Navigation – Plan du site

Un modèle indien du développement des TIC ?

Avant-propos
A specific model for the development of ITC in India? Foreword
Clarisse Didelon et Blandine Ripert
p. 181-200

Résumés

Ces dernières années l’image de l’Inde dans les médias du monde occidental s’est nettement améliorée avec, en premier plan, la figure des informaticiens indiens très largement insérés dans la société de l’information. Pour autant, la diffusion des technologies d’information et de communication en Inde, ne semble pas suivre un modèle spécifique qui mettrait ces technologies à la portée du plus grand nombre et notamment des segments les plus fragiles de la population, mais un modèle tout à fait conforme à ce que l’on observe ailleurs, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. Cela semble d’autant plus vrai que les projets mis en place, notamment dans les campagnes, rencontrent de nombreux obstacles dans leur mise en œuvre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pendant de longues décennies l’Inde était peu présente dans les médias du monde occidental. Elle y occupe, depuis quelques années, une meilleure place, notamment dans le domaine des TIC qui contraste avec l’image d’un pays « sous-développé » qui lui est souvent associée. De fait, à partir des années 1990 et de l’ouverture de son économie, l’Inde a su transformer un réseau de télécommunications obsolète, défaillant et limité. Elle l’a modernisé et l’a rendu accessible à une part toujours plus grande de la population. L’émergence d’opérateurs privés dans le secteur de la téléphonie mobile et d’Internet a largement contribué à cette évolution. La densification du réseau dans les villes et sa diffusion dans les campagnes ont participé à la diversification des pratiques de télécommunication. Le secteur du logiciel contribue plus largement à dynamiser l’économie indienne et un grand nombre d’informaticiens anglophones sont formés chaque année dans les instituts indiens. Ces succès ont été bien relayés par la presse nationale et internationale, en exagérant parfois leur portée et en ne retenant que les projets les plus spectaculaires, sans toujours attendre de pouvoir en évaluer les impacts. Cet engouement dans les médias est certes révélateur d’un contexte mondial d’euphorie autour de la bulle Internet, mais il a perduré en Inde au-delà de son éclatement.

  • 1 Cf. par exemple les thèses de Didelon soutenue en 2004, Une nouvelle route de la soie ? utilisation (...)

2Les recherches sur le monde indien n’ont pris que tardivement de l’ampleur sur la question des TIC. Cela s’explique essentiellement par les retards de l’Inde en matière de diffusion des TIC. Avant la fin des années 1990, les travaux des chercheurs ont surtout porté sur le rôle de la télévision et de la radio dans l’éducation de la population et sur le rôle que ces outils jouaient dans la diffusion des objectifs de la planification (voir par exemple Chatterji sur la radio, 1991 ; Cadène sur la télévision, 1997). A la fin des années 1990 et au début des années 2000, alors que les TIC se diffusaient plus largement en Inde tout en se diversifiant, des chercheurs s’y sont intéressés de plus près, que se soit sous l’angle politique et social (Singhal & Roger, Franda 2002), sous celui de la diffusion et des logiques spatiales (Didelon, Morel, Ripert, 2003 ; Cadène, Morel 2003 ; Kennedy, 2006), ou en se focalisant sur le cas particulier de Bangalore (Saxenian, 2000, Parthasarathy, 2004). Parallèlement à la publication de ces articles, souvent exploratoires, ont débuté, en France, des recherches doctorales et post doctorales s’interrogeant sur l’impact des TIC en Inde1. Enfin ces dernières années, les chercheurs, pour la plupart américains et indiens, abordent plutôt la question sous l’angle de l’impact organisationnel des TIC en traitant notamment du e-commerce (Jensen, 2007 ; Rangaswamy, 2007 ; Parthasarathy & Lage, 2010). D’autres travaux continuent d’analyser l’impact de la télévision, sous son aspect social et culturel, aujourd’hui replacé dans un contexte de mondialisation (Johnson, 2000 ; Gokulsing et Dissanayake, 2009).

3En France, comme le montrent les contributions réunies dans ce volume, la question des TIC en Inde reste d’actualité mais elle est finalement encore assez peu explorée. Nombre des questions soulevées par le développement des TIC en Inde sont laissées sans réponse. On sait encore peu de choses des rythmes et des formes spatiales de la diffusion des différents réseaux techniques, des recompositions spatiales que l’on peut imputer au développement de ces réseaux, et encore moins sur l’appropriation de ces technologies et sur les conséquences des nouveaux usages. De même, il y a peu d’études portant sur le degré de l’engagement de l’État fédéral, des États fédérés et des différents niveaux administratifs indiens dans la régulation du marché et dans la diffusion des infrastructures techniques. S’il est souvent question des cohortes d’informaticiens indiens ayant migré dans les pays riches, on possède encore peu de travaux sur les conséquences sociales, économiques, spatiales de ces migrations. Il reste ainsi à prendre la réelle mesure de la diffusion sociale et spatiale des TIC en Inde, de ses conséquences sur la société et son espace, mais également à s’interroger sur une éventuelle spécificité indienne de son développement, suggérée par les médias depuis une décennie, mais pour laquelle on dispose finalement de peu d’éléments pour l’affirmer ou l’infirmer.

4Les contributions rassemblées dans ce numéro tentent d’apporter des éléments de réponses à quelques unes de ces questions, sans pour autant couvrir l’ensemble de celles soulevées par les transformations en cours. Nous aimerions dans cette introduction, à la fois replacer ces contributions dans le contexte indien, tout en nous interrogeant sur l’existence de ce modèle de développement du secteur des TIC, en apparence fulgurant et qui serait spécifiquement indien, notamment par rapport aux autres pays émergents.

5Nous montrerons en quoi, « la voie indienne de développement » a pu, dans un premier temps, à la fois engendrer d’importants retards dans le développement des télécommunications et influencer fortement l’aménagement du territoire. Après les réformes de libéralisation des années 1990, qui ont beaucoup joué dans la transformation du secteur des TIC, l’Etat a continué à jouer un rôle important par ses politiques publiques, mais au niveau des Etats, et dans certains seulement, notamment dans le sud, comme l’Andra Pradesh, le Karnataka, le Maharashtra et le Tamil Nadu. Nous tenterons de dresser un tableau de la diffusion des TIC en Inde, en la mettant en perspective avec d’autres pays économiquement comparables, dans l’objectif d’identifier une éventuelle spécificité indienne. Enfin, nous évoquerons quelques projets de développement de l’accès à Internet auprès de populations ciblées, particulièrement médiatisés, afin de confronter les discours aux pratiques.

Une politique spécifique en matière de TIC ?

  • 2 De manière générale sur l’Inde et plus particulièrement sur les travaux de géographie, on peut cons (...)

