Navigation – Plan du site

La communication géolocalisée : interactions sociales et mise en visibilité de soi sur le réseau Foursquare

Geolocated communication: social interactions and self-exposure on Foursquare
Christelle Crumière
p. 97-110

Résumés

De même que l’essor des réseaux sociaux, le développement des services de géolocalisation soulève la question de la divulgation publique d’informations à caractère privé. Envisagée comme un dispositif de communication interpersonnelle, favorisant l’émergence de nouvelles modalités d’interactions sociales au sein de sphères relationnelles distinctes, la géolocalisation est aussi porteuse d’un discours à caractère identitaire, s’appuyant sur des procédés d’exposition et des stratégies plus ou moins contrôlées de mise en visibilité de soi. Etayée par les éléments d’une analyse qualitative consacrée aux usages de l’application Foursquare, cette réflexion interroge les questions de la privacy et de la perméabilité entre l’intime et le public.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’après les chiffres de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Pos (...)

1« Allo, T où ? », titrait en 2005 un programme court parrainé par le groupe Orange, diffusé quatre soirs par semaine sur TF1, entre le journal télévisé et le bulletin météorologique. Misant sur l’humour, la série, composée de 108 épisodes d’une minute 30, mettait en scène les tribulations quotidiennes d’un groupe de trentenaires constamment reliés entre eux par le biais de leur téléphone mobile, à la fois emblème et vecteur de leur interdépendance relationnelle. Entre gaffes, quiproquos et autres mésaventures comiques, chaque épisode se présentait comme une illustration de l’impact de l’essor de cette technologie de communication1 sur les modes de vie,les relations sociales, la perception du temps et de l’espace, avec pour particularité de ne mettre en scène les personnages que dans le strict cadre de leurs échanges téléphoniques. L’ensemble des rapports interindividuels apparaissait dès lors exclusivement médié par l’usage du mobile. Le titre, surtout, venait incarner le questionnement récurrent induit par la possibilité d’être rendu joignable non plus en des espaces-temps délimités (chez soi le soir et le week-end, au bureau en journée), mais lors de ses déplacements, n’importe où et n’importe quand : « Où te trouves-tu ? », « T’es où ? ». Cette question, qui illustre le besoin de situer l’autre dans une géographie mentale, une projection spatiale, pourrait bien être rendue caduque par la propagation des dispositifs de géolocalisation (tels que Facebook places ou Foursquare) à travers lesquels, de sa propre initiative, l’utilisateur révèle sa position géographique à des destinataires sélectionnés de façon plus ou moins distinctive.

  • 2 Projet réunissant, en partenariat avec la CNIL, les laboratoires SENSE (Orange Labs) pour le versan (...)
  • 3 Nous postulons ici, à la suite d’Yves Jeanneret, que les traces laissées par les utilisateurs des r (...)

2Postulant que les services de géolocalisation, au-delà de leur fonction commerciale, sont utilisés dans une finalité de communication interpersonnelle, cet article se propose d’explorer les modalités prises par ces nouveaux moyens d’interaction sociale. Nous étaierons notre propos par des éléments d’analyse issus d’une enquête qualitative consacrée aux usages de l’application Foursquare, menée au premier semestre 2012, dans le cadre du projet ANR ESPRI2, autour de la question de la gestion des données personnelles et de la privacy sur les réseaux sociaux. Interrogeant la pratique de 8 utilisateurs réguliers de Foursquare, le protocole d’enquête associait l’analyse des traces d’usages inscrites par les individus dans le maillage textuel de l’interface web (Jeanneret, 2011, p. 70), l’examen du carnet de bord rempli sur une semaine par chacun des participants, ainsi qu’un entretien d’auto-confrontation de l’internaute à ses traces3. Résolument qualitative, la démarche ne prétendait pas épuiser la multiplicité des utilisations possibles de l’application, mais tentait de mettre en lumière les motifs sous-jacents aux plus systématiques d’entre elles. Nous reviendrons ici sur deux caractéristiques de l’usage communicationnel de la géolocalisation : une communication interpersonnelle à caractère dissymétrique ; une communication autocentrée à dimension identitaire.

Une communication interpersonnelle dissymétrique et circonstancielle

  • 4 La chaîne Starbucks Coffee, par exemple, propose une remise d’1€ sur la consommation de certains pr (...)

3Foursquare est à la fois une application pour smartphones et un site internet de géolocalisation. Le fonctionnement en est simple : il s’agit d’enregistrer, à l’aide de son mobile, sa présence en un lieu à un moment donné (à savoir, effectuer un check-in). Cette opération est immédiatement répercutée sur la page d’activité des membres de la liste d’amis, qui se trouvent informés en temps réel (pour peu qu’eux-mêmes soient connectés) des déplacements de leurs contacts. Afin de rendre plus attractive l’utilisation du dispositif, deux types de gains sont proposés :
- une rétribution symbolique et ludique : attribution de points, gain de badges et médailles, de titres de « mayor », tributaires du nombre des check-in réalisés en un même lieu référencé, et pouvant aboutir à une logique d’émulation ou de compétition entre les internautes ;
- des avantages économiques : consommation gratuite ou réduction offerte au détenteur du titre de « mayor » de tel ou tel établissement (café, bar, restaurant, boutique), en récompense de l’assiduité de sa fréquentation du site, et de la publicité induite par la fréquence de ses check-in ou par la rédaction d’avis positifs sur le lieu. Pour une société ou une marque, le partenariat avec Foursquare présente ainsi les bénéfices d’une stratégie promotionnelle, d’une stratégie de fidélisation et d’accroissement de la notoriété (image jeune, interactive, ludique)4. Pour l’utilisateur, tout bénéfice économique exige une forte implication, un coût temporel élevé (combien de check-in sont nécessaires pour gagner un euro ?), ce qui conduit l’application à énumérer et relier entre eux les divers profits potentiels : « Garde le contact avec tes amis - Découvre de nouveaux lieux - Fais des économies et obtiens des récompenses. », énonce, tel un programme, la page d’accueil du site.

