Navigation – Plan du site

Amateurisme cartographique et géographique à l’heure du web 2.0

Questionnement autour de la néogéographie
Henry Bakis et Jérémie Valentin
p. 109-132

Résumés

La production et la diffusion du savoir géographique subissent d’amples transformations avec l’apparition du web 2.0 et celle des globes virtuels (Google earth de Google, Virtual earth de Microsoft, Worldwind de la NASA). Une production d’intérêt géographique en résulte, hors des milieux qui, jusqu’à ces dernières années, en étaient les initiateurs et les utilisateurs obligés : Universités, organismes de recherche, géographes professionnels, Etats, ONG, militaires, producteurs de cartes et d’imagerie satellite… Cet article fait le point sur ces nouveaux usages et tente d’en percevoir la spécificité et les enjeux. À partir d’un état des lieux autour de la notion de néogéographie, il présente les quatre actions fondamentales de cet univers (géolocaliser, créer, réagir et contester).

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’une recherche dont une étape a été présentée au Colloque international « Modèles d’ici et d’ailleurs : La société de l’information en ses territoires », Saint-Louis du Sénégal, 08-11 Juin 2009.
* Problématique, analyse documentaire (recherches sur Internet), rédaction : H. Bakis et J. Valentin. Recherche, études de cas, tableau synthétique et illustrations originales : J. Valentin dans le cadre d’une thèse dirigée par H. Bakis.

Texte intégral

Introduction

1La géographie a toujours été influencée par des innovations techniques qu’elle a su utiliser. A l’heure de la généralisation des Technologie d’Information et de Communication tout le monde fait de la géographie comme M. Jourdain faisait de la prose.

  • 1 Usages permis par l'accès illimité et l'augmentation des capacités de transfert.
  • 2 Les mondes miroirs ou globes virtuels, sont des globes terrestres virtuels façonnés grâce à l’assem (...)

2Dans l’environnement TIC, des systèmes de plus en plus performants sont disponibles, qui mettent en valeur les possibilités offertes par la convergence des industries du multimédia, de l’informatique, de l’électronique et des réseaux de télécommunication. Cet environnement a intégré les usages de l’Internet1 dans les années 1990 et celui des espaces virtuels (ludiques ou non). Les années 2000 lui ont ajouté de nouveaux usages. Ces usages résultent de l’évolution des technologies (web 2.0 ; globes virtuels2), elle-même rendue possible par l’offre de « connexion illimitée » des fournisseurs d’accès internet (FAI) d’une part et l'augmentation des capacités de transfert des données d’autre part.

3Cet article entend faire le point sur ces nouveaux usages et tentera d’en percevoir la spécificité et les enjeux ainsi que leurs implications pour la géographie. Le cyberespace moderne propose une palette d’outils qui permet à tout individu, avec certaines bases dans le maniement des outils informatiques, de pouvoir créer et diffuser du savoir géographique. Pour faire simple, tout individu est un géographe potentiel. Mais quel est cet « amateurisme » géographique, comment se définit-il ? Suite à cet état des lieux théorique centré sur la notion phare de « neogeography », cette nouvelle manière de faire de la géographie sera présentée. À partir de cet état des lieux, les nouveaux usages pourront être resitués ainsi que leurs conséquences théoriques. Ce n’est qu’à partir d’un tel état des lieux que pourront être évalués les usages et leurs conséquences sur une remise en cause théorique de la « neogeography ».

La néogéographie c’est quoi ?

4Des auteurs de langue anglaise, souvent précurseurs dans l’étude du cyberespace (Martin Dodge, Rob Kitchin, Howard Rheingold), ainsi que l’espagnol Manuel Castells3 font aujourd’hui office de référence sur les nouveaux usages spatiaux du cyberespace Un néologisme apparaît sous la plume des auteurs: « neogeography ». Ce terme n’est pourtant pas né avec les usages du cyberespace4. La définition contemporaine du terme, c’est-à-dire une géographie faite par tous et avec les nouveaux outils du cyberespace, est quant à elle attribuée à Randall Szott du blog PlaceKraft (07/04/2006) repris très rapidement par Eisnor Di-Ann, co-créateur de Platial.com (11/07/2006). La néogéographie se définit selon Randall Szott (2006) comme « un ensemble diversifié de pratiques qui s’opèrent en dehors ou à côté, ou à la manière des pratiques des géographes professionnels »5.

  • 6 Centre for Advanced Spatial Analysis, http://www.casa.ucl.ac.uk/
  • 7 Turner Andrew (2006), Introduction to Neogeography. London, O’Reilly Media, 54 p.
  • 8 Hudson-Smith Andrew (2008), Digital geography, geographic visualisation for urban environments. Lon (...)

Par la suite des chercheurs tels que Andrew Turner et ceux du collectif CASA de l’université de Londres6 ont produit certains documents autour de cette notion. Andrew Turner définit alors la néogéographie comme « des techniques géographiques et des outils utilisés pour des activités personnelles ou par un groupe d'utilisateurs non expert […] neogeography signifie «nouvelle géographie» et se compose d'un ensemble de techniques et outils qui ne relèvent pas du domaine des SIG traditionnels »7 Définition completée par Andrew Hudson-Smith dans son livret Digital Geography, pour qui « c’est une géographie de tous les jours faites par des personnes qui utilisent les techniques de web 2.0 pour créer et superposer leurs propres informations dans des systèmes qui reflètent le monde réel »8.

La néogéographie comme concept central

5La neogeography anglo-saxonne se définit donc avant tout comme un nouvel usage d’outils disponibles depuis le cyberespace, non pas professionnel, mais un usage amateur, un usage commun. Cette neogeography anglaise, tout à fait pertinente dans son approche des usages, s’attache à ne définir qu’un seul aspect des nouveaux usages. Ce concept n’aborde qu’une partie des problématiques soulevées par la mutation des relations individus / discipline. Elle concerne un amateurisme géographique qui se démocratise avec l’usage de divers espaces virtuels en condition de pré-visualisation de l’espace. Couplés, ces deux types d’usages alimentent sans doute des problématiques plus larges reflétant la complexité des usages du cyberespace en relation avec la géographie. Se limiter à la démocratisation des outils cartographiques que définit la néogéographie, c’est faire l’impasse sur des problématiques elles aussi éminemment géographiques. Dès lors les thématiques classiques de la géographie des TIC telles les fractures, les dépendances, la requalification de la distance s’inscrivent en filigrane dans l’étude des usages individuels et communs des nouveaux outils et solutions web. Mais la néogéographie n’est pas l’unique approche théorique.

