Navigation – Plan du site

Le retour des « informaticiens indiens ». Perspectives migratoires sur le secteur indien des TIC

Aurélie Varrel
p. 263-280

Résumés

La circulation des personnels indiens à haut niveau de qualification du secteur des TIC est un élément de la montée en puissance de celui-ci, à laquelle participe aussi depuis le début de la décennie l’apparition de migrations de retour parmi certains immigrés. L’article propose une approche localisée et qualitative de ces retours, observés à Bangalore, dans une perspective professionnelle et migratoire. En s’appuyant sur les résultats d’une recherche qualitative menée à Bangalore dans les années 2000, il s’attache à montrer la place du retour dans un secteur, celui des TIC, marqué par l’idée de la circulation des compétences, et à réinterroger la signification et les modalités de cette dernière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La figure des bataillons d’informaticiens indiens employés dans la Silicon Valley participe de l’imagerie attachée au secteur indien des TIC ; elle recouvre deux réalités distinctes aux limites poreuses. Elle évoque la circulation intense des personnels envoyés comme « consultants » chez des entreprises clientes à travers le monde, qui est une activité majeure des grandes entreprises indiennes de services informatiques. Mais cette image correspond aussi à la masse de migrants indiens très qualifiés à qui leurs compétences ont permis de quitter l’Inde depuis quatre décennies, et qui ont largement contribué à la domination technologique et scientifique des Etats-Unis dans le domaine des TIC (Khadria, 1999 ; Saxenian, 2006). Les allers et venues des personnels de sociétés de services indiennes, stigmatisées sous le terme de bodyshopping, ont fait l’objet d’un certain nombre de travaux (Fuller & Narasimhan, 2008 ; Leclerc, 2007 ; Upadhya, 2006; Xiang, 2007) ; Xiang Biao (2007) et Carmen Voigt-Graf (2005) ont mis en évidence les trajectoires spatiales et professionnelles visant à passer de la situation de consultant à celle de migrant installé à l’étranger et donc la porosité entre les deux catégories. Symétriquement la rhétorique du brain drain reste très vivace en Inde, déclinée depuis le début de la décennie sur le mode du brain reverse, en référence aux retours d’informaticiens immigrés rentrant vivre et travailler en Inde.

  • 1 Il s’agit de 31 personnes composant 28 ménages, puisque l’échantillon comprend trois couples, inter (...)

2Nous proposons dans cet article d’analyser ce dernier phénomène : il est certes mineur dans son ampleur, concernant au plus quelques milliers de familles par an, mais nous montrerons qu’il a joué un rôle non négligeable dans l’évolution du secteur des TIC en Inde au cours des années 2000. Nous nous appuierons sur les résultats d’une enquête compréhensive entamée en 2003, dans le cadre d’une recherche doctorale, à Bangalore auprès de professionnels du secteur des TIC rentrés de l’étranger (Varrel, 2008). Elle comprend un corpus d’entretiens semi-directifs, menés entre 2004 et 2006, avec une soixantaine de personnes nées en Inde et qui y sont revenues après avoir passé au moins quatre années à l’étranger (essentiellement aux Etats-Unis). 31 travaillaient dans le secteur des TIC, à des postes d’ingénieur au moins, majoritairement dans des équipes faisant de la recherche-développement. Cette contribution exploite spécifiquement ce sous-échantillon de 31 personnes1, qui fait l’objet actuellement d’une enquête secondaire de suivi à cinq ans d’intervalle dont quelques éléments préliminaires seront analysés dans la quatrième partie de cet article. Par ailleurs un certain nombre d’informations a été collecté auprès d’acteurs institutionnels, de consultants en ressources humaines, de cadres dirigeants d’entreprises du secteur, ainsi que par l’exploitation de la presse locale et professionnelle entre 2003 et 2006. Cette démarche compréhensive s’attache aux migrants de retour envisagés comme des acteurs : elle permet de décrire des pratiques et des stratégies migratoires au sein d’un secteur d’emploi spécifique, mais aussi les significations et les valeurs que les acteurs attachent à leurs choix en matière de mobilité spatiale et professionnelle. Cet article propose donc de décrire et d’analyser certains processus migratoires qui sont essentiels au secteur au regard de l’ensemble de ses acteurs, tout en ne prétendant pas à une représentativité que l’ampleur et la complexité du secteur des TIC en Inde ne nous semblent au demeurant pas permettre.

3Ces résultats amènent à questionner la vision, largement promue par certains organismes internationaux autant que dans le secteur indien des TIC lui-même, selon laquelle les migrations de personnes à fort capital éducatif et professionnel seraient une « circulation douce » (smooth circulation of skills), c’est-à-dire facile et économiquement efficace, par opposition à d’autres formes de migrations de travail. Après avoir mis en perspective l’importance que revêt la circulation des personnels dans le développement et le fonctionnement du secteur indien des TIC, nous analyserons la place qu’y jouent les retours, puis les modalités et les limites de cette mobilité inscrite à la fois dans des logiques professionnelles et sectorielles ainsi que dans l’un des plus vastes champs migratoires au monde, celui des migrants indiens (Simon, 2008).

La mise en circulation de la main-d’œuvre, au cœur du développement du secteur indien des TIC

  • 2 60 % pour l’année fiscale 2007-2008, loin devant la Grande-Bretagne, seconde destination avec 19 % (...)
  • 3 Un logiciel (ou un système) Open Source est un logiciel « ouvert », c’est-à-dire que son utilisatio (...)

4La circulation des personnels entre l’Inde et les entreprises clientes à l’étranger, en particulier aux États-Unis - ce pays demeure la destination de la majorité des exportations du secteur « IT » indien2 - est un élément constitutif de la montée en puissance des sociétés de services en régie indiennes. Il s’agit de l’une des bases du secteur informatique indien. Dans les années 1970-1980 il n’y avait en Inde ni les infrastructures ni les moyens financiers pour développer sur place ces activités. Néanmoins le pays disposait d’une main-d’œuvre possédant deux caractéristiques qui la rendaient compétitive au plan international : sa bonne maîtrise de l’anglais, qui était la lingua franca de l’enseignement supérieur et de la recherche en Inde depuis l’Indépendance (Montaud, 2004) ; ses compétences dans des langages de programmation précis. En effet, après le départ d’Inde d’IBM au lendemain des deux années où l’Inde fut soumise à un régime d’état d’urgence (1975-1977), les informaticiens indiens ont beaucoup travaillé sous Unix, système d’exploitation de type Open source3, ainsi que dans des environnements souvent anciens, les importations de logiciels et de systèmes neufs étant rares, très coûteuses et contraintes. À partir des années 1980 ces compétences ont pu être valorisées, car ces informaticiens étaient à la fois capables d’assurer la maintenance de systèmes et de machines déjà anciens, tout en étant familiers d’Unix dont dérivaient les nouveaux systèmes tels que DOS, Mac OS et Windows (Parthasarathy, 2005). Ces deux caractéristiques rendaient cette main-d’œuvre apte à travailler à court terme avec et pour des partenaires étrangers, à une période où la diffusion des applications et des usages de l’informatique se heurtait à une carence de personnel compétent dans les pays à haut niveau de développement. Il s’agit de l’origine de la pratique du travail temporaire de salariés de sociétés indiennes chez des clients étrangers en tant que « consultants », connue sous l’appellation d’activités « onsite ». Les migrations temporaires ont donc été au cœur du développement du secteur indien de l’informatique : cela a permis aux entreprises indiennes de «monter l’échelle de valeur », grâce aux gains réalisés ainsi qu’aux transferts de compétences et de savoir-faire assurés par ces informaticiens entre les pôles mondiaux de l’innovation technologique et la périphérie que constituait l’Inde en la matière (Arora & Gambardella, 2005). Cela a contribué aussi à établir la réputation de l’Inde dans ce domaine pour développer la sous-traitance délocalisée (offshoring) dans un deuxième temps.

