Navigation – Plan du site
Note documentaire

Géographie du son. Les travaux de J. P. Vauchey entre 1978 et 1988

Henry Bakis
p. 103-108

Texte intégral

  • 1 Communication retenue pour le colloque international, « Musique, Territoire et Développement Local  (...)

1Les rapports entre espace sonores et territoires sont intéressants ; ils ont pourtant été peu explorés avant les années 19901. Aussi, la présente communication revient-elle sur un travail précurseur : celui de Jean-Pascal Vauchey. Avant que la musique ne commence à devenir un objet d’attention légitime en géographie à partir de la fin des années 1990, avant que les géographies anglo-saxonnes en fassent un objet géographique, Jean-Pascal Vauchey consacra des mémoires de recherche aux espaces sonores entre 1978 et 1988. Il s’agit d’une démarche critique qui affirme l’importance de la géographie du quotidien en posant la question du pouvoir dans une démarche interdisciplinaire.

  • 2 J.P. Vauchey (1987a, 1987b).
  • 3 J.P. Vauchey (1988).

2Ses recherches donnèrent lieu à la rédaction de deux mémoires en 1978 puis 1984, mémoires qui servirent de matière à des publications ultérieures : deux articles ont été publiés dans la revue Netcom2 et un chapitre dans un ouvrage collectif3. Il s'agirait ici d’exposer ici les grandes lignes de la démarche de l'auteur.

  • 4 Cit. par J.P. Vauchey (1987b), Netcom, vol. 1, n°3, p. 336.

3Jean-Pascal Vauchey s’inscrit dans l’étude de la géographie de la vie quotidienne. Il s’inscrit dans la voie ouverte par Jacques Attali dans son Histoire du temps (1982) : « raconter l'histoire d'un objet quotidien, de ses techniques, de ses formes, de ses usages, telle est la première ambition de ce livre »4.

  • 5 J.P. Vauchey (1988), p. 113.

4Il note que les espaces sonores humains constituent un sous-ensemble fondamental de l'environnement social de notre vie quotidienne. Il rappelle que l’importance du fait radiophonique n'est plus à démontrer et que son emprise sur l'espace et le temps sociaux quotidiens est considérable. Il regrette donc que la radiodiffusion et sa réception par des publics particuliers ne soient pas suffisamment étudiées dans leurs implications spatiales. Il regrette, aussi, que de trop rares géographes ne se réfèrent « aux études et concepts de M. Foucault, alors que ceux-ci sont très riches pour qui réfléchit aux interactions entre espace et pouvoir (la thématique essentielle de la géographie sociale). »5

5Aussi adopte-t-il une démarche exploratoire ouverte, à l’écoute des autres disciplines (sociologie, psychologie sociale et science politique notamment).

  • 6 J.P. Vauchey (1987b), Netcom, vol. 1, n°3, sept., p. 336.

6C’est par suite de ces considérations qu’il fixe son projet : « L'ambition de notre ‘exploration’ est, pareillement, de tracer une voie possible pour une géographie sociale d'un objet quotidien, "ordinaire" : la radio. »6.

7En fait, sa contribution s’inscrit principalement dans une perspective critique et socio-politique de la radio. Dans les années 70, la multiplication des radios FM clandestines dans les régions de France tentait de briser le monopole de l’État sur les ondes. Lorsque l’auteur entreprend son analyse, à la fin des années 70 et dans les années 80, les espoirs qu’avait soulevé jusque là une radio territorialisée (les radios « libres » ou « locales ») sont taris. Ces nouvelles stations de radiodiffusion étaient vues comme susceptibles de contribuer à une « reterritorialisation » de la vie sociale ; comme pouvant mettre l’accent sur des préoccupations sociales ou culturelles locales et régionales et non plus autour de thématiques parisiennes. L’espoir soulevé était grand : le processus mis en place par les anciennes radios libres semblait devoir favoriser la parole des auditeurs et non l’émission de sujets coupés de l’intérêt des espaces sociaux de réception.

8Mais le mouvement des radios « libres » a subi une transformation importante : le tournant commercial pris vers 1985 et l’entrée des plus "grandes" stations dans de puissants groupes de communication capables de mieux négocier les droits de diffusion et d'obtenir des marchés publicitaires. Cependant, des dizaines de radios associatives, sont parvenues à maintenir leurs activités. Elles ont une vocation locale, sociale ou culturelle, mais, toujours, se situent en marge des logiques commerciales.

  • 7 J. P. Vauchey (1988).

9Vauchey constate que la parole des auditeurs ou des animateurs a été remplacée par l'omniprésence de la musique. Aussi prend-il position pour la défense de la parole, « contre la sonorisation et l'électronisation musicales de l'espace social, qu'il soit radiophonique, urbain, ou autre » sous peine de voir s’intensifier et se perfectionner le contrôle social7.

10Il traque ce qui peut transparaître d'inhumain dans la communication telle qu’elle se manifestait selon lui dans les radios soumises plus à la logique du profit qu’à celle de l’intensification des liens sociaux.

