Navigation – Plan du site

L’écologie déséquilibrante de l’oubli chez Homo Numericus

The unstable ecology of the forgetting in Homo Digitalicus
Sung do Kim
p. 111-128

Résumés

L’objet de cet article consiste à construire une problématique de l’équilibre juste entre la mémoire et l’oubli à l’ère du numérique, mis en péril avec l’irruption des TIC qui mémorisent tout mais ne savent pas oublier. Dans un premier temps nous fournissons quelques éléments d’anthropologie et d’épistémologie sur les rapports de co-détermination entre l’Homme et la technique. Dans un deuxième temps, les changements paradigmatiques de la mémoire sont évoqués pour saisir les nouvelles propriétés ontologiques de la mémoire numérique. Dans un troisième temps, après les avoir décrites nous posons de front la question de l’oubli dans les technologies numériques qui tendent vers une mémoire totale et risquent ainsi de produire une crise d’identité individuelle et collective. Dans ce contexte la question du droit à l’oubli est évoquée.

Haut de page

Texte intégral

This work was supported by the National Research Foundation of Korea - Grant funded by the Korean Government (NRF-2011-330-NRF-2011-330-B00121).

Introduction

Contexte et but de l’étude

1La révolution numérique a provoqué des bouleversements radicaux dans tous les secteurs de l’être humain et de la société actuelle : cognition, action, sentiment, travail, culture, etc. Or, les technologies numériques de l’information et de la communication ne sont pas seulement des technologies cognitives et culturelles mais surtout des technologies transformationnelles dans le sens où elles changent la nature de l’Homme et de la société. Comme Stiegler l’a indiqué avec lucidité, les technologies numériques sont des « pharmaka », c’est-à-dire des ambivalences, des remèdes et des poisons. Parmi ces ambigüités ou paradoxes de l’ère du numérique, je voudrais apporter quelques réflexions sémio-anthropologiques sur l’écologie déséquilibrante de la mémoire et l’oubli, qui se manifeste chez l’Homo numericus.

2La radicalité de la mémoire numérique s’explique par le fait qu’elle devient immortelle ou éternelle en détruisant la loi de sélection naturelle de l’oubli. Pour aller vite, il faut dire que dans l’univers numérique tout se mémorise et rien ne s’oublie. Effectivement, ce thème de l’oubli numérique et de l’insoutenabilité écologique qui est provoquée par une inflation mémorielle du numérique pose des problèmes divers : psychologiques, juridiques, technologiques, etc. Il convient de signaler que la Commission Européenne a récemment adopté un texte directif qui permettra l’application du droit à l’oubli numérique dans une société ouverte à la virtualisation via la numérisation. Notre grille de lecture de ce phénomène inquiétant pour l’être humain sera triple : anthropologique, globale, et locale.

Références de base

3Par coïncidence ou par nécessité deux écrivains, l’un juriste américain, l’autre spécialiste français de l’audio-visuel, ont traité à fond le sujet de l’oubli dans l’ère numérique, mais ils ne le citent ni l’un ni l’autre ou ont oublié de le citer. L’ouvrage du professeur américain de droit public, Victor Mayer-Schönberger, Delete : The Virtue of Forgetting in the Digital Age (2010), peut être une référence, un repère dans la mesure où il a bien saisi l’importance éthique de l’oubli social en concluant que « sans une certaine dose d’oubli, le pardon devient une entreprise difficile ». Il faut également mentionner un essai du président de l’INA Emmanuel Hoog, Mémoire année Zèro, qui présente une analyse perspicace de la mutation du concept de la mémoire à l’ère numérique en s’interrogeant sur une crise de notre mémoire collective et en suggérant quelques voies pour la surmonter : « Il faut civiliser cette nouvelle mémoire numérique, en lui donnant des repères et en trouvant un juste équilibre entre sauvegarde et oubli » (Hoog, 2009, p. 141).

4Mais depuis quelque temps, on constate un certain intérêt des sciences humaines vis-à-vis de la question de l’oubli dans un contexte philosophique et culturel. Je cite seulement quelques références parmi d’autres : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Harald Weinrich, Léthé, M.Augé, Les forms de l’oubli.

L’archéologie et l’épistémologie des technologies de la mémoire

L’Homme et la technique : quelques éléments d’anthropologie et d’épistémologie

Une conception de co-détermination et de co-émergence de l’Homme et de l’outil

5Au premier abord, le présupposé de cet article se base sur une vision anthropologique selon laquelle il faut considérer la dimension technique comme un élément intégrant de la nature humaine. Il convient de se méfier de la dualisation conventionnelle de l’homme et de la technique, qui tend à opposer la logique technologique caractérisée par un mode de structuration déterministe, mécaniste et totalitaire à l’organisation humaine autonome, souple et créative. Cette dualité peu désirable met en évidence un préjugé qui suggère que l’outil et la technique font obstacle au développement de la créativité humaine (Lemmonier, 2010).

6A l’opposé de cette détermination technologique, voire eschatologique, les historiens et les anthropologues de la technique ont constaté des liens intimes unissant évolution technologique et évolution sociale (voir les travaux de Gille Bertrand, 1978). Les modes de vie et les façons de penser de l’Homme sont en rapport réciproque avec l’outil.

7C’est André Leroi-Gourhan (1964, 1998) qui a saisi d’une manière profonde cette co-détermination qui intégre l’Homme et l’outil dans une logique inclusive. Il a démontré qu’il est indispensable de considérer l’externalisation de l’esprit et du corps à travers le langage, le graphisme, la poterie, etc c’est-à-dire l’outil et les traces matérielles symboliques comme facteur constitutif de l’intelligence humaine. L’Homme qui fut relativement démuni et peu spécialisé par rapport aux autres animaux dans un environnement sévère a été confronté à la situation de ce que Stiegler appelle « le défaut qu’il faut ». A cause de sa faiblesse physique et de l’insuffisance de sa spécialisation, l’Homme s’efforce de trouver une solution en vue de se transformer en multi-spécialisation en faisant appel à la prothétisation de ses fonctions biologiques. C’est un processus circulaire de la cogenèse, qui a permis une co-émergence des formes techniques et des formes d’intelligence.