  • 4 Un article paru le 1er mai 2004 dans le San José Mercury News indiqueque, dans le cas d’un projet e (...)
  • 5 Le visa H1-B est un visa dit « non immigrant » destiné à permettre à des individus ayant des compét (...)
  • 6 Cela donne périodiquement lieu à des vagues d’arrestations et d’expulsions dans différents pays, qu (...)
  • 7 De nombreuses entreprises de services en régie possèdent une ou plusieurs filiales à l’étranger et (...)

5La circulation des personnels et de leurs compétences n’est toutefois pas une étape révolue de l’évolution du secteur informatique indien. Certes la part des activités onsite dans le chiffre d’affaires des sociétés de services informatiques indiennes a baissé au fil des années 2000, au profit de projets sous-traités en Inde même pour des clients étrangers. Mais il est nécessaire que certains salariés de l’entreprise indienne sous-traitante circulent pour assurer la réalisation de ces projets (Khadria & Leclerc, 2006). Cela concerne au moins le(s) responsable(s) de projets et certains chefs des équipes impliquées, qui doivent se rendre chez le client pour préciser les spécifications initiales du projet puis en présenter périodiquement l’avancée. Il est parfois nécessaire qu’une ou plusieurs personnes supplémentaires restent chez le client pour assurer la communication entre les deux entreprises et le suivi, durant une partie ou la totalité de la période (Lateef, 1997 ; Raghuram, 2004 ; Upadhya, 2006)4. Ces séjours à l’étranger, dans le cas des États-Unis, s’effectuent soit sur la base des fameux visas H1-B5, soit de visas « business » (B), ce qui est frauduleux mais couramment pratiqué6, soit de visas de transfert intra-compagnie (L)7.

6A l’échelle individuelle, ces périodes de séjour à l’étranger sont considérées comme des phases importantes dans l’évolution de carrière d’un employé d’une société de services indienne ; Marisa d’Mello parle d’ailleurs de « rite de passage » (p.94, 2008). Il y est « exposé » entre autres à des pratiques managériales et entrepreneuriales différentes, qui sont censées développer ses compétences non techniques (soft skills). Or ce sont ces dernières qui sont valorisées pour accéder à des postes d’encadrement (Fuller & Narasimhan, 2006 ; Upadhya, 2007).

7Beaucoup de salariés entrant dans des entreprises qui pratiquent le offhsoring / bodyshopping y voient par ailleurs un moyen d’immigrer, notamment aux Etats-Unis, en se faisant débaucher par l’entreprise cliente, qui peut ensuite les sponsoriser pour obtenir un visa d’immigration et une carte verte (procédure de l’adjustment, du statut de migrant temporaire à celui de résident permanent). Pour Biao Xiang ce serait une des raisons principales de l’engouement que suscite ce secteur d’activité parmi les jeunes Indiens (Xiang, 2007). Cette pratique se traduit par un taux important de démissions parmi les salariés en mission à l’étranger, qui avait été mis en évidence dès le début de la décennie, à partir d’une enquête de grande ampleur menée auprès de 250 entreprises indiennes membres de la NASSCOM : le taux de démission en cours ou à la suite de missions à l’étranger pour émigrer s’élevait en 1999 à 17 %, à 10 % en 2002 soit en pleine crise du secteur (Commander et al., 2004). Sur la base de données consulaires non officielles, Ronald Fernandes et Ashish Arora avaient estimé entre 20 000 et 30 000 par an le nombre de salariés indiens qui avaient ainsi immigré aux États-Unis en 1999 et 2000 (Fernandes et Arora, 2001). Ces départs posent de vrais problèmes de gestion des ressources humaines aux entreprises indiennes, puisque ce sont généralement les salariés les plus compétents, disposant de relations dans les entreprises clientes qui sont débauchés, après qu’elles ont pu évaluer leurs qualités. Sur le moyen terme cela enlève aux entreprises indiennes les salariés qui auraient pu être promus à des postes d’encadrement, bien que cette tendance ait semblé décroître après 2002 suite à l’éclatement de la bulle dite des nouvelles technologies.

8De cette manière le secteur de l’informatique et plus largement celui des nouvelles technologies a pu devenir en Inde une porte d’accès privilégiée au marché du travail qualifié international, en particulier au marché américain, en donnant une opportunité de migrer à des Indiens à haut niveau de qualification (Khadria, 2004).

La place des migrations de retour dans la croissance du secteur8

  • 8 Cette partie s’appuie, en ce qui concerne le matériel empirique, sur différents entretiens menés av (...)

9Comme l’écrit Anna Lee Saxenian : « A partir de 2002 la combinaison de la récession dans la Silicon Valley et de la croissance des opportunités professionnelles ont pour la première fois suscité chez les Indiens formés aux États-Unis un intérêt pour l’idée de rentrer en Inde. » (Saxenian, 2006). La recomposition de la géographie mondiale du secteur des TIC a amené un certain nombre d’ingénieurs indiens immigrés à revenir en Inde. Ce retour est articulé non seulement avec l’évolution de la géographie économique mondiale mais aussi avec des réseaux sociaux transnationaux puissants.

Les entreprises en quête de personnel très qualifié

10Dans un premier temps, alors que la libéralisation se met en place en Inde au fil des années 1990, de nombreuses multinationales désireuses d’y développer leurs activités ont embauché des immigrés indiens, ayant des diplômes et une expérience professionnelle acquis à l’étranger, à des postes de direction et d’encadrement de haut niveau en Inde même.