De la géographie volontaire au géoweb

6Pour être complet dans ce tour d’horizon théorique, il est également important de faire référence à la géographie naïve : cette théorie se base sur un concept qui définit la géographie naïve comme une sorte de géographie instinctive (innée) : tout individu utilise quotidiennement un raisonnement géographique naturel pour utiliser l’espace géographique. C’est ce raisonnement géographique naturel qu’il faut en quelque sorte informatiser pour rendre les outils SIG plus performants et plus accessibles. On distingue deux méthodologies différentes :

  • la formalisation de tâches ou sous-problèmes mis en œuvre par le raisonnement géographique naturel de sorte que les programmeurs puissent mettre en application des simulations informatisées;

    • 9 Egenhofer M. J., Mark D. M. (1995), « Naive Geography », In Frank, A. U., Kuhn, W., eds., Spatial I (...)

    l’évaluation des modèles formels (dans quelle mesure ces modèles rendent l’activité humaine). Cela permet d’affiner les modèles afin de les faire approcher le plus étroitement possible de la perception humaine et de la pensée9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

Cette notion, antérieure à la néogéographie, se définit comme un champ d’étude qui doit permettre aux outils SIG de se démocratiser et d’être utilisés par le plus grand nombre10. Mais ce champ de recherche doit avant tout rendre les outils SIG plus performants, plus instinctifs, plus adaptés à l’être humain et à son espace, le tout porté par une technologie de plus en plus présente et performante. Ce scénario considéré comme un rêve par les auteurs (Egenhofer, Mark) dans leur article de 1995 : « La plupart des SIG exigent une vaste formation, les utilisateurs devant être familiarisés non seulement avec la terminologie de la conception de système, mais aussi avec les normes employées pour représenter des données géographiques et pour en tirer une information géographique. »11 - les SIG restant pour eux inséparables d’une formation complexe - est en passe aujourd’hui de prendre forme d’une manière différente. S’il y a bien démocratisation des outils SIG, elle n’est pas uniquement due à une recherche sur la pensée géographique instinctive12: l’objectif des développeurs est plutôt de créer un lien entre la pensée géographique et la manière de développer les modèles qui analysent l’espace13.

7Dans le cas de la néogéographie, la démocratisation des outils du géographe passe également par une simplification d’usage des outils (dans le sens plus instinctif), mais elle passe aussi par la démocratisation du cyberespace et des idées qu’il véhicule. On pense alors à la philosophie « open source » ou wiki qui permet, sous l’impulsion de quelques-uns, d’avoir accès et de modifier librement des logiciels ou du contenu. La puissance du naïf ou de l’instinctif espérée par la géographie naïve a été supplantée par la puissance de la communauté ! La géographie naïve, même si elle emprunte des axes communs à la néogéographie, n’est en aucun cas comparable empiriquement à cette dernière. Néanmoins il est envisageable que la vulgarisation des outils SIG qui définit la néogéographie signe le réveil ou la concrétisation d’une géographie naïve latente chez tout individu.

En retournant le sens de la réflexion géographie naïve et néogéographie sont directement liées. Les nouveaux usages cartographiques et géographiques d’outils disponibles dans le cyberespace sont possibles par la mise à disposition d’outils simplifiés afin de permettre à tous d’expérimenter la création. Les concepteurs qui vulgarisent ces outils ont réussi à programmer différemment des produits grâce à une réflexion proche de la géographie naïve. La néogéographie serait alors la conséquence de la géographie naïve vectrice de la vulgarisation des outils SIG. Phénomène auquel il faut aujourd’hui ajouter le rôle des utilisateurs communs et des communautés qui s’expriment par le web. La néogéographie serait alors une géographie naïve dopée par le web 2.0.

  • 14 Goodchild M.F. (2006), « Geographical information science: fifteen years later », in P.F. Fisher, C (...)

8Enfin quand on évoque la néogéographie ou la géographie naïve il est important de citer le géographe américain Michael Goodchild. Ce géomaticien lauréat du prix Vautrin Lud 2007 évoque la mise en marche d’une « nouvelle » utilisation des SIG (2006) qu’il nommera ultérieurement VGI pour volunteered geographic information (ou géographie volontaire). Il pressent alors un changement de paradigme dans les rapports avec les outils affiliés aux SIG, sous l’influence grandissante des globes virtuels. Selon lui « aujourd’hui un enfant de 10 ans peut accomplir, grâce à une interface simplifiée et quelques minutes d’instructions, une tâche qui, auparavant, aurait exigée une année de cours universitaire »14.

  • 15 Goodchild M.F. (2008), « Spatial accuracy 2.0 », in J.-X. Zhang, M.F. Goodchild (2008), Spatial Unc (...)
  • 16 Ibid.

9Par la suite, l’auteur à la fois contemplatif et dubitatif face à ces mutations met en avant le rôle de l’intelligence collective et de la masse (ou multiplication) des sources, base de cette géographie volontaire. Néanmoins elle manque cruellement de précision donnant en exemple des erreurs de géoréférencement présentes sur les globes virtuels pourtant fer de lance de ces nouveaux usages (Goodchild 2008)15. Parallèlement il aborde, et cela de manière plus classique, le problème de validité et de qualité des productions issues de cette nouvelle manière de consommer les SIG. Car les individus, sans aucune formation en sémiologie, produisent du contenu souvent peu vérifié : « En revanche la géographie volontaire est simplement ‘affirmée’, par des individus sans expérience, sans formation, sans connaissance des normes. Il y a, par exemple, pas de normes concernant la relation entre une entrée enregistrée dans Wikimapia et l’entrée réelle ; alors que il y a souvent des normes détaillées concernant la qualité des nomenclatures officielles. »16.

  • 17 Goodchild M.F. (2007), « Citizens as sensors: the world of volunteered geography », in GeoJournal 6 (...)

10Cette géographie volontaire s’organise autour de plusieurs éléments clés : le contenu généré par l’utilisateur (user-generated content), l’intelligence collective (collective inteligence), la multiplication des sources (crowdsourcing) et l’information « affirmée » (asserted information). Mais le plus intéressant dans la réflexion de Goodchild reste sa vision des géographes volontaires, qu’il perçoit comme des capteurs, chacun des 6 milliards d’individus est alors un capteur potentiel (Goodchild 2007)17. Selon l’auteur cette géographie « top-down » a une extraordinaire force qui s’exprime pleinement dans la cadre d’un événement catastrophique. Le cas d’Haïti est exemplaire en ce sens, la communauté de « géographes volontaires » ayant été particulièrement active après le tremblement de terre de janvier 2010 (voir ci-après).

  • 18 Ibid.

11Hormis les réflexions sur la qualité des productions, sur l’influence des technologies web 2.0, sur le manque de précision des globes virtuels, sur l’effacement des institutions étatiques et sur la fracture entre ceux qui ont accès aux outils et les autres, Goodchild est l’un des rares auteurs à explorer la question du désir et de la motivation individuelle. Pourquoi un individu géoréférence-t-il un lieu ? Pourquoi souhaite-il s’investir dans la géographie volontaire (Goodchild 2007)18 ?

  • 19 Ibid,
    Goodchild M.F. (2009), « Neogeography and the nature of geographic expertise », in
    Journal of (...)

12Selon Goodchild, l’auto promotion, le désir d’être le premier, d’être celui qui a géoréférencé ce lieu restent les principales motivations qui poussent un individu étranger à la géographie et aux SIG à franchir le pas. De cette auto satisfaction à produire découle souvent le plaisir de voir cette production partagée et donc utile aux autres. Car la motivation du « géographe volontaire » s’accompagne selon l’auteur d’une certaine croyance dans le web 2.0 et les valeurs qu’il véhicule implicitement – produire quelque chose pour les autres, pour le bien, pour le partage, pour la connaissance, particulièrement pour un espace dans lequel il n’y a pas de données ou un accès censuré à ces dernières (Goodchild 2007, 2009)19.

