Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« TIC et territoires » compte rendu du mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches de Gilles Puel

Henry Bakis
p. 411-413

Entrées d’index

Mots-clés :

territoire, TIC
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maître de Conférences Habilité, Université de Toulouse II.
  • 2 Gilles Puel (2006), Des technologies et des territoires, mémoire d’ HDR, 182 pages, Université de T (...)

1Sous le titre Des technologies et des territoires, Gilles Puel1 a produit et soutenu une Habilitation à Diriger des Recherches2.

  • 3 Pierre Cohen & Jean-Yves Le Déaut (1999), Priorité à la recherche. Quelle recherche pour demain ? 6 (...)
  • 4 Emmanuel Eveno, Professeur à l’Université de Toulouse II Le Mirail. Pv de soutenance.
  • 5 Directeur de Recherche au CNRS. Pv de soutenance.

2Le genre littéraire du mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches n’est pas totalement fixé, ce qui explique parfois des déceptions et des évaluations fort hétérogènes. Dans certaines disciplines, il vise à réunir et soumettre à un jury, les travaux de l’auteur, notamment ceux écrits depuis la thèse. Dans d’autres, « et plus particulièrement en sciences de l’homme et de la société, l’HDR n’est pas différente de ce qu’était le doctorat d’Etat. Notamment, elle se passe tardivement, et un nombre assez limité de chercheurs la préparent »3. Pour rendre compte de l’HDR de Gilles Puel, « réalisé dans un temps particulièrement bref »4, il faut connaître la position du référent, Alain d’Iribarne en l’occurrence : « l’HDR est un exercice qui doit inciter un jeune chercheur ou enseignant-chercheur, ayant engrangé une certaine expérience professionnelle depuis la soutenance de sa thèse, à faire le point sur les compétences qu’il a acquises à travers son cursus, et à partir d’une relecture des ‘traces’ de ses activités représentées par ses publications »5. Comme de nombreux référents de HDR, Alain d’Iribarne considère que la rédaction de ce type de mémoire est l’occasion d’un exercice de réflexion et de synthèse, qui débouche sur la mise en évidence des apports scientifiques de l’auteur. Aussi a-t-il incité l’auteur à montrer les points communs de ses travaux et engagé à présenter ses apports théoriques.

  • 6 E. Eveno, Pv de soutenance.

3L’auteur se prête à l’exercice, et le mémoire qui touche à un questionnement géographique fondamental peut donner lieu à des appréciations variées : les unes positives, les autres négatives. En fait, comme le fait remarquer E. Eveno, cela tient au fait que ce travail est un « compromis entre ce qui est recevable dans le monde de l’expertise (ou de la recherche- action) et ce qui est recevable dans le monde académico-scientifique ; [un] compromis encore entre une approche ‘disciplinaire’ (en l’occurrence géographique) et une approche inter ou transdisciplinaire… Aussi selon la position que l’on occupe dans ou entre ces différents mondes, on aura évidemment une perspective très différente de ces résultats »6.

  • 7 BAKIS H. (1982), « Histoire de la géographie des télécommunications », Bull. IDATE, n° 7, pp. 55-68 (...)
  • 8 Angela Lopez Jimenez, Professeur à l’Université de Zaragoza, Espagne. Pv de soutenance.
  • 9 E. Eveno, Pv de soutenance.
  • 10 L. Grasland, Pv de soutenance.
  • 11 Alain Lefebvre, Professeur émérite à l’Université de Toulouse II Le Mirail. Pv de soutenance.

4Si l’on adopte le point de vue de la production d’un travail scientifique, ce mémoire peut appeler plusieurs remarques. Etrangement, il fait l’économie d’une approche des travaux des géographes français sur le sujet. Tout lecteur un peu familier de cette thématique sait que des travaux variés sont produits depuis le début des années 1970, en Europe et en Amérique du Nord, mais aussi plus récemment certes, en Amérique latine, en Asie (Japon, Corée, Chine…), au Proche orient et au Maghreb (Israël, Tunisie), en Afrique (Côte d’Ivoire…). Il aurait été bénéfique de les intégrer dans une problématique étayée d’un fort état des lieux. A défaut, Gilles Puel donne l’impression de redécouvrir nombre de questionnements pluridisciplinaires situés à l’articulation « TIC et territoires », qui ont pourtant donné matière à de nombreux travaux7. Sa posture interdisciplinaire n’est pas toujours étayée, les sociologues classiques cités, « le sont davantage comme prétexte que par leurs textes… ce qui met à nu des décalages entre ce que le texte proposé leur fait dire et ce que ces textes disent effectivement »8. Son approche, de type axiomatique, ne fait pas l’unanimité tant il procède souvent « par une succession de postulats et esquive des débats scientifiques »9. On a l’impression que parfois, les développements sont trop courts, et on ne peut chasser l’impression, au fil des pages, que l’auteur n’entre pas vraiment dans un travail de démonstrations notamment appuyées sur des études de cas concrets ; bien plus, il « ressort souvent du document de synthèse un trop grand décalage entre l’argumentation conceptuelle et les études de cas présentés dans ses articles »10. Comme le fait remarquer Alain Lefebvre, il faudrait sans doute sortir du « cercle des géo-économistes des TIC à l’intérieur duquel Gilles Puel occupe désormais une place reconnue : il serait intéressant, par exemple, qu’il prenne en compte la dimension phénoménologique de la technique dans ses relations avec l’espace et les territoires »11. Certes, mais en continuant de s’investir dans l’analyse fructueuse de la spatialisation de l’économie de l’information en liaison avec le développement territorial. En comprenant, aussi les mécanismes d’introduction des innovations de TIC sur les territoires afin d’apprécier ses incidences.