11Un certain nombre de paramètres propres au secteur des NTIC diffère en ce qui concerne les années 2000. En ce qui concerne les entreprises indiennes, le offshoring s’est développé ; les entreprises indiennes ont commencé à décrocher des contrats de plus en plus importants et intégrant l’ensemble des étapes pour pouvoir fournir un service « clés-en-main » aux clients (turnkey project). Cela suppose de recruter une main-d’œuvre ayant des savoir-faire inhabituels en Inde, d’une part pour encadrer des tâches qui n’y étaient pas effectuées jusque-là, d’autre part pour pouvoir gérer des projets beaucoup plus importants et complexes, avec des équipes pouvant atteindre plusieurs centaines de personnes. Par ailleurs, ces entreprises pour assurer leur développement ont intérêt à recruter des personnes disposant de contacts privilégiés sur les principaux marchés qui alimentent le développement des activités de sous-traitance délocalisée. Bangalore présente une spécificité supplémentaire : les multinationales y ont créé depuis le début de la décennie plus d’une centaine de filiales ayant des activités de recherche-développement. Il s’agit rarement d’une stratégie de délocalisation, mais relevant en quelque sorte d’un pari fait par ces entreprises, compte tenu des niveaux de salaire et des coûts de fonctionnement relativement faibles (Parthasarathy, 2006 ; Halbert, 2007). De plus la perspective du développement du marché sud-asiatique a incité à y développer une recherche-développement qui lui est consacrée : cette tendance a été lancée à Bangalore en 2002 par Intel et Hewlett-Packard. Un certain nombre d’entreprises y ont subséquemment développé aussi leurs fonctions stratégiques pour assurer des économies d’échelle et une meilleure coordination des opérations en Asie du Sud, ce qui suppose l’embauche de cadres dans les activités de tertiaire non supérieur non techniques (marketing, gestion, stratégie)

12Cette évolution a posé des problèmes de recrutement, particulièrement pour les postes d’encadrement, qui requéraient à la fois des compétences techniques pointues et de l’expérience du management. La carence était particulièrement criante s’agissant des postes d’encadrement de niveau intermédiaire (chefs de projet, directeurs techniques), pour lesquels des personnes suffisamment expérimentées dans ce domaine d’activité manquaient en Inde au début des années 2000. Ce problème est accentué par les modalités d’organisation du travail dans le domaine des technologies de pointe en Inde : la gestion des ressources humaines y repose sur des équipes très nombreuses de personnes peu expérimentées (jeunes diplômés), mais avec un taux d’encadrement plus élevé qu’ailleurs (Upadhya & Vasavi, 2006). Les multinationales, dans un premier temps, se sont reposées sur l’expatriation de cadres étrangers ; toutefois cette solution est coûteuse et ne donne pas toujours de résultats satisfaisants en raison des limites du management interculturel ; une variante en est le transfert interne de cadres d’origine indienne, pratique qui ne règle pas non plus le problème à moyen terme.

Le passage à un recrutement à l’échelle internationale

  • 9 Ces observations sur le rôle des NTIC dans le fonctionnement des réseaux sociaux transnationaux et (...)
  • 10 Silicon India est une entreprise transnationale : elle comprend un magazine mensuel publié aux État (...)
  • 11 Ces salaires peuvent être un peu plus élevés (jusqu’à 15 %) dans le cas d’un salarié recruté à l’ét (...)

13Face à la pénurie de personnel d’encadrement, une solution a été de lancer de nouveaux recrutements à l’échelle internationale. En ce qui concerne les ingénieurs expérimentés et les cadres, le recrutement s’appuie beaucoup sur les réseaux d’interconnaissances à base professionnelle : anciens collègues ayant travaillé ensemble en Inde ou aux Etats-Unis, anciens élèves des institutions indiennes d’enseignement supérieur (où l’esprit de promotion et d’école est très fort et se maintient durant toute la vie professionnelle). La majorité des professionnels enquêtés avait trouvé leur emploi grâce à la circulation d’informations sur les postes vacants dans ces réseaux informels d’anciens camarades et collègues ; d’ailleurs très peu avaient mis en ligne leur CV : ils avaient préféré le faire circuler de manière plus sélective, soit par mails envoyés à des connaissances, soit sur des listes de diffusion9. Si ces réseaux ne suffisent pas, les entreprises recourent à des moyens supplémentaires pour recruter des cadres, en particulier pour les activités de recherche-développement : présence dans des foires professionnelles (notamment en Californie), petites annonces sur des sites web et dans des revues spécialisées. La revue Silicon India10, éditée en Inde et aux États-Unis, est citée par tous les recruteurs interrogés, qui placent des petites annonces sur son site web. Elle est ainsi un support privilégié d’existence et d’animation d’un bassin d’emploi transnational caractérisé par le secteur d’emploi et les origines, - sinon la nationalité - des personnes qui l’utilisent. En effet ceux qui répondent à ces annonces sont des Indiens travaillant à l’étranger, même si le fait d’être Indien ou d’origine indienne n’est jamais un critère de recrutement imposé par l’entreprise d’après nos interlocuteurs. Cela s’explique à la fois par les canaux de circulation de l’information sur les offres d’emploi, dont on a vu qu’ils sont strictement indiens, et par les conditions de recrutement proposées : le niveau de salaire et le contrat proposés sont indiens, sauf exceptions11.

14Les retours d’immigrés très qualifiés indiens / d’origine indienne résulteraient donc de la rencontre entre la quête de compétences très spécifiques à l’échelle internationale et une main-d’œuvre potentiellement favorable à une migration de retour en Inde. Ces retours, même s’ils ne concernent que quelques milliers de personnes, ont participé à la croissance et à l’élargissement des activités dans le secteur indien des TIC grâce au profil de nouveaux « returnees », cadres expérimentés dont manquait le secteur pour pouvoir continuer à croître et à diversifier ses activités.

Rentrer à Bangalore : une migration dans la continuité de carrières professionnelles

15Le choix du terrain bangaloréen pour étudier le retour à l’échelle des migrants s’explique par l’importance de cette ville dans la géographie mondiale du secteur des TIC, dans la mesure où cette ville est un des quatre pôles technologiques majeurs de l’Inde, avec Mumbai, Delhi et Chennai (voir l’article de Divya Leducq, dans le même numéro). Binod Khadria l’a d’ailleurs qualifiée de « ville-sas » (gateway city) (Khadria, 2004) pour les migrations de professionnels de ce secteur.

L’inscription du retour dans la logique de carrières professionnelles12

  • 12 Cette troisième partie exploite les résultats de l’enquête qualitative menée en 2004-2006 à Bangalo (...)
  • 13 Seuls trois ménages dans notre échantillon dérogeaient à ce principe.

16De nos enquêtes ressort que c’est le fait de trouver un emploi en Inde dans le secteur des nouvelles technologies qui déclenche le retour effectif de l’ensemble du ménage13. Dans l’extrait d’entretien qui suit, un migrant expose la chronologie du retour qui prévalait de manière générale parmi les personnes enquêtées :

« Si les gens ont une possibilité de trouver un emploi ici, oui ils rentrent. Il n’y a pas de gens qui essaient de rentrer mais qui n’arrivent pas à trouver un emploi [une fois sur place], ce n’est pas comme ça que ça marche habituellement. Une fois que tu es décidé, tu peux trouver un emploi, ça ne prend pas très longtemps normalement. En tout cas c’est la situation actuelle, en quelques mois tu peux rentrer. » (M., 21/10/2004)

  • 14 Les quelques enquêtés qui ont consenti à revenir à un poste peu intéressant ou dans une branche peu (...)