13Cette vision confère au terme volontaire tout son sens, mais ce dernier n’est-il pas réducteur en s’employant avec geographic information (VGI). Les nouveaux usages permis par l’apparition de nouveaux outils concernent-ils seulement la géographie technologique et donc l’univers des SIG ?

  • 20 Maguire D. (2007), « GeoWeb 2.0 and volunteered GI ». Workshop on VGI, Santa Barbara.
  • 21 Crampton J. (2009), « Cartography: maps 2.0 », in Progress in Human Geography, vol. 33 (1).
  • 22 Haklay M. (2008), « Web Mapping 2.0 : The Neogeography of the GeoWeb », In Geography Compass, vol. (...)
  • 23 Joliveau T. (2009), « Web 2.0 futur du Webmapping avenir de la géomatique ? » Géoévenement, Paris, (...)
  • 24 Mericskay Boris, Roche Stéphane (2008), « Cartographie numérique en ligne nouvelle génération : imp (...)
  • 25 Ibid.

14Parallèlement à ces approches, il existe toute une série de termes et de concepts souvent utilisés et très proches de la néogéographie. La plupart de ces termes se dotent du suffixe 2.0 afin d’illustrer la vague communautaire et participative qui déferle sur la création de contenu géographique. On parle alors de géoweb 2.020, de Maps 2.021, de Web-Mapping 2.022 et de géomatique 2.023. Certains chercheurs préféreront le terme « participatif » comme Boris Mericskay et Stéphane Roche24, qui abordent les usages des nouveaux outils géographiques selon des problématiques de gestion urbaine participative, à travers par exemple des WikiSIG, sorte de quintessence du participatif : « Un WikiSIG donne accès à la carte « en train de se faire ». L’important est davantage dans le processus que dans le produit fini. Ce renversement de paradigme est intéressant dans un contexte de travail collaboratif où chacun apporte sa contribution à un projet commun. La carte est en mesure de devenir un outil de lecture des dynamiques de construction des savoirs spatialisés et de traçabilité des représentations spatiales. On peut ainsi retracer l’évolution d’un projet selon les types d’acteurs impliqués (citoyens, aménageurs, partenaires ou élus) et mieux cerner leurs représentations du territoire. »25.

  • 26 Clark Jessica (2008), « The new cartographers », in In these time, 29 février 2008, document en lig (...)

15Toutefois, quelque soit la terminologie utilisée (néo, amateur, volontaire, 2.0), la remise en cause des processus de création et de diffusion du savoir est claire, principalement au travers des représentations cartographiques. Ces dernières deviennent une véritable alternative d’expression comme le souligne Jessica Clark (2008) « Pour certains, la cartographie est devenue une nouvelle langue vivante, une manière d'interpréter le monde, de trouver les gens aux vues similaires et de faire des choses nouvelles parfois radicales, aux perspectives visibles. [...] Dans l'ensemble, cependant, la démocratisation de la cartographie et des outils de visualisation génère des possibilités d'auto-expression et d'action sociale.»26

  • 27 Gould P., Bailly A., Harley B. (1995), Le pouvoir des cartes, Brian Harley et la cartographie. Pari (...)

16Les cartes glissent d’un langage exclusif vers un langage commun à travers lequel tout le monde peut s’exprimer, proche d’une vision postmoderne de l’usage des technologies. Car comme le soulignait judicieusement Harley, Gould et Bailly dans leur ouvrage Le pouvoir des cartes27 , la cartographie est un langage du pouvoir et non de la contestation. Aucune expression populaire de la cartographie n’existe comme il peut en exister pour d’autres formes d’expression. Alors qu’elle devient support artistique (cf. référence), la cartographie amateur, fruit de l’avancée technologique, sera-t-elle la première pierre d’une expression populaire passant par la carte et la géographie ? Sera-t-elle un nouveau langage populaire ?

17Avant de pouvoir répondre à de telles questions il semble important de procéder par étape. Quel est ce langage ? Quels en sont les codes ? Quels sont ces outils qui permettent à tout individu de toucher du doigt le monde de la géographie ? Que permettent-ils vraiment de faire ? Sont-ils des outils de découverte ou des outils de production ?

A quoi sert la néogéographie ?

18Pour répondre à cette question nous nous sommes demandés quelles étaient les possibilités offertes par l’univers de la néogéographie. Cet état lieux synthétique se divise en quatre actions qui reflètent semble-t-il une grande majorité des pratiques « amateurs ».

Que peut-on faire avec les outils de la néogéographie : annoter et géolocaliser

19L’activité la plus populaire et la plus répandue est sans doute la géolocalisation et l’annotation de lieux. Ces deux termes regroupent et symbolisent la majorité des pratiques de l’univers de la néogéographie. Ce sont à la fois les randonneurs qui tracent leur parcours par GPS pour ensuite les partager sur une plateforme web, ou bien les clients d’un restaurant qui partagent leurs impressions sur un service web depuis leur table.

20Ces services qui se déclinent en version mobile sont devenus la hantise des guides touristiques papier. Ce n’est plus un professionnel qui annote un lieu mais bien une communauté d’utilisateurs qui plus est, instantanément et gratuitement. Ces milliers d’annotations spatiales individuelles sont compilées et ensuite accessibles depuis un service web. Pour l’heure même si certains sites se démarquent, il semble difficile d’en dégager un modèle économique stable. Mais il est intéressant de voir comment les promoteurs de certains de ces services injectent des mécanismes ludiques pour attirer et pousser les individus à utiliser leur service. Ainsi des services d’annotation de l’espace tel Foursquare28 ou des solutions de navigation GPS gratuites comme Waze29 ont recours à des mécanismes ludiques voire vidéo ludiques très efficaces. Par exemple Foursquare attribut des points aux individus qui géoréférencent un lieu et gratifie via un système de badge récompense les individus les plus mobiles. Le service va jusqu’à désigner « maire » d’un lieu l’individu le plus assidu à y partager sa présence. Tandis que Waze, système de navigation gratuit car ne payant pas de fond de carte déjà disponible, encourage les utilisateurs à géoreférencer les rues non couvertes pas leurs services grâce à un système de récolte de points rappelant le célèbre Pac-Man (figure n°1).

Figure 1. Mécanisme de jeu Pac-Man dans le système de navigation GPS Waze

Figure 1. Mécanisme de jeu Pac-Man dans le système de navigation GPS Waze

http://world.waze.com/​, (consulté le 22/02/2010).

Figure 2. Récompense du service d’annotation Foursquare

Figure 2. Récompense du service d’annotation Foursquare

http://foursquare.com/​, (consulté le 29/04/2010).

21On comprend bien que l’objectif, pour les prestataires de services, est d’atteindre une masse critique d’utilisateurs ou « communauté », afin de rendre opérationnel le système et de, pourquoi pas, monnayer les pratiques de l’espace aux annonceurs publicitaires. Alors pourquoi les récompenses ne sont-elles pas financières ?! A noter que certains établissements (aux Etats-Unis) offrent par exemple une boisson gratuite au client « maire » virtuel du lieu géoreférencé.