Les outils de mémoire

8Cette cogenèse vivant-outil a conduit l’Homme à introduire un régime spécifique de médiation, c’est-à-dire une externalisation qui a opéré pour l’individu une mise en distance par rapport à soi. Ses gestes et ses pensées ont pu demeurer comme formes des traces matérielles après la disparition dans un flux de l’instant. Ce sont justement ces traces qui constituent un héritage de l’humanité et un prolongement de l’expérience vécue au-delà de sa mort. On pourrait dire que c’est un mode de transmission des expériences acquises, qui relève d’une logique accumulative. Les outils de la mémoire se sont donc inscrits dans un couplage individuel-collectif-technique dans lequel la technique a rendu possible l’externalisation de la mémoire biologique de l’Homme (Stiegler, 1994). La mémoire humaine est d’une double finitude par le fait que sa vie s’efface d’un coup après sa disparition, et que même sa vie durant, l’homme opère sans cesse une sélection continuelle à cause de la limitation du volume de son cerveau. Pour André Leroi-Gourhan, ce processus d’externalisation des fonctions cognitives se déroule dans un mouvement général d’externalisation effectué d’abord au niveau du corps. Sa théorie ne se réduit pas à un dualisme corps-esprit, mais au processus circulaire d’externalisation-intériorisation. Dans ce processus les mécanismes les plus profonds du corps s’externalisent à travers l’outil et la trace symbolique et se visualisent par la communication sociale.

9On comprend donc la fonction primordiale des supports de mémoire externes qui rendent possibles la permanence des inscriptions, des connaissances, des expériences, et par ce fait réalisent la construction d’une mémoire de l’espèce qui fait transcender le déterminisme biologique. Cependant, il est inquiétant de constater que l’Homme est devenu capable d’intervenir par sa science sur son propre génome et ainsi de redéfinir son devenir-homme.

Les trois mémoires

10La propriété ontologique de l’homme est triple : un individu humain, une entité zoologique et un être ethnique créant la mémoire sociale. André Leroi-Gourhan a éclairé cette articulation du spécifique et de l’ethnique et le circuit qui représente le progrès accompli entre l’individu innovant et la communauté humaine. Cette mémoire collective qui s’acquière au-delà de la limite de l’espèce zoologique permet à l’individu de prendre la liberté de sortir du cadre social et ainsi contribue à l’innovation de la mémoire sociale. La constitution de l’instrumentalisation de la mémoire sociale chez l’Homo sapiens commande ainsi les problèmes de l’évolution humaine. En effet, les sociétés humaines de la première civilisation écrite à celle numérique se confrontent aux problèmes de l’inscription et de la conservation du capital des connaissances exponentiellement accrues. La survie d’une société humaine dépend justement de la possibilité de l’inscription du capital collectif. Dès lors, on pourrait distinguer trois types de mémoire : la mémoire individuelle, la mémoire sociale et la mémoire mécanique.

Les changements paradigmatiques de la mémoire

Du stockage concentrique et matériel à la transmission et à la virtualisation

11La totalité des connaissances acquises par un groupe social représente un élément primordial de son unité sociale et de sa personnalité. En particulier la transmission de ces connaissances est une condition sine qua non pour la survie matérielle et sociale. Les technologies numériques provoquent une mutation profonde à la hauteur d’une nouvelle civilisation en fabriquant un ensemble d’instruments qui permettent les nouvelles modalités de l’émission, de la réception, du stockage, de la conservation et de la transmission.

12L’humanité a connu deux évènements majeurs de ce genre avant la révolution numérique, qui sont l’invention de l’écriture et celle de l’imprimerie. L’émergence de l’écriture n’est pas un hasard puisque c’est à la suite des essais de graphisme pluridimensionnel et mythographique durant trente mille ans que l’on a pu créer une notation linéaire en parallèle avec la découverte du métal et le développement de l’esclavagisme. Les historiens de l’écriture ont suffisamment mis en évidence les contributions de l’invention de l’écriture à l’émergence de la civilisation. L’apparition de la ville et de l’état centrique organisés par le code juridique, et l’établissement monothéiste du texte religieux sont tous des effets de l’écriture. Il faut ajouter que les calendriers et la mesure des distances apparus dans les grandes civilisations sont corrélés à l’écriture et qu’en particulier on peut constater dans les cultures graphiques du Moyen et du Proche-Orient, de la Méditerranée des procédés d’écriture des nombres. Herrenschmidt a bien montré dans son ouvrage que « la monnaie frappée fut le vecteur, c’est-à-dire le support signifiant, de l’écriture des nombres et de leurs rapports » qu’elle appelle l’écriture monétaire arithmétique (2007, p. 224).

13Les grands accomplissements politiques, religieux, économiques et scientifiques reposaient sur des instruments efficaces dans le traitement des informations. Par exemple, l’invention de l’imprimerie métallique durant la Renaissance a fait fleurir le commerce de la Méditerranée et lancer le premier capitalisme grâce à l’usage des lettres de change. Comme Michel Serres l’a bien noté, la civilisation humaine a vécu dans l’espace dominé par le principe de concentration. La cognition et la pensée humaines relèvent justement de ces gestes concentriques. On pourrait multiplier les lieux de la concentration comme la ville, la banque, l’école, le musée, etc. C’est dans ce contexte que Michel Serres formule une remarque capitale : « Le stockage précède et conditionne les échanges » (Serres, 2001, p. 225). Selon lui, l’ordinateur réalise un segment de cette hominiscence par excellence, puisque ces machines universelles peuvent être étudiées dans une perspective de concentration. L’ordinateur est parvenu à concentrer tous les livres, les signes, les informations. Le problème ancien du stockage est réglé d’un coup selon lui. De surcroît, l’humanité a inventé une nouvelle dimension de stockage par la virtualisation qui évite le mode réel précédent. Il est aussi important de noter que la technologie numérique a remplacé la fonction de stockage par celle de transmission rapide.

14Pour ma part, je voudrais simplement signaler que les médias évoqués ne suivent pas une simple logique du remplacement, mais plutôt une logique de remédiation. Je prends comme exemple une image photographique montrant des moines coréens absorbés dans l’enseignement d’Internet. Cette image illustre mon hypothèse selon laquelle l’oralité, l’écriture et le média numérique peuvent tout autant être mobilisés pour participer à la mémorisation des textes bouddhistes.

L’instabilité du texte

15La technologie numérique n’est pas un événement sans précédent. En termes de transfert du patrimoine écrit, les technologies de la reproduction des textes au 15ème siècle se sont mobilisées au service de la culture des manuscrits du Moyen-âge, des manuels de la scholastique aux compilations encyclopédiques via des livres liturgiques. Mais bien avant l’invention de l’imprimerie, aux premiers siècles de notre ère, le codex, la première forme du livre a mis en ordre les écritures chrétiennes et les œuvres des auteurs grecs et latins avec un dispositif matériel et morphologique totalement inédit en matière de format, de pagination et d’index. Ces deux exemples précédents nous font comprendre un fait essentiel dans l’interprétation de la situation actuelle, à savoir qu’un même texte n’est jamais complètement le même avec le changement des médias de l’inscription. Par exemple, les nouveaux lectorats attribuent de nouveaux sens aux modalités nouvelles de l’écriture et de la lecture.

