Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et Internet

Henry Bakis
p. 381-384

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une présentation Powerpoint, établie à partir de ce texte, a été présentée à Tunis fin 2005 : IRFD (...)

1Le monde a sans doute plus changé lors des cent dernières années que pendant les derniers mille ans qui les ont précédés. L’essor des réseaux de télécommunications en est un des facteurs majeurs. Quelles ont été (et seront) les conséquences en matière culturelle ? Va-t- on vers la définition et l’émergence de nouveaux territoires de l’identité ? Il s’agissait, lors de cette conférence, de présenter une problématique et quelques premiers résultats1.

2L’hypothèse a d’abord été présentée : le développement des outils techniques et des usages a-t-il pour conséquence la création de « nouveaux territoires de l’identité » ? Avec le développement des infrastructures de transports, de télécommunications et avec l’usage croissant des télé-relations, les barrières physiques et mentales entre les espaces d’origine des minorités culturelles et nationales et les espaces d’implantation ont perdu de leur opacité. Internet est un des aspects les plus caractéristiques de la mondialisation de la communication. Le grand public s’est approprié l’Internet. Des occasions de contacts et de rencontres sont créées entre personnes distantes (qui ne se sont jamais rencontrées et qui dans la plupart des cas n’auront pas l’occasion de se rencontrer en mode face à face) : échanges de messages, de fichiers variés (textes, image et de son), de liens vers des sites.

3Par la consultation de sites ou par l’établissement de liens directs, des « communautés virtuelles » se structurent. Elles ont de multiples centres d’intérêts : actualité, informatique, échange d’information. Dans certains cas, les plus aboutis, les trajectoires des internautes se fixent sur l’espace électronique faisant émerger des espaces relationnels bien identifiés (rencontres régulières). Les effets sont occasionnels, ou plus stables. Ces communications peuvent s’établir au sein de réseaux sociaux préexistants. Les réseaux techniques offrent un support pour la communication, support d’autant plus appréciable que les populations considérées sont plus dispersées.

4Plusieurs questions se posent à cette occasion. Quelles sont les relations qui se tissent entre le fait identitaire et les nouveaux moyens de communications offerts par les T.I.C. ? L’Internet est-il : un « lieu » où des revendications identitaires se manifestent ? Sa spécificité permet-elle l’émergence d’une notion d’identité éclatée ? Quelles relations entre cultures, électronique et territoires ? Comment les communications sociales et les liens sociaux sont-ils renforcés grâce à la diffusion des nouvelles technologies de l’information, et des réseaux de télécommunications ? Quelle est la contribution des télécommunications au maintien, au renforcement, voire au rétablissement du lien social entre les personnes émigrées et le reste de leur communauté resté dans l’espace d’origine ?

5Dans une seconde partie, la conférence a souligné l’existence de sites spécifiques à la disposition des internautes (de culture minoritaire) surfant sur le Web. Il suffit de naviguer sur le net, pour se rendre compte du niveau de fréquentation de ce territoire virtuel. Sites « minoritaires », « ethniques » ou « nationaux », culturels. Des informations nombreuses touchant tous les domaines de la vie sont accessibles sur Internet. Peut-on pour autant parler de Digital diasporas ? De fait, les diasporas sont très présentes sur Internet, par exemple : diasporas africaine2, arménienne3, bretonne, chinoise, irlandaise, juive, libanaise, russe, etc. Parmi les caractéristiques des diasporas, on trouve la revendication d’une identité nationale ou ethnique ; mais aussi l’existence de contacts réels ou de relations symboliques avec le territoire ou le pays d’origine ; des liens communautaires à caractère social, religieux ou politique, découlent souvent la mise en place d’institutions, d’organisations, d’associations. Autant de raisons pour donner à toutes les techniques de communications un intérêt considérable afin de renforcer une cohésion -même très relative - et assurer la circulation des informations et des produits culturels.

6Nombre de cultures nationales ou minoritaires (ethniques, religieuses, régionales) peuvent s’exprimer d’une façon nouvelle sur le web depuis les années 1990, en mettant à la disposition de leurs visiteurs diverses rubriques : histoire, art, langue, culture, religion, traditions, cuisine, économie, photos de paysages et itinéraires, informations diverses. Les cas ne manquent pas, démontrant l’utilisation de l’Internet par des populations d’origines variées - régionales ou nationales - dispersées sur plusieurs continents. Ainsi, Basques4, Occitans5, Flamands, Kabyles6, Réunionnais, disposent de sites faisant vivre leur culture minoritaire auprès de populations dispersées. Il en va de même pour les minorités religieuses. Il suffit de naviguer sur le net pour se rendre compte que les cas offerts à l’observation sont innombrables et que des constatations voisines de celles présentées ici pourraient être faites pour nombre d’autres communautés. Il reste à approfondir, à illustrer par de nombreuses études de cas…

7Il ne faut cependant pas oublier qu’il existe des « trous noirs » sur la carte mondiale de l’Internet, certains pays interdisant totalement tout accès, ou bien surveillant très étroitement l’accès au réseau, et la nature des contenus consultés.

