Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Politiques régionales et développement numérique : compte rendu de la thèse de Charlotte Ullmann »

Philippe Vidal
p. 416-420

Texte intégral

  • 1 Ullmann Charlotte (2006), Les politiques régionales à l’épreuve du développement numérique : enjeux (...)
  • 2 C’est-à-dire des travaux de thèses croisant dimension régionale et TIC. On peut en retenir trois :
    - (...)
  • 3 La Région, nouvel échelon consacré par les lois de décentralisation a souhaité investir très rapide (...)

1La thèse de Charlotte Ullmann1 propose de relever un challenge, celui de l’évaluation des politiques régionales dans le domaine du développement numérique. Ce thème a déjà été abordé par un certain nombre de travaux de même statut2, sans toutefois que ces derniers ne se soient risqués dans la problématique de l’impact. Il est donc porteur d’une ambition de recherche très forte car peu d’entreprises ont encore à ce jour résolu la difficile question de l’évaluation dans le domaine des TIC. Il faut dire que l’heure semblait venue de dresser un premier bilan de l’action en la matière après pratiquement vingt ans d’investissement régional3, même inégalement réparti. Le travail envisage sa production comme une mise au clair des actions engagées par trois régions françaises (Alsace, Picardie, Midi-Pyrénées) au cours d’une période qui va du discours de Lionel Jospin à Hourtin (1997) jusqu’à 2006, année de la soutenance et surtout de la clôture de la quatrième génération des Contrats de plan Etat-Région (2000-2006).

2Le document, dont la présentation formelle est particulièrement soignée, totalise 286 pages dont 10 d’annexe. Il est divisé en quatre chapitres équilibrés (entre 45 et 75 pages), eux- mêmes subdivisés en sections. Le premier chapitre présente « le cadre et l’évolution des ambitions régionales ». Le second porte sur « les enjeux régionaux de la diffusion du haut débit ». Le troisième traite des « stratégies numériques des conseils régionaux, tandis que le quatrième met en dialogue « positionnement régional et TIC ». C’est précisément ce quatrième chapitre qui a pour ambition l’évaluation de l’action régionale.

  • 4 Gabriel Dupuy, Professeur d’Aménagement et d’urbanisme, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, PV de (...)
  • 5 Emmanuel Eveno, Professeur de géographie, Université de Toulouse le Mirail, PV de soutenance.

3Cette thèse s’est déroulée dans le cadre d’une convention CIFRE (convention industrielle par la recherche en entreprise) « mettant en jeu trois partenaires différents, le doctorant, le directeur de thèse et l’entreprise employeuse »4, en l’occurrence le laboratoire CRIA de Paris 1 Panthéon Sorbonne, et le Département Développement numérique de la Caisse des Dépôts et Consignation. L’empreinte de la structure professionnelle d’accueil est visible tout au long du document, notamment par la convocation fréquente de notions comme « développement numérique » ou « territoire numérique », qui relèvent d’une dialectique conçue par la Caisse des Dépôts et par la DIACT, finalement assez peu discutée par la candidate de sorte qu’il en ressort parfois une « naturalisation implicite de l’expression »5.

  • 6 Antoine Beyer, Maître de conférences, Université Paris 4 Panthéon Sorbonne, PV de soutenance.
  • 7 Emmanuel Eveno, PV de soutenance.
  • 8 Jean Girardon, Professeur de géographie, Université d’Amiens, PV de soutenance.
  • 9 Emmanuel Eveno, PV de soutenance.

4En dépit des quelques critiques sur le caractère parfois insuffisamment académique du document, où « l’ancrage théorique de base, le choix des théories sur lesquelles la démarche de recherche a été élaborée font défaut »6 et où « certains concepts sont parfois utilisés sans toutes les précautions qu’on pouvait attendre »7, ce travail répond très largement aux exigences de la thèse « avec ses hypothèses, son terrain, son argumentation »8. En effet, il rassemble notamment de nombreuses données empiriques que l’auteur a eu la capacité de sélectionner en seulement trois ans de temps de préparation et d’écriture de la thèse. Il faut également mettre au crédit de ce travail, une bibliographie équilibrée et très bien organisée qui prend en compte « les plus récentes avancées de la recherche sur ces sujets, que ce soit au sein de la recherche française ou étrangère »9 sans pour autant en oublier les acquis plus anciens.

