Navigation – Plan du site

SIG 2.0 et participation publique : vers une géographie de l’action citoyenne

SIG 2.0 and public participation: towards a geography of the civic action
Grégoire Leclerc
p. 83-98

Résumés

A partir d’une revue de littérature nous faisons ressortir des éléments d’analyse des systèmes d’information géographique pour la participation publique (SIGPP). Les théories qui ont été ébauchées ou mobilisées concernent la communication et l’apprentissage collectif, la négociation et la médiation, les représentations et les processus cognitifs, l’exclusion et la politique de la connaissance. L’émergence d’applications web composites (geo-mashups) fournit une base technique sur laquelle l’évolution des SIGPP peut s’appuyer, avec une prolifération de neogéographes amateurs qui mettent à l’épreuve nos théories et nous oblige à les redéfinir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme « Web 2.0 » renvoie à la seconde phase du web, dont le principe repose sur un ensemble d’a (...)

1Le terme « Systèmes d’information pour la participation publique » (SIGPP) est apparu en 1996 (Sieber, 2003 ; 2004) pour désigner l’ensemble hétérogène des initiatives visant à mettre les SIG au service des organisations de la société civile. L’ambition des SIGPP est de renforcer leurs capacités « spatiales », notamment pour la planification locale mais aussi pour permettre la participation des populations marginalisées aux arènes publiques desquelles elles sont souvent exclues. Derrière les initiatives de SIGPP on retrouve généralement des organisations gouvernementales et non gouvernementales et des universités. Ces organisations adoptent des approches plutôt top-down, même si l’objectif est de renforcer les processus bottom-up et de pallier aux faiblesses de la gestion publique. Mais le SIGPP est-t’il conditionné par le développement technologique, ou bien répond-t’il plutôt aux objectifs de la participation publique ? Qu’est-ce qui se cache sous cet objet polysémique ? Et que se passe-t-il quand le SIGPP se construit sur le Web 2.01 ? A partir d’une revue de la littérature (essentiellement des articles à comité de lecture), nous examinons comment la recherche s’est intéressée à ces questions.

Cartographie participative et émergence des SIGPP

2On peut situer la plupart des expériences de SIGPP dans la trajectoire d’évolution de la « cartographie participative », dont on peut tracer l’origine dans les années 70. Cette dernière regroupe des expériences dites de local knowledge mapping, de cartographie des usages des terres (ou des ressources) de participatory photomapping, de cartographie du terroir, d’ethnocartographie, de community mapping, de community-based mapping, de self-demarcation, etc. Les technologies informatiques devenant plus accessibles, des approches intégrant la recherche participative ou ethnographiques aux SIG, aux GPS et à la télédétection, ont alors donné naissance aux « SIG participatifs (SIGP, ou PGIS en anglais ; voir Abbot et al. 1998) » et aux « SIG pour la participation Publique» (SIGPP, ou PPGIS en anglais). Parmi ces approches on trouve aussi les community-integrated GIS, un terme tiré de la profession des planificateurs (Obermeyer, 1998 ; Weiner et al. 2002), et les mobile interactive GIS (McConchie et McKinnon 2002). Les SIGP et SIGPP sont des champs d’activité en pleine expansion pouvant faire appel aux technologies avancées de l’information et de la communication (TIC). De fait ces dernières, avec le développement rapide de l’internet, ont permis une maîtrise de l’information spatialisée par les groupes sociaux jusque là peu impliqués (Rambaldi et al, 2006).

3La recherche s’est rapidement intéressée au sujet en mobilisant ses propres cadres théoriques ou en créant de nouveaux cadres multi-, inter- et trans-disciplinaires. Lorsque la carte éphémère tracée sur le sol devient croquis sur papier, puis carte à l’échelle (Figure 1), puis SIG et cartographie sur le web, émergent de nouvelles questions sur la technologie, son usage et son appropriation. Ces processus engendrent aussi des questionnements de nature différente sur l’éthique et le rôle du chercheur dans l’apprentissage et le processus participatif (Chambers, 2006 ; Boutinot et al, 2009).

Quelques approches de la cartographie participative

Quelques approches de la cartographie participative

(a) cartes éphémères tracées sur le sol

Quelques approches de la cartographie participative

Quelques approches de la cartographie participative

(b) cartes à l’échelle amendés et validés par les participants

Quelques approches de la cartographie participative

Quelques approches de la cartographie participative

(c) intégration de la carte au processus de gouvernance participative

Des problèmes de cadrage pour les SIGPP

L’analyse de 60 expériences de SIGPP aux USA révèle une dualité d’objectifs : a) élargir et renforcer l’implication de la société civile dans la construction de politiques; b) promouvoir les vues des organisations non gouvernementales (ONG), des organisations de base et des communautés (Sieber, 2006). Selon l’auteur les SIGPP sont des objets construits par un ensemble d’acteurs de disciplines et de pratiques diverses, qui ont produit et reproduit des concepts qu’il regroupe en quatre thèmes :

  • les gens et les lieux (le contexte, les porteurs d’enjeu, le public) ;

  • la technologie et les données (SIG, accès aux données, appropriation de l’information, représentation des connaissances) ;

  • le processus (implémentation et maintenance au niveau local, participation aux politiques et communication, prise de décision et gestion) ;

  • les résultats et l’évaluation (objectifs et résultats, impact, mesure et évaluation).

  • 2 Le terme “Open data” renvoie à l’idée d’une information gratuite, disponible pour tous, libre de dr (...)