6L’histoire du développement des télécommunications en Inde, fondé sur un monopole d’Etat peu compétitif, explique en partie les difficultés de diffusion des réseaux. Après l’Indépendance en 1947, le gouvernement met en place une économie mixte et une planification démocratiqueselon de grands principes de justice sociale élaborés dès les années 1930. C’est dans le cadre de cette voie socialiste de développement, qualifiée de « voie indienne », qu’il mène une politique de substitution des importations et contrôle strictement les investissements étrangers2. En matière de télécommunications, l’État indien place les réseaux de télégraphe et de téléphone sous un monopole strict qui s’étend, dans les années 1960, au secteur informatique (Didelon, Morel, Ripert, 2003 ; Cadène et Morel, 2003). Ce monopole, qui vise à protéger l’industrie locale de la compétition étrangère, est doublé d’un appareil protectionniste sévère. Ces mesures auraient affecté les progrès techniques, tant dans le secteur informatique que dans celui des télécommunications, comme dans l’ensemble de l’industrie indienne. Par ailleurs, le gouvernement n’est pas favorable au téléphone qu’il considère comme un objet de luxe, négligeant le rôle qu’il peut jouer dans l’économie. Il n’accorde donc aucune priorité à son développement, mais concentre ses efforts sur l’amélioration de la transmission de télégrammes et de télex tandis que le reste du monde se lance dans la téléphonie digitale et le fax (Mody, 1997).

7L’importance des décisions de l’Etat indien sur des choix de l’industrie en général et le secteur des télécommunications en particulier est mise en lumière, dans ce numéro, par l’analyse que Dilip Subramanian mène sur l’histoire des choix technologiques et des choix de localisation réalisés par l’Etat, dans les années 1980, pour la grande entreprise publique de fabrication de matériel en particulier de commutateurs, I.T.I (Indian Telephone Industries). Il montre comment les unités de production ont été dispersées sur le territoire indien pour servir de base de développement économique mais selon des logiques de localisation dépendant davantage d’enjeux électoraux à court et moyen termes que de logiques économiques à long terme. Ainsi, l’isolement et la dispersion des unités de production a fini par nuire à l’entreprise en augmentant ses coûts et en réduisant drastiquement son efficacité.

8En conséquence, dans les années 1980, la couverture téléphonique indienne est l’une des plus déficientes au monde : on compte environ un téléphone pour 200 habitants et seulement 3 % des villages indiens sont connectés au réseau téléphonique alors que les premières lignes avaient été construites, à Calcutta en 1881, peu de temps après son invention. Ce n’est qu’à la fin des années 1970, sous la pression du milieu des affaires et de l’industrie, que le gouvernement indien prend conscience de l’enjeu que représentent les télécommunications pour le commerce et le développement économique. La révolution dans ce secteur commence donc tardivement sous le gouvernement de Rajiv Gandhi (1981-1989).

9Cette prise de conscience coïncide avec le début des pressions internationales et nationales pour la libéralisation de l’économie indienne qui poussent le ministre des Finances Manmohan Singh à recourir à des prêts du FMI et à adopter un programme d’ajustement structurel (New Economic Policy). Ce contexte constitue un élément essentiel de la modernisation du secteur des télécommunications : l’une des « conditions implicites pour obtenir un prêt du FMI était de renforcer les infrastructures de télécommunication » (Franda, 2002). Dans le même temps, le développement des technologies microélectroniques prend de plus en plus d’ampleur et les besoins de financements sont considérables.

10La National Telecom Policy de 1999 marque une bifurcation importante. Elle permet d’accroître le niveau de compétition dans la téléphonie filaire mais aussi sans fil, et ouvre le marché de la téléphonie longue distance c’est-à-dire les communications nationales. Lorsque la téléphonie mobile fait son apparition en Inde, le réseau filaire est encore obsolète et le nombre de lignes installées chaque année est très inférieur à la demande, ce qui occasionne de longues listes d’attente qui ne sont, à l’heure actuelle, toujours pas résorbées. Cette situation explique, en partie, le succès de la téléphonie mobile, qui détient le record mondial de taux de croissance malgré des débuts rendus difficiles par une réglementation restrictive. L’Agence de Régulation des Télécommunications en Inde (TRAI) comptabilise, en avril 2009, 403 millions d’abonnés à la téléphonie cellulaire, contre 38 millions de téléphones fixes. Il reste que sa diffusion est très majoritairement urbaine, voire métropolitaine : la télédensité cellulaire dépasse désormais les 100% à Bombay, Delhi, Calcutta et Madras, contre moins de 50% dans les Etats indiens et moins de 12% lorsque l’on considère les espaces ruraux (voir carte ci-dessous : équipement en lignes de téléphonie fixe, 2008).

11Une nouvelle étape est franchie en 2002 avec l’abandon du monopole de la compagnie publique Videsh Sanchar Nigam Limited (VSNL) pour la téléphonie internationale, provoquant une baisse des tarifs de près de 56 %. Par ailleurs, l’autorisation du transport de voix par Internet, attendue depuis longtemps par les consommateurs mais sans cesse repoussée par l’Etat, a conduit à une baisse considérable des coûts même si, en 2006, le prix d’une minute de communication par Skype était encore 7 fois plus cher en Inde (0,155 US$ /min) qu’aux USA (Proenza, 2006).

12Internet se développe en Inde à partir de 1995, à peu près au même moment où cette technologie est rendue accessible au grand public d’Europe occidentale. Les premiers développements ont lieu dans le cadre du réseau « éducatif » ERNET, en 1995, d’abord soutenu par un programme de l’ONU, puis devenu autonome en 1998. Les objectifs de performance et de rentabilité lui sont donc relativement épargnés au départ. Cette technologie est alors le monopole de la compagnie publique VSNL qui la développe à partir de son médiocre réseau téléphonique. En 1999, le secteur est ouvert aux entrepreneurs privés qui diversifient les services, à des coûts moindres et sur un territoire plus étendu, ce qui a pour effet de multiplier le nombre de connexions (16,5 millions d’utilisateurs en 2002, 42 millions en 2007). Aujourd’hui, on compte environ 180 opérateurs Internet dans le pays, dont une quarantaine couvre l’ensemble des Etats.

13Les TIC sont désormais un secteur prioritaire pour le gouvernement indien. Le Rapport annuel du DoT (Department of Telecommunications, qui dépend du Ministère des TIC) les proclame infrastructure de base pour la croissance de l’économie nationale et les considère sans ambiguïté comme un moyen d’accélérer la croissance économique dans toutes les régions, surtout en ce qui concerne les espaces les moins accessibles et les moins développés du pays. Le secteur des TIC est ainsi au cœur de nombreux espoirs pour le développement.