Un usage à visée communicationnelle : partage et préconisations

4Sur les 8 personnes interrogées lors de l’enquête, aucune n’a désigné les avantages économiques comme un motif prépondérant de son utilisation de Foursquare : une seule déclare avoir bénéficié ponctuellement de ce type d’avantages ; deux d’entre elles affirment ignorer cette fonction, et trois autres n’avoir pas cherché à se renseigner outre mesure sur cet aspect de l’application ; les deux derniers enquêtés estiment les bénéfices inférieurs aux efforts à fournir pour les obtenir (donc peu mobilisateurs), ou se déclarent déçus du faible nombre de commerçants développant des offres promotionnelles. L’ensemble des enquêtés estiment les privilèges commerciaux insuffisants à leur fournir une motivation d’utilisation de l’application, et situent leurs motifs dans son aspect ludique (deux individus) ou dans sa dimension communicationnelle (six individus).

5Par définition, la communication géolocalisée repose sur le partage d’indications spatiales. Il s’agit d’informer les autres de sa position géographique (diffusion de check-in) ou de les renseigner quant à la qualité des lieux que l’on fréquente (rédaction de conseils, publication de photos). Benoît, jeune Parisien de 23 ans, insiste lors de l’entretien sur la notion de partage et sur l’incitation que peuvent constituer les avis qu’il publie via l’application. Interrogé sur le sens que revêtent les check-in, il en donne sa propre définition :

« C’est des petits moments que je veux partager. Il y a certaines fois où j’ai pas envie de dire que je suis chez moi ou quoi, mais dire que je suis au restaurant, que je vais au cinéma, que… que je prends un café à Starbucks ou… ou voilà que je suis dans un bar avec des amis. […] Ouais voilà, pour le faire partager à mes amis. Après j’ai des amis qui commentent aussi, justement, des gens qui disent "ah ben tiens, j’irais bien essayer cet endroit…" ». 

Les conseils qu’il rédige sur ses lieux de prédilection le placent en position de préconisateur pour les 122 membres de sa liste d’amis (chiffre largement supérieur à la moyenne des contacts établis sur l’application, estimée à une vingtaine). Dans le volet « conseils » de son profil Foursquare, il affirme ainsi, s’agissant de la chaîne Le Paradis du Fruit : « Le paradis terrestre, un vrai délice. », et déclare au sujet du cinéma UGC Ciné Cité du Forum des Halles : « De nombreuses salles et une bonne sélection toute l’année ! En attendant le film… », renvoyant vers le lien du blog informatif qu’il tient (mode, voyages, actualité musicale et cinématographique). Ses check-in Foursquare, systématiquement répercutés sur Facebook (à la différence de la majorité des utilisateurs interrogés) donnent lieu à des « like », à des commentaires, et des micro-conversations sur le réseau social. Ainsi, la répercussion d’un check-in effectué via Foursquare au « Cent-Quatre » – lieu d’exposition et d’expérimentation artistique parisien – un soir de concert, amorce le lendemain un échange informatif et évaluatif sur son profil Facebook. « – aha j’y étais aussi », remarque Tanya, présente dans la liste de contacts du jeune homme sur Facebook, mais non sur Foursquare. « C’était quoi le groupe de rock après Hocus Pocus, j’ai trouvé ça très cool ? », s’enquiert alors Benoît, qui obtient instantanément la réponse : « Gush » et se trouve invité à évaluer l’événement : « tu as aimé la soirée ? :) », ce qu’il fait immédiatement : « Ouais c’était sympa mais le whisky était pas très bon :( ».

6Il est intéressant de constater que ce type de discussions se développe davantage sur le profil Facebook que l’interface Foursquare, malgré l’option semblable d’y exprimer des « like » (marques d’approbation) et commentaires publics. Il apparait donc qu’une distinction est faite dans l’utilisation communicationnelle des deux sites, en dépit même de la potentielle liaison entre les deux comptes d’un utilisateur. Au contraire du réseau social, l’application Foursquare dispose de peu d’outils de communication directe, le seul vecteur étant le commentaire public, lui-même fort peu utilisé. Aucun message privé (mails, chat) ne peut être envoyé, y compris lors de la demande d’ajout à la liste d’amis. Il est donc impossible d’établir une relation individuelle et personnalisée avec un autre utilisateur de la plate-forme de géolocalisation. Il pourrait donc sembler inapproprié d’utiliser l’expression « communication interpersonnelle » s’agissant de Foursquare, pourtant de nombreux échanges conversationnels sont initiés sur Facebook ou Twitter à partir de l’application, faisant de cette dernière un dispositif de communication à double détente, et un canal d’informations susceptibles d’être redirigées vers d’autres interfaces, donc répercutées vers un public plus large. Mais surtout, le principe même de la publication induit un processus de communication : toute publication utilisant la plateforme est une publicisation, une mise à disposition, par l’utilisateur, d’informations le concernant, une interpellation destinée à autrui, un acte communicationnel.

