Navigation – Plan du site
Positions de recherche

La surveillance maritime en Méditerranée

L’apport de l’imagerie satellitale à une analyse géographique/géopolitique
Mélanie Fournier
p. 147-154

Résumés

Dans un bassin maritime stratégique comme celui de la Méditerranée, bassin fragile, inégal et géopolitiquement explosif, il reste crucial pour les Etats riverains d’établir une surveillance des activités légales et illégales. Nous avons sélectionné ce bassin maritime comme terrain d’analyse de notre recherche qui repose sur l’étude des grands projets européens dédiés à la surveillance maritime. Ce travail vise d’abord à proposer un état de l’art : il cherche à établir une synthèse des services proposés par les grands industriels travaillant sur les marchés civils et militaires et à évaluer dans quelle mesure il serait possible d’améliorer et de compléter les technologies existantes. Il a aussi pour objectif d’évaluer les informations recueillies via une image satellitale par l’établissement d’un historique des outils d’observation utilisés pour la surveillance maritime avec leurs caractéristiques, leurs avantages et inconvénients.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu par Netcom le 31 mai 2010. Dernière version reçue le 17 juin 2010. Version revue le 19 juin 2010.

Texte intégral

  • 1 Référence aux attentats terroristes qui ont frappé l’est des Etats-Unis et dont les images de la de (...)

1La surveillance et le contrôle des territoires répondent à des politiques de sécurité intérieure et extérieure parfois difficile à séparer (Duez 2009). Aujourd’hui, ces politiques ont une dynamique spécifique puisqu’elles portent l’empreinte de la chute du bloc soviétique (1989-1991) et celle du 11 septembre 20011. La fin de la Guerre froide a non seulement fait disparaître certains risques, la plupart d’ordre militaire, mais elle a aussi révélé de nouvelles menaces et fait ressurgir des antagonismes et des rancœurs passés qui étaient parfois masqués par l’opposition principale entre les deux blocs.

  • 2 Sur la surveillance des côtes dans le passé, voir par exemple : H. Bakis (1991).

2Les dangers susceptibles de venir de la mer préoccupent les populations littorales et les Etats maritimes depuis des siècles (invasions, pirates)2.

  • 3 Expression empruntée au vocabulaire militaire. Le choke point désigne un point névralgique, un poin (...)

3De nos jours, alors que de nouveaux risques sont apparus (clandestins, drogues, armes de destruction massive, terrorisme), les Etats sont largement représentés sur les océans et ils entendent y appliquer leurs stratégies de contrôle et de surveillance des territoires ; avec accord ou non. Les routes maritimes et les choke points3 représentent des intérêts différents pour chaque nation d’où d’inévitables conflits. A l’instar des actions de surveillance et de contrôle, le trafic maritime n’est jamais neutre (Vigarié 1995) car il s’inscrit dans une dynamique d’insertion dans la politique et l’économie mondiales.

4Les océans sont le théâtre de nombreuses situations conflictuelles. Celles-ci ne sont pas seulement le fruit de remises en cause géographiques ou géopolitiques mais elles découlent des changements stratégiques de ces dernières décennies.

5Dans un bassin maritime stratégique comme celui de la Méditerranée, bassin fragile, inégal et géopolitiquement explosif, il reste crucial pour les Etats d’établir une surveillance des activités légales et illégales. Excepté pour la France, la Grande-Bretagne et l’Italie, la Méditerranée était pendant la Guerre froide, un espace géostratégique parmi d’autres. Elle a alors vu son intérêt décliner au profit de l’océan Atlantique. L’Union Européenne (UE) a profité de ce contexte pour s’insérer dans cet espace d’interaction, de contact et de transit afin d’y défendre ses intérêts utilitaristes, environnementaux et sécuritaires (Germond 2005). La Méditerranée est redevenue une nouvelle priorité stratégique sur laquelle les Européens veulent absolument conserver la maîtrise (retour des antagonismes Nord/Sud, conflits frontaliers, terrorisme, immigration, trafics variés).

