Navigation – Plan du site

Nouveaux territoires et nouvelles identités culturelles : revue des études sur la diaspora chinoise a l’ère d’Internet

New territories and new cultural identities: review of studies on the chinese diaspora in the Internet age
Joy Raynaud
p. 47-62

Résumés

Depuis plus de mille ans, la diaspora chinoise repose essentiellement sur des réseaux structurés d’entraide permettant la réussite individuelle et collective sur le plan social (intégration), économique (réussite financière) et culturel (conservation d’une identité culturelle chinoise). Mais que deviennent ces réseaux sociaux à l’heure de la mondialisation, avec l’usage massif des réseaux techniques et technologiques ? A partir d’une analyse de l’état de l’art, ce travail propose une synthèse des similitudes observées dans les communautés de la diaspora chinoise avec l’usage d’Internet. Plusieurs études démontrent qu’Internet fournit aux nouveaux immigrants chinois la possibilité de redéfinir leurs identités culturelles hybrides et fragmentées, entre rupture et continuité de la tradition. Ce réseau technologique bouleverse les concepts de distance et de territoire et constitue un outil essentiel pour l’adaptation des immigrants dans le pays d’accueil. La proximité spatiale n’est plus une nécessité. Internet génère, chez les immigrants de la diaspora, le sentiment « d’être présent » dans le pays d’origine, pourtant situé à plusieurs milliers de kilomètres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’amélioration de la performance des réseaux de transport ainsi que l’instantanéité des communications permises par les TIC, leur facilité d’accès et leur faible coût d’utilisation, produisent de nouvelles relations entre acteurs, réseaux et territoires (Bakis, 1994 et 1996). A l’ère où les TIC permettent la multiplication des interactions entre les individus et une « meilleure diffusion des productions culturelles » (Bakis, 2001), nous avons souhaité savoir « quelle est la contribution des TIC au maintien, au renforcement, voire au rétablissement du lien social entre les personnes émigrées et le reste de la communauté resté dans l’espace d’origine » (Froment, Bakis, 2005). Il s’agit d’identifier les conséquences des nouvelles interactions dans le géocyberespace (Bakis, 2007a). Du fait de leur mobilité, les diasporas interrogent au plus profond les relations entre cultures et territoires, dans lesquelles la dimension électronique ne cesse de prendre de l’importance, notamment grâce à Internet et à la téléphonie (Bakis, 2007b). Comme le rappelle P. Trolliet (1994), la diaspora chinoise est particulièrement intéressante à analyser. Selon E. Ma Mung Kuang (2000), elle constitue la plus grande, la plus ancienne et la plus prospère diaspora au monde, avec 30 millions de Chinois hors de Chine, présents dans plus de cent trente pays, dispersés sur les cinq continents (voir Figure 1). Elle se distingue également par son ouverture au monde occidental, son potentiel numérique, sa réussite exemplaire et par son envol économique sans précédent. Par ailleurs, la diaspora chinoise est structurée en réseaux d’entraide très anciens, issus d’une tradition migratoire qui a débuté au début de notre ère chrétienne (Sanjuan, 2008), lui permettant la création de puissants réseaux économiques. Ces derniers favorisent le développement des réseaux culturels et réciproquement, ce qui participe à la construction d’une même identité chinoise (McKeown, 2005). Ainsi, certains affirment que les richesses de la diaspora chinoise pourraient dépasser celles de la Chine : « La Chine est grande, bien au-delà de ses frontières » (Picquart, 2004). Plus précisément, E. Ma Mung Kuang (2000) définit la diaspora comme la multipolarité de la migration d’un même groupe national, ethnique ou religieux entre différents pays ainsi que l’interpolarité de leurs relations. Les diasporas présentent alors deux spécificités : une identité sociale des caractères ethniques et un territoire discontinu. En effet, selon l’auteur, le sentiment de partager une origine commune géographique et/ou ethnoculturelle, réelle ou supposée, se développe au cours de la migration. Cette identité est orientée vers le passé, vers la conservation d’une mémoire des origines et la constitution d’une histoire de ses origines. Par ailleurs, le caractère principal de la diaspora est celui de la discontinuité territoriale. Il n’y a pas de territoire homogène, mais des micro-territoires reliés entre eux avec la circulation de biens, de personnes et d’informations mais aussi grâce à la conscience diasporique : le fait de savoir qu’il y a d’autres semblables en d’autres lieux.

Figure 1 : La diaspora chinoise dans le monde en 2007 (MA MUNG KUANG E., 2009)

Figure 1 : La diaspora chinoise dans le monde en 2007 (MA MUNG KUANG E., 2009)

Remerciements à l’auteur, Ma Mung Kuang et à l’éditeur, Presses de Sciences Po, pour leur aimable autorisation concernant la publication de cette carte. Source : compilation d’Emmanuel MA MUNG d’après différents recensements nationaux ; The Institute of Chinese Studies, Ohio State University ; The Overseas Compatriot Population Distribution, Republic of China, 2005.