Une communication dissymétrique et circonstancielle

7Si Foursquare peut être envisagé comme un outil de communication, c’est que toutes les actions effectuées via l’application sont instantanément rendues publiques à la totalité de la liste d’amis : le « faire » y équivaut toujours à un « faire savoir », tout acte équivaut à un « dire ». Check-in et conseils relèvent d’un discours à double vocation – informative (cognitive) et relationnelle (sociale) – ciblant une communauté préalablement définie par l’utilisateur. La communication géolocalisée est donc non seulement collective, mais qui plus est dissymétrique, tout contenu publié par un individu étant adressé à des destinataires multiples, avec lesquels l’interaction produite n’est pas nécessairement immédiate, ni prise en charge par l’application. Hors logique ludique de compétition (pour le nombre de points, pour le titre de « mayor » d’un lieu), un check-in n’implique pas de réciprocité : la réponse engagée – si tant est qu’il y en ait une – ne se situe ni dans la similarité ni dans la simultanéité. Deux finalités se dégagent principalement concernant l’usage du check-in : sa fonction informative (signaler où je suis, indiquer mes déplacements, ma position géographique), sa fonction conative (permettre à mes amis de me retrouver, faire en sorte d’être rejoint en un lieu défini). De sorte que, pour plusieurs des enquêtés, l’utilisation de Foursquare apparaît comme un complément – voire une alternative – à l’envoi de sms pour programmer un rendez-vous ou le finaliser. Ainsi, Cécile, étudiante de 23 ans, résidant en banlieue parisienne, explicite la fonction mobilisatrice qu’elle confère au check-in :

  • 5 L’application Foursquare fournit sur tous les lieux référencés des informations telles que l’adress (...)

« En fait, en journée, ça serait plutôt avoir des points et en soirée, c’est pour dire où je suis à chaque fois. Comme ça, si mes amis voient où je suis, ils viennent. Ou j’ai pas envie de leur donner l’adresse, c’est trop long, ou je la sais pas, donc je checke-in et je dis : « Regarde l’adresse sur Foursquare ». […] Jeudi, j’ai checké et j’ai dit : « Viens ». C’était dans Paris, c’est un bar qui s’appelle le Connétable. Non, j’ai pas checké, j’ai dit à une copine à moi de checker en fait. […] [Question : le check-in chez Lamia ?] Ça, c’était pour se rejoindre justement, ça devait être ça. C’était à un mariage et j’avais une amie, je voulais qu’elle vienne et donc, je lui ai dit : « Regarde l’adresse », parce que c’était assez loin, pas dans Paris et je connaissais pas du tout l’adresse. »5.

  • 6 « Si dix personnes doivent nous rejoindre, envoyer un texto à 10 personnes, c’est euh... Enfin, sui (...)

8Destinée principalement à un cercle restreint d’amis réellement connus (6 des 8 enquêtés disposent ainsi d’une liste de moins de 30 contacts), la communication géolocalisée induit dans la temporalité quotidienne une forte flexibilité, laissant place à l’improvisation et au rendez-vous de dernière minute, ce que Dominique Cardon qualifie de « rencontre opportuniste ». L’opportunité vient ainsi compenser le défaut d’organisation, l’occasion remplaçant la planification. Les usages des services de géolocalisation ne transforment donc pas uniquement la perception de l’espace urbain, mais la gestion du temps et des modalités de communication : la rencontre circonstancielle, intégrant l’aléa de la mobilité, offre une alternative à la forme traditionnelle du rendez-vous fixé, nécessitant anticipation et concertation, échanges démultipliés (appels téléphoniques, mails, sms)6, et accord commun préalable. Analysant l’impact de ces nouveaux services sur les interactions sociales, le sociologue écrit : « Ils substituent au rendez-vous planifié une coordination par ajustement mutuel. Ainsi, les services mobiles de localisation proposent de partager sur une carte des informations pour réaliser des rencontres en fonction d’opportunités imprévues. Au lieu de planifier de façon formelle un rendez-vous, ce qui implique des coûts de coordination et un investissement cognitif, les individus indiquent simplement « Je suis là. » sur la carte. Ils n’imposent aucune obligation, mais rendent publique leur disponibilité à leur réseau social pour toutes sortes d’interactions imprévues. Cette pratique ne se partage pas avec un réseau social étendu, mais avec un cercle restreint de proches. Une étude récente montre qu’en moyenne, les personnes amies sur Gowalla, Brightkite et Foursquare vivaient à proximité, dans un territoire compris entre 1,4 et 2 kilomètres de diamètre et que le nombre d’amis moyen était inférieur à 20 » (Cardon, 2011, p. 54).

9La « mise à disponibilité » de soi est confirmée par plusieurs utilisateurs, dont Myriam, étudiante de 21 ans, résidant également en banlieue parisienne. L’étudiante effectue un check-in quotidien à son retour chez elle, pour y indiquer sa présence. Au lieu de contacter activement ses amis, elle leur indique ainsi sa disponibilité à d’éventuelles sollicitations (visites, appels téléphoniques). Interrogée sur le sens qu’elle confère à ces check-in chez elle, la jeune fille explique :

« Euh… en général, ça a un aspect plutôt pratique. C’est pour indiquer à mes amis que je suis chez moi et que du coup, ils peuvent me joindre sur mon fixe. Parce que, ouais voilà, parce qu’en général, j’évite de répondre à mon téléphone la journée, pour des raisons X,Y. Et je fonctionne plutôt par texto, donc s’ils ont quelque chose à me dire, ça indique que je suis chez moi, euh… que je suis joignable chez moi. »

La géolocalisation fait ici office de signal, indiquant la possibilité d’une mise en relation, et l’accessibilité de l’individu par le biais de canaux plus traditionnels : Myriam fait état de sa disposition communicationnelle tout en conférant à autrui l’initiative de l’interaction.

