Navigation – Plan du site

L’outil numérique au service de l’intelligence collective des territoires

L’accessibilité du département du Val de Marne comme stratégie de développement (94)
The digital tool in the service of the collective intelligence of territories: the accessibility of the Val de Marne (France) as a development strategy
Vianney Gerils
p. 347-368

Résumés

Le contexte socio-économique actuel impose aux collectivités locales, de maitriser la dépense publique, d’optimiser leurs actions et de maintenir une qualité de vie et de services pour les populations. L’efficacité d’usage des aménagements est donc un enjeu majeur pour les gestionnaires territoriaux. Aujourd’hui, la connaissance numérique partagée par les décisionnaires, les usagers (open data, data visualisation) est un principe premier dans le processus de conception-production des espaces de vie. Dans ce cadre, les outils numériques sont un moyen technique indispensable de mobilisation de cette connaissance, de stimulation de l’intelligence collective au service de l’aménagement durable des territoires. Cet article présente l’état actuel de nos recherches : la conception et l’application d’un outil numérique de diagnostic et de visualisation territoriale pour une aide à la décision planifiée. Notre terrain d’investigation se localise dans le Département du Val de Marne (site pilote) avec pour ambitions de collecter, de partager, et de visualiser cartographiquement la donnée : un outil de recherches fondamentales, un support d’actions opérationnelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’année 2015 est une année clef pour la question de l’accessibilité aux espaces publics. En effet, la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, édicte les principes symboliques et techniques de la mise en accessibilité généralisée de l’ensemble du patrimoine bâti ouvert aux publics, ainsi qu’aux moyens et voies de circulation publics. Au-delà d’une obligation législative, cette problématique s’inscrit dans un contexte multi dimensionnel, social, géographique et démographique, qui ajoute à la nécessité d’une prise de position et d’une mise en action d’un corpus d’acteurs, allant du politique à la société civile en passant par tous les professionnels concernés par la production et la gestion des espaces bâtis et non bâtis de nos territoires : architecte, urbaniste, aménageur, et collectivités territoriales.

2La société civile, au travers d’actions associatives et collaboratives, se positionne sur la mise en lumière des problématiques que peuvent rencontrer certaines populations dans leurs déplacements et leurs intégrations sociales et citoyennes. L’internet est une source de partage et d’innovation, donnant un nouvel écho aux discours historiques des principales associations (Association des Paralysés de France, Valentin Hauy, Handicap international, …) et offre aux acteurs politiques (élus et citoyens) les moyens de communiquer et de diffuser l’information. Des éléments concrets et actuels de notre société connectée, entre un espace de communication et d’informations, l’« internet territorial » (Vidal, Mus, 2009) et l’importance grandissante des produits grand public de production de données géographiques, la néogéographie (Bakis, Valentin, 2010), tendent à renouveler les pratiques de mobilité d’une population souvent mis à l’écart de ces questionnements.

3Notre positionnement à l’intérieur de nos recherches est d’envisager les outils de la géographie et les nouvelles technologies de l’information et de la communication, en premier lieu, comme des moyens de visualiser, de diffuser et de gérer des données sur le territoire dans un objectif d’aide à la décision et à la cohérence spatiale des aménagements, mais également comme un objet de recherche sur la compréhension des jeux et des stratégies d’acteurs à l’intérieur des collectivités locales et des territoires, dans le contexte d’application d’une politique publique. L’approche développée à l’intérieur de l’équipe de recherche animée par Franck Bodin du laboratoire TVES (Territoires, Villes, Environnement, Société), est donc de construire un outil numérique et des méthodes permettant le relevé, la visualisation et la gestion de données territoriales, portant spécifiquement sur l’accessibilité structurelle et de le mettre en application sur un territoire afin de développer une stratégie territoriale d’aménagement durable, à la fois multi-acteurs, multi-compétences et multi-scalaires.

4Pour illustrer cette recherche, cet article s’attachera à positionner le contexte socio-spatial de la thématique et à définir le cadre théorique de nos recherches. Dans un second temps, nous développerons le programme de recherche initié en 2012 et achevé en 2015 avec le conseil général du Val de Marne (94) à l’intérieur duquel nous avons pu développer et mettre en œuvre l’outil numérique GEVU (Globale EValuation Urbaine). Nous terminerons par la présentation des principaux résultats issus de cette expérimentation en termes d’investigations de terrain, de développement des outils et des choix opérés par les acteurs de ce projet.