8Une étude de cas - les Réunionnais « émigrés » en Métropole - est venue conclure cette conférence. Leur territoire, éloigné dans l’espace, continue à « habiter » ces « immigrés » particuliers puisqu’ils sont de nationalité française. Un Réunionnais sur cinq est « émigré ». Ils représentent presque un cinquième de l’ensemble de la population réunionnaise (soit environ 150000 personnes, notamment installées en France métropolitaine : Bouches-du- Rhône, Rhône, départements de l’Ile-de-France, Hérault). La communauté réunionnaise de Montpellier (Hérault) a été choisie pour mettre en évidence les interactions rendues possibles par Internet entre des espaces éloignés (Froment 2002, Froment & Bakis 2005). Par une enquête auprès d’étudiants réunionnais de Montpellier et l’analyse de contenu de sites web dédiés à l’île7, des résultats qualitatifs significatifs ont pu être obtenus8.

Conclusion

9Cette étude de cas a démontré que, si la communication électronique est virtuelle par essence, les conséquences de cette utilisation sont quant à elles bien réelles.

  • 9 Une remarque allant dans le même sens a été formulée à propos des Haïtiens immigrés au Canada, par (...)

10En effet l’usage des TIC et de l’Internet permet une insertion plus facile en France métropolitaine (création de relations parmi les étudiants Réunionnais de Métropole ; informations obtenues de ce fait. On peut aussi parler de l’accessibilité plus facile des Réunionnais à leur espace vécu : par la communication de photos, webcams, petits films rapidement téléchargeables sur le disque dur d’un ordinateur). Le Réunionnais "expatrié" conserve, d’une certaine manière, l’« accès » à son "pays" grâce à l’Internet et parfois même en temps réel. Les étudiants Réunionnais habitant hors de l’île, s’informent au jour le jour des évènements et faits remarquables sur leur île, y compris à l’échelle du quartier9.

11D’autres conséquences sur l’espace « réel » sont liées au maintien de liens étroits avec familles et amis restés dans l’espace d’origine, malgré l’éloignement géographique. Outre ces effets psychologiques, ont été notés d’autres effets culturels (pratique de la langue créole) ou matériels (obtention de produits issus de l’espace d’origine par e-commerce). On peut donc parler d’une certaine rétroaction de l’espace représenté à l’espace réel. Cette étude de cas démontre un aspect supplémentaire des incidences des TIC et de l’Internet sur les évolutions en cours.

12Avec le développement de la mobilité à l’échelle internationale (transports sur de très grandes distances), les relations effectives des personnes avec les territoires d’origine se banalisent à partir des territoires d’accueil. Le développement des transports rapides et des TIC jouent un rôle considérable dans ces évolutions culturelles et géopolitiques du monde postmoderne.

  • 10 France, Ministère de l’Intérieur, août 2002, cit. D. Vidal, 2002.

13Au-delà de l’Internet, une même problématique se retrouve pour l’ensemble des moyens de communication, et tout particulièrement pour la télévision par satellite. La diffusion de la télévision satellite se constate à la simple observation du paysage urbain de quartiers accueillant une forte immigration : sur les façades des immeubles se déploient de nombreuses antennes paraboliques à chaque étage. Cela n’est pas sans rapports avec le maintien de l’usage des langues d’origine (captées directement des pays d’origine) et les résistances à l’apprentissage des langues et des usages des pays d’accueil. Cela peut poser des problèmes géopolitiques, lorsqu’il y a distorsion voire contradiction évidente entre les valeurs véhiculées sur ces chaînes et celles du pays d’accueil10.

14Au total, un vaste champ de recherche se révèle, situé à l’articulation entre, au moins, trois domaines d’études : la géographie des populations, la géographie de la culture et des représentations, et la géographie politique. Parmi les principales questions : quels sont les nouveaux usages des télécommunications dédiés à des thématiques ou communautés particulières ? Quelles en sont les conséquences culturelles et sociales, déjà sensibles, sur les territoires ? Comment ces usages s’inscrivent-ils sur l’espace mondial, dans des contextes géopolitiques variés ; sera-t-il plus difficile que dans le passé d’assimiler les immigrés récents à leur divers pays d’accueils ?

  • 11 Prévelakis, G., 1999.

15Georges Prévélakis s’interrogeait, à propos des diasporas : « assistera-t-on à la revanche des territoires dans un monde de plus en plus globalisé ? ». Sans remettre en cause ses constatations sur l’importance des grandes villes comme carrefours11, il faut, sans doute, ajouter une dimension supplémentaire : les carrefours virtuels qui, dans l’espace « réel » se situent aussi et le plus souvent dans les grandes villes.

