Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Un demi-siècle de recherches en géographie du commerce », LESTRADE S., MERENNE-SCHOUMAKER B., DESSE R-P., SOUMAGNE J., DEPREZ S. (Dir.)

Liège, Bulletin de la Société Géographique de Liège, 2016
Charlotte Charpentier, Emilie Demoyer, Samuel Deprez et Morgane Retière
p. 143-148
Référence(s) :

LESTRADE Sophie, MERENNE-SCHOUMAKER Bernadette, DESSE René-Paul, SOUMAGNE Jean, DEPREZ Samuel (Dir.), « Un demi-siècle de recherches en géographie du commerce », Liège, Bulletin de la Société Géographique de Liège, 2016, 118 p, ISSN : 0770-7576

Texte intégral

1Le numéro 66 (2016/1)1 du Bulletin de la Société Géographique de Liège (BSGLg) publié en juillet dernier réunit une vingtaine de chercheurs membres de la commission Géographie du Commerce du Comité National Français de Géographie (CNFG) désireux de proposer un panorama de l’évolution des questionnements, des approches et des thématiques autour de leur objet d’étude au cours des cinquante dernières années. Chaque article propose un regard rétrospectif sur les approches retenues et des pistes de réflexion futures pour chacun des sujets abordés, regroupés dans ce compte-rendu sous quatre chapeaux thématiques.

Gouvernance, acteurs et urbanisme commercial (Charlotte CHARPENTIER)

  • 2 P. DUGOT, L’urbanisme commercial entre réglementation du commerce et partenariats publics-privés, p (...)
  • 3 R-P. DESSE, P. MADRY, B. WAYENS, Acteurs et opérateurs du commerce, pp. 45-50.
  • 4 J. SOUMAGNE, Action publique et aménagement commercial et urbain, pp. 101-106.

2Le commerce a évolué, dans les études et dans les faits, d’une dimension purement économique à une plus grande intégration dans les opérations publiques d’aménagement. Le commerce apparait de plus en plus comme un outil d’aménagement à part entière, dans différents types d’opérations (piétonisation, réhabilitation, renouvellement urbain…) et sur différents types de territoires (centre-ville, périphérie, périurbain, rural…). Les croisements entre le commerce et d’autres thématiques urbaines se multiplient, ouvrant de nouvelles voies pour la recherche : commerce et mobilité, commerce et développement durable, commerce et paysage, etc. La place de plus en plus importante du commerce dans l’aménagement conduit à de nouveaux processus de « fabrique urbaine » (P. DUGOT2) et à de nouvelles formes de coopérations entre acteurs publics et privés. R-P. DESSE, P. MADRY et B. WAYENS3 soulignent la multiplication des acteurs privés du commerce, notamment le rôle croissant joué par les grands distributeurs et les promoteurs de l’immobilier commercial (SOUMAGNE4). L’étude des acteurs privés, de leurs formes juridiques, de leurs réseaux, de leur évolution et de leurs stratégies de développement sont envisagées comme autant de pistes de recherches, à l’image de travaux originaux et encore rares sur la financiarisation du commerce ou les problématiques de vacance commerciale soulevées par P. MADRY. Ces nouvelles coopérations public/privé appellent à une réflexion sur la gouvernance de l’urbanisme commercial et un renouvellement des approches. Les auteurs prônent ainsi la nécessité d’une « géographie de proposition » (P. DUGOT) sur l’urbanisme commercial réglementaire, « à la française », dont les chercheurs ont souligné l’inefficacité depuis ses débuts. Du point de vue des interactions entre acteurs publics et privés, les opérations mixtes se multiplient et posent la question de la « cogestion locale » (R-P. DESSE, P. MADRY, B. WAYENS), c’est-à-dire la manière dont les acteurs travaillent entre eux, plus ou moins en amont des projets, plus ou moins en coopération, de la hiérarchie entre les acteurs mais aussi du statut entre privé et public des espaces ainsi créés.

Formes du commerce (Morgane RETIÈRE)

  • 5 S. LESTRADE, Grande distribution et géographie du commerce : analyse comparée des approches francop (...)
  • 6 C. NORDIN, J-F. TROIN, & M. CHAZE, Commerce ambulant et marchés, pp. 59-63.
  • 7 C. STAMM, K. ZINSOU-KLASSOU & R-P. DESSE, Le commerce informel : évolution des approches dans le te (...)
  • 8 S. DEPREZ & A. GASNIER, De la vente à distance au cross canal : quand la technique renouvelle le re (...)

