Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Compte-rendu du symposium Netsuds 2009

Politiques et modes d’appropriation des TIC dans les « pays des suds »
Arthur Devriendt
p. 309-312

Entrées d’index

Mots-clés :

TIC, colloque, Netsuds
Haut de page

Texte intégral

1Ce colloque organisé par le Groupe de Recherche International (GDRI) Netsuds s’est tenu du 13 au 16 octobre 2009 à la Maison des Suds de Bordeaux.

2Avec plus de 80 intervenants dont une grande majorité de chercheurs mais également des entrepreneurs et des responsables associatifs, ce colloque marquait à la fois la fin des activités du GDRI Netsuds, « plateforme d’observation des dynamiques de la société de l’information dans les Suds1 » créée en 2005 dans le prolongement du programme de recherche Africa’nti, et le nouveau départ du Centre d’Etudes d’Afrique Noire, appelé à se transformer prochainement en un nouveau laboratoire : « Les Afriques dans le monde ».

3Cinq thèmes principaux ont été retenus, pour structurer le déroulement de l’événement : Accès et service universel ; Jeux et enjeux autour de la régulation du secteur ; TIC, médias et contenus ; TIC et mobilités, diasporas, migrations ; Usages innovants et impacts. La dernière journée a par ailleurs été consacrée à la gouvernance de l’internet avec la tenue du cinquième atelier du séminaire de recherche IG3T « Internet Governance : Transparency, Trust & Tools2 ».

  • 3 Les communications sont disponibles en texte intégral sur le site web du GDRI Netsuds. Voir égaleme (...)

4L’objectif ici n’est pas d’aborder l’ensemble des communications présentées3 mais de relever, en assumant le caractère éminemment subjectif d’une telle démarche, quelques points saillants des réflexions menées lors de ces journées.

Accès et service universel

5Ce premier thème visait à interroger l’aménagement numérique des territoires autour des questions suivantes : « quelles politiques et solutions techniques pour mettre fin à la fracture numérique ? » ; « Quel(s) rôle(s) pour quel(s) acteur(s) ? » ; « Doit-on considérer les télécommunications comme un bien public mondial ? » ; « Quel avenir pour les accès publics ? »

6L’intervention de Gabriel Dupuy (Université. Paris 1) était ainsi consacrée à la fracture numérique et à son revers : la « dépendance numérique » ; dépendance non pas à considérer au niveau individuel mais au niveau de l’organisation sociale collective à savoir une situation dans laquelle, à l’instar de ce que l’on observe dans le domaine automobile (« dépendance automobile »), le développement du réseau tend à être irréversible ce qui, dès lors, diminue les capacités d’action des non-usagers dont la situation se dégrade. En d’autres termes, il s’agit d’une situation où tout est fait uniquement pour ceux qui sont connectés.

7Si cette thématique semble concerner les seuls pays occidentaux, elle a également le mérite d’éclairer sous un autre angle les discours récurrents de la « solidarité numérique » et les nombreuses injonctions pour lutter contre la fracture numérique.

8Concernant cette « solidarité numérique », Philippe Vidal (Université du Havre) distingue deux orientations : d’une part une approche techniciste, « top down », caractérisée par un vocabulaire dominé par les termes de « rattrapage » et de « retard » ; de l’autre, une approche endogène, « bottom up », pour laquelle les TIC sont considérées comme un possible « levier de développement ». Or ces deux approches sont difficilement compatibles car il s’agit de deux conceptions politiques, deux systèmes de valeurs opposés. C’est donc toute la gouvernance de cette « solidarité numérique » qu’il faut repenser.

9A noter toujours dans ce thème de l’accès et du service universel les communications de Jérémie Burdoncle (Hedera Technology) et de Didier Ruketabaro Kasole (Afrispa) qui ont insisté tous deux sur la nécessité d’infrastructures locales (hébergement web local, points d’échange internet locaux etc.).

Jeux et enjeux autour de la régulation du secteur

10« Quelle combinaison de rôle entre acteurs privés et publics ? » ; « Quels bilans tirer des privatisations ? » Telles étaient les principales questions de ce deuxième grand thème. Entre autres, José Do-Nascimiento (Université Paris Sud) s’est intéressé aux Autorités de Régulation des Télécommunications (ART) africaines en questionnant leur indépendance ; Olivier Sagna (Université Cheikh Anta Diop) s’est quant à lui intéressé à la privatisation opérée dans le secteur des télécommunications au Sénégal en s’interrogeant sur sa réussite.

11Mais deux domaines d’interrogation, à travers les communications de Carine Laure Koudjou Talla (Université de Rouen) et Fatimata Diallo (Université de Saint-Louis), émergent dans les recherches les plus récentes : d’un côté le rôle des collectivités locales dans un contexte de décentralisation généralisé (i.e. qui touche à la fois les pays des Nords et des Suds) et de coopération internationale, et, de l’autre, l’émergence du cyberespace comme espace public, obligeant l’autorité publique à repenser ses modes d’intervention classiques.