14Les réformes des années 1990 ont également modifié le fonctionnement du fédéralisme indien avec la mise en place d’une politique de décentralisation politique et administrative. Les Etats jouissent désormais d’une plus grande marge de manœuvre pour définir leurs politiques économiques, notamment concernant leurs systèmes d’incitations (réductions d’impôts, mise en place d’infrastructures spécifiques etc.), mais aussi pour interpréter les lois nationales comme celle régulant le travail. Selon les termes de la Constitution, nombre de secteurs économiques relèvent désormais spécifiquement des Etats, ce qui leur donne une marge d’initiative importante, dont ils décident d’user ou non. Certains, comme l’Andhra Pradesh, le Karnataka ou le Maharashtra font des choix clairs qui les différencient nettement en privilégiant le développement des TIC, lorsque d’autres n’accordent pas le même poids aux réformes ou à ce secteur en particulier. À l’échelle du pays, les conséquences d’un point de vue spatial sont notoires. Ces dynamiques différenciées accentuent les déséquilibres régionaux entre une Inde du nord et de l’est restant à la traîne dans tous les domaines, tandis que le sud et l’ouest sont de plus en plus dynamiques et renforcent leur capital économique et social en même temps qu’ils améliorent leurs infrastructures. Toutefois, cette observation ne doit pas masquer les importantes disparités dans ces régions.

15Diviya Leducq présente, dans ce numéro, la manière dont se mettent en place au Maharashtra des mesures incitatives – notamment fiscales - en faveur des entreprises du secteur des TIC et comment cet Etat réalise de grands travaux d’infrastructures, dans le cadre d’un modèle spatial de développement – les clusters -, pour favoriser la construction de parcs technologiques. Mais elle va plus loin dans son analyse, à partir de l’exemple de la ville de Pune et du développement d’un secteur fort des TIC, en montrant comment de nouvelles formes de gouvernance urbaine naissent de la décentralisation des pouvoirs politiques, notamment le partenariat privé-public dans le domaine des TIC. Cela se traduirait par une place croissante du secteur privé dans la gouvernance urbaine, liée aux investissements sectoriels. Elle met aussi en lumière quelles peuvent en être les conséquences spatiales, qui à Pune s’expriment par une fragmentation urbaine due aux disparités sociales croissantes entre les quartiers.

16Alexandre Grondeau part, quant à lui, de l’exemple de la ville de Bangalore au Karnataka, présentée comme une déclinaison indienne de la Silicon Valley, pour montrer quelles peuvent être les conséquences sociales et spatiales de ce qu’il présente comme la réussite du cluster TIC et dont il analyse les conditions de développement. Pune et Bangalore ne sont pas des villes isolées et l’on pourrait tout autant prendre les exemples d’Hyderabad ou de Chennai pour illustrer les impacts possibles mais non uniformes du développement rapide d’un secteur tel que celui des TIC.

17La politique publique indienne ressemble, en fin de compte, à celle des autres pays émergents « influencée par la norme internationale » (Eveno, 2008), élaborée dans les années 1990 sur le modèle du développement des autoroutes de l’information développé par et pour les Etats-Unis. A cette époque, les pays en voie de développement espéraient qu’une action ciblée sur les TIC permettrait un rattrapage économique, voire un « saut technologique ». Par exemple, en Afrique, comme en Inde, les TIC étaient présentés comme une chance historique de passer directement d’un développement industriel (non abouti) à un développement de type postindustriel. En Afrique, du fait de la logique de libéralisation, l’Etat est finalement peu présent en dehors de la définition des stratégies nationales.

18La majorité des pays en voie de développement se distinguent par rapport à la Chine qui cherche à développer son réseau tout en surveillant l’information qui y circule (Puel, 2009). Si on retrouve, en Inde comme en Chine, un développement extrêmement polarisé du secteur des TIC, autour des grands centres urbains et industriels les plus développés, avec des infrastructures et des capacités (éducatives, légales, politiques, financières) très différentes d’un territoire à l’autre, l’Inde se distingue cependant par sa production et l’exportation de services liés aux TIC, en même temps qu’une modernisation des secteurs primaires et secondaires dans laquelle les TIC occupent une place centrale. Si ce phénomène est surtout visible dans les secteurs des TIC, les secteurs bancaires et financiers, et dans une partie des administrations et des universités, il s’observe également, bien que dans une moindre mesure et de manière moins sophistiquée, dans des secteurs tels que l’agro-alimentaire, avec des effets de diffusion qui peuvent traverser des territoires non urbanisés et s’adresser à une multitude de micro-entreprises (Faverie, 2003). Comme le souligne une étude menée par H. Tandon, l’Inde se distingue également par le nombre de ses ingénieurs, la qualité de ses écoles de management et de ses institutions de recherche, par la priorité donnée par l’Etat au développement des TIC et par une certaine réussite de sa promotion (Tandon, 2008). Cependant, il souligne également le manque de données fiables et systématiques qui prennent en compte l’ensemble du secteur en Inde.

Un type de croissance et de diffusion propre à l’Inde ?

19La diffusion médiatique des projets indiens en relation avec Internet ou les télécommunications, les succès apparents de ses informaticiens, de ses parcs technologique et de ses call centers donnent l’image d’un espace où la diffusion des infrastructures et des usages des TIC est spectaculaire. Cette diffusion médiatique ressort à la fois d’une propagande nationale, de l’autopromotion des projets et d’une forme de « scoop journalistique » qui plaît par le contraste qu’elle offre avec l’image d’une Inde pauvre. Si on s’en réfère aux images fréquemment publiées dans la presse nationale ou internationale, les téléphones mobiles seraient, par exemple, même utilisés par les paysans qui n’ont que le char à bœuf comme moyen de locomotion. Cela existe en effet mais reste anecdotique. Il est aussi vrai que le nombre d’utilisateurs d’Internet a été multiplié par 35 entre 1998 et 2008, le nombre d’abonnements de téléphones portables par 290. Mais, d’une part, la croissance du nombre de lignes de téléphones fixes reste très faible (elle n’a été multipliée que par 1,76 en dix ans), d’autre part, si les chiffres absolus sont colossaux, ils cachent un taux d’équipement relativement faible, même aux dates les plus récentes. En 2008, il y avait seulement 3,5% de lignes fixes pour 100 habitants et 4,4% d’internautes au sein de la population. Seul le téléphone mobile montre un taux d’équipement plus important avec près de 30 abonnements pour 100 habitants. Mais même ce dernier chiffre est très en deçà de ce que l’on observe ailleurs dans le monde, par rapport aux pays économiquement comparables, voire qui présentent des difficultés plus grandes comme le Pakistan (voir graphiques n°1 à 3). Du point de vue des infrastructures de communications, l’Inde se trouve, en réalité, au niveau des pays de l’Afrique sub-saharienne.