22Annoter et géoreférencer l’espace est donc une activité très en vogue chez les urbains, d’un certain niveau de vie et sensibles aux avancées technologiques. La multiplication des terminaux mobiles et des forfaits mobiles internet illimités va permettre à des milliers d’usagers de commenter et géoreférencer l’espace. Dès lors expérimenter l’espace, être mobile deviendra une activité génératrice de « cyber-géo-données ».

Que peut-on faire avec les outils de la néogéographie : créer et diffuser des cartes

23Il est naturellement impossible de présenter la totalité des outils et des solutions qui composent l’univers de la néogéographie. La mise en relief de quelques-uns de ces outils devrait suffire à illustrer les différentes options de création qui s’offrent à l’individu.

  • 30 software development kit
  • 31 Application Programming Interface

24La première des possibilités, très populaire consiste à utiliser les SDK30 et API31 des principaux globes virtuels du marché. Ainsi Google, Microsoft et l’IGN offrent différentes solutions web afin de créer des cartes. La qualité cartographique est en général corrélée au niveau de vulgarisation de l’outil ou de l’interface web. Par exemple My Maps de Google permet de créer et surtout d’exporter ses cartes, mais les options offertes restent limitées, comme l’illustre la figure ci-dessous avec la réalisation d’un itinéraire et d’un zonage basique. (figure n° 2).

Figure 3. Captures d’écrans de My Maps (Google)

Figure 3. Captures d’écrans de My Maps (Google)

http://maps.google.fr/​maps?ct=reset, (consulté le 17/12/2009)

Captures d’écran réalisées par Valentin Jérémie (2009)

25Toutefois l’engouement autour de ces outils permet à des milliers d’amateurs de produire leurs propres cartes. Il suffit de se rendre sur Google Maps Mania32 pour découvrir des centaines de cartes plus ou moins amateurs qui mélangent fond de carte issus du web et information personnelle (Mashup).

En dehors de ces possibilités il existe un autre type d’outil (souvent en ligne) dont l’objectif est de faciliter la représentation cartographique des données. Voici deux de ces services web.

26Dans le cadre de l’United Nations Association (UNA) de Norvège, Bjørn Sandvik a mis au point un outil thématique (Thematic Mapping Engine33) permettant de visualiser diverses statistiques via Google Earth (figure n° 3).  Cet outil, qui propose une vingtaine d’indicateurs, tous paramétrables selon quelques options essentiellement de visualisation et temporalité, permet in fine d’obtenir soit une visualisation directement sur le site internet, soit la création d’un fichier .kml, qu’il suffira d’importer comme sous-couche dans Google Earth.

Figure 4. Carte thématique réalisée avec ThematicMapping

Figure 4. Carte thématique réalisée avec ThematicMapping

Nombre d'utilisateur d'Internet pour 100 personnes en 2005

Valentin Jérémie (2008), réalisée avec Thematic Mapping Engine et exportée dans Google Earth, http://thematicmapping.org/​, (consulté le 13/02/2008).

27ManyEyes34 est une solution initiée par le groupe de recherche d’IBM : Collaborative User Experience (figure n° 4). Ce laboratoire créé en 2004 par Martin Wattenberg est animé par le désir de transformer les données numériques en images. Il s’agit là d’un outil hautement plus complet car le portail web fait office de base de données communautaire. Chaque utilisateur peut, s’il le souhaite, importer et partager ses propres données statistiques, afin d’alimenter une source commune de plus de 55000 séries statistiques. Après avoir importé ou choisi des données disponibles, le site propose pas moins d’une vingtaine de solutions de la visualisation, allant du nuage de mots clés à la carte géographique en passant par les classiques histogrammes et autres diagrammes.

Figure 5. Carte thématique réalisée avec ManyEyes

Figure 5. Carte thématique réalisée avec ManyEyes

Nombre d’utilisateur d’internet pour 100 personnes en 2003

Réalisation Valentin Jérémie (2008), réalisée avec ManyEyes, exportée en fichier image http://manyeyes.alphaworks.ibm.com/​manyeyes/​, (consulté le 14/02/2008).

28Ces deux outils, loin d’être les seuls, (depuis peu Google s’est lancé dans l’aventure avec Public Data Explorer35) expriment parfaitement les nouvelles possibilités offertes aux individus. Les deux représentations présentes ci-dessus sont réalisables par tous en contrepartie d’une connaissance informatique relativement faible. N’est ce pas une extraordinaire preuve de la démocratisation du savoir, une chance pour la géographie de demain ? Bien sûr il ne s’agit pas de penser que tout individu deviendra un géographe, le taux de pénétration de ces outils est encore fortement limité, mais ils offrent un potentiel, une possibilité à qui veut s’exprimer par le prisme de la géographie. Même si c’est une fois dans sa vie, l’individu a la possibilité de toucher à la production de représentations longtemps réservés à une certaine élite.

Parallèlement, ces outils de création et de diffusion de savoir géographique multiplient les données accessibles depuis le cyberespace. Ce phénomène pose la question du tri et de la validité de ces informations. Comment éviter la diffusion de représentations erronées ? Comment échapper à la diffusion de contenu mensonger ? En réalité il est quasiment impossible d’espérer pouvoir contrôler ce flux d’information géographique. La meilleure stratégie reste d’enseigner que la maîtrise d’une discipline ne s’acquiert pas seulement au travers de la maîtrise de ses outils. Alors faut-il envisager de  former à cette nouvelle donne scientifique ? Faut-il sensibiliser les jeunes générations aux productions géographiques amateurs ?

Que peut-on faire avec les outils de la néogéographie : réagir

29La libéralisation des représentations aériennes de notre planète, additionnée à la multiplication des services de cartographie transforment petit à petit l’univers de la cartographie en un média ultra réactif. Alors que durant des centaines d’années le délai de production d’une carte était long et complexe, aujourd’hui quelques minutes suffisent à créer, diffuser, partager ou améliorer une représentation graphique de l’espace.

  • 36 Crutcher Michael, Zook Matthew (2009), « Placemarks and Waterlines: Racialized Cyberscapes in Post (...)

30Cette dynamique inédite pour le monde de la cartographie s’illustre pleinement lors d’événements extraordinaires le plus souvent à caractères catastrophiques comme le soulignait Goodchild (2007). Ce fut le cas en 2006 avec l’essor de la cartographie amateur après le passage meurtrier de l’ouragan Katrina36. De même il aura fallu seulement quelques heures pour voir apparaître différentes cartes relatives au crash du vol Rio – Paris AF-447. Mais l’exemple le plus remarquable fit suite au tremblement de terre qui ébranla Haïti en janvier 2010. En quelques heures la communauté de « cartographes du web » et les leaders du marché se sont activés. Rapidement Google a été en mesure de fournir des vues satellites datées de 24 heures après la catastrophe. Les jours suivants, différentes prises de vue sont venues compléter l’offre et ont permis aux premiers services de secours d’exploiter “cartographiquement” ces données (figure n° 5).

Figure 6. Palais présidentiel Port-au-Prince, 24h après le tremblement de terre en Haïti

Figure 6. Palais présidentiel Port-au-Prince, 24h après le tremblement de terre en Haïti

Capture d’écran de Google Maps.