3Les différentes formes de commercialisation et leur évolution depuis le milieu du XXème siècle sont envisagées à partir de quatre entrées thématiques : les effets de la mondialisation sur le commerce, les relations entre l’action publique et les dynamiques commerciales, la transformation des villes et le phénomène de métropolisation. Entre ancrage local des dispositifs commerciaux et adaptation aux dynamiques globales, la mondialisation interpelle les géographes du commerce sur la relation à l’espace et au territoire du fait commercial : la grande distribution (contribution de S. LESTRADE5) s’internationalise et interroge son rôle dans l’identité territoriale ; le commerce ambulant, formel (de C. NORDIN, J.-F. TROIN, M. CHAZE6) ou informel (C. STAMM, K. ZINSOU-KLASSOU et R.-P. DESSE7), ne valorise pas les seules productions locales mais s’insère ainsi dans des circuits internationaux ; la distribution connectée (S. DEPREZ et A. GASNIER8) dilue la question des distances spatiales au profit de déterminants économiques et temporels. La question de l’action publique constitue le deuxième dénominateur commun à ces articles depuis les considérations législatives et de gouvernance qui encadrent le secteur de la grande distribution aux enjeux de régulation par les pouvoirs publics du commerce informel, entre tolérance et exclusion. L’étude des dynamiques territoriales transparaît ensuite dans chacun de ces articles. Le commerce informel s’insère dans les interstices de la mobilité, de la spatialité et de la formalité créés par l’intense métropolisation des territoires urbains. Sur les marchés et les foires l’intégration territoriale du commerce ambulant s’exprime, notamment dans sa capacité à structurer l’espace régional. Cependant, c’est la grande distribution qui dans les cinquante dernières années eut des impacts territoriaux considérables, supportant le déclin commercial des centres urbains et l’inversion des rapports entre le centre et la périphérie. La disparité entre territoires apparaît aussi présente dans les réflexions autour du développement de la vente à distance, pour savoir si le commerce en ligne facilite, ou non, l’accessibilité aux biens en permettant de contrebalancer un déficit d’offre. Cette question des nouvelles technologies de l’information et de la communication traverse enfin ces quatre contributions car elle accompagne, comme le soulignent S. DEPREZ et A. GASNIER, les plus récentes évolutions des formes de commerce. On note en particulier les modalités hybrides entre points de vente physiques et réseaux immatériels de distribution qui structurent de nouvelles formes d’aménagement de l’espace et de gestion du temps face aux nouvelles mobilités.

Commerce et mobilités (Emilie DEMOYER)

  • 9 L. GUILLEMOT, Commerce et mobilités, pp. 83-87.
  • 10 DUGOT, Commerce de gros, logistique, logistique urbaine, pp. 65-70.

4Cette relation entre commerce et mobilités est envisagée par L. GUILLEMOT9 au prisme de l’accessibilité dans une approche qui se nourrit d’un vaste travail bibliographique autour de la mobilité des clients et des impacts des modes de transport sur l’offre commerciale. L’auteur ancre plus particulièrement son propos autour de la question des mobilités piétonnes depuis l’apparition des passages couverts à la création plus récente de rues piétonnes en centre-ville puis s’intéresse aux lieux de transit comme nouveaux espaces d’achats et de consommation pour une clientèle de passage. Son propos s’ouvre in fine sur la question du e-commerce, de sa fonction dans l’approvisionnement des ménages et des conséquences incertaines sur leurs déplacements pour motifs d’achats, reconfigurés sur le fond et dans la forme par le recours à l’achat en ligne. La contribution de Philippe DUGOT10 s’intéresse à la question des flux marchands pour laquelle il souligne la faible place accordée dans leurs travaux par les chercheurs en géographie du commerce. Du commerce de gros à la logistique et au transport de marchandises en ville s’ouvrent pourtant des horizons de recherche nombreux, en prise avec des réalités économiques (la mondialisation des échanges, l’essor du e-commerce), structurelles (stratégies d’acteurs) et sociales (le développement durable) inscrites dans des perspectives multiscalaires, depuis l’échelle-monde à la ville et la rue sur les questions de logistique urbaine.