  • 12 Thérèse Saint-Julien, Professeur à l’Université Paris1. Présidente du jury. Pv de soutenance.
  • 13 Thérèse Saint-Julien, Pv de soutenance.

5Tout au long des pages de ce texte de synthèse, doté d’une ouverture interdisciplinaire bienvenue, l’auteur démontre qu’il connaît les aspects techniques et financiers des TIC (coût, portée spatiale des technologies, alternatives d’équipements par les collectivités territoriales…) et de l’innovation. Cela en soi est un compliment de poids car le monde des TIC évolue particulièrement vite. Armé de cet avantage, Gilles Puel se penche sur les liens entre les TIC et les dynamiques de développement territorial en évitant les pièges du déterminisme technologique. « Le lecteur entre aisément dans les interrogations, perplexités et engagements des politiques en charge des collectivités territoriales »12. L’auteur a choisi de se placer « du côté de la recherche-action pour entrer dans la boite noire du processus d’adoption. En se rapprochant de l’observation-participante, il a tenté de démêler les fils des leviers du développement territorial »13.

6Au total, un texte ne laissant pas indifférent, caractérisé par la richesse des informations rassemblées et un goût certain pour l’abstraction ; un texte clairement positionné du côté de la recherche-action voire de l’expertise.

  • 14 Th. Saint-Julien, Pv de soutenance.

7Il reste qu’il est heureux qu’une nouvelle HDR de géographie soit centrée autour de la thématique des TIC, car, comme l’a dit Thérèse Saint-Julien, « le chantier à l’avancée duquel Gilles Puel contribue reste immense, du fait de la complexité des effets de l’intrusion d’une innovation dont on cerne mal les irréversibilités qu’elle engendre dans les évolutions des systèmes social et territorial »14. De fait, grandes sont encore les interrogations des responsables des collectivités territoriales et il appartient aux géographes des TIC de les prendre en compte.

Haut de page

Notes

1 Maître de Conférences Habilité, Université de Toulouse II.

2 Gilles Puel (2006), Des technologies et des territoires, mémoire d’ HDR, 182 pages, Université de Toulouse II Le Mirail, présentée par le 22 février 2006. Tuteur : Alain d’Iribarne, Directeur de Recherche au CNRS.

3 Pierre Cohen & Jean-Yves Le Déaut (1999), Priorité à la recherche. Quelle recherche pour demain ? 60 propositions pour améliorer la synergie entre recherche et enseignement supérieur, l’autonomie des jeunes, l’évaluation, la mobilité et les échanges, 65 p. http://guilde.jeunes-chercheurs.org/Reflexions/Documents/1999-cohen-ledeaut/rapport-partie1.pdf.
Les auteurs étaient respectivement : Député de Haute-Garonne et Député de Meurthe-et- Moselle.

4 Emmanuel Eveno, Professeur à l’Université de Toulouse II Le Mirail. Pv de soutenance.

5 Directeur de Recherche au CNRS. Pv de soutenance.

6 E. Eveno, Pv de soutenance.

7 BAKIS H. (1982), « Histoire de la géographie des télécommunications », Bull. IDATE, n° 7, pp. 55-68 ; Bakis H. (1992), « Géographie des réseaux de communication et de télécommunications : bibliographie (1980-1992) » Netcom, pp. 309-395, http://recherche.univ-montp3.fr/mambo/netcom_labs/volumes/articles/V6-309.html.

8 Angela Lopez Jimenez, Professeur à l’Université de Zaragoza, Espagne. Pv de soutenance.

9 E. Eveno, Pv de soutenance.

10 L. Grasland, Pv de soutenance.

11 Alain Lefebvre, Professeur émérite à l’Université de Toulouse II Le Mirail. Pv de soutenance.

12 Thérèse Saint-Julien, Professeur à l’Université Paris1. Présidente du jury. Pv de soutenance.

13 Thérèse Saint-Julien, Pv de soutenance.

14 Th. Saint-Julien, Pv de soutenance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « « TIC et territoires » compte rendu du mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches de Gilles Puel », Netcom, 21-3/4 | 2007, 411-413.

Référence électronique

Henry Bakis, « « TIC et territoires » compte rendu du mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches de Gilles Puel », Netcom [En ligne], 21-3/4 | 2007, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://netcom.revues.org/2276

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Directeur de recherche, Equipe CNRS Mutations des Territoires en Europe. Professeur à l’Université de Montpellier III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org