Capture d'écran réalisée par Valentin Jérémie (2010), http://maps.google.fr/​maps?ct=reset, (consulté le 27/01/2010).

31Le phénomène le plus notable de réactivité est à mettre au profit du service OpenStreetMap37. Dans le cas de la catastrophe en Haïti, les responsables d’OpenStreetMap ont lancé un appel à leur communauté afin de mettre à jour rapidement la cartographie de Port-au-Prince. En 48 heures des centaines de modifications ont été faites et ont permis la réalisation d’une cartographie remarquable et extrêmement bien détaillée. Ainsi l’action collective des cartographes amateurs et professionnels s’est transformée en un outil d’aide indispensable à l’organisation cohérente des secours. Le fruit de ce travail est parfaitement visible si on compare une capture d’écran d’OpenStreetMap avant et après la catastrophe (figure n° 6). La capture d’écran faite après le séisme est bien plus complète et s’apparente à une cartographie tout à fait opérationnelle pour l’organisation des secours.

32L’exemple de cette catastrophe est donc riche en enseignements. Tout d’abord il confirme la grande réactivité qui caractérise cet univers de la néogéographie, mais il est surtout révélateur du désir et de la puissance collective s’exprimant par le prisme de la cartographie et donc de la géographie. La néogéographie permet donc l’élargissement des usages de la discipline.

Figure 7. Cartographie de la ville de Port-au-Prince avant et après le tremblement de terre

Figure 7. Cartographie de la ville de Port-au-Prince avant et après le tremblement de terre

Capture d’écran d’OpenStreetMap

Ecrans.fr (2010), http://www.ecrans.fr/​Haiti-Mobilisation-autour-d-une,8961.html, (consulté le 29/01/2010).

Que peut-on faire avec les outils de la géographie amateur : contester

33La néogéographie va-t-elle permettre l’émergence d’une contestation par la cartographie ? Sachant qu’il est devenu facile de créer du contenu et des cartes, pourquoi les individus ne profiteraient-ils pas de cette opportunité pour argumenter et alimenter des dossiers ou toutes autres démarches contestataires ? Malheureusement il n’existe pas de travail à proprement parler sur ce phénomène mais seulement des exemples à la visibilité très limitée.

L’un d’eux oppose des riverains de la Haute Loire au réseau de transport d’électricité français RTE. Cet exemple reflète parfaitement la démocratisation et la libéralisation de la cartographie permises par l’émergence d’une néogéographie. Le contexte est le suivant : RTE, pour des raisons de coûts, privilégie l’installation aérienne de ligne à haute et très haute tension, ce type de réseau est source de nuisances sonores avérées et peut être de nuisances sanitaires pour les citoyens résidant dans un périmètre de 180 mètres sous les lignes. Afin d’obtenir un enfouissement ou un détournement de la ligne, certains résidents se sont regroupés en association et ont entamé des procédures de négociations avec les différents acteurs publics et privés. De ce regroupement est née l’association « nos toits sans fils 38» présidée par Mr. Lucien Fayard.

34Lors des réunions publiques organisées par RTE, les membres de l’association remarquent que RTE utilise le globe virtuel Google Earth pour visualiser la ligne électrique via une vidéo de présentation (n’émettant aucun son). Intrigué par le procédé, Mr. Lucien Fayard, responsable de production dans une entreprise de textile, décide d’utiliser Google Earth afin de lui-même cartographier la ligne électrique. De son aveu personnel, il ne connaissait pas particulièrement le logiciel Google Earth dont il avait un usage usuel et commun de découverte virtuelle du monde. Mr. Fayard n’a aucune compétence particulière en cartographie ou en géographie, par contre il se définit comme un bon usager informatique ce qui lui a permis d’appréhender rapidement l’outil de Google (figure n° 7).

35L’idée est de cartographier chaque pylône de la ligne sur 80 km, puis d’établir un périmètre de 180 mètres autour de la ligne pour déterminer les habitations concernées et ensuite entrer en contact avec les riverains. L’objectif est donc clairement d’utiliser une représentation cartographique pour sensibiliser et faire adhérer le maximum de citoyens et donc de créer une association forte dont les arguments désormais cartographiés pèseraient en leur faveur lors des négociations avec les acteurs publics et RTE.

36Il s’agit donc d’un possible exemple de démocratisation des outils cartographiques aux services de citoyens. Ces derniers, il y a de cela 5 années, n’auraient jamais pu créer ce type de représentation. Certes l’outil a permis de sensibiliser plus facilement les résidents concernés, et leur a offert un gain de temps notable. Cartographier 80 kms de ligne à très haute tension en milieu rural n’est pas chose aisée. Il faut sans cesse faire des détours et arpenter les champs pour atteindre les pylônes. Google Earth s’est révélé un outil redoutable de précision dont les cartes sont exportables facilement sous plusieurs formats. Les individus ont pu, grâce à la démocratisation d’outils anciennement réservés aux professionnels, créer une représentation cartographique contestataire. Cet exemple n’est certainement pas un cas isolé et préfigure des changements dans le champ de la discipline. Les citoyens peuvent désormais argumenter leurs protestations avec des représentations cartographiques, dont on connaît l’impact visuel déterminant dans certains types de dossiers. La carte rend les arguments plus crédibles et permet d’interpeller plus facilement les citoyens.

Figure 8. Cartographie amateur d’une ligne très haute tension

Figure 8. Cartographie amateur d’une ligne très haute tension

Cartes et captures d’écrans réalisées avec Google Earth pour l’association « nos toits sans fils ».

Fayard Lucien (2009)

Conclusion

37L’univers de la néogéographie s’articule autour de points et d’actions clés. Nous pouvons situer en premier lieu les actions fondamentales de cet univers : Annoter / Commenter / Géoreférencer / Construire / Réagir / Contester / Cartographier / Représenter / Diffuser.

De ce panel d’actions découle plusieurs thématiques, comme la géolocalisation, la multiplication des géo-données, la néogéographie, la géographie amateur, l’émergence d’un savoir non institutionnalisé, la réactivité, voire le détournement des géo-données…

38Il faut alors retenir que c’est un univers complexe et multiple, essentiellement tourné vers la cartographie amateur. Univers qui permet une créativité spontanée au service d’un regard différent. Le fait de signaler que des usages préexistaient aux usages permis par le web  2.0 ne retire rien au caractère novateur de ces nouveaux usages : la nature des moyens utilisés suscite des évolutions qualitatives, une souplesse d’utilisation et la mise à disposition de ces outils et services à de plus vastes populations d’usagers.  Des enjeux importants apparaissent : formation à ces usages (inégale qualité des productions diffusées), validation d’une production publiée sur Internet. Alors, même si techniquement ces outils n’ont rien de révolutionnaire pour la géographie car ils existent depuis cinquante ans au travers des SIG, leur vulgarisation et usage moderne couplés au recours de plus en plus fréquent à des espaces virtuels, font entrer la géographie dans une nouvelle ère.

