Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Compte rendu du colloque l’homme @ distance

Elodie Larhfiri
p. 109-112

Texte intégral

  • 1 Liste des membres du comité d’organisation : Emmanuelle Annoot, Maître de Conférences en sciences d (...)

1Du 17 au 19 Novembre 2010, un colloque international intitulé l’Homme @ distance1 s’est tenu à l’université du Havre. Organisé par l’UMR IDEES 6266 sous l’égide des commissions « Société de l’information » de l’Union Géographique Internationale (UGI) et du Comité National Français de Géographie (CNFG). Ce colloque a réuni une trentaine d’interventions réparties en trois axes transversaux : « Territoire » ; « Mobilité » et « Formation ». Géographes et aménageurs constituaient le plus fort contingent totalisant 18 communications sur 28. Diverses disciplines étaient toutefois représentées au sein du comité scientifique comme chez les intervenants : aménagement, géographie, sociologie, sciences du langage, sciences de l’Information et de la communication, science de l’éducation et didactique. Cette intention interdisciplinaire reposait sur la volonté commune de réinterroger le couple distance / proximité par le prisme des Technologies d’Information et de Communication (TIC). Les responsables du colloque avaient programmé en outre une table-ronde réunissant quelques acteurs emblématiques du numérique (publics, privés et associatifs) en Normandie, interrogeant les conditions d’émergence d’une société de l’information de proximité.

Engagements politiques multiscalaires

2Les géographes et aménageurs ont apporté une contribution à l’analyse de l’évolution des territoires à l’heure des TIC, même s’il n’y avait à une exception près (Devriendt) qu’une faible orientation épistémologique. Une partie des communications a concerné l’action publique. Il a d’abord été question des politiques d’aménagement numérique menées au Cameroun (Chéneau-Loquay et Zoa) et au Cap-vert (Lesourd) où les TIC sont envisagées comme un levier de développement économique et social. Il semble qu’il y ait une réalité africaine consacrant l’omniprésence du niveau étatique ce qui est moins le cas dans d’autres territoires où l’échelon local intervient plus fortement. Ainsi, la ville de Montréal met en place des initiatives communautaires pour encourager l’appropriation des TIC par des personnes socialement défavorisées. Ce qui semble, en jeu du point de vue de ces communautés, c’est contrer ou réduire les processus qui mènent à l’exclusion sociale (Huang). Ces préoccupations se retrouvent également à l’échelle mondiale. L’ONU se saisit de cette question en faisant corréler diffusion de l’Internet et développement économique et social (Didelon).

Desserrements et resserrements territoriaux

3La diffusion et l’utilisation des TIC semblent faciliter l’émergence de nouvelles réponses aux pratiques de mobilité. L’informatique et ses diverses composantes s’insèrent dans ce processus, en permettant aux migrants de conforter leurs liens avec le pays d’origine tout en facilitant leur intégration dans le pays d’accueil (Steck, Marchandise et Verdi Rademacher). Les technologies apparaissent alors comme des outils de ralliement communicationnel et rendent confortable la relation à la distance (Dula).

Les TIC grâce à leurs infrastructures et à leurs usages s’insèrent également dans les problématiques de desserrement urbain. La diffusion de l’Internet est largement entamée au sein des ménages, contribuant à propager un mode de vie de plus en plus articulé aux réseaux : instantanéité, immédiateté et ubiquité. Les TIC auraient un rôle à jouer dans les mobilités périurbaines et apparaitraient alors comme un nouvel outil pour gérer la distance (Sajous). De même, elles continuent d’offrir des perspectives en matière de télétravail, notamment en milieu rural (Moriset).

La question des non-usages des TIC a enfin été abordée sous l’angle de la « déconnexion » sociétale. L’étude menée à Dollemard, plateau au nord de l’agglomération havraise où se développe une forme d’habitats auto-construits a montré que ces technologies étaient très peu présentes et rarement convoquées par la population. En effet, ces outils (téléphone principalement) étaient perçus comme des instruments de reliance à un monde auquel la plupart des habitants souhaitaient finalement échapper (Deprez et Vidal).

L’émergence d’une néogéographie

4Un autre type d’approche plus exploratoire s’est attaché à envisager les conséquences territoriales des nouvelles possibilités techniques mises à disposition du plus grand nombre. L’homme a de plus en plus recours au virtuel pour appréhender l’espace réel. De fait, prévoir un itinéraire ou découvrir un nouvel espace sont des démarches médiées par des dispositifs numériques (GPS, Google Map) qui modifient la relation de l’homme avec son espace (Valentin). Cependant, l’information géographique disponible sur les nouveaux réseaux comporte quelques lacunes. Ce dysfonctionnement est perceptible grâce à la réalisation d’une comparaison faite entre les informations trouvées sur le logiciel Google Map et celles obtenues sur  le site des « pages jaunes ». Cette méthode révèle un inconvénient majeur dans le fonctionnement de Google Map qui reste d’une précision toute relative (Paradiso). Le libre arbitre et les compétences usagères sont alors mis à l’épreuve pour juger de la qualité des informations mises en partage (Aloui).