16Ceci dit, même si l’on trouvait une solution financière et technologique qui permettrait un transfert complet de la totalité du patrimoine écrit vers des supports numériques, il serait encore nécessaire de conserver les média anciens et leur modalité de la communication. Dans ce contexte, ce qui est crucial, c’est une transformation des rapports entre le fragment et la totalité. De la même manière au moment du passage du papyrus au livre, les rapports qui ont existé entre les objets, les genres, les usages dans les différentes cultures écrites ont connu une rupture comparable à celle de l’ère numérique. Ces rapports sont fondamentaux dans la mesure où ils assurent la visibilité de la cohérence des œuvres et la perception de l’entité textuelle.

17Or, dans l’univers de la textualité numérique, les discours ne s’inscrivent pas dans les objets stables qui assurent le classement, la hiérarchisation et la reconnaissance de leur identité propre. Selon Roger Chartier, elle est un univers des fragments décontextualisés, juxtaposés et recomposables d’une façon infinie (Chartier, 2009). En somme, cette écriture numérique polyphonique, malléable, ouverte et mobile comme une écriture palimpseste bouleverse les catégories fondamentales de la propriété littéraire.

Du subjectif à l’objectif : parcours de la libération ou de l’homme sans faculté

18Une autre façon d’interpréter la démarche de stockage pourrait se résumer de la manière suivante : la mise à disposition de l’information sur des médias différents comme le parchemin, la page imprimée ou l’écran électronique a pour objectif de produire une mémoire concentrique. Au contraire des orateurs romains qui pouvaient réciter des milliers de phrases par cœur, l’homme postmoderne souffre de démence numérique qui réfère à une sorte d’oubli subi par les professionnels en raison de l’inondation de l’information et de leur dépendance croissante aux appareils numériques.

19A la suite de la construction des mémoires externes performantes, on déplore une perte de la faculté naturelle de la mémoire. Pourtant, Michel Serres interprète autrement en affirmant que cette ancienne faculté cervicale et subjective se transforme en modalité objective et collective (Serres, 2001, p. 231). En effet, dans toutes les traces matérielles, de la stèle de pierre à la Toile, on peut observer l’application du même principe : verser des performances corporelles dans des nouveaux appareils de la mémoire. A titre d’exemple, l’écriture alphabétique dans la civilisation grecque a libéré les fonctions cognitives d’apprentissage par cœur de milliers de vers, en faisant apparaître la géométrie. Un autre exemple réside dans la documentation sur fiches, organisée aux 19ème et 20ème siècles, et qui s’explique par la croissance vertigineuse du volume de la mémoire collective qui a rendu impossible à la mémoire individuelle de saisir le contenu des bibliothèques. La projection d’une image simplifiée du contenu pour la collectivité représente un cortex cérébral extériorisé du fait qu’un simple fichier bibliographique peut ainsi produire des agencements multiples avec les doigts de l’usager (Leroi-Gourhan, 1998).

20L’homme moderne libéré de la mémoire subjective l’a transformée en mémoire collective et objective. Cette transformation cognitive suit le processus d’hominisation même caractérisé par la perte corporelle et cognitive pour la fabrication des nouveaux outils et supports de la mémoire. Une prédiction révélatrice de André Leroi-Gourhan semble rejoindre ici la notion d’hominiscence de Serres : « Si un jour les machines électroniques écrivaient des pièces de théâtre parfaites, peignaient des tableaux inimitables, il y aurait à se poser de sérieuses questions. Si elles se mettaient à aimer, le sort de l’espèce zoologique serait réglé ».

Le paysage de la mémoire à l’ère numérique : les propriétés de la mémoire numérique

21La liste de ces propriétés sera toujours incomplète puisque la mémoire numérique est en mouvement. Je me propose d’abord d’évoquer une douzaine de traits et d’en sélectionner quelques uns, saillants, afin de les décrire très brièvement. Ce sont la compréhensivité, l’omnipotentialité, l’explosivité, l’immortalité, l’ubiquité, la démocratisation, l’indexation automatique, la panopticonisation, la fluidité interconnectée, la transactivité, le développement exponentiel, la montée visuelle, l’amnésie attendue, l’ère d’une limite des capacités, la marchandisation. (Lombard 2007, Hoog 2009, Hourcade et ali., 2010).

22En premier lieu, la mémoire numérique est une mémoire compréhensive, omnipotentielle, explosive. La mémoire humaine qui est un espace borné et contraint par le volume du cerveau ne peut échapper aux lieux physiques disponibles comme la bibliothèque ou les archives. Parmi les informations que l’homme reçoit de l’extérieur une quantité infime peut demeurer dans les tréfonds de la mémoire à travers le filtre de l’oubli. Or, l’émergence de la technologie numérique a dérangé les conditions de la production, de la conservation et de la circulation de la mémoire.

23Les informations quotidiennes convergent vers des ordinateurs et des smartphones dont les capacités de stockage sont de plus en plus performantes. Nous entrons dans une nouvelle ère où tout peut se mémoriser et tous les souvenirs peuvent se partager instantanément. C’est une utopie pour les uns, ou un chaos programmé pour les autres. Il faut reconnaître un péril généré par cette mutation profonde qui risque de bousculer l’équilibre existant dans l’écologie de la mémoire et l’oubli.

24En deuxième lieu, il s’agit d’une mémoire immortelle et ubiquitaire. Conserver toute la mémoire de l’humanité semble une folie dans son principe et sa démarche. Pourtant, avec l’avènement des technologies numériques les sociétés de nos jours peuvent mémoriser tout leur passé aussi longtemps que des déchets nucléaires. La mémoire devient immortelle en sortant de sa fragilité des époques précédentes. Comme Emmanuel Hoog l’a indiqué avec lucidité, le stockage des data n’est pas une simple mutation technologique mais il révolutionne nos rapports à la mémoire. L’Homo numéricus est entré dans une ère de la mémoire ubiquitaire. De surcroît, à travers la formidable connectivité, cette mémoire devient de plus en plus accessible et peut être sauvegardée en permanence. Pourtant il ne faudrait pas exclure la possibilité de catastrophe naturelle que pourrait entraîner une amnésie numérique. En effet, cette préoccupation a été une thématique centrale d’une conférence internationale organisée par l’UNESCO au mois de septembre 2012, intitulée « Mémoire du monde à l’ère numérique ».