17La continuité de l’activité professionnelle est centrale. Il est nécessaire aussi de trouver un emploi pour rentrer qui corresponde à ses compétences. Le retour en Inde s’inscrit dans la logique de la progression de carrière, d’autant que 25 des 28 personnes de l’échantillon occupaient des postes d’encadrement, à l’exception des trois plus jeunes. Ils ne conçoivent pas de rentrer autrement, par exemple en s’arrêtant de travailler et en vivant de leurs économies ou en changeant d’activité, comme cela a pu être décrit pour d’autres types de migrants dans d’autres pays (Iredale et al., 2004). C’est d’autant plus vrai qu’il s’agit surtout de trentenaires, dont la carrière est déjà bien établie, qui rentrent généralement avec une famille à charge. De manière générale le retour en Inde s’articule avec une « promotion », le passage à un statut de cadre ou à des fonctions d’encadrement plus élevées qu’à l’étranger14. Rentrer en Inde constitue donc souvent un accélérateur de carrière, en valorisant son expérience étrangère et grâce à l’arrivée de nouveaux types d’activité en Inde.

18L’accélération de la carrière par le retour est particulièrement évidente en ce qui concerne les enquêtés plus jeunes, qui ont quitté l’Inde alors que des perspectives intéressantes d’emploi dans les hautes technologies ou l’informatique s’y dessinaient déjà, et qui affirment parfois avoir organisé leur formation et leur carrière à l’étranger dans cette perspective. C’était le cas de P., qui était à la tête d’un « groupe » de quarante personnes dans le centre de recherche-développement d’une multinationale de Bangalore à trente et un ans, après avoir passé sept ans aux Etats-Unis (où il a poursuivi des études et accumulé une expérience professionnelle), alors que les autres Indiens occupant le même niveau hiérarchique dans l’entreprise approchaient généralement la quarantaine (mais ceux-là n’avaient pas d’expérience conséquente à l’étranger). La migration peut donc même constituer en ce cas un détour « pour mieux rentrer » sur le plan professionnel.

Où rentrer ? Le « choix » de Bangalore

  • 15 L’usage prévaut pour l’épouse de rentrer chez ses parents pour donner naissance au moins à son prem (...)

19Dans la perspective professionnelle qui apparaît centrale pour ces migrants, le retour ne saurait être un retour nécessairement dans un lieu de naissance tel que leur village d’origine15. Leur secteur d’activité professionnelle implique le retour dans un lieu dont la taille et les fonctions leur permettent de travailler, c’est-à-dire nécessairement dans une agglomération millionnaire.

  • 16 Le telugu est a langue de l’Etat d’Andhra Pradesh, le tamoul celle du Tamil Nadu ; Bangalore se sit (...)

20Pour les ménages enquêtés originaires de Bangalore ou du Karnataka, soit onze dans l’échantillon, le retour à Bangalore, près de leurs familles, dans la métropole régionale, est présenté comme une évidence. Les ressorts de la réinstallation à Bangalore en ce qui concerne les autres sont plus complexes. Les Indiens du sud étaient majoritaires dans l’échantillon, avec vingt-et-un des vingt-huit ménages enquêtés, mais seule une minorité d’entre eux avait vécu, étudié ou travaillé dans cette ville précédemment. Quatre personnes étaient originaires des métropoles du Maharashtra (Mumbai, Pune) et trois d’Inde du nord. Au total plus de la moitié de l’échantillon n’avait pas d’attaches à Bangalore. Néanmoins les Indiens du sud peuvent assez facilement se déplacer pour maintenir leurs liens familiaux grâce à la situation de carrefour méridional de la ville, où par ailleurs tamoulophones et teluguphones16 sont assez nombreux pour que les interactions quotidiennes ne leur posent pas de problème. La situation est différente s’agissant des sept ménages restants, non sud-indiens, pour qui Bangalore est un lieu distant de leur lieu d’origine, tant matériellement que culturellement.

21En fait rentrer dans la continuité d’une carrière professionnelle dans les TIC implique un choix restreint de destinations potentielles. La liste des noms cités comme destinations possibles par l’ensemble des migrants est courte : Delhi, Mumbai, Chennai, Hyderabad, Pune, c’est-à-dire les cinq pôles technologiques du pays. Le choix du lieu de réinstallation en Inde semble donc obéir à une logique professionnelle qui se plie à la géographie économique à l’échelle de l’Inde. Nous avons retenu trois extraits d’entretiens qui mettent en évidence ces contraintes, au niveau individuel ; le deuxième entretien concerne un ménage originaire d’Inde du nord.

22S. est originaire de Vijayawada, ville côtière d’Andhra Pradesh. Il a été transféré depuis Intel USA vers Intel Inde à un niveau hiérarchique élevé.

« Même maintenant, si j’avais le choix, je rentrerais à Hyderabad. C’est ce que je ferais si je le pouvais. Mais je ne peux pas parce que Intel est ici, pas à Vijayawada ni à Hyderabad, et que je suis très content de travailler pour Intel. » (02/12/2004)

23Le mari de P. a rejoint, alors qu’ils étaient aux Etats-Unis, une grande entreprise indienne d’informatique pour pouvoir être transféré en Inde ensuite. Elle évoque le choix du lieu de transfert, parmi les différentes implantations que cette entreprise possède en Inde.

  • 17 Delhi et Chandigarh sont distantes de deux cent soixante-quinze kilomètres.

« On est de Delhi et on voulait se rapprocher de ses parents, donc mon mari a essayé d’avoir un emploi là-bas, mais leur centre dans le nord est à Mohalli, très au nord, plus près de Chandigarh [que de Delhi] en fait17. Et de toute façon ce qu’ils y font n’est pas … ça n’allait pas pour mon mari, il n’y avait pas de projet pour son profil [il occupe un poste d’encadrement haut placé]. Donc nous sommes venus à Bangalore où se trouvent le siège et les projets intéressants. » (10/05/2004)

24N. travaille pour une multinationale de l’électronique, comme S. Contrairement aux deux cas précédents, il a trouvé un nouvel employeur en Inde. Il dresse une géographie sectorielle puis personnelle des lieux de retour possibles en Inde.