5La lecture du manuscrit conduit à penser que la thèse peut se positionner à l’interface de trois dimensions différentes.

  • 10 Emmanuel Eveno, PV de soutenance.
  • 11 Antoine Beyer, PV de soutenance.
  • 12 Gabriel Dupuy confirmé par Emmanuel Eveno, PV de soutenance.

6C’est d’abord une thèse de géographie, école doctorale de rattachement de la candidate (l’Institut de géographie de Paris 1). L’auteur a fait montre de son ancrage disciplinaire en concevant plus de 100 illustrations : photos, tableaux, schémas et cartographies, révélant de véritables « compétences cartographiques »10. Ce travail se situe à la fois dans la géographie des réseaux en consacrant notamment tout un chapitre à la problématique du haut débit, dans la géographie politique11, en élaborant une analyse des stratégies territoriales des acteurs, et dans la géographie de la société de l’information. Le jury a d’ailleurs salué son inscription dans « le petit club des géographes français qui travaillent sur le sujet des TIC »12. L’analyse de l’action publique régionale à laquelle se livre l’auteur, en particulier au travers des CPER et des DOCUP, est confortée par la réalisation de nombreux entretiens des acteurs clefs du domaine (chargés de mission TIC, etc.). L’auteur ne tombe pas dans le travers de l’analyse séquentielle des politiques publiques (mise sur agenda politique, élaboration d’un programme d’action, mise en œuvre opérationnelle, évaluation) - pourtant pratique - mais privilégie plutôt une démarche transversale consistant à traiter des grandes questions auxquelles les acteurs sont confrontés (le haut débit, la question budgétaire, l’efficacité de l’action, etc.).

  • 13 Gabriel Dupuy, PV de soutenance.

7Cette orientation « acteurs » en fait aussi une thèse d’aménagement. Gabriel Dupuy, son directeur et alors Président de la 24e section au Conseil National des Universités (CNU), rappela à l’occasion de la soutenance combien « les TIC sont un véritable défi pour l’aménagement »13. Ainsi, l’analyse des stratégies régionales de développement numérique à laquelle se livre l’auteur débouche sur des indicateurs de pertinence et d’efficacité de l’ingénierie territoriale mise en œuvre pour lutter contre la « fracture numérique », un des principes fondateurs de l’action publique dans ce domaine et qui ne peut laisser indifférent ni le géographe, ni l’aménageur. De fait, l’auteur mobilise fortement les méthodes et le vocable propres à cette discipline : aménagement numérique des territoires, développement numérique, politiques numériques, etc. Trois modèles de gouvernance sont proposés : intégrée, collaborative ou délégante.

  • 14 Jean-Paul Guerin - Directeur régional Franche-Comté Caisse des Dépôts, PV de soutenance.
  • 15 Gabriel Dupuy, PV de soutenance.
  • 16 L’auteur est un membre actif de la commission « Société de l’information » au Comité National Franç (...)

8C’est enfin une thèse de « recherche-action » qui « contribue à la production du département Développement numérique de la CDC et en même temps qui apporte un point de vue critique »14 sur la place des TIC au sein de la dynamique régionale. Ce caractère opérationnel du chercheur avec une démarche qualifiée de « proactive »15 par son directeur, ne s’est pas démenti depuis la soutenance. Les relations connues de l’auteur dans des sphères académiques telles que les laboratoires de recherche liés au « GDR TIC et dynamiques spatiales », la commission société de l’information du CNFG16, des revues scientifiques ne se sont pas faites au détriment de son inscription dans des environnements professionnels directement opérationnels.

9Nous finirons ce compte-rendu sur une appréciation des résultats de ce travail de recherche afin d’estimer en quoi il contribue à l’avancée de la réflexion dans ce domaine si spécifique. En particulier, il convient de voir si le défi de l’évaluation et de la mesure de l’impact des politiques publiques régionales en matière de TIC, annoncé dans la problématique, a été effectivement relevé. C’est donc essentiellement le quatrième chapitre qui focalise désormais notre attention, les trois premiers n’étant pas dénués d’intérêts, mais se présentant finalement comme une sorte de prélude au quatrième.

