation migratoire permet de comprendre les pratiques spatiales, les logiques sociales et les processus identitaires qui les sous-tendent. C’est pourquoi ce concept justifie notre approche en termes de trajectoires et d’espaces relationnels (Béteille, 1981).

11L’objectif général de la recherche réside dans la compréhension de la façon dont les étudiants marocains se représentent, conçoivent et produisent leurs rapports à l’espace, territorialisant de nombreuses aires. Comment alors penser les nouvelles formes de territorialité des étudiants marocains ? Parler de « territorialisation » pour des migrants, et plus encore pour des étudiants, peut paraître paradoxal. Classiquement, la notion de territoire fait référence à l’ancrage, à l’installation. Nous supposons donc que la mobilité et la dimension du passage, de la présence courte dans des lieux, voire éphémère pour les étudiants, ne sont pas incompatibles avec l’idée de territorialisation, processus abordé ici dans une dynamique de constitution territoriale et de transformation.

12Notre hypothèse consiste à considérer que, loin d’être un espace mal défini, le territoire pratiqué par les étudiants apparaît, au contraire, comme structuré par des sociabilités élargies déployées sur des espaces différenciés dans une logique de circulation élargie.

13Cette hypothèse est donc fondée sur la solidité de la forme d’organisation étudiante et prend en considération l’évolution constante des pratiques sociales et spatiales dans la migration, laquelle réorganise les territoires.

14Il ne s’agit pas ici d’étudier « le » territoire des étudiants marocains, mais de saisir les logiques et pratiques des acteurs qui prennent sens sur un territoire. La conceptualisation du territoire devra être soumise à une analyse critique sur l’articulation des pratiques de l’individu et du collectif, autrement dit le territoire de chaque étudiant représente-t-il une des composantes du territoire de l’ensemble du groupe ?

15Les traductions spatiales des différents facteurs intervenant dans la dynamique sociale étudiante peuvent fournir des clés de lecture et d’interprétation des changements en cours (usages et technologies). Il s’agit alors de raisonner en termes d’appropriation, c’est-à-dire de mettre l’accent sur le social et sa dimension spatiale.

16Le territoire est produit à partir de l’espace par les réseaux, circuits et flux projetés par les groupes sociaux (Bailly, 2004). Il s’agit de concevoir le niveau de complexité de l’organisation territoriale des étudiants, de mettre en avant les interrelations spatiales, matérielles et idéelles, au sein desquelles se construisent les rapports sociaux, les pratiques et les représentations des acteurs.

17La géographie sociale s’applique à mettre en avant les processus de spatialisation et de territorialisation de la sphère sociale (Di Méo, 1998). Le rôle spécifique du géographe dans l’étude des réseaux est l’analyse de la répartition des réseaux dans l’espace, des relations sur un même territoire de réseaux différents, de l’établissement de la relation entre les réseaux et le territoire considéré (Bakis, 1993). Quelles sont alors les capacités des réseaux dans la migration étudiante marocaine ?

18Notre projet consiste donc à saisir comment est structuré l’espace social des étudiants à travers les différents réseaux (réseaux sociaux, réseaux matériels et physiques).

19Cet objectif pourra être atteint grâce à la spatialisation de notre regard (Simon, 2008), la spatialisation des réseaux étudiants marocains. Celle-ci nous dévoilera les logiques de recompositions territoriales en œuvre.

20Un des enjeux heuristiques de la recherche consiste à comparer la spatialisation des réseaux étudiants dits classiques (familiaux et matériels) avec la spatialisation des réseaux liés aux TIC, ce qui amène à penser le lien entre les territoires physiques et les territoires virtuels des étudiants marocains. A travers des pratiques différentes, quels sont les liens avec le pays d’origine ?

21Enfin, la question du transfert de compétences interroge également l’analyse de l’organisation réticulaire des territoires : comment se reconstruit du réseau, dans les territoires élargis, en lien avec les expériences migratoires des étudiants ? L’acquisition de compétences entraîne-t-elle une transformation / recomposition des territoires ?