L’accessibilité : d’un principe d’intégration socio-spatiale à une stratégie d’aménagement durable

Détour sur le contexte sociogéographique autour de l’accessibilité

  • 1 Extrait du portail lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales du CNRS : http: (...)

5Usuellement, le terme d’accessibilité est convoqué pour parler d’un espace, d’un lieu, d’un endroit, d’un objet ou alors d’une personne et ainsi les définir comme atteignables, ouverts, dont l’accès est possible, à la portée de tous, ou qui peut être compris1. L’idée majeure autour de cette notion d’accessibilité est d’attribuer à son complément une dimension d’accès et de compréhension universelle. Au sein des sciences humaines et sociales, et notamment dans leurs formes appliquées (architecture, urbanisme et aménagement), l’accessibilité est un terme utilisé autour de la question de l’organisation des mobilités individuelles et collectives et des moyens utiles aux déplacements. C’est également, une notion qui institue la capacité de chaque individu à se déplacer, à participer et à s’intégrer dans l’espace physique et social. Ces deux manières d’aborder l’accessibilité ne sont pas déconnectées l’une de l’autre, et peuvent notamment interagir au travers du jeu des échelles géographiques. Avant de préciser la notion d’accessibilité et les principes qui l’entourent, un détour contextuel permet de mettre en lumière toute la pertinence actuelle, tant sur un plan spatial que social, de convoquer, de travailler et d’opérationnaliser cette notion.

6En premier lieu, nous pouvons nous appuyer sur un constat partagé, de longue date et simple : la société actuelle s’est forgée sur des conceptions sociales et spatiales à l’intérieur desquelles la différence ne s’intègre pas comme manière de penser et de concevoir. Tel que le souligne Mathilde Mus à la suite de son travail géo-historique de l’être différent dans la société et ses rapports avec l’architecture et l’urbanisme, « la réflexion urbaine menée jusqu’à maintenant s’est articulée autour d’un corps idéal et théorique » (Mus, 2011). Les évolutions récentes sur les plans sociaux, juridiques et scientifiques tendent à redéfinir les modes de penser et d’agir, mais dans une large partie des applications concrètes, beaucoup reste à faire. Les champs de la formation, de la sensibilisation, des outils et des méthodes de conception représentent des axes majeurs de réflexion actuelle. C’est dans ce cadre que s’inscrivent principalement nos recherches et nos travaux.

7Par ailleurs, nous identifions deux dynamiques à l’œuvre sur les territoires. La dynamique urbaine en est la première. L’éclatement de la ville ou plus exactement la diffusion du modèle urbain sur les territoires, induit et renforce la spécialisation fonctionnelle des espaces. On travaille à un endroit, on dort à un autre, on consomme ailleurs et on se divertit autre part. Ce territoire archipel où s’applique les principes d’un « urbanisme insulaire » (Bidou-Zachariasen, Giglia, 2012) maintient une logique de développement basée sur l’utilisation de l’automobile pour une majorité de la population, même si les services et les modes de déplacement tendent à se diversifier. Face à cette organisation, la principale problématique est alors la mobilité des personnes. La géographie des lieux de vie et la mondialisation des communications ont pour conséquence de construire une société « hypermobile » (Ascher, 2001). Les populations peuvent moduler leurs déplacements dans le temps et dans l’espace comme bon leurs semblent grâce à une offre de services qui ne cessent de se développer et de se démocratiser. La mobilité se place aujourd’hui comme une condition essentielle de la participation économique et sociale des individus.

8En parallèle, le principe de développement durable joue un rôle considérable dans les manières de penser et de faire sur les territoires. Basé sur le modèle d’une synergie équilibrée entre l’environnement, le social et l’économique, le concept de développement durable s’impose depuis plusieurs années dans les débats et les politiques publiques, et plus encore dans le domaine académique et les pratiques des professionnels de l’espace. Sans entrer dans les débats éthiques et scientifiques autour de ce concept, le développement durable est un principe qui permet de (re)placer d’importantes questions, entre autres, sur l’organisation politique et structurelle de la société, sur la place de chaque individu dans le développement économique et social, sur l’impact des actions individuelles et collectives passées, actuelles et futures sur l’environnement (au sens large du terme), dans les réflexions contemporaines sur l’aménagement des territoires, et cela à de multiples échelles. Dans ce cadre, l’accessibilité a une place déterminante en tant que principe d’intégration socio-spatiale et de participation de l’ensemble des individus à la société.

