Navigation – Plan du site

Cluster TIC et dynamiques urbaines à Bangalore : des logiques antagonistes destructrices de compétitivité ?

Recasting of urban governance: considerations from the burgeoning ICT sector in Pune
Alexandre Grondeau
p. 245-262

Résumés

L’objet de cet article est de présenter les conditions de réussite et la localisation d’un cluster TIC à Bangalore en les mettant en perspective avec l’impact urbain et social qu’il génère. Nous verrons que la formidable réussite économique du cluster engendre une fracture urbaine et une saturation des transports que ne parvient pas à juguler la gouvernance de la métropole. Il s’agit d’interroger ces logiques de développement économique et de développement urbain à travers le prisme de leur antagonisme qui pourrait s’avérer destructeur de compétitivité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Bangalore est régulièrement présentée comme une « IT city » et plus généralement comme la déclinaison indienne de la Silicon Valley. La concentration d’activités TIC en a fait la ville la plus dynamique de l’Inde tant au niveau économique, démographique qu’urbain. L’objet de cette communication est de mettre en lumière la réussite des agglomérations d’entreprises TIC (dans une logique de cluster) au sein de Bangalore et l’explosion urbaine que la métropole a subi en l’espace de quinze ans. Il s’agira de montrer que la concentration et le dynamisme des entreprises TIC a engendré un développement urbain fulgurant qui se réalise de manière totalement différente selon qu’il concerne les populations « TIC » (entreprises et force de travail) ou le reste de la population. Des îlots urbains modernes, autonomes en électricité et en alimentation en eau, se sont développés en périphérie de la ville pour accueillir au mieux les multinationales telles que Cisco, IBM ou Intel. Dans le même temps, les populations qui ont participé à la construction de ces « Electronic City » et autre « International Tech Park » sont restées installées à proximité dans un habitat informel (bidonvilles, slums). Le développement économique extrêmement rapide a engendré une explosion urbaine dont les gigantesques embouteillages ne sont qu’un des aspects. Nous verrons comment le développement de cluster TIC a engendré une fracture urbaine et quelles sont les caractéristiques de celles-ci.

2Notre étude se base sur un large passage en revue de la littérature scientifique du thème abordé, deux études de terrains effectuées en 2002 et 2007, et une trentaine d’entretiens d’acteurs incontournables de la mise en place du Cluster Tic à Bangalore (Chief Executive Officer (CEO) de Philips, Cisco, Infosys, Gouvernement du Karnataka, maître d’œuvre du schéma directeur de Bangalore, mission économique…).

Bangalore, capitale de l’Andra Pradesh

Bangalore, capitale de l’Andra Pradesh

Conception / réalisation A. Grondeau d’après SCE, 2004

La réussite du cluster TIC de Bangalore

3L’émergence d’un cluster TIC (Porter, 1998, 2000) et la présence de différents technopôles à Bangalore sont le fruit de différents facteurs qui ont permis à la capitale du Karnataka de se présenter comme la Silicon Valley indienne. La convergence de ces éléments a conduit à une réussite certaine de la métropole en matière d’industrie TIC.

Les conditions d’une réussite

4Bangalore a une longue histoire débutée en 1537 et qui la vit accueillir de 1831 à 1881 le siège de l’administration britannique. Cette période de colonisation correspond à une phase de développement importante puisque la ville fut dotée des infrastructures indispensables (notamment électriques) à son bon fonctionnement. Elle permit également l’adoption de l’anglais par une partie de la population et en a fait la ville indienne la plus anglicisée (Khilnani S., 2003). La qualité de vie et le climat (peu soumis aux températures trop élevées car la ville est située à 900 mètres d’altitude) ont également été déterminants. « L’effet Sunbelt » a joué à plein et fut tour à tour apprécié par les Anglais, par les retraités indiens aisés et enfin par les industriels tels que les fondateurs d’Infosys, à l’origine basés à Bombay et charmés par cette situation autant que par le marché du travail d’excellence qui s’y trouvait. Ce dernier n’est pas apparu subitement. Bangalore dispose en effet d’un Indian Institute of Science (IIS) depuis 1911 et est devenue après l’indépendance un « Gunbelt » (Markusen A., Hall P., Campbell S, Deitrick S., 1991) sous l’action de l’Etat. C’est son éloignement des frontières du nord qui en a fait le lieu d’implantation de l’industrie militaire et aéronautique. Des entreprises publiques comme Hindustan Aeronauticals Limited (HAL), créée en 1964, et Bharat Electronics Limited (BEL), fondées en 1954, ont été délocalisées à Bangalore, dynamisé le monde de la sous-traitance et participé à la création d’un marché du travail de qualité. Comme dans la Silicon Valley, Bangalore possédait un complexe militaro-industriel qui servit de base à sa culture industrielle. Celle-ci fut soutenue et entretenue par l’Etat central qui y favorisa l’installation du siège du programme spatial indien et participa au développement du tissu industriel de la capitale du Karnataka, bien avant que n’explose le secteur TIC. L’Etat participa également au développement de la métropole grâce à différentes politiques visant à encourager les TIC (353- Gupta A., 1986) : le Software Export Scheme (1972), la Technology Policy Statement (1983), la New Computer Policy (1984) furent parmi les plus importantes mesures et furent accompagnées d’autres initiatives fortes pour aider la formation de personnels qualifiés et encourager les exportations au bénéfice des TIC. En 1998, l’ambition affichée par le premier ministre A. Vajpayee est de faire de l’Inde une « superpuissance des technologies de l’information ». Il crée la National Information Technology and Software Development Task Force qui oriente la politique de l’Etat indien en faveur des TIC et le Department of Electronics (DOE) qui encourage le développement de l’électronique.