Commerce et espaces (Samuel DEPREZ)

  • 11 C. RENARD-GRANDMONTAGNE, Commerce et espaces urbains, pp. 19-24.
  • 12 M. POUZENC & avec la collaboration de J. SOUMAGNE, Commerce et espaces ruraux, pp. 25-29.
  • 13 B. WAYENS, Commerce et territoires nationaux : des macrogéographies rares mais indispensables, pp.  (...)
  • 14 A. GASNIER, De l’internationalisation à la mondialisation du commerce et des marchés, pp. 39-43.

5Si l’approche privilégiée pour l’analyse de la relation entre commerce et espaces urbains depuis 40 ans est souvent économique, fonctionnelle et structurelle (C. RENARD-GRANDMONTAGNE11), construite autour de l’offre et de son inscription (ou son effacement) sur le territoire, les cadres spatiaux d’analyse de retenus par les chercheurs suivent, eux, l’évolution de l’inscription spatiale du fait commercial, de l’hyper-centre aux marges les plus lointaines de la ville. A l’opposition entre centre-ville et périphérie longtemps retenue comme point d’entrée se substituent des réflexions plus récentes davantage centrées sur le devenir de ces espaces et le rôle du commerce dans son écriture. Ce même point d’entrée est aussi retenu dans les travaux récents pour envisager le rôle du commerce dans la construction de nouvelles ruralités dans des approches renouvelées qui dépassent les questions de désertification ou de déprise commerciale pour décrypter les liens nouveaux qui se tissent à partir d’aspirations contemporaines du consommateur (proximité, durabilité) entre le rural à l’urbain, au-delà la seule dépendance alimentaire (M. POUZENC12). A ces travaux ancrés dans le local font face des recherches, plus rares, à l’échelon national sur les aires de chalandise, les hiérarchies urbaines, les polarités commerciales mais aussi établies sur les monographies locales, confrontées et mises en perspective, pour restituer les tendances lourdes, les trajectoires de fond au niveau national de la relation entre commerce et espaces (B. WAYENS13). Ce jeu d’échelles se manifeste aussi dans les travaux sur la mondialisation du commerce, longtemps concentrés sur la diffusion spatiale des entreprises et désormais davantage orientés sur le poids dans l’économie des pays et les pratiques des clients des nouvelles formes de commerces importées (drive, fast-food, mall, outlet village) ou émergentes grâce au numérique, y compris dans le secteur informel (A. GASNIER14).

Etudier le fait commercial (Samuel DEPREZ)

  • 15 M. POUZENC & B. NAVEREAU, Perceptions et représentations du commerce, pp. 89-93.
  • 16 AC. MERMET, Géographie anglophone de la consommation : retour sur vingt années d’évolution.
  • 17 B. MÉRENNE-SCHOUMAKER & S. DEPREZ, La géographie du commerce de détail : outils et méthodes.
  • 18 Prochainement accessible au format Zotero® sur le site du Comité National Français de Géographie (h (...)
  • 19 S. DEPREZ & S. LESTRADE, De la constitution d’une base de données de référence sur la géographie du (...)

6Si l’offre dans sa nature, ses formes et ses formats ou son inscription dans les territoires constitue la porte d’entrée souvent privilégiée pour étudier le fait commercial, une production scientifique féconde a replacé le consommateur au cœur des réflexions dans des approches centrées sur les comportements d’achats, les relations sociales, parfois jusqu’à la construction d’identités collectives (M. POUZENC & B. NAVEREAU15) autour de modes de production, de formats de distribution ou de lieux de vente. L’achat comme la fréquentation d’un équipement sont lus comme des actes porteurs de sens, à la signification profonde sur les déterminants qui guident le consommateur et ses choix. Cette géographie de la consommation projette ainsi l’objet Commerce dans une approche plus sensible, construite autour de l’individu, de ses émotions, de ses sensations, de sa condition (AC. MERMET16). Elle ouvre à partir du sujet « consommateur » le champ d’investigation sur des considérations plus ethnologiques, au-delà des perceptions ou des représentations, l’affirmation de certains modes ou styles de vie supportant parfois des dynamiques de redynamisation ou de production d’espaces urbains sur des ressorts commerciaux. Si l’enquête, l’entretien et le focus group sont sur ces questions les méthodes de collecte de l’information, les statistiques, les recensements ou les bases de données, spatialisées ou non, constituent aux côtés des différents modèles (concentration, diffusion…) le matériau de base du chercheur en géographie du commerce, encore peu rompu à l’usage des ressources iconographiques, classiques (photographies, clichés aériens) ou plus récentes (images satellites, vues 3D…) (B. MÉRENNE-SCHOUMAKER & S. DEPREZ17). La base de données bibliographique18 qui compile toutes les références identifiées lors de la préparation de ce numéro constitue enfin un point d’entrée précieux sur les différentes approches observées depuis un demi-siècle à la fois par le volume des ressources recensées (1 300) et leur classement à partir de marqueurs thématiques (S. DEPREZ & S. LESTRADE19).

