Navigation – Plan du site

NETCOM : un nouveau territoire pour les SIC1

Avant-propos
Béatrice Galinon-Mélénec
p. 5-8

Texte intégral

  • 1 SIC : Sciences de l’Information et de la Communication

1C’est un plaisir pour moi de préfacer le premier numéro de la Revue NETCOM (Réseaux, Communications, Territoires), entièrement consacré à des auteurs en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC).

2Les rencontres des SIC avec la Géographie ne sont pas nouvelles. Dès son origine NETCOM, revue de Géographie créée en 1987, a publié des auteurs en provenance d’autres disciplines notamment en sciences de l’information et de la communication.

  • 2 GOURNAY C. (de), (1995), Territoires de communication, Annales de Géographie, n°585-586 p 618.
  • 3 PAILLIART I. (1993), Les territoires de la communication, PUG
  • 4 De l’université Grenoble 3 dont est d’ailleurs issu Sami Zlitni, co-coordinateur de ce premier doss (...)
  • 5 TUDESQ André-Jean (1999), Les médias en Afrique, Éllipses, Paris.
  • 6 BOUQUILLON Ph., PAILLIART I. (2006), Le déploiement des Tic dans les territoires. Le rôle des colle (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

3L’histoire des deux disciplines dont les premières synchronies laissent des traces dès les années 90 s’est également écrite sur d’autres supports scientifiques. En 1995, un numéro des Annales de Géographie2 se fait l’écho des travaux sur Les territoires de la communication3 produits par Isabelle Pailliart4. En 1999, Jean Marie Tudescq5 explore les médias en Afrique. Plus récemment, Philippe Bouquillon (2006) analyse avec Isabelle Pailliart « les actions menées par les pouvoirs locaux dans l’aménagement des territoires »6, « leurs poids dans la formation des usages et dans la création de contenus »7, « la place des collectivités territoriales face aux directives de l’Etat et aux stratégies industrielles »8.

  • 9 LAULAN A.M. (1998), « Les territoires de l’innovation », In : Musso P. (dir), Communiquer demain, E (...)
  • 10 Et, plus généralement, de toutes les disciplines qui mettent l’usage des TIC « au service de la réd (...)

4Dans ce continuum, Anne-Marie Laulan9, Présidente d’honneur de la Société Savante des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC), partenaire de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) suit des dossiers de formation aux TIC dans les pays en développement. Elle a participé à ce titre au processus préparatoire du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). En plaçant au centre de ses échanges le lien entre technologies de l’information et de la communication et développement, le SMSI a largement contribué aux rapprochements - plus institutionnalisés - des deux disciplines10.

5La liste des occasions de mise en commun des savoirs mériterait d’être plus longue, montrant ainsi qu’il était temps que ces deux disciplines « pacsent » officiellement leurs synergies croisées en matière de communication, de TIC, de développement et de territoires. C’est dire que la publication de ce numéro - intitulé « Traces numériques : de la présence à l’oubli » - marque une étape importante dans la mesure où elle s’accompagne en parallèle d’une entrée des SIC dans le comité de lecture de la revue de NETCOM.

6Revue officielle des commissions « Société de l’information » de l’Union Géographique Internationale et du Comité National Français de Géographie, revue reconnue par l’AERES et dont les numéros sont diffusés à partir de 2013 sur revue.org11, NETCOM, avec ce dossier, ouvre officiellement la porte aux publications en SIC. Il s’agit là d’une excellente occasion de valorisation de recherches en SIC sur un plan général comme dans le domaine spécifique de la « Communication et du Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires » (CDHET)12. Sa diffusion auprès d’un lectorat international à la fois francophone et anglophone en multiplie encore davantage l’impact.

  • 13 WOLTON D. (2009), Informer n’est pas communiquer, CNRS Éditions.

7Cette entrée dans NETCOM est d’autant plus pertinente que la distinction information vs communication, pendant plus de vingt ans (1975-1995) clivage au sein des SIC, apparaît aujourd’hui comme le reliquat obsolète d’une étape de la construction de cette discipline. Nécessité incontestée de l’innovation scientifique, la synergie croisée entre les disciplines trouve dans NETCOM un socle solide de médiation des connaissances où information et communication apparaissent étroitement imbriquées. Car, si « l’information a pour objet de mettre en forme le monde, de rendre compte des événements, des faits, et de contribuer directement au fonctionnement des sociétés complexes, elle est inséparable de la communication, qui, au-delà de l’idéal normatif d’échange et d’interaction, constitue le moyen de diffuser ces informations et de construire les représentations ». (Wolton, 2009)13.

  • 14 GALINON-MELENEC B. (dir.) (2011), L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contempor (...)