6Dans une époque de sécurisation à outrance où les dérives normatives liées à la surveillance et au contrôle apparaissent banales (Delmas-Marty 2010), les océans et les mers ne font pas exception et nous assistons à une maritimisation des menaces (criminalité, terrorisme par exemple) que le 11 septembre a aidé à modifier. Les perceptions et les réactions face aux risques sont différentes ; le terrorisme n’est pourtant pas nouveau mais le climat sécuritaire américain s’est propagé dans de nombreux pays.

  • 4 Les images satellitales sont des images d’observation de la Terre résultant d’une prise de vue à pa (...)
  • 5 Le principe de précaution est un concept utilisé principalement en droit de l’environnement et dont (...)
  • 6 Mot composé à partir de « géographie » et de « spatial » ; il s’agit d’une technique de renseigneme (...)

7L’utilisation de l’imagerie satellitale4 est une des réponses que les Etats et les entités supranationales (UE, Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, Organisation des Nations Unies) ont trouvé à leur recherche du risque zéro et à l’utilisation paroxystique du principe de précaution dans tous les domaines5. Paradoxalement, le recours au géospatial6 développe une interopérabilité et une grande coopération entre les nations, et vise à l’amélioration de la maîtrise de l’information sur mer.

  • 7 L’opposition civil-militaire est de plus en plus difficile à établir et a tendance à simplifier les (...)

8La maîtrise des mers et de l’information d’intérêt maritime passe de nos jours par la maîtrise des technologies spatiales et en particulier par l’utilisation systématique des satellites de télécommunications et d’observation de la Terre. La Guerre froide a lancé l’utilisation systématique des images d’observation de la Terre prises depuis un satellite à des fins de surveillance et de contrôle. Les satellites d’observation datent de la Guerre froide. Ils servaient principalement à des fins militaires et contribuaient grandement au prestige des nations (Bakis 1978 ; Verger 2002). Le lancement de la navette spatiale de la NASA dans les années 1980 a marqué un tournant dans l’exploitation des satellites artificiels. Depuis plus de trente ans, le monde scientifique, lié au milieu maritime, s’est approprié l’analyse des images satellitales dans un but d’observation et de modélisation des courants, des vagues, des vents ou de la couverture nuageuse. Puis le renseignement dit d’origine image (ROIM), qu’il soit aérien ou spatial est devenu essentiel en matière de sécurité et de sûreté. L’obligation d’une utilisation à des fins civiles des satellites a accru l’hégémonie des puissances qui pouvaient se permettre financièrement de s’investir dans la recherche spatiale si bien que la systématisation du recours à l’imagerie satellitale a eu tendance à asseoir cette hégémonie aussi bien dans le domaine militaire que sur le marché des applications civiles7. Les communautés maritimes civiles et militaires se sont alors penchées sur un emploi permanent de ces capteurs spatiaux à des fins de reconnaissance, de caractérisation et de contrôle du trafic maritime à une échelle mondiale.

9Les politiques actuelles, communautaires notamment, font de la mer Méditerranée un des théâtres d’opérations les plus actifs en matière de surveillance par satellite des activités illégales en mer.

10Un emploi systématique de l’imagerie spatiale dans les relations internationales présente des avantages et des inconvénients. D’un côté il évite l’ingérence, mais cela n’empêche qu’il s’agit d’une surveillance de fait participant à la radicalisation des politiques de contrôle des territoires. De la même façon, en visant l’amélioration de la maîtrise de l’information sur mer, le recours au géospatial développe une interopérabilité et une grande coopération entre les nations, mais cette surveillance peut être d’autant plus problématique que sa maîtrise remet en cause la souveraineté des Etats sur leurs propres territoires puisque certains domaines régaliens sont repris par des entités supranationales ou par des groupes privés (surveillance des frontières, surveillance de l’immigration clandestine, passage de certains choke points, surveillance des ports...).