L’apparition de nouveaux acteurs à côté des producteurs reconnus de contenus géographiques a des implications qui méritent une plus grande attention de la part de la géographie institutionnelle. Certes, certaines productions sont et seront élémentaires et de faible portée d’autant que nombre d’acteurs nouveaux ne maîtrisent pas les techniques et langages de la cartographie, et n’ont bénéficié d’aucune formation de base (du moins dans les lieux classiques de la reproduction disciplinaire). On peut s’interroger sur la capacité de ces acteurs à penser l’espace avec les problématiques de la géographie institutionnelle ? Leurs productions relèveront probablement davantage du mapping que de la carte, à moins que de nouveaux progrès techniques ne mettent à leur disposition une plus grande maîtrise des outils et une plus grande complexité des résultats obtenus.

39Se pose aussi le problème de la validité scientifique des contenus, car ils se font en-dehors des cadres de la géographie officielle : les filtres classiques ne jouent plus leur rôle (validation de la qualité par l’université, par les comités scientifiques de revues ou colloques, ou les organismes finançant la recherche). On peut se demander si les informations montrées sur les cartes représentent la réalité ?

Pourtant, on voit poindre une créativité spontanée qui présente l’avantage d’offrir un regard différent. On ne peut exclure l’apparition dans les prochaines années de productions dignes d’intérêt, y compris aux yeux de géographes patentés.

Le champ de recherche exploré ici mérite une instruction systématique : qui sont les utilisateurs et les consommateurs de ce type de productions ? Il mérite aussi d’envisager que les nouvelles générations (digital natives) trouveront naturel d’y recourir ; en conséquence, les institutions d’enseignement devront envisager des formations spécifiques pour en faciliter l’acquisition et éviter les débordements techniques mais aussi sur la pertinence des contenus.

40Cependant il ne faut pas se restreindre aux seules productions cartographiques amateurs, bien au contraire la néogéographie induit des problématiques qui s’étendent tout simplement à l’usage actuel du cyberespace. Effectivement les productions amateurs restent la nervure centrale car elles représentent les résultats visibles de la mise à disposition d’une pléiade d’outils détaillés. Mais ces services et outils induisent aussi des problématiques plus larges. Par exemple quelles seront les conséquences de la multiplication des géo-données, comment intègrent-elles le cyberespace, en quoi elles le rendent plus géographique, plus spatial ? Sans oublier les problématiques liées au détournement commercial et pourquoi pas scientifique de cette manne extraordinaire de données quantitatives sur les consommations d’espaces (géo-data).

  • 39 Battelle J., O'Reilly T., 2009, “Web Squared: Web 2.0 Five Years On”, Web 2.0 summit, http://assets (...)

Alors ce phénomène de néogéographie signe-t-il l’émergence d’un cyberespace plus puissant car géoreférencé à l’espace ? L’espace à travers le géo-référencement des données, s’infiltre dans le cyberespace afin de le rendre plus pertinent, plus efficace et plus présent, plus intelligent comme le soutien Tin O’Reilly à travers le terme web² (web au carré)39.

Cette évolution réactualise-t-elle le concept de géocyberespace ? Ou, est-elle simplement révélatrice de l’espace géographique actuel dans lequel espace et cyberespace forment un tout qui tend à être consultable simultanément ?

Les nouveaux développements élargissent les usages des espaces virtuels (espaces virtuels ludiques, et non ludiques). Les services et outils décrits dans cet article se « nomadise », le téléphone mobile devient un outil de prédilection pour capter, consommer et partager des informations géoreférencées. La consommation de l’espace deviendra-t-elle augmentée ? Ce double usage espace / cyberespace  préfigure-t-il des changements de comportement face, par exemple, aux mobilités urbaines et touristiques ?

41Ces usages annexes prolongent, aussi, un questionnement géographique sur les TIC : ces dernières suscitent-elles de nouvelles territorialités ? Comment les TIC peuvent-elles contribuer au développement numérique des territoires, à des politiques sectorielles d’aménagement d’activités ? Quels seront leurs effets sur les mobilités urbaines, la communication politique locale, la dynamique culturelle.

Les TIC remettent-elles en cause les attributs de l’espace géographique et les relations à la distance physique ? Quel sera le rôle des espaces virtuels dans l’usage de l’espace « réel » ? Les usages annexes à la néogéographie, complexifient les relations avec l’espace « réel ».

Cet espace complexe en émergence actualise et élargit la notion de géocyberespace (Bakis 2001, Bakis, Vidal 2007) qui semble devoir prendre valeur de paradigme en renouvelant celui d’espace géographique.

42Enfin, est-il nécessaire d’écarter le terme néogéographie au profit d’un terme plus global qui reflète les usages annexes ? Doit-on obligatoirement créer un néologisme pour chaque évolution de la discipline géographique, quand d’autres domaines, comme le journalisme, ont vu leurs champs bouleversés par le web sans le faire pour autant. Il parait significatif des productions à visée géographique produites hors d’un canal traditionnel et professionnel. Même s’il ne reflète pas - ou très peu - les problématiques liées à la multiplication des géo-données ou au nomadisme des outils qui caractérise cet univers. Ces réflexions ne reflètent-elles pas simplement la géographie d’aujourd’hui ? Une géographie liée aux TIC depuis 50 ans (et au cyberespace), dont les dernières évolutions participent à la mise à jour de la discipline.

Les auteurs remercient Sabrina Marchandise pour la relecture de cet article.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS H. (1992), « Espaces virtuels: vers des terres inconnues ? », Lettre d'information Géographie de la communication, Communication Geography Newsletter, 18 juin 1992, n° 49, pp. 9-11.

BAKIS H. (1996), « L'évolution du métier de géographe et les télécommunications. Défis et opportunités pour l'Union Géographique Internationale », Bulletin de l'Union Géographique Internationale 46, pp. 58-62 (et In Netcom, 1997- n°1, pp. 175-180).

BAKIS H., ROCHE E. (1997), « Cyberspace- The Emerging Nervous System of Global Society and its Spatial Functions », pp. 1- 12, In Roche E. M. Bakis H. (eds.), Developments in Telecommunications. Between global and local, Avebury, 350 p.

BAKIS H. (2001), « Understanding the geocyberspace: a major task for geographers and planners in the next decade », Netcom, Vol. 15, n° 1-2, pp. 9-16.

BAKIS H., VIDAL P. (2007), « De la négation du territoire au géocyberespace : vers une approche intégrée de la relation entre Espace et TIC », Humanités numériques, vol. 1. pp. 101-117.

BAKIS H., VALENTIN J. (2009), « Appropriation de l’espace réel et amateurisme géographique à l’heure du web 2.0 », Communication au Colloque international Modèles d’ici et d’ailleurs : La société de l’information en ses territoires, Saint-Louis du Sénégal, 08-11 Juin 2009.

BATTY M., BARR B. (1994), « The electronic frontier: exploring and mapping cyberspace , Futures, vol. 26, n° 7.

BATTY M. (1997), « Virtual geography », Futures, vol. 29, n° 4-5 pp. 337-352.

BATTY M. (1993), « The geography of cyberspace », Environment and Planning B, vol. 20 (6), pp.615-616.

CASTELLS M. (1996), nouvelle édition (2001), La société en réseau. Paris, Fayard, 671 p.

CASTELLS M. (2002), La Galaxie Internet. Paris, Fayard, 368 p.