8La naissance des SIC en France est relativement récente (1975). Les premières décennies ont interrogé les théories du langage, des discours, de l’argumentation ou celles des sciences humaines en général. Les SIC du nouveau siècle s’ouvrent, de plus en plus, vers des sciences émergentes. Pour nous : les sciences cognitives. Cet accès s’avère fécond dans la mesure où elle nous conduit à construire le paradigme de l’Homme-trace. C’est avec son développement, qu’aux inquiétudes contemporaines sur la prégnance de l’inscription des codes dans l’environnement informatique (les traces numériques), nous avons d’abord répondu en interrogeant l’interprétation et la faculté de l’Homme à juger. Aux perspectives déjà explorées par les sciences humaines et la philosophie, nous y intégrons la dimension cognitive (psychologique, mémorielle, etc.) construite dans le cerveau par les interactions de l’Homme à son environnement. A ce titre, l’Homme tout entier nous apparaît comme un construit de traces. Pour saisir cette posture intellectuelle, il convient de sortir des suites des logiques aristotélicienne et cartésienne qui posent le sujet comme entité indépendante et d’entrer dans une vision systémique des relations individu-environnement et corps-esprit. Ainsi l’Homme-trace apparaît-il anthropologiquement comme un « construit de traces » résultant de ses interactions avec un environnement lui-même porteur des traces de sa présence, de ses comportements et de ses pratiques, l’ensemble se bouclant en système d’interactions. L’Homme-trace est donc ce paradigme qui conçoit l’homme à la fois comme un producteur de traces et un construit de traces, l’ensemble se comprenant dans un processus continu de relations. Pour en explorer de façon pluridisciplinaire les facettes, nous avons d’abord réuni des chercheurs qui ont questionné la notion de trace à travers, soit son histoire théorique, soit son champ d’application (L’homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, 2011). Puis, nous centrant, en apparence, sur la seule dimension de l’Homme producteur de traces numériques, nous avons interrogé le système qui tisse leurs interprétations (2013)14.

9En coordonnant, « Traces numériques : de la présence à l’oubli » Fabien LIENARD et Sami ZLITNI s’inscrivent dans ce double enracinement : celui de l’histoire des regards croisés, de la géographie et des SIC, sur les TIC ; et celui de la nouveauté qui place l’Homme producteur de traces et l’ « Homme construit de traces » au cœur des problématiques actuelles.

10Je me réjouis d’autant plus de cette publication et de la direction de ce dossier qu’elles marquent également l’entrée de ces deux chercheurs dans l’Equipe « l’Homme trace » du laboratoire de recherche CIRTAI (Centre interdisciplinaire de recherche sur les mobilités) de l’UMR IDEES qui abrite la revue NETCOM. Originaires, pour l’un des sciences du langage (Fabien LIENARD), et pour l’autre des SIC (Sami ZLITNI), ces enseignants-chercheurs très actifs constituent une force vive dont les travaux irrigueront, sans aucun doute, le terrain fertile de l’interdisciplinarité.

11Que l’on me permette en dernier lieu de remercier les co-directeurs de Netcom, Henry BAKIS et Philippe VIDAL, d’avoir ouvert la revue aux SIC.

Haut de page

Notes

1 SIC : Sciences de l’Information et de la Communication

2 GOURNAY C. (de), (1995), Territoires de communication, Annales de Géographie, n°585-586 p 618.

3 PAILLIART I. (1993), Les territoires de la communication, PUG

4 De l’université Grenoble 3 dont est d’ailleurs issu Sami Zlitni, co-coordinateur de ce premier dossier SIC au sein de NETCOM.

5 TUDESQ André-Jean (1999), Les médias en Afrique, Éllipses, Paris.

6 BOUQUILLON Ph., PAILLIART I. (2006), Le déploiement des Tic dans les territoires. Le rôle des collectivités territoriales, PUG.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 LAULAN A.M. (1998), « Les territoires de l’innovation », In : Musso P. (dir), Communiquer demain, Editions de l’aube.

10 Et, plus généralement, de toutes les disciplines qui mettent l’usage des TIC « au service de la réduction de la pauvreté, de la mortalité infantile et maternelle, de la lutte contre le paludisme, le VIH-sida » selon l’expression d’Alain KIYINDOU (2000), lors de l’ouverture du Sommet.

11 http://www.openedition.org/11533

12 CDHET : Réseau de chercheurs fondé à Bordeaux 3 par Béatrice Galinon-Mélénec (1999) et dont le siège est aujourd’hui au Havre.

13 WOLTON D. (2009), Informer n’est pas communiquer, CNRS Éditions.

14 GALINON-MELENEC B. (dir.) (2011), L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, série L’Homme-trace, Paris : CNRS-éditions.
GALINON-MELENEC. B. et ZLITNI S. (dir.) (2013), Traces numériques : de la production à l’interprétation, série L’Homme-trace, Paris : CNRS-éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Galinon-Mélénec, « NETCOM : un nouveau territoire pour les SIC », Netcom, 26-1/2 | 2012, 5-8.

Référence électronique

Béatrice Galinon-Mélénec, « NETCOM : un nouveau territoire pour les SIC », Netcom [En ligne], 26-1/2 | 2012, mis en ligne le 02 décembre 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/630

Haut de page

Auteur

Béatrice Galinon-Mélénec

Professeur des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université du Havre, Directrice de l’Equipe « L’Homme trace Annales de Géographie, 1995 » CIRTAI/IDEES UMR 6266 CNRS. beatrice.galinon@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org