5Bangalore a enfin bénéficié de l’explosion des prix de l’immobilier à Bombay faisant fuir dans les années 80 une partie des activités TIC de Bombay vers Bangalore (Dossani R., 2005) où les dirigeants d’entreprises TIC souhaitaient bénéficier de prix avantageux, de la qualité du cadre de vie et d’une certaine proximité avec les fournisseurs, les sous-traitants et le milieu académique de Bangalore (Basant R., 2006). Les multinationales de la Silicon Valley profitèrent en sus des complémentarités de fuseau horaire entre la Californie et le Karnataka pour fonctionner 24h/24h.

6L’ensemble de ces éléments ont permis à Bangalore de devenir un cluster TIC parmi les plus dynamiques au monde et composés de nombreux technopôles.

La localisation des activités TIC

7En 2002-2003, le site officiel Bangalore.it chargé du recensement des activités TIC comptabilise 1154 entreprises TIC (contre 1038 pour 2001-2002)1. Ce dernier chiffre a été confirmé par J. Singh, responsable du département TIC et biotechnologies du gouvernement du Karnataka que nous avons rencontré en 2007. Toujours selon le même site, pour l’année 2002-2003, les TIC emploient autour de 80 000 personnes. 35% des entreprises TIC sont des PME, 5% des grandes entreprises indiennes et 60% des grandes entreprises internationales. J. Singh a précisé lors de notre entretien que Bangalore accueillait aujourd’hui 800 multinationales étrangères pour un peu plus de 1700 entreprises TIC. Les grandes entreprises occupent donc une place très importante dans la structuration des activités TIC à Bangalore. Ces chiffres sont corroborés par le rapport annuel du gouvernement indien (360- KBITS, 2006) qui évalue à 1721 le nombre d’entreprises TIC en 2005-06 à Bangalore (sans dire toutefois à combien d’emplois cela correspond). Quoi qu’il en soit et quelles que soient leurs tailles, les entreprises TIC choisissent de se regrouper dans la capitale du Karnataka dans des zones franches qui leurs sont dédiées : les Software Technology Parks (STP).

La localisation des activités économiques dans la métropole de Bangalore

La localisation des activités économiques dans la métropole de Bangalore

Conception : A. Grondeau d’après SCE, 2004

8En 1991, les politiques de réforme et d’aide aux activités TIC furent accompagnées par la création de zones franches et l’assouplissement juridique des conditions d’importation et d’exportation. Pour cela, le DOE a mis en place les Software Technology Parks, des technopôles dédiés aux TIC. Les STP possèdent des infrastructures performantes, une alimentation énergétique autonome et un arsenal d’aides aux entreprises qui va des facilités d’exportation, des défiscalisations aux autorisations d’importation d’équipements (exonération totale des taxes). Les STP sont des zones très favorables à l’investissement étranger car elles simplifient de manière sensible les modalités administratives d’implantation. En 1991, la Software Technology Parks of India (STPI) est devenue une agence indépendante dont la mission est de gérer directement les industries TIC. Elle va être aidée de manière très sensible par les acteurs locaux afin de faire de Bangalore la capitale des TIC indienne. Ceux-ci avaient néanmoins entrepris d’encourager les TIC depuis les années 70.

9L’action des acteurs locaux a été en effet déterminante dans le développement des activités TIC à Bangalore. J. Singh nous a expliqué que le Karnataka a été le premier Etat indien à avoir pris conscience de l’importance des TIC et à avoir agi en conséquence en favorisant les implantations de ce secteur d’activités. Cela s’est matérialisé par la construction de technopôles, par la viabilisation des terrains et la défiscalisation de ces zones, puis par leur promotion. Cette action a été essentiellement menée par le gouvernement du Karnataka qui possède la plus grande partie des pouvoirs de décisions locaux (que cela soit au niveau des budgets, de l’aménagement ou du développement économique) alors que les représentants municipaux n’en ont quasiment pas.