Migrations, circulations et réseaux : un regard dynamique

22L’originalité de la démarche géographique, inspirée des nouvelles approches sur les migrations internationales, notamment le transnationalisme (Faret, 2003 ; Schnapper, 2001) et la théorie des réseaux sociaux (Degenne et Forsé, 2004), réside dans le déplacement du regard et des paradigmes mobilisés traditionnellement dans l’étude des migrations. Il s’agit non pas de privilégier une analyse du phénomène migratoire du point de vue de l’insertion ou de l’intégration des qualifiés dans le pays d’accueil, mais d’embrasser la multipolarité de l’espace migratoire étudiant, autrement dit de prendre en compte la multiplicité des lieux et des pôles de vie (espaces d’origine et de réception). L’analyse des réseaux est donc repositionnée dans cette configuration complexe de la construction des espaces migratoires et de la circulation (en termes de “va-et-vient”, transferts de biens, de compétences et d’argent). Ainsi, l’hypothèse peut être faite que les étudiants, à l’image des migrants économiques, peuvent s’installer dans des logiques de circulations migratoires. Le concept de territoires circulatoires (Tarrius, 2002) fait référence à l’appropriation des espaces parcourus et reconnus par le migrant « dans un jeu de correspondances spatiales et symboliques complexes » (Simon, 2008). Dans les pratiques sociales étudiantes, les flux et circulations sont caractéristiques d’une nouvelle forme spatiale façonnée par les réseaux, ceci au sein de territoires complexes multipolarisés.

23Les théories de la migration s’accordent sur le fait que les migrants, dans la mobilité internationale, sont à l’origine d’une culture de lien (D. Diminescu, 2005). Celle-ci est d’autant plus visible avec le développement des nouvelles technologies de communication. Nous adoptons un positionnement qui rend compte des transformations du rapport des migrants à l’espace et aux liens dans un contexte d’une société hypermobile où l’environnement est augmenté par l’utilisation des TIC. Les migrants « connectés » gardent toujours le contact avec le pays d’origine, leur réseau social d’origine, mais peuvent élargir leurs relations en dehors de leur groupe d’appartenance.

24La connectivité transforme-t-elle le rapport à l’espace ? Nous adoptons ici la définition de connectivité établie par Dana Diminescu, la connectivité est utilisée comme un analyseur global des réseaux techniques et sociaux, qui peut donc vérifier l’aptitude du migrant disposant de terminaux informatiques de fonctionner dans des réseaux différents (Diminescu, 2005). Cette notion peut faire l’objet d’un traitement géographique.

25Par l’approche des réseaux en tant qu’objet de recherche, on peut apprécier le rôle des acteurs animant ces réseaux, le rôle de ces derniers dans la structuration et la recomposition des territoires. Les réseaux révèlent l’existence d’un territoire propre, construit sur un espace discontinu mais dans lequel les différentes spatialités sont connectées. Les réseaux constituent alors la morphologie sociale (Castells, 1998). Ils représentent le meilleur outil opératoire pour rendre compte dans une large mesure du fonctionnement social et spatial. Quelle est la place des réseaux dans le mode de socialisation des espaces des étudiants marocains ?

26Les réseaux permettent une diversité d’échanges reliant des lieux complémentaires. Le réseau a donc une capacité de mise en relation des acteurs et des lieux dans des espaces différenciés (Dupuy, 2002). L’espace, ou le territoire, ne se réduit pas à ses dimensions physiques ou euclidiennes mais intègre également les dimensions sociales et mentales.

27Actuellement, un grand débat a lieu autour des notions de réseaux et territoires, puisque travailler sur l’un conduit à travailler sur l’autre. Le couple réseaux/territoires constitue un bon outil pour distinguer les pratiques des étudiants, puisque l’analyse des réseaux fait ressortir des proximités invisibles autrement.

Une approche par les trajectoires et les pratiques

28La démarche se doit d’abord d’être multiscalaire. L’articulation des échelles enrichit les apports du projet. Il s’agit d’analyser, à une échelle globale tout d’abord, l’ampleur des flux et la configuration renouvelée des polarités de la mobilité étudiante à une échelle internationale, puis, en se recentrant sur l’espace euro-méditerranéen, focaliser le regard sur la situation entre le Maroc et la France. Enfin, l’analyse spécifique de certaines universités, choisies selon des modalités pertinentes, permettra d’approfondir les questions soulevées.

29La démarche doit également s’imposer un regard sur le temps long des migrations étudiantes marocaines. Il importe de comprendre les évolutions des mobilités selon différentes configurations temporelles.

  • 5 Fait référence à une attraction préférentielle à la fois au niveau national, les migrants des pays (...)

30Nous posons l’hypothèse que les trajectoires migratoires, définies comme les parcours personnels des migrants au cours de leur existence (Cortès, 1998), dépendent en partie des ressources mobilisables et des stratégies mises en œuvre par l’étudiant. En effet, les migrations étudiantes peuvent s’expliquer par la persistance de liens et de filières migratoires anciennes5, mais également par les opportunités offertes par les politiques éducatives ou de coopération des établissements et des Etats. La question des mobilités étudiantes est donc également fortement liée aux notions de réseaux et de champs migratoires.