11Nous partons des recherches effectuées lors des différents projets communautaires dédiés à la surveillance par satellite dans le domaine maritime. Certains papiers publiés en ligne concluent les recherches établies sur deux, trois années voire plus, mais n’ont jamais été mis ensemble afin de donner un paysage global des dernières innovations et des terrains sur lesquels les outils ont été testés. Les publications liées aux projets demeurent restreintes au domaine scientifique ou au monde des acteurs participant à ces mêmes projets. Les mises à jour ou le suivi qui en est fait par la Commission Européenne paraissent bien pauvres en regard des résultats obtenus dans chacun des projets. La synthèse de ces recherches et publications reste en suspens, ainsi que leur mise en perspective avec le contexte sécuritaire actuel. Nous nous proposons donc d’établir un état de l’art représentatif des politiques actuelles et de leur évolution depuis la Guerre froide, et qui prolongera les projets en adaptant les cas d’étude et la méthodologie à la mer Méditerranée.

12Alors que l’emploi de l’imagerie spatiale dans les relations internationales est devenu banal (pour les Etats maitrisant cette technologie, au moins) notre recherche a pour objectif de voir comment ont évolué ces politiques dans le contexte créé par la fin de la Guerre froide. Pour ce faire, nous comparerons ces politiques à travers les grands programmes-cadres et les grands projets de surveillance maritime. Les programmes-cadres sont mis en place pour cinq années et comportent plusieurs domaines de recherche. Chaque domaine se compose de projets dédiés à thèmes spécifiques comme l’utilisation de l’imagerie satellite dans la surveillance maritime par exemple, ou la recherche nucléaire etc. L’évaluation des dangers a changé entrainant un changement dans les besoins des acteurs de la surveillance maritime.

  • 8 Par exemple les projets suivants : INFOLITTORAL-1, qui vise à permettre la surveillance des côtes g (...)
  • 9 Par exemple les projets suivants : MARISS (Maritime Security Services) et LIMES (Land and Sea Integ (...)

13Nous établirons une synthèse des services proposés par les grands industriels travaillant sur les marchés civils et militaires en fonction de leurs objectifs et de leur plus-value. Le but de ces projets et services est principalement de développer l’utilisation de l’imagerie satellitale dans des activités opérationnelles de sécurité et de sûreté maritimes. Nous listerons les données étudiées en fonction de leurs avantages et de leurs inconvénients. Ainsi, ce travail vise d’abord à établir une synthèse des services proposés par les grands industriels travaillant sur les marchés civils8 et militaires9 et à évaluer dans quelle mesure il serait possible d’améliorer et de compléter les technologies existantes.

14Les informations recueillies via une image satellitale sont importantes et il est nécessaire de savoir comment elles sont échangées, si, brutes, elles se suffisent à elles-mêmes ou doivent impérativement s’accompagner de données collatérales. La qualité individuelle de chaque information est un élément crucial. L’objectif sera donc d’évaluer les informations recueillies via une image satellitale par l’établissement d’un historique des outils d’observation utilisés pour la surveillance maritime avec leurs caractéristiques, leurs avantages et inconvénients.

  • 10 HELIOS (1 et 2) sont des satellites militaires français conçus avec une faible participation des Es (...)
  • 11 SAR-LUPE est un système militaire allemand composé de cinq satellites.
  • 12 COSMO-SKYMED est une constellation de satellites italiens dont l’utilisation est duale.
  • 13 SPOT, IKONOS et QUICKBIRD sont des satellites optiques. RADARSAT et TERRASAR-X sont des satellites (...)
  • 14 ArcGis est un logiciel de Système d’Information Géographique (SIG) développé par ESRI. ERDAS Imagin (...)

15De nombreux organismes européens, nationaux et privés, travaillent sur ces images (Centre Satellitaire de l’Union Européenne, FRONTEX, l’Agence Européenne de Sécurité Maritime, LE CEDRE, SPOTIMAGE, EADS-ASTRIUM, l’Institut de Recherche et Développement etc.). Les acteurs militaires ont leurs capteurs dédiés (HELIOS10, SAR-LUPPE11, COSMO-SKYMED12). Il nous a été donné la possibilité de voir comment ils travaillaient et de connaître la qualité des images. Cependant ces sources restent soumises à confidentialité, nous n’aurons recours qu’aux sources dites ouvertes. Les images prises par des satellites comme SPOT, RADARSAT, TERRASAR-X, IKONOS ou encore QUICKBIRD13 sont archivées dans des catalogues et remises à jour régulièrement. Certaines sont consultables, voire exploitables dans un format image de moindre qualité. Néanmoins, il est possible d’acheter ces images et de les exploiter avec des logiciels de SIG type ArcGis ou de traitement d’image type ERDAS Imagine14. Elles pourront donc servir d’illustration.