9De surcroît, le registre démographique interroge également sur le devenir de notre société et sur le jeu de la relation individu/espace. Le vieillissement de la population est une évolution majeure des premières décennies du XXIe siècle dans de nombreux territoires, en France, en Europe mais aussi dans le monde (Dumont, 2004, INED, 2015). Cette dynamique se concrétise par une augmentation de la part des personnes âgées dans la population totale, du fait d’une baisse de la mortalité et un affaiblissement de la natalité. Les pays occidentaux, dont la France, sont concernés par cette dynamique. Toutefois, sur un plan spatial, ce mécanisme démographique ne se répartit pas de manière homogène. En effet, les phénomènes de gérontocroissance ou de gérontodécroissance (Dumont, 2006), permettent de différencier et d’entrevoir les conséquences sur les espaces. Ce phénomène définit l’évolution à la hausse ou à la baisse des effectifs des personnes âgées, et donne à voir la place de chaque territoire, urbain ou rural, face à la dynamique démographique. Dans la géographie française du vieillissement faite par G-F. Dumont, les zones urbaines ressortent du lot face à cette tendance. La dynamique démographique urbaine tend à voir la part des personnes âgées augmentée. Dans ce sens, G-F Dumont conclut que cette tendance est un paramètre incontournable et à intégrer par les gestionnaires de collectivité dans leurs manières de penser les aménagements, les services, et de manière globale la planification des territoires, et dont le principe moteur est celui de l’autonomie. Ce principe est d’autant plus essentiel aux vues du bouleversement des rythmes sociologiques. La période dite de la vieillesse, qui s’apparentait dans les représentations collectives, à une inactivité dans les affaires de la société, se modifie. Les âges qui suivent l’entrée dans la période de la retraite sont aujourd’hui synonyme de « maturité active » et de la création d’un troisième âge distinct du quatrième âge (Gauchet, 2004). Ces populations sont donc actives, économiquement, socialement, politiquement et spatialement. Elles représentent un enjeu économique en tant que consommateurs, elles participent aux dynamiques sociales, en tant que parents et associatifs, elles ont un poids politique avec des idéologies représentatives de leurs besoins, et elles ont un impact spatial par leurs besoins en mobilités.

10Enfin, le point de vue anthropologique, biologique et psychologique convergent vers une pensée de l’Homme comme un élément complexe par la richesse de ces caractéristiques individuelles et collectives. En effet, la richesse de caractère s’exprime par le genre, l’âge, comme nous l’avons évoqué, des comportements, une culture, des capacités physiques et psychologiques. Ces différents éléments marquent toute la complexité de l’être humain. Imposer une complexité dans le regard face aux individus, c’est rompre avec l’idée d’une « normalité », d’une représentation unique de l’Homme. C’est en ce sens que l’utilisation de la notion de richesse de caractère paraît adéquate à accompagner cette pensée. Cette posture fait écho à un mouvement éthique et juste du développement de la société, à l’intérieur duquel la notion de diversité à un rôle prépondérant.

11Enfin, le contexte législatif est un dernier marqueur de la place de la notion d’accessibilité aujourd’hui. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a édicté les principes d’une réflexion et d’une mise en œuvre de l’accès à tout pour tous, basés également sur la notion de chaîne de déplacement, c’est à dire une continuité spatiale des aménagements pour maintenir un haut niveau quantitatif et qualitatif de l’offre de mobilité. Le 1er janvier 2015 est une date butoir. L’ensemble du patrimoine public et privé ouvert à l’usage du public (bâtiments, voiries) et les systèmes de transport doivent être accessibles à toutes les populations, porteuses ou non d’une déficience. En date de la rédaction de cet article, une (très) large part des investissements et des réalisations reste à faire. De surcroît, le gouvernement a assoupli l’ambition en édictant des règles techniques particulières pour le patrimoine bâti existant (non neuf) et mis en place le dispositif d’agenda de programmation pour étendre la mise en accessibilité à 3, 6, ou 9 ans selon les catégories d’établissement et l’étendue du patrimoine à couvrir.