4On retrouve ces mêmes objectifs et thèmes dans les projets étatiques « Open data »2 (efficacité des procédures administratives, amélioration des services publics, nouveau contrat démocratique, etc.). En donnant au citoyen la possibilité d’accéder et de réutiliser des données officielles, ces projets leur permettent d’analyser et porter des propositions afin d’améliorer les politiques publiques.

5Mais l’évolution des innovations technologiques et l’ubiquité de l’utilisation des SIGPP rendent plus difficile le cadrage des SIGPP : quelle définition du « public » ? Quelle réalité de la participation ? Quelle évaluation ? Quelle information ? De plus les cartes pour la médiation territoriale peuvent rapidement devenir des agents qui déterminent les actions à effectuer sur le territoire : la carte ne représente pas le territoire mais le remplace (Casti, 2005). La connaissance directe du monde devient secondaire car une plus grande importance est accordée aux connaissances générées par la symbolique de la carte. Ainsi la disponibilité de données à l’échelle nationale ne pourrait t’elle pas permettre à un utilisateur « étranger » de produire de l’information sur un espace local qu’il ne connait pas et ainsi de contribuer à le redéfinir ? Ce qui rejoint les préoccupations de Valentin (2007) sur l’illusion de la maîtrise de l’espace par l’immersion dans le géocyberespace (Bakis, 1997). La cartographie sur internet pourrait aussi rendre uniformes, au niveau planétaire, les discours et les représentations, et en retour les actions sur l’espace pourrait s’en trouver profondément affectées.

  • 3 Le terme “geosurveillance” peut être défini comme la "surveillance des activités géographiques." (C (...)

6Les thématiques « SIG et Société » dans lesquelles on retrouve les SIGPP ont donc intéressé la recherche et suscité des débats interdisciplinaires houleux (notamment entre chercheurs en sciences sociales et praticiens des SIG) sur les volets historiques, épistémologiques, sociétaux, et ontologiques de la technologie. Les tensions et incompatibilités d’objectifs sont omniprésentes. Par exemple la carte qui a d’abord été un outil de pouvoir et de guerre, est maintenant présentée comme neutre et instrument de la démocratie participative ; mais elle est aussi au coeur du counter mapping, c’est-à-dire un outil que les communautés démunies s’approprient pour pouvoir défendre leurs intérêts vis-à-vis des « étrangers » (Peluso, 1995 ; Joliveau, 2004). Le counter mapping renvoie maintenant à la forme que prend la cartographie dans un courant d’opposition et de critique, de « contre-projets » visant à renverser les assymétries de pouvoir (Krampton 2008). Heureusement ces débats ont fait progresser la « science des SIG » et tempéré les critiques de Pickles (1995, 1999) concernant l’absence de bases théoriques et conceptuelles fermes pour les SIG (Goodchild, 2006). Par contre l’évolution des technologies et la démocratisation du SIG ouvrent de nouveaux champs de recherche : enjeux de géosurveillance3 et de vie privée, impact de l’information géographique sur les pratiques, etc. La reconstruction d’une science du SIGP introduit alors de nouvelles ambigüités vis-à-vis de l’accès, de l’équité, de la représentation numérique des connaissances spatialisées (Elwood, 2006a) et des épistémologies des nouvelles pratiques de recherche en SIG (Elwood, 2006b). La résolution de ces ambigüités est enjeu majeur des processus démocratiques que les SIG sont amenés à accompagner.

Des représentations à l’action

7La carte contribue donc à redéfinir la communauté : sur l’appartenance, la mobilisation, la connaissance, la conscience et l’inclusion politique, la transparence et le pouvoir (Parker, 2006). Mais comme elle est aussi le fruit d’un contexte et d’un processus, on a bien une boucle de rétroaction qui peut amplifier les dérives et mener à des changements irréversibles, souhaitables ou non. La prise en compte du processus invite aussi le chercheur à revoir sa posture : de la représentation on passe à l’action (Thrift 1999 ; Nash 2000), et on réexamine l’expérience quotidienne des lieux et le rôle de la pratique de la cartographie sur les identités et la construction du savoir. Par exemple Ingold (2001) positionne la cartographie comme la reconstitution (re-enactment) narrative de parcours réalisés et les cartes comme les inscriptions émergeant de cette reconstitution. Aussi Brown et Laurier (2004) observent que les voyages sont planifiés suivant une lecture des cartes informée par la négociation de l’identité dans un contexte social. La cartographie devient une activité sociale plutôt qu’une réponse individuelle, ce qui cadre bien avec la pratique de la cartographie sur le web où la production et la consommation de visualisations sont de plus en plus collaboratives (MacEachren, 2000, 2001; Dykes et al., 2004) et où la cartographie devient un amalgame de technologie, d’art et de design, et de société (Montmonnier, 2007). Reste à savoir si c’est la société dans son ensemble qui est partie prenante de ces évolutions et si ce n’est pas le cas, comment la décision publique en sera affectée.

Identités et exclusions

8Un des principaux enjeux de la participation publique concerne l’intégration des individus et groupes marginalisés à divers processus de gouvernance. Mais la rencontre entre théorie, activisme, SIG et internet ne se fait pas sans heurts. Par exemple les minorités issues de l’émigration ont de plus en plus recours au Web 2.0, ce qui impacte sur l’évolution du fait identitaire et sur l’intégration dans le pays d’accueil (Bakis, 2007). Brown et Knopp (2008) examinent le processus de production d’une carte pour les communautés homosexuelles de Seattle, lequel a fait apparaitre des tensions de différente nature : collision d’épistémologies, représentation du non représentable, pragmatisme productif, contingence des faits et des vérités, et relations de pouvoir. Comme le soulignait Breitbart (2001), il n’y a pas de projet participatif idéal, seulement des tentatives de construire des pratiques participatives plus robustes et plus diverses. Pour cette raison il faut adopter une posture critique et identifier d’emblée les moments clé d’inclusion et d’exclusion dans le processus participatif et ainsi contribuer pleinement aux objectifs d’empowerment visés par la recherche-action.

Du « SIG et société » au « SIG critique » et à la géocollaboration

  • 4 Pour un état de l’art voir Akrich, Callon et Latour (2006).

9En nous renseignant sur la construction des imaginations géographiques, la théorie critique de Foucault (2001) et ses travaux sur la géographie, la connaissance et le pouvoir nous fournissent des éléments d’analyse et de conception des SIGPP (Perkins, 2004 ; Crampton et Elden, 2007). Sheppard (1995) donnait déjà quelques pistes de recherche pour les approches « SIG et société », qu’il actualisait dans un article plus récent retraçant la généalogie des « SIG critiques » (Sheppard, 2005). L’auteur propose une pratique essentiellement réflexive, trans-disciplinaire (Sullivan, 2006), et des programmes de recherche adaptés en permanence. Dans cette approche de la critique la production de connaissances n’est pas seulement un processus délibéré de construction de représentations soumises à des expériences sensorielles et cognitives (Avenier, 2007), mais aussi un processus de questionnement continu dans lequel on réfléchit sur nos attitudes, éthos, et pratiques, et où l’on défie nos propres catégories de pensée (Leclerc, 2010 ). Pickles (2003) étend aux technologies numériques la critique sociale de la cartographie critique de Harley (1988, 1989, 1991) et propose un projet politique de la cartographie qui problématise les controverses (Crampton, 2002 ; Krygier, 1999). Albert (2003) reprend les idées de Harley et pousse l’analogie entre la cartographie critique et la théorie de l’acteur-réseau (ou sociologie de la traduction) de Latour et Serres4. La sophistication et l’exposition croissante de la cartographie sur le web, et sa mise en ouvre dans des forums hybrides (Callon et al, 2001) devrait aussi permettre d’approfondir la théorie critique (Harpold, 1999 ; Dodge et Kitchin, 2000).

10A quoi pourrait ressembler un SIG critique ? On en trouve probablement un exemple avec les « green maps »5, un mouvement éco-culturel global énergisé par les savoirs, l’action, et les responsabilités locaux (Perkins, 2007). Un autre exemple, à une échelle plus vaste, pourrait être le projet CommonCensus6 qui invite les citoyens à retracer la carte des USA, pour déterminer où se trouvent les limites culturelles des américains lambda, contribuer au débat national sur la délimitation des districts électoraux et éduquer sur la réalité vécue mais qui n’apparait sur aucune carte.

  • 7 Néologisme qui désigne la collaboration d’un ensemble de personne pour résoudre un problème géospat (...)

11En contraste avec les SIGPP classiques qui demandent la présence physique et simultanée des participants, ces expériences impliquent des interactions virtuelles où une carte commune est construite, de manière synchrone ou asynchrone, par des participants situés en différents lieux. La conception d’applications de « géocollaboration7 » est cependant très complexe car elle fait appel à des dimensions cognitives que nous maîtrisons moins. Selon Schafer et al (2007), elle doit s’inspirer de la manière dont les gens communiquent dans la pratique, la technologie n’intervenant que pour l’améliorer. La théorie de l’information et de la communication donne aussi quelques pistes pour la conception. Selon Hopfer et MacEachren (2007) la théorie du biais de partage de l’information (Collective Information Sharing Bias Theory - CISBT) suppose que l’action collective ne mobilise pas toute l’information disponible dans un groupe : les discussions seraient plutôt orientée dans la direction correspondant à l’information qui est connue de tous ou partagée par tous (Stasser et al. 2000 ; Wittenbaum et al., 1999 ; McNeese et al. 2005). Ainsi il ressort la nécessité de pouvoir appréhender la connaissance collective générée par la collaboration et le besoin de réduire la répétition d’information en précisant les rôles de chacun, en facilitant et en documentant des discussions géoréférencées dans des espaces privés et publics, et en incitant les membres à contribuer à l’effort collaboratif. Les auteurs soulignent l’importance de donner un temps de vie fini aux annotations (fading), pour diminuer l’appréhension des participants et faciliter l’expression d’idées originales. Des fonctions qui sont bien dans le cahier des charges des nouvelles générations de SIG (« SIG/2 ») et dans l’esprit du Web 2.0.

Des SIGPP aux geo-mashups

12Le potentiel que représente les SIG/2 pour la médiation fait cependant émerger de nouveaux enjeux qui pourraient entraîner des coûts de transaction très élevés (Wong et Chua, 2004) ; par contre des technologies émergentes comme les geo-mashups pourraient contribuer à réduire ces coûts. Le terme mashup, qui a d’abord été utilisé pour décrire la création d’une pièce musicale par assemblage de plusieurs extraits, renvoie maintenant aux sites web ou aux services qui combinent des données de différentes sources de manière à produire une nouvelle donnée ou un nouveau service (« application composite ») ; le préfixe geo évoque l’intégration d’information géoréférencée, notamment sur des fonds de carte.

13Après une revue de plusieurs modèles de SIG/2 issus de la recherche, Miller (2006) concluait qu’ils apportaient peu en comparaison avec les développements récents des applications géospatiales comme les mashups Google Maps. Car malgré les efforts notables pour mettre en pratique les théories des SIG/2, les premières applications convaincantes étaient développées non pas par l’académie mais par l’association d’initiatives de jeunes informaticiens avec le géant Google. Le mashup Scipionus.com8, bien que simpliste en regard des discours théoriques, était selon Miller (2006) le meilleur exemple concret des concepts et idées sous-tendus par le SIG/2. Cette application de Google Maps a été développée dans l’urgence en 2005, pour permettre aux victimes de l’ouragan Katrina de communiquer en donnant sur une carte des informations en temps réel de leur situation (Figure 2). Bien que basée sur 350 lignes de code javascript, l’application remplit les cinq conditions citées sept ans plus tôt par Schroeder (1996) pour le design des SIG/2, soit :

  • mettre l’emphase sur le rôle des participants dans la création et l’évaluation des informations ;

  • permettre la représentation équitable des points de vue en préservant les contradictions, inconsistances, et disputes (plutôt qu’un consensus prématuré) ;

  • définir les produits du système de manière à refléter les normes et les objectifs des participants, plutôt que de tenter de coller le plus possible aux standards cartographiques ;

  • pouvoir gérer et intégrer tout type de données (email, accès aux archives, documents et média divers, analyse de données, cartes et données de base, cartes éphémères et esquisses, notes de terrain), et la contribution des participants, dans une interface unique ;

  • pouvoir garder la trace de son propre développement et de la représenter ;

  • gérer la dimension temporelle de manière adéquate.

Capture d’écran de Scipionous.com lors des inondations à la Nouvelle Orléans en septembre 2005

Capture d’écran de Scipionous.com lors des inondations à la Nouvelle Orléans en septembre 2005

Capture d’écran de Scipionous.com lors des inondations à la Nouvelle Orléans en septembre 2005

Capture d’écran de Scipionous.com lors des inondations à la Nouvelle Orléans en septembre 2005

Ces principes restent encore d’actualité, même s’ils peuvent être reformulés différemment (Sieber, 2004).

  • 9 Certains auteurs utilisent le terme « cartographie 2.0 » (Haklay et al, 2008 ; Crampton, 2008, Meri (...)
  • 10 Soulignons que les applications de SIG 2.0 offrent beaucoup moins de fonctionnalités que les logici (...)

14Mais Sciopinous.com ne prétendait pas ni ne visait être un SIG/2. Il annonçait plutôt le SIG 2.09, un produit de la rencontre du Web 2.0 et du SIG, et démontrait son potentiel pour l’action citoyenne. De fait la co-évolution des SIG et du Web explique que la plupart des principes des SIG/2 (Schroeder, 1996 ; Sieber, 2004) recoupent ceux du Web 2.0. Par contre le SIG/2 concerne un cercle d’utilisateurs plus restreint ayant des besoins spécifiques (une mairie, un groupe de pression, une association, etc..), alors que le SIG 2.0 suppose une ouverture et une participation du grand public à la production et l’utilisation de l’information géographique (Mericskay et Roche, 2008 ; 2010) - une distinction qui tend cependant à s’estomper10.

15Dans la foulée des initiatives de Open Data des expériences de Gouvernement 2.0 par les Etats font de plus en plus appel au SIG. Par exemple www.recovery.org joue la carte de la transparence en montrant où sont investies les sommes visant à relancer l’économie américaine. L’objectif est de capitaliser sur les technologies de l’information pour créer un milieu favorisant le développement économique dans le respect de l’environnement, et une communication ouverte entre le citoyen et les agences étatiques. Ces initiatives représentent aussi un potentiel commercial important ; par exemple ESRI, une entreprise qui développe des logiciels SIG professionnels, se positionne fortement sur le marché du Gouvernement 2.0.

  • 11 Il s’agit d’innovations qui viennent perturber et transformer un marché existant (Christensen, 1997 (...)

16Est-t’il encore pertinent de parler de SIGPP, de webmapping, de cybercartographie, de SIG 2.0 ? O’Reilly et Battelle (2009) annonçaient une nouvelle phase du Web (le « web squared »), soit la « rencontre du web et du monde réel ». Par analogie les SIGPP entreraient dans une nouvelle phase où les SIG sont confrontés au monde réel. Peut-être que les termes 2.0, 3.0, squared, etc., ne font plus vraiment sens dans un monde qui évolue de manière décentralisée et asynchrone, et soumis aux aléas de nouvelles technologies « de rupture »11.

Géographie et néogéographie

17Comment se positionne la géographie face à ces évolutions ? Il semble que la discipline n’ait pas su se saisir pleinement des opportunités offertes par les pratiques des SIG et des cartographies critiques pour aborder la construction des imaginations géographiques (Perkins, 2004). Par exemple Rose (2001) propose plusieurs méthodes pour appréhender le rôle du visuel dans la connaissance géographique, mais elle ignore presque complètement la carte. De fait la cartographie est considérée comme une simple technologie venant en appui aux discours, mais est en soi inintéressante du point de vue conceptuel et disciplinaire. Pourtant de nombreux arguments plaident en faveur d’une cartographie sociale qui emploierait les visualisations pour déstabiliser les catégories acceptées (Paulston, 1996 ; Pickles, 1999). Mais selon Perkins (2004) la plupart des géographes semblent préférer écrire des théories plutôt que de produire ou d’utiliser des visualisations critiques. En conséquence, Il y a maintenant moins de cartes dans les journaux de géographie qu’il y a 20 ans, alors qu’il est de plus en plus facile de les réaliser, et qu’on trouve plus de cartes que jamais sur le web!

18Mais l’explosion de « néogéographie », un terme proposés par les géomaticiens pour désigner les pratiques et les usages, par des néophytes, de technologies numériques de l’information géolocalisée, ne laisse plus les géographes indifférents (Pumain, 2010). L’information devient fluide, riche et libre plutôt que statique, normée et contrôlée, des cartes sont inventées tous azimuts et bousculent nos a priori. L’information n’est plus autoréférencée: elle est couplée librement aux objets, aux personnes, aux lieux, aux événements (information shadow). Le web qui permet l’accélération et la démultiplication par la mise en réseau, étend en principe le droit d’initier, de créer et d’échanger. Si l’on examine les implications sociales, organisationnelles et techniques des politiques actuelles d’utilisation des services de cartographie en ligne, on constate par contre qu’elles ne fournissent pas encore les conditions d’un environnement sain pour le développement de sites et de geo-mashups (Li et yang, 2009). De même, on peut se poser la question de qui sont ces néogéographes : un reflet de la société, ou le point de vue de mâles occidentaux privilégiés (Crampton, 2008) ?

Conclusion

19A partir d’une revue de littérature nous avons fait un survol des pratiques des Systèmes d’information pour la participation publique et identifié des cadres théoriques prometteurs pour la recherche. La rencontre du Web 2.0 avec le SIG, ou SIG 2.0 produit des objets qui semblent bien résulter d’une certaine forme d’autorégulation entre technologie et société. Depuis Scipionous.com, des applications et des services voient le jour, non seulement de la communauté SIG mais de la société dans son ensemble, et non pas comme une application de la théorie mais comme un moteur de cette dernière. De nombreuses applications gratuites permettent maintenant à des néogéographes de créer des géo-mashups combinant Web 2.0, web sémantique, et 3D avec un minimum (ou pas du tout) de programmation (Kamel Boulos et al, 2008).

20On a pu voir comment l’action citoyenne, c’est-à-dire la participation du citoyen lambda à l’élaboration des décisions qui le concernent, a su tirer parti de la co-évolution des SIG et du web. Mais s’il nous a été possible d’identifier des éléments d’une géographie pour l’action citoyenne, il est moins aisé d’esquisser les contours d’une géographie de l’action citoyenne. Car les expériences de l’espace par les individus, qui sont mises en débat et qui contribuent à construire des imaginations géographiques nouvelles, ont en retour un impact sur l’exercice du pouvoir, les identités et sur l’action elle-même. A travers l’action citoyenne et le Web 2.0, la rencontre des géographes et des néogéographes pourrait alors mener à une nouvelle géographie politique, une géographie critique pour et par le citoyen. Une géographie « de plein air » (pour reprendre l’expression de Callon et al, 2001) qui n’est plus confinée au laboratoire mais confrontée aux préoccupations et aux savoirs citoyens. Bref une géographie indissociable de l’action citoyenne.

21Il nous faut donc être attentif à ce qui se passe autour de nous, car chaque jour des innovations sont imaginées et testées par des milliers de géographes professionnels et amateurs, sur une toile qui est en train d’évoluer vers un « méta-univers » formé d’expériences socio expérimentales immersives (Kamet Boulos et al, 2008 ; Valentin, 2007). Autant d’expressions des SIG et de la participation publique qui remettent en question nos hypothèses, nos théories et notre posture de recherche. Reste cependant une certaine dissonance entre l’idée d’un SIGPP 2.0 expression ultime de la démocratie, de la liberté et de la transparence, et sa mise en œuvre par l’intermédiaire de Google Maps, un logiciel propriétaire, commercial, et en situation de quasi-monopole, qui n’existe que par le volume de publicité qu’elle génère. C’est peut-être cette hégémonie qui a poussé les créateurs de OpenStreetMaps à proposer une alternative sous licence Creative Commons12… en collaboration avec Yahoo et Microsoft.

Haut de page

Bibliographie

ABBOTT J., CHAMBERS R., DUNN C., HARRIS T., DE MERODE E., PORTER G., TOWNSEND J., WEINER D. (1998), “Participatory GIS: Opportunity or Oxymoron?” Participatory Learning and Action (PLA), n° 33, pp. 27–34.

AKRICH M., CALLON M., LATOUR B. (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses de l’Ecole des Mines.

ALBERT S. (2003), Critical Cartography. (http://www.twenteenthcentury.com/saul/cartography.htm)

AVENIER M.-J. (2007), « Repères pour la transformation d’expérience en science avec conscience », in : La construction des savoirs pour l’action, AVENIER, M. –J., ET SCHMITT, C. (Eds), Paris, L’Harmattan.

BAKIS H., 1997, “Approche spatiale des technologies de l’information“, Revue Géographique de l’Est, 4, pp. 255-262.

BAKIS H., 2007, « Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et internet », Netcom 21(3-4), pp. 381-394.

BOUTINOT L., VIAU A., LECLERC G. (2009), « Questions sur la neutralité des outils de type jeux de rôle et cartographie participative dans une expérience de gouvernance foncière au Sénégal », Norois, n°209, pp. 73-89.

BREITBART M. (2001), “Participatory Research Methods”, in: Key Methods in Geography, N. CLIFFORD AND G. VALENTINE (Eds), London, Sage, pp. 161–78.

BROWN M., KNOPP L. (2008), “Queering the Map: The Productive Tensions of Colliding Epistemologies”, Annals of the Association of American Geographers, vol. 98, n°1, pp. 40–58.

BROWN B., LAURIER E. (2004), Maps and Journeying: an Ethnographic Approach, Department of Computer Science University of Glasgow, Glasgow. (http://www.dcs.gla.ac.uk/~barry/papers/Maps.pdf)

CALLON M., LASCOUMES P., BARTHES Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 358 p.

CASTI E. (2005), “Towards a Theory of Interpretation: Cartographic Semiosis”, Cartographica, vol. 40, n° 3, pp. 1-16.

CHAMBERS R. (2006), “Participatory mapping and geographic information systems: Whose map? Who is empowered and who disempowered? Who gains and who looses?”, Electronic Journal of Information Systems in Developing Countries, vol. 25, n° 2, pp. 1-11.

CHRISTENSEN C. M. (1997), The innovator’s dilemma: when new technologies cause great firms to fail, Harvard Business Press.

CRAMPTON J. W. (2002), “The risks of security”, Environment and Planning D: Society and Space, vol. 20, pp.631–635.

CRAMPTON J. W. (2007), “The biopolitical justification for geosurveillance”, Geographical Review 97(3), pp. 389-403.

CRAMPTON J. W. (2008), “Will Peasants Map? Hyperlinks, Map Mashups, and the Future of Information”, in: TUROW J., TSUI L., The Hyperlinked Society: Questioning Connections in the Digital Age, University of Michigan Press and University of Michigan Library, Ann Arbor, pp.206-226. http://hdl.handle.net/2027/spo.5680986.0001.001

CRAMPTON J.W., ELDEN, S. (2007), Space, knowledge and power: Foucault and geography, Aldershot, Ashgate.

DODGE M., KITCHIN R. (2000), “Exposing the ‘Second Text’ of Maps of the Net”. Journal of Computer Mediated Communication, vol. 5, n° 4. http://www.ascusc.org/jcmc/vol5/issue4/dodge_kitchin.html

DYKES J., MACEACHREN A.M., KRAAK M.-J. (2004), Exploring Geovisualization, New York, Elsevier.

ELWOOD S. (2006a), “Negotiating Knowledge Production: The Everyday Inclusions, Exclusions, and Contradictions of Participatory GIS Research”, The Professional Geographer, vol. 58, n° 2, pp. 197–208.

ELWOOD S. (2006b), “Critical Issues in Participatory GIS: Deconstructions, Reconstructions, and New Research Directions”, Transactions in GIS, vol. 10, n° 5, pp. 693–708.

FOUCAULT M. (2001), “Qu’est-ce que les lumières? “, in: Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, pp. 1381-1397.

GOODCHILD M.F. (2006), “GIScience Ten Years After ‘Ground Truth’ ”, Transactions in GIS, vol. 10, n° 5, pp. 687–692.

HAKLAY M., SINGLETON A., PARKER C. (2008), “Web mapping 2.0: the Neogeography of the Geoweb”, Geography Compass, n°2/6, pp. 2011-2039, doi: 10.1111/j.1749-8198.2008.00167.x.

HARLEY J. B. (1988), “Maps, knowledge, and power”, in: Cosgrove D.E., Daniels S. (Eds), The iconography of landscape, Chicago, University of Chicago Press, pp. 277–312.

HARLEY J. B. (1989), “Deconstructing the map”, Cartographica, vol. 26, n° 2, pp. 1–20.

HARLEY J. B. (1991), “Can there be a cartographic ethics?”, Cartographic Perspectives, n° 10, pp. 9–16.

HARPOLD T. (1999), “Dark Continents: A Critique of Internet Metageographies”, Postmodern Culture, vol. 9, n° 2, doi: 10.1353/pmc.1999.0001.

HOPFER S., MACEACHREN A.M. (2007), “Leveraging the Potential of Geospatial Annotations for Collaboration: a Communication Theory Perspective”, International Journal of Geographical Information Science, vol. 21, n°8, pp. 921–934.

INGOLD T. (2001), The perception of the environment, London, Routledge.

JOLIVEAU T. (2004), Géomatique et gestion environnementale du territoire. Recherches sur un usage géographique des SIG, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences Humaines, Rouen, Université de Rouen, 2 vol., 504 p.

KAMEL BOULOS M.N., SCOTCH M., CHEUNG K.H., BURDEN D. (2008), “Web GIS in Practice VI: a Demo Playlist of Geo-Mashups for Public Health Neogeographers”, International Journal of Health Geographics, vol. 7, n° 38, doi: 10.1186/1476-072X-7-38.

KRYGIER J. (1999), “Cartographic Multimedia and Praxis in Human Geography and the Social Sciences”, in: CARTWRIGHT W., PETERSON M., GARTNER G. (Eds), Multimedia cartography, London, Springer Verlag, pp. 245–255.

LECLERC G. (2010), “Scaling up Local Perceptions of Poverty to Country Level: a Proof of Concept for Rural Honduras”, Poverty and Public Policy, vol. 2, n°2.

LI S., YAN S. (2009). “Mashing up geospatial data services: implications of acceptable use policies”, Geomatica, 64(1), pp. 111-122.

MACEACHREN A. (2000), “Cartography and GIS: Facilitating Collaboration”, Progress in Human Geography, n° 24, pp. 445–456.