« Ma famille est à Chennai mais il ne passe pas grand-chose là-bas, par comparaison avec tout ce qui se passe à Bangalore, au niveau des multinationales, de la technologie, etc. Je n’aurais pas choisi d’aller à Noïda, à Hyderabad, à cause de la distance et de la langue, je ne parle pas hindi donc je préfère vivre dans le Sud [contradiction : Hyderabad est en Inde du Sud]. Chennai est ma ville natale mais il y fait trop chaud et … Bref, entre Chennai et Bangalore, je préfère Bangalore. » (16/11/2004)

25La liste de destinations potentielles apparaît encore plus courte au niveau individuel : ces migrants n’ont généralement eu le choix qu’entre deux villes, trois au plus, en fonction de leur domaine de spécialisation. Le choix s’est souvent réduit finalement à un seul lieu, celui correspondant à l’emploi proposé. L’emploi pour rentrer en Inde prime donc sur le lieu où rentrer en Inde. La migration de retour est par conséquent un retour en Inde mais pas nécessairement un retour, au sens plein du terme, au lieu de départ, dans la région d’origine ou celle d’attache. Par conséquent c’est aussi une migration à l’intérieur de l’Inde pour certains. On peut donc parler d’un « retour paradoxal » car c’est majoritairement une migration au plein sens du terme. En conséquence, Bangalore apparaît comme un lieu saillant du champ migratoire des migrants indiens très qualifiés car elle constituerait en quelque sorte un palier, un lieu intermédiaire entre l’Inde et l’étranger, principalement grâce à son bassin d’emplois.

Rentrer, rester, repartir : entre migration et circulation

26Un certain nombre de travaux portant sur les migrants très qualifiés met en avant leur mobilité intense et reprend à son compte l’idée d’une « circulation douce » qui serait avant tout motivée par des opportunités professionnelles (soft circulation of skills), développée initialement par la littérature d’origine managériale (Pierre, 2003). À partir des résultats empiriques de l’enquête menée en Inde, cette partie s’attache à montrer les ressorts plus complexes et le caractère plus heurté de cette mobilité, incitant à réévaluer le paradigme mobilitaire omniprésent tant dans le secteur indien des TIC que dans la littérature sur les migrants les plus qualifiés.

Les difficultés du retour en Inde : une migration à part entière

  • 18 Les entretiens ont été menés en anglais, en raison de la diversité des origines régionales des pers (...)

27Les récits d’expériences de la réinstallation et de la réinsertion soulignent à l’envi les difficultés du retour, qui indiquent, souvent en creux, son idéalisation. Une phrase récurrente dans les entretiens menés incarne la déception : « Ce n’est pas / c’est moins que ce qu’on espérait » (« It is not what we had expected / It is below our expectations »18). Tous les entretiens soulignent les difficultés du retour, présentes notamment dans la sphère professionnelle, sur laquelle nous nous arrêterons d’abord, puisque c’est un élément clé du retour. Les deux entretiens cités ci-dessous ont été menés avec des personnes s’estimant satisfaites d’être rentrées et n’envisageant a priori pas de repartir au moment de l’entretien ; toutefois elles soulignent des problèmes signalés par tous au niveau du travail.

28G. a passé sept ans aux États-Unis et est rentré en septembre 2003.

« C’est vraiment un gros challenge, à nouveau faire cette transition [des États-Unis à l’Inde] … Même si c’est assez ok pour moi, par rapport à des gens qui sont allés là-bas [aux États-Unis] dès l’université pour un second cycle et qui ont toujours travaillé là-bas ensuite. Ce sont des gens qui sont d’ici [indiens] mais qui ont des problèmes pour se réadapter ici, parce qu’ils n’ont jamais travaillé ici. Moi ça va, parce j’ai travaillé ici [il a travaillé initialement huit années en Inde avant de partir aux Etats-Unis], je suis parti après, donc c’est relativement ok … Mais quand même, tes attentes (expectations) changent, tu t’habitues à certaines choses, tu voudrais que certaines choses soient mieux. Donc au début ça a été problématique de s’adapter (it has been an issue, getting adjusted to) … » (26/11/2004)

29Les difficultés évoquées, formulées en termes d’adaptation (adjustment, adaptation), sont confirmées par de nombreux interlocuteurs du secteur : les cadres venant de l’étranger peinent à s’adapter aux méthodes de travail et à l’organisation des entreprises spécifiques à l’Inde. Les méthodes d’encadrement apprises et expérimentées à l’étranger donnent des résultats médiocres. La migration de retour ne permet donc pas vraiment de valoriser l’expérience professionnelle acquise à l’étranger, au-delà de l’avancement de carrière initial. Ce constat va dans le sens des observations de Philippe Pierre, qui montre qu’au-delà de l’illusion d’une culture d’entreprise « globalitaire », la transférabilité des techniques et compétences en matière de management n’est pas assurée, en dépit du jeu des cadres à la carrière internationale sur leurs appartenances multiples (Pierre, 2003).

30Par ailleurs la question de la réadaptation englobe évidemment l’ensemble du mode de vie des ex-migrants, comme l’explique avec beaucoup de justesse l’extrait d’entretien qui suit :

Les Raos sont rentrés en avril 2003 de la Silicon Valley où ils ont passé onze ans ; ils sont originaires de Bangalore, ce qui normalement facilite la réadaptation.

« Il y a peut-être dix pour cent de la population ici qui est liée à la IT, mais le reste, les quatre-vingt-dix autres pour cent, les choses vont lentement pour eux. Et tu es confronté à eux tout le temps, à l’extérieur, dans les services, l’administration… Il faut le comprendre. Ce n’est pas parce qu’on a passé quinze ans à l’étranger que tout a changé. Il y a des choses qui ont changé, mais beaucoup aussi qui n’ont pas changé, ce que les gens [qui rentrent] ne comprennent pas. » (Raos, 26/05/2004)

  • 19 Une personne disposant d’un titre de séjour permanent aux Etats-Unis (Green Card) doit normalement (...)

31Les différents témoignages recueillis et nos observations indiquent qu’une part importante des retours n’est pas pérennisée consécutivement à ces difficultés de réadaptation. D’ailleurs rares étaient les personnes enquêtées en 2004 qui excluaient totalement l’hypothèse de quitter à nouveau l’Inde pour résider dans un autre pays, un jour ou l’autre. La différence entre les deux catégories de returnees, ceux qui évoquaient la possibilité de quitter l’Inde de nouveau, ou pas, semblait se situer au niveau de la situation légale et / ou professionnelle à l’étranger : avoir obtenu un statut de résident permanent (Green Card) et réussi à le conserver19, être devenu ou pas citoyen américain (il faut cinq ans de résidence pour pouvoir demander à être naturalisé), enfin exercer une activité qui soit demandée sur le marché du travail américain, sont autant de situations permettant d’envisager de repartir. Ces différences dépendent en partie de la durée du séjour à l’étranger.

Eléments de suivi (2004-2008) : la remise en cause de la circulation ?