10Éminemment corrélée à son contexte d’émission (position géographique et disponibilité temporelle de l’utilisateur), la communication géolocalisée est aussi tributaire des temps et circonstances de sa réception. A la différence d’un sms ou d’un appel téléphonique, elle s’avère peu intrusive, et d’autant moins contraignante pour ses destinataires qu’elle ne leur est ni imposée ni même signalée, hors acte intentionnel de connexion au site ou de consultation de l’application. Qui plus est, elle implique de leur part une posture interprétative, les incitant à lire dans un check-in un signe à leur adresse, plutôt qu’à percevoir une trace de déambulation sans autre implication pour eux. Articulant la distinction entre les deux termes autour du sens et de l’intention dont l’élément procède, Louise Merzeau remarque : « Le signe, tel que les SIC et la sémiologie le définissent, procède d’un acte d’énonciation doté de sens et (en partie au moins) d’intentionnalité. L’empreinte numérique, elle, est automatiquement produite à l’occasion d’un calcul, d’un codage ou d’une connexion, le plus souvent sans que le sujet en soit conscient. Au lieu d’articuler une face sensible (signifiant) à une représentation psychique (signifié), la trace assigne une signature invisible à un comportement informationnel, qui n’est pas toujours perçu comme tel » (Merzeau, 2009, p. 24).

11Dans le cas de la géolocalisation, la production d’une trace au moyen de l’application est toujours signifiante, toujours intentionnelle : elle constitue un signe, au sens sémiologique du terme. Mais la construction du sens dépend également de l’interprétation. Ainsi, un check-in Foursquare, selon le niveau de proximité relationnelle avec celui qui l’a émis, mais aussi en fonction de l’humeur ou de la disponibilité de celui qui le lit, pourra être reçu comme une invitation, comme une indication ludique, ou comme un « spam » sans intérêt. Pour se sentir concerné et disposé à réagir, le lecteur doit considérer ce check-in comme un signe, un acte énonciatif dont il est le destinataire.

Une communication autocentrée à dimension identitaire

12Pourtant, si l’utilisation d’un service de géolocalisation tel que Foursquare renvoie de façon principielle à une modalité de communication, celle-ci n’est pas toujours centrée sur le destinataire, ni sur l’interaction potentielle avec lui. L’examen des traces d’activité laissées sur l’interface (check-in, conseils, listes de lieux favoris) permet de distinguer des usages différents, associés à divers degrés de mise en visibilité de soi et d’élaboration identitaire. Comme le constate Fabien Granjon, cette production de soi s’accompagne de risques en termes eux-mêmes identitaires (déni de reconnaissance, fragilisation, dépréciation, réification). « À la suite de ce qu’avait déjà montré Sherry Turkle (1984), la littérature du domaine souligne que les activités en ligne sont aussi des prolongements du soi et que, par conséquent, les dévoilements non contrôlés ou non souhaités peuvent aussi être vécus comme des atteintes à la personne. […] Les SNS poussent ainsi leurs utilisateurs à s’interroger sur les moyens par le biais desquels ils partagent et organisent leurs informations, sur la manière dont ils interprètent ces actes d’exposition, ainsi que sur la façon dont ils les mobilisent à des fins stratégiques dans le cours d’interactions sociales. Ils posent donc, à nouveaux frais, un certain nombre de questions quant à la protection des données personnelles eu égard aux conditions renouvelées de production/réception d’information et du déploiement d’activités de communication qui leur sont liées. » (Granjon, 2011, p. 77) S’agissant de Foursquare, la gestion de la privacy (attention accordée par l’utilisateur à la protection de ses données privées et informations personnelles) apparaît corrélée au degré d’ouverture de la liste d’amis acceptés sur l’application. Ainsi, les usages de l’application analysés plus haut, centrés sur une communication interpersonnelle virtuelle susceptible de s’actualiser dans une interaction réelle (appel téléphonique, rencontre) sont-ils caractéristiques d’utilisateurs maintenant sur l’application un réseau limité, fortement sélectif, de contacts issus des sphères relationnelles auxquelles ils appartiennent (essentiellement amis, camarades de classe, et amis d’amis).

Gestion de la liste d’amis et contrôle de la mise en visibilité de soi

13Ainsi que nous l’avons précédemment remarqué, toute publication s’apparente sur Foursquare à une publicisation, une mise en visibilité. Pourtant, davantage que sur Facebook, la délimitation de la liste d’amis semble faire l’objet d’une forte rationalisation. Tous les enquêtés présentent, entre les listes de contacts dont ils disposent sur les deux sites, des écarts significatifs (de 5 à 15 fois moins d’amis sur Foursquare). Ce phénomène s’explique tout d’abord par le nombre largement inférieur d’utilisateurs de Foursquare : 20 millions d’utilisateurs mondiaux de la plate-forme de géolocalisation en avril 2012,7 pour 901 millions de membres actifs par mois sur le réseau Facebook, toujours en avril 2012.8 De fait, la moindre diffusion de l’application entraîne une restriction des possibilités d’ajout. La plupart des participants à l’enquête reconnaissent ainsi qu’ils auraient sans doute davantage de contacts sur la plateforme de géolocalisation, si celle-ci bénéficiait d’une plus forte notoriété et d’un plus haut niveau de développement.

14Cependant, l’écart d’amplitude de leurs listes d’amis réside également dans la distinction qu’opèrent les utilisateurs entre les deux réseaux et l’usage qu’ils en font : pour la moitié des enquêtés, le choix ou l’acceptation de nouveaux contacts procède sur Foursquare d’une attitude plus sélective. Pour Cécile, le critère discriminant réside dans son degré de proximité sociale avec les autres utilisateurs, elle réserve Foursquare à sa sphère intime, considérée plus réceptive et supposée plus indulgente envers son usage intensif de la géolocalisation :

« Oui, c’est que des amis proches. C’est pour ça que je checke beaucoup, et pas sur Facebook, parce que sur Facebook, c’est des gens plus éloignés, donc je vais pas les harceler avec ça, qu’ils aient tout le temps mes check-in, alors qu’eux, je m’en fiche, je les connais très bien, donc ça me dérange pas de les harceler. »

Laura, étudiante parisienne de 23 ans, admet également exercer sur Foursquare un contrôle plus strict de sa liste de contacts, mais cette restriction se fonde sur un autre motif que celui de Cécile. La raison de cette vigilance réside dans l’évaluation qu’elle fait des informations partagées : tandis que Cécile considère son activité via Foursquare superficielle et excessive, Laura envisage sa localisation (le possible traçage de ses déplacements) comme une donnée potentiellement sensible, la concernant de façon plus intime, et plus révélatrice d’elle-même qu’un statut laissé sur Facebook. A la différence de Benoît, elle ne répercute pas systématiquement sur le réseau social son activité sur Foursquare, pour éviter à certains de ses déplacements une trop forte visibilité : « En plus, quand je ne le fais pas systématiquement sur Facebook, c’est pour pas que les personnes le voient. », précise-t-elle.