11On peut noter l’importance de cet auteur, même s’il a peu écrit au total, dans le champ thématique exploré par le groupe de travail qui est à l’origine du Colloque international « MUSIQUE, TERRITOIRE ET DEVELOPPEMENT LOCAL ».

  • 8 Extrait de J. P. Vauchey (1988), « Pour une géographie critique des espaces sonores », in H. Bakis (...)

12A titre documentaire, citons-le8 :

« Prenons l'exemple de l'espace musical. D'un point de vue macrogéographique, on peut étudier les lieux de concerts, leur répartition dans l'espace natio­nal, régional, et urbain, leurs structures. De là leur microgéographie est féconde : organisation spatiale des lieux de concerts, évolution socio-géographique de l'écoute. Sur ce point, la première caractéristique spatiale de l'écoute (ce terme est significatif d'une passivité sonore) moderne est l’enfermement, d'où l'utilité géographique de M. Foucault. En effet, il y a enfermement dans la maison, support de l'électronique d'écoute, dans l'espace sonore produit par le récepteur ou le lecteur, dans le système de diffusion (pour la radiodiffusion) etc. La première caractéristique sociale (asociale?) est la solitude. L'écoute des sources sonores électroniques se fait de plus en plus de façon solitaire (cf. walkman). »

  • 9 Mais ces mêmes technologies pourraient contourner cet enfermement via les réseaux communautaires et (...)

« Ainsi l'enfermement et la solitude dont ont besoin les machines électroniques sonorisantes pour fonctionner forment les fondements socio-géographiques de systèmes «sociaux» sonores d'aujourd'hui et, il faut le craindre, de demain.9 »

« Une répression sonore (le son est vecteur de pouvoir) influence les comportements des populations sonorisées et a pour effet de maintenir l'ordre social, en occupant les espaces et les temps vides de rapports directs aux autres (cf Illich). Toute l'évolution audio-visuelle actuelle va dans ce sens. Les populations aiment les instruments de leur domination, comme l'avait pressenti A. Huxley. Elles sont trompées par les charmes sonores des outils de fausse communication.

« À partir de ce constat, le rôle du géographe est fondamental. II peut préci­ser et démontrer, rendre indéniable, l'emprisonnement sonore des populations. Il doit dénoncer la mécanisation du son à signification humaine, et ses arrière-plans politiques (répressifs). Son engagement doit surtout être de défendre le son humain, la voix nue, la musique simple et directe, le spectacle vivant, bref l'espace sonore vécu réapproprié par les populations, et non plus dominé par les réseaux technico-politiques qui fonctionnent, finalement, comme dans le modèle symbolique de l'auditorium de la prison de Fresnes. L'opéra devient alors objet d'étude géographique, mais aussi les conversations, les cafés, les boîtes de nuit, et celles de jour (automobiles, couloirs de métro sonorisés, etc.), en tant qu'espaces sonores de communication ou de non-communication directe. »

« Un nouvel espace s'ouvre aux investigations géographiques, celui des voix de communication, qui ne doit pas être oublié au profit des machines dites communicantes, qui, en fait, développement partout renfermement et la solitude, fil conducteur d'une géographie critique des espaces sonores, une géographie sociale défendant l'humain ».

13A la (re)lecture de cet extrait et du reste des quelques écrits de J.-P. Vauchey quelques points forts se dégagent selon nous :

  • le caractère précurseur des écrits de Jean-Pascal Vauchey reste non seulement entier mais aussi riche d’enseignements pour la décennie 2010 ! Alors que l’auteur insiste sur l’intérêt d’une géographie du quotidien, on peut regretter la faible présence de ces problématiques encore aujourd’hui. Pourtant, cette approche donne des indices explicatifs puissants.

  • l’aspect « militant » de sa démarche où le géographe s’inscrit comme acteur résolu dans la société ;

  • Alors que la question du pouvoir dans les géographies du son et de la musique s’est affirmée comme incontournable (notamment du coté anglo-saxon) Foucault n’est que rarement mobilisé. J.-P. Vauchey au contraire n’ignore pas l’œuvre de ce philosophe et en indique l’intérêt dans ces problématiques ; ce faisant, il affirme l’interdisciplinarité intrinsèque de son objet et préconise avec force la nécessité du dialogue et du travail de collaboration avec les autres disciplines dans l’analyse et la co-construction des objets. Si cela semble assez évident aujourd’hui, il faut reconnaître qu’il n’en allait pas forcément de même lorsqu’écrit cet auteur ;

  • A l’instar de ces réflexions et analyses sur les espaces radiophoniques, on peut estimer que la géographie de la musique ne peut, non plus, se contenter d’une description géo-culturelle des territoires.

14Au total la relecture de J.-P. Vauchey confirme nos intuitions d’il y a quelque vingt-cinq ans : l’intérêt d’un champ thématique spécifique, mais aussi la grande importance épistémologique et les perspectives multidisciplinaires de ses travaux.