  • 6 La compétence est entendue ici en tant que savoir-faire et non pas dans le sens strict de qualifica (...)

31La mobilité étudiante peut être abordée comme compétence6. Celle-ci peut s’exprimer par la capacité d’utilisation optimale des lieux dans leur complémentarité. Le système de mobilité, en tant que notion opératoire, permet l’identification des liens et relations des étudiants entre les différents espaces fréquentés (Lévy, Lussault, 2003).

32Une approche par les trajectoires permet d’appréhender l’évolution et la recomposition des pratiques, c’est-à-dire de saisir la configuration actuelle des mobilités. Les trajectoires mettent en évidence les lieux de départ et d’arrivée, et la relation avec les migrations familiales et communautaires. Les pratiques évoquent les espaces vécus, les liens entretenus avec le pays d’origine, les relations établies dans la ou les villes d’accueil et les projets des étudiants. Les sociabilités seront donc étudiées dans ce cadre à travers l’analyse des réseaux. Pour tous les réseaux étudiants coexistant (réseaux familiaux, communautaires, étudiants…), nous pouvons nous demander quelles sont les modalités des pratiques et des usages. Elles peuvent être révélées à la fois par les sociabilités établies ou entretenues dans des rapports directs et par des sociabilités établies ou entretenues par l’utilisation des TIC.

  • 7 Un projet collectif d’élaboration d’une proposition de grille d’observation des sites web sous l’an (...)

33Les usages des TIC permettent-ils d’assimiler le Net à un producteur de lien social qui réorganise les réseaux ? Le positionnement ici est différent par rapport aux défenseurs de la disparition des distances grâce à Internet. Il y a nécessité de produire une grille de lecture permettant l’interprétation géographique des usages des TIC7.

34Emmanuel Eveno (2004) nous rappelle que pour bien comprendre la nature des usages des TIC, « il faut aussi les lire dans l’espace et en lien avec les évolutions sociales qui réorganisent les espaces ». Il est donc nécessaire de contextualiser l’usage des TIC par les étudiants marocains par rapport à l’ensemble des éléments qui tendent à structurer leur mode d’organisation sociale. Nous avançons l’hypothèse que les dimensions spatiales du développement des usages des TIC chez les étudiants marocains participent d’une recomposition de l’espace (et par là des réseaux) par une évolution des formes d’organisation de l’espace. Les TIC offrent alors de nouvelles expériences de spatialité (géocyberespace, Bakis, 2001). Ceci interroge sur le rapport de la communauté à l’espace et au lien. Dans ce cadre, les TIC sont considérées comme un continuum social entre les espaces sociaux construits dans le monde réel et ceux construits et entretenus dans le monde virtuel. Il s’agit alors d’approfondir l’analyse des « e-pratiques » des migrants : quel impact d’internet sur les pratiques migratoires ? Quelle est l’occupation des territoires numériques par les étudiants marocains ? Quel est le rôle de la connectivité dans la relation mobilité / communication ? Les TIC offrent-elles la possibilité de conquérir de nouveaux espaces de socialisation par des sociabilités développées en ligne (continuum social et construction identitaire) ? Autant de questions sur lesquelles la réflexion et la méthodologie porteront.

Conclusion

35L’approche par les pratiques et trajectoires nous amène à repenser le lien mobilité / réseaux / territoires, dans une perspective géographique.

36Dans la migration, on observe une banalisation des territoires en réseaux, mais peu de connaissances ont été produites sur le fonctionnement des territoires étudiants. Les territoires de référence des étudiants peuvent évoluer avec les changements de pratiques des réseaux. « La densification des réseaux produit du territoire » (Lévy, 2000), on peut alors penser que les étudiants internationaux font partie des titulaires majeurs de cette capacité de production territoriale. Le territoire entre dans la combinaison identitaire du groupe social qui le façonne, surtout par les représentations, idéologies et pratiques qu’il engendre. A l’intérieur du territoire, différentes composantes se mêlent : espaces produits, vécus, représentés et sociaux (Di Méo, 1998). Ceci entraîne toute une réflexion épistémologique sur la notion de territoire, largement utilisée dans tous les champs des sciences sociales, et en particulier par les géographes. Le concept doit être mis en perspective avec celui de territorialité défini par Claude Raffestin et repris par Guy Di Méo (1998) : la territorialité « reflète la multidimentionnalité du vécu territorial par les membres d’une collectivité, par les sociétés en général ». Le passage du territoire à la territorialité renvoie donc au passage du sujet social au produit et à l’objet.