12Au-delà de ces précisions juridiques, les collectivités locales sont en première ligne pour la mise en œuvre de cette politique territoriale. Deux problématiques majeures accompagnent l’application territoriale de cette politique. Premièrement l’accessibilité, est telle que défini dans la loi et ses décrets d’application, un paramètre technique pour l’architecture des espaces publics. Les principaux acteurs ne disposent pas ou très peu de compétence dans le domaine, et dans le cas d’une intervention extérieure, ils ne disposent des clefs de lecture pour juger de la pertinence des rendus et études fournis par des prestataires. Deuxièment, le projet d’une accessibilité continue, minimisant les ruptures physiques dans l’espace, c’est à dire la concrétisation d’une chaîne de déplacement, impose une transversalité multi-niveaux et multi-compétences. Assurément, la cohérence spatiale des aménagements ouvre le champ des possibles pour les populations et dépend d’une cohésion d’acteurs. Des intervenants issus d’une même collectivité locale, par exemple, le service en charge du patrimoine bâti et le service ayant la responsabilité de la voirie publique, et des protagonistes représentant différents cadres administratifs du territoire, établissements de coopération intercommunale et le département, doivent trouver les moyens d’une participation et d’une contribution cohérente pour entretenir le projet d’une offre de mobilité de qualité. Au-delà d’une réforme structurelle des espaces de légitimité politique, le thème central de notre contribution conduit à une activité réflexive sur la récolte et le partage des connaissances, la stimulation d’une coopération et la nécessité d’une action collective. Dans cette perspective, notre point d’ancrage est de conforter la perception du territoire par chaque acteur, c’est à dire exposer un socle de connaissance favorable aux échanges et aux décisions.

Accessibilité territoriale : outils conceptuels et cartographiques

  • 2 Pour obtenir l’ensemble des données contenues dans la classification et ses nomenclatures, se référ (...)

13Précisons que la problématique de l’accessibilité à et de l’espace public se pose comme un enjeu socio-spatial déterminant. En effet, l’application du principe d’accessibilité détermine la possibilité de rencontre et d’échange entre les populations, et la capacité de se déplacer et d’accéder aux services et équipements du territoire. En d’autres termes l’accessibilité à l’espace public conditionne la participation à la vie sociale et économique de la société. En ce sens, la conception universelle des espaces de vie collectifs de la société est à définir pour répondre à ces enjeux. C’est à dire la recherche d’une adéquation entre les caractéristiques usagères et les espaces afin de maximiser l’expérience sociale et urbaine. Les contributions conceptuelles telles que Design for all (Aragall et al, 2003), design universel (Mace, 1985, Imrie 1996, 2003), barrier free (Mace, 1985), conception humano-évolutive (Bodin, 2011) s’inscrivent dans cette perspective. Ces notions définissent un système d’échanges entre un environnement variable dans le temps et dans l’espace et des individus évoluant dans cet environnement et disposant de caractères spécifiques sur le plan culturel, physiologique ou sociale évolutifs. Ces évolutions conceptuelles sont notamment issues des réflexions émanant des recherches sur le handicap, dont le modèle du Processus de Production du Handicap2 (Fougeyrollas, Cloutier, Bergeron, Côté, St Michel, 1998) est l’élément théorique le plus significatif. A savoir, ce processus se définit par une vue systémique et sous systémique de l’individu et de ses composantes personnelles (facteurs individuels), de l’environnement social et spatial (facteurs environnementaux), de l’individu à l’intérieur l’espace social (habitudes de vie) et enfin une corrélation de chacune de ces composantes entre elles pour établir la condition sociale de la personne (interaction). L’accessibilité apparaît alors comme un outil de l’aménagement et de l’urbanisme permettant de créer les cadres pratiques d’une justice socio-spatiale pour toutes les populations.

14Dans cette perspective, Franck Bodin a défini le concept d’handimension (Bodin, 1999) comme principe d’évaluation et de conception des espaces urbains dont le principe initial est de considérer la population la plus fragile comme utilisateur référent de l’espace. Il s’agit alors d’adapter l’environnement aux exigences des populations déficientes afin d’optimiser l’usage par tous. Ce premier concept s’insère dans un processus de construction méthodologique plus large portant sur la découverte d’un espace de pratiques adapté à tous : la Conception Humano-évolutive (Bodin, 2011, Bodin, Dere, Gerils, 2013) (Fig. 1). Déclinant les situations compensatoires ou inachevées constatées dans l’environnement actuel, la trajectoire amène à concevoir un environnement en adéquation avec les besoins socio-spatiaux de ces usagers. Sous une action itérative continue, voire infinie, l’environnement et les acteurs associés sont sans cesse en dialogue afin d’optimiser le processus d’imbrication. Dans ce mouvement, la norme constitue la référence minimale en terme d’adaptation, ce qui se définit comme le registre objectif de l’environnement, ou l’environnement conçu et perçu par les utilisateurs. Le second registre investi la dimension subjective de l’environnement. Cette partie est la plus complexe dans le processus, car elle fait appel aux divers besoins et ressentis des populations dans leur pratique de l’environnement. Ce dernier dépasse la norme pour inclure une négociation pratique dans la relation usagers/environnement. Finalement, ce dialogue continu alimente et actualise la norme.