15Aujourd’hui, les choses ont changé considérablement depuis le tableau pessimiste dressé par J.-P. Vauchey. La radio est en passe de subir cette année une évolution technologique majeure : la diffusion numérique ce que les spécialistes nomment RNT (radio numérique terrestre). Cela pose de vraies questions sur l’avenir des radios associatives françaises non commerciales (héritières des "radios libres" des années 80), car toutes ne pourront pas effectuer les transformations techniques nécessaires (environ 30000 euros d’investissements pour la diffusion ; et coûts de formation des personnels bénévoles). Un collectif assure que « 600 radios sont menacées par ce passage au numérique10 ».

16A l’heure du téléphone portable, du web 2.0, des lecteurs MP3, et des réseaux du haut-débit…. il aurait beaucoup à dire sur les bons et mauvais côtés des nouveaux médias et des TIC en général en relation avec l’espace et la société. De nos jours, suite au bouleversement du paysage audio-visuel mondial depuis le développement des TIC et du réseau Internet il serait intéressant de mettre en perspective et reconsidérer la démarche et les conclusions de Jean-Pascal Vauchey.

17Sans entrer ici dans ce vaste sujet, versons au dossier deux aspects opposés des évolutions actuelles :

  • d’une part l’appropriation croissante des TIC par leurs utilisateurs (vaste choix possible des stations d’émissions radiophoniques ou télévisuelles, pratique du web 2.0, aide à la mobilité…)

  • et, d’autre part, les perspectives technologiques allant dans le sens d’un renforcement croissant des moyens de surveillance (dispositifs permettant Hadopi, géolocalisation des mobiles…).

  • 11 Voir par ex. :
    - Bakis Henry (Editor) (1995), « Communication and Political Geography in a Changing (...)

18Il y a là un domaine et des questions qui mériteraient une plus grande implication des géographes car ces sujets ont d’évidentes implications sur les territoires, tant à l’échelle micro-spatiale qu’à celle de la planète (cultures minoritaires, diasporas)11.

Haut de page

Bibliographie

ATTALI Jacques (1982), Histoire du temps, Paris, Fayard, coll. Essais.

BAKIS Henry (1987), Géopolitique de l’information, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 128 p.

BAKIS Henry et alii (1988), Information et organisation spatiale, Caen, Paradigme, 236 p.

FOUCAULT Michel (1975), Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

VAUCHEY Jean-Pascal (1978), Evolution de l’espace radiophonique, Eléments pour une géographie sociales de la radiodiffusion, mémoire, IEPG, Grenoble, 140 p.

VAUCHEY Jean-Pascal (1984), Nouvelle exploration de l’espace radiophonique. Pour une théorie socio-géographique critique de l’espace et du pouvoir sonores, mémoire, Université de Paris I – 303 p.

VAUCHEY Jean-Pascal (1987a), « Pour une géographie des espaces sonores », Netcom, vol. 1, n°2, (contient une liste de références) pp. 235-246.

VAUCHEY Jean-Pascal (1987b), « Les mutations de l’espace sonore ou la déstructuration de la communication sociale territorialisée », Netcom, vol. 1, n°3, pp. 335-405

VAUCHEY Jean-Pascal (1988), « Pour une géographie critique des espaces sonores », in: BAKIS Henry et alii, Information et organisation spatiale, Caen, Paradigme, pp. 213-236.

Haut de page

Notes

1 Communication retenue pour le colloque international, « Musique, Territoire et Développement Local », Grenoble, 19 et 20 novembre 2009 organisé par les laboratoires CNRS «PACTE-Territoires », UMR n°5491. L’auteur tient à remercier Nicolas Canova pour sa relecture d’une première version de ce texte.

2 J.P. Vauchey (1987a, 1987b).

3 J.P. Vauchey (1988).

4 Cit. par J.P. Vauchey (1987b), Netcom, vol. 1, n°3, p. 336.

5 J.P. Vauchey (1988), p. 113.

6 J.P. Vauchey (1987b), Netcom, vol. 1, n°3, sept., p. 336.

7 J. P. Vauchey (1988).

8 Extrait de J. P. Vauchey (1988), « Pour une géographie critique des espaces sonores », in H. Bakis et alii (1988), Chap. 11, pp. 213-236.

9 Mais ces mêmes technologies pourraient contourner cet enfermement via les réseaux communautaires et collaboratifs…

10 http://radiosenlutte.free.fr/

11 Voir par ex. :
- Bakis Henry (Editor) (1995), « Communication and Political Geography in a Changing World », numéro spécial de la Revue Internationale de Science Politique (International Political Science Review), vol. 16, n° 3, juillet, pp. 219-311, Elsevier Science Ltd, Oxford, UK ;
- Bakis Henry (2005), « Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et Internet » (conférence, session UGI) 14-15 nov. IRFD World Forum on Information Society: Digital Divide, Global Development and the Information Society, Tunis

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Géographie du son. Les travaux de J. P. Vauchey entre 1978 et 1988 », Netcom, 25-1/2 | 2011, 103-108.

Référence électronique

Henry Bakis, « Géographie du son. Les travaux de J. P. Vauchey entre 1978 et 1988 », Netcom [En ligne], 25-1/2 | 2011, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/340 ; DOI : 10.4000/netcom.340

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier III. ART-Dev (Acteurs, ressources et territoires dans le développement), UMR 5281, Université de Montpellier III, route de Mende, 34199-Montpellier, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org