10Pour aménager son territoire, le gouvernement du Karnataka a créé, dès 1976, la Karnataka State Electronics Develoment Corporation (KEONICS) dont l’action a porté essentiellement sur Bangalore. Keonics est une organisation para-gouvernementale qui a comme mission de favoriser le développement des TIC. Pour se faire elle peut agir comme un opérateur foncier et aménager des zones afin de les destiner aux TIC. Keonics a ainsi initié l’Electronic City (136 hectares, dédiés aux activités de l’électronique et des TIC, dotés des infrastructures les plus performantes et autonomes : électricité, connexion satellite, fibre optique, alimentation en eau et aujourd’hui WiFi) et l’International Tech Park (ITP, en partenariat avec un promoteur de Singapour), les deux technopôles emblématiques de Bangalore. Pour encourager ces opérations d’aménagement, de nombreuses modifications de la vocation des terrains (initialement prévus pour être la « ceinture verte » de Bangalore) ont été réalisées. C’est le Karnataka Industrial Development Board (KIADB) qui a pour vocation d’acquérir les terrains et de les doter d’infrastructures permettant l’implantation d’industries. C’est ainsi que Whitefield, à l’origine une zone rurale, est devenue la zone d’implantation de l’ITP et une zone perpétuellement en travaux.

L’International Tech Park de Bangalore

L’International Tech Park de Bangalore

A. Grondeau 2007

L’International Tech Park de Bangalore

L’International Tech Park de Bangalore

A. Grondeau 2007

11L’Electronic City et l’ITP sont deux succès commerciaux importants puisque les deux technopôles ne peuvent plus accueillir d’autres entreprises. Le premier technopôle accueille 116 entreprises pour 100 000 employés (trois fois plus qu’à Sophia-Antipolis, l’un des plus grands technopôles de France) et le second 120 entreprises pour 20 000 employés. Lors de notre rencontre, T.R. Kulkani, le directeur technique de Keonics, ne cachait pas sa satisfaction devant le succès de l’Electronic City et y voyait la réussite de la vision à moyen et long terme du gouvernement du Karnataka. Il ajoutait que trois autres STP, du type de l’ITP, étaient en cours d’élaboration. A. Choudury, qui travaille chez Ascendas, la société qui gère l’ITP en partenariat avec le gouvernement, nous a expliqué l’importance du rôle volontariste du Karnataka dans les programmes immobiliers. Il a ajouté que sa société allait probablement construire un ou deux nouveaux bâtiments pour répondre à la demande des entreprises qui souhaitaient intégrer l’ITP et « promouvoir son style de vie international ». Car c’est bien ce que ces technopôles fermés reproduisent : une partie de ville où les bureaux des ingénieurs côtoient des restaurants chics, des fast-food internationaux, des salons de coiffure, des banques, des salles de sport, des animations, en somme les services auxquels la main d’œuvre qualifiée aspire. Les promoteurs privés ne sont pas en reste et ont également mis en place de nombreux technopôles privés comme l’Embassy Golf Business Park qui accueille Microsoft, Mphasys ou Netapp. Le sud et l’est de Bangalore en comptent déjà au moins une quinzaine. Et de nombreux sont encore en construction. B.S. Patri, le directeur des opérations de Keonics, nous a d’ailleurs expliqué qu’une seconde Electronic City était en projet, encore plus grande et plus perfectionnée.

Le Philips Campus Innovation recto (opérationnel)

Le Philips Campus Innovation recto (opérationnel)

A. Grondeau, 2007

Le Philips Campus Innovation verso (encore en travaux)

Le Philips Campus Innovation verso (encore en travaux)

A. Grondeau, 2007

12Keonics joue également un rôle important au niveau de la promotion de ces technopôles. Dès les années 80, elle a mis en place une communication urbaine intensive et agressive qui avait comme ambition de présenter l’Electronic City comme la Silicon Valley indienne. Pour ce faire, elle avait lancé de nombreuses campagnes de publicité dans les magasines spécialisés américains et diffusé les études qui évaluaient les potentialités de l’Electronic City et qui affirmaient que le modèle du nord de la Californie était reproductible dans le sud de l’Inde. Le succès est tel que l’image du technopôle a bénéficié à toute la métropole qui a vu « oublier » tous ses problèmes inhérents à une métropole du sud, pour ne conserver que les qualités du technopôle. B.S Patri est bien conscient du biais que cela a pu introduire mais il s’en félicite évidemment. Cette action de marketing urbain se matérialise également à travers l’organisation des salons Bangalore IT qui sont des manifestations internationales d’affaires dans les activités TIC. La promotion de Bangalore n’y manque jamais comme le slogan de la première édition le rappelle « Silicon Valley meets Silicon Valley ».

13Keonics a enfin d’autres activités comme celles d’encourager la création de start-up avec la mise en place d’un incubateur dès le début des années 90 sur l’Electronic City. Celui-ci fournit tous les services d’un incubateur classique prouvant d’une certaine manière que ces technopôles font partie intégrante d’un monde global où l’on retrouve des parties génériques de ville développée (au sens de R. Koolhass, 2000). Le technopôle en est une de notre point de vue.