  • 15 Il s’agit du processus de production d’images par les organismes utilisateurs.

16Cet historique sera établi de manière détaillée. La chronologie des capteurs sera passée en détail avec une comparaison des caractéristiques de chacun. Cela servira à mesurer l’évolution des progrès et la place des dernières innovations. Les satellites en fin de vie sont-ils remplacés par des satellites à chaque fois plus performants ? De plus les processus de réception, de déchargement de données ainsi que les processus de traitement -comme les algorithmes- font intégralement partie de l’évaluation de la qualité des informations. Ces processus constituent la première phase de travail avant l’échange des données et leur éventuelle publication15. Cette publication ne pourra se faire qu’une fois la donnée validée. Validation qui nécessite l’expertise des fournisseurs de services et des utilisateurs des données. Il est ici intéressant de se pencher sur les protocoles d’échange, les standards à respecter et les acteurs concernés.

17Nous nous intéressons aussi à l’étude des trafics maritimes et des zones stratégiques. Des entretiens ont pour partie été réalisés lors de notre passage au Centre Satellitaire de l’Union européenne au sein des principaux acteurs des projets (Marine Nationale, garde-côtes italiens, Armada espagnole, douanes, ministère des finances, sécurité civile principalement). D’autres entretiens seront planifiés en vue d’une mise à jour avec certains acteurs (industriels et militaires en particulier). Les zones dites sensibles ou d’intérêt, les points de départ, d’arrivée, de transit ou de ravitaillement font l’objet d’une cartographie spécifique souvent liée au monde militaire. Des entretiens avec les principaux acteurs ainsi que leur retour d’expérience faciliteront la compréhension de ces zones: quels intérêts les nations y défendent-elles? Quelles relations entretiennent-elles avec ces espaces (accords, histoire, tensions...) ?

  • 16 En plus des conditions jour/nuit, de la nébulosité ou de l’état de mer, il est nécessaire de connaî (...)
  • 17 SAR : Synthetic Aperture Radar. Le satellite SAR est un capteur actif et cohérent utilisé dans le m (...)

18Pour obtenir, sur ces zones, des images utilisables par les acteurs il est nécessaire de se plier à certaines conditions météorologiques et géographiques, ainsi qu’à certains paramètres techniques16. Par exemple, le traitement des images radar (SAR17) par algorithmes doit tenir compte de l’état de la mer et de l’état du vent : par une mer trop formée il sera impossible de détecter un navire. Les images optiques quant à elles ne se font que de jour et il est difficile d’acquérir des images de certaines zones du globe (saison des pluies, zones nuageuses en permanence...).

  • 18 L’étude du cadre légal est un des fils conducteurs de la recherche. Il est présent tout au long du (...)

19Ces différents thèmes doivent être mis en perspective avec l’étude de l’évolution du cadre légal. L’utilisation d’images satellites et la surveillance maritime ne peuvent se départir d’une étude parallèle des lois et règlements. Depuis plus de vingt ans le normatif s’adapte en réaction aux catastrophes maritimes et rarement en prévention. Les textes fondamentaux concernant la sécurité et la sûreté maritimes sont classés par thèmes et par suivi de l’évolution des deux notions dans le temps. Juridiquement parlant nous nous trouvons dans un mille-feuille qui a ses avantages et ses inconvénients. Toutes les problématiques semblent couvertes, étudiées et complétées régulièrement par de nouveaux textes ou de nouveaux amendements. Les textes et les organisations ont le mérite d’exister mais la mise en place de ces lois et règlements reste soumise aux capacités de chaque pays et à leur bon vouloir. Cette recherche tentera d’établir un bilan de l’application hétérogène de la règlementation en vigueur et ses conséquences sur la sécurité, la sûreté, la surveillance et les populations et territoires18.