CLARK J. (2008), « The new cartographers », in In these time, 29 février 2008, document en ligne, http://www.inthesetimes.com/article/3524/the_new_cartographers/

CRAMPTON J. (2009), « Cartography: maps 2.0 », Progress in Human Geography, vol. 33 (1), pp. 91-100.

CRUTCHER M., ZOOK M. (2009), « Placemarks and Waterlines: Racialized Cyberscapes in Post Katrina Google Earth », GeoForum 40 (4) pp. 523-534.

DODGE Martin, KITCHIN Rob (2001a), Atlas of cyberspace, London, Addison-Wesley, 288 p.

DODGE M., KITCHIN R. (2001b), Mapping cyberspace, London, Routledge, 208 p.

EGENHOFER M. J., MARK D. M. (1995), « Naive Geography », Computer Sciences, n° 988, pp. 1-15.

GOODCHILD M.F. (2006), « Geographical information science: fifteen years later », in P.F. Fisher, Classics from IJGIS: Twenty years of the International Journal of Geographical Information Science and Systems, Boca Raton: CRC Press, pp. 199–204.

GOODCHILD M.F. (2007), « Citizens as sensors: the world of volunteered geography », GeoJournal 69(4), pp 211-221.

GOODCHILD M.F. (2008), « Spatial accuracy 2.0 », in J.-X. Zhang, M.F. Goodchild (2008), Spatial Uncertainty, Proceedings of the Eighth International Symposium on Spatial Accuracy Assessment in Natural Resources and Environmental Sciences, Volume 1. Liverpool: World Academic Union, pp. 1–7.

GOODCHILD M.F. (2009), « Neogeography and the nature of geographic expertise », Journal of Location Based Services 3(2), pp. 82–96.

GOULD P., BAILLY A., HARLEY B. (1995), Le pouvoir des cartes, Brian Harley et la cartographie, Paris, Economica, 120 p.

HAKLAY M. (2008), « Web Mapping 2.0 : The Neogeography of the GeoWeb », Geography Compass, vol. 2 (6).

HUDSON-SMITH A. (2008), Digital geography, geographic visualisation for urban environments, London, CASA, 65 p.

JOLIVEAU T. (2009), « Web 2.0 futur du Webmapping avenir de la géomatique ? » Géoévenement, Paris, document en ligne, http://www.scribd.com/doc/26222248/Web-2-0-Futur-Du-Webmapping-Avenir-De

KITCHIN R. (1998), « Towards geographies of cyberspace », in Progress in human geography, vol. 22, n° 3, pp. 385-406.

KITCHIN R. (1998), Cyberspace: The World in the wires, Chichester, J. Wiley & Sons, 228 p.

MAGUIRE D. (2007), GeoWeb 2.0 and volunteered GI, Workshop VGI Specialist Meeting Position Papers, Santa Barbara. Document en ligne. http://www.ncgia.ucsb.edu/projects/vgi/docs/position/Maguire_paper.pdf

MERICSKAY B., ROCHE S. (2008), « Cartographie numérique en ligne nouvelle génération : impacts de la néogéographie et de l’information géographique volontaire sur la gestion urbaine participative », in HyperUrbain2, Paris 3-4 juin 2009.

O’REILLY T., BATTELLE J. (2009), « Web Squared: Web 2.0 Five Years On », in Web 2.0 Summit 09, document en ligne, http://www.web2summit.com/web2009/public/schedule/detail/10194

RHEINGOLD H. (1993), La réalité virtuelle, Paris, Dunod, 416 p.

RHEINGOLD H. (1995), Les communautés virtuelles, London, Addison Wesley, 105 p.

SZOTT R. (2006), « What in neogeography anyway », signée sous le pseudonyme : Dilettante Ventures, document en ligne, http://placekraft.blogspot.com/2006/05/what-is-neogeography-anyway.html, et sur le blog officiel Placekraft, document en ligne, http://platial.typepad.com/news/2006/05/what_is_neogeog.html

TURNER A. (2006), Introduction to Neogeography. London, O’Reilly Media, 54 p.

VALENTIN J. (2007), « TIC et la géographie, vers ‘une géographie 2.0’ ? », Netcom, vol. 21, n° 3-4, pp. 385-394.

VIDAL P. (2009), « La place des technologies de l’information et de la communication dans la géographie des transports », pp. 85-106, in Brocard M. (2009), Transports et territoires : Enjeux et débats. Paris, Ellipses, 188 p.

Liens internet

http://googlemapsmania.blogspot.com/

http://digitalurban.blogspot.com/

http://geographie2point0.wordpress.com/

http://www.casa.ucl.ac.uk/index.asp

http://pegasus.cc.ucf.edu/~janzb/place/

http://geography2.blogspot.com/

http://cartecontrolepolicemontpellier.blogspot.com/

http://maps.secondlife.com/

http://maps.google.fr/

http://www.bing.com/maps/

http://worldwind.arc.nasa.gov/java/

http://www.geoportail.fr/

http://twitter.com/

http://manyeyes.alphaworks.ibm.com/manyeyes/

http://thematicmapping.org/

http://www.programmableweb.com/

http://www.smalltalkapp.com/#all

http://creativemapping.blogspot.com/

http://analogueartmap.blogspot.com/

http://www.annao.pwp.blueyonder.co.uk/text_dissertation.htm

http://www.englandgallery.com/index.htm

http://www.danielmedinab.blogspot.com/

http://www.darlenecharneco.com/

http://proceedings.esri.com/library/userconf/proc99/proceed/papers/pap413/p413.htm/

http://www.gpsdrawing.com/

http://greatmap.blogspot.com/

http://www.theportable.tv/

http://www.joshdorman.net/

http://www.kathrynrodrigues.com/index.html/

http://www.landlines.org/

http://www.laylacurtis.com/#

http://www.loc.gov/exhibits/lamapped/lamapped-home.html/

http://www.public.asu.edu/~aarios/resourcebank/maps/

http://www.milenabonilla.com/eng/inicio.html/

http://tceastafrica.walkerart.org/

http://www.monicademiranda.com/

http://www.nikolasschiller.com/

http://www.ninakatchadourian.com/

http://www.norikoambe.com/

http://www.northhousegallery.co.uk/exhibitiondetail.asp?exID=27

http://www.dykhuis.ca/

http://www.tofuart.com/

http://selflesh.blogspot.com/

http://www.artselector.com/index.php?q=gallery&g2_path=painting/collecteast/

http://suebeyer.blogspot.com/

Haut de page

Notes

1 Usages permis par l'accès illimité et l'augmentation des capacités de transfert.

2 Les mondes miroirs ou globes virtuels, sont des globes terrestres virtuels façonnés grâce à l’assemblage d’images aériennes et satellites. Selon la terminologie de la feuille de route des “méta-univers”, Smart John, Cascio Jamais & Paffendorf Jerry (2008), « Metaverse roadmap », document en ligne, 28 p.
http://metaverseroadmap.org/MetaverseRoadmapOverview.pdf (consulté le 12/08/2009).

3 Castells (1996, 2002) ; Dodge & Kitchin (2001a, 2001b); Kitchin (1998, 1998), Rheingold (1993, 1995).

4 Le terme neogeography / néogéographie (ou néo-géographie), n’est pas nouveau, sa première utilisation date, au moins, de 1922 (« Palaeogeography has a far wider field and can only be defined in the terms of neogeography », Yearbook, Carnegie institution, Washington). Le terme sera ensuite repris par divers auteurs dont un philosophe français dans : Dagognet François (1977) Une Epistémologie de l’espace concret: Neo-geographie. Paris, Vrin, 223 p.