25En troisième lieu il faut évoquer le phénomène de l’indexation automatique de la mémoire qui est un autre aspect révolutionnaire de la technologie numérique, caractérisé par sa capacité d’indexer automatiquement les nouveaux contenus. Toutes les informations et les traces produites dans l’espace numérique s’intègrent dans une gigantesque archive à notre insu. Cette indexation automatique réalisée par les grands moteurs de recherche a fait, de la Toile, un ensemble de data inimaginable.

26En quatrième lieu, il faut rappeler la panopticonisation de la mémoire numérique. Dans la technologie numérique faire la mémoire n’est pas un simple acte conscient de conservation de l’information. Toutes les traces de la navigation sur la Toile et les historiques de recherche se sauvegardent dans les moteurs de recherche. Grâce aux puces électroniques, les gestes quotidiens s’inscrivent et se mémorisent dans les objets communicants. Tout est connecté au réseau de l’information. Notre ordinateur mémorise en transparence nos actions et nos pensées même. La géo-localisation permet de détecter les parcours du mouvement des possesseurs de portables et rend ainsi possible la cartographie de son existence physique. La liste de ces technologies intrusives de la vie privée sera longue : les systèmes de stockage et de traitement des données, les cartes à puces, etc. Par exemple la RFID (l’identification par radio-fréquence) est une puissante méthode qui génère un risque de traçage généralisé en visant à lire et stoker des données à distance. Les puces RFID imposent de prendre urgemment des décisions en matière de protection des libertés, en particulier la nécessité de mettre en place des mécanismes de désactivation des puces intelligentes, dans certaines circonstances en lien avec la liberté de choix des personnes et dans le but de protéger les données personnelles et la vie privée des usagers. (Arnaud, 2009).

27C’est le moment de réfléchir à la construction d’une éthique devant ces « privacy instrusives technologies » (Bahu-Leyser, 2009). Dans un monde virtuel de réseaux sociaux, les internautes tendent à confier de plus en plus leurs informations privées (intimes même), risquant par voie de conséquence de générer de nouveaux dangers de détournement des données personnelles et au pire des cas d’usurpations d’identité.

28En cinquième lieu, il convient de noter la fluidité interconnectée qui a transformé profondément la modalité de la mémoire de stock de mémoire en flux. En effet, la mémoire numérique ne se compose pas des unités fragiles et isolées de la mémoire, mais des flux dont les données transfrontalières circulent sans entrave géologique. En somme, la société numérique repose sur l’économie des flux qui pose la problématique de la protection juridique et la difficulté d’appréhender les notions de flux face aux enjeux du commerce international : « L’approche tendant à vouloir contrôler par la loi un territoire donné ne correspond pas à la réalité de la société de l’information » (Barbry, 2009 : 150). On est dans une ère où toute la connectivité aux réseaux est permanente et totalisée, faisant partager les photographies, les musiques et les films à travers Facebook et Youtube. Dans l’ère numérique, la mémoire devient de plus en plus riche et circule dans les canaux de la société de l’information. Le stock de mémoire était une collection d’objets alignés sur des étagères, tandis que la mémoire est désormais un flux. Il convient dans cette perspective de suggérer que cette nouvelle économie des flux ne transformerait pas seulement l’univers de la production, de la gestion et de la consommation mais tout l’univers de l’échange tout en bouleversant les deux oppositions classiques de comportements manifestés dans l’univers de l’échange : celle entre ce qui est marchand et ce qui est non marchand et celle entre ce qui relève de l’espace privé et ce qui relève de l’espace public (Lemoine, 2009).

29En sixième lieu, la mémoire numérique est transactive. L’utilisation d’Internet a généré une mémoire transactive, autrement dit, la capacité à se rappeler qui sait quoi. On sait maintenant que toutes les informations sont disponibles dans Internet et les gens se contentent de mémoriser les lieux qui gardent les informations au lieu de s’efforcer de mémoriser ces dernières. Cette mémoire transactive joue un rôle important dans ce que les spécialistes appellent la cognition extendue. Nicholas Carr a averti du danger de la technologie transactive dans un essai qui a fait sensation : “Is Google making us stupid ?  (2008). Carr y décrit, avec des métaphores efficaces, comment la Toile menace la capacité humaine pour la concentration et la contemplation en affectant totalement la cognition humaine en général dans la mesure où notre manière d’acquérir des informations devient similaire à la celle de la Toile, distribuée dans un flux en mouvement des particules : “Once I was a scuba diver in the sea of words. Now I zip along the surface like a guy on a Jet ski ” (Carr, 2008 , p. 1).

30En septième lieu, il est important de prévenir l’amnésie du numérique. On prend des milliards de photographies digitales chaque année dans la vie quotidienne. Ce chiffre croît sans cesse avec l’irruption des smartphones équipés d’appareils photographiques. On peut observer que le photographe de nos jours est fasciné par l’explosion du numérique. En même temps, il est à craindre que l’on produise des informations et des supports trop fragiles et éphémères en termes de conservation des images numériques. Par conséquent la préservation à long terme de l’information se pose. Quelques spécialistes parlent de mystification du numérique dans la mesure où les agents du marketing passent la question des coûts de la conservation des images et de leur longévité sous silence. Ils soulignent que « le stocker » n’est pas « l’archiver » en distinguant l’activité de stockage ou de sauvegarde des données à court terme de celle de leur archivage à long terme. Ils remettent ainsi en cause la pérennité même des supports numériques : « L’information numérique dont personne ne s’occupe meurt au bout de quelques années. » (Hourcade et ali., 2010, p. 13).

31En huitième lieu, il faut signaler que la mémoire numérique va vers une limite des capacités en ouvrant l’ère de l’exaoctet. Cisco avait déjà annoncé en 2007 que le trafic total de l’internet allait considérablement augmenter pour atteindre près de 30 exaoctets en 2011, soit 5 fois plus. Un exaoctet est égal à un milliards d’octets : cela dépasse notre imagination. La société EM2 a publié The Expanding Digital Universe qui a précisé qu’en 2006 la totalité des informations numériques créées ou reproduites avait atteint 161 exaoctets. Cela dépasse 3 millions de fois la totalité des livres écrits par l’humanité. Cette explosion du volume numérique s’explique tout d’abord par la transmission des informations de toute nature sur les réseaux (du texte à la photographie en passant par la vidéo) et la disponibilité de capacités technologiques innovantes. Pour trouver une solution plus sophistiquée au déluge d’information les grands fournisseurs comme Google et Yahoo ont développé les « data centers » et le « cloud computing ».

