Skip to navigation – Site map
Notes d'informations

Comment relever le défi de la recherche opérationnelle ?

Note sur le séminaire : « Les Techniques d’Information et de Communication dans le Développement Local »
Philippe Vidal
p. 275-277

Le 16 novembre 2006, s’est tenu à Toulouse (Hôtel d’Assézat) un séminaire de recherche action intitulé « Les Techniques d’Information et de Communication dans le développement local. » Celui-ci envisageait l’exposition des résultats d’une démarche engagée plus de deux années auparavant dans le cadre du projet EATLASUDOE, visant la constitution d’un réseau d’observatoires de la société de l’information dont la finalité, outre la production de données par les scientifiques en sciences humaines et sociales, est de permettre un transfert de l’ensemble de leurs résultats vers les acteurs publics de référence (les acteurs régionaux). Ce projet est essentiellement financé par des fonds FEDER (INTERREG IIIB), le reste étant assumé par des contreparties publiques dont une bonne part en valorisation. Cette rencontre avait un double statut et ambitionnait un double objectif.

Un double statut : scientifique et institutionnel

Le mariage entre le monde la recherche et celui des collectivités n’est pas nouveau, en particulier dans le domaine des TIC dont le caractère instable appelle une connaissance fine et rigoureuse des évolutions qui touchent les territoires. Le séminaire susmentionné incarnait parfaitement cette volonté de faire participer l’Université à l’action publique territoriale. Le Gresoc, co-organisateur de l’évènement avec l’agence régionale ARDESI (Agence Régionale de la société de l’Information en Midi-Pyrénées) n’était d’ailleurs pas à son coup d’essai. Depuis l’opération Parthenay ville numérisée, dont il a assuré le suivi scientifique avec le CIEU, jusqu’au projet EATLASUDOE, ce laboratoire s’est assez systématiquement engagé dans une démarche de recherche-action et parfois d’expertise auprès des acteurs publics. La journée du 16 novembre croisait donc cette volonté de problématiser, avec une approche scientifique, les préoccupations des acteurs, soucieux de connaître l’impact de leurs investissements TIC au sein des territoires et désireux aussi d’appuyer leurs stratégies ou de les affiner le cas échéant sur la base de données objective. EATLASUDOE affiche donc l’ambition implicite de faire participer l’université à la production d’un modèle européen de société de l’information.

Un double objectif : restitution de résultats et ouverture de partenariats

Le premier objectif de ce séminaire de « transfert » troisième du genre, est donc celui de l’exposition des résultats. La matinée était réservée à une approche sociale de la société de l’information de proximité, tandis que l’après-midi insistait davantage sur les aspects économiques. A l’issue de chacun de ces deux volets, une table ronde, composée de chercheurs invités, ambitionnait de mettre en perspective les résultats avec d’autres cas comparables dans d’autres régions européennes. Le deuxième objectif de ce séminaire était l’ouverture et l’extension du partenariat, non seulement à d’autres territoires du Sud-Ouest Européen, mais aussi à l’échelle de l’Europe toute entière. Le principe est simple, il s’agit de dupliquer le mode opératoire utilisé jusque-là. Dans chaque région souhaitant s’inscrire dans la démarche, il est nécessaire d’associer une équipe de recherche en sciences sociales travaillant sur les TIC, et une structure publique de type « Observatoire ». Ainsi, pour les trois régions formant le consortium : le laboratoire GRESOC (Groupe de Recherche Socio-Economiques) de l’université de Toulouse le Mirail est associé à l’agence régionale ARDESI (Région Midi-Pyrénées) ; le laboratoire CEG (Centre des Études Géographiques) de l’université de Lisbonne est associé à la CULT (Communauté Urbaine de la Vallée du Tage) ; le laboratoire GSIC (Groupe Sociologique de Recherche Scientifique) de l’université de Saragosse est associé à l’OASI (Gouvernement d’Aragon).

Comment relever le défi de la recherche opérationnelle ?

La question de l’efficacité des échanges entre le monde de la recherche et celui des praticiens est finalement celle qui nous semble poindre de cette journée. Une des difficultés que l’on a pu ressentir est la relative gène de la part des universitaires à dépasser le cadre du simple diagnostic pour entrer dans une posture de préconisation. Pourtant, si l’état des lieux est nécessaire, il n’est finalement que le prélude à une action à venir à laquelle le partenaire universitaire est associé de fait. La journée du 16 novembre a, malgré elle, dévoilé cette problématique où la relation entre l’université et les acteurs publics ne semblait pas complètement assumée. L’enjeu dans ce type de montage est finalement triple. D’abord, garder un cap scientifique, ensuite répondre aux besoins de la société, enfin réussir une vraie synthèse entre le monde de la recherche et celui des acteurs. Au moment de la restitution des résultats, on a pu avoir le sentiment que parfois, les universitaires avaient relégué leurs ambitions problématiques derrière un souci de cohérence des indicateurs dont l’homogénéité reste discutable. En même temps, il est certain que le niveau de connaissance et de mise en perspective des situations à l’échelle de trois régions du Sud-Ouest européen a progressé. Mais il reste à tirer les conséquences de ce travail en débouchant sur des propositions pour corriger ou améliorer encore les situations constatées et trop parcellaires. Enfin, la parole n’a jamais été donnée ou prise par les acteurs publics, pourtant présents dans la salle. Certes, le lendemain de ce séminaire (17 novembre) était organisée une rencontre spécifique entre les acteurs publics des régions concernées et les équipes de recherche. Mais ce cloisonnement opéré dans la programmation de cet évènement est finalement illustratif de cette synthèse encore perfectible entre les différents acteurs.

Finalement, ce séminaire dont il faut saluer la parfaite organisation, aura permis de tirer des enseignements précieux sur les difficultés de relever le défi de la recherche opérationnelle et sa capacité à « designer » la société de l’information au sein des territoires. Il aura aussi permis de montrer combien l’association entre « recherche » et « acteurs » correspond aujourd’hui à un besoin exprimé par deux mondes, dont la synthèse en France a souvent été problématique. L’ouverture du partenariat à d’autres territoires du Sud-Ouest européen, dont certains étaient bien représentés (Pays Basque, Catalogne, Iles Baléares), va dans ce sens. A l’heure où cette note est publiée, cette recherche de partenariat semble encore d’actualité. Si la dimension transnationale n’en est qu’à ses balbutiements, il apparaît plus probable, compte tenu de l’intérêt manifesté par certains participants que le projet EATLASUDOE parvienne à capter encore d’autres partenaires, ce qui permettrait sans doute d’avoir pour la première fois à une échelle aussi importante une vision plus précise de la construction de la société de l’information dans le Sud-ouest européen.

  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org