Haut de page

Notes

1 http://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=4156

2 P. DUGOT, L’urbanisme commercial entre réglementation du commerce et partenariats publics-privés, pp. 107-112.

3 R-P. DESSE, P. MADRY, B. WAYENS, Acteurs et opérateurs du commerce, pp. 45-50.

4 J. SOUMAGNE, Action publique et aménagement commercial et urbain, pp. 101-106.

5 S. LESTRADE, Grande distribution et géographie du commerce : analyse comparée des approches francophones et anglo-saxonnes, pp. 51-57.

6 C. NORDIN, J-F. TROIN, & M. CHAZE, Commerce ambulant et marchés, pp. 59-63.

7 C. STAMM, K. ZINSOU-KLASSOU & R-P. DESSE, Le commerce informel : évolution des approches dans le temps et dans l’espace, pp. 65-70.

8 S. DEPREZ & A. GASNIER, De la vente à distance au cross canal : quand la technique renouvelle le regard des géographes du commerce, pp. 71-76.

9 L. GUILLEMOT, Commerce et mobilités, pp. 83-87.

10 DUGOT, Commerce de gros, logistique, logistique urbaine, pp. 65-70.

11 C. RENARD-GRANDMONTAGNE, Commerce et espaces urbains, pp. 19-24.

12 M. POUZENC & avec la collaboration de J. SOUMAGNE, Commerce et espaces ruraux, pp. 25-29.

13 B. WAYENS, Commerce et territoires nationaux : des macrogéographies rares mais indispensables, pp. 31-37.

14 A. GASNIER, De l’internationalisation à la mondialisation du commerce et des marchés, pp. 39-43.

15 M. POUZENC & B. NAVEREAU, Perceptions et représentations du commerce, pp. 89-93.

16 AC. MERMET, Géographie anglophone de la consommation : retour sur vingt années d’évolution.

17 B. MÉRENNE-SCHOUMAKER & S. DEPREZ, La géographie du commerce de détail : outils et méthodes.

18 Prochainement accessible au format Zotero® sur le site du Comité National Français de Géographie (http://www.cnfg.fr/index.php?option=com_contact&view=category&catid=61&Itemid=105).

19 S. DEPREZ & S. LESTRADE, De la constitution d’une base de données de référence sur la géographie du commerce : http://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=4306.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2374/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Charpentier, Emilie Demoyer, Samuel Deprez et Morgane Retière, « « Un demi-siècle de recherches en géographie du commerce », LESTRADE S., MERENNE-SCHOUMAKER B., DESSE R-P., SOUMAGNE J., DEPREZ S. (Dir.) », Netcom, 30-1/2 | 2016, 143-148.

Référence électronique

Charlotte Charpentier, Emilie Demoyer, Samuel Deprez et Morgane Retière, « « Un demi-siècle de recherches en géographie du commerce », LESTRADE S., MERENNE-SCHOUMAKER B., DESSE R-P., SOUMAGNE J., DEPREZ S. (Dir.) », Netcom [En ligne], 30-1/2 | 2016, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/2374

Haut de page

Auteurs

Charlotte Charpentier

Doctorante en urbanisme - Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société - Université de Lille 1.

Emilie Demoyer

Doctorante en géographie - Normandie Univ, UNIHAVRE, CNRS, IDEES, 76600 Le Havre, France.

Articles du même auteur

Samuel Deprez

Maître de conférences en Géographie, Normandie Univ, UNIHAVRE, CNRS, IDEES, 76600 Le Havre, France.

Articles du même auteur

Morgane Retière

Doctorante en géographie - Laboratoire LADYSS - Université Paris 8 / Université de São Paulo (Brésil).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org