La téléphonie fixe (abonnés)

La téléphonie fixe (abonnés)

UIT, 2009

La téléphonie mobile (abonnés)

La téléphonie mobile (abonnés)

UIT, 2009

Les utilisateurs d’Internet (abonnés)

Les utilisateurs d’Internet (abonnés)

UIT, 2009

20L’Inde a, en effet, pris beaucoup de retard pendant la dernière décennie. En 1998, la Russie, le Brésil ou la Chine se trouvaient à un rang équivalent de celui de l’Inde concernant la diffusion d’Internet et du téléphone mobile – mais plus avancés sur le nombre de lignes téléphoniques par habitant. Dix ans plus tard, l’Inde se trouve bien en deçà de ces pays, quasiment au même niveau que le Pakistan, qui la devance même de 20 points pour le taux de téléphones mobiles par habitant. Au delà de ces comparaisons internationales, l’Inde est surtout très en retard pour satisfaire la demande nationale.

  • 3 La tendance à la diminution du nombre de lignes fixes est observable à l’échelle mondiale et elle e (...)

21A l’échelle nationale, les déséquilibres régionaux sont flagrants et ils s’accentuent même entre 2002 et 2008. Ce sont les régions les plus riches et celles dont l’indice de développement humain est le plus élevé qui sont les mieux dotées en infrastructures de télécommunications. Ainsi, outre les métropoles, ce sont les Etats du Sud et de l’Ouest, en particulier le Karnataka et le Kerala, le Maharashtra et le Gujerat ainsi que les petits Etats dans l’aire d’influence de Delhi (Haryana, Penjab, Himachal Pradesh) qui sont les mieux équipés en téléphones fixes et mobiles aux deux dates. Ces Etats sont également ceux qui perdent le plus de lignes fixes (par habitant) entre 2002 et 20083, à l’exception du Kerala qui en a gagné. A l’inverse les Etats de l’Est et de la vallée du Gange, l’Uttar Pradesh, le Bihar, le West Bengale, le Jarkhand sont les moins bien équipés et ils continuent à gagner quelques milliers de lignes fixes. Cette structure spatiale se retrouve aussi pour Internet.

Equipement en lignes de téléphonie fixe
Equipement en abonnements de téléphonie mobile

Equipement en lignes de téléphonie fixeEquipement en abonnements de téléphonie mobile

C. Didelon UMR IDEES/CIRTAI, B. Ripert CNRS/CEIAS, décembre 2009
Fait avec Philcarto
Source : Telecom Regulatory Authority of India annual report 2001-02 et 2007-08

22Si l’on observe la diffusion de l’utilisation des TIC à un niveau plus fin, le modèle indien n’est pas non plus spécifique (Didelon, 2007). A ses débuts, la diffusion des TIC suit, classiquement, le niveau de développement et la hiérarchie urbaine que ce soit pour les particuliers, les entreprises ou les administrations. Les grandes métropoles, Delhi, Mumbai, Kolkata, Chennai, Bangalore, sont celles qui sont les mieux connectées et celles où l’usage des TIC est le plus répandu parmi la population. Bien entendu, comme partout ailleurs dans le monde, l’existence d’un large marché solvable tient une grande place dans l’explication de ce phénomène. Ce n’est pas rentable pour un opérateur de télécommunication de déployer un réseau dans une région dont la densité de peuplement est faible et, où, qui plus est, la population n’a pas forcément des revenus qui lui permettent « le luxe » de posséder un téléphone privatif ou une connexion Internet. En effet, dans un pays où plus de 300 millions de personnes vivent avec moins d’un dollar par jour, le coût d’accès au réseau reste prohibitif, même s’il ne cesse de baisser. Les comparaisons internationales montrent d’ailleurs que, l’Inde est un pays où les connexions Internet sont parmi les plus chères, ramenées au pouvoir d’achat moyen.

23Par ailleurs, la diffusion des TIC rencontre des obstacles importants en Inde, en premier lieu à cause de la lenteur du développement des infrastructures (Didelon, Morel& Ripert, 2003). Ainsi, encore aujourd’hui 60 % des 600 000 villages n’ont toujours pas de ligne de téléphone fixe et il est à parier qu’ils ne l’auront jamais puisque le nombre de ligne de téléphone a beaucoup baissé depuis 2002, jusqu’à -30% dans certaines régions. Lorsque le réseau existe, la faiblesse de ses capacités ne permet de se connecter à Internet qu’à très bas débit, excepté dans les grandes villes reliées au réseau de fibres optiques. Des liaisons sans fil, fonctionnant par ondes radio ou parfois par liaisons satellites, et s’appuyant sur un réseau d’antennes et de relais permettent de pallier cette faiblesse du réseau téléphonique fixe, mais la mise en place de telles solutions reste coûteuse et elle dépend de la volonté des entrepreneurs. En outre, d’autres infrastructures de base ne sont pas toujours disponibles dans les villages les plus isolés. Un des défis majeurs consiste en fait à assurer la fourniture de l’électricité. Ceci constitue une gageure, même dans certains quartiers de villes millionnaires comme Bangalore qui connaissent de très fréquentes coupures de courant à cause de la faiblesse de leur réseau électrique (Didelon, 2003).

24La diffusion sociale des TIC suit comme ailleurs la hiérarchie sociale (Haseloff, 2005). C’est principalement une question de revenus à cause du coût élevé d’accès à Internet et au téléphone mobile, mais aussi un problème de maîtrise de l’anglais : bien qu’encore rédigés principalement dans cette langue, les contenus sur Internet se sont largement diversifiés ces dernières années, grâce à l’émergence d’un grand nombre de sites en langues vernaculaires indiennes. Mais plus généralement, comme ailleurs et notamment en Afrique, le principal frein à la diffusion reste l’alphabétisation, bien que, là aussi, la communication orale soit de plus en plus utilisée.

25En réalité, la particularité de l’Inde dans le domaine des TIC réside dans la masse des informaticiens et leur très haut niveau d’intégration dans les réseaux mondiaux (Saxenian, 2000). Cette situation est dûe au fait que l’Inde indépendante a misé sur les formations scientifiques de haut niveau, mettant en place un réseau de centres de recherche et d’enseignement sur le modèle du très réputé « Indian Institute of Science » fondé en 1909 à Bangalore. L’Inde forme ainsi plus de 250 000 ingénieurs anglophones par an, dont un grand nombre dans les domaines de l’électronique et de l’informatique. Si pendant un temps, le meilleur des débouchés pour ces informaticiens était la migration vers les pays occidentaux, la situation s’est récemment modifiée. Pendant quelques décennies, des milliers d’informaticiens indiens sont partis pour les Etats-Unis et en particulier pour la Silicon valley où ils ont œuvré à la mise en place de la société de l’information telle que nous la connaissons aujourd’hui. C’est ce qu’incarnent parfaitement les « indian stars » de ce modèle, comme par exemple Sabeer Bhatia, originaire de Chandigarh et co-fondateur de Hotmail. Peu à peu les contacts se sont organisés avec « la mère patrie », soit par des liens de sous-traitance, soit par les investissements, soit par des retours, tel que celui de Satyen Pitroda invité par le premier ministre indien Rajiv Ganghi en 1984, à prendre en charge la politique indienne dans le domaine des télécommunications.