MACEACHREN A. (2001), “Cartography and GIS: Extending Collaborative Tools to Support Virtual Teams”, Progress in Human Geography, n° 25, pp. 431–44.

MCCONCHIE J., MCKINNON J. (2002), “MIGIS-Using GIS to Produce Community-Based Maps to Promote Collaborative Natural Resource Management”, Asean Biodiversity, n° 2, pp. 27–34.

MCNEESE M.D., BAINS P., BREWER I., BROWN C., CONNORS E.S., JEFFERSON T. JR., JONES R.E.T., TERRELL I. (2005), The Neocities Simulation: Understanding the design and experimental methodology used to develop a team emergency management simulation, 49th Human Factors and Ergonomics Society Conference, September 26-30, 2005, Orlando, USA.

MERICSKAY B., ROCHE S. (2008), Cartographie numérique en ligne nouvelle génération : impacts de la néogéographie et de l’information géographique volontaire sur la gestion urbaine participative, HyperUrbain 2, Paris 3-4 juin 2009.

MERICSKAY B., ROCHE S. (2010), « Cartographie et SIG à l’ère du Web 2.0 : Vers une nouvelle génération de SIG participatifs », Conférence internationale de Géomatique et Analyse Spatiale SAGEO’10 (Spatial Analysis and GEOmatics 2010) : Outils, Méthodes et Modèles en Géomatique pour la production de connaissances sur les territoires et le paysage, Toulouse, 17-20 nov. 2010.

MILLER C.C. (2006), “A Beast in the Field: The Google Maps Mashup as GIS/2”, Cartographica, vol. 41, n° 3, pp. 187-199.

MONMONIER M. (2007), “Cartography: the Multidisciplinary Pluralism of Cartographic Art, Geospatial Technology, and Empirical Scholarship”, Progress in Human Geography, vol. 31, n° 3, pp. 371–379.

NASH C. (2000), “Performativity in Practice: Some Recent Work in Cultural Geography”, Progress in Human Geography, n° 24, pp. 653–64.

O’REILLY T. (2005), “What Is Web 2.0: Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software”. http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html

O’REILLY T., BATTELLE J. (2009), “Web Squared: Web 2.0 Five Years On”, Web2 Summit, Oct 20-22, San-Francisco. http://assets.en.oreilly.com/1/event/28/web2009_websquared-whitepaper.pdf

OBERMEYER N.J. (1998), “PPGIS: the Evolution of Public Participation GIS”, Cartography & Geographic. Information Systems, vol. 25, n° 2, pp. 65–66.

PARKER B. (2006), “Constructing Community Through Maps? Power and Praxis in Community Mapping”, The Professional Geographer, vol. 58, n°4, pp. 470-484.

PAULSTON R. (1996), Social cartography, New York, Garland.

PELUSO N. L. (1995), “Whose woods are these? Counter-mapping forest territories in Kalimantan, Indonesia”, Antipode, 27(4), pp. 383-406.

PERKINS C. (2004), “Cartography – Cultures of Mapping: Power in Practice”. Progress in Human Geography, Vol. 28, n°3, p. 381–391.

PERKINS C., 2007. “Community Mapping”, The Cartographic Journal 44(2), pp.127–137.

PICKLES J. (1995), Ground Truth: The Social Implications of Geographic Information Systems, New York, Guilford.

PICKLES J. (1999), “Social and Cultural Cartographies and the Spatial Turn in Social theory”, Journal of Historical Geography, vol. 25, n° 1, pp. 93–98.

PICKLES J. (2003), “A history of spaces: mapping cartographic reason and the over-coded world”, London, Routledge, 256p.

PUMAIN D. (2010), « Tous géographes ! », Cybergeo : European Journal of Geography, mis en ligne le 01 décembre 2010, modifié le 01 décembre 2010. http://cybergeo.revues.org/index23380.html

RAMBALDI G., KWAKU KYEM P., MCCALL M., WEINER D. (2006), “Participatory Spatial Information Management and Communication in Developing Countries”, Electronic journal on information systems in developing countries, vol. 25, n°1, pp. 1-9.

ROSE G. (2001), Visual methodologies: an introduction to the interpretation of visual materials, London, Sage.

SCHAFER W.A., GANOE C.H., CARROLL J.M. (2007), “Supporting Community Emergency Management Planning through a Geocollaboration Software Architecture”, Computer Supported Cooperative Work Archive, vol. 16, n°4-5, pp. 501–537.

SCHROEDER P. (1996), “Criteria for the Design of a GIS/2”, Working Paper for Workshop on Public Participation GIS, Orono, ME (July). http://www.commoncoordinates.com/ppgis/criteria.html

SHEPPARD E. (1995), “GIS and Society: Toward a Research Agenda”, Cartography and Geographic Information Systems, n° 22, pp. 5–16.

SHEPPARD E. (2005), “Knowledge Production through Critical GIS: Genealogy and Prospects”, Cartographica, vol. 40, n° 4, pp. 5-21.

SIEBER R. (2003), “Public Participation GIS Across Borders”, Canadian Geographer, n°47, pp. 50-61.

SIEBER R. (2004), “Rewiring for a GiS/2”, Cartographica, vol. 39, n° 1, pp. 25-39.

SIEBER R., (2006), “Public Participation Geographic Information Systems: A Literature Review and Framework”, Annals of the Association of American Geographers, vol. 96, n° 3, pp. 491–507.