2Dans ce contexte, cet article propose un compte-rendu des similitudes observées dans les communautés de la diaspora chinoise avec l’usage d’Internet. Les travaux des auteurs sur lesquels cette synthèse s’appuie concernent plusieurs communautés chinoises dans le monde : les Etats-Unis, Singapour, le Canada et Hong Kong. Ces travaux interrogent le rôle d’Internet sur l’émergence de nouveaux territoires et de nouvelles identités culturelles pour les immigrants chinois, entre pays de départ et pays d’accueil. Du fait de la mobilité croissante des informations, des biens et des personnes liée à la mondialisation et à la contraction de l’espace-temps (et de l’espace-coût), les individus ont de nouvelles perceptions des territoires et de nouvelles identités culturelles se construisent sur des espaces plus étendus et/ou sur divers territoires. Quelles sont alors les relations qui se tissent entre Internet et l’identité culturelle des minorités chinoises ? Dans quelle mesure l’utilisation des TIC participe-t-elle à la création et au maintien efficace des réseaux communautaires ? Observe-t-on de nouveaux processus de territorialisation des immigrants dans un espace vécu déjà discontinu de plusieurs milliers de kilomètres ?

3Les associations hors ligne et en ligne sont un mode d’organisation complémentaire indispensable aux diverses communautés de la diaspora chinoises dans le monde. Elles participent à la redéfinition de l’identité culturelle des individus de la diaspora, avec la culture du pays d’accueil. Internet constitue alors une immense source d’informations et d’échange pour faciliter l’intégration dans le pays d’accueil. La connexion quotidienne des individus de la diaspora chinoise à cet « espace technologique » produit de nouveaux territoires vécus avec le sentiment « d’être ici » et « se sentir là-bas ».

Internet : un réseau complémentaire pour les associations d’immigrants chinois

  • 1 En 2004, selon A-S. Chiu et C-B. Tan (2004), il y aurait plus de 1000 associations d’immigrants chi (...)

4Durant la fin du XIXème siècle et le début du XXème, les immigrants chinois choisissent de se regrouper en associations bénévoles dès leur installation dans la nouvelle communauté du pays d’accueil. A-S. Chiu et C-B. Tan (2004) ont démontré que les nouveaux immigrants construisent différentes formes d’organisations sociales dans leur pays d’accueil associant les organisations bénévoles hors ligne et les réseaux communautaires en ligne. Les auteurs proposent une analyse à partir des messages et discours présents sur les sites Internet chinois dédiés aux associations d’immigrants. Les 108 sites Internet recensés par cette étude sont essentiellement issus des archives de l’Université de Hong Kong sur les Chinois d’Outre-mer : Chinese Overseas Collection. Ils représentent l’ensemble des identités ethniques chinoises et sont hébergés sur les cinq continents. Depuis les années 1980, un nombre remarquable d’associations de nouveaux immigrants chinois ont été créées en Amérique du Nord, au Japon, en Europe et en Amérique latine1. Les progrès technologiques et la globalisation ont permis le développement d’un grand nombre d’organisations des minorités chinoises sur Internet, fruit d’interactions transnationales qui s’affranchissent des frontières du temps et de l’espace.

5D’après des entretiens réalisés avec un logiciel de messagerie instantanée auprès de dix individus chinois vivant aux Etats-Unis, X. Wenjing (2005) analyse que les principales formes de communication de ces organisations en ligne sont les e-mails, les forums et les pages web. Cet échantillon est peu représentatif mais permet d’ouvrir des pistes de réflexions intéressantes. Ces personnes ont été sélectionnées parmi les utilisateurs du plus important forum chinois des Etats-Unis Unknown Space, à partir des critères tels que le sexe, la profession, la durée de séjour dans le pays. L’entretien se décompose en trois thèmes majeurs : le comportement et l’attitude des immigrants sur Internet, l’influence d’Internet dans les valeurs et comportements des personnes interrogées et la représentation de leurs identités culturelles. La majorité des participants de l’enquête n’ont jamais été sur les sites des forums américains (American BBS). En revanche, les forums chinois Unknown Space et Wenxue City et ceux des étudiants de la Chine continentale sont régulièrement visités par tous les participants. Les sites les plus souvent fréquentés par la communauté chinoise en Amérique du Nord concernent l’actualité chinoise : Sohu.com et Sina.com. Certains utilisent ces sites pour préparer leur retour professionnel en créant, par exemple, leur entreprise en Chine ainsi qu’une filiale dans le pays d’accueil. Consultés au moins une fois par jour, les forums occupent une place importante dans la vie quotidienne des communautés chinoises, notamment à travers quatre fonctions majeures :

  • la lecture de l’actualité en Chine,

  • la recherche d’information (visa, emploi, voyage, météo),

  • la détente et le divertissement (lecture de textes, de blagues),

  • le travail universitaire.

6Si le succès de ces organisations en ligne repose notamment sur la possibilité de suivre l’actualité chinoise, les communautés chinoises sont également sensibles à l’actualité relative aux relations entre la Chine et le pays d’accueil. Par exemple, les immigrants chinois en France avaient été particulièrement attentifs aux réactions des gouvernements français et chinois lors des manifestations à Paris pour le passage de la flamme des Jeux Olympiques de Pékin, le 8 Avril 2008 (Raynaud, 2009).

7Par ailleurs, A-S. Chiu et C-B. Tan (2004) soulignent que les associations d’immigrants chinois ont de fortes connexions avec la Chine, certaines sont même directement liées aux autorités chinoises qui comptent de nombreux intérêts politiques et économiques avec ses immigrants. Il arrive que le gouvernement chinois publie sur Internet une annonce indiquant qu’il a besoin des talents des Chinois de la diaspora pour l’aider dans sa construction nationale. De nombreuses entreprises ont ainsi établi des partenariats entre les autorités chinoises et le pays d’accueil, c’est le cas de l’ « Association des Ingénieurs Chinois Américains ». Cette organisation professionnelle, fondée en 1995, développe les coopérations entre la Chine et les États-Unis pour les entreprises et les particuliers des deux pays. Beaucoup de Chinois créent leur entreprise sur Internet, notamment pour satisfaire des services destinés à la diaspora chinoise. Par exemple, une société de Singapour a développé un programme informatique permettant à toutes les communautés chinoises en ligne dans le monde d’effectuer des recherches généalogiques2. Grâce à son moteur de recherche, le programme permet de connaitre l’origine et l’histoire de la famille de l’utilisateur à partir de son nom de famille.

8A-S. Chiu et C-B. Tan (2004) analysent également les distinctions et similitudes entre nouveaux et anciens immigrants. Les nouveaux immigrants partagent activement leurs expériences concernant le travail et leur récente immigration sur des sites Internet dans leur société d’accueil. Ils créent des associations d’anciens étudiants issus de mêmes universités ou de mêmes écoles chinoises. Les plus anciens immigrants de la diaspora (principalement présents dans le Sud-Est asiatique et en l’Amérique du Nord) s’intéressent davantage aux thèmes liés à la culture traditionnelle chinoise. En effet, les associations ethniques, longtemps établies selon des dialectes, des liens de parenté ou des lieux de naissance, ont créé leur communauté en ligne afin de promouvoir les intérêts de leur ethnie et l’héritage culturel chinois dans l’arène internationale. La volonté de réaffirmer les traditions chinoises est commune aux organisations de la diaspora chinoise hors ligne et en ligne. En ce sens, il n’existe pas de réelle dichotomie entre les pratiques modernes des nouveaux immigrants chinois et le traditionalisme des anciens immigrants de la diaspora.

9Tandis que les associations d’immigrants hors ligne se structurent autour d’une unique identité nationale chinoise, les communautés en ligne proposent souvent, sur un même site, de multiples perceptions de l’identité nationale chinoise qui se mêlent aux identités ethniques des Internautes. Ces sites, tels que World Huaren Federation3 ou XinEurope4, contiennent des rubriques similaires : l’objectif du site, l’actualité, l’histoire et les « racines » chinoises, les différentes cultures chinoises, la communauté chinoise et les affaires locales, qui s’accompagnent très souvent de forums et de chat. En fournissant de nombreuses informations concernant la langue, la civilisation, l’histoire et les traditions chinoises, ces sites ont un fort attrait pour les divers héritages culturels chinois.

10Ainsi, les associations chinoises (hors ligne et en ligne) sont un mode d’organisation complémentaire indispensable aux diverses communautés de la diaspora chinoise dans le monde, qui s’observe, par exemple, dans la lutte contre les discriminations envers les Chinois dans les différentes parties du monde. Elles assurent les fonctions essentielles d’assistance, de réconfort avec un sentiment d’appartenance aux nouveaux immigrants chinois de la ville (Chiu, Tan, 2004). Elles constituent alors un moyen essentiel de partager et de promouvoir un même héritage culturel, mais aussi de créer de nouvelles perceptions, produisant ainsi, de nouvelles pratiques et identités culturelles.

Internet et la production de nouvelles identités culturelles chinoises : entre rupture et continuité de la tradition

11Les associations hors ligne ou en ligne fournissent également aux immigrants de la diaspora, l’opportunité de redéfinir leur identité et leurs relations avec d’autres individus déracinés issus de la même culture. Afin d’examiner la construction des identités culturelles des migrants, B. Chan (2006) examine le développement et les activités de deux communautés en ligne de Chinois qui étudient et travaillent à Singapour. Cette étude repose sur l’analyse des échanges effectués sur les forums des sites de Springdale et AutumnLeaves. L’auteur observe que pour les immigrants éloignés de leurs liens de parenté, les associations peuvent exercer une sorte d’influence morale et les aider à définir leur identité.

Cependant, l’émergence des associations chinoises en ligne a participé à l’altération des relations sociales parmi les immigrants chinois et à la remise en cause du sens et des représentations de leurs identités. En effet, l’arrivée d’Internet a permis la diffusion à l’échelle mondiale de nombreuses images et discours concernant la culture et l’identité chinoise. Cette immense quantité d’information disponible sur les sites Internet des associations d’immigrants chinois génère de nouvelles perceptions et représentations du monde chinois à l’échelle mondiale. En s’appuyant sur plusieurs travaux concernant les communautés chinoises au Canada, R. Tamang (2008) met en évidence que les images véhiculées sur les sites Internet chinois et des communautés virtuelles constituent, pour chaque immigrant chinois, la possibilité de négocier et de redéfinir leur identité culturelle vis-à-vis de la communauté chinoise et des autres communautés d’immigrants. Selon l’auteur, Internet est un outil d’apprentissage majeur pour les immigrants qui souhaitent préserver et transmettre leur héritage culturel aux prochaines générations. Ainsi, de multiples identités culturelles et ethniques chinoises se forment. L’auteur précise que de nombreuses « options identitaires » sont offertes aux immigrants chinois qui doivent alors « négocier » et redéfinir leurs identités et leurs appartenances culturelles en fonction des autres immigrants chinois et de la population du pays d’accueil.

12A travers l’analyse des différentes études menées sur Internet et les identités multiples de la diaspora chinoise, nous pouvons proposer une représentation synthétique de la dynamique identitaire issue des travaux des auteurs présentés dans cet article (voir Figure 2).

Figure 2 : La diaspora chinoise à l’ère du géocyberespace

Figure 2 : La diaspora chinoise à l’ère du géocyberespace

Joy Raynaud, 2009

13Les communautés de la diaspora chinoise, arrivant dans un pays d’accueil, possèdent diverses perceptions, pratiques et identités culturelles propres à leur région et pays d’origine. Les TIC, notamment Internet, permettent de nouvelles interactions avec la communauté du pays d’accueil, les communautés des autres foyers de la diaspora dans le monde ainsi que la communauté du pays d’origine selon la définition de E. Ma Mung Kuang (2000). Par ailleurs, l’échange massif d’information grâce aux sites Internet, aux forums et aux chats, permet la production de nouvelles perceptions concernant l’ensemble des sujets abordés sur ces sites (nouveau territoire vécu, nouvelles opinions culturelles, politiques, économiques, etc.). Ces nouvelles perceptions engendrent également de nouvelles pratiques spatiales (rencontres avec les communautés locales, refus de vivre dans les Chinatowns, etc.) et la redéfinition de leur identité culturelle (Wenjing, 2005). Deux choix s’offrent alors aux individus de la diaspora. Tout d’abord, avec la consultation de nombreux sites dédiés à l’héritage culturel chinois, certains immigrants conservent leurs perceptions et pratiques originelles, issues du pays d’accueil. Cela s’observe fréquemment chez les individus de l’ancienne immigration chinoise. Malgré les nouvelles informations culturelles véhiculées par Internet, ces immigrants choisissent une identité culturelle traditionnelle. A l’issue des nouvelles perceptions et pratiques liées à l’usage d’Internet, les individus de la diaspora peuvent également redéfinir leurs identités culturelles, aboutissant à des identités hybrides, nées du vécu quotidien de deux territoires (Wenjing, 2005). Ce processus s’observe chez les nouveaux immigrants de la diaspora, notamment les étudiants. Tout au long du séjour dans le pays d’accueil, Internet ne cessera d’interroger ces identités culturelles hybrides : elles pourront ainsi évoluer vers une part importante de la culture chinoise dans l’identité de l’individu (retour vers les traditions chinoises) ou, à l’opposé, vers une forte adoption de la culture du pays d’accueil. En ce sens, les identités ne sont donc pas figées et stables mais construites et reproduites au sein des processus de communication et de territorialisation quotidiens.

14L. Wong (2003) examine la façon dont les nouvelles technologies de l’information et de la communication changent les identités culturelles des chinois de la diaspora. En discutant des courants de pensées relatifs à la construction des identités culturelles des immigrants, l’auteur propose de voir Internet comme un outil qui interroge l’identité du migrant dans l’expérience de la diaspora (création de pages Web, de liens, de chat, de forums concernant la culture et la tradition). Internet permet aux identités d’être expérimentées de façon immédiate et quotidienne, en lisant les derniers titres parus des principaux journaux chinois, en débattant de la scène politique en Chine, en discutant des relations sino-américaines, en répondant à une critique d’un film chinois ou en suivant les chroniques d’un acteur, etc. Ces pratiques partagées permettent aux immigrants de la diaspora de remettre en cause leurs idées concernant la communauté chinoise et la patrie.

15Entre tradition et modernité, les identités culturelles des diasporas se construisent dans l’interaction entre la « similarité et la différence dans le processus de déplacement et d’installation » (Wenjing, 2005). Deux tendances de l’identité des immigrants de la diaspora sont construites à partir de l’interaction de deux vecteurs de l’identité culturelle, similarité ou continuité d’une part et différence ou rupture d’autre part. Elles correspondent aux deux choix présentés précédemment dans la représentation synthétique de la dynamique identitaire (Figure 2). La première tendance est la « tradition », qui tente de restaurer une identité culturelle originelle et de retrouver les unités et les certitudes, perçues comme déclinantes face à une culture de masse mondialisée. La seconde est la « translation », qui signifie que ces identités sont exposées au jeu de l’histoire, de la politique, de la représentation et de la différence, si bien qu’elles ont peu de chance d’être à nouveau uniques ou « pures ».Internet permettrait ainsi aux immigrants de la diaspora, un retour vers leurs origines en (re)construisant et encourageant des liens familiaux forts et il permettrait également de créer une identité chinoise essentialiste, acquise par la construction(Wenjing, 2005).

16A cet égard, L. Wong (2003) démontre qu’une identité chinoise authentique, « pure », est par nature imparfaite et futile. En déconstruisant le fait « d’être Chinois », il démontre que les identités sont contingentes, souvent multiples et en permanente évolution. Les TIC produisent de nouveaux attachements culturels, caractérisés par les concepts de déterritorialisation, d’hétérogénéité et d’hybridité. Dans le cas de la communauté chinoise, Internet permet aux immigrants de se créer un processus de territorialisation entre le pays d’accueil et celui de départ dans lequel ils utilisent un système de valeurs propres à la culture chinoise traditionnelle : respect, honneur, solidarité, etc. (Wong, 2003). Les chercheurs s’inscrivant dans un courant postmoderne démontrent à ce sujet que les diasporas s’inscrivent dans un processus croissant de développement des identités infranationales et transnationales et où les fonctions des Etats-nations tendent à disparaître.

17Selon R. Tamang (2008), en résumé, trois versions majeures de l’identité chinoise sont identifiées sur Internet. La première est liée à une identification au parti communiste chinois et son idéologie politique du socialisme. Être Chinois est également lié à l’idée d’appartenance à l’identité ethnique Han, notamment pour beaucoup d’immigrants chinois provenant de la Chine continentale, de Taïwan, Hong Kong, et de Macao. Enfin, l’identité chinoise est intimement liée au confucianisme, que beaucoup de groupes chinois dans le monde perçoivent comme une caractéristique essentielle de la culture chinoise. Par conséquent, les utilisateurs d’Internet ont plusieurs « options » identitaires associées à de nombreuses interprétations et significations de la culture chinoise. S. Hall (1990) démontre qu’avec l’utilisation croissante d’Internet, les recherches généalogiques sont un loisir de plus en plus pratiqués. L’accès à la généalogie en ligne a encouragé beaucoup de nouveaux arrivants chinois à apprendre l’histoire de leur famille. Ils peuvent choisir certaines parties de leur histoire afin de les transmettre à leurs enfants. Internet offre donc la possibilité aux immigrants de redéfinir leur passé et celui de leurs enfants de manière à ce qu’il corresponde à une image positive d’eux-mêmes, des autres communautés chinoises et des autres individus du pays d’accueil (Tamang, 2008). Néanmoins, l’identité nationale des immigrants chinois occupe une place majeure sur les sites en ligne des organisations de la diaspora, au détriment des identités ethniques et régionales. Cette identité est fortement revendiquée par la République Populaire de Chine qui continue d’exercer une forte influence sur les nouveaux migrants (Chan, 2006).

18Dans un monde globalisé, où la diffusion des informations et la mobilité des biens et des personnes ne cessent de s’accroître, les individus sont davantage amenés à négocier leurs identités culturelles. Malgré l’adaptation au mode de vie occidental, X. Wenjing (2005) démontre que les individus de la diaspora se sentent avant tout Chinois et sont fiers de leurs origines. Selon l’auteur, cette identité nationale chinoise est d’autant plus exacerbée lorsque les habitants du pays d’accueil perçoivent les immigrants comme des étrangers. S. Hall (1990) identifie trois conséquences de la globalisation dans l’identité culturelle des diasporas, que l’on retrouve également dans le cas de la diaspora chinoise:

  • la redéfinition des profils établis de l’identité nationale et l’expression de la volonté d’altérité et de diversité culturelle,

  • le renforcement des identités locales,

  • la production de nouvelles identités.

Ces éléments confirment également la représentation synthétique de la dynamique identitaire proposée par la figure 2 : les nouvelles perceptions apportées par la globalisation permettent l’émergence de nouvelles identités culturelles hybrides, nées du vécu de plusieurs territoires.

19Ainsi, Internet est vecteur de nouvelles perceptions, générant de nouveaux processus de territorialisation et des pratiques spatiales inédites. En ce sens, les communautés en ligne participent à la redéfinition de l’identité culturelle des individus de la diaspora, avec la culture du pays d’accueil. La négociation des différentes valeurs et pratiques culturelles aboutit à une identité culturelle fragmentée et hybride. L’identité culturelle n’est donc pas innée, elle exprime un héritage ou une transmission culturelle apprise par chaque individu, bien que les racines de cette identité soient généralement construites sur un socle de culture traditionnelle.

Internet : un outil pour une meilleure intégration dans le pays d’accueil

20Comme le souligne X. Wenjing (2005), de par leurs conditions d’existence et leur besoin de former une communauté, les premiers immigrants de la diaspora devaient nécessairement se regrouper dans un même quartier de la ville. De nos jours, les communautés en ligne permettent aux communautés de la diaspora chinoise de s’affranchir de la nécessité de proximité spatiale. Contrairement aux précédents immigrants chinois vivant dans les Chinatowns des grandes villes du monde, les nouveaux immigrants sont spatialement éloignés les uns des autres, tout en ayant les mêmes activités économiques que leurs prédécesseurs. C’est le cas des centaines de milliers d’étudiants chinois venus aux USA après 1979, qui ont préféré s’éparpiller sur le territoire et se rassembler en communautés sur Internet.

21A partir d’une analyse historique, L. Wei (2005) propose une synthèse mettant en évidence les processus de dispersion spatiale des immigrants de la diaspora chinoise aux Etats-Unis et confirme, qu’à l’échelle infra-urbaine, les minorités chinoises ont tendance à quitter les Chinatowns pour s’établir en banlieue dans laquelle ils forment de multiples groupes communautaires dispersés sur le territoire « Contemporary Chinese communities range from urban to suburban, and from concentrated to dispersed, forming a new ethno-spectrum of multi-clustered settlement patterns and multifaceted community forms ». Ayant un meilleur niveau de vie, ces populations perçoivent les Chinatowns des centres-villes comme des enclaves ethniques.

22Parallèlement à ce phénomène de dispersion spatiale des immigrants, les communautés en ligne permettent également de faciliter l’insertion dans le pays et la ville d’accueil, en créant des liens sociaux. En effet, dans son enquête X. Wenjing (2005) démontrent que plusieurs interviewés ont cherché à rencontrer de nouveaux amis chinois sur des forums, ils ont ensuite gardé le contact par e-mail, téléphone et certains ont joué ensembles à des jeux vidéos en ligne. D’autres étudiants utilisent ces réseaux pour organiser des activités sportives avec des étudiants chinois ou pour consulter les opportunités d’emplois et les recrutements dans le pays d’accueil. Sur les forums ou les sites Internet des universités, les étudiants trouvent des informations concernant les rassemblements ou les célébrations chinoises, ce qui leur permet de se faire de nouveaux amis. Dans une moindre mesure, les forums permettent aux Chinois de la diaspora de se faire des amis originaires du pays d’accueil, dans l’objectif d’améliorer leur langue, mais pour certains ces amis ne sont que des « connaissances » car les valeurs culturelles sont trop éloignées.

23Dans sa thèse de philosophie, Y. Wang (2006) démontre que les communautés chinoises vivant aux Etats-Unis et notamment les étudiants, utilisent Internet pour les aider à s’adapter au pays d’accueil. Une enquête réalisée sur Internet auprès de 268 étudiants Nord-américains montre que les principaux motifs d’utilisations d’Internet des immigrants chinois sont :

  • Discuter avec d’autres personnes, les rencontrer, les aider, etc.

  • Mieux connaitre la langue et la culture américaine, ses valeurs, etc.

  • Utiliser Internet comme passe-temps

  • Rechercher des informations

  • Utiliser Internet pour le plaisir

  • Utiliser Internet pour sa commodité : facilitée pour envoyer et recevoir des mails

  • Avoir le sentiment d’être moins seul, avoir la possibilité de parler à quelqu’un

  • Maintenir des liens forts avec la Chine (renforcement des valeurs culturelles chinoise)

Selon l’auteur, ces motifs participent à l’adaptation psychologique et culturelle des immigrants chinois à leur nouvel environnement de vie. De même, X. Wenjing (2005) affirme que les forums permettent aux immigrants une adaptation au pays d’accueil ce qui engendre la formation d’un biculturalisme, combinaison des pratiques et des valeurs culturelles natales ainsi que celles de l’hôte. Les forums fournissent de nombreuses informations concernant le style de vie du pays d’accueil ou des conseils pour communiquer au mieux avec les habitants. Les immigrants peuvent y trouver des mots d’argot, le ton approprié dans les conversations (humour, dérision), les tenues vestimentaires adaptées à diverses situations, les meilleures marques de cosmétique, des conseils pour le shopping, etc. L’auteur précise que beaucoup de Chinois à New-York se connaissent grâce aux forums qui constituent le principal outil pour échanger de l’information locale.

24Les forums sont donc le moyen, pour les immigrants chinois, de développer une autre identité culturelle, celle du pays d’accueil, notamment à travers l’apprentissage de sa langue. Au-delà de leurs identités nationales et ethniques issues de leur pays d’origine, les immigrants adoptent ainsi fréquemment une partie de l’identité nationale ou locale du pays d’accueil (Wenjing, 2005). En ce sens, l’utilisation d’Internet, notamment grâce aux forums, constitue une immense source d’informations et d’échange pour s’adapter à la culture du pays d’accueil et favoriser l’émergence d’un biculturalisme.

Être ici et se sentir là-bas grâce à Internet

25La redéfinition de l’identité culturelle des immigrants sur Internet induit également la production de nouveaux territoires vécus. Dans son étude, R. Tamang (2008) observe que grâce à Internet, les immigrants vivant dans le pays d’accueil, ont le sentiment d’être également présents dans le pays d’origine, pourtant situé à plusieurs milliers de kilomètres. Ainsi, Internet permet aux individus de redéfinir leurs identités culturelles mais également d’avoir un sentiment d’appartenance à plusieurs lieux simultanément. En effet, la mobilité des immigrants dans les métropoles globalisées peut entrainer une sensation de perte de ses racines et de ses liens avec le pays d’origine. En réaction, de profonds attachements aux idées et valeurs du pays natal apparaissent, ce qui aboutit à une affirmation de l’identité culturelle du pays d’origine du migrant.

26A travers son enquête, X. Wenjing (2005) confirme le sentiment des immigrants « d’être ici » et « se sentir là-bas » grâce à Internet. Le vaste héritage culturel disponible en ligne ainsi que la communication entre Chinois de la diaspora sur les forums des communautés en ligne apportent aux immigrants, le sentiment « d’être chez soi », à la maison, en Chine. Des liens forts sont donc maintenus avec le pays d’origine et les pratiques culturelles traditionnelles sont appropriées et transmises par les immigrants. Certains ont même un fort sentiment de responsabilité lorsqu’ils lisent les informations concernant la Chine et ressentent avec beaucoup d’émotions ce qui s’y passe. La connexion quotidienne des individus de la diaspora chinoise à cet « espace technologique », leur permet de partager les mêmes pratiques et traditions culturelles avec d’autres membres de la communauté, ce qui leur procure un sentiment de familiarité et de chaleur en retrouvant les unités et les certitudes perdues (Wenjing, 2005). Ces nouvelles perceptions peuvent avoir des conséquences spatiales dans la vie sociale et professionnelle des immigrants (diminution des rencontres avec la communauté chinoise locale, création d’entreprise dans le pays d’accueil).

Conclusion

27L’utilisation d’Internet bouleverse les concepts de distance et de territoire. Cette revue s’intéressant aux immigrants de la diaspora chinoise nous permet de mettre en évidence trois nouveaux processus : Internet favorise l’adaptation des immigrants à l’échelle locale, il permet la dispersion sur le territoire, tout en créant le sentiment d’être « présents » dans le pays d’origine.

28Internet est un moyen de communication essentiel pour les immigrants qui assure le maintien de liens forts avec la Chine tout en développant des attaches avec le pays d’accueil. En effet, les associations en ligne des minorités chinoises jouent un rôle majeur pour l’intégration des individus dans la société d’accueil, elles comptent généralement quatre fonctions majeures : fournir un réseau social, aider les migrants à résoudre des problèmes personnels ou matériels, défendre des groupes d’intérêts dans la société d’accueil et maintenir la culture chinoise (Chan, 2006). Dans le processus d’adaptation culturelle, intégrant les perceptions et les pratiques de la société du pays d’accueil, les immigrants désirent faire revivre une identité traditionnelle et collective : « Avec le développement des infrastructures de transports, de télécommunications et avec l’usage croissant des télé-relations, les barrières physiques et mentales entre les espaces d’origine des minorités culturelles et nationales et les espaces d’implantation ont perdu de leur opacité » (Bakis, 2007b).

29Permettant une dispersion géographique des immigrants, les forums des communautés en ligne procurent également le sentiment « d’être chez soi », d’être dans un « lieu » familier, chaleureux. Il se crée alors une relation symbiotique entre la communauté physique dans le pays d’accueil et la communauté en ligne chinoise à l’échelle mondiale, cette interaction forge et renforce une identité culturelle hybride. De nouveaux territoires vécus, discontinus se construisent  puisque le comportement des communautés de la diaspora chinoise est toujours lié aux perceptions individuelles et collectives du territoire du pays d’origine et celui du pays d’accueil (Guerassimoff, Pina-Guerassimoff, 2003). Tout en s’identifiant fortement aux valeurs et symboles chinois, les individus et groupes de la diaspora utilisant Internet, remettent en cause les représentations dominantes de l’identité culturelle chinoise et construisent des versions alternatives.

30Cependant, les études s’intéressant aux liens entre Internet et les communautés de la diaspora chinoise analysent les contenus des sites Internet à travers les discours et les images véhiculés. En effet, il existe peu de données chiffrées concernant cette diaspora : par exemple, le nombre d’immigrants Chinois dans le monde,  le nombre d’associations chinoises en lignes et hors lignes restent des données inconnues et leurs représentations cartographiques précises est impossible. Des enquêtes statistiques plus précises pourraient être réalisées afin de déterminer, par exemple, les usages économiques des forums communautaires à travers le commerce ou l’emploi. En effet, avec l’utilisation d’Internet, les nouvelles relations entre la dimension économique (flux marchands) et la dimension culturelle (constructions identitaires) de la diaspora chinoise constituent une thématique intéressante à explorer. Par ailleurs, il serait innovant d’élargir l’étude du rôle d’Internet à celui des téléphones fixes et portables. Ces outils technologiques engendrent-ils de nouvelles perceptions et pratiques chez les immigrants de la diaspora chinoise ? La réalisation d’études permettrait d’observer si les TIC renforcent le sentiment de proximité des migrants avec le reste de la communauté vivant en Chine. De même, quels sont les nouveaux territoires de ces minorités culturelles ? Les TIC constituent-ils de nouveaux territoires pour les immigrants, au même titre que les territoires du pays de départ et ceux du pays d’accueil ? Il serait également possible de comprendre comment les TIC participent à la construction de nouvelles identités culturelles. Grâce à l’espace technologique des réseaux et des flux, les perceptions et les pratiques spatiales des acteurs ne cessent de se redéfinir, produisant ainsi des identités culturelles multiples et en évolution. Ce processus est d’autant plus remarquable dans le cas des populations vivant à plusieurs milliers de kilomètres de leur pays d’origine.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS H. (2007a), « Le « Géocyberespace » revisité : usages et perspective », Netcom, vol. 21, n°3-4, pp. 285-296.