37Il s’agit donc ici de mettre en perspective la complexité des territoires multipolarisés des étudiants marocains par une spatialisation des réseaux. Notre attention portera sur la comparaison des territoires physiques et virtuels par une analyse des conséquences territoriales des pratiques du migrant « connecté ».

Haut de page

Bibliographie

BAILLY Antoine (sous la dir. 2004), Les concepts de la géographie humaine, Paris, Masson, 333 p. (5ème ed.).

BAKIS Henry, 1993, Les réseaux et leurs enjeux sociaux, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je?, Paris, 127 p.

BAKIS Henry, 2001, “Understanding the geocyberspace : a major task for geographers and planners in the next decade”, NETCOM, vol. 15, n° 1-2, pp. 9 – 16.

BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, 2005, « Sociabilités et territorialités féminines dans la ville au Maghreb : tentative d’approche », In CORTES Geneviève, CAPRON Guénola et GUETAT-BERNARD Hélène, Liens et lieux de la mobilité, ces autres territoires, Mappemonde Editions Belin, Paris, pp 81-94.

BETEILLE Roger, 1981, « Une nouvelle approche géographique des faits migratoires : champs, relations, espaces relationnels », L’espace géographique, n°3, pp 187-197.

BORGOGNO Victor et STREIFF-FENART Jocelyne, 1999, « L’accueil des étudiants étrangers en France : politiques et enjeux actuels », Cahiers de l’URMIS, mai 1999, pp 77-86.

CASTELLS Manuel, 1998, La société en réseaux. L’ère de l’information. Fayard, Paris, 671 p.

CORTES Geneviève, 1998, « Migrations, systèmes de mobilité, espaces de vie : à la recherche de modèles », L’espace géographique, n°3.

CORTES Geneviève, 2003, «Parcours de mobilité et territorialisation des migrants boliviens. Le « retour », lieu et moment d’une spatialité dispersée ». Communication au Colloque «Historical Dimensions of the Relationship between space and culture », Rio de Janeiro, 10-12 juin 2003, International Geographical Union. Commission on the Cultural Approach in Geography. (publication Cdrom).

CORTES Geneviève, 2008, Migrations, espaces, développement. Une lecture des systèmes de mobilité et des constructions territoriales en Amérique latine. Habilitation à diriger des recherches, Université de Poitiers.

DEGENNE Alain et FORSE Michel, 2004, Les réseaux sociaux, A. Colin, Paris, 294 p.

DIA Ibrahima Amadou, 2005, « Migrations internationales estudiantines, internationalisation de l’enseignement supérieur et fuite des cerveaux », Global migration perspectives, N° 54, novembre 2005, Global Commission on International Migration (GCIM), 33 p.

DI MEO Guy, 1998, Géographie sociale et territoires, Editions Nathan, Paris, 320 p.

DIMINESCU Dana, 2005, « Le migrant connecté. Pour un manifeste épistémologique », Migrations/Société, vol. 17, n°102, pp. 275 – 292.

DUPUY Gabriel, 2002, Internet, géographie d’un réseau, Ellipses Editions, Paris, 160 p.

EVENO Emmanuel, 2004, « Le paradigme territorial de la société de l’information », NETCOM, vol. 18, n° 1-2, pp. 89 – 134.

FARET Laurent, 2003, Les territoires de la mobilité : migrations et communautés transnationales entre le Mexique et les Etats-Unis, CNRS Editions, Paris, 351 p.

GEISSER Vincent (sous la dir.), 2000, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, trajectoires sociales et itinéraires migratoires, CNRS Editions, Paris, 332 p.

GERARD Etienne (sous la direction de), 2008, Mobilités étudiantes Sud – Nord. Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Editions Publisud, Paris, 379 p.

LATRECHE Abdelkader, 2003, « Les étudiants de nationalités étrangères en France. Le cas des étudiants maghrébins au XXème siècle », in PETER Hartmut Rüdiger et TIKHONOV Natalia (ss la dir.), 2003, Universitäten als Brücken in Europa : Studien zur Geschichte der studentischen, Migration : Les universités, des ponts à travers l’Europe : études sur l’histoire des migrations étudiantes, Frankfurt am Main : New York : P. Lang.

LEVY Jacques, 2000, « Les nouveaux espaces de la mobilité », in BONNET Michel et DESJEUX Dominique (sous la direction de), Les territoires de la mobilité, Presses Universitaires de France, Paris, 224 p., pp 155 – 170.