Figure 1 : Schéma décrivant les principes de la Conception Humano-Evolutive (CHE)

Figure 1 : Schéma décrivant les principes de la Conception Humano-Evolutive (CHE)

Source : Bodin F., Quaeybeur C., Gerils V., Sagot JB., 2011.

15Du point de vue normatif et réglementaire, comme nous avons pu le noter précédemment, la loi du 11 février 2005 expose les principes d’une accessibilité généralisée aux espaces de la vie publique comme support de l’intégration sociale et économique de toutes les populations. Cette accessibilité s’appuie sur la notion et le fonctionnement d’un réseau, c’est à dire un amas de liaisons interdépendantes entre différents éléments et à plusieurs échelles. Pour exemple, le déplacement le plus commun est de partir de son logement pour se rendre dans un commerce de proximité en empruntant une portion de voirie publique. Il y a là une connexion entre trois éléments. A une petite échelle géographique, les jonctions entre éléments se multiplient et se croisent avec d’autres systèmes de déplacement du type transports en commun. Le principe de continuité est alors primordial dans la connexion de ces multiples lieux et supports de déplacement. La continuité est un moyen d’assurer l’accès au réseau des espaces publics. Porteuse d’une cohérence territoriale, la chaîne de déplacement renvoie toutefois à un enchevêtrement de lieux et d’espaces dont la gestion est morcelée. En effet, les acteurs en charge d’appliquer cette politique publique sont à l’image des espaces publics : ils sont nombreux aux caractéristiques diverses (compétences techniques) et se positionnent à de multiples échelles.

16Les acteurs professionnels et politiques des territoires sont à l’affût d’une meilleure lecture des espaces dont ils ont la difficile tâche d’administrer et de gérer. Ils expriment un besoin de solutions techniques dans la vision et la compréhension de leur territoire d’action. L’aide à la décision en est la finalité. Les outils numériques pour l’évaluation de ces espaces se pose dès lors comme une solution à la fois en termes de collecte des informations et comme support de visualisation spatiale et sémantique à différentes échelles (individu, bâtiment, quartier, ville,...). Ces outils offrent une vision dans le temps et dans l’espace : comprendre pour décider, analyser pour agir, collecter et partager l’information pour une production concertée (Bodin, Gerils, Déré, 2013).

17La représentation spatiale est une pratique existante depuis de nombreuses années dans les collectivités. L’émergence de cette pratique géographique correspond aux années de démocratisation des systèmes informatiques dans la société. Sous le nom de Systèmes d’Informations Géographiques, ces produits permettent de traduire les éléments structurants l’espace de manière cartographique. « Un SIG est un ensemble de données repéré dans l’espace, structuré de façon à en extraire des synthèses utiles à la décision » (Pornon, 1990). Cet équipement apparaît comme une avancée déterminante dans la vie d’une collectivité et lui offre une « vitrine sur son haut niveau de technicité et de modernisme » (Pornon, 1990). La traduction cartographique pour un ensemble de services (voirie, bâtiments, urbanisme, développement économique) se réalise et renouvelle la manière de se projeter sur un territoire, notamment par la contextualisation géographique de la donnée. Toutefois, la pratique de la cartographie analytique est souvent déléguée à une personne ou un service référent dans ce domaine. Cela se traduit par une compétence unique et spécifique au sein d’une collectivité, ne permettant pas aux producteurs et aux gestionnaires des données initiales d’accompagner entièrement le processus d’aide à la décision. Les conséquences sur une pratique transversale de l’analyse sont moindres.