10L’intention de l’auteur consistait à fournir une grille d’indicateurs aux collectivités territoriales permettant de mesurer l’impact de leur politique sur le territoire. Quatre « e-indicateurs » sont retenus : « effectivité », « efficacité », « efficience », « effort régional ». Un tableau synthétique de la démarche d’évaluation est présenté dans la conclusion générale, afin de définir trois indicateurs principaux : le degré de développement régional (dépendance, autonomie), le type de gouvernance régionale (intégrée, collaborative, délégante) et le niveau de mobilisation régionale (opportuniste, volontariste, modéré). Le présupposé est donc clair, il postule que l’acteur public régional a une mission d’élaboration de réponses précises aux problèmes qui se posent comme les conditions d’émergence du haut débit dans les territoires, la capacité de la Région à susciter des vocations en termes de projet TIC sur son territoire ou encore la production de services aux administrés, aux entreprises, etc. Cette mission peut donc se mesurer soit en termes d’impacts directs liés à l’action menée, soit indirects émanant de cet investissement régional. En définitive, l’auteur envisage au travers de ses quatre « e- indicateurs » trois enjeux transversaux qui sont effectivement au cœur de la problématique de l’action régionale. Le premier concerne l’impact de l’action de l’institution sur le « degré de mobilisation régionale », le deuxième porte sur les impacts directs de la politique régionale sur les destinataires en bout de chaîne (usagers, entreprises), tandis que le troisième tente une mise en perspective entre les deniers publics investis dans le domaine des TIC et leur efficacité (efficience) sur le développement de la société de l’information au sein des régions. Ces trois grands objectifs sont envisagés d’abord à l’échelle nationale tout en revenant ensuite sur des considérations propres aux trois régions étudiées.

  • 17 SWOT : Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats.

11Cette ouverture est bienvenue car elle permet de dresser un panorama intéressant la France dans son entier. Toutefois, elle a aussi pour effet de diluer quelque peu l’objectif initial d’évaluation fine en le convertissant en diagnostic de type SWOT17 (sans que ce soit dit de cette façon) permettant d’identifier les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités de l’action régionale. De fait, l’objectif de l’évaluation se confond parfois avec celui de la comparaison.

  • 18 Philippe Vidal, « La Région face à la société de l’information, Le cas de Midi-Pyrénées et de Poito (...)

12Au final, deux types de résultats ressortent de ce quatrième chapitre. Des résultats généraux aux vingt-deux Régions de la France métropolitaine et d’autres, propres aux Régions Alsace, Midi-Pyrénées et Picardie, l’auteur établissant systématiquement un classement entre ces dernières. L’auteur considère que si l’action engagée par les Régions contribue effectivement au « développement numérique » du territoire, les ressorts de cette action sont difficiles à appréhender et souvent conditionnés par un certain nombre d’opportunités ne répondant pas à une logique de stratégie globale de territoire numérique très homogène. On a donc affaire davantage à des réponses éparpillées et chemin faisant qu’à une véritable vision régionale qui se déclinerait en programmes opérationnels. Le constat établi en 2002 qui mettait en relief la difficulté pour les Régions de se doter d’une vision globale de leur investissement18, était donc encore valable en 2006.

13Charlotte Ullmann pose finalement la question des « conditions du succès » en testant deux pistes de travail, la spécialisation sur un axe bien spécifique ou le choix de la diversification des projets. Elle estime notamment que les Régions qui ont d’abord su miser sur une approche bien spécifique (sectorielle) de leur investissement dans le domaine de la société de l’information (par exemple la télémédecine, l’éducation, etc.) sont celles qui ensuite sont le mieux parvenues à élaborer une démarche « contaminant » positivement la plupart des autres secteurs de la politique régionale. Ce résultat est, nous-semble t-il, majeur, car il signifie en définitive qu’il n’y a pas une seule voie possible en la matière, un seul chemin à reproduire pour l’ensemble des Régions, sinon celui de l’appropriation territoriale de la question découlant d’une conscientisation du problème. Il apporte donc un éclairage bienvenu aux démarches publiques nationales privilégiant des grandes matrices à adopter où le reflexe technique remplace parfois la réflexion politique. Il ressort de cette évaluation :