LEVY Jacques et LUSSAULT Michel (sous la dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 1033 p.

MEYER Jean-Baptiste, 2002, “Migration of skilled and highly skilled workers. South Africa : a case study”, International Mobility of the Highly Skilled – OECD 2002 pp213-221.

MEYER Jean-Baptiste, 2007, “Building sustainability : the new frontier of diaspora knowledge networks”, COMCAD Working papers, n°35, 27 p.

NEDELCU Mihaela, 2002, « E-stratégies migratoires et communautaires : le cas des Roumains à Toronto », Hommes et migrations, « Migrants.com », n°1240, novembre-décembre 2002, pp.42-52.

PARROCHIA Daniel (sous la direction de), 2001, Penser les réseaux, Editions Champ Vallon, Seyssel, 267 p.

SCHAEFFER Fanny, 2004, Le territoire des passe-frontières : dynamiques sociales, identitaires et spatiales de la structuration du champ migratoire marocain, thèse de doctorat, Université de Poitiers, 478p.

SCHNAPPER Dominique, 2001, De l’Etat-nation au monde transnational, Revue Européenne des Migrations Internationales vol.17 n°2, pp 9-36.

SIMON Gildas, 2008, La planète migratoire dans la mondialisation, Armand Colin, Paris, 255p.

TARRIUS Alain, 2002, La mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Editions Balland, Paris, 164 p.

Haut de page

Notes

1 Classement académique des universités mondiales par l’université Jiao Tong de Shanghai. Les institutions de recherche sont classées selon un nombre restreint de critères comme le nombre de publications ou le nombre de prix Nobel attribués.

2 Des recherches ont été réalisées sur les étudiants maghrébins dans une perspective historique ou d’insertion et d’accueil en France. Se référer notamment à Borgogno Victor et Streiff-Fenart Jocelyne (1999), Latrèche Abdelkader (2003) et Gérard Etienne (2008). Les mobilités étudiantes d’autres nationalités ont également fait l’objet de recherches, surtout relatives à la question de la fuite des cerveaux. Citons, entre autres, Dia Ibrahima Amadou (2005) concernant les étudiants sénégalais, et Meyer Jean-Baptiste (2002) à propos de la diaspora qualifiée sud-africaine.

3 La notion de « culture de la mobilité » est utilisée par différents auteurs, notamment Laurent Faret à propos des Mexicains et Dana Diminescu à propos des Roumains.

4 On observe une évolution des destinations internationales des étudiants marocains. La France ne représente plus la seule option possible. En 2004, les données de l’UNESCO indiquaient que la France accueillait 63,7 % des étudiants marocains internationaux, l’Allemagne 16,1 %, la Belgique 5 %, les Etats-Unis 3,6 % et les Pays-Bas 3,2 %. Depuis cette date, les étudiants marocains se dirigent également, et de plus en plus, vers le Canada et l’Espagne. En 2006, 69 % des étudiants marocains internationaux étaient en France, 11,4 % en Allemagne, 3,8 % en Espagne, 3,7 % aux Etats-Unis et 2,4 % au Canada.

5 Fait référence à une attraction préférentielle à la fois au niveau national, les migrants des pays anciennement colonisés se dirigent principalement vers la France, et à la fois au niveau local avec l’établissement de relations privilégiées entre villes de départ et villes d’arrivée, c’est l’exemple du lien entre Ouarzazate, Errachidia ou Casablanca avec Montpellier.

6 La compétence est entendue ici en tant que savoir-faire et non pas dans le sens strict de qualification.

7 Un projet collectif d’élaboration d’une proposition de grille d’observation des sites web sous l’angle "géographie/culture/identité/territoire" est actuellement en cours, sous la direction d’Henry Bakis, Université Montpellier III et implique plusieurs doctorants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Marchandise, « L’espace social des étudiants marocains dans la mobilité internationale. Spatialisation des réseaux et recomposition territoriale », Netcom, 23-1/2 | 2009, 155-164.

Référence électronique

Sabrina Marchandise, « L’espace social des étudiants marocains dans la mobilité internationale. Spatialisation des réseaux et recomposition territoriale », Netcom [En ligne], 23-1/2 | 2009, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/878 ; DOI : 10.4000/netcom.878

Haut de page

Auteur

Sabrina Marchandise

Allocataire de recherche en géographie, laboratoire Mutations des Territoires en Europe (CNRS, Université Montpellier III), marchandisesabrina@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org