15Restreindre sa liste d’amis et limiter l’intrication des différents réseaux sont les plus sûrs moyens de contrôler le degré de publicisation des données personnelles diffusées via l’application. Interrogé sur la sphère à laquelle il réserve son usage de Foursquare, Samuel, parisien de 28 ans, consultant immobilier, se montre très explicite :

« Loisirs. Oui parce que professionnellement, je ne veux pas que ça se sache où je suis. Comme je travaille dans un secteur où la localisation des dossiers sur lesquels j’interviens a une signification en tant que telle, je ne vais jamais dire : voilà, je travaille sur un dossier à Issy-les-Moulineaux. Parce que si j’ai un collègue ou un client qui par hasard tombe dessus : ah bon, mais tu es sur un dossier à Issy-les-Moulineaux, pourquoi tu ne m’en as pas parlé ? Voilà. On n’est plus en affaires, etc. Donc voilà, donc c’est juste inenvisageable ! Je cloisonne. Aucun collègue. Les collègues, c’est que sur Linkedin. ».

La distribution des sphères relationnelles entre les différents réseaux sociaux a pour finalité d’éviter les zones de friction entre des environnements (familial, amical, professionnel) régis par des codes différents, et diversement permissifs à l’égard de l’exposition de soi. Les risques de brouillage du message, de confusion interprétative, d’interactions conflictuelles sont d’autant plus grands que le nombre de contacts est élevé, et que l’ajout s’opère sans critères distinctifs. De même, l’ampleur de la liste d’amis et son indifférenciation (absence de sous-ensembles) induisent une fluctuation des degrés de divulgation (intime, privé, public) et une incertitude de positionnement. Au sujet de l’écart numérique entre ses listes de contacts et de la restriction opérée sur Foursquare, Clémentine, enseignante de 27 ans, évoque la confusion des sphères induite par l’expansion massive de son réseau et sa résolution de reprise de contrôle :

« Oui. Parce qu’à un moment… le problème, c’est que Facebook, ça a grossi… ça a tellement grossi qu’à un moment, on se demande où est notre intimité ou pas et c’est vrai que moi, j’ai voulu plus restreindre en fait. Et rester dans le contrôle de ce que je veux donner ou ce que je veux pas donner aux autres hein. Je veux pas que… ça soit… indépendant de ma volonté en fait. Je veux contrôler hein. »

  • 9 « Or, cette libéralisation de l’intime, à destination du réseau social constitué en ligne, engage l (...)

16La gestion restrictive de la liste d’amis apparaît donc comme une tentative de résoudre l’équivocité de la publicisation – librement consentie9 – d’informations privées. Pour échapper à la contradiction, les utilisateurs disposent de deux options : expurger leurs publications, ou contenir leur diffusion par la limitation du nombre des destinataires avec lesquels ils entrent dans un contrat de surveillance réciproque (Martin-Juchat F. et Pierre J., 2011, p. 122). En cela, les modes de visibilité en œuvre sur Foursquare correspondent au paradigme du « clair-obscur », tel que le définit Dominique Cardon : « Sur les plateformes en clair-obscur, les utilisateurs sont amenés à arbitrer entre le fait de montrer beaucoup de choses personnelles (des pensées, des récits intimes, des photographie d’eux, de leurs lieux et de leurs amis) et le risque que cette exposition pourrait les révéler aux regards des autres. En effet, le paradoxe de ce genre de site est qu’il est nécessaire de les nourrir en donnant des informations sur soi pour augmenter la capacité relationnelle des profils. […] Il reste cependant que dans l’univers en clair-obscur, le réseau relationnel numérique s’appuie sur des formes d’interconnaissance préalable et qu’il ne peut grossir démesurément en agrégeant inconsidérément des inconnus sans que le capital relationnel qu’il rassemble ne change de nature. […] Les réseaux amicaux qui se construisent sur les plateformes en clair-obscur s’appuient sur un zonage relationnel préalable. Ils recensent des personnes qui se connaissent déjà effectivement dans le monde réel et ne s’étendent vers des inconnus que lorsque ceux-ci appartiennent au périmètre des connaissances possibles dans le monde réel. » (Cardon, 2008, p. 111) Si, Foursquare s’apparente à un réseau en clair-obscur, où l’utilisateur s’expose de façon restrictive, c’est que toutes les informations qui y sont diffusées revêtent potentiellement une dimension identitaire. Mais cette dimension, loin de ne représenter qu’un risque (dévoilement involontaire), peut être utilisée comme un moyen de modeler sa mise en visibilité (se donner à voir, se mettre en scène). La géolocalisation peut donc constituer un moyen efficace de communication sur soi, voire même de promotion de soi.

