Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Living the Information Society in Asia », sous la direction d’Erwin Alampay, International Development Research Centre (IDRC), Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS), 2009

Marine Foubert
p. 293-296
Référence(s) :

ALAMPAY Erwin (sous la dir. de), Living the Information Society in Asia, International Development Research Centre (IDRC), Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS), 2009, 276 p., ISBN: 978-981-230-873-3

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage a été publié à la suite de la conférence internationale de Manille, en Avril 2007, pour saisir l’importance des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les pays en voie de développement. Paru en 2009, cet ouvrage, entièrement consultable en ligne1, compile douze articles traitant de thèmes aussi divers que la religion, la mobilité ou l’immigration et illustrant l’influence des TIC sur les sociétés. The International Development Research Centre (IDRC, Ottawa, Canada), co-éditeur de ce livre, travaille avec des chercheurs des pays en voie de développement dans l’objectif de faire naître une conscience internationale en matière d’équité et de durabilité. The Institute of South East Asian Studies (ISEAS, Singapour) est un centre de recherches en économie et en politique. Avec plus de 2 000 études publiées, il représente le premier éditeur d’ouvrages scientifiques sur l’espace Est asiatique. Dans une optique pluridisciplinaire, ce travail rassemble entre autre des sociologues, des géographes et des anthropologues afin de promouvoir et de mutualiser certains travaux sur les TIC. Erwin ALAMPAY, professeur agrégé au Collège National d’Administration et de Gouvernance Publique de l’Université des Philippines, directeur de l’ouvrage, expose la nécessité de mieux comprendre les interactions entre les TIC et la société asiatique. Cet ouvrage développe des intentions méthodologiques importantes puisqu’il envisage de définir un cadre d’analyse autorisant la comparaison entre les situations à l’œuvre dans la sous région.

2Selon Rich LING (sociologue, doyen de l’Institut de Recherche Telenor, Norvège), il est important de mettre l’homme au centre des études sur les technologies. A l’instar de la Révolution Industrielle, les TIC ont induit une mutation de la société : la cellule familiale évolue, l’Eglise perd de son influence et l’éducation connaît de nouvelles pratiques. Même si l’on manque encore de recul, il émet l’hypothèse que l’essor des TIC est susceptible d’être interprété comme une nouvelle phase de l’industrialisation et non comme une troisième révolution industrielle.

L’influence des TIC dans la vie quotidienne

3L’arrivée récente des TIC en Asie du Sud Est a conduit à une mutation majeure des pratiques sociales. Dans le chapitre 2, Daniel MILLER illustre les impacts de l’utilisation du téléphone portable sur la relation mère/enfants, lorsque la mère philippine est contrainte de quitter le foyer pour trouver du travail à l’étranger. Alors que pour cette dernière l’usage du téléphone portable permet de pallier le manque de présence physique en assurant un lien quotidien, les enfants en ont une vision très différente, son usage ne faisant qu’exacerber l’absence maternelle. Les TIC augmenteraient les tensions au sein de la famille. L’explosion des possibilités de communication, aussi bon marché soient-elles, ne peut résoudre les problématiques familiales générées par l’éloignement. Raul PERTIERRA, dans le Chapitre 3, s’inscrit dans le contexte plus large de la mondialisation. L’utilisation des TIC s’inscrirait dans la thématique de la « glocalisation », ces supports immatériels seraient des moyens d’exprimer pour un individu son positionnement face à une société globalisée (flirt, blogs, affirmation de sa sexualité…). La facilité de création de nouveaux liens sociaux est largement illustrée par l’article de Jean-François DOULET et Dan SHANG (Chapitre 4). En Chine, des sites Internet (Mosh , Lvye) sont spécialement consacrés à la mise en relation d’internautes pour co-élaborer un voyage. Avec l’accélération de l’échange d’informations concernant la promotion de certains lieux de sociabilité émerge une nouvelle forme d’appropriation de la ville chinoise, une ville 2.0. L’introduction des TIC favoriserait de nouvelles pratiques sociales.

4Mais l’ouverture rapide des réseaux peut conduire à des dérives qui peuvent donner naissance et alimenter une certaine « panique morale » (Chapitre 6 de Gopalan RAVINDRAN). La rapidité de la circulation de l’information peut rendre difficile son contrôle. Le voyeurisme peut paradoxalement conduire à une forme de surveillance collective. Des épisodes isolés de controverses impliquant des hommes politiques indiens, dévoilés au grand jour via des MMS ou des vidéos, illustrent le côté intrusif des TIC. Dans son article (Chapitre 5), Bart BARENDREGT évoque les tensions au sein de la communauté musulmane indonésienne. Les traditionalistes s’opposent à la montée en puissance d’une forme de technologie islamisée (Muslim iPod, Coran numérisé, envoi de SMS par les imams). Les TIC sont utilisées pour faire la promotion d’une religion qui est parfois stigmatisée au niveau international.