Haut de page

Bibliographie

APPADURAI A. (1996), Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalisation. Minneapolis, University of Minnesota Press.

AUGE M. (1992), Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris, Seuil.

BAKIS H. (1987), Géopolitique de l’information, Que sais-je ? Presses Universitaires de France.

BAKIS H. (1995), « Communications et changement global : un défi politique et culturel » in BAKIS H. (ed,), « Communication and Political Geography in a Changing World », International Political Science Review, vol. 16, n° 3, juillet, pp. 219-311 - Elsevier Science Ltd, Oxford, UK (pp. 225-235).

BAKIS H. (1996), « Cultures, électronique et territoires », NETCOM, vol. X (1996), n° 2, pp. 640-664.

BAKIS H. (2001), « Réseaux sociaux, réseaux de la communication culturelle et territoires », in Bulletin de l’Association de Géographes français, Géographies, 78ème année, n° 1, pp. 5-10.

BRUNEAU M. (dir., 1995), Diasporas, Reclus, Montpellier, 1995, 192 p.

DOUZET F. (1997), « Les enjeux géopolitiques du cyberespace », NETCOM, vol. 11, pp. 181- 216.

FRANCE, MINISTERE DE L’INTERIEUR, Rapport, août 2002 (cit. Dominique Vidal, 2002).

FROMENT B. (2002), « Les Réunionais dans la société de l’information. Territoires et lien social communautaire », Mémoire de DEA, Université de Montpellier III (Dir. H. Bakis), 120 p.

PREVELAKIS G. (1999), « Les grandes métropoles comme carrefours des diasporas », Cybergeo, Colloque « les problèmes culturels des grandes villes », 8-11 décembre 1997, article 99, mis en ligne le 25 mai 1999 - http://www.cybergeo.eu/index1162.html.

SASSEN S. (1991), The Global City: New York, Londres, Tokyo. Princeton, New Jersey, Princeton University Press.

TARRIUS A. (1992), Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales. Paris, L’Harmattan.

VIDAL D. (2002), « Une année de ‘cristal’ ? », Le Monde diplomatique, décembre.

Haut de page

Notes

1 Une présentation Powerpoint, établie à partir de ce texte, a été présentée à Tunis fin 2005 : IRFD World Forum on Information Society : Digital Divide, Global Development and the Information Society ; session organisée par l’UGI, 14 -15 nov. 2005.

2 Sites des diasporas togolaise, diastode.org ; congolaise http://malanga.free.fr ; somalienne de Minneapolis Fondation de Minneapolis  ; comorienne : l’Association de la diaspora comorienne. Cette dernière met en ligne les récents rapports de ses diverses manifestations qui ont pour but d’intégrer la communauté comorienne à la population française, mais également de faire participer cette diaspora au processus démocratique comorien.

3 Association arménienne des Etats-Unis http://www.aaainc.org ; site des diasporas arméniennes : http://www.cilicia.org ; http://www.armenia.com/ ; http://www.haias.net/armenien.html

4 Culture & Musique basque sur Internet : http://www.basquearts.com.

5 http://www.occitania.org/ ; http://www.occitania.online.fr/ ;http://www.occitania.fr/.

6 Le « site de l’identité kabyle », http://www.kabyle.com.

7 La recherche de sites dédiés à l’île de la Réunion ne s’est faite pas au hasard de l’exploration de l’espace d’Internet. Pour rechercher ces sites, deux moteurs de recherche ont été utilisés (Google et Copernic) pour une première présélection, une visite des sites s’est imposée ensuite afin d’instruire les contenus (administration, culture, information, commerce, tourisme...) d’évaluer la présence réunionnaise dans l’espace de la communication électronique, et son accessibilité.

8 http://www.runisland.com, http://www.clicanoo.com, http://www.ile-bourbon.com, http://www.guetali.fr, http://www.ilereunion.com, http://www.creole.org. D’autres sites ont également été consultés.

9 Une remarque allant dans le même sens a été formulée à propos des Haïtiens immigrés au Canada, par Georges Anglade (1992), communication devant la Commission sur les Réseaux et la communication, Union Géographique Internationale, Colloque de Washington, Etats- Unis.

10 France, Ministère de l’Intérieur, août 2002, cit. D. Vidal, 2002.

11 Prévelakis, G., 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et Internet », Netcom, 21-3/4 | 2007, 381-384.

Référence électronique

Henry Bakis, « Les nouveaux territoires de l’identité. Minorités et Internet », Netcom [En ligne], 21-3/4 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/2266 ; DOI : 10.4000/netcom.2266

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org