Contrôle de son image et promotion de soi

17La plupart des enquêtés s’accordent à reconnaître la préservation d’une bonne image de soi comme une considération ayant une incidence sur leur usage de Foursquare (choix du lieu des check-in, des endroits conseillés), sans en faire la finalité de leur présence sur la plateforme. L’élaboration d’une image positive de soi ne serait pas le but qu’ils assignent à l’application, mais une préoccupation secondaire induite par son utilisation. Si Benoît revendique la dimension identitaire des informations diffusées sur Foursquare, c’est qu’il affirme y trouver un moyen de partage, de communication autour de points communs :

« Ouais, je pense que ça cible un peu la personne. On sait où elle aime aller, ce qu’elle aime faire. Du coup ça peut… ouais, ça peut donner des renseignements sur les personnes… voilà… des centres d’intérêt "ah ben tiens, toi aussi t’es allé là, qu’est-ce que tu en as pensé ?", ça fait faire… être objet de discussion et… : Oui, peut-être oui, c’est… oui, ça montre que je… j’adore le cinéma, que j’aime aller au restaurant, que j’aime sortir euh… ouais, c’est pour… ouais, c’est pour partager. Ouais, voilà. Je pense que ça donne une carte un peu de la personne en fait, de ses endroits de prédilection, euh… ce qu’elle aime faire, où elle aime aller. Je pense pas que ça soit nocif… je le vois… je le vois d’un bon œil. »

Les indications concernant ses déplacements et les lieux qu’il fréquente apparaissent au jeune homme comme autant d’indices renvoyant à sa personnalité, ses goûts et centres d’intérêt, comme autant de moyens d’initier une discussion sur des sujets qu’il aime, des domaines dans lesquels il a des connaissances, sinon une certaine expertise (il tient un blog culturel). La géolocalisation transparaît, à travers ses propos, dans ses deux dimensions communicationnelles : celles d’une communication interpersonnelle, et d’un discours autocentré à vocation identificatoire.

18La dimension identitaire de la communication géolocalisée s’inscrit le plus souvent dans une perspective, plus ou moins stratégique, de gratification. De façon humoristique et distanciée, Clémentine admet la part que joue la gestion de l’image de soi dans ses propres pratiques de géolocalisation :

« Ah oui, est-ce que c’est une histoire d’image ? Oui, ben il y en a toujours une petite part quand même, je pense qu’on est tous… Oui, c’est… Même si c’est pas le but premier, je pense qu’inconsciemment on a toujours… se dire "moi, j’étais au Comptoir général, j’étais aux Buttes Chaumont". Je pense que ça fait toujours plaisir de… de montrer que… on fait des choses en fait. »

Elle revient plus précisément sur l’un de ses derniers check-in :

« Le Cosy, c’est un bar, à Paris, très sympa. Bar restaurant. Là aussi j’étais allée avec des amis. Ben toujours c’est un peu… euh… toujours la même chose… On est là, ensemble, on prend un verre. : oui, voilà, sympa et peut-être un peu cool ! Oui, c’est pour montrer que je suis en train de boire un verre. Pour peut-être en rendre certains jaloux en fait. Aussi un peu. »

Rendre visibles ses sorties via Foursquare permet de faire évaluer à autrui la fréquence et l’intensité de sa vie sociale, la qualité de son maillage relationnel, sa faculté d’intégration au sein d’un réseau amical. C’est donner à voir de soi l’image valorisante d’une personne appréciée, sociable, vivante et dynamique, avec qui il est agréable – si ce n’est bénéfique – d’entrer en relation : quelqu’un qui gagnerait à être fréquenté.

19Le processus de valorisation passe par la sélection précise des endroits où l’on se situe, où l’on se donne à savoir. Interrogé sur le choix des lieux où il effectue ses check-in, Samuel énumère un certain nombre de critères spécifiques :

« Soit des lieux un petit peu insolites. Alors par rapport à moi, style de vie, etc. Soit des lieux un petit peu, un petit peu, enlevés, soit des lieux, je sais pas, parce que voilà, à ce moment-là, ça m’amuse. J’essaie de faire attention ! Je vais rarement checker que je suis chez Auchan Bagnolet. »

Deux de ses plus récents check-in ont eu lieu à Londres, à la Tate Modern, durant sa visite de l’exposition Damian Hirst, et au Tate Modern Restaurant, à l’heure du déjeuner. La dimension culturelle de l’activité ainsi relayée, associée au prestige du lieu et à la notoriété de l’artiste, constituent des critères de distinction sociale (Bourdieu, 1979), qui correspondent à la catégorie socioprofessionnelle élevée et la sphère relationnelle privilégiée dont il se revendique (de façon spontanée au cours de l’entretien, il fait plusieurs fois référence à ses études à Sciences Po et à HEC, ainsi qu’à la qualité de son réseau amical, principalement composé de camarades de promotion et de journalistes). Dès lors, la géolocalisation s’affirme comme un instrument de différenciation.