Les TIC, outils de développement local

5Les TIC donnent lieu à des projets de développement local. Dans le Chapitre 7, Roger HARRIS et John TARAWE évoquent le cas malaisien d’e-Bario. L’objectif de ce projet est de démontrer les possibilités de développement durable dans une collectivité rurale isolée, peu, voire pas influencée par les TIC. Dans ce cas, l’implantation de technologies de communication dans l’espace géographique est perçue comme une solution aux problèmes de développement d’une minorité ethnique. E-Bario a remporté de nombreux prix et a été présenté en 2002 par l’Union Internationale des Télécommunications comme étant « l’une des initiatives les plus remarquables en matière de développement de l’Internet en Malaisie ». La communauté de Bario serait passée d’un espace totalement enclavé, sans accès routier, à un espace intégré à l’économie de l’information. A la lumière de dix témoignages, allant du chercheur à un employé d’une compagnie pétrolière à la retraite, on comprend toutefois que l’implantation d’un centre de télécommunication ex-nihilo a entraîné un déséquilibre important de l’activité agricole, cette dernière n’étant pas en mesure de maintenir un revenu suffisant pour les paysans, face à la concurrence des emplois du secteur technologique. La migration alimentée par l’eldorado représenté par le projet e-Bario contribue à de nombreuses déceptions car peu de personnes possèdent le niveau de qualification requis. Dès lors, un déséquilibre social se développe du fait de l’implantation de ce centre. L’héritage historique et culturel des minorités présentes est remis en cause par l’afflux de migrants et de touristes.

6L’accès ou non aux TIC serait devenu un facteur d’appartenance à une certaine classe sociale, c’est justement le propos de Jack Linchuan QUI, dans le Chapitre 8. Il évoque l’apparition d’une nouvelle catégorisation de la population en Chine, entre les « working-class ICTs » et les « information have-less ». Les premiers sont parfaitement intégrés à la société de l’information et connaissent tous ses rouages, la technologie permet de développer leur réseau social ainsi que leurs capacités de mobilité. A contrario, les « information have-less » sont nouvellement connectés et ils subissent un déficit de connaissances. Ces marginaux sont la face cachée du développement de la société informationnelle. Ce nouveau « techno-système » social illustrerait le manque de solidarité dans la société de l’information et les inégalités d’accès aux nouvelles technologies.

L’impact des TIC sur le travail

7L’apparition des TIC a donné naissance à une nouvelle forme de gouvernement aux Philippines (Chapitre 9 de Joyce CUARESMA). Les autorités locales ont mis au point un système de prélèvement d’impôt foncier basé sur un système d’informations géographiques (SIG). Dans ce cas, le soutien technologique permet d’assurer une fiabilité au contribuable vis-à-vis de la mesure de l’impôt. En revanche, le même système appliqué dans le cadre de l’inventaire des biens immobiliers des délinquants a été fortement critiqué par la population. La frontière entre contrôle des biens et contrôle de la population est ténue. Les travailleurs informels présents au sein des villes indiennes font reposer leur business sur l’utilisation du téléphone portable. La communication est facilitée par ce lien permettant de garantir un face-à-face car les conversations sont très souvent suivies par un contact réel. L’article de Jonathan DONNER met en évidence le besoin d’étudier l’impact des TIC sur les économies parallèles (Chapitre 10). Les mobiles ne semblent pas combler le fossé numérique, bien au contraire ils semblent véritablement accentuer les inégalités. Ceci peut même aller jusqu’à une perte d’identité avec l’arrivée d’une nouvelle technologie (Chapitre 11 Regina HECHANOVA). Les valeurs traditionnelles peuvent être supplantées par l’introduction d’un outil prônant des valeurs occidentales qui ne trouvent pas leur écho dans des sociétés nouvellement connectées. L’implantation des call-centers dans les pays développés conduit à introduire une nouvelle forme de travail valorisant la performance. Cette idée est aussi traitée dans l’article de Kamolrat INTARATAT et Piyachat LOMCHAVAKAM (Chapitre 12) en prenant pour exemple le cas des travailleurs thaïlandais. L’introduction des TIC a conduit à une mutation des pratiques de travail en Thaïlande. L’économie est principalement basée sur un savoir-faire domestique, des petits ateliers à domicile réunissent compétences traditionnelles, force d’innovation et flexibilité. Le gouvernement, par le biais de supports TIC, a mis en place un système d’assistance afin de maintenir la pérennité de ce type d’activités. Des organismes se font les relais locaux de cette politique afin de limiter la marginalisation des travailleurs n’ayant pas accès aux outils de l’information. Ce réseau a pour but de dresser le bilan des circuits de distribution des ateliers de sous-traitance ainsi que d’élaborer une carte de la commercialisation de divers produits. Les TIC se mettent au service de la formation des petits travailleurs. La mise en place d’outils technologiques adaptés aux travailleurs domestiques est l’illustration d’une politique de démocratisation des TIC.

8Cet ouvrage présente la multitude des champs d’étude propre à la thématique des TIC. L’exemple de la région Est asiatique illustre l’importance de la prise en compte des caractéristiques locales dans l’explication d’un phénomène. Les déséquilibres sociaux ne sauraient être réduits à néant par le simple fait d’utiliser le téléphone portable. Cette étude amène l’idée de la nécessité de concevoir une consommation plus raisonnée des outils de l’information et de la communication. Pour ce faire, les scientifiques sont invités à adapter leurs travaux à une société qui va de plus en plus vite. La recherche doit se faire plus instantanée afin d’apporter leurs éclairages sur les thématiques contemporaines, qu’elles soient universelles ou propres à une aire géographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Foubert, « « Living the Information Society in Asia », sous la direction d’Erwin Alampay, International Development Research Centre (IDRC), Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS), 2009 », Netcom, 23-3/4 | 2009, 293-296.

Référence électronique

Marine Foubert, « « Living the Information Society in Asia », sous la direction d’Erwin Alampay, International Development Research Centre (IDRC), Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS), 2009 », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/786

Haut de page

Auteur

Marine Foubert

Master Géographie et Aménagement Ingénierie Territoriale, Urbanisme et Politiques publiques de l’Université du Havre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org