Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Les usages avancés du téléphone mobile », revue Réseaux, La Découverte, volume 27, juillet-septembre 2009

Mathilde Cleret et Anne-Catherine Picart
p. 297-300
Référence(s) :

« Les usages avancés du téléphone mobile », revue Réseaux, La Découverte, volume 27, juillet-septembre 2009, 288 p., ISBN : 9782707158451

Texte intégral

1Le volume 27 de la revue Réseaux « Les usages avancés du téléphone mobile » aborde la question de la transformation des terminaux portables et de leurs usages. Il regroupe des études menées entre 2007 à 2009, dans le cadre d’un projet collaboratif « Mobile en ville » labellisé par le pôle de compétitivité Cap Digital. Il est constitué de six articles qui interrogent les nouvelles pratiques individuelles et collectives de la téléphonie mobile. Ils questionnent la façon dont s’articulent les nombreux usages du portable (écouter de la musique, regarder la télévision, filmer, se parler, parfois avec l’image visiophonique) en situation de mobilité en milieu urbain (marcher, attendre dans une station de métro, prendre les transports en commun…). Les expériences étudiées renvoient finalement à la question de la multi-activité et du nomadisme.

2Le premier article « Configurer l’accessibilité des voyageurs équipés à des services multimédia » (Christian Licoppe et Claire Levallois-Barth) analyse un projet de publicité interactive consistant à envoyer des contenus multimédias sur les téléphones mobiles des usagers des stations de métro parisiennes, via la technologie Bluetooth. Ceci ne va pas sans poser de problèmes juridiques puisque sans l’accord préalable de l’utilisateur, cela s’apparente à une forme sauvage et abusive de prospection commerciale à laquelle la CNIL s’oppose. D’autres organismes de défense de l’utilisateur travaillant sur cette question de l’accessibilité numérique (associations «Ras la pub », « souriez vous êtes filmés »...) s’inquiètent en outre du danger de cette nouvelle technique publicitaire pour la santé des voyageurs.

3L’article suivant, « Embarqués dans la ville et la musique » (Anthony Pecqueux), centre sa réflexion sur les conséquences de l’écoute musicale via le téléphone mobile. Il montre combien les moments d’ancrage avec l’environnement sont rares et la capacité des usagers de s’isoler ou de fuir les nuisances urbaines par ce moyen. Toutefois, en situation de mobilité, le récepteur reste toujours vigilant au monde extérieur substituant à l’audition tous les autres sens et profitant le plus souvent d’une connaissance assurée des lieux. L’écoute musicale, à la différence d’autres pratiques centrées sur le portable (capture d’images, de vidéos) renferme la particularité de ne pas être « contrainte spatialement ».

4Le troisième article : « L’appropriation de la télévision mobile personnelle autour des réseaux de communication » (Julien Figeac) introduit la notion de technologie spatialisante (Dourish 2007). Cette enquête sociologique rend compte de la manière dont les contraintes d’usages, la disponibilité du réseau téléphonique, viennent bousculer les habitudes et les préférences télévisuelles dès lors qu’elles s’expriment en situation de mobilité. Il en ressort des formes de stratégies de recherche de réseaux disponibles et une adaptation des usages qui s’insèrent dans d’autres pratiques culturelles.

5Le quatrième article : « La télévision mobile : une modalité de gestion du lien, complémentaire de celle des fonctions de communication » (Catherine Lejealle) insiste sur le fait que la télévision mobile ne transpose pas les usages de la télévision domestique mais les complète. Elle permet d’accéder à des contenus différents s’inscrivant dans des plages horaires jusqu’à lors inhabituelles. Selon le réseau disponible, les utilisateurs varient leurs activités entre les supports traditionnels (journal, livre...) et les nouvelles technologies. Immersif ou en parallèle, de durée courte ou longue, ces usages, permettent de s’isoler ou de faire lien.

6Dans le cinquième article intitulé « Les usages amateurs de la vidéo sur téléphone mobile » (Anne Bationo, Moustafa Zouinar) les auteurs interrogent l’usage de la caméra video. Depuis quelques années, la prise d’images est devenue plus fréquente et plus spontanée : le téléphone mobile est toujours à portée de main. Il sert d’avantage à filmer les petites scènes du quotidien que les grands événements avec un souci esthétique important, parfois au mépris des techniques de cadrage. Cette démocratisation s’appuie sur des logiciels de traitement d’images faciles à utiliser, la possibilité de visionner immédiatement sur toute une série de supports (ordinateur, téléphone mobile) et l’échange immédiat de la vidéo avec d’autres personnes. Une variable influence encore fortement la fréquence d’usage de la vidéo : la place limitée du stockage qui occasionne des vidéos majoritairement courtes et partagées presque aussitôt après leur prise.

7Le sixième article « La vidéocommunication sur téléphone mobile », (Julien Morel et Christian Licoppe) analyse les raisons des appels visiophoniques, en particuliers les freins à l’usage. Seuls 2 à 3% de personnes s’adonnent à cette pratique, certaines contraintes se révélant insurmontables techniquement  et humainement. D’une part, l’environnement direct et ses perturbations conditionne l’usage même de l’outil ; d’autre part, l’exposition publique est toujours problématique car le contrôle sur sa propre image et sur son environnement reste très aléatoire.

8Le numéro propose une analyse fine des usages de la téléphonie mobile en situation de mobilité en éclairant le lecteur sur leurs différents enjeux. D’un point de vue méthodologique, les auteurs empruntent à l’ethnographie et à la sociologie et exposent très clairement leurs protocoles d’enquêtes. Dans cette démonstration fondée sur des études de cas, des questions se posent toutefois quant à la représentativité des résultats à une échelle plus large. Il sera donc intéressant de confronter ces résultats à d’autres contextes pour avoir une lecture plus nourrie des pratiques questionnées dans ce numéro. En termes de résultats, l’ensemble fournit tout de même un paysage tendanciel des usages de la téléphonie mobile au 21e siècle. Si certains phénomènes risquent de s’essouffler, d’autres semblent devoir s’inscrire durablement dans les pratiques, tandis que, de l’autre coté de la chaîne, des stratégies intrusives s’opèrent pour contourner les obstacles juridiques censés protéger les consommateurs (pratiques de démarchage commercial par le Bluetooth ou MMS et SMS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Cleret et Anne-Catherine Picart, « « Les usages avancés du téléphone mobile », revue Réseaux, La Découverte, volume 27, juillet-septembre 2009 », Netcom, 23-3/4 | 2009, 297-300.

Référence électronique

Mathilde Cleret et Anne-Catherine Picart, « « Les usages avancés du téléphone mobile », revue Réseaux, La Découverte, volume 27, juillet-septembre 2009 », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/790

Haut de page

Auteurs

Mathilde Cleret

Master Géographie et Aménagement Ingénierie Territoriale, Urbanisme et Politiques publiques de l’Université du Havre

Anne-Catherine Picart

Master Géographie et Aménagement Ingénierie Territoriale, Urbanisme et Politiques publiques de l’Université du Havre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org