20Cette différenciation peut elle-même relever d’une véritable stratégie de promotion de soi, chaque action sur le site (check-in, conseils, liste de lieux favoris) s’insérant de façon cohérente dans une configuration homogène d’informations valorisantes. Disposant d’une liste de 253 contacts particulièrement imposante pour la plateforme, Grégoire, parisien de 25 ans, consultant nouveaux médias, recense sur son profil Foursquare, à la manière d’un guide, les endroits à la mode et les sites prestigieux qu’il fréquente dans la capitale. Dans la rubrique « conseils », le jeune homme, pêle-mêle, partage ses bonnes adresses et énumère les lieux médiatiques dans lesquels il intervient. Son dernier conseil en date concerne « Secret Square, Club de striptease », qu’il évalue en termes particulièrement élogieux : « Extraordinaire, un lieu d’une grande classe, ambiance unique à Paris. », de sorte que son commentaire désamorce la connotation de vulgarité qui pourrait être associée aux activités de l’endroit, pour faire de ce dernier un lieu rare (« unique »), et élitiste (« grande classe »). Désignant RMC comme son « bureau », il se présente lui-même comme un guide potentiel : « Contactez Grégoire pour visiter les studios de RMC », conférant à la radio la qualité de monument. Entre bars à cocktail et médias parisiens, il signale l’Exahle Spa, une salle de yoga new-yorkaise, qu’il juge « very cool after rooftop’s swimming pool ». A ces conseils, peu accessibles dans les faits à l’internaute moyen, s’ajoutent les listes thématiques de ses lieux favoris. Dans la catégorie « Tables », apparaissent « Guy Savoy », « Le Pré Catelan », et « Pierre Gagnaire », bénéficiant tous trois de trois étoiles au guide Michelin. Dans la catégorie « Nights », sont désignés le « Silencio », club conçu par le réalisateur David Lynch en référence à son film Mullholland Drive, ou encore la célèbre discothèque « Le Baron ». Ses check-in n’échappent pas à la règle, et sont aussi effectués dans des endroits « tendance ». Cette cartographie de lieux « hype » dessinent le portrait de Grégoire : celui d’un parisien branché, noctambule, hédoniste, bénéficiant d’une situation sociale inaccoutumée à son âge, jouissant avec délectation d’un luxe ostentatoire. On perçoit ici à quel point la géolocalisation peut relever de procédés de différenciation, d’identification, ou d’autopromotion, et servir d’instrument à l’élaboration d’une image fortement valorisée de soi. Néanmoins, il nous faut rappeler, avec Fabienne Martin-Juchat et Julien Pierre, que cette modalité d’écriture de soi en ligne ne se cristallise pas dans un tracé pérenne et totalement maîtrisé, mais inscrit l’identité numérique dans le flux des lectures et réinterprétations successives pouvant être faites des traces laissées sur l’interface par des acteurs plus ou moins proches de l’utilisateur. « Ainsi, la sémiotisation de soi, qui tend à construire une identité – ici numérique, ne doit pas faire oublier qu’elle se déroule dans un univers informatique, hyper codé et hyper lié, où les traces des activités et des affects engagés dans une interface numérique peuvent être réinterprétées en aval, de manière non consciente par leurs auteurs et de façons multiples par toute une série d’acteurs : les proches comme les propriétaires du site Web, ainsi que toute organisation, commerciale ou non, ayant accès – légalement ou incidemment – à la base de donnée de Facebook. » (Martin-Juchat F., Pierre J., 2011, p. 122).

Conclusion

  • 10 Les aspects ludiques (gain de points, concurrence pour un titre de « mayor ») et les avantages écon (...)

21Loin d’être anodin, l’acte de géolocalisation constitue un acte de discours hautement signifiant. Qu’il s’agisse d’informer de ses déplacements un nombre restreint de contacts (dans le but éventuel de favoriser la rencontre), ou de dessiner les contours d’une identité narrative (Ricœur, 1988), la trace géolocalisée se présente comme un signe livré à l’évaluation d’autrui, et destiné à sa lecture : la mise en visibilité s’apparente à une volonté de lisibilité. Entre interpellation de l’autre et production de soi, la géolocalisation relève d’un acte de communication configuré tant par la démarche intentionnelle de son producteur que par la posture interprétative de ses destinataires. Les usages faits de ces services – tels qu’ils émergent des entretiens constituant notre corpus – sont particulièrement révélateurs des attentes des utilisateurs en termes d’élaboration et de promotion de l’image de soi. Il ressort en effet, des traces et déclarations analysées, que la cartographie spatiale dans laquelle évolue l’individu peut être envisagée dans une dimension identificatoire : signaler ses coordonnées, se situer dans un environnement géographique, équivaut à se situer dans un milieu social, avec ses codes, ses normes, ses pratiques et espaces. Traçant une continuité – si ce n’est une équivalence – entre les représentations associées à un lieu et la représentation de soi, la position géographique revendiquée publiquement dénote une posture identitaire, et renvoie implicitement à un positionnement social. Il convient cependant de rappeler ici que les usages de Foursquare étudiés lors de cette enquête qualitative ne sauraient être considérés comme exhaustifs et exclusifs.10

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU P. (1979), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de minuit, 672 p.

CARDON D. et DELAUNAY-TETEREL H. (2006), « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, n° 138, 2006/4, La Découverte, pp. 15-71.

CARDON D. (2008), « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, n° 152, 2008/6, pp. 93-137.

CARDON D. (2011), « Le citoyen 2.0 et la ville : lequel façonne l’autre ? », revue M3 – Société urbaine et action publique, dossier ‘La ville numérique’, n° 1, pp. 53-56.

FOUCAULT M. (2001), Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 1736 p.

GALINON-MELENEC B. (dir) (2011), L’Homme trace, Paris, CNRS Editions, 410 p.

GRANJON F. et DENOUËL J. (2010), « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, vol. 1, n° 1, pp. 25-43.

GRANJON F. (2011), « De quelques pathologies sociales de l’individualité numérique », Réseaux, n° 167, 2011/3, pp. 75-103.

JEANNERET Y, (2011), « Complexité de la notion de trace », In : GALINON-MELENEC B. (dir) (2011), L’Homme trace, Paris, CNRS Editions, pp. 59-86.

MARTIN-JUCHAT F., PIERRE, J. (2011), « Facebook et les sites de socialisation : une surveillance librement consentie », In : GALINON-MELENEC B. (dir) (2011), L’Homme trace, Paris, CNRS Editions, pp. 105-125.

MERZEAU L. (2009), « Du signe à la trace : l’information sur mesure », In : ARNAUD M. et MERZEAU L. (dir.) (2009), Hermès, n° 53, pp. 23-29.

RALLET A. et ROCHELANDET F. (dir.) (2011), Réseaux, n° 167, ‘Données personnelles et vie privée’, La Découverte, 236 p.

RICŒUR P. (1988), « L’identité narrative », Esprit, n° 7-8, pp. 295-304.