18De ce constat et dans un contexte d’expansion des technologies internet et libre, les équipes du laboratoire se sont portées sur la conception d’outil dont l’objectif premier est la simplicité d’appropriation quelque soit le niveau de participation dans l’activité d’une collectivité. Cet objectif ambitieux s’est porté sur la maîtrise de la donnée « accessibilité réglementaire » en direction des populations touchées par une déficience physique ou sensorielle. Les dimensions multi compétences et multi niveaux de la thématique représentent de véritables défis technique et politique.

L’outil numérique de diagnostic en appui au déploiement d’une stratégie territoriale d’accessibilité

Une dynamique partenariale

19Notre dynamique de recherche s’appuie sur le constat que le pouvoir politique de nos sociétés occidentales, ne s’appuit plus uniquement sur la prédominance d’un pouvoir central fort jusque-là représenté par l’Etat mais plutôt sur une multitude de structures du pouvoir. L’Etat n’est plus seul garant de la cohérence de la politique publique, il compose avec des institutions supra-nationales ou, à une échelle plus locale, avec les collectivités territoriales et autres établissements publics. Cette multitude d’acteurs pose la question centrale de la cohérence dans les actions entreprises en termes de missions, de territoires d’investigation ou encore d’échelles d’opération. Une évolution des structures de pouvoir doublée d’un éclatement des compétences renforcent la difficile entreprise d’application des politiques publiques territoriales.

20Au sein du laboratoire TVES, nos recherches visent à développer des méthodes et des outils garants d’une cohésion dans les politiques d’aménagement du territoire. Ces méthodes et outils constituent des moyens et non des finalités en soi, ils se destinent à être des catalyseurs pour développer une gouvernance intégrée associant acteurs publics ou privés aux diverses compétences et aux échelles d’interventions multiples tout en intégrant la question de la participation citoyenne. C’est dans ce sens qu’est développé aujourd’hui l’outil GEVU, Globale EValuation Urbaine.

21L’assise de nos recherches est consolidée par la synergie de compétences entre des aménageurs, des urbanistes, des spécialistes des sciences de l’information et de la communication, et des compétences dans le domaine informatique. La finalité de nos recherches et de nos productions est double, elle vise à proposer un outil de diagnostic qui permet de mesurer précisément l’accessibilité territoriale au regard de la réglementation et de l’optimisation de l’usage des lieux, la Haute Qualité d’Usage (HQU), tout en gardant une structure souple et ouverte vers de nouvelles thématiques propres aux exigences de nos partenaires. La structuration des bases de données à l’aide d’un référentiel géographique offre aux utilisateurs la possibilité de capitaliser les sources d’informations provenant d’horizons multiples. Ces données sont ensuite consultables et visualisables suivant une double entrée, l’une géolocalisée et cartographique, l’autre par un référencement thématique. L’objectif est d’entrevoir une redéfinition des échelles d’analyse des composantes, vis à vis d’un espace, d’un lieu et d’un territoire et vis à vis des thèmes connexes. Dans cette optique, une dynamique de réseaux de compétences s’articule autour de différents acteurs, aux activités et aux échelles de d’interventions multiples. Dans la recherche des objectifs entrevus par l’outil, notre souhait est de le confronter aux réalités organisationnelles et spatiales de différentes unités publiques, semi-publiques ou privées ayant fonction dans l’aménagement des territoires.

22Ainsi, nous avons construit un partenariat de recherche associant le Conseil Général du Val de Marne (CG 94) et le laboratoire TVES dans une démarche de développement et de mise en application de l’outil GEVU pour la définition d’une stratégie d’accessibilité territoriale. Ce partenariat a pris la forme d’une convention de recherche s’étalant entre Janvier 2012 et Janvier 2015. L’échelle départementale est intéressante dans le sens où cet acteur du territoire dispose de multiples compétences dans les domaines tels que le social, l’éducation, la santé. Le conseil général est donc confronté à la problématique du handicap dans sa dimension humaine et sociale. Par ailleurs, la collectivité départementale est un intervenant important dans la dynamique d’aménagement du territoire. En effet, le conseil général dispose d’un patrimoine immobilier considérable. Dans le cas du CG 94 ce patrimoine s’élève à 442 bâtiments répartis sur 47 communes. En complément, le conseil général est gestionnaire d’un important réseau de voies de circulation. La particularité de ce réseau est d’être exclusivement intégrée en région urbaine dense voire très dense. De par ces deux caractéristiques, le conseil général est alors un acteur prépondérant dans le dessein d’une offre de services publics de proximité et de mobilité sur le territoire, à l’intérieur duquel l’accessibilité se pose comme enjeu déterminant. En parallèle, le département du val de marne se positionne dans un espace économique et politico-administratif marquant. La proximité avec Paris, son inscription dans la dynamique métropolitaine du Grand-Paris font de cet espace un cadre pratique d’observation des jeux d’acteurs et de compétences dans l’application des politiques publiques d’aménagement du territoire.