STASSER G., VAUGHAN S.I., STEWART D.D. (2000), “Pooling Unshared Information: The Benefits of Knowing how Access to Information is Distributed Among Group Members”, Organizational Behavior, n° 82, pp. 102–116.

SULLIVAN D.O. (2006), “Geographical Information Science: Critical GIS”, Progress in Human Geography, vol. 30, n° 6, pp. 783–791.

THRIFT N. (1999), “Steps to an Ecology of Space”, in: MASSEY D. (Ed), Human Geography Today, Cambridge, Polity, pp. 295–322.

VALENTIN J. (2007), « TICs et la géographie : vers une géographie 2.0 ? », Netcom, 21(3-4), pp. 385-394.

WEINER D., HARRIS T.M., CRAIG W.J. (2002), “Community Participation and Geographic Information Systems”, in: CRAIG, W.J., HARRIS, T.M. AND WEINER D. (Eds), Community Participation and Geographic Information Systems, London, Taylor & Francis, pp. 218–231.

WITTENBAUM G.M., HUBBELL A.P. ZUCKERMAN C. (1999), “Mutual Enhancement: Toward an Understanding of the Collective Preference for Shared Information”, Journal of Personality and Social Psychology, n° 77, pp. 967–978.

WONG S., CHUA Y.L. (2004), “Data Intermediation and Beyond: Issues for Web-Based PPGIS”, Cartographica, vol. 30, n° 3-4, pp. 63-80.

Haut de page

Notes

1 Le terme « Web 2.0 » renvoie à la seconde phase du web, dont le principe repose sur un ensemble d’applications en réseau visant à exploiter l’intelligence collective, pour une production qui dépasserait largement celle des individus (on parle aussi de “crowdsourcing”). Ces applications dynamiques et interactives sont construites sur une architecture plus flexible permettant la génération de contenu par le public. Le terme de Web 2.0, proposé en 2003, est vite devenu une métaphore, ce qui a poussé ses promoteurs à en définir les contours par des design pattern (O’Reilly, 2005). On applique maintenant le suffixe « 2.0 » à une foule de concepts pour montrer (à tort ou à raison) cette adhésion aux objectifs du Web 2.0 (SIG 2.0, Gouvernement 2.0, etc..).

2 Le terme “Open data” renvoie à l’idée d’une information gratuite, disponible pour tous, libre de droits, sans restriction d’accès et d’usage (copyright, brevet, et autres mécanismes de contrôle). Des projets étatiques ambitieux voient le jour, suite à l’initiative pionnière des USA en 2009 (www.data.org). La France a maintenant la mission « EtatLab », initiée par un décret le 21 février 2011 visant à créer data.gouv.fr, un «portail interministériel unique » rassemblant et mettant à disposition « librement » l’ensemble des informations publiques de l’État, de ses établissements publics administratifs et, « si elles le souhaitent », des collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d’une mission de service public (http://blog.etalab.gouv.fr/).

3 Le terme “geosurveillance” peut être défini comme la "surveillance des activités géographiques." (Crampton, 2007). L’auteur identifie deux catégories de géosurveillance, l’une qui concerne les individus (par exemple la géolocalisation via le telephone cellulaire), l’autre concerne le suivi de groupes ou de population (par exemple le suivi d’une population à risque).

4 Pour un état de l’art voir Akrich, Callon et Latour (2006).

5 http://www.greenmap.org/; voir aussi Parker (2006).

6 http://commoncensus.org/maps.php

7 Néologisme qui désigne la collaboration d’un ensemble de personne pour résoudre un problème géospatial : gestion des urgences, planification d’un trajet, etc.

8 Le site est maintenant inactif. Voir http://www.wired.com/software/coolapps/news/2005/09/68743

9 Certains auteurs utilisent le terme « cartographie 2.0 » (Haklay et al, 2008 ; Crampton, 2008, Mericskay et Roche, 2008 ; 2010).

10 Soulignons que les applications de SIG 2.0 offrent beaucoup moins de fonctionnalités que les logiciels professionnels de SIG, mais que le marché du SIG 2.0 est beaucoup plus vaste.

11 Il s’agit d’innovations qui viennent perturber et transformer un marché existant (Christensen, 1997): par exemple Google Earth et les API Google Maps ont fortement ébranlé le marché des SIG.

12 http://fr.creativecommons.org/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Quelques approches de la cartographie participative
Légende (a) cartes éphémères tracées sur le sol
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Quelques approches de la cartographie participative
Légende (b) cartes à l’échelle amendés et validés par les participants
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Quelques approches de la cartographie participative
Légende (c) intégration de la carte au processus de gouvernance participative
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Capture d’écran de Scipionous.com lors des inondations à la Nouvelle Orléans en septembre 2005
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Capture d’écran de Scipionous.com lors des inondations à la Nouvelle Orléans en septembre 2005
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Leclerc, « SIG 2.0 et participation publique : vers une géographie de l’action citoyenne », Netcom, 25-1/2 | 2011, 83-98.

Référence électronique

Grégoire Leclerc, « SIG 2.0 et participation publique : vers une géographie de l’action citoyenne », Netcom [En ligne], 25-1/2 | 2011, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/313 ; DOI : 10.4000/netcom.313

Haut de page

Auteur

Grégoire Leclerc

Chercheur cadre, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)- Département Environnements et Sociétés - UR GREEN Gestion des ressources renouvelables et environnement. Laboratoire d’enseignement et de Recherche en Géomatique, Ecole supérieure polytechnique, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal. gregoire.leclerc@cirad.fr. Tel: 221-77-562-1821.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org