Navigation – Plan du site

Les territorialités émergentes des migrants marocains

Pratiques du web, réseaux et élargissement des territoires
The emergent territorialities of Moroccan migrants: web practices, networks and territories extension
Sabrina Marchandise et Mathieu Renault
p. 33-46

Résumés

Par l’usage et les pratiques liées aux TIC, l’espace virtuel devient un support des relations sociales mobilisées dans la migration, espace de socialisation (par la communication, la communauté) et espace de ressources (culturelle, économique et sociale), ayant des traductions concrètes dans l’espace physique. Nous nous interrogeons alors sur l’articulation des territoires physiques et non physiques des migrants marocains. Cet article se fonde sur une expérimentation en cours d’exploration et de visualisation du web diasporique. Nous en livrons ici les premiers éléments de résultats, à la fois à partir de la représentation d’un corpus de sites web, de la localisation des sites et destinataires et également par une réflexion sur l’apport des représentations des réseaux sociaux sur le web.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement des pratiques web semble mener à une évolution paradigmatique : l’espace géographique est modifié par une nouvelle relation à la distance et par l’émergence de nouvelles pratiques. L’objectif est donc de saisir comment les pratiques web participent de la co-construction des territoires. Nous considérons les technologies de l’information et de la communication (TIC) comme ayant un fort potentiel de restructuration de l’espace géographique et de recomposition des relations entre les territoires. Le développement des pratiques liées à internet crée de nouveaux rapports aux territoires, et, selon nous, la multiplication des réseaux permet une évolution des territoires de référence et par là, une recomposition des territoires.

2Les diasporas se fondent sur les réseaux (Bruneau, 2004 ; Berthomière, Chivallon, 2006 ; Dufoix, 2003), et le web représente aujourd’hui une extension des territoires de la diaspora par les réseaux numériques (Bakis, 2007). Cette approche impose donc de prendre en considération les discontinuités spatiales et temporelles, l’organisation réticulaire de l’espace, la relativisation des distances, le rôle des nouvelles technologies dans l’apparition et l’entretien des réseaux. Par l’usage et les pratiques liées aux TIC, l’espace virtuel devient un support des relations sociales mobilisées dans la migration, espace de socialisation (par la communication, la communauté) et espace de ressources (culturelle, économique et sociale), ayant des traductions concrètes dans l’espace physique.

3Dans le cadre de l’analyse d’une population en diaspora, il est vrai qu’Internet permet de réduire, voire d’effacer les distances. Cependant, en tant que géographe, nous constatons le peu d’intérêt consacré à l’espace. Notre approche se situe donc au niveau de la compréhension des nouvelles territorialités, nous parlerons de territorialités émergentes. Le territoire est sans cesse en construction, il est mouvant et multi-situé. A travers les pratiques web, nous pouvons nous demander dans quelle mesure la dimension non physique des territoires peut être intégrée à la construction du collectif migrant et participe des mobilités individuelles ou collectives. Il en découle alors l’hypothèse d’une articulation de plusieurs territoires non continus dans la migration : le territoire physique des migrants et le territoire numérique lié aux pratiques du web.

4Si la géographie s’est largement renouvelée sur l’analyse des espaces de circulation et des territorialités mouvantes dans la migration, nous proposons ici un renouvellement des questionnements géographiques et du positionnement théorique faisant le lien entre les pratiques web et les migrations.

5Approfondir le lien entre connectivité et dispersion au sein des espaces numériques de la diaspora marocaine suppose que la culture du numérique entraîne un nouveau rapport au territoire. Et alors comment habiter ce nouvel espace ?

6Nous présenterons dans un premier temps les éléments théoriques nous permettant de construire cette problématique, depuis la place de la géographie dans l’analyse des pratiques web jusqu’au lien entre l’analyse de la diaspora marocaine et les apports d’une telle approche. Nous aborderons ensuite la représentation des réseaux numériques de la diaspora marocaine. L’enjeu est alors de produire une représentation des pratiques dans le cyberespace.

La prise en compte du web pour approfondir les connaissances de la diaspora marocaine

Une population d’étude appropriée pour cette analyse

7La diaspora marocaine est particulièrement pertinente pour entreprendre cette analyse. En effet, elle a déjà fait l’objet de nombreuses études dans l’analyse de son fonctionnement en réseau dans les territoires physiques. Nombre de travaux ont permis une meilleure compréhension des relations entre réseaux de la migration et construction territoriale notamment par la mise en exergue des circulations transnationales (citons, entre autres, les travaux de Arab, 2009 ; Charef, 2003 ; Lacroix, 2005 ; Péraldi, 2001 ; Schaeffer, 2004 ; Tarrius, 2007). Ces travaux ont abordé les circulations transnationales entre le Maroc et les pays d’installation ou de circulation des migrants marocains par le commerce, les retours et les liens familiaux ou les associations.

8Cependant, les migrations marocaines ne sont encore que très peu appréhendées dans ce champ nouvellement ouvert d’analyse des pratiques liées aux TIC et de leurs impacts territoriaux. Les TIC laissent entrevoir une déterritorialisation ainsi qu’une reterritorialisation des pratiques et des échanges. Le migrant va alors pouvoir construire, déconstruire et recomposer « sa » territorialité.

9L’analyse à partir des pratiques web est d’autant plus pertinente que l’Etat marocain s’applique à mettre en place un certain « gouvernement à distance » des MRE (Marocains Résidents à l’étranger) dans lequel les TIC sont appelées à jouer un rôle de premier plan. La diaspora marocaine nous permet alors de mieux saisir une nouvelle conception de l’usage du web développée par plusieurs Etats (on pourrait également prendre l’exemple des Philippines) et de faire le lien entre l’efficacité de ces politiques et les pratiques réelles des migrants sur le web.

Interrelations entre pratiques web, réseaux et territoires des migrants

10L’analyse des migrations a connu un renouveau et le glissement s’est ainsi progressivement imposé, de la rupture à la continuité (Cortès, 1998). Les migrations sont aujourd’hui abordées en termes de circulations migratoires, de territoires circulatoires (Ma Mung, 2000 ; Tarrius, 2007) ou de transnationalisation (Faret, 2003 ; Bruneau, 2004). De plus en plus, la connectivité des migrants nous révèle de nouvelles formes de circulations et fait apparaître une nouvelle figure de la migration : le « migrant connecté » (Diminescu, 2005). Cette nouvelle approche nous permet d’aborder la double présence des migrants en prenant en compte toutes les formes de « digitalisation » de la vie des migrants. Le migrant connecté peut alors appartenir à plusieurs aires géographiques et milieux sociaux, il est doublement présent et non plus doublement absent ni même simplement en situation d’« entre-deux ».

11Plusieurs interrogations ont initié la construction de notre problématique. L’utilisation de la notion de territoire est-elle justifiée pour notre approche des pratiques sociales d’un collectif migrant sur internet ? Quelles sont alors les spécificités des territoires développés dans le cyberespace ? Et comment rendre compte des nouvelles spatialités produites par l’utilisation des réseaux Internet ?

12Les diasporas se fondent sur les réseaux, et le web représente aujourd’hui une extension des territoires de la diaspora par les réseaux numériques, impliquant une connexion entre le local et le global, donc une articulation des échelles. Il est alors question ici de l’appropriation des réseaux du web par les migrants de la diaspora marocaine.

13La combinaison de l’analyse des réseaux et des territoires virtuels ou concrets renforce notre approche. Plutôt que de s’en tenir à une définition fixe du territoire, nous nous demandons ce qui fait territoire, donc quelles sont les nouvelles formes de territorialité, et comment se fait le territoire, donc les formes de territorialisation (Vanier, 2009). Ainsi le territoire est considéré comme un ensemble de ressources enchevêtrées de manière complexe (Moine, 2007). Le territoire n’est pas défini une fois pour toute mais, au contraire, il est dynamique et se redéfinit sans cesse par les pratiques des acteurs (Antheaume, Giraut, 2005). Le territoire n’a pas une matérialité propre (dans le sens d’un espace géographique délimité et défini), au contraire il est abstrait mais permet de nous faire apprécier le réel, particulièrement dans le cadre de circulations élargies et de pratiques de mobilité internationale.

14Comment alors rendre compte de la mise en relation entre les lieux ? Les réseaux nous permettent de saisir ce qui fait lien, de rendre visible les proximités invisibles.

15La relation entre réseaux et territoires est un paradigme intégré par les géographes pour lesquels territoires et réseaux sont toujours imbriqués, nous parlons de « banalisation des territoires en réseaux » (Bakis, 1990) ou de « territoires réticulaires ». Ainsi, le territoire n’est plus continu mais repose sur un espace de relations discontinu, en archipel. Il s’agit ici de dépasser l’approche réseaux-territoires liée aux transports et réseaux de télécommunications. C’est la dimension sociale des réseaux qui vient enrichir le territoire. Les réseaux permettent de s’affranchir des contraintes de la distance. Ils permettent une diversité d’échanges reliant des lieux complémentaires. Le réseau a donc une capacité de mise en relation des acteurs et des lieux dans des espaces différenciés.

16L’approche par les réseaux impose donc de prendre en considération les discontinuités spatiales et temporelles, l’organisation réticulaire de l’espace, la relativisation des distances, le rôle des nouvelles technologies dans l’apparition et l’entretien des réseaux.