23Dans ce cadre partenarial, l’objectif majeur est de donner les capacités à cet acteur de travailler la donnée « accessibilité », à savoir : relever, visualiser, et partager celle-ci, dans l’optique de la construction d’une stratégie territoriale portant sur une offre qualitative de mobilité pour toutes les populations. L’outil numérique GEVU se positionne alors comme le moyen pour atteindre cet objectif.

Le développement de l’outil GEVU : de la norme établie à l’opportunité d’une cohérence territoriale des aménagements

24Le principe de fonctionnent de cet outil repose sur la modélisation de l’espace réel. Ainsi, les éléments constituant de notre environnement, qu’ils soient urbain ou rural, sont schématiquement simplifiés en autant d’unités aux caractéristiques propres. Des unités administratives (département, communes, etc.) possédant une dimension spatiale impalpable et qui correspondent notamment aux différents territoires de décision ; Des infrastructures telles que les habitations mais aussi les bâtiments ou les équipements qui constituent, entre autres, des installations et des établissements ouverts au public (IOP et ERP) ; La voirie et les infrastructures de transport qui desservent entre eux, en les reliant, installations et établissements. Afin d’évaluer leur niveau d’accessibilité, c’est l’ensemble de ces différents éléments, et leurs constituants, qui doivent être analysés.

25A partir de ce découpage spatial, l’outil se décline en une série de bases de données individuelles mais interactives entre elles pour établir le résultat du diagnostic de l’accessibilité. L’arborescence comprend trois bases de données (Fig. 2). La première concerne la connaissance du territoire qui rassemble des informations décrivant les caractéristiques des sites analysés. La deuxième se constitue de l’ensemble des critères nécessaires à l’évaluation du niveau d’accessibilité. La troisième décrit l’organisation de la prise d’information sur le terrain et intègre la structure de l’interface graphique de l’application. C’est donc sur l’articulation de ces trois dimensions de l’outil de connaissance territoriale que le diagnostic va s’établir et permettre de formuler une réponse adéquate à la problématique établie par le site partenaire, à savoir la chaîne de déplacement accessible sur le territoire.

Figure 2 : Organisation des bases de données de l’outil de diagnostic

Figure 2 : Organisation des bases de données de l’outil de diagnostic

Bodin, Garitte, Gerils, 2012.

26De surcroît, les bases de données voient une concrétisation pour les utilisateurs au travers de la cartographie dynamique. Evoluant sur une cartographie libre, de type openstreetmap, chaque site sous la compétence du partenaire est ainsi géolocalisé par un système de marqueur, ou lorsque cela est possible, par l’ajout de plans de bâtiments. Les réseaux de voirie sont, quant à eux, représentés schématiquement par un figuré linéaire marquant un tronçon de voie. Des encadrés liés à chaque espace inscrit sur la carte, comportent les informations en rapport à leur condition d’accessibilité. Un listing précis des obstacles et des éléments conformes aux conditions d’accessibilité sont disponibles et s’ajoute à l’édition d’un indice synthétique. Au travers de l’outil, les utilisateurs sont donc en mesure d’attribuer une information qualitative sur un site précis, de le repérer dans leur espace de gestion et de les confronter les uns par rapport aux autres dans l’optique d’une visualisation, d’une analyse et d’une action à l’échelle d’un territoire, et d’une chaine de déplacement de manière plus précise. Cet objectif est notamment possible par la configuration d’un indice synthétique : l’« handicateur » (Bodin, 2011).