32L’incertitude quant à la pérennisation du retour en Inde est accentuée par l’appartenance à un secteur d’activité en rapide évolution, ce que soulignaient souvent les enquêtés en 2004 : une nouvelle mobilité internationale pouvait survenir plus tard dans leur carrière. Elle était toutefois aussi imprévisible que pouvait l’être, pour ceux qui étaient partis avant la fin des années 1990, la possibilité de rentrer en Inde à terme.

33En 2008 nous avons entamé un suivi de l’échantillon enquêté, en particulier auprès de trois ménages qui déclaraient en 2004 souhaiter repartir d’Inde. Seul l’un d’entre eux était reparti effectivement aux Etats-Unis en 2008. Les deux autres étaient toujours à Bangalore : les hommes avaient tous deux changé d’entreprise et obtenu des emplois de direction dans des centres de R&D appartenant à des multinationales célèbres. Ces deux cas de sédentarisation à Bangalore sont d’autant plus frappants qu’il s’agissait de personnes originaires d’autres régions, n’ayant pas d’attaches à Bangalore, et qui donc auraient pu migrer aussi bien vers un autre pôle technopolitain en Inde. Ces cas soulignent le caractère imprévisible et relativement improvisé de l’évolution du projet de retour dans le temps, et rappelle le rôle important qu’y joue la carrière professionnelle, entre autres facteurs, accroissant les difficultés de lisibilité des trajectoires.

34Cela indique également le poids d’éléments macro-économiques. En effet l’évolution des carrières de ces deux chefs de famille, et ses conséquences sur leurs trajectoires spatiales et migratoires semblent pouvoir être généralisées à une grande partie de notre échantillon : le développement des activités de recherche-développement dans des pays à moindre coût salarial, en particulier ceux du nouveau marché asiatique, semble fonctionner comme un aimant pour ces cadres expérimentés. Ils envisageaient en 2004 la suite de leurs carrières plutôt à l’étranger, puis se sont vus proposer des postes et des perspectives de carrières inenvisageables ailleurs qu’en Inde, en raison du développement des activités de R&D dans ce pays qui contraste avec leur gel dans les pays à coût de main-d’œuvre élevé, en particulier aux Etats-Unis, et de surcroît dans des multinationales. Cela souligne la capacité de la technopole bangaloréenne à s’adapter aux mutations économiques et technologiques et à « aimanter » les entreprises, les activités et les personnels (Saxenian, 2006).

35Pour autant le fait de travailler pour une entreprise en Inde n’implique pas de travailler en Inde en permanence. La circulation des personnels n’est pas révolue, loin s’en faut. Nous avons souligné plus haut que l’Inde se maintient au premier rang mondial pour le nombre de visas H1-B délivrés (Breeding, 2009 ; McGee, 2009). Concernant des personnels d’encadrement d’un niveau plus élevé, on peut relever la croissance du nombre de visas de transferts intra-compagnie (L1) délivrés en Inde, qui permettent à une entreprise d’envoyer un salarié aux Etats-Unis pour une période atteignant sept ans : leur nombre a doublé entre 2004 et 2007 pour se stabiliser autour de 40 000 par an (Breeding, 2009). Ces visas sont légalement réservés à des personnels d’encadrement ou au moins à haut niveau de compétences, employés par des entreprises comptant au moins 1000 salariés aux Etats-Unis. Sur ce point l’hypothèse de M. Breeding est qu’ils correspondent pour partie à des migrations « secondaires », celles de returnees remis en mouvement par les entreprises.

36Enfin se fixer en Inde n’est pas incompatible avec des stratégies résolument ancrées entre l’Inde et les Etats-Unis, mises en place dans les familles à une échelle multi-locale et pluri-générationnelle. Les entretiens font apparaître des pratiques transnationales de prise en charge des aînés en Inde, de roulement des périodes de séjour à l’étranger entre les membres d’une fratrie, de scolarisation des enfants entre deux pays (Varrel, 2010). Certes la continuité de la carrière professionnelle et sa progression importent à ces personnels indiens des TIC, mais à l’instar de ce qui peut être observés au sujet de cadres sino-américains à Hong Kong ou à Singapour (Ley & Kobayashi, 2005 ; Huang & Yeoh, 2005) elle peut s’articuler avec des projets relevant de la sphère privée qui sont de plus en plus ancrés à une échelle transnationale. Pour ces raisons, pouvoir garder la possibilité de circuler est crucial pour ces migrants, au-delà d’une lecture strictement sectorielle et professionnelle des trajectoires migratoires.

37Cette partie a mis en évidence la complexité des mobilités des personnels du secteur indien des TIC enquêtés, par-delà le paradigme mobilitaire ou les formules autour du « brain drain / gain / brain regain ». Les trajectoires doivent se lire à la lumière d’un ensemble de facteurs professionnels, qui incluent aussi certaines évolutions macro-économiques, mais aussi extra-professionnels, parmi lesquels il ne faut pas négliger les considérations relatives au statut légal, aux régimes de citoyenneté en vigueur, qui sont souvent omises, s’agissant de ressortissants d’un pays du Sud, aussi qualifiés soient-ils. La mise en place de visas spécifiques facilitant la circulation des professionnels des TIC non occidentaux est d’ailleurs une question régulièrement mise à l’agenda des négociations bilatérales entre l’Inde et les pays occidentaux.

Conclusion

38Cet article s’est attaché à montrer l’importance de la mobilité internationale des employés indiens du secteur des TIC pour l’expansion et la montée en gamme de celui-ci. L’évolution de la place occupée par l’Inde dans la géographie mondiale du secteur des TIC a rendu possible, voire suscité indirectement les retours de professionnels indiens immigrés à haut niveau de qualification et d’expérience. Réciproquement ceux-ci ont joué un rôle clé dans le développement de ces activités en Inde.

39L’approche compréhensive des conditions du retour montre toutefois que les logiques de carrières ainsi que sectorielles imposent de fortes contraintes aux individus et à leurs familles, notamment en ce qui concerne le lieu du retour et les perspectives ultérieures. Ainsi Bangalore constitue plus une destination obligée en Inde pour un certain nombre d’entre eux, qu’un lieu de retour à proprement parler. A l’instar de l’ensemble des migrants, ces employés très qualifiés ne circulent pas à l’évidence de manière « douce » d’un lieu de travail à un autre, non plus qu’ils ne semblent réellement maîtriser leur mobilité. Ceci apporte un élément au débat sur les migrants très qualifiés, et va à l’encontre de la thèse qui tend à placer les « compétences » sous le signe de la circulation. Pour autant ces migrants s’efforcent de mettre en place des stratégies à long terme ancrées à l’échelle transnationale, où la migration a inscrit leurs vies et leurs familles.