26La contribution d’Aurélie Varrel montre comment la mise en circulation d’une main-d’œuvre qualifiée est au cœur du développement du secteur des TIC en Inde. C’est dans ce cadre qu’elle analyse la place des migrations de retour, notamment le retour dans la ville de Bangalore, avec son lot de difficultés de réinstallation et de réinsertion, rendant parfois ces retours caduques. Ces mobilités circulatoires renforcent le niveau d’insertion de l’Inde dans les réseaux mondiaux du secteur des TIC, grâce à ses ingénieurs, et c’est là sans doute une spécificité indienne, pour un pays émergent qui connaît par ailleurs des difficultés de diffusion des infrastructures et des pratiques liées au développement des TIC.

Des projets particuliers ? Des pratiques spécifiques ?

27Peut-être que l’un des aspects particuliers de la diffusion d’Internet en Inde a reposé sur le fantasme que le développement de ce secteur pourrait à lui seul sortir le pays, ou au moins une partie de sa population, du sous-développement (Prasad, 2004). Ainsi, à côté des entrepreneurs qui se sont lancés dans le secteur des TIC en ouvrant des cybercafés dans les villes, de nombreux projets ont été mis en place à destination des populations rurales par différents types d’acteurs travaillant parfois de concert : des ONG indiennes ou étrangères, des chercheurs, des entreprises privées, notamment celles qui sont en relation avec le monde rural, en amont (vente de semences, de matériel agricole) ou en aval (achat des productions). Les hypothèses qui sous-tendent la mise en place de ces projets recouvrent en grande partie les constatations et les recommandations des rapports publiés par différentes agences de l’ONU sur la relation entre les infrastructures et le développement. Ces rapports développent notamment l’idée que le sous-développement économique et social serait dû au manque d’accès aux infrastructures, en particulier les infrastructures de télécommunication permettant l’accès aux informations en situation d’isolement ; Internet pourrait désenclaver chaque espace en permettant aux populations d’entrer en contact avec le « marché » (Senthilkumaran, 2003). Dans ces conditions, la « mise à disposition », sous certaines conditions, d’un accès à Internet, ouvrirait l’accès à des ressources en « information » qui changeraient les perspectives des populations concernées, ces dernières pourraient alors améliorer leurs revenus, avoir accès aux ressources administratives, à des services de santé ou d’éducation jusque là inaccessibles. Ce paradigme se double, en ce qui concerne les opérateurs privés, d’un intérêt commercial bien identifié. Un service gratuit d’accès à l’information, ou proposé à un coût souvent inférieur aux coûts de fonctionnement, leur amènerait une clientèle pour les autres produits qu’ils proposent.

28Différents exemples de connexion Internet existent en milieu rural, initiés soit par des ONG ou des agences de développement autour d’initiatives non lucratives, comme par exemple la Fondation de M.S. Swaminathan au Tamil Nadu, qui a été largement médiatisée4, ou Rural e-seva (e-services)5 en Andhra Pradesh, financé par le gouvernement de cet État ; soit au contraire autour d’initiatives s’appuyant sur des modèles d’entreprises privées à but lucratif, comme ITC e-choupal6, Drishtee7.

  • 8 Voir B. Ripert 2006 pour une première analyse des pratiques qui résultent de ce projet.
  • 9 On compte en mars 2004 en Inde 1,76 millions de PCO, petites entreprises privées offrant différents (...)
  • 10 Cette technologie fonctionne sur onde radio en boucle locale dans un périmètre de 25 km, au sein du (...)

29L’exemple de SARI (Substainable Access to Rural India)8 appartient à cette dernière catégorie et a été élaboré en 2001 dans l’État du Tamil Nadu, projet au départ conçu et financé par diverses institutions de recherche indiennes et américaines (IIT (Indian Institute of Technology) de Chennai, le MIT, l’université d’Harvard). L’objectif était de connecter à Internet, dans une région plutôt pauvre du district de Madurai, une centaine de villages, suffisamment pour créer un effet-réseau dans le district choisi, et tester son efficacité avant de l’étendre éventuellement à une plus grande superficie en cas de succès. L’hypothèse des concepteurs du projet est qu’il existe un marché des services d’information et de communication dans les régions pauvres et rurales, et qu’il est possible d’élaborer un modèle viable associant une activité économique à des objectifs de développement. Le modèle s’inspire du développement spectaculaire des Public Call Offices à partir de 19879, lorsque le département des Postes et télégraphes a ouvert le marché aux petits entrepreneurs. Les leçons tirées de ce développement inattendu soulignent la nécessité d’agréger les offres d’accès à Internet à celles du téléphone, dans des kiosques gérés par de petits entrepreneurs locaux, à des coûts faibles. Une compagnie indienne, n-logue, s’est consacrée à la mise en œuvre du projet, à l’aide d’une technologie sans fil10 peu chère et efficace en l’absence d’infrastructures préexistantes, et élaborée par Ashok Jhunjhunwala, ingénieur indien du IIT de Chennai impliqué dans le projet. Si l’Etat du Tamil Nadu a participé au financement de cette initiative, c’est le cas aussi de banques indiennes.

Cybercafé-couloir de première génération

Cybercafé-couloir de première génération

Blandine Ripert

  • 11 Les « Choupals » sont des lieux de rassemblement traditionnel des villageois pour discuter et régle (...)

30Il existe aussi des télécentres conçus entièrement comme et par des entreprises privées. C’est par exemple le cas des eChoupal11 mis en place en juin 2000 au Madhya Pradesh par l’Indian Tobacco Compagny (ITC), une entreprise de production et d’export de produits agricoles (Kumar, 2005). En juillet 2006, 5 600 kiosques gérés par des entrepreneurs locaux couvrent près de 3,5 millions de fermiers. Leur objectif est de pallier à l’inefficacité de l’organisation marchande du secteur rural, à l’origine de surcoûts et nuisant à la compétitivité sur le marché international. Ils sont créés pour les producteurs de soja mais couvrent maintenant la production de café, de crevettes, de blé et de riz. Ils fournissent gratuitement aux fermiers une prévision des prix de vente en gros des produits pour le lendemain et pour une qualité donnée, ainsi que la possibilité de contourner les intermédiaires et grossistes traditionnels afin de vendre directement leur production à l’Indian Tobacco Compagny. Chacun y gagne en évitant les surcoûts dus à l’intermédiation. Le modèle des eChoupal est l’un des rares modèles rentables de télécentre, mais ils ne sont installés que dans les villages les plus prospères. On observe le même type de télécentres parmi les gros producteurs de canne à sucre du Tamil Nadu, à l’initiative de la compagnie achetant les productions.