BAKIS H. (2007b), « Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et Internet », Note de recherche, Netcom, vol. 21, n°3-4, pp. 381-384.

BAKIS H. (2001), « Réseaux sociaux, réseaux de la communication culturelle et territoires », Bulletin de l’Association de Géographes français, Géographies, 78ème année, n°1, pp. 5-10.

BAKIS H. (1996), « Cultures, électronique et territoires », Netcom, vol. 10, n°2, pp. 640-664.

BAKIS H. (1994), Les réseaux et leurs enjeux sociaux, Paris, PUF, 128 p.

CHAN B. (2006), « Virtual communities and Chinese national identity », Journal of Chinese Overseas, n°2 (1), pp. 1-32.

CHIU A-S et TAN C-B (2004), "Old Chinese Overseas Communities and New Chinese Migrants on the Internet", Paper presented at the 5th Conference of the International Society for the Study of Chinese Overseas, Copenhagen, May 2004.

FROMENT B. et BAKIS H. (2005), « Migrations, télécommunications et lien social : de nouveaux rapports aux territoires ? L’exemple de la communauté réunionnais », Annales de Géographie, n°645, pp. 564-574.

GUERASSIMOFF E. et PINA-GUERASSIMOFF C. (2003), critique d’ouvrage de Ma Mung E. (2000), « La Diaspora chinoise, géographie d’une migration », Paris, Ed. Géophrys, 176 p. in Perspectives chinoises, n°79, mis en ligne le 2 août 2006.

HALL S. (1990), « Cultural identity and Diaspora », in Identity: Community, Culture, Difference, Ed. Jonathan Rutherford, London: Lauwrence & Wishart, pp. 222-237.

MA MUNG KUANG E. (2009), « Diaspora et migrations chinoises », in L’Enjeu mondial, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 235-245.

MA MUNG KUANG E. (2000), La diaspora chinoise géographie d’une migration, Paris, Ed. Géophrys, 176 p.

MCKEOWN A. (2005), « Chinese Diaspora », Encyclopedia of Diasporas Immigrant and Refugee Cultures Around the World, Ed. Springer US, pp. 65-76

PICQUART P. (2004), L’empire chinois, Mieux comprendre le futur numéro 1 mondial : histoire et actualité de la diaspora chinoise, Paris, Ed. Favre SA, 220 p.

RAYNAUD J. (2009), Analyse et modélisation de l’accessibilité spatiale aux services sanitaires en Languedoc Roussillon, Mémoire de Recherche de Master 2, Université Montpellier III–Paul Valéry, 129 p.

SANJUAN T. (2008), Le défi chinois, Paris, La Documentation française, coll. La Documentation photographique, n°8064, 64 p.

TAMANG R. (2008), « Negotiating Chinese Identity in the Internet Age », Asian Social Science, vol. 4, n°11, pp. 8-12.

TROLLIET P. (1994), La Diaspora chinoise, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 126 p.

WANG Y. (2006), Internet use among Chinese students and its implication for cross-cultural adaptation, thèse, Kent State University, 176 p.

WEI L. (2005), « Beyond Chinatown, beyond Enclave: Reconceptualizing Contemporary Chinese Settlements in the United States », GeoJournal, vol. 64, n°1, pp. 31-40.

WENJING X. (2005), « Virtual space, real identity: Exploring cultural identity of Chinese Diaspora in virtual community », Telematics and Informatics, vol. 22, n°4, pp. 395-404.

WONG L. (2003), « Belonging and diaspora: The Chinese and the Internet », First Monday, vol. 8, n°4-7, 17p.

Haut de page

Notes

1 En 2004, selon A-S. Chiu et C-B. Tan (2004), il y aurait plus de 1000 associations d’immigrants chinois dans les pays occidentaux.

2 www.chineseroots.com ou www.xungen.com

3 www.huaren.org

4 www.xineurope.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La diaspora chinoise dans le monde en 2007 (MA MUNG KUANG E., 2009)
Crédits Remerciements à l’auteur, Ma Mung Kuang et à l’éditeur, Presses de Sciences Po, pour leur aimable autorisation concernant la publication de cette carte. Source : compilation d’Emmanuel MA MUNG d’après différents recensements nationaux ; The Institute of Chinese Studies, Ohio State University ; The Overseas Compatriot Population Distribution, Republic of China, 2005.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 : La diaspora chinoise à l’ère du géocyberespace
Crédits Joy Raynaud, 2009
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joy Raynaud, « Nouveaux territoires et nouvelles identités culturelles : revue des études sur la diaspora chinoise a l’ère d’Internet », Netcom, 25-1/2 | 2011, 47-62.

Référence électronique

Joy Raynaud, « Nouveaux territoires et nouvelles identités culturelles : revue des études sur la diaspora chinoise a l’ère d’Internet », Netcom [En ligne], 25-1/2 | 2011, mis en ligne le 16 mai 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://netcom.revues.org/303 ; DOI : 10.4000/netcom.303

Haut de page

Auteur

Joy Raynaud

Doctorante à l’Université Montpellier III. Equipes d’accueil : UMR ART Dev (Montpellier) et UMR GRED (Montpellier). Chargée de Missions à l’Union Régionale de Professionnels de Santé – Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon – joy.raynaud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org