  • de vrais enseignements en termes d’élaboration et de portage d’une politique régionale dans le domaine de la société de l’information,

  • et de vraies pistes de travail encore à affiner quant aux effets de cette politique sur les dynamiques territoriales en région. L’auteur finit d’ailleurs son propos sur trois directions : la mesure des retombées d’un projet d’infrastructure sur la dynamique équipementière du territoire, la mesure de l’importance des TIC dans la modernisation des services publics, la mesure des politiques sur l’amélioration des conditions de vie des individus. Il propose pour cela une série d’indicateurs qui sont comme une invitation à leur adoption pour les travaux à venir.

Haut de page

Notes

1 Ullmann Charlotte (2006), Les politiques régionales à l’épreuve du développement numérique : enjeux, stratégies, impacts, soutenue le 07 juin 2006, Université de Paris I, dirigée par Gabriel Dupuy. 286 pages dont 10 d’annexes.

2 C’est-à-dire des travaux de thèses croisant dimension régionale et TIC. On peut en retenir trois :
-Véronique Hidalgo (1988), Genèse d’une politique publique locale : la politique régionale de communication en Aquitaine, Thèse de Science politique : Bordeaux III : 1988.
-Marie-Ange Saliceti (1998), Les politiques publiques de développement local centrées sur les Technologies de l’information : de l’élaboration à la mise en œuvre en France et dans l’Union européenne, thèse de sciences politiques, Université de Montpellier, (Voir : compte rendu, Netcom, vol. 16, n° 3- 4, p. 224-225).
-Philippe Vidal, (2002), La Région face à la société de l’information, le cas de Midi-Pyrénées et de Poitou- Charentes, université de Toulouse le Mirail, Thèse de géographie & aménagement, (Voir : compte rendu, Netcom, vol. 16, n° 3-4, p. 224-225).

3 La Région, nouvel échelon consacré par les lois de décentralisation a souhaité investir très rapidement le champ communicationnel. La thèse de Véronique Hidalgo le montre clairement.

4 Gabriel Dupuy, Professeur d’Aménagement et d’urbanisme, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, PV de soutenance.

5 Emmanuel Eveno, Professeur de géographie, Université de Toulouse le Mirail, PV de soutenance.

6 Antoine Beyer, Maître de conférences, Université Paris 4 Panthéon Sorbonne, PV de soutenance.

7 Emmanuel Eveno, PV de soutenance.

8 Jean Girardon, Professeur de géographie, Université d’Amiens, PV de soutenance.

9 Emmanuel Eveno, PV de soutenance.

10 Emmanuel Eveno, PV de soutenance.

11 Antoine Beyer, PV de soutenance.

12 Gabriel Dupuy confirmé par Emmanuel Eveno, PV de soutenance.

13 Gabriel Dupuy, PV de soutenance.

14 Jean-Paul Guerin - Directeur régional Franche-Comté Caisse des Dépôts, PV de soutenance.

15 Gabriel Dupuy, PV de soutenance.

16 L’auteur est un membre actif de la commission « Société de l’information » au Comité National Français de Géographie. Cf site de la commission : http://www.cnfg-si.org

17 SWOT : Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats.

18 Philippe Vidal, « La Région face à la société de l’information, Le cas de Midi-Pyrénées et de Poitou-Charentes », décembre 2002, UTM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vidal, « « Politiques régionales et développement numérique : compte rendu de la thèse de Charlotte Ullmann » », Netcom, 21-3/4 | 2007, 416-420.

Référence électronique

Philippe Vidal, « « Politiques régionales et développement numérique : compte rendu de la thèse de Charlotte Ullmann » », Netcom [En ligne], 21-3/4 | 2007, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/2281

Haut de page

Auteur

Philippe Vidal

Maître de Conférences Géographie & Aménagement à l’Université du Havre, UMR 6228 IDEES-CIRTAI.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org