40La quantité de retours est faible en proportion des stocks d’immigrés indiens (d’origine indienne) à haut niveau de compétence présents à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis, mais a changé le regard porté sur ceux-ci en Inde. D’ailleurs avant la crise qui a considérablement ralenti le secteur et donc la demande de main-d’œuvre à l’étranger, les départs d’Inde semblaient avoir augmenté, alimentés par la perspective nouvelle de pouvoir rentrer aisément à terme. Ainsi le retour nourrit la migration, paradoxalement, en alimentant l’illusion d’une circulation pourtant moins aisée qu’elle ne le paraît.

Haut de page

Bibliographie

APPADURAI, A. (1996), Modernity at large. Cultural dimensions of globalization. Minneapolis, Minnesota University Press, 218 p.

ARORA A., GAMBARDELLA A. (2005), From underdogs to tigers: the rise and growth of the software industry in Brazil, China, India, Ireland and Israel. Oxford, Oxford University Press, 336p.

BREEDING M. (2009), Indian Migration and “Temporary” Labor Programs: Select Contrasts in Policies and Trends in the European Union and the United States. Stockohlm, Colloque International Migration, Integration and Social COhesion in Europe, 11 septembre.

COMMANDER S., CHANDA R., KANGASNIEMI M., WINTERS A. (2004), Must skilled migration be a brain drain? Evidence from the Indian software industry. Bonn, Institute for the Study of Labour, Discussion paper n°1422, http//www.london.edu/assets/documents/PDF/commander_3.pdf.

D’MELLO M. (2008), Betwixt and between? Exploring mobilities in a global workplace in India, in : UPADHYA C, VASAVI A.R. (eds), In an outpost of the global economy. Work and workers in India’s information technology industry, Delhi, Routledge, p. 76-100.

FARET L. (2003), Les territoires de la mobilité. Migration et communautés transnationales entre le Mexique et les Etats-Unis, Paris, éditions du CNRS, 351 p.

FERNANDES R., ARORA A. (2001), Supply and demand for software developers in India. Pittsburgh, Heinz School working papers, Carnegie Mellon University, http://www.heinz.cmu.edu/project/india/pubs/SupplyandDemand2001.pdf.

FULLER C. J., NARASIMHAN H. (2008), From Landlords to Software Engineers: Migration and Urbanization among Tamil Brahmans, Comparative studies in Society and History, vol.50 (1), 170-196.

FULLER C. J., NARASIMHAN H. (2006), Engineering colleges, ‘exposure’ and IT professionals in Tamil Nadu, Economic and Political Weekly, vol. 61 (3), 258-262.

GOVERNMENT OF INDIA, Ministry of Communication and Information Technology, Department of Information Technology (2009), Information Technology Annual Report 2008-2009, http://www.mit.gov.in/download/annualreport2008-09.pdf.

HALBERT A., HALBERT L. (2007), Du « modèle » de développement économique à une nouvelle forme de gouvernance métropolitaine ? Mondialisation, TIC et transformation urbaine à Bangalore, Métropoles, vol.1 (2), 27-62.

HUANG S., YEOH B. (2005), Transnational families and their children’s education: China’s “study mothers” in Singapore, Global networks, vol.5 (4), pp.379-400.

IREDALE R., GUO F., ROZARIO S. (2004), Return migration in the Asia Pacific, Londres, Edward Elgar, 215 p.

KHADRIA B., LECLERC E. (2006), Exode des emplois contre exode des cerveaux, les deux faces d’une même pièce ?, Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud, n°37, pp. 37-51.

KHADRIA B. (2004), Migration of highly skilled Indians: case studies of IT and health professionals, Paris, OCDE, Science, Technology and Industry Working Paper n°6, 53 p.

KHADRIA B. (1999), The migration of the knowledge workers: second generation effects of India s’ brain drain, Delhi, Sage, 240 p.

LANDY F. (2007), L’Inde ou le grand écart, La documentation photographique, n°8060.

LATEEF A. (1997), Linking up with the Global Economy: A Case Study of the Bangalore Software Industry, Genève, Bureau International du Travail, www.ilo.org.

LECLERC E. (2007), La Malaisie, une première étape dans la circulation planétaire des informaticiens indiens, in AUDEBERT C., MA MUNG E. (dir.), Les nouveaux territoires migratoires : entre logiques globales et dynamiques locales, Bilbao, Presses de l’université Deusto.

LEY D., KOBAYASHI A. (2005), Back to Hong Kong: return migration or transnational sojourn?, Global Networks, vol.5 (1), pp. 111-127.

Mc GEE M. (2007), Who got H1-B visa petitions approved in 2008? Check out the list, Information Week, 17 mai 2007, http://www.informationweek.com/news/globalcio/h1b/showArticle.jhtml?articleID=215800279&pgno=2&queryText=.

MEYER J-B. (2007), La mobilité des compétences dans une société mondiale basée sur les savoirs, Habilitation à diriger des recherches, Institut d’Etudes Politiques de Paris.

MONTGOMERY A. (2008), Virtual enclaves: the influences of alumni email lists on the workspaces of transnational software engineers, Global Networks, vol.8 (1), pp.71-93.

NAIR J. (2004), The promise of the metropolis. Bangalore’s twentieth century, Delhi, Oxford University Press, 454 p.

Parthasarathy B., AOYAMA Y. (2006), From software services to R&D services: local entrepreneurship in the software industry in Bangalore, India, Environment and Planning A, vol.38 (3), pp. 1269-1285.

Parthasarathy B. (2005), India’s Silicon Valley or Silicon Valley’s India ? Socially embedding the computer software industry in Bangalore, International Journal of Urban and Regional Planning, vol.28 (3), pp. 664-685.

PIERRE P. (2003), Mobilité internationale des élites et stratégies de l’identité, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.19 (1), pp. 29-49.

RAGHURAM P. (2004), The difference that skills make: gender, family migration strategies and regulated labour markets, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.30 (2), pp. 303-321.

SAXENIAN A.L. (2006), The new Argonauts. Regional advantage in a global economy, Londres, Harvard University Press, 424 p.

SAXENIAN A.L. (2004), The Bangalore boom: from brain drain to brain circulation? in KENISTON K., KUMAR D. (eds), Experience in India. Bridging the global divide, Delhi : Sage, p. 169-181.

SIMON G. (2008), La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Colin, 255 p.

UPADHYA C., VASAVI A.R. (2008), In an outpost of the global economy. Work and workers in India’s information technology industry, Delhi, Routledge, 283 p.

UPADHYA C. (2007), Employment, exclusion and ‘merit’ in the Indian IT industry, Economic and Political Weekly, vol.42 (20), pp. 1863-1868.

Upadhya C. (2006) The Global Indian Software Labour Force. IT Professionals in Europe, IDPAD Working papers series n°1, www.idpad.org.

VARREL A. (2010), Gender and intergenerational issues in the circulation of high skilled migrants. The case of the Indian IT professionals, in KOFMAN E., KOHLI M., KRALER A., SCHMOLL C. (eds.), Gender, Generations and the Family in International Migration, Amsterdam, Free University Press, p. 243-257.