31Nombre de télécentres sont soutenus essentiellement par les pouvoirs publics locaux ou par les Etats. C’est par exemple le cas du projet « National Alliance for Mission 2007: Every Village a Knowledge Centre », lancé en 2003, qui visait à mettre en place un télécentre dans chacun des 600 000 villages indiens d’ici le 15 août 2007, date du 60ème anniversaire de l’indépendance. Le gouvernement a pris en charge la plus grande partie des coûts à hauteur de 1500 millions de dollars US. Le 1er novembre 2007, soit quelques mois après la date ciblée par le projet, une « newsletter » est publiée. Elle informe que la mission 2007 a réussi à concrétiser la proposition de permettre l’accès aux TIC (ICT enabling) dans tous les villages indiens et que cette mission se transforme désormais en un mouvement appelé Grameen Gyam Abhiyam qui rassemble 400 partenaires de tout le pays avec l’ambition de créer une révolution rurale de la connaissance (Rural Knowledge Revolution). Cette newsletter est suivie de deux autres (15 novembre et 1er décembre 2007). Celle du 1er janvier 2008 n’est pas accessible et rien ne semble avoir été publié depuis cette date. Toutes les publications disponibles sur le site du projet (www.mission2007.in) datent de 2007. Ainsi, à ce jour, il semble concrètement difficile de faire le bilan de ce « mouvement de masse qui a influencé des initiatives similaires en Asie et en Afrique »12 et qui semble s’être soldé par un échec.

  • 13 1 Roupie vaut environ 0.015 euro en janvier 2010.

32Le réseau intranet régional Gyandoot, en service depuis janvier 2000 dans le district très défavorisé de Dhar, près de Bhopal (Madhya Pradesh) est un autre exemple de l’implication des Etats dans ce type de projet. Il s’agit d’un projet d’administration en ligne, soutenu par l’administration du district et qui ne vise rien de moins qu’apporter la cyberdémocratie dans les campagnes. Les usagers peuvent effectuer en ligne des demandes de prêts, réclamer des certificats d’imposition, de caste, imprimer des relevés cadastraux, obtenir les résultats d’un examen scolaire, consulter des offres d’emploi et des petites annonces, se tenir au courant des prix des produits agricoles et surtout déposer une plainte contre un service administratif. Le coût de l’installation, notamment l’achat des ordinateurs est supporté par les conseils de villages (panchayats). En revanche, l’accès aux informations est payant, 15 roupies13 pour un extrait du cadastre, 5 roupies pour une information sur les prix de gros, etc. Enfin, ces télécentres fonctionnent sur un mode "privé" puisque la personne qui en a la charge n’est pas un employé mais un entrepreneur local, sélectionné après une formation qu’il a lui-même financée. Il doit également supporter tous les coûts de fonctionnement (maintenance, électricité, téléphone…), reverser 10% de ses revenus au conseil de village qui a fourni l’ordinateur et tirer de quoi vivre de son activité.

33S’il s’agit là de projets novateurs, impliquant une réorganisation de l’administration et pouvant avoir des conséquences importantes sur le quotidien des usagers, il serait faux de parler de cyberdémocratie ou de qualifier ces pratiques « d’e-gouvernance », comme cela a pu être également revendiqué dans l’initiative similaire de l’Andra Pradesh, Rural e-seva (e-services), financé par le gouvernement de cet État. Une réelle e-gouvernance impliquerait une meilleure participation politique de la part de la population et l’accès à une plus grande démocratie, ce qui signifie une autre idée de partage du pouvoir politique que de simplement mettre à la disposition des populations rurales des services qui devraient être accessibles à tous. Peu d’études ont montré les effets réels de ces développements, mais il semble bien qu’il s’agisse finalement davantage d’un processus d’informatisation et de centralisation des administrations gouvernementales, permettant surtout à la population de simplifier ses démarches administratives.

34Globalement, tous les projets de mise en place d’accès à la société de l’information dans les campagnes, même s’ils sont soutenus par le gouvernement et s’ils sont très médiatisés, rencontrent des difficultés importantes. Le plus souvent, ils proviennent concrètement de la défaillance des infrastructures classiques (électricité, réseaux de communication filaire). Les coûts de fonctionnement sont souvent plus importants que prévu et la rentabilité difficile à atteindre, ce qui peut remettre complètement les projets en question. L’établissement d’un télécentre dans un village n’est pas non plus sans poser de problèmes communautaires liés aux religions et aux castes. Un télécentre installé dans la maison d’un notable ne sera probablement pas fréquenté par les populations les plus défavorisées du village ou de caste inférieure (Ripert, 2006).

35Ainsi, quelques années après la mise en place des premiers projets, il est très difficile de trouver des bilans positifs ou des analyses précises.

Conclusion

36Malgré les réformes entamées dans les années 1990, l’Inde reste donc relativement en retard à l’échelle mondiale dans sa diffusion des infrastructures de communication, que ce soit pour les plus anciennes (téléphonie fixe) ou les plus récentes (fibre optique, « voice over IP », etc…), ce qui la place le plus souvent au niveau des pays d’Afrique Sub-saharienne, et en tout cas bien en deçà des autres grands pays d’Asie. Portés par l’Etat et toute une gamme d’acteurs allant des ONG aux entrepreneurs privés, des efforts colossaux sont entrepris pour diffuser les TIC dans les espaces les plus reculés du territoire indien. Mais, malgré ces efforts, la diffusion sociale et spatiale des TIC suit les modèles classiques de diffusion, privilégiant les espaces les plus urbanisés et les populations les plus favorisées. Par ailleurs, les réformes économiques et politiques, qui ont ouvert à une forme de libéralisation et de décentralisation, ont offert des opportunités à certains Etats de l’Inde, qui se sont traduits notamment en termes de politiques incitatives. Certaines ont contribué à accroître les disparités spatiales du territoire indien. Mais l’Inde reste, et restera encore un modèle spécifique dans la croissance du secteur TIC, du fait essentiellement du nombre de ses ingénieurs, très qualifiés, anglophones et encore relativement « bon marchés » qui lui permettent de tenir une place de choix dans l’accueil des services délocalisés et dans les réseaux mondiaux des TIC.

37Si désormais, le processus de diffusion est bien connu des chercheurs, il reste encore de nombreux chantiers à ouvrir sur les TIC en Inde, notamment sur les usages qui en sont faits par les différents segments de la population. On sait finalement peu de choses des nouveaux usages des TIC, notamment sur la manière dont elles sont utilisées pour permettre une meilleure gestion de la distance, en collaboration ou en compétition avec la mobilité et la coprésence, qui en sont deux autres modes (Lévy, 1999). Quelques premières enquêtes exploratoires et comparatives ont été menées, notamment sur l’usage du téléphone portable et d’Internet (Poncet, Ripert, 2007), montrant une grande inventivité des recours aux TIC, mais il manque des travaux de grande ampleur. On sait aussi peu de choses des conséquences à long terme de l’accès à Internet et à la téléphonie en milieu rural : des travaux ont recensé les nouvelles pratiques et parfois les problèmes posés par le partage de ces accès, mais qu’en est-il des conséquences économiques, politiques, sociales dans ces milieux jusque là privés de telles opportunités ?

38Si la diffusion des infrastructures d’accès aux TIC suit une courbe classique corrélée aux niveaux de développement, accentuant les inégalités territoriales plus qu’elles ne les corrige, on ne sait pas encore si, dans le contexte indien, cela ne fera que renforcer les différences sociales et les disparités territoriales préexistantes, ou si à long terme, cette polarisation des accès aura tendance à se dissoudre pour irriguer plus largement une population qui est par ailleurs confrontée à une organisation sociale fort hiérarchisée du fait du système de castes.

39Ce défaut de connaissance sur les usages et les pratiques est, en partie, à l’origine de nombreux échecs dans les essais de mise en place de télécentres ruraux. L’article de Balasubramanian, Lie et Grard est là pour en témoigner : la plupart des projets s’appuient sur l’idée que ses concepteurs se font des besoins ou de ce que pourraient être, voire devraient être, les pratiques. Mais ils sont rarement fondés sur une analyse des besoins réels, encore moins de ce que pourrait exprimer les personnes concernées si on les interrogeait. Par ailleurs, puisque les données sur la diffusion des moyens de télécommunication à l’échelle mondiale sont d’accès relativement facile, il serait intéressant de mener une comparaison internationale sur la diffusion de la société de l’information qui aille au-delà d’une somme d’études de cas ou de monographies nationales et qui tente de mettre en place un modèle explicatif à l’échelle mondiale. Mais il faudrait pour cela trouver de nouveaux indicateurs rendant mieux compte d’une différence notable rencontrée dans la plupart des pays pauvres, mais surtout en Inde : la dimension collective de l’accès aux TIC, extrêmement développée (Haseloff, 2005). Un ordinateur ou un téléphone peut servir à des centaines d’individus, voire à des micro-entreprises. Ce phénomène échappe aux évaluations statistiques qui sont construites sur la base d’indicateurs d’appropriation individuelle pertinents dans les pays développés, mais rendant les comparaisons quelque peu aléatoires lorsque l’on sort de ce contexte. On peut ainsi s’interroger sur la comparabilité des situations. Pour autant, dire qu’il y a en Inde une insuffisance de l’offre par rapport à la demande du point de vue de l’accès aux infrastructures de télécommunications, intègre cette différence d’usage, ce qui donne une autre envergure au retard enregistré.

Un cybercafé urbain de seconde génération où chaque usager bénéficie d’un espace cloisonné pour surfer.

Un cybercafé urbain de seconde génération où chaque usager bénéficie d’un espace cloisonné pour surfer.

Blandine Ripert

Télécentre en zone rurale, projet SARI, 2003

Télécentre en zone rurale, projet SARI, 2003

Blandine Ripert

Haut de page

Bibliographie

CADENE Ph. (1997) « L’émergence de jeunes entrepreneurs. Les opérateurs de programmes télévisés diffusés par satellite à Tiruchengodu, petite ville du Tamil Nadu (Inde) », NETCOM, vol. XI, n°2, pp. 343-367.

CADENE Ph , MOREL J-L. (2003) « Le développement d’Internet en Inde », Géographie et culture, n°46, pp.97-117.

CHATTERJI P.C. (1991), Broadcasting in India, Sage, New Delhi, 228 p.

DEPREZ C. (2006), La télévision indienne, Un modèle d’appropriation culturelle, De Boeck, Bruxelles, 112 p.

DIDELON C., MOREL J.L., RIPERT B. (2003), « Les technologies d’information et de communication dans le monde indien », L’Information Géographique, Volume 67, Pages 165-171.

DIDELON C. (2003) « Bangalore, ville des nouvelles technologies », Mappemonde N°70, Pages 35-40, www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M203/Didelon.pdf.

DIDELON C. (2007), “Diffusion of the use of Internet, the case of silk export firms in India”, GeoJournal, (2007), vol.68, pp.71-81, “Diffusion of the TIC and concept of digital divide, Approaches of the French-speaking geography”.

DURAND-DASTES F. (1995), « Le Monde indien », in Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde indien, in Géographie Universelle, Belin-Reclus, pp. 246-463.

EVENO E. & Ali. (2008), « Société africaines de l’information : illustration sénégalaises », NETCOM, Vol. 22 (2008), n°1-2 et NETSUDS, vol.3 (2008), pp.5-12.

FRANDA M. F. (2002), China and India Online: Information Technology Politics and Diplomacy in the World’s Two Largest Nations, Boston: Rowman & Littlefield Publishers, 272 p.

GOKULSING K.M, DISSANAYAKE W. (2009), Popular culture in a globalised India, Routledge, New York, 285 p.

HASELOFF A. (2005), “Cybercafés and their potential as Community Development Tools in India”, The Journal of Community Informatics, vol. 1, n°3.

JAFFRELOT C. (ed.), L’Inde contemporaine, de 1950 à nos jours, Fayard, Paris, 2006 [1997], 850 p.

JENSEN R. (2007), “The digital provide: Information (technology), market performance, and welfare in the South Indian fisheries sector”, The Quaterly Journal of Economics, 72 (3), pp. 879-925.

JOHNSON K. (2000), Television and Social Change in Rural India, Sage, New Delhi, 247 p.

KENNEDY L., RAMACHANDRAIAH C. (2006), « Logiques spatiales d’une stratégie régionale « high-tech ». L’exemple de HITEC City à Hyderabad (Inde) » Flux, 63/64.

KUMAR R, 2005, “eChoupals: A Study on the Financial Sustainability of Village Internet Centers in Rural Madhya Pradesh”, Information Technologies and International Development, Volume 2, Number 1, Fall 2004, pp.45–73.

LABORIE Y. (2003), La téléphonie fixe en Inde, New Delhi : Ambassade de France en Inde, Missions Economiques, Fiches de Synthèses.

LANDY F. (2002), L’Union indienne, Ed. du Temps, Paris, 281 p.

LEVY J. (1999), Le tournant géographique, Penser l’espace pour lire le monde, Belin, Paris.

MODY B. (1997), “Liberalization of Telecommunications in India in the Mid-1990”, in ELI M. N., 1997, Telecommunications in Western Asia and the Middle East, Oxford Univ. Pr, 272 p.

MURTHY, N. R. N. (2001). “Making India a significant player in this millennium”, In R. Thapar (Ed.), India, another millennium (pp. 212–240), New Delhi, Penguin Book India.

PARTHASARATHY B. (2004), “India’s Silicon Valley or Silicon Valley’s India? Socially embedding the computer software industry in Bangalore”, International Journal of Urban and Regional Research, 28 (3), pp. 664-685.

PARTHASARATHY B., LAGE R. (2010), “Organizational Impact of Information Technology”, in Hossein Bidgoli (ed.), The Handbook of Technology Management, Hoboken, NJ: John Wiley, pp. 289-298.

PONCET P., RIPERT B. (2007), “Fractured space: A geographical reflection on the digital divide”, Geojournal (Canada), pp. 19 – 29.

PRASAD K. (Ed.) (2004), Information and communication technology, Recasting development, New Delhi, B.R. Publishing Corporation.

PROENZA F.J. (2006), “The road to broadband development in developing countries is through competition driven by wireless and VoiP”, Annenberg Research Network on International Communication, October 7-8, 2005, (http://arnic.info/workshop05.php).

PUEL G. (2009), « Les politiques publiques de régulation de l’accès à Internet en Chine », Les cahiers de NETSUD N°4, pp. 97 à 110.

RANGASWAMY N. (2007), “ICT for development and commerce: A case study of internet cafés in India [Research in progress paper], ICT for development and commerce: A case study of internet cafés in India, Proceedings of the 9th International Conference on Social Implications of Computers in Developing Countries, São Paulo, Brazil.

RIPERT B. (2006), « Une expérience indienne des fractures numériques », Terminal (Technologie de l’information, culture et société), L’Harmattan, n° 95−96, pp. 113−127.

SAGLIO-YATZIMIRSKY M-C. (ed.) (2002) Population et développement en Inde, Paris, Ellipses, 224 p.

SAXENIAN A.L. (2000), Bangalore: The Silicon Valley of Asia ?, Prepared for Conference on Indian economic Prospects: Advancing Policy Reform, Center for Research on Economic Development and Policy reform, Stanford, mai, publication en ligne : http://www.sims.berkeley.edu.

SENTHILKUMARAN S. (2003), “Using ICTs in development: Information village research project, Pondicherry”, Paper presented at World Congress – Engineering and Digital Divide, at Tunis, 12-19 October 2003.

SINGHAL A., ROGERS E. M. (2000), India’s communication revolution, From bullock carts to cyber marts, New Delhi: Sage Publications.

TANDON H., (2008), “B2C Offerings in India: A Critical Review”, Journal of Management and Social Sciences, Vol. 4, No. 1, pp. 29-40.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple les thèses de Didelon soutenue en 2004, Une nouvelle route de la soie ? utilisation des moyens de communication dans les entreprises de la filière de la soie en Inde, Université Paris 7-Denis Diderot ; Morel, en cours ; Varrel en 2008, Back to Bangalore. Étude géographique de la migration de retour des Indiens très qualifiés à Bangalore (Inde), Université de Poitiers ; Grondeau en 2007, Contribution à une géographie critique des territoires de haute technologie, Université de Nanterre) ; Leducq, en cours, Proximité organisée et territoires économiques dédiés aux activités informatiques. L’étude des cas urbains de Pune et de Trivandrum(Inde), Université de Lille 1; Ripert, Diffusion et usages des TIC dans les campagnes du Tamil Nadu, Post-doctorat à l’Institut Français de Pondichéry, 2001.

2 De manière générale sur l’Inde et plus particulièrement sur les travaux de géographie, on peut consulter l’ouvrage dirigé par Jaffrelot, 2006, le numéro de la Géographie Universelle consacré à l’Inde (Durand-Dastès, 1995), l’ouvrage de Landy, 2002, et l’ouvrage collectif dirigé par Saglio, 2002.

3 La tendance à la diminution du nombre de lignes fixes est observable à l’échelle mondiale et elle est le résultat de la compétition avec les technologies sans fil qui gagnent du terrain.

4 www.mssrf.org

5 www.westgodavari.org

6 www.e-choupal.com

7 www.drishtee.com

8 Voir B. Ripert 2006 pour une première analyse des pratiques qui résultent de ce projet.

9 On compte en mars 2004 en Inde 1,76 millions de PCO, petites entreprises privées offrant différents services de téléphonie, dont 200 000 localisées en milieu rural, et on évalue à 300 millions la population qui les utilise régulièrement, selon une enquête du gouvernement indien (Economic Survey of India 2003-2004, section 9.31).

10 Cette technologie fonctionne sur onde radio en boucle locale dans un périmètre de 25 km, au sein duquel 500 kiosques peuvent être connectés.

11 Les « Choupals » sont des lieux de rassemblement traditionnel des villageois pour discuter et régler les problèmes.

12 http://www.apc.org/en/pubs/books/pro-poor-ict-access-toolkit-advocacy-strategies-an/case-study-grameen-gyan-abhiyan-rural-

13 1 Roupie vaut environ 0.015 euro en janvier 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La téléphonie fixe (abonnés)
Crédits UIT, 2009
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre La téléphonie mobile (abonnés)
Crédits UIT, 2009
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Les utilisateurs d’Internet (abonnés)
Crédits UIT, 2009
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Equipement en lignes de téléphonie fixeEquipement en abonnements de téléphonie mobile
Crédits C. Didelon UMR IDEES/CIRTAI, B. Ripert CNRS/CEIAS, décembre 2009Fait avec PhilcartoSource : Telecom Regulatory Authority of India annual report 2001-02 et 2007-08
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Cybercafé-couloir de première génération
Crédits Blandine Ripert
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Un cybercafé urbain de seconde génération où chaque usager bénéficie d’un espace cloisonné pour surfer.
Crédits Blandine Ripert
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Télécentre en zone rurale, projet SARI, 2003
Crédits Blandine Ripert
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Didelon et Blandine Ripert, « Un modèle indien du développement des TIC ? », Netcom, 23-3/4 | 2009, 181-200.

Référence électronique

Clarisse Didelon et Blandine Ripert, « Un modèle indien du développement des TIC ? », Netcom [En ligne], 23-3/4 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/732 ; DOI : 10.4000/netcom.732

Haut de page

Auteurs

Clarisse Didelon

Maître de conférences en géographie, Université du Havre, UMR IDEES – CIRTAI, 25 rue Philippe Lebon, 76600 Le Havre, clarisse.didelon@univ-lehavre.fr

Blandine Ripert

Chargée de recherche, CNRS-CEIAS (Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud), EHESS, 54 Bd Raspail 75006 Paris, ripert@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org