14Toute cette politique gouvernementale a contribué à la mutation de Bangalore et à la concentration d’activités TIC dans des zones bien déterminées. Ces aménagements sont toujours d’actualité puisque le gouvernement du Karnataka vient d’instituer un IT corridor (reproduction d’une opération d’aménagement japonaise appelée cyber corridor) qui doit créer une continuité urbaine entre l’ITP et l’Electronic City.

Le IT Corridor

Le IT Corridor

Source : Heitzman J., 2004

15Mais la politique de mise en place de STP n’a pas eu que des aspects positifs. En se focalisant sur ces actions, les pouvoirs publics locaux ont délaissé une grande partie de la population et participé à la création d’une ville à deux vitesses. La première est celle de la ville des activités des TIC et de la haute technologie, moderne, similaire en tout point à ce que l’on retrouve dans les pays du Nord. De l’autre, la grande majorité de la population n’a pas accès à ces services et possèdent les caractéristiques de la population d’une grande métropole du sud (bidonvilles, pauvreté, problèmes d’hygiène, importance de l’économie informelle…).

Fracture urbaine, saturation et problème de gouvernance

16Bangalore a été pendant longtemps présentée comme une « ville jardin » où la qualité de vie était particulièrement agréable, les Anglais parlant de la « ville air conditionné » pour évoquer la clémence de son climat. Les choses ont considérablement changé. Son organisation urbaine est le fruit d’une histoire qui a vu se superposer de nombreuses phases (colonisation, industrialisation, technopolisation…). La ville s’est considérablement dégradée depuis le début des années 80 sous l’effet de la forte industrialisation, de l’expansion urbaine et de l’exode rural (Heitzman J., 2004). Bangalore n’est plus la ville moyenne des années 70 mais une grande métropole dont la population grandit de manière exponentielle et qui atteindra le top 10 des plus grandes villes mondiales en 2020 selon H. Beaudet, directeur de SCE, la société qui a réalisé le dernier diagnostic métropolitain de Bangalore. Cette explosion urbaine profite différemment à la population. En plus de la saturation des transports, elle a institué une ville à deux vitesses. Les technopôles côtoient les bidonvilles, les piscines des hôtels et des résidences de la « classe globale » sont longées par des slums. Cette fracture urbaine s’accroît régulièrement sans que les gestionnaires du territoire ne s’en inquiètent véritablement.

Une fracture urbaine qui s’accroît

17« La métropole est créatrice de richesses mais plus encore d’inégalités ». Cette analyse de G. Burgel, régulièrement évoquée au CNAM lors des séminaires « Villes et Sociétés », est parfaitement illustrée par Bangalore. La création de technopôles semble avoir ici exacerbé les fractures socio-spatiales habituelles de la métropolisation. Le fonctionnalisme urbain pratiqué à outrance a créé des zones closes dédiées au travail et d’autres au logement des classes supérieures. On peut parler de « gated communities » puisqu’elles sont constamment surveillées et inaccessibles aux non-résidents. Ces zones réservées à la « classe globale » se situent essentiellement au sud et à l’est de la métropole, à proximité des nombreux technopôles même si le centre-ville accueille également une partie des populations aisées. On assiste à un renforcement de la division socio-spatiale entre le nord et l’ouest qui concentrent les industries traditionnelles et les populations les plus pauvres et le sud et l’est où se situe la majorité des technopôles. L’extension urbaine technopolitaine s’est donc réalisée par le sud et l’est et par l’intégration de nombreux villages périphériques qui ont été rattrapés par l’urbanisation de Bangalore. Whitefield est un de ces villages et reste constamment en travaux depuis la réussite de l’International Tech Park.

Le campus Infosys dans l’Electronic City

Le campus Infosys dans l’Electronic City

A. Grondeau, 2007

Le campus Infosys dans l’Electronic City

Le campus Infosys dans l’Electronic City

A. Grondeau, 2007

Le campus Infosys dans l’Electronic City

Le campus Infosys dans l’Electronic City

A. Grondeau, 2007

Le campus Infosys dans l’Electronic City

Le campus Infosys dans l’Electronic City

A. Grondeau, 2007

18La qualité urbaine des technopôles (architecture soignée, pelouses anglaises, jardins avec fontaines, routes parfaitement goudronnées) est très importante pour les entreprises. Infosys a par exemple reçu le prix du « Best managed buildings and gardens » en 1998 et 1999, décerné par la Bangalore Urban Act Commission. Cette qualité urbaine tranche de manière importante avec la situation urbaine que l’on retrouve de l’autre côté des grilles du technopôle.