5 Définition issue du site : http://placekraft.blogspot.com/2006/05/what-is-neogeography-anyway.html, (consulté le 10/11/2008), signée sous le pseudonyme : Dilettante Ventures.
Mais aussi sur le blog officiel de Platial.com : http://platial.typepad.com/news/2006/05/what_is_neogeog.html, (consulté le 11/11/2008).
Reprise dans : Hudson-Smith Andrew (2008), Digital geography, geographic visualisation for urban environments. London, CASA, 65 p.

6 Centre for Advanced Spatial Analysis, http://www.casa.ucl.ac.uk/

7 Turner Andrew (2006), Introduction to Neogeography. London, O’Reilly Media, 54 p.

8 Hudson-Smith Andrew (2008), Digital geography, geographic visualisation for urban environments. London, CASA, 65 p.

9 Egenhofer M. J., Mark D. M. (1995), « Naive Geography », In Frank, A. U., Kuhn, W., eds., Spatial Information Theory: A Theoretical Basis for GIS, Berlin, Springer-Verlag, Lecture Notes in Computer Sciences, n° 988, pp. 1-15.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Goodchild M.F. (2006), « Geographical information science: fifteen years later », in P.F. Fisher, Classics from IJGIS: Twenty years of the International Journal of Geographical Information Science and Systems. Boca Raton: CRC Press, pp. 199–204.

15 Goodchild M.F. (2008), « Spatial accuracy 2.0 », in J.-X. Zhang, M.F. Goodchild (2008), Spatial Uncertainty, Proceedings of the Eighth International Symposium on Spatial Accuracy Assessment in Natural Resources and Environmental Sciences, Volume 1. Liverpool: World Academic Union, pp. 1–7.

16 Ibid.

17 Goodchild M.F. (2007), « Citizens as sensors: the world of volunteered geography », in GeoJournal 69(4), pp 211-221.

18 Ibid.

19 Ibid,
Goodchild M.F. (2009), « Neogeography and the nature of geographic expertise », in
Journal of Location Based Services 3(2): 82–96.

20 Maguire D. (2007), « GeoWeb 2.0 and volunteered GI ». Workshop on VGI, Santa Barbara.

21 Crampton J. (2009), « Cartography: maps 2.0 », in Progress in Human Geography, vol. 33 (1).

22 Haklay M. (2008), « Web Mapping 2.0 : The Neogeography of the GeoWeb », In Geography Compass, vol. 2 (6).

23 Joliveau T. (2009), « Web 2.0 futur du Webmapping avenir de la géomatique ? » Géoévenement, Paris, document en ligne, http://www.scribd.com/doc/26222248/Web-2-0-Futur-Du-Webmapping-Avenir-De

24 Mericskay Boris, Roche Stéphane (2008), « Cartographie numérique en ligne nouvelle génération : impacts de la néogéographie et de l’information géographique volontaire sur la gestion urbaine participative », in HyperUrbain2, Paris 3-4 juin 2009.

25 Ibid.

26 Clark Jessica (2008), « The new cartographers », in In these time, 29 février 2008, document en ligne, http://www.inthesetimes.com/article/3524/the_new_cartographers/

27 Gould P., Bailly A., Harley B. (1995), Le pouvoir des cartes, Brian Harley et la cartographie. Paris, Economica, 120 p.

28 http://foursquare.com/

29 http://world.waze.com/

30 software development kit

31 Application Programming Interface

32 http://googlemapsmania.blogspot.com/

33 http://thematicmapping.org/

34 http://manyeyes.alphaworks.ibm.com/manyeyes/

35 http://www.google.com/publicdata/home

36 Crutcher Michael, Zook Matthew (2009), « Placemarks and Waterlines: Racialized Cyberscapes in Post Katrina Google Earth. » In GeoForum 40 (4) pp. 523-534.

37 http://www.openstreetmap.fr/

38 http://www.nos-toits-sans-fil.org/

39 Battelle J., O'Reilly T., 2009, “Web Squared: Web 2.0 Five Years On”, Web 2.0 summit, http://assets.en.oreilly.com/1/event/28/web2009_websquared-whitepaper.pdf

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Mécanisme de jeu Pac-Man dans le système de navigation GPS Waze
Crédits http://world.waze.com/​, (consulté le 22/02/2010).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 2. Récompense du service d’annotation Foursquare
Crédits http://foursquare.com/​, (consulté le 29/04/2010).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Figure 3. Captures d’écrans de My Maps (Google)
Légende http://maps.google.fr/​maps?ct=reset, (consulté le 17/12/2009)
Crédits Captures d’écran réalisées par Valentin Jérémie (2009)
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 4. Carte thématique réalisée avec ThematicMapping
Légende Nombre d'utilisateur d'Internet pour 100 personnes en 2005
Crédits Valentin Jérémie (2008), réalisée avec Thematic Mapping Engine et exportée dans Google Earth, http://thematicmapping.org/​, (consulté le 13/02/2008).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 5. Carte thématique réalisée avec ManyEyes
Légende Nombre d’utilisateur d’internet pour 100 personnes en 2003
Crédits Réalisation Valentin Jérémie (2008), réalisée avec ManyEyes, exportée en fichier image http://manyeyes.alphaworks.ibm.com/​manyeyes/​, (consulté le 14/02/2008).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 6. Palais présidentiel Port-au-Prince, 24h après le tremblement de terre en Haïti
Légende Capture d’écran de Google Maps.
Crédits Capture d'écran réalisée par Valentin Jérémie (2010), http://maps.google.fr/​maps?ct=reset, (consulté le 27/01/2010).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 7. Cartographie de la ville de Port-au-Prince avant et après le tremblement de terre
Légende Capture d’écran d’OpenStreetMap
Crédits Ecrans.fr (2010), http://www.ecrans.fr/​Haiti-Mobilisation-autour-d-une,8961.html, (consulté le 29/01/2010).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 8. Cartographie amateur d’une ligne très haute tension
Légende Cartes et captures d’écrans réalisées avec Google Earth pour l’association « nos toits sans fils ».
Crédits Fayard Lucien (2009)
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/556/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis et Jérémie Valentin, « Amateurisme cartographique et géographique à l’heure du web 2.0 », Netcom, 24-1/2 | 2010, 109-132.

Référence électronique

Henry Bakis et Jérémie Valentin, « Amateurisme cartographique et géographique à l’heure du web 2.0 », Netcom [En ligne], 24-1/2 | 2010, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/556 ; DOI : 10.4000/netcom.556

Haut de page

Auteurs

Henry Bakis

Professeur de géographie, Université Paul Valéry Montpellier III, GERT, Laboratoire ArtDev, CNRS, FRE 3027, Université de Montpellier III, route de Mende, 34199-Montpellier, France. E-mail : henry.bakis@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Jérémie Valentin

ATER en géographie, Université Paul Valéry Montpellier III, GERT, Laboratoire ArtDev, CNRS, FRE 3027, v.jeremie@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org