20Communication, coopération et échanges sont les clés de voûtes des programmes-cadres, des projets et des opérations conjointes (militaires, civiles ou les deux à la fois). Les synergies, les politiques et les projets de R&D sont sensés apporter une meilleure gouvernance des mers, gouvernance qui une fois en place permettra d’améliorer la surveillance maritime. Cependant certaines questions géopolitiques et techniques semblent insolubles lorsqu’il s’agit d’aborder des thèmes comme l’interopérabilité des systèmes ou le partage des données. La recrudescence des tensions régionales ne favorise guère la coopération entre Etats ; ces derniers sauront-ils surmonter les lacunes techniques et les différends politiques afin de se rapprocher des besoins des utilisateurs et de mettre en place une meilleure gouvernance et une gestion maritime intégrée ?

Haut de page

Bibliographie

BAKIS H. (1978), La photographie aérienne et spatiale et la télédétection, PUF, Collection Que sais-je?, Paris, 127 p.

BAKIS H. (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », L'Information Historique, rubrique "recherche historique", 1991, n°1, vol. 53, pp. 27-39.

BAKIS H., BONIN M. (2000), La photographie aérienne et spatiale, PUF, Collection Que sais-je?, Paris, 127p.

BAKIS H. (1987), Géopolitique de l’information, PUF, Collection Que sais-je?, Paris, 127 p.

BERTIN-MOUROT E., LELIEUR F., TERROIR E. (2005), Terrorisme et piraterie. Des menaces contemporaines à la sûreté des transports maritimes de marchandises, L’Harmattan, Collection entreprises et management, Paris, 167 p.

BRAUDEL F. (1985), La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Flammarion, Collection Champs histoire, éd. de 1985, Paris, 223 p.

DELMAS-MARTY (2010), Libertés et sûreté dans un monde dangereux, Seuil, Collection la couleur des idées, Paris, 285 p.

DUEZ D., (2009), L’Union européenne et l’immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la construction de la communauté politique, Editions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 281 p.

EUROPEAN COMMISSION (2006), COM 275 final, Green Paper-Towards a future maritime policy for the Union: a European vision for the oceans and seas, Brussels, 7th June, Volume II-Annex, 49 p.

FAYE F. (2005), « Une stratégie navale pour le XXIème siècle. La maîtrise de l’information sur mer », La revue maritime, nº471, janvier, 4 p.

GERMOND B. (2005), « De l’Atlantique à la Méditerranée vers une réorientation de la géostratégique navale dans l’espace euro-atlantique depuis 1989 », Cahiers de la Méditerranée, numéro 71, publication en ligne : http://cdlm.revues.org/index983.html

LACOSTE Y. (2009), Géopolitique de la Méditerranée, Armand Colin, Paris, 480p.

VERGER F. (dir.) (2002), L’espace, nouveau territoire. Atlas des satellites et des politiques spatiales, Belin, Paris, 384 p.

VIGARIE A. (1995), La mer et la géostratégie des nations, Economica, Collection bibliothèque stratégique, Paris, 432 p.

Haut de page

Notes

1 Référence aux attentats terroristes qui ont frappé l’est des Etats-Unis et dont les images de la destruction des Tours jumelles de New York ont fait le tour du monde.

2 Sur la surveillance des côtes dans le passé, voir par exemple : H. Bakis (1991).

3 Expression empruntée au vocabulaire militaire. Le choke point désigne un point névralgique, un point faible, qui, touché par un acte terroriste ou de malveillance pourrait paralyser totalement ou de façon sélective le trafic maritime mondial.

4 Les images satellitales sont des images d’observation de la Terre résultant d’une prise de vue à partir d’un satellite. On emploie aussi le terme d’images satellitaires.

5 Le principe de précaution est un concept utilisé principalement en droit de l’environnement et dont l’emploi s’est propagé dans de nombreux domaines (droit international de la mer, droit pénal…etc.).