VARREL A. (2008), « Back to Bangalore». Etude géographique de la migration de retour des Indiens très qualifiés à Bangalore (Inde), Poitiers, Thèse de géographie.

VOIGT-GRAF C. (2004), Towards a geography of transnational spaces: Indian transnational communities in Australia, Global Networks, vol.4 (1), pp. 25-49.

XIANG B. (2007), Body Shopping: An Indian Labor System in the Information Technology Industry, Princeton, Princeton University Press, 208 p.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de 31 personnes composant 28 ménages, puisque l’échantillon comprend trois couples, interviewés ensemble ou successivement.

2 60 % pour l’année fiscale 2007-2008, loin devant la Grande-Bretagne, seconde destination avec 19 % des exportations (GoI, DIT, 2009, p.1).

3 Un logiciel (ou un système) Open Source est un logiciel « ouvert », c’est-à-dire que son utilisation est gratuite, mais aussi que ses utilisateurs ont accès au code source et peuvent donc faire évoluer le programme source et développer des applications librement à partir de celui-ci, ce qui le différencie des logiciels libres ou freeware, qui sont gratuits mais non modifiables par les utilisateurs.

4 Un article paru le 1er mai 2004 dans le San José Mercury News indiqueque, dans le cas d’un projet externalisé par une entreprise de la Silicon Valley et sous-traité à une entreprise indienne, jusqu’à 30% de la main-d’œuvre indienne employée par le sous-traitant pouvait ponctuellement se trouver aux États-Unis (« Jobs that stay here. But not for Americans », San José Mercury News, 01/07/2004).

5 Le visa H1-B est un visa dit « non immigrant » destiné à permettre à des individus ayant des compétences particulières de séjourner et travailler aux Etats-Unis pour une durée de 3 ans, renouvelable une fois. Il est adossé à un contrat de travail, c’est d’ailleurs l’employeur qui fait la demande de visas, ce qui rend son détenteur particulièrement vulnérable : en cas de licenciement il a 90 jours pour quitter le territoire américain, à moins d’y trouver un autre emploi. Ce visa est largement associé au secteur des IT et aux informaticiens indiens depuis le début des années 2000 ; de fait les grandes entreprises informatiques indiennes continuent à dominer le classement des demandeurs de visas H1B (McGee, 2009).

6 Cela donne périodiquement lieu à des vagues d’arrestations et d’expulsions dans différents pays, qui font en général l’objet d’une couverture médiatique importante en Inde (Leclerc, 2007).

7 De nombreuses entreprises de services en régie possèdent une ou plusieurs filiales à l’étranger et fonctionnent donc de manière transnationale ; à l’inverse un nombre croissant de multinationales s’est implanté en Inde depuis une décennie, ce qui permet notamment de faire circuler facilement du personnel indien vers d’autres pays (Saxenian, 2006).

8 Cette partie s’appuie, en ce qui concerne le matériel empirique, sur différents entretiens menés avec des DRH, des « chasseurs de tête » et des cadres haut placés, à Bangalore, en 2004 et 2006.

9 Ces observations sur le rôle des NTIC dans le fonctionnement des réseaux sociaux transnationaux et le déroulement des carrières sont corroborées par l’étude de plus grande échelle menée par A. Montgomery dans la Silicon Valley (2008).

10 Silicon India est une entreprise transnationale : elle comprend un magazine mensuel publié aux États-Unis (dont les bureaux se trouvent à Freemont, c’est-à-dire au cœur de la Silicon Valley) tiré à 100 000 exemplaires et un site web développé par une société-sœur localisée à Bangalore. Le site web de Silicon India a d’ailleurs été refondu au printemps 2007 pour devenir un portail dédié à « la création d’une communauté en ligne de « professionnels » indiens » (creating the online community of Indian professionals) qui se présente en chapeau sur sa page d’accueil comme « le plus grand réseau de professionnels d’Inde » (India’s largest professional network), proposant un équivalent à base nationale de sites comme ZoomInfo ou LinkedIn.

11 Ces salaires peuvent être un peu plus élevés (jusqu’à 15 %) dans le cas d’un salarié recruté à l’étranger, mais ils n’atteignent des niveaux occidentaux que dans de très rares cas, pour des postes de direction occupés par des salariés détachés de maisons mères occidentales durant quelques années seulement, ce qui correspond en fait à une situation d’expatriation.

12 Cette troisième partie exploite les résultats de l’enquête qualitative menée en 2004-2006 à Bangalore et sur un sous-échantillon de 28 ménages de « returnees ». Pour plus de détails sur la méthodologie d’enquête et l’échantillon, voir : Varrel, 2008.

13 Seuls trois ménages dans notre échantillon dérogeaient à ce principe.

14 Les quelques enquêtés qui ont consenti à revenir à un poste peu intéressant ou dans une branche peu dynamique soulignaient que c’était un sacrifice, consenti généralement pour faire face à une urgence familiale.

15 L’usage prévaut pour l’épouse de rentrer chez ses parents pour donner naissance au moins à son premier enfant, ce qui a pour conséquence que le lieu de naissance d’un grand nombre d’Indiens est dé-corrélé de leur(s) lieu(x) de résidence suivant(s).

16 Le telugu est a langue de l’Etat d’Andhra Pradesh, le tamoul celle du Tamil Nadu ; Bangalore se situe dans l’angle sud-est de l’Etat du Karnataka, à une distance respective de 70 et 40 km de ces deux Etats voisins.

17 Delhi et Chandigarh sont distantes de deux cent soixante-quinze kilomètres.

18 Les entretiens ont été menés en anglais, en raison de la diversité des origines régionales des personnes enquêtées et donc des langues indiennes qu’elles pratiquaient, et grâce à leur maîtrise de l’anglais.

19 Une personne disposant d’un titre de séjour permanent aux Etats-Unis (Green Card) doit normalement y résider au moins la moitié de l’année. Si elle s’absente davantage elle doit le signaler préalablement et peut obtenir jusqu’à deux ans d’autorisation d’absence, au-delà desquels elle peut perdre son titre de séjour si elle ne revient pas. Cette question suscite de nombreuses inquiétudes parmi les Indiens de retour des Etats-Unis, bien que l’application de ces règles, en l’occurrence la suppression de la Green Card pour défaut de résidence, semble aléatoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Varrel, « Le retour des « informaticiens indiens ». Perspectives migratoires sur le secteur indien des TIC », Netcom, 23-3/4 | 2009, 263-280.

Référence électronique

Aurélie Varrel, « Le retour des « informaticiens indiens ». Perspectives migratoires sur le secteur indien des TIC », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/771 ; DOI : 10.4000/netcom.771

Haut de page

Auteur

Aurélie Varrel

Docteure en géographie, chercheuse Post-doc au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, CNRS-EHESS, 54 Bld Raspail – 75006 Paris, aurelie.v@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org