ROCHELANDET F. (2010), Économie des données personnelles et de la vie privée, Paris, La Découverte, 125 p.

Haut de page

Notes

1 D’après les chiffres de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) concernant la diffusion, en France, des technologies de l’information et de la communication (téléphonie fixe et mobile, internet, micro-ordinateur), le taux d’équipement des Français (de plus de 12 ans) en téléphones mobiles était de 70% en 2005, et de 85% en décembre 2011. [Source : http://www.arcep.fr]

2 Projet réunissant, en partenariat avec la CNIL, les laboratoires SENSE (Orange Labs) pour le versant sociologique, ADIS et CERDI (Paris XI) pour les volets économique et juridique.

3 Nous postulons ici, à la suite d’Yves Jeanneret, que les traces laissées par les utilisateurs des réseaux sociaux ne se limitent pas à des traces d’activité, mais relèvent d’une opération scripturale, l’individu inscrivant sa pratique dans la trame textuelle du site (entrecroisement des statuts et commentaires postés au sein de son groupe de contacts). Toute activité, sur les sites de réseaux sociaux, inclut sa propre mise en scène (mise en mots et en images) ainsi que l’anticipation des lectures et interprétations qui peuvent en être faites. « Si l’on veut donner une interprétation sociale, culturelle, politique du traitement des "traces" sur l’Internet […], il faut, pour se situer dans une perspective socio-sémiotique, admettre qu’il ne s’agit pas de simples traces d’activité, mais de traces d’usages inscrites dans un texte : les pratiques sont représentées et stimulées dans le texte, dans la mesure où elles ont été écrites, introduites dans l’ensemble intertextuel des écrits présents sur le réseau et ont en outre été rendues dynamiques par les possibilités opératoires offertes par le dispositif médiatique de l’Internet. Cette inscription comporte deux caractères déterminants pour toute interprétation sociopolitique : d’une part l’écriture sémiotise la pratique, c’est-à-dire qu’elle propose, non une activité, mais un scénario et un programme de cette activité, car elle a, comme on vient de le voir, la capacité de présenter à la fois au lecteur la trace d’une activité effectuée et la figure anticipée d’une activité possible ; d’autre part cette activité est une médiation, qui se définit à la fois par la logique sociale qui la porte et par la mobilisation des ressources du média ». JEANNERET Y. (2011), « Complexité de la notion de trace », In : GALINON-MELENEC B. (dir), L’Homme trace, CNRS Editions, pp. 70-71.

4 La chaîne Starbucks Coffee, par exemple, propose une remise d’1€ sur la consommation de certains produits aux « mayors » de chacun de ses points de vente. L’intégration de Foursquare dans la stratégie communicationnelle de la marque apparente l’application à une carte de fidélité 2.0.

5 L’application Foursquare fournit sur tous les lieux référencés des informations telles que l’adresse et le plan d’accès. Effectuer un check-in permet donc d’indiquer précisément à ses contacts les coordonnées de l’endroit où l’on se situe. On peut associer au check-in un commentaire sur le lieu ou ce que l’on y fait.

6 « Si dix personnes doivent nous rejoindre, envoyer un texto à 10 personnes, c’est euh... Enfin, suivant les portables qu’on a, rentrer les 10 numéros et voilà, c’est beaucoup plus simple si tout le monde a Foursquare, de se dire : ah ! Ils sont là. Bon, ok. », explique Myriam, étudiante de 21 ans, pour justifier l’utilisation substitutive de Foursquare en lieu et place de sms.

7 Passant de 10 millions à 20 millions d’inscrits entre 2011 et 2012, Foursquare a doublé en un an son nombre d’utilisateurs, pour un total de 2 milliards de check-in recensés sur les deux dernières années (2010-2012).

8 Source : http://blog.lefigaro.fr/medias/2012/04/facebook-derniers-chiffres-et.html

9 « Or, cette libéralisation de l’intime, à destination du réseau social constitué en ligne, engage le titulaire du compte dans un contrat de surveillance mutuelle. Nous avons constaté que cette surveillance n’était pas considérée comme une contrainte, mais comme un jeu, voire comme une banalité. […] Néanmoins, et par voie de conséquence, ce contrat nous rappelle qu’Internet est un espace documentaire, où tout fait trace. D’abord, les conversations ne sont plus volatiles, mais scripturales. Ensuite, l’interface du site Web propose des fonctionnalités d’adhésion (le bouton "J’aime", les pages Facebook) qui procèdent à l’enregistrement informatique de ce que nous rapprochons de la notion d’affect. ». MARTIN-JUCHAT F. et PIERRE J. (2011), « Facebook et les sites de socialisation : une surveillance librement consentie », In : GALINON-MELENEC B. (dir), L’Homme trace, Paris, CNRS Editions, p. 122.

10 Les aspects ludiques (gain de points, concurrence pour un titre de « mayor ») et les avantages économiques (obtention d’une réduction, consommation gratuite) évoqués de façon marginale par les 8 utilisateurs interrogés, n’ont volontairement pas fait l’objet d’une analyse approfondie dans cet article plus spécifiquement consacré à l’angle communicationnel de l’utilisation du site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Crumière, « La communication géolocalisée : interactions sociales et mise en visibilité de soi sur le réseau Foursquare », Netcom, 26-1/2 | 2012, 97-110.

Référence électronique

Christelle Crumière, « La communication géolocalisée : interactions sociales et mise en visibilité de soi sur le réseau Foursquare », Netcom [En ligne], 26-1/2 | 2012, mis en ligne le 02 décembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/615 ; DOI : 10.4000/netcom.615

Haut de page

Auteur

Christelle Crumière

Maître de conférences à l’Université du Havre – IUT, Laboratoire UMR IDEES/CIRTAI christelle.crumiere@univ-lehavre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org