6 Mot composé à partir de « géographie » et de « spatial » ; il s’agit d’une technique de renseignement associant des données géographiques à une image satellitale. Les données peuvent être insérées dans un logiciel de SIG et donner naissance à une publication cartographique à destination de militaires en opération ou à des civils (Croix-Rouge, ONG...).

7 L’opposition civil-militaire est de plus en plus difficile à établir et a tendance à simplifier les concepts et à accroître la confusion entre eux.

8 Par exemple les projets suivants : INFOLITTORAL-1, qui vise à permettre la surveillance des côtes grâce aux technologies spatiales, ESPAIS (European Space based AIS) qui vise à offrir une couverture de suivi du trafic maritime globale depuis la mer de Barents jusqu’à la Méditerranée, DECLIMS (Detection and Classification of Maritime Traffic from Space) qui devait permettre principalement de comprendre en détail la détection et la classification des navires sur des images satellitales commerciales radar et optiques.

9 Par exemple les projets suivants : MARISS (Maritime Security Services) et LIMES (Land and Sea Integrated Monitoring for Environment and Security). Bien que ces deux projets soient principalement à composante civiles et dont les buts sont non agressifs, les services qui ont été proposés, quelques plateformes que les industriels ont mis en œuvre dans certaines démonstrations sont destinés en premier lieu aux militaires.

10 HELIOS (1 et 2) sont des satellites militaires français conçus avec une faible participation des Espagnols, des Italiens, des Belges et des Grecs.

11 SAR-LUPE est un système militaire allemand composé de cinq satellites.

12 COSMO-SKYMED est une constellation de satellites italiens dont l’utilisation est duale.

13 SPOT, IKONOS et QUICKBIRD sont des satellites optiques. RADARSAT et TERRASAR-X sont des satellites SAR. Les commandes étant ouvertes à tous, civils comme militaires ont accès aux images prises par ces capteurs.

14 ArcGis est un logiciel de Système d’Information Géographique (SIG) développé par ESRI. ERDAS Imagine est un logiciel de traitement de l’image développé par LEICA. Ces logiciels sont utilisés en télédétection, dans les activités de reconnaissance et de cartographie.

15 Il s’agit du processus de production d’images par les organismes utilisateurs.

16 En plus des conditions jour/nuit, de la nébulosité ou de l’état de mer, il est nécessaire de connaître les paramètres optimum de polarisation (pour les images radar), de résolution (pour les images radars et optiques), ou les angles d’incidences afin d’obtenir des images de haute qualité sur lesquelles il sera possible de détecter un maximum de navires ou de pollutions par hydrocarbures.

17 SAR : Synthetic Aperture Radar. Le satellite SAR est un capteur actif et cohérent utilisé dans le monde maritime pour détecter et analyser la surface des océans, pour déduire l’intervalle des vagues, pour détecter et suivre les navires, pour la climatologie marine ou la bathymétrie. Les images prises via un satellite à ouverture synthétique peuvent être faites selon plusieurs bandes (C, L, P ou X). Suivant les applications, la bande utilisée sera différente ; la bande C, par exemple, traverse le feuillage des arbres.

18 L’étude du cadre légal est un des fils conducteurs de la recherche. Il est présent tout au long du travail (évolution des concepts de sécurité et de sûreté, échange de données, confidentialité).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Fournier, « La surveillance maritime en Méditerranée », Netcom, 24-1/2 | 2010, 147-154.

Référence électronique

Mélanie Fournier, « La surveillance maritime en Méditerranée », Netcom [En ligne], 24-1/2 | 2010, mis en ligne le 20 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/495 ; DOI : 10.4000/netcom.495

Haut de page

Auteur

Mélanie Fournier

Volontaire civil à l’aide technique en Système d’Information Géographique (SIG), Service de la navigation aérienne, Direction de l’Aviation Civile, 179 rue Gervolino, Nouméa, Nouvelle-Calédonie. Mail : fourniermlanie@gmail.com. Doctorante dans le cadre du laboratoire ART-Dev, Université de Montpellier III/CNRS FRE 3027 (thèse sous la direction de Henry Bakis et de Valérie Lavaud-Letilleul).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org