Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Mutations de l’espace marchand », DESSE R-P., LESTRADE S. (Dir.)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016
Emilie Demoyer
p. 139-142
Référence(s) :

DESSE René-Paul, LESTRADE Sophie (Dir.), Mutations de l’espace marchand, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Collection Espace et Territoires, 2016, 414 p,
ISBN : 978-2-7535-4899-2

Texte intégral

  • 1 René-Paul DESSE, professeur en Aménagement et Urbanisme à l’institut de géoarchitecture (Equipe d’a (...)
  • 2 Sophie LESTRADE, maître de conférences en géographie à l’université de Paris-Est-Créteil, laboratoi (...)

1L’ouvrage « Mutations de l’espace marchand » publié au printemps dernier aux Presses Universitaires de Rennes sous la direction de R-P.DESSE1 et S.LESTRADE2 est issu du colloque « Mutations commerciales et devenir de l’espace marchand » de la Commission Commerce du Comité National Français de Géographie (CNFG) qui s’est tenu à Brest en 2014. Ce livre se structure en quatre parties. La première s’attache à évaluer l’influence des Technologies de l’Information et de la Communication sur l’appareil commercial. La deuxième s’intéresse au retour des consommateurs à une certaine proximité commerciale. La troisième se concentre sur la réorganisation de l’espace urbain. La dernière partie enfin analyse les transformations du commerce local.

De nouveaux modes de consommation pour de nouvelles pratiques des territoires

2Au regard de la thématique du numéro, nous considérons ici la seule relation entre Nouvelles technologies et commerce : de nouveaux espaces marchands, objet du chapitre 1. Dans son propos introductif B.MERENNE-SCHOUMAKER souligne les impacts d’Internet sur l’organisation spatiale des activités commerciales, la digitalisation croissante du commerce modifiant à la fois les comportements des consommateurs et leurs attentes. L’article Drives des villes versus drive des champs : les nouveaux territoires du commerce alimentaire rédigé par S.DEPREZ et P.VIDAL s’intéresse à cette nouvelle forme de distribution apparue en France en 2004. Les auteurs en proposent une lecture à l’échelle de la Haute-Normandie à partir d’une méthodologie originale mêlant collecte des données, entretiens avec les responsables d’enseignes et observations in situ. Et ce sont finalement trois formes distinctes de points de retraits - les drives de la grande distribution, agricoles et du commerce indépendant - qui se dégagent de leurs travaux, chacune avec ses spécificités propres : l’ancrage réaffirmé à partir du drive pour les grandes enseignes et quelques situations d’implantation opportuniste sur des logiques de concurrence ; l’appui du drive fermier sur le tissu commercial local et les entreprises pour séduire les consommateurs ; la reconversion en centre-ville de locaux vacants en succursales ouvertes par intermittence enfin pour les derniers.

3A.GASNIER et A.RAVENEAU analysent les effets territoriaux de la connectivité des drives. Ils identifient à partir d’une enquête auprès des clients du drive Auchan une zone de chalandise dans l’agglomération du Mans calée sur les itinéraires de déplacement des consommateurs à travers une organisation successive des points d’arrêt. L’incidence du lieu de travail dans le choix d’un drive apparaît forte même si la proximité résidentielle joue également son rôle. Les auteurs mettent en évidence trois nouveaux types de territoires de chalandise : les premiers caractérisés par une double accessibilité, à la fois physique et numérique ; les deuxièmes marqués par une contrainte de moins en moins importante où les déplacements et le temps consacrés aux « achats corvées » sont à la fois choisis et écourtés ; les troisièmes, appuyés sur l’hybridation des espaces mêlant le lointain à la proximité d’une part et l’hybridation temporelle avec le développement d’un territoire de chalandise « à la carte » d’autre part. L’article pose in fine des hypothèses en rupture avec le discours commun sur les effets négatifs du drive (perte de centralité et d’urbanité, risque de congestion accru, etc.), ces équipements supportant à la fois un renforcement de la polarisation et de la diversification économique des zones d’activités et l’apparition de « nouvelles centralités de quartier périphérique » avec des effets bénéfiques sur les flux automobiles.

Facteurs de localisation et impacts territoriaux des centres de distribution du e-commerce

4L’article de M.STRALE sur Les centres de distribution du commerce électronique : facteurs de localisation et impacts en matière de développement territorial propose une réflexion articulée autour de deux questionnements : les facteurs de localisation des centres de distribution du e-commerce et leurs singularités par rapport à ceux du commerce traditionnel d’une part ; les impacts de ces équipements logistiques sur le territoire d’autre part. Trois temps structurent le propos : la restructuration logistique induite par l’essor du e-commerce, l’organisation spatiale des centres de distribution et les effets de ces équipements sur le territoire.

5Au premier chapitre correspondent des pratiques spécifiques (valorisation d’une organisation logistique établie, création d’un réseau de distribution dédié) pour concilier au mieux contraintes organisationnelles et attentes du consommateur. Au second, une dynamique de centralisation des entrepôts autour de centres d’envergure nationale voire internationale et non plus régionale comme pour le commerce traditionnel. Au troisième enfin des retombées économiques observées en termes de créations d’emplois, souvent flexibles, parfois saisonniers et caractérisés par une pénibilité forte.

6Dans son propos conclusif sur Les conséquences incertaines des nouvelles technologies dans le commerce, P.DUGOT positionne cette question de la logistique avec celle de l’évolution des pratiques du client comme à la fois comme principaux freins et facteurs d’incertitudes quant à l’évolution de la consommation connectée.

Haut de page

Notes

1 René-Paul DESSE, professeur en Aménagement et Urbanisme à l’institut de géoarchitecture (Equipe d’accueil 2219) de l’université de Bretagne Occidentale et président de la Commission Géographie du commerce du Comité National Français de Géographie (CNFG).

2 Sophie LESTRADE, maître de conférences en géographie à l’université de Paris-Est-Créteil, laboratoire Lab’Urba (Equipe d’accueil 3492), et vice-présidente de la Commission Géographie du commerce du Comité National Français de Géographie (CNFG).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilie Demoyer, « « Mutations de l’espace marchand », DESSE R-P., LESTRADE S. (Dir.) », Netcom, 30-1/2 | 2016, 139-142.

Référence électronique

Emilie Demoyer, « « Mutations de l’espace marchand », DESSE R-P., LESTRADE S. (Dir.) », Netcom [En ligne], 30-1/2 | 2016, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/2367

Haut de page

Auteur

Emilie Demoyer

Doctorante en géographie. Laboratoire : IDEES LE HAVRE - UMR IDEES 6266 du CNRS. Ecole doctorale : 556 Hommes Sociétés Risques Territoires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org