19A côté de ces zones modernes, souvent encore en construction, se mettent en place des bidonvilles (slums) qui accueillent une partie des ouvriers qui se relaient pour travailler souvent sept jours sur sept et parfois toute la nuit. Ces slums, auxquels s’ajoutent ceux de l’ouest et du nord de la ville qui accueillent les nouveaux arrivants qui ne trouvent pas de logements formels, sont très nombreux à Bangalore. Présents depuis longtemps dans la métropole, ils ont véritablement explosé ces 25 dernières années. 10,5 % de la population de Bangalore y vivaient dans les années 80 et ce chiffre a atteint 20% dans les années 90. En 2000, S. Benjamin (2000) parle de 25% de la population de Bangalore qui vivrait dans les 800 à 1000 slums de Bangalore. Ces habitants ont essentiellement des origines rurales. Ils ont quitté leurs campagnes pour rejoindre Bangalore pour plusieurs raisons.

20G. Shiri (1999), grâce à des enquêtes très poussées, a constaté que si les raisons économiques et le besoin de trouver un travail mieux payé étaient les principales causes de cet afflux, il s’agissait également pour la population de quitter une société rurale, encore féodale, où le rôle des castes restait très important. Les raisons culturelles s’ajoutent donc aux causes économiques. G. Shiri évoque les problèmes de manque de pluie et d’eau en général pour expliquer cet exode rural. Il insiste enfin sur les mariages forcés ou arrangés qui obligent de nombreuses femmes à venir se marier en ville et à y résider. Pour l’auteur, l’industrialisation, l’exode rural et l’explosion urbaine de Bangalore ont joué un rôle important dans cette attraction de population. Elles ne sont pas les seules à expliquer l’explosion démographique de Bangalore. Elles accélèrent néanmoins l’extension toujours plus importante de la métropole qui a absorbé de nombreux villages comme déjà évoqué pour Whitefield.

Travaux sur Whitefield à proximité de l’ITP

Travaux sur Whitefield à proximité de l’ITP

A. Grondeau, 2007

Travaux sur Whitefield à proximité de l’ITP

Travaux sur Whitefield à proximité de l’ITP

A. Grondeau, 2007

21Cette opposition de styles urbains, entre les slums et les technopôles, distants parfois de quelques mètres, interroge les observateurs étrangers. La proximité de tant de richesses et de pauvreté n’est-elle pas facteur d’instabilité sociale, voire politique ? Le directeur de l’IIS, G. Metha, cité par M. Faure (2004), y répond à sa manière : « l’Inde a ceci d’extraordinaire qu’elle est l’un des rares pays du monde où des gens vivent ensemble en relative harmonie alors que plusieurs siècles les séparent ». Cette citation résume bien le paradoxe urbain et social de Bangalore. Tous les jours, les ouvriers qui vivent avec quelques euros par mois côtoient la classe des ingénieurs qui gagnent trois ou quatre cent fois plus. C’est également l’avis unanime de nos interlocuteurs. Pas un patron de grande entreprise, de PME ou de start-up, pas un journaliste ni membre de l’administration publique ou simple citoyen, nous a dit craindre pour la stabilité sociale de Bangalore. L’argument le plus souvent avancé pour expliquer cette situation est que les TIC profitent à toutes les familles qui ont toutes en leur sein des ouvriers et des ingénieurs. Cette réponse n’est pas totalement satisfaisante et ce d’autant que la violence urbaine et les émeutes existent bien dans la ville même si elles découlent en général de problèmes religieux. Nous souhaitons, malgré cette unanimité des réponses, émettre l’hypothèse que cette ville à deux vitesses est présente également dans les esprits et qu’il est possible d’envisager que nos interlocuteurs n’aient finalement pas ou peu conscience de la force des tensions sociales qui existent actuellement. Depuis notre dernière mission à Bangalore, les populations rurales ont ainsi réussi par leurs actions à faire suspendre les expropriations qui devaient permettre l’établissement de huit nouvelles zones économiques spécialisées (destinées notamment à la mise en place de nouveaux technopôles).

22Malgré cette fracture urbaine et cette ville à deux vitesses qu’elle a en partie générées, ou au moins accompagnées, le développement des clusters TIC a enrichi la métropole et sa population. Le développement économique de ces quinze dernières années a permis par exemple au taux d’alphabétisation du Karnataka d’être de 20 % supérieur au taux national. Il nous semble toutefois que le succès de Bangalore profite peu à la très grande majorité de la population alors que celle-ci bénéficie de toutes les carences de la métropole et de la saturation des infrastructures en premier lieu.

La saturation des infrastructures

23Les problèmes de division socio-spatiale se répercutent en effet sur les problèmes récurrents des transports et d’alimentation en eau et en énergie électrique. Là encore, la métropolisation à l’œuvre depuis les années 60/70 a eu un impact important. L’abondance d’énergie électrique a été, nous l’avons dit, une des raisons de l’implantation de nombreuses entreprises. Dans les années 50, l’Etat du Karnataka exportait même l’énergie électrique qu’il ne consommait pas. L’organisation des transports était encore cohérente et efficace au début des années 60. La métropolisation a considérablement changé cela et depuis le début des années 80, les gestionnaires du territoire (l’Etat du Karnataka en tête) ne savent pas comment résoudre les problèmes liés à l’explosion urbaine en particulier la division socio-spatiale qui s’effectue essentiellement au profit des entreprises TIC et des classes supérieures bénéficiant, dans les zones fermées où elles travaillent, d’une autonomie en eau et en électricité, et dans celles où elles résident de services beaucoup plus modernes que dans le reste de la métropole.