Pour une analyse qualitative et synthétique de l’espace : l’handicateur

27Ce concept s’appuie notamment sur la prise en compte des quatre grandes formes de déficience que sont les déficiences motrices, visuelles, auditives et cognitives. Ainsi, chaque critère réglementaire et souhaitable, en fonction des quatre grandes formes de déficience, est pondéré par un indicateur, dénommé « handicateur » (Bodin, 2011), et permet de considérer l’importance d’un critère au regard de la déficience subie. Un critère peut être de moindre importance pour une personne déficiente visuelle et au contraire très pertinent pour une personne déficiente motrice circulant en fauteuil roulant, comme par exemple la largeur d’une porte, ou la hauteur d’une marche à franchir. Les handicateurs pondèrent la valeur des critères au regard des différentes formes de déficience, et peuvent être un atout majeur dans la détermination des priorités d’actions en terme d’aménagement : une aide à la décision pertinente. Pour constituer cette base de données destinée à l’évaluation d’une gène pour une personne porteuse d’une déficience, des consultations d’associations et de personnes représentatives ont permis de faire émerger les difficultés rencontrées. Afin de déterminer des résultats clairs et objectifs, un groupement a été opéré sur les principales fonctions nécessaires pour utiliser l’espace : la vision, la préhension, la compréhension, le franchissement, … La relation avec le type de déficience a permis ainsi de mettre en lumière les points cruciaux et ceux moins contraignants. Un classement s’opère entre 3 niveaux de difficulté pour un obstacle dans l’espace. Le niveau 1 constitue une gène mineure et n’altère pas la capacité d’utilisation de l’espace. Le niveau 2 est une gène majeure et informe sur la nécessité d’avoir une aide à l’utilisation de l’espace. Enfin, le niveau 3 détermine un obstacle majeur et rédhibitoire dans l’utilisation de l’espace par la personne. Dans cette optique, l’handicateur devient un support perfectible capable d’identifier avec une bonne précision le niveau des obstacles en matière d’accessibilité. Outre la possibilité de quantifier la relation d’un espace à un utilisateur, cet indicateur permet la constitution d’indice synthétique. Le Diagnostic de Performance Accessibilité (DPA) offre une vision synthétique décrivant le niveau d’accessibilité d’une unité spatiale (une pièce, un étage ou un bâtiment). Cet indice permet une représentation – fondée sur une approche relative – de l’accessibilité d’une unité spatiale puisqu’il correspond au rapport de la somme des handicateurs de l’ensemble des obstacles constatés sur la somme de l’ensemble des handicateurs applicables relevés lors de l’état des lieux. Il est représenté par une valeur notée par une lettre de A à E ; A signifiant un très bon niveau d’accessibilité et E un niveau d’accessibilité médiocre.

28Aujourd’hui, ce principe est appliqué à l’outil d’état des lieux. Ainsi, il est possible d’établir un diagnostic au plus proche des usages des populations déficientes et des réglementations imposées par le cadre législatif en vigueur sur le territoire national français. Plus l’état des lieux aura de pertinence et sera une traduction réaliste des problèmes rencontrés par les populations déficientes, plus les solutions d’aménagement pourront correspondre aux attentes légitimes de la population dans son ensemble. L’handicateur est donc un gage de qualité d’analyse et de fiabilité de la chaîne d’informations et de décisions applicable sur des petites, des moyennes ou des grandes unités territoriales.

La définition d’un projet collaboratif

29En premier lieu, le travail consiste à mettre en perspective les enjeux du projet de recherche avec les acteurs concernés à l’intérieur de la collectivité. Ainsi, dans le cadre du projet d’accessibilité territoriale, les services de la voirie, du patrimoine bâti, des espaces verts, de l’aménagement, de l’urbanisme et du système d’informations géographiques sont réunis. Un groupe projet est ainsi constitué et se veut être porteur de la cohérence du projet, de par ses décisions et des orientations qu’il préconise. Il est également le garant d’un travail collaboratif et d’une démarche transversale entre tous les services qui composent la structure.

30L’équipe de recherche du laboratoire a la charge d’animer ce groupe projet, en articulant les visions professionnelles et scientifiques. L’objectif est de permettre la rencontre entre des principes de gestion d’une collectivité telle que la rationalité économique, la gestion des ressources humaines, dans la perspective d’un projet efficient et de nouveaux concepts d’aménagement et de gestion humaine défendus par le laboratoire.

31Ce groupe de travail participe à la construction du projet tout au long de la convention de recherche. Il valide l’ensemble des données à intégrer dans l’outil, il participe à l’élaboration du cahier des charges structurant la construction de l’outil de diagnostic et de visualisation de la donnée. Il est également un moteur dans la mise en place d’une communication efficace au sein de la collectivité pour fédérer l’ensemble des collaborateurs.

32Le travail effectué par le groupe détermine toute la démarche à entreprendre sur le temps du projet, il est primordial pour assurer les développements inhérents aux demandