Navigation – Plan du site

La revue NETCOM a vingt-cinq ans

Avant-propos
Henry Bakis
p. 5-8

Texte intégral

1Beaucoup de chemin a été parcouru depuis la sortie du premier numéro de notre revue, en janvier 1987.

2Lorsque Netcom est apparue parmi les revues géographiques, l’Union géographie internationale venait tout juste d’encourager ce nouvel objet grâce à la création d’un groupe d’étude sur la géographie de la télécommunication au Congrès de Paris (1984). Depuis, de Congrès en Congrès, le Comité Exécutif de l’UGI s’est régulièrement interrogé pour savoir s’il convenait de continuer à mobiliser une structure spécifique sur cette thématique. Jusqu’à ce jour, la réponse a été positive. Cela n’avait rien d’évident car le Comité Exécutif et sa Présidence pouvaient légitimement se demander s’il fallait maintenir dans une structure particulière l’étude de ces questions ou bien s’il fallait au contraire en favoriser la prise en charge par les diverses commissions de géographie économique, humaine ou sociale. En 1988 à Sydney, le groupe d’étude est devenu une Commission de plein exercice placée sous la Présidence du Pr. Christian Verlaque. Lors des Congrès suivants, la Commission a été maintenue et la présidence  attribuée ; en 1992 au signataire de ces lignes lors du Congrès de Washington ; en 2000 au Pr. Aharon Kellerman lors du Congrès de Séoul ; en 2008 au Pr. Mark Wilson lors du Congrès de Tunis.

3Lorsque Netcom est apparue parmi les revues géographiques, les usages des télécommunications et des TIC entraient dans les mœurs mais ils n’étaient pas encore diffusés ni aussi variés qu’aujourd’hui. Les services de l’Internet étaient encore dans les limbes. Les applications www devaient attendre encore la fin de la décennie pour être mises au point et susciter un engouement croissant. Aujourd’hui, le rythme des thèses soutenues portant sur ces sujets ne cesse de s’accélérer, même si on peut s’étonner que l’on tarde à rejoindre le niveau d’autres champs incontournables de la géographie économique (tourisme, économie, transport, énergie…) et régionale. Cela alors que les TIC participent à tous ces champs ! Cette spécialité géographique commence cependant à s’installer - lentement mais sûrement- dans l’horizon des préoccupations des géographes car les technologies nouvelles s’inscrivent dans la société de manière inéluctable. Ce n’est plus seulement les entreprises transnationales qui utilisent les nouvelles possibilités offertes par les évolutions technologiques (management, coordination des productions d’usines différentes participant à l’élaboration d’un même produit fini, logistique). Aujourd’hui, les collectivités territoriales s’interrogent sur leurs infrastructures TIC et sur l’aménagement numérique. On peut parler de développement numérique sans être pris pour un rêveur ou un hurluberlu. Il n’en allait pas toujours ainsi il y a vingt-cinq ans !

4Pendant ce laps de temps, la présentation de la revue a évolué pour passer d’une formule initiale proche de la publication d’études et travaux (amendés après présentation et discussion dans des colloques), à une pratique rigoureuse commune aux meilleures revues scientifiques. Le format de la revue a changé depuis 1997 ainsi que sa pratique de choix des articles (sélection en double aveugle grâce à un comité scientifique international). Netcom traite des dimensions situées à l’articulation entre les réseaux de communication et les territoires. Pour cette raison, la revue édite également des travaux en provenance d’autres disciplines des sciences humaines (aménagement du territoire, sociologie, économie, etc.).

Ce n’est pas un hasard si l’AERES (Agence française d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) a inscrit Netcom en novembre 2009 au nombre des revues de géographie auxquelles elle a attribué son « label ».

Un site internet a été créé au milieu des années 90 puis modernisé à deux reprises, à la fin des années 90 d’abord, puis au milieu des années 2000 ; il s’est étoffé régulièrement au point de disposer à présent d’une douzaine de volumes intégralement accessibles en ligne, depuis le numéro 3-4 du volume XIV (2000)1, le sommaire des volumes antérieurs étant accessible, en attendant qu’une solution soit trouvée pour la mise à disposition intégrale des articles et notes publiés.

*
**

5Pendant vingt-cinq ans, Netcom a été un témoin des usages de la télécommunication et des évolutions des TIC. Un recensement succinct permet de relever la permanence et l’évolution de l’attention des auteurs sur les usages dans les cinquante-et-une livraisons de la revue Netcom (parues avec ce numéro compris).

6Dans l’ensemble des numéros produits, nombre d’articles interrogent la question des usages TIC. Les premières années, des articles se sont intéressés aux échanges internationaux, au traitement à distance de l’information, à l’interactivité, à l’organisation spatiale des firmes... Depuis 2000, les usages émergents des TIC ont été étudiés parmi lesquels : télétravail, coopération à travers l’usage de réseaux, enseignement à distance, communautés virtuelles, universités virtuelles, réseaux sociaux, géolocalisation, usages de la téléphonie mobile, de l’Internet, e-commerce, usages urbains…

  • 2 Et plus généralement l’ensemble du corpus.

7Qu’en ressort-il ? Une analyse détaillée du corpus que constituent ces articles2 reste à faire. On se limitera ici à constater que certains usages se sont inscrits dans la durée (organisation spatiale des firmes, usages professionnels), certains ont périclité (usages du Minitel), d’autres se sont affirmés (usages de la téléphonie mobile, de l’Internet ; usages en matière de e-commerce…).