17L’analyse des liens entre l’évolution des technologies disponibles pour les migrants et les dynamiques de constitution et de transformation territoriales passe par l’étude des réseaux sur le web et donc par l’appropriation qui permet de mettre l’accent sur le social et sa dimension spatiale. C’est pourquoi nous parlons de nouvelles territorialités impliquées par les pratiques web.

18L’hypothèse de l’articulation de plusieurs territoires non continus dans la migration nous permet de penser la cohérence sociale accordée au territoire se manifestant dans la discontinuité et dans laquelle le réseau, matériel et immatériel, assure une fonction de lien social. Ce qui traduit la capacité des migrants à mobiliser des ressources élargies dans un système de mobilité circulatoire.

19Les interactions par les réseaux entre territoire physique et territoire du cyberespace sont complexes (superposition, tissage et non pas substitution) et aboutissent à ce que l’on peut appeler un « territoire augmenté », ou des « réalités augmentées » ou « géocyberespace » (Bakis, 1997 ; Valentin, 2008).

20Peut-on alors parler de prolongements de la communauté diasporique par les pratiques virtuelles ou par le web ? Et dans ce cas, comment la connectivité des migrants peut-être considérée comme une ressource (Ma Mung, 1999) ? Au niveau théorique, les concepts de dispersion et connectivité peuvent être repensés au regard de l’extension des réseaux de la diaspora.

21Les réseaux développés sur le web ainsi que l’utilisation des sites web dédiés aux migrants permettent d’intégrer des éléments supplémentaires et devenus indispensables à la compréhension des trajectoires individuelles et collectives des migrants. L’approche complémentaire entre les constructions transnationales et les communautés numériques permettent alors une précision des pratiques et réseaux jusqu’à poser la question des impacts spatiaux (Proulx et al., 2008).

La représentation des réseaux numériques de la diaspora marocaine

22Le programme de recherche TIC-migrations dirigé par Dana Diminescu1 (FMSH Paris) a élaboré une méthode d’exploration et de visualisation de l’occupation des territoires numériques par les diasporas (projet « e-Diasporas atlas »2).

23Par l’analyse du web 1.0 (sites « traditionnels », portails, forum, etc.) ainsi que du web 2.0 ou web social (blogs, sites de réseaux sociaux, etc.), nous développons la problématique du lien entre les sites web et entre les individus révélatrice à la fois de ce qui est présent sur le web mais également de ce qui y est absent. Nous nous intéressons plus particulièrement à la spatialité de ces données.

24Le web 1.0 est traditionnellement qualifié de « top-down », tandis que le web 2.0 est davantage « bottom-up  ». Pourtant, il nous semble plus pertinent d’évoquer une combinaison des formes du web par les diasporas plutôt qu’une rupture dans l’évolution du web. Cette combinaison permet alors de renforcer la réflexion sur la co-présence des migrants en interrogeant ce que chaque composante du web apporte aux migrants.

25L’hypothèse est que le web 1.0 désigne une forme plus structurée et hiérarchisée des réseaux de la diaspora que le web 2.0, sans pour autant opposer l’un à l’autre.

26L’objectif est donc d’analyser le web « de l’intérieur » en explorant à la fois la traduction des liens entre les sites du web 1.0 et l’activité sociale des migrants sur le web.

  • 3 Pour les détails du scénario méthodologique, se référer au site web du programme : http://ediaspora (...)
  • 4 Ont participé à la réalisation du corpus : Asmaa Azizi, Dana Diminescu, Sabrina Marchandise et Matt (...)
  • 5 http://ticmigrations.fr/fr/outils/nos-outils?view=item&cid=1&id=2
  • 6 Les différentes catégories sont : association / ONG ; blog ; site communautaire ; site institutionn (...)
  • 7 http://gephi.org/
  • 8 Pour des raisons méthodologiques et techniques, les blogs (qui relèvent pourtant du web social) ont (...)
  • 9 L’analyse du web social a été orientée par les entretiens réalisés avec les étudiants marocains en (...)

27Le scénario méthodologique se décompose en plusieurs étapes3 : 1) constitution d’un corpus de sites web liés à la migration marocaine4 (sites faits « par », « pour », « au sujet » des migrants) à l’aide du logiciel de navigation assistée (outil semi-automatique) Navicrawler5 ; 2) classification des sites selon la « catégorie »6, la langue, la localisation géographique de leurs administrateurs et leurs destinataires, etc. ; 3) Prospection et validation du corpus et de ses liens à l’aide d’un crawler automatique ; 4) Spatialisation du réseau hypertexte des sites et visualisation selon les différents champs de classification, avec le logiciel Gephi7 ; 5) Archivage des sites du corpus à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) afin de prendre en compte la temporalité du réseau ; 6) Analyse du web social8 (à l’aide notamment d’une application de représentation des réseaux d’amitiés et des groupes sur Facebook9).

28Le corpus de sites de la diaspora marocaine fait en parallèle l’objet d’un traitement selon une grille d’analyse spécifique (Bakis, Marchandise, Raynaud, Valentin, 2009) afin de traiter l’information que ces sites contiennent.

29Nous illustrons ici notre propos par quelques expérimentations significatives : la représentation du corpus de sites web, la localisation des sites et des destinataires des sites ainsi qu’une première approche des réseaux sociaux.

Spatialisation de la diaspora marocaine sur le web : une cartographie du cyberespace

30La mobilisation des différents outils de la géographie « classique » permet d’analyser le web et de faire le lien avec la diaspora. Les informations contenues dans le web permettent d’exploiter leur potentiel géographique en termes notamment de flux, centralités, polarités, temporalités, mais aussi d’accessibilité.

31Les sites web peuvent ainsi être considérés comme des nœuds, et les liens hypertextes comme des relations recomposant le web comme un espace de circulation. En effet, la configuration des liens entre les sites du corpus rend compte d’une certaine circulation de l’information et, par-là, de la réalité d’un espace virtuel. Certains nœuds apparaissent alors comme des hubs (c’est-à-dire générant beaucoup de liens sortant) et d’autres agissent comme des autorités (avec un grand nombre de liens entrant).

32Nous pouvons déjà penser que le web 1.0 de la diaspora rend compte d’une certaine organisation de la communauté par le partage d’un style de vie autour de valeurs politiques, religieuses, culturelles et l’expression d’une identité faisant référence au pays d’origine.

33L’analyse du web 1.0 de la diaspora marocaine nous informe notamment de la présence des associations et institutions pour les migrants sur le web mais également du rôle joué par chacun et des liens entre eux.

  • 10 Pour mettre en évidence les sites de la diaspora marocaine, nous sommes partie d’une liste de quelq (...)

34L’interprétation des liens entre les sites se fait à partir de la visualisation de graphes. L’analyse porte sur l’ensemble du corpus de sites10, c’est-à-dire sur le web 1.0 mais également sur la blogosphère (la Blogoma ou blogosphère marocaine, intégrée au corpus) et illustrant une première composante du web 2.0.

E-Diasporas Atlas Project : Moroccan migrants categories

E-Diasporas Atlas Project : Moroccan migrants categories

35Le corpus révèle que la diaspora marocaine sur le web est à la fois le fait de migrants (par les associations et blogs), mais également d’acteurs privés ou gouvernementaux (par les sites communautaires, institutionnels et les médias).

36Nous observons d’une part un large groupe de sites non connectés au reste du corpus et principalement associatifs. Différents clusters (ou regroupements) se dégagent ensuite avec une polarité centrale des sites communautaires tels que yabiladi.com et bladi.net. Ces deux sites sont centraux et fortement connectés à la sphère institutionnelle et à la blogosphère. Cette dernière agit presque en circuit fermé, les connexions étant principalement internes, entre blogs, et ne se réfèrent qu’assez peu aux autres catégories, ce qui se vérifie pour une grande majorité des blogosphères donc n’étant pas spécifique au Maroc. Le principal blog repéré est larbi.org avec lequel la majorité des blogs ont des liens.

37Le cluster institutionnel est également très connecté en interne mais des liens existent vers les autres catégories, principalement vers quelques sites associatifs. Le site marocainsdumonde.gov.ma est le plus connecté, suivi de alwatan.ma. Nous précisons toutefois que les sites associatifs citent beaucoup plus les sites institutionnels que l’inverse.

38La place des institutions et les liens avec la presse, les fondations, les associations et les sites communautaires interrogent sur le rôle et l’efficacité d’un gouvernement à distance et sont révélateurs des enjeux financiers (par les transferts financiers des migrants), politiques (par la mobilisation des Marocains résidant à l’étranger lors des prochaines élections marocaines en 2012) et de développement (par la sollicitation des compétences de l’étranger). Ces données pourront alimenter la réflexion sur le e-territoire de l’Etat marocain et ses impacts.

39Les sites de la catégorie média gravitent, leurs liens étant assez diffus et non spécifiques. Le site média le plus connecté est moroccoboard.com (site portail d’information destiné aux Marocains résidant aux Etats-Unis), en position d’interface entre des sites associatifs, des blogs et quelques sites communautaires. Il est à noter le développement récent de web radios et d’une web TV marocaine (synergies TV) dont l’une des principales vocations est de mettre en exergue des parcours de réussite des Marocains vivant à l’étranger et de valoriser l’implication dans le développement du pays d’origine.

40L’analyse du contenu des pages web permettra de vérifier l’hypothèse, jusque-là confortée, que le web 1.0 rend compte d’une certaine organisation de la diaspora et facilite l’expression d’une identité liée au pays d’origine.

Localiser les sites web et les destinataires

41Pour situer géographiquement les sites web (et ainsi entamer le travail de géolocalisation), nous avons utilisé un « whois » grâce auquel nous avons pu localiser les « registrar/contact » des sites. Quand l’information n’était pas présente, nous avons recherché l’information sur le site. En toute logique, la localisation des « registrar » fait référence à la dispersion de la diaspora marocaine. Cette géographie est reconnaissable dans la localisation des sites avec une majorité d’entre eux localisés en Amérique du nord et en Europe. Les blogs sont localisés de manière quasi-exclusive aux Etats-Unis car c’est une unique plate-forme, dont les utilisateurs, eux, sont disséminés.

42Ajoutons que deux sites majeurs sont localisés au Maroc : yabiladi.com et bladi.net. Ces sites sont considérés comme sites de la diaspora en raison des contenus destinés aux jeunes marocains du monde (la phrase d’accroche de yabiladi.com est « le Maroc à portée de clic ! » et celle de bladi.net est « le Maroc sans frontières »). Toutefois, leur localisation est assez surprenante et ne correspond pas à la logique diasporique dans le sens où les « registrar-contacts » sont marocains et vivent au Maroc.

43La localisation des destinataires des sites est particulièrement intéressante puisqu’elle révèle, non pas la répartition de la population migrante (les migrants marocains étant encore bien plus nombreux en Europe qu’en Amérique du nord), mais la structure de l’organisation diasporique du web. Nous constatons que les sites dédiés aux migrants marocains en Amérique du nord, et principalement aux Etats-Unis, sont surreprésentés en nombre. Ceci est révélateur des pratiques du web de la diaspora et du lien au pays d’origine entretenu par la consultation régulière de ces sites par les migrants et l’intérêt qu’ils manifestent à l’égard de ces sites. Toutefois, les sites concernés sont principalement des sites vitrines dont nous pouvons supposer un assez faible trafic. Ce constat nous permet de poser l’hypothèse d’un niveau d’accès et d’utilisation d’internet variables selon les pays d’accueil, faisant le lien avec le niveau de qualification. Il ne s’agit pas là de déterminisme mais d’une hypothèse fondée sur le croisement de plusieurs variables (niveau de qualification des migrants/destinataires des sites web de la diaspora). Nous pouvons également nous demander si ce lien maintenu par les pratiques web est renforcé par la distance.

44Toutefois, les sites les plus importants en termes de connectivité sont plutôt localisés en Europe et utilisent plutôt la langue française (68 % des sites ont le français comme langue principale, 14 % l’anglais et seuls 8 % l’espagnol). Cette connectivité fait donc référence à la population migrante marocaine nombreuse en France et en Belgique et donc à une fréquentation significative de ces sites.

Analyse du web social : l’apport des représentations des réseaux

45Cette partie de la recherche est toujours en cours d’expérimentation. Nous en présentons donc ici les prémisses.

46Les entretiens réalisés auprès des étudiants en France nous permettent d’avancer que leurs pratiques Internet sont principalement orientées vers le web 2.0, notamment les réseaux sociaux comme Facebook. Ce sont des espaces de groupes qui nous permettent de comprendre les intérêts des membres de la diaspora par les informations disponibles sur les profils des étudiants. Ces réseaux sont révélateurs d’identités et représentent une nouvelle source relative aux trajectoires des migrants. Ainsi les profils Facebook révèlent une articulation complexe entre le pays d’origine, le pays d’accueil, les orientations culturelles et cultuelles. La sphère d’intérêts communs nous permet d’avancer l’existence d’une diaspora marocaine étudiante s’exprimant à la fois sur le web et dans les territoires physiques.

  • 11 Analyse à partir de l’utilisation de l’interface de programmation (API) fournie par Facebook.
  • 12 Nous avons construit une base de données de 150 groupes Facebook relatifs aux étudiants marocains à (...)

47La méthodologie consiste d’une part à analyser les groupes Facebook11 des étudiants marocains12 et, d’autre part, à réaliser une étude approfondie de réseaux personnels égocentrés d’étudiants consentants.

48La première utilité méthodologique de la représentation de ces groupes a été de faciliter une certaine pré-reconnaissance virtuelle des liens entre les personnes du groupe et donc de permettre le « ciblage » de quelques personnes aux profils variés pour la réalisation des entretiens. En effet, l’analyse de ces réseaux met en évidence les liens entre les individus, la connaissance des « centralités » dans le groupe et la visualisation de groupes dans le groupe (clusters).

49Cet axe de recherche permet de poser quelques questionnements en lien avec la migration : qui connaît qui ? Avec quelles connaissances communes ? Selon quelles temporalités de construction des réseaux ? Quels sont les liens que l’on qualifie de forts ou de faibles ? Et comment se concrétisent ces liens (recherche d’un logement, d’un job, informations lors de l’arrivée, partage de soirées…) ?

50Les réseaux sociaux sur le web rendent également compte des différentes formes de capital social au sein même de la communauté formée par les amis d’un individu ou de celle d’un groupe. Nous faisons l’hypothèse de réseaux élargis construits dans des temporalités très distinctes : réseau des amis marocains d’avant la mobilité étudiante internationale, réseau familial, réseau élargi construit dans la mobilité. La structuration de ces réseaux serait en partie basée sur l’origine géographique mais également sur d’autres éléments liés à la mobilité internationale des étudiants.

51Deux catégories de capital social peuvent alors être mises en avant : bonding social capital et bridging social capital (Granovetter, 2000). Le premier permet de rapprocher des personnes qui se connaissaient déjà auparavant (impliquant donc des relations émotionnelles comme avec la famille ou des groupes d’amis). Bridging social network est un type de capital social permettant de rapprocher des personnes qui ne se connaissaient pas avant (les liens sont alors créés plutôt pour des échanges d’information ou saisir des opportunités, souvent professionnelles).

52Il y a là une véritable intersection entre les mondes réel et virtuel qui dépasse la simple articulation et permet de repenser le chevauchement. Finalement, ne peut-on pas considérer le profil Facebook comme un interface intégrant des données personnelles, géographiques et sociales ? L’usage de Facebook pour les étudiants marocains nous apparaît alors comme un révélateur de la combinaison mobilité, communication et circulation au sein des réseaux transnationaux.

53Il est intéressant d’étudier la corrélation entre les temporalités de construction des réseaux personnels et l’extension territoriale. En cela nous pouvons qualifier ce type de réseaux d’« hybrides ». Quels champs des possibles ces réseaux permettent-ils en termes de circulation ? Le début de notre analyse nous permet de parler de multi-appartenance et d’hypermobilité pour les étudiants marocains en mobilité internationale. Les espaces auxquels les étudiants se sentent appartenir ne sont pas seulement les espaces géographiques mais aussi les réseaux variés liés à l’usage des réseaux sociaux sur le web.

54Contrairement à l’analyse du web 1.0 qui révèle quelques sites faisant autorités et d’autres moins connectés (plus périphériques), le web social rend compte d’une multiplication des centres d’autorités.

Conclusion

55Notre approche se démarque de celle abordant le web comme la « fin de la géographie », thèse selon laquelle l’espace physique/géographique (dit « réel) et l’espace web (dit « virtuel ») étaient deux espaces totalement hétérogènes n’entretenant aucune relation. Au contraire, notre approche géographique émergente permet la mise en perspective de l’ensemble des ressources des migrants. En effet, la dimension spatiale nous permet de dépasser la dichotomie réel / virtuel, de dépasser la simple articulation entre le territoire physique et le territoire numérique et ainsi de penser les ouvertures, les continuations spatiales mais également les nouvelles oppositions que le web induit.

56L’analyse de la diaspora marocaine nous permet de poser des questionnements géographiques en lien avec les pratiques web des migrants, entre le rapprochement du pays d’origine et l’intégration dans le pays d’accueil. Ce qui nous permet de parler de nouvelles territorialités, ce sont les logiques d’identification, d’appartenance et d’appropriation que les pratiques web sous-entendent.

57L’analyse révèle une certaine représentation de la réalité du fonctionnement social d’un groupe social dispersé et invite donc à repenser le concept de dispersion mais questionne également la définition même de mobilité. La mobilité n’est pas seulement un déplacement physique, n’est pas seulement opposée à l’immobilité puisqu’un migrant « connecté » assis devant l’ordinateur est en même temps ailleurs, il développe une certaine ubiquité. Alors comment définir la mobilité ? Comment l’appréhender ? Nous proposons de revoir les oppositions classiques (présence / absence ; ici / là-bas ; proche / lointain…) et de réinterroger le cadre traditionnel d’analyse de la mobilité. En d’autres termes, le web de la diaspora marocaine nous incite à dépasser le territoire classique et à penser le chevauchement entre les collectifs formés dans les espaces réels et virtuels par les réseaux. Les frontières sont perméables et le web nous révèle à la fois ce qui est présent mais également, en creux, ce qui est absent.

58Les territorialités développées par les étudiants marocains en mobilité internationale permettent de penser à une situation qualifiée de « polyspatiale » leur permettant alors une circulation entre les espaces physiques et virtuels et leur offrant la possibilité de construire leur sociabilité selon des réseaux variés et complémentaires.

59Nous pouvons alors penser que la territorialité des migrants est un processus de construction multidimensionnel dont le web est un outil. L’analyse du web 1.0 et du web 2.0 évoquent une combinaison des usages facilitant l’expression de la diaspora.

Haut de page

Bibliographie

ANTHEAUME B. et GIRAUT F. (Editeurs scientifiques) (2005), Le territoire est mort. Vive les territoires !, Paris, IRD Editions, 384 p.

ARAB C. (2009), Les Aït Ayad. La circulation migratoire des Marocains entre la France, l’Espagne et l’Italie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 358 p.

BAKIS H. (1990), « La banalisation des territoires en réseaux », chapitre introductif in BAKIS H. (ed), Communications et territoires, Paris, La Documentation française, 404 p.

BAKIS H. (1997), "From Geospace to Geocyberspace; Territories and Teleinteraction", in ROCHE, E. M. & BAKIS, H., Developments in telecommunications. Between global and local, Aldershot UK, Brookfield USA, Hong Kong, Singapore, Sydney, Avenury, pp. 15-49.

BAKIS H. (2007), « Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et Internet », Netcom, vol. 21, n° 3-4, pp. 381-384

BAKIS H., MARCHANDISE S., RAYNAUD J., VALENTIN J. (2009), « Pour une grille de lecture scientifique des sites web par les géographes. Position de recherche », Netcom, vol. 23, pp. 165-170

BEN-DAVID A. (2010), « La Palestine et ses frontières virtuelles 2.0 : Du « non-lieu » à l’espace généré par les utilisateurs », Réseaux, 159 (1), pp. 151-179

BERTHOMIERE W., CHIVALLON C. (dir) (2006), Les diasporas dans le monde contemporain : un état des lieux, Paris, Editions Karthala.

BRUNEAU M. (2004), Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos.

CHAREF M. (2003), « Des hommes passerelles entre l’Europe et le Maghreb », Hommes et migrations, mars-avril, n°1242

CORTES G. (1998), « Migrations, systèmes de mobilité, espaces de vie : à la recherche de modèles », L’Espace géographique, n°3, pp. 265-275

DIMINESCU D. (2005), « Le migrant connecté. Pour un manifeste épistémologique », Migrations/Société, vol. 17, n°102, pp. 275 – 292

DUFOIX S. (2003), Les diasporas, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je ? », 127 p.

FARET L. (2003), Les territoires de la mobilité : migrations et communautés transnationales entre le Mexique et les Etats-Unis, Paris, CNRS Editions, 351 p.

GRANOVETTER M. S. (2000), Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 238 p.

LACROIX T. (2005), Les réseaux marocains du développement. Géographie du transnational et politiques du territorial, Paris, Presses de Sciences Po, 257 p.

MA MUNG E. (1999), « La dispersion comme ressource », Cultures & Conflits, 33-34, mis en ligne le 16 mars 2006. http://conflits.revues.org/index225.html

MA MUNG E. (2000), La diaspora chinoise, géographie d’une migration, Paris, Ed. Ophrys, 176 p.

MARCHANDISE S. (2010), « La construction diasporique marocaine sur le web : enjeux méthodologiques d’une nouvelle approche des migrations », Migrations Société, novembre-décembre, pp. 125-138.

MOINE A. (2007), Le territoire : comment observer un système complexe, Paris, L’Harmattan, 176 p.

PERALDI M. (dir) (2001), Cabas et containers : activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, 361 p.

PROULX S., D’ALMEIDA N., GRISET P. (dir) (2008), « Communiquer – innover : dispositifs, réseaux, territoires », Hermès, n°50, Paris, 220 p.

ROGERS R. (2008), “The Politics of Web-Space”. Unpublished Manuscript, 19 p. http://www.govcom.org/publications/full_list/rogers_politics_web_space_2008_pre.pdf

ROGERS R. (2009), The End of the Virtual: Digital Methods, Amsterdam, Amsterdam University Press, 37 p.

SCHAEFFER F. (2004), Le territoire des passe-frontières : dynamiques sociales, identitaires et spatiales de la structuration du champ migratoire marocain, thèse de doctorat, Université de Poitiers, 478 p.

TARRIUS A. (2007), La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, La Tour d’Aigues, Editions de l’aube, 202 p.

VALENTIN J. (2008), « TICs et la géographie : vers une géographie 2.0 ? », Netcom, vol. 21, n°3-4, pp. 385-394

VALENTIN J. (2010), Usages géographiques du cyberespace : nouvelle appropriation de l’espace et l’essor d’une « néogéographie », Thèse de géographie, Université Montpellier III, 429 p.

VANIER M. (dir) (2009), Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 232 p.

Haut de page

Notes

1 Projet ANR « e-Diasporas Atlas », programme CONTINT, 2009-2012, dirigé par Dana Diminescu.

2 http://ediasporas.ticmigrations.fr/

3 Pour les détails du scénario méthodologique, se référer au site web du programme : http://ediasporas.ticmigrations.fr/chaine-methodologie/

4 Ont participé à la réalisation du corpus : Asmaa Azizi, Dana Diminescu, Sabrina Marchandise et Matthieu Renault.

5 http://ticmigrations.fr/fr/outils/nos-outils?view=item&cid=1&id=2

6 Les différentes catégories sont : association / ONG ; blog ; site communautaire ; site institutionnel ; média.

7 http://gephi.org/

8 Pour des raisons méthodologiques et techniques, les blogs (qui relèvent pourtant du web social) ont été inclus dans la première étape de constitution du corpus de sites (du point de vue des liens hypertextes, ils fonctionnent en effet comme des sites « web 1.0 »)

9 L’analyse du web social a été orientée par les entretiens réalisés avec les étudiants marocains en mobilité internationale. Sur 30 entretiens réalisés jusqu’à présent, seul un étudiant n’utilise pas internet chaque jour. Et pour 95% des étudiants, le premier site consulté est Facebook, sur lequel ils passent également le plus de temps.

10 Pour mettre en évidence les sites de la diaspora marocaine, nous sommes partie d’une liste de quelques sites repérés et connus des migrants marocains. L’outil « Navicrawler » (outils d’exploration du web couplant un navigateur et un crawleur, c’est-à-dire un robot capable de naviguer et d’indexer les pages), développé dans le cadre du projet, a ensuite été utilisé pour permettre de naviguer entre les sites connectés, permettant de constituer un corpus d’ensemble de sites relativement connectés. Les pratiques de certains migrants, notamment étudiants, nous ont renseignée sur un certain nombre de sites non visibles puisque non connectés entre eux. La recherche a été enrichie par une « googlisation » c’est-à-dire une recherche par mots-clé. En parallèle de ces deux techniques, la pratique d’un crawl automatique a servi à faire de la prospection pour découvrir de nouveaux sites. La collecte a débuté en septembre 2009 et a été actualisée régulièrement.
Les 253 sites de la diaspora recensés dans les pays d’accueil de la migration marocaine ont ensuite été classés soit comme faisant partie du corpus (156 sites) soit en tant que site « frontière » (hors corpus mais permettant une meilleure compréhension des contours de ce dernier).
Les sites composant le corpus ont fait l’objet d’un classement selon des catégories (associations/ONG ; blog ; site communautaire ; entreprise ; institutionnel ; média) et des sous-catégories spécifiques à chaque catégorie (telles étudiants/qualifiés, citoyenneté, culture, développement, ambassade, consulat, fondation, ministère…).

11 Analyse à partir de l’utilisation de l’interface de programmation (API) fournie par Facebook.

12 Nous avons construit une base de données de 150 groupes Facebook relatifs aux étudiants marocains à partir des requêtes « étudiants marocains », « moroccan students », ainsi que les anciens élèves des lycées français de Rabat et Casablanca, le lycée Descartes et le lycée Lyautey. Notre analyse portera plus précisément sur les groupes des étudiants marocains de Montpellier (179 membres), de l’association marocaine des étudiants de Lille (556 membres) et de l’association des Marocains des grandes écoles à Lille (401 membres).

Haut de page

Table des illustrations

Titre E-Diasporas Atlas Project : Moroccan migrants categories
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Marchandise et Mathieu Renault, « Les territorialités émergentes des migrants marocains », Netcom, 25-1/2 | 2011, 33-46.

Référence électronique

Sabrina Marchandise et Mathieu Renault, « Les territorialités émergentes des migrants marocains », Netcom [En ligne], 25-1/2 | 2011, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/292 ; DOI : 10.4000/netcom.292

Haut de page

Auteurs

Sabrina Marchandise

Doctorante – Allocataire de recherche en géographie, UMR 5281 ART-Dev, Université Paul Valéry, Montpellier III. sabrina.marchandise@gmail.com

Articles du même auteur

Mathieu Renault

Ingénieur de recherche, Département Sciences économiques et sociales, Telecom – ParisTech et chargé d’études dans le programme TIC-Migrations – FMSH Paris http://ticmigrations.fr/
matthieu.renault@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org