TIC, médias et contenus

12Si l’Etat doit repenser ses modes d’action, il semble en être de même pour les « médias traditionnels » qui doivent faire face et faire avec les TIC.

13Ainsi, les médias semblent acquérir une nouvelle dimension. Sidiki Bamba (Université Bordeaux 3) montre  à travers l’exemple de la presse écrite ivoirienne en ligne comment celle-ci ne peut plus être considérée comme un simple support informationnel mais tend à devenir un véritable « espace public » et fait émerger sur la scène ivoirienne la figure nouvelle du « cyberjournaliste ».

14Mais au-delà de ces aspects positifs, il est à prendre en compte également, comme le montre Aïssa Merah (Université Béjaïa) dans le cas algérien, les tentatives étatiques de contrôle de l’information et la transformation de sites web d’information en véritables « outils de combats » ; dynamique approchée par Béatrice Nagala Yérégan (doctorante Netsuds) dans le cas ivoirien et par Firmin Mbala (doctorant Netsuds) dans le cas camerounais.

TIC et mobilités, diasporas, migrations

  • 4 Colloque « Migrants Connectés », 23 juin 2009, Le Puy-en-Velay. Site web de l’événement : http://wi (...)

15Pour ce quatrième thème, le plateau d’intervenants était très semblable (à quelques exceptions près) à celui réuni en juin à l’occasion d’un colloque organisé par le GRETA du Velay4. Dana Diminescu (TIC-Migrations, FMSH) a ainsi ouvert la séance en présentant le paradigme du « migrant connecté » : selon elle, la figure du « migrant déraciné » ne fait plus sens aujourd’hui et, par le biais des TIC, se constituent des « e-diasporas » à savoir des « communautés interagissant plus par des échanges documentaires qu’en face-à-face ».

16A partir de cette lecture très globale et afin de la valider, de la préciser ou au contraire de la remettre en cause, la séance s’est poursuivie avec la présentation de plusieurs études de cas. Il en fut ainsi de Ruth Mireille Manga Edimo (Univ. Yaoundé / CEVIPOF) sur la participation politique des diasporas camerounaises, de Nayra Vacaflor (Université Bordeaux / FID) sur l’activisme des jeunes émigrants boliviens en Europe, d’Arthur Devriendt (Université Paris 1) sur les Maliens de Montreuil, de Moda Gueye (doctorant Netsuds) sur le site sénégalais seneweb.com et d’Abdoulaye Niang (Université Saint Louis) sur les Sénégalais de New-York.

Usages innovants et impacts

17Derrière ce titre très général, ce sont deux domaines qui ont été abordés dans ce dernier thème. D’une part la question des usages et de l’appropriation ; de l’autre, la question de l’entrepreneuriat dans le domaine des TIC. Nous avons eu là la présentation de sujets et d’objets d’étude très divers (des cybercafés d’Antananarivo aux PME de Ouagadougou en passant par l’université marocaine) mais cela s’est sans doute fait au détriment d’une certaine cohérence d’ensemble.

Gouvernance de l’Internet

18En clôture de ce symposium s’est tenu le cinquième atelier du séminaire de recherche international IG3T « Internet Governance : Transparency, Trust & Tools » qui, à travers les communications de Ken Lohento (Institut Panos de Dakar), Pierre Dandjinou (AFRINIC), Nicolas Péjout (Eurogroup Consulting), Laurent Gille (ENST Paris), David Bekele (ISOC) et Abdoullah Cissé (Université de Bambey), s’est intéressé à la participation des pays africains dans la régulation globale d’Internet.

Conclusion

19Au final, ce symposium Netsuds 2009 a tenu toutes ses promesses et s’est révélé satisfaisant à tous points de vue (qualité des présentations, rencontres informelles, organisation etc.). Un seul regret pourrait être formulé : les temps de débats très limités en raison du très grand nombre d’intervenants.

Haut de page

Notes

1 Site web du GDRI Netsuds : http://www.gdri-netsuds.org/ (consulté le 12 novembre 2009).

2 Pour en savoir plus sur le séminaire IG3T : http://www.info.fundp.ac.be/IG3T/index.html

3 Les communications sont disponibles en texte intégral sur le site web du GDRI Netsuds. Voir également le compte-rendu réalisé par Destiny Tchehouali disponible à l’adresse web suivante : http://bit.ly/1ubiDU

4 Colloque « Migrants Connectés », 23 juin 2009, Le Puy-en-Velay. Site web de l’événement : http://wikim.eu/journee-detude-migrants-connectes/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arthur Devriendt, « Compte-rendu du symposium Netsuds 2009 », Netcom, 23-3/4 | 2009, 309-312.

Référence électronique

Arthur Devriendt, « Compte-rendu du symposium Netsuds 2009 », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/813

Haut de page

Auteur

Arthur Devriendt

Doctorant en géographie (Université Paris1 / UMR Géographie-Cités – CRIA), arthur.devriendt@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org