*
**

8D’autres usages semblent devoir se développer dans les années à venir (géolocalisation, espaces virtuels, pré-expérience de l’espace géographique, émergence d’applications web composites dites geo-mashups, réseaux sociaux). Il a semblé intéressant de commencer cette vingt-cinquième année de Netcom par l’exploration géographique de ces nouveaux usages numériques. Sans prétendre à l’exhaustivité, quelques usages ont été sélectionnés présentés par les articles suivants.

9J. Valentin, F. Georges, Y. Boumenir et B. Dresp-Langley s’intéressent aux espaces virtuels et à la pré-expérience de l’espace géographique. De fait, le marché des images satellites a connu une véritable révolution depuis un quart de siècle et, grâce aux largeurs de bande importantes disponibles aujourd’hui, il est devenu possible de disposer des capacités de transfert de données sur les réseaux (filaires ou non). Aussi, les représentations virtuelles de l’espace sont accessibles sur le net et sur les smartphones ; elles ont suscité des usages nouveaux pour appréhender l’espace (élaboration d’un itinéraire, découverte d’un site) et conduit à l’évolution de certains usages éprouvés (consultation de cartes papier et de livres/guides touristique).

10S. Marchandise et M. Renault rendent compte d’une étude sur les territorialités émergentes des migrants marocains L’espace virtuel tend à devenir de plus en plus un important support des relations sociales mobilisées dans le processus de la migration. Il est à la fois espace de socialisation et espace de ressources (culturelle, économique et sociale) et la mobilisation de cet espace virtuel peut avoir des traductions concrètes dans l’espace physique. L’étude de cas interroge l’articulation des relations des migrants marocains sur ces deux espaces.

11J. Raynaud nous fait mieux connaître la diaspora chinoise par deux articles complémentaires. L’un est centré sur les identités culturelles à l’heure des TIC, alors que l’autre instruit la question suivante : les TIC sont-elles devenues les nouveaux territoires de la diaspora chinoise ?   Depuis plus de mille ans, la diaspora chinoise repose sur des réseaux sociaux structurés. Cela a permis de mettre en œuvre une entraide importante permettant souvent la réussite sociale (intégration), économique (réussite financière) et culturelle (conservation d’une identité). Que deviennent ces réseaux sociaux à l’heure de la mondialisation et à l’heure des TIC ? Grâce à ces dernières, les nouveaux immigrants chinois ont la possibilité de redéfinir leurs identités culturelles traditionnelles. Les télécommunications en général et plus particulièrement l’Internet bouleversent les concepts de distance et de territoire au point que leur utilisation génère chez les immigrants de la diaspora, le sentiment « d’être présent » dans le pays d’origine, pourtant situé à plusieurs milliers de kilomètres. On retrouve là une remarque formulée à propos de la diaspora haïtienne à Montréal par Georges Anglade au colloque de la commission géographie de la communication de l’UGI (Washington, 1992).

12Grégoire Leclerc s’intéresse aux usages nouveaux des systèmes d’information géographique pour la participation publique (SIGPP).  Les théories qui ont été ébauchées ou mobilisées concernent notamment la communication. L’émergence d’applications web composites (geo-mashups) fournit une base technique sur laquelle peut s’appuyer l’évolution des systèmes d’information géographique pour la participation publique. Nombreux sont les « neogéographes » amateurs qui testent ces nouveaux usages.

13Un récent colloque s’est interrogé sur les conditions d’émergence d’une société de l’information de proximité et, partant, sur les usages impliqués. A ce titre il a semblé utile de publier un compte rendu dans ce numéro. Il s’agit du colloque "L’Homme @ distance"  tenu au Havre en novembre 2010 et qui interrogeait le couple distance / proximité par le prisme des Technologies d’Information et de Communication (TIC).

*
**

14Dans le paysage changeant du monde de l’édition scientifique et de la diffusion des revues, Netcom entend poursuivre son effort dans le futur.

  • 3 « Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux » », volume XXV (2011), n° 3-4.
  • 4 « Quels observatoires pour quelles territorialités numériques ? », volume XXVI (2012), n° 1-2, diff (...)
  • 5 « L’intégration différentielle de la localisation des TIC dans les interfaces portuaires des chaîne (...)

15Parmi les prochains numéros, les thématiques suivantes seront instruites : l’évolution de la ruralité sous l’influence des technologies numériques3, la question émergente des Observatoires numériques territoriaux4, ou encore l’évolution des activités portuaires5. Des numéros varia témoigneront encore de la vitalité de la recherche géographique sur les TIC car les productions de ce champ ne cessent de s’étoffer grâce à la participation de chercheurs issus d’autres champs de spécialité (transport, culture, politique, ville, aménagement, etc.).

Haut de page

Notes

1 http://www.netcom-journal.com/ (anciennement http://recherche.univ-montp3.fr/netcom_labs/
Accès gratuit pour tous (sauf les deux derniers volumes réservés aux abonnés).

2 Et plus généralement l’ensemble du corpus.

3 « Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux » », volume XXV (2011), n° 3-4.

4 « Quels observatoires pour quelles territorialités numériques ? », volume XXVI (2012), n° 1-2, diffusion prévue fin 2011.

5 « L’intégration différentielle de la localisation des TIC dans les interfaces portuaires des chaînes logistiques globales », volume XXVI (2012), n° 3-4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « La revue NETCOM a vingt-cinq ans », Netcom, 25-1/2 | 2011, 5-8.

Référence électronique

Henry Bakis, « La revue NETCOM a vingt-cinq ans », Netcom [En ligne], 25-1/2 | 2011, mis en ligne le 13 mai 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/274

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Professeur de géographie, Université de Montpellier III, UMR ART-Dev, Route de Mende, F 34199- Montpellier Cedex 5.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org