Une révolution toujours en marche dans les systèmes de formation

5L’insertion de la notion de distance dans les systèmes de formation introduit des transformations dans leur fonctionnement, en modifiant la place et le rôle de l’enseignant. En effet, l’utilisation des TIC génère des changements pédagogiques, l’étudiant est placé au centre de la formation et l’enseignant se positionne désormais dans un statut « d’aidant à l’apprenant » (Annoot). L’exemple du développement de formations médiatisées illustre ce changement de rôle, où la place de l’enseignant est presque reléguée à celle de technicien et d’accompagnateur (Sall). Même si par ailleurs, les TIC facilitent les interactions entre formateurs et apprenants (Colpaert) et créent de nouvelles opportunités d’apprentissage. Par exemple les espaces numériques de travail et le site les « entretiens de la liberté » offrent la possibilité aux utilisateurs d’interagir entre eux au-delà de la formation proprement dite (Théviot, Nguyen). Il devient dès lors nécessaire de comprendre les changements qui touchent les systèmes de formation, l’approche systémique étant celle qui semblerait la plus à même de déconstruire les modèles (Bertin, Gravé).

Traces numériques au travail

6Les entreprises sont également concernées par le développement des TIC et doivent faire face aux évolutions de leurs activités. Ces mutations se distinguent dans les politiques de ressources humaines, et plus particulièrement dans les modes de recrutement qui sont aujourd’hui fortement influencés par les réseaux sociaux. Les traces laissées volontairement ou pas par les internautes influencent de plus en plus le choix du recruteur même s’il existe toujours une part d’humain et d’incertitude à l’image des anciens modes de recrutement (Galinon-Melenec). Les relations entretenues entre les partenaires commerciaux se trouvent elles aussi changées, notamment dans le rapport aux clients qui ne cesse de se dématérialiser, en passant désormais par des dispositifs techniques (Bonnet). L’utilisation de l’informatique au travail a également un impact sur la distance entre collègues. L’usage de courriers électroniques encouragerait la communication entre collaborateurs, l’entraide se ferait de plus en plus présente et la distance disparaitrait naturellement (Rosanvallon).

Les organisateurs du colloque avaient résolument fait le choix de cette intention interdisciplinaire qui se justifie par la nature transversale des TIC. Malgré, cette volonté de réunir différentes disciplines autour d’une problématique commune, il apparait que le défi de l’interdisciplinarité n’a pas été facile à réaliser. Les thématiques abordées par chacune d’entre elles ont eu des difficultés à se positionner sur des questionnements communs, freinant ainsi le processus interdisciplinaire. Quelques communications ont permis d’interroger autrement que par le filtre des TIC la relation de l’homme à distance (Lecoquierre, Douyère) mais, là encore, les approches sont restées très ancrées dans leurs écoles disciplinaires (géographie des transports, sciences de la communication). Finalement, ce colloque a permis de tirer des enseignements précieux sur les difficultés à relever le défi de cette interdisciplinarité, dont l’organisation reste problématique.

Haut de page

Notes

1 Liste des membres du comité d’organisation : Emmanuelle Annoot, Maître de Conférences en sciences de l’éducation, université du Havre, laboratoire IDEES (CNRS – UMR 6266)-CIRTAI ; Jean-Claude Bertin, Professeur des Universités en anglais (didactique et TIC), université du Havre, laboratoire IDEES (CNRS – UMR 6266)-CIRTAI ; Patrick Gravé, Maître de Conférences en psychosociologie et sciences de l’éducation, université du Havre, laboratoire IDEES (CNRS – UMR 6266)-CIRTAI ; Michel Lesourd, Professeur des Universités en géographie, Université de Rouen, laboratoire IDEES (CNRS – UMR 6266)-Ledra ; Benjamin Steck, Professeur des Universités en géographie, université du Havre, directeur de l’équipe CIRTAI du laboratoire IDEES (CNRS – UMR 6266) ; Philippe Vidal, Maître de Conférences en Géographie aménagement, université du Havre, laboratoire IDEES (CNRS – UMR 6266), Président de la commission Société de l’Information du Comité National Français de Géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elodie Larhfiri, « Compte rendu du colloque l’homme @ distance », Netcom, 25-1/2 | 2011, 109-112.

Référence électronique

Elodie Larhfiri, « Compte rendu du colloque l’homme @ distance », Netcom [En ligne], 25-1/2 | 2011, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/345

Haut de page

Auteur

Elodie Larhfiri

Master Espace et Sociétés: « Récits, Identités, Mobilités » parcours recherche (Géographie) de l’Université du Havre. Courriel : elo.larhfiri@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org