La question de l’oubli dans la technologie numérique

Vers une mémoire totale : la disparition de l’oubli comme constitution de l’identité

32L’homme moderne se confronte à l’univers numérique où tout se mémorise et rien ne s’oublie. Il convient de se poser des questions sur les changements sociaux, culturels et psychologiques provoqués par la situation inédite que constitue l’oubli impossible. C’est un fait reconnu par les scientifiques spécialistes du cerveau : l’homme a autant besoin de mémoire que d’oubli pour le bien-être. Le même principe doit s’appliquer à la société. Mais dans une société informatisée il est, à tout instant, possible d’extraire ce qui a été produit sur la Toile et les réseaux sociaux et de dévoiler les fautes, les erreurs et les différences entre les autres. On n’est pas autorisé à s’oublier et à oublier ce que les autres ont dit, agi et pensé d’eux-mêmes et de nous. Ainsi l’homme numérique est prisonnier de ses usages sans pouvoir y échapper. Or, l’identité humaine se constitue en se basant sur la mémoire et l’oubli. Elle se trouve en mouvement perpétuel. Nos pensées et nos souvenirs suivent la même loi.

33Sur quel support pourrait-on stocker toute la vie d’une personne et tenter de créer ainsi une forme d’éternité virtuelle. Quel serait le support qui permettrait la conservation de ces immenses souvenirs. Dans son célèbre Spleen Baudelaire a dit « J’ai plus de souvenirs que comme si j’avais mille ans ». La mémoire de l’homme numérique est aussi saturée des informations et des souvenirs que celle de Baudelaire. En effet, Gordon Bell, un ingénieur en informatique, a développé l’idée folle de stocker toutes les données de sa vie en digitalisant tous les éléments du quotidien allant des bulletins de santé aux tickets de cinéma. Il a décidé d’enregistrer le présent en utilisant une caméra qui prend des photographies automatiques chaque minute. Il a ainsi tenté de mémoriser chaque détail de sa vie et de compiler chaque seconde dans son lifeblog. Dans son ouvrage Total Recall, il constitue une identité mémorielle comme le héros malheureux Funès de Borgès qui mémorise tout mais ne sait pas oublier. Mais le projet de Gordon s’est immédiatement confronté à la difficulté de la surcharge en accumulant une quantité non gérable. Cette surcharge cognitive constitue un problème de notre environnement social et mental. Bien que le problème du stockage soit résolu, il ne faut pas omettre les questions de l’effacement et de l’oubli de quelques événements. L’oubli est un nettoyage mental : il est indispensable à la santé de l’individu. Les informations non nettoyées risquent d’être traumatisantes et d’en bloquer l’entrée de nouvelles informations.

La technologie qui ne sait pas oublier et la crise de la vie privée et collective

34Le juriste américain Victor Mayer-Schönberg a averti de la situation dangereuse au cas où la multiplication des copies numériques et la dissémination sur le cyberespace seraient incontrôlables. Les réseaux sociaux contribuent à enregistrer nos faits divers et nos gestes anodins sur les marbres numériques. Comme chacun le sait, lnternet est encombré des messages des mauvaises langues de nature diverse, de la critique aux propos diffamatoires. Un peu partout les gens payent le prix d’une nouvelle situation où tous les messages, émis par nous et/ou traitant de nous, sont collés dans « notre » dossier numérique, permanent et public. En Corée, on a vu une série de suicides de vedettes qui avaient souffert de la dissémination des « ak-pul » qui signifie littéralement « les réponses de mauvaise intention » produites par les internautes contre une personne ou un groupe particuliers. Dans ces circonstances le droit à l’oubli numérique est un enjeu considérable de la bataille technologique et sociale. Comment pouvons-nous vivre en paix dans un monde où tous types d’informations tenues « sur nous » se stockent et se conservent éternellement ?

35Dans son livre, Victor Mayer-Schöngerner a cité le cas de Stacy Synder pour souligner la valeur de l’oubli social. Cette jeune étudiante s’est vue, à la fin de ses études, refuser par le doyen son diplôme universitaire et a été jugée inapte au métier de professeur de lycée à cause d’une photographie affichée sur les réseaux sociaux la montrant consommant de l’alcool. On pourrait multiplier les exemples de cas similaires. Un jeune diplômé admis dans une maison d’édition réputée a été refusé lors de son premier jour de son travail… La cause ? Un message qu’il avait affiché sur Twitter et qui avait été lu par le directeur : « Je suis un être anti-social ».

  • 1 Voir un excellent commentaire de cet ouvrage (Rosen, 2010).

36Le fait qu’Internet n’oublie rien menace la capacité à gérer notre identité et la dimension existentielle même. Il détruit notre compétence à réinventer notre vie et/ou le départ pour une nouvelle. Selon les propos de Victor Mayer Schönberger, par l’effacement des mémoires externes, la société permet à l’individu d’évoluer vers un temps nouveau, de pouvoir apprendre de ses expériences passées et de modifier son comportement en se perfectionnant. À l’opposé de cette norme sociale traditionnelle, la société de l’information enregistrant tout sur le dossier numérique nous enchaîne à nos actions passées et interdit toute échappée vers une nouvelle vie1.

37Depuis l’apparition de l’appareil photographique par Kodak, des auteurs comme Samuel Warrent et Louis Brandeis ont rappelé cette nouvelle menace sur la vie privée dans leur article : “The right to privacy”. Ils ont justement prévu la situation généralisée où les calomnies sont devenues un commerce. Mais la situation du 21ème siècle est totalement différente si l’on considère le milliard d’usagers de Facebook et de Twitter.

38Enfin, sur le plan de la mentalité recouvrant des dimensions épistémiques et éthiques, on peut évoquer quatre caractéristiques de l’inconscient collectif qui se manifestent dans les média sociaux : voyeurisme, exhibitionnisme, indiscrétion involontaire et inattention catastrophique. De plus, la frontière entre espace privé et espace public devient floue et l’intimité des individus disparaît rapidement. Dans un article du journal coréen, l’auteur a utilisé le terme de « tribu pornographique » pour désigner les gens indiscrets qui regardent sans pudeur les films obscènes dans des espaces publics comme le métro. On déplore alors la perte d’un certain sens éthique. Avec l’accroissement des informations, on constate l’émergence d’effets négatifs allant de la simple distraction, de la déconcentration à la plus inquiétante perte ou absence de repères.

39Cette nouvelle mentalité pourrait aussi être exploitée dans un domaine commercial à travers un modèle économique de profilage qui peut expliquer le succès de Facebook dont la plate-forme est prête à scruter les profils de ses membres afin d’augmenter la personnalisation de la relation commerciale (Douplitzky, 2009). « Demain, le client sera amené à gérer la visibilité de ses données personnelles sur Internet, plutôt que sa seule projection (…). Il devra cultiver son espace personnel au sein d’un espace semi-public tel que le proposent les réseaux sociaux, avec leurs outils de liaison communautaire » (Douplitzky, 2009, p. 117).

La question du droit à l’oubli

40Partout dans le monde, les dirigeants politiques, les juristes, les citoyens s’efforcent de trouver une solution au problème de la préservation du contrôle de notre identité dans cet univers numérique. En France, le Président de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés a appelé à la reconnaissance d’un droit constitutionnel à l’oubli. La Commission Européenne a présenté, le 25 janvier 2012, un texte fondamental qui assure aux Européens un droit à l’oubli numérique. Théoriquement, au cas où cette loi serait applicable, les réseaux sociaux devraient effacer les données personnelles de toute nature dès lors que les utilisateurs le solliciteraient. Les utilisateurs d’Internet souhaitent conserver la confidentialité des paramètres et gérer leur réputation en ligne. Mais en réalité, peu d’entre nous sont capables de contrôler ce que les autres nous disent ou disent à propos de nous sur les réseaux sociaux.

41Le problème de l’oubli est fondamental dans l’ère numérique. Tout en reconnaissant la complexité sémantique de ce mot polysémique, il faudra distinguer les catégories différentes : oubli individuel, oubli social, oubli biologique. Quand on parle du droit à l’oubli aux internautes, on entend par là un oubli actif d’engagement défini par l’effacement des traces. C’est un oubli social légitimé par la communauté. Autrement dit, il s’agit de l’oubli assuré par la société de certaines traces d’un individu ou d’un groupe. Le présupposé de ce droit se fonde sur une vérité fondamentale que, pour l’individu et la société, l’oubli est actif. Ce type d’oubli est un engagement social. Comme Paul Ricoeur l’a signalé, il n’est ni une amnésie ni une destruction, mais « une forme d’apaisement qui réside dans la capacité à mettre à l’écart, sans pour autant l’ignorer, une partie de notre mémoire collective ». Mais le droit à l’oubli semble être une notion plus active, puisque c’est l’oubli par effacement qui permet de protéger la vie privée.

42Depuis l’irruption des dispositifs numériques, on connaît une explosion de la production des données personnelles et un phénomène nouveau : la publicité de soi que Tisseron a appelé l’extimité. En effet, dans l’histoire des médias, on constate un dévoilement de l’intimité avec autant de liberté que d’impudeur. Le problème central qui se pose se trouve dans la traçabilité de ces informations. Ces traces permanentes ne sont pas compatibles avec l’oubli productif. On craint que ces traces ne soient, soit une fausse mémoire, soit une mémoire décontextualisée et fragmentaire sans passé. Si je parodie l’expression fameuse d’Augé sur les non-lieux, elles révèlent des non-mémoires.

43D’autre part, il est extrêmement difficile de déterminer ce qu’est l’oubli, puisqu’il peut prendre mille masques du négatif au positif. Il est utile de connaître les deux modes d’oubli dans le domaine de l’archivage à savoir l’effacement des traces et la surcharge des écritures. Dans les deux cas, l’information est en péril par l’effacement et/ou la saturation. En termes sémiotiques, le monde numérique est encombré des signifiants glissants qui n’ont pas besoin d’une analyse laborieuse, puisque toute tentative interprétative se glisse dans d’autres signes produits très brièvement et rapidement. Si l’on consulte des énoncés publiés sur Twitter, on s’aperçoit que ce qui domine cet espace sémiotique ne relève pas de la logique argumentative mais de la seule rapidité discursive. L’application du droit à l’oubli pose donc des questions difficiles en théorie et en pratique. Les géants américains des moteurs de recherche ont déjà montré une attitude réticente quant à la réalisation de cette loi en signalant des difficultés techniques. Mais le principe d’accorder au citoyen la liberté de contrôler, dans le respect des lois, ses propres traces doit être profondément considéré. Si la société ne respecte pas la vie privée de ceux qui la constituent, cette société risque d’être déconstruite.

44La faculté naturelle à oublier, qui est primordiale pour constituer une identité individuelle et sociale, risque d’être menacée par l’omniprésence et la permanence de la mémoire numérique. Un tel système numérique gigantesque dissémine des données volumineuses au détriment de la vie privée en entravant nos potentialités de recommencer une autre vie. Cette machine sans oubli met en péril un élément fondamental de l’être humain qui est de pardonner. L’exercice du droit à l’oubli numérique signifie pouvoir garder la main sur ses données personnelles, les supprimer ou les faire disparaître suivant les circonstances ou exiger de ses interlocuteurs invisibles d’effacer toute trace personnelle. Ceci dit, l’appareillage juridique doit assurer à la personne un libre accès à son identité numérique et la possibilité d’en effacer des parties indésirables. Cela revient à lui permettre de gérer son domaine virtuel. Mais cela ne se fera pas sans débat anthropologique et politique à propos d’un rééquilibrage entre mémoire et oubli pour une société soutenable.

45C’est le moment de réinventer dans un sens positif la tradition romaine de damnatio memoriae. Comme chacun le sait, les Romains ont considéré la mémoire comme un espace discret, rempli de monuments, d’inscriptions, de portraits, de documents. Cet espace symbolique, en tant que marqueur puissant et définitif du statut d’élite, se manifeste à travers des médias visuels et textuels, entre les générations pour assurer la survie et la continuité des familles politiques. Les sanctions de la mémoire sont créées par chaque génération des Romains en vue de préserver son espace de la mémoire comme symbole définitif du système symbolique (Flower, 2006). La damnatio memoriae définie par les sanctions contre la mémoire dans la culture romaine est une répression culturelle et une catégorie de l’oubli. Elle se compose d’un ensemble de condamnations, après la mort du personnage politique en question, à l’oubli votées par le Sénat romain en vue d’effacer toutes ses traces matérielles, de changer le portrait de son passé et de le redéfinir. Il faut alors tirer un enseignement crucial de cette philosophie politique en vue du droit à l’oubli : les Romains ont considéré la mémoire comme un état culturel et ont considéré l’oubli comme une condition plus naturelle et plus normale.

Trace et oubli

Trois catégories de trace

46Lorsque l’on évoque la question de l’oubli à l’ère numérique, on est forcé de construire la problématique de la trace qui commande celle de l’oubli. Il faut distinguer trois catégories de trace : la trace écrite et visuelle comme trace documentaire, la trace psychique comme impression mentale, la trace cérébrale ou corticale. Comme Ricoeur l’a bien saisi, la problématique de l’oubli profond dépend fortement de l’articulation de ces trois sortes de trace. On peut immédiatement se poser la question : parmi ces trois catégories, laquelle le droit à l’oubli envisage-t-elle ? La première est une option certaine, mais comment le droit à l’oubli peut-il intervenir dans les autres catégories ? Le droit à l’oubli envisage avant tout l’oubli par effacement de traces en examinant la notion de trace mnésique. Le philosophe se propose encore de distinguer deux sous-catégories de phénomènes mnémoniques en compétition qui sont à mes yeux capitales pour approfondir la signification philosophique et sémiotique du droit à l’oubli. La première correspond à l’idée d’oubli définitif qui peut être considéré comme l’oubli par effacement de traces. La seconde repose sur l’idée d’oubli réversible, voire l’idée d’inoubliable. On peut ici se poser la question de savoir si c’est juridiquement possible d’intervenir dans cette deuxième catégorie d’oubli.

47Du point de vue sémiotique, la question se pose : quelle est la valeur sémiotique de l’oubli ? De même que la trace se dote d’une dimension sémiotique, d’une valeur de signe et d’un effet-signe, l’oubli a-t-il les mêmes propriétés ? Concernant la trace, on la pense comme effet présent et signe de sa cause absente. Dans cette trace tout est positivité et présence. Mais dans le cas de l’oubli, tout est négativité et absence.

Trace et oubli dans un monde numérique

48L’identité numérique de l’homme contemporain se constitue à partir de l’ensemble des traces qu’il a laissé sur la Toile et les réseaux sociaux. Toutes les activités de l’Homo Numéricus -créer, communiquer, consommer, naviguer, transmettre, etc- possèdent une composante informationnelle dans des réseaux numériques. Les traces s’inscrivent automatiquement dans ce marbre numérique à notre insu (Perriault, 2009). Comparés aux traces produites dans l’ère pré-numérique, le volume et la nature des traces numériques sont inédits. Par exemple, si l’on écrit un petit message sur Twitter, son texte entraîne une multiplication exponentielle des traces écrites et visuelles. C’est une nouvelle écologie de l’écriture qui est affectée par le moindre acte de communication.

49Il faut penser une autre difficulté juridique et technique du droit à l’oubli que doit approfondir la notion de trace. En effet il y a une catégorie de trace composée d’une « ombre numérique » qui comprend les informations enregistrées de l’homme numérique dans les vidéos de surveillance, les historiques de navigation, dans les détails des cartes de crédit, etc. Cette ombre dépasse largement la proportion intentionnelle de nos traces produites volontairement. La question se pose de nouveau : comment le droit à l’oubli considère-t-il cette catégorie de trace en termes d’effacement ?

50Il faut également penser la dimension temporelle des traces personnelles numériques qui sont fondamentalement différentes des formes antérieures de présence. Il faut d’abord évoquer la consubstantialité des données personnelles et de l’acte communicationnel dans l’environnement numérique qui les fait générer automatiquement. Autrement dit, la trace numérique ne s’explique pas par une catégorie classique du signe écrit qui est considéré comme signe second, séparé du contexte d’émission. On constate dans un monde numérique une inscription et une mémoire en temps réel qui déconstruit l’opposition du stock et du flux (cf. Merzeau, 2009).

  • 2 Cf. numéro spécial de la revue Hermès n° 53, « Traçabilité et Réseaux »

51C’est dans cette nouvelle écologie des traces, de la mémoire et de l’oubli que la traçabilité représente une problématique complexe qui relève des enjeux semio-anthropologiques totalement inexplorés au-delà des intérêts du marketing et de l’administration. Trois problématiques centrales ont récemment été construites avec clarté : éclaircissement du fonctionnement des diverses formes et modalités de la traçabilité, construction de la trace numérique personnelle comme objet scientifique et prise de conscience collective et nouvelle orientation2. Il convient de souligner que la traçabilité pose un défi à bien des égards dans les sciences humaines et sociales, tant qu’elle relève des dimensions éthique, sociologique, sémiotique, politique, économique, juridique, etc. En effet, les traces numériques peuvent être exploitées légalement et illégalement comme une valeur marchande.

Le statut sémiotique des traces numériques

  • 3 Cf. numéro spécial de la revue Hermès n° 53, « Traçabilité et Réseaux »

52Pourtant du point de vue de la problématique sémio-anthropologique, les nouveaux dispositifs de production, d’indexation, de consommation, et de recyclage transforment la nature sémiotique de ces traces numériques. La trace numérique personnelle est composée d’un enregistrement des inscriptions numériques intégrant les émotions, les idées, et les actions, qui permet la possibilité complète de consultation, de classement, de diffusion sans entrave. Les traces numériques constituent un champ nouveau pour la sémiotique dans la mesure où elles explorent une nouvelle modalité du système des signes. Elles sont une transformation non seulement sémiotique mais surtout écologique qui affecte les concepts de signe, d’écriture, de communication en exigeant l’introduction du concept de traçabilité dans les sciences du signe et de la communication. En effet, dans l’écologie numérique, la catégorie de traces est susceptible de subsumer les catégories classiques de signe, du message, de l’identité. La traçabilité doit être considérée comme une nouvelle modalité de présence et d’absence, d’efficacité rendue possible par les nouvelles technologies3.

53Enfin, la question de la durée des traces numériques doit être soulevée, à savoir que la réflexion sur la traçabilité numérique doit être menée sous l’angle d’une pérennité des données post mortem (Merzeau, 2009b). Cette question, qui semble fondamentale du point de vue écologique, relève de celle du devenir des traces numériques au-delà d’une simple dimension commerciale. La négligence des savants pour cette question cruciale reflète le refus de la société numérique à penser sérieusement le problème de l’oubli qui se limite aux éléments négatifs et mineurs comme l’absence, le bruit, le bug, etc.

En guise de conclusion

54La mémoire constitue l’identité humaine en donnant du sens à un individu. Elle est un noyau intime de l’être humain. Sans mémoire, il n’y aura ni identité de soi ni individu autonome, mais une simple accumulation de moments fragmentaires sans signification. Il faut considérer cette dimension identitaire de la mémoire. En effet la civilisation humaine a cultivé la mémoire. Nous pouvons normalement vivre avec nos souvenirs en même temps que nous pouvons oublier. Chacun a sa mémoire et son oubli. Or, grâce aux nouvelles technologies numériques, l’Homo Numéricus peut instantanément faire resurgir le passé de l’individu et de la communauté, le transmettre et le partager avec d’autres. Cette omniprésence immortelle de la mémoire et du souvenir qui produit sans cesse le rapprochement des souvenirs communs menace d’abîmer une dimension secrète et affective des choses.

55D’autre part, sous l’angle éthique, l’oubli et le pardon constituent une fusion ou un recroisement dans la conjonction de leurs itinéraires respectifs. Selon Ricoeur, il s’agit d’un horizon de mémoire apaisée ou d’un oubli heureux. C’est justement pour cette raison que le philosophe a affirmé la nécessité de reconstituer la généalogie culturelle des arts de l’oubli (ars oblivionis) comme une contrepartie des arts de la mémoire. Ne rien oublier, c’est le spectre d’une mémoire et simplement un être pathologique et monstrueux. Il faut donc considérer, avec mesure, l’usage de la mémoire dans les dimensions individuelle et sociale.

56Il ne faut pas restreindre le champ sémantique de l’oubli aux sens négatifs de dysfonctionnement ou de déformation. Il va de soi que l’individu et la société doivent se battre contre l’effacement de la mémoire. Il faut toujours réfléchir sur la politique de la mémoire. Mais dans cette société numérique qui est commandée par un excès de mémoire, voire un certain culte de la mémoire, c’est le moment de construire la problématique de la politique de l’oubli dans un sens positif. Au niveau existentiel et biologique, l’oubli est une nécessité pour une vie heureuse, puisque l’oubli à dimension active est un facteur de l’hygiène mentale et organique qui assure la normalité de notre vie. On comprend mieux la distinction de Nietzsche qui établit une différence entre « le mauvais oubli », traître, lésion de la mémoire, et « le bon oubli », force de la vie en disant que « Celui qui ne peut pas s’abandonner entre les bras de l’oubli ne connaîtra jamais le bonheur ». Par voie de conséquence, il faut penser les dimensions naturelle et productive de l’oubli qui a une fonction cachée dans les creux de la mémoire. Comme Herald Weinrich l’a approfondi dans son essai, Léthé, art et critique de l’oubli, les eaux de Léthé symbolisant le courant de l’oubli sont une métaphore de chance et de fatalité, de force et de faiblesse. En parallèle à la riche histoire culturelle occidentale de l’oubli, du poète latin Ovide à Montaigne, il serait très intéressant de reconstituer une histoire culturelle de l’Extrême-Orient sur le même thème. Voici un extrait du philosophe Zhuangzi à propos de l’homme vrai accompli dont l’esprit oublie. « Quand des hommes n’oublient pas ce qui peut être oublié, mais oublient ce qui ne peut pas être oublié - on peut appeler cela oubli véritable ». A nous de tirer de ce dicton une leçon éthique de l’oubli pour notre société numérique qui mémorise trop.

Haut de page

Bibliographie

ARNAUD M. (2009), « La RFID : un risque de traçage généralisé », Hermès, vol. 53, pp. 109-112.

AUGE M. (1998), Les formes de l’oubli, Paris, Editions Payot Rivages, 128 p.

BARBRY E. (2009), « Cohérence et incohérence des législations », Hermès, vol. 53, pp. 145-151.

BAHU-LEYSER D. (2009), « Une éthique à construire », Hermès, vol. 53, pp. 161-166.

BELL G. et GEMMELL J. (2011), Total Recall, Paris, Flammarion, 342 p.

BERTRAND G. (1978), Histoire des techniques, Paris, Gallimard, 1652 p.

CAR N. (2008), Is Google Making Us Stupid ?, The Rough Type Press, 16 p.

CHARTIER R., « les Métamorphoses du livre », Les Rendez-vous de l’édition : le livre et le numérique, Editions de la BPI, Octobre 2001. http://editionsdelabibliotheque.bpi.fr/livre/?GCOI=84240100128080

CHARTIER R. (2010), « L’avenir numérique du livre », Le Monde, 26/10/2009.

DOUPLITZKY K. (2009), « Le commerce du moi, modèle économique du profilage », Hermès, vol. 53, pp. 113-117.

FABRE R. (2009), « La personne : une régulation par les normes », Hermès, vol. 53, pp. 175-181.

FLOWER H.I. (2006), The Art of Forgetting : Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture, The University of North Carolina Press, 424 p.

HERRENSCHMIDT C. (2007), Les trois écritures : Langue, nombre, code, Paris, Gallimard, 510 p.

HOOG E. (2009), Mémoire année Zéro, Paris, Seuil, 232 p.

HOURCADE J.C et ali. (2010), Longévité de l’information numérique : les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer ?, Paris, EDP Sciences, 106 p.

LEROI-GOURHAN A. (1964, 1998), Le geste et la parole, tome 1, Technique et Langage, Paris, Albin Michel, 326 p.

LEROI-GOURHAN A. (1964, 1998), Le geste et la parole, tome 2, La Mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 288 p.

LOMBARD D. (2007), Le village numérique, Paris, Odile Jacob, 231 p.

LEMMONIER P. (2010). « L’Étude des systèmes techniques », Techniques & Culture, n° 54-55, pp. 47-67.

LEMOINE, P. (2009). « L’avenir de l’échange : monde plat ou nouveau soulèvement alpin ? », Hermès, vol. 53, pp. 119-125.

MAYER-SCHÖNBERGER V. (2010), Delete : The Virtue of Forgetting in the Digital Age, The Princeton University Press, 256 p.

MERZEAU L. (2009a), « Du signe à la trace », Hermès, vol. 53, pp. 23-29.

MERZEAU L. (2009b), « Les données post-mortem », Hermès, vol. 53, pp. 30-31.

NIETZSCHE F. (2000), La généalogie de la morale, Paris, Flammarion, 279 p.

PERRIAULT J. (2009), « Traces (numériques) personnelles, incertitude et lien social », Hermès, vol. 53, pp. 13-20.

RICOEUR P. (2003), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 736 p.

ROGEN J. (2010), « The Web Means the End of Forgetting », New York Times Magazine, 21/07/2010.

SERRES M. (2001), Hominiscence, Paris, Le Pommier, 339 p.

STIGLER B. (1994), La technique et le temps, Paris, Galilée, 330 p.

WEINRICH H. (1999), Léthé : art et critique de l’oubli, Paris, Fayard, 313 p.

Haut de page

Notes

1 Voir un excellent commentaire de cet ouvrage (Rosen, 2010).

2 Cf. numéro spécial de la revue Hermès n° 53, « Traçabilité et Réseaux »

3 Cf. numéro spécial de la revue Hermès n° 53, « Traçabilité et Réseaux »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sung do Kim, « L’écologie déséquilibrante de l’oubli chez Homo Numericus », Netcom, 26-1/2 | 2012, 111-128.

Référence électronique

Sung do Kim, « L’écologie déséquilibrante de l’oubli chez Homo Numericus », Netcom [En ligne], 26-1/2 | 2012, mis en ligne le 02 décembre 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/680 ; DOI : 10.4000/netcom.680

Haut de page

Auteur

Sung do Kim

Professeur de sémiotique et de culturologie à l’Université de Koryo, Séoul (Corée du Sud) dodo@korea.ac.kr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org