24Pour le reste de la population, la situation est préoccupante. Les différents organes de gestion territoriale comme la Bangalore Development Authority remplacée par la Bangalore Metropolitain Region Development Authority n’ont pas réussi à contrôler et juguler les carences d’alimentation en eau et en électricité. Nos entretiens ont fait ressortir le fait que les querelles de personnes et les changements très réguliers des dirigeants à leur tête ne facilitaient pas la bonne gestion des organismes. A cela s’ajoutent les luttes des lobbies de citoyens et d’agriculteurs qui ne souhaitent pas se faire exproprier et qui n’ont que peu de recours. Ces luttes et ces oppositions parfois violentes dans leur répression ont beaucoup de retentissement dans la population. Plusieurs solutions ont été imaginées et tentées, mais l’inefficacité et les problèmes de gouvernance interne ont débouché sur la privatisation partielle ou totale de la gestion des eaux et de l’électricité (privatisation partielle qui ne résout pas les problèmes et le souci de l’autonomie en eau de certaines zones quand d’autres en manquent cruellement). Ces privatisations connaissent des problèmes de financement importants. J. Heitzman (2004) a montré par exemple combien les pouvoirs publics, qui cherchaient à garder un contrôle important sur les projets d’aménagement, pouvaient inhiber les investisseurs privés. L’héritage du socialisme n’a pas totalement disparu, d‘autant que les personnels administratifs sont souvent issus de castes qui sont liées à certains acteurs économiques.

25Le constat est le même concernant les transports. D. Patel, vice-président d’EDS explique : « personne n’avait anticipé le boom des activités TIC, ce qui explique les carences des infrastructures ». Le trafic routier est ainsi passé de 204 649 véhicules en 1981 à 1 418 361 en 2001 (Heitzman J., 2004) auxquels il faut ajouter les 60 750 rick-shaws, là où « la capacité du réseau viaire est de 350 000 » (Didelon C., 2004). Cette explosion de la circulation a transformé la « ville air conditionné » en ville où il est difficile de respirer. Les allergies oculaires et autres irritations de la gorge durant nos séjours resteraient anecdotiques si elles ne touchaient pas une partie très importante de la population qui n’a pas accès aux services publics de santé. Ce qui est plus inquiétant pour le développement des activités TIC et de la haute technologie, ce sont les embouteillages interminables qui mènent à l’Electronic City et à tous les technopôles de la périphérie de Bangalore. Plus d’1h30 est ainsi nécessaire pour rejoindre l’Electronic City à l’aller comme au retour, s’il n’y a pas eu d’accident. Pour résoudre ces problèmes, un projet de métro devrait voir le jour en 2009, s’il n’est pas encore une fois repoussé, tout comme l’élargissement des axes routiers et la construction d’une voie rapide surélevée qui étaient encore en cours lors de notre dernière visite en 2007. Ces encombrements du trafic sont le souci numéro un des entreprises et instituts résidents des technopôles. L’IIITB a résolu le problème en hébergeant sur son site ses 250 étudiants. L’IIMB dispose d’une zone pavillonnaire où il héberge ses professeurs. Infosys a construit son propre hôtel qui accueille ses invités et ses ingénieurs étrangers.

Des solutions pour échapper aux embouteillages

Des solutions pour échapper aux embouteillages

Zone pavillonnaire qui accueille les professeurs de l’IIMB

A. Grondeau 2007

Des solutions pour échapper aux embouteillages

Des solutions pour échapper aux embouteillages

Hôtel d’Infosys pour héberger ses invités et ses ingénieurs en déplacement

A. Grondeau 2007

26La société Juniper a mis en place des horaires décalés pour permettre à ses employés de ne pas trop subir les embouteillages. Les responsables de Keonics nous confiaient qu’une grande partie des immeubles en construction devaient être résidentiels ce qui atténuerait les embouteillages. Avec l’explosion démographique rien n’est moins sûr. En attendant, les entreprises ont intégré ces problèmes dans leur choix de localisation. J. Sandu, Unit Head chez I2, affirme que l’entreprise s’est localisée dans un technopôle situé à la jonction de plusieurs axes routiers et de l’aéroport pour accéder aisément à toutes les parties de la ville. A. Raja, dont la société Logica CMG est distante de quelques mètres de la société I2, se félicite de sa localisation, juste en dehors de la ville mais encore proche de l’aéroport et surtout accessible pour ses employés. Toutes les grandes entreprises disposent d’ailleurs de leurs propres services de bus. Philips, par exemple, possède 110 bus qui s’occupent d’aller chercher et de ramener les employés qui le souhaitent à leurs domiciles.

27Les problèmes de saturation des infrastructures sont caractéristiques des métropoles, en particulier du Sud. Bangalore ne déroge pas à la règle. « La croissance de la ville est très forte et il est évident que les infrastructures ont du mal à suivre » résume N. Sinah, Head-Business Development de Procsys. Ils sont d’autant plus inquiétants que la gouvernance de la métropole a accentué la réalité d’une ville à deux vitesses qui exclut de plus en plus la grande majorité de la population.

Une gouvernance imparfaite de la métropole dédiée aux TIC

28Les éléments que nous venons de décrire illustrent la réalité d’une société et d’une ville à deux vitesses. La situation découle largement du système qui sépare les TIC et les activités TIC du reste des autres activités alors que ces dernières emploient la plus grande partie de la population. Cette réalité binaire se retrouve dans la gouvernance de la métropole. S. Benjamin (2000) a expliqué dans ses travaux sur la gouvernance urbaine que la plus grande partie de la population n’était pas concernée par les aménagements des pouvoirs publics à Bangalore. La principale raison est le choix politique fédéral de mettre la priorité sur les activités TIC et de haute technologie. C’est le gouvernement du Karnataka qui possède la très grande majorité des pouvoirs et contrôle les budgets en termes d’aménagement et de développement économique. C’est la bureaucratie gouvernementale et para-gouvernementale qui possède le pouvoir d’agir sur le foncier et les infrastructures. Cette « technocratie », qui n’est pas élue, décide de l’emploi des budgets (en particulier les aides internationales qui vont profiter à une très petite minorité au détriment des grands enjeux locaux de la majorité de la population) et dirige de fait le développement de Bangalore et du Karnataka. Or, elle est profondément liée par des réseaux de classe et de caste à l’élite économique de Bangalore. S. Benjamin a ainsi montré par quels jeux les programmes d’aménagement reflétaient les intérêts des classes et castes supérieures au détriment de la plus grande partie de la population. En plus de concentrer quasiment tous les financements et d’avoir la charge des programmes opérationnels, le gouvernement du Karnataka nomme et finance la Bangalore City Corporation qui est censée faire remonter les préoccupations locales des citoyens. Le gouvernement supervise également toutes les opérations d’aménagement, aussi réduites soit-elles, du conseil municipal qui est de fait mis sous tutelle. La Bangalore Metropolitan Task Force qui décide des grands projets de développement urbain et des infrastructures à mettre en place est ainsi « conseillée » par des groupes nommés par le premier ministre et constitués d’anciens dirigeants d’entreprises des TIC et de haute technologie. D’autres moyens existent (« arrangements entre amis » ; corruption) pour contrôler les partis politiques et les syndicats censés jouer un rôle déterminant dans la plus grande démocratie du monde. 70% des industries traditionnelles sont ainsi exclues des grands programmes d’aménagement, en particulier en ce qui concerne les services et les infrastructures prévus depuis 10 ans (qui ne concernent que 20% de la métropole, essentiellement les zones où se localisent les activités TIC et de haute technologie). Cela est d’autant plus choquant qu’une grande partie des fonds publics est allouée directement au secteur privé qui se voit réserver des zones fermées (les technopôles) avec les infrastructures les plus modernes et une alimentation en énergie qui ne profitent jamais au reste de la population.

29Sans inversion du rapport de force au sein des structures gouvernementales et paragouvernementales, la gouvernance a tout lieu de continuer de servir les intérêts de la population concernée par les clusters TIC au détriment du reste de la population de la métropole.

Conclusion

30Bangalore n’est finalement pas la version indienne de la Silicon Valley comme souhaiterait le faire croire le marketing urbain du gouvernement du Karnataka. S’il y a bien une américanisation d’une certaine « classe globale », qui travaille dans les TIC, il existe des différences fondamentales entre deux types de populations métropolitaines.

31La principale différence reste la fracture urbaine et sociale existant entre le cluster TIC et le reste de la métropole. Celle-ci est renforcée par les politiques publiques menées par une technocratie liée aux castes et aux classes dirigeantes qui a fait des TIC et de la haute technologie sa priorité et emploie la plus grande partie des budgets publics pour le confort d’une partie réduite de la population. Les inégalités et les processus de ségrégation socio-spatiale s’amplifient donc. D’une certaine manière, le phénomène s’inscrit dans le processus de métropolisation qu’on observe dans les plus grandes villes du monde mais il l’amplifie. Il pourrait ainsi générer des tensions sociales qui réduiraient la dynamique de développement de la métropole.

32Il est certain que le développement des TIC participe à une vision mythique de l’industrie comme solution à tous les maux d’une société et d’un territoire alors qu’elle n’en est qu’une partie. La communication urbaine du gouvernement du Karnataka a ainsi contribué à l’émergence de cette « software utopia of Bangalore » (Khilnani S., 2003) qui s’est propagée dans tous les Etats indiens voulant posséder leurs propres technopôles. Tous souhaitent disposer de ces zones fermées qui accueillent les multinationales du monde entier, emploient une « classe globale » et permettent des économies d’agglomération. Ces logiques d’actions publiques locales, interventionnistes et régulationnistes, ont été possibles grâce à l’Etat qui, par ses nombreuses réformes, ses efforts importants en matière d’éducation et la libéralisation de son économie, a permis à certaines zones d’enclencher un processus de technopolisation. Ce dernier, s’il participe à l’enrichissement des territoires, ne résout pourtant pas les problèmes d’alphabétisation, de carence en infrastructures médicales, de manque d’eau et d’électricité, de saturation des transports et d’augmentation du nombre de bidonvilles qui concernent la plus grande partie de la population. Tout au plus montre-t-il aux Indiens que le destin n’est pas joué d’avance, que la pauvreté n’est pas une fatalité et que tout reste possible.

Haut de page

Bibliographie

BASANT, R. (2006), Bangalore Cluster: Evolution, growth and challenges, Indian Institute of Management Ahmedabad, Working paper n°2006-05-02, 34 pages.

BENJAMIN, S. (2000), Governance, economic settings and poverty in Bangalore, Environment & Urbanization, vol. 12, n°1, pp. 35-56.

DIDELON, C. (2003), Bangalore, ville des nouvelles technologies, Mappemonde n°70, page 35-40.

DOSSANI, R. (2005), Origins and growth of the Software Industry in India, Shoreinstein APARC, Stanford University, 33 pages.

FAURE, M. (2004), Big Bang à Bangalore, L’Express du 20 décembre 2004.

GRONDEAU, A. (2007), Contribution à une géographie critique des territoires de haute technologie, Thèse de Doctorat, Paris X, Nanterre, 402 pages.

GUPTA, A. (1986), Informatics in India, in RUSHING W, GANZ-BROWN C., National Policies for develpping high technology industries, International Comparaisons, Westview Press, pp. 89-110.

HEITZMAN, J. (2004), Network city: Planning the Information Society in Bangalore, Oxford University Press, 372 pages.

KHILNANI, S. (2003) (nlle édition, 1997), The Idea of India, Penguin Books, 263 p.

KOOLHAAS, R. (dir.), (2000), Mutations, éditions de l’Actar, 800 pages.

PORTER, M. (2000), Location, Competition and Economic Development: Local Cluster in a Global Economy, Economic Development Quarterly, 14 (1), pp. 15-34.

PORTER, M. (1998), Clusters and the New Economics of Competition, Harvard Business Review, november/december, pp. 77-90.

MARKUSEN A., HALL P., CAMPBELL S., DEITRICK S., (1991), The Rise of Gunbelt, The Military Remapping Of Industrial America, Oxford University Press, 360 pages.

SHIRI, G. (1999), Our Slums : Mirror a Systemic Malady, an Empirical Case Study of Bangalore Slums, Asian Trading Corporation, 125 pages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bangalore, capitale de l’Andra Pradesh
Crédits Conception / réalisation A. Grondeau d’après SCE, 2004
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre La localisation des activités économiques dans la métropole de Bangalore
Crédits Conception : A. Grondeau d’après SCE, 2004
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre L’International Tech Park de Bangalore
Crédits A. Grondeau 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre L’International Tech Park de Bangalore
Crédits A. Grondeau 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Le Philips Campus Innovation recto (opérationnel)
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Le Philips Campus Innovation verso (encore en travaux)
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Le IT Corridor
Crédits Source : Heitzman J., 2004
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Le campus Infosys dans l’Electronic City
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Le campus Infosys dans l’Electronic City
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Le campus Infosys dans l’Electronic City
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Le campus Infosys dans l’Electronic City
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Travaux sur Whitefield à proximité de l’ITP
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Travaux sur Whitefield à proximité de l’ITP
Crédits A. Grondeau, 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Des solutions pour échapper aux embouteillages
Légende Zone pavillonnaire qui accueille les professeurs de l’IIMB
Crédits A. Grondeau 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Des solutions pour échapper aux embouteillages
Légende Hôtel d’Infosys pour héberger ses invités et ses ingénieurs en déplacement
Crédits A. Grondeau 2007
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/759/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Grondeau, « Cluster TIC et dynamiques urbaines à Bangalore : des logiques antagonistes destructrices de compétitivité ? », Netcom, 23-3/4 | 2009, 245-262.

Référence électronique

Alexandre Grondeau, « Cluster TIC et dynamiques urbaines à Bangalore : des logiques antagonistes destructrices de compétitivité ? », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/759 ; DOI : 10.4000/netcom.759

Haut de page

Auteur

Alexandre Grondeau

C3ED, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 7 rue Poussin 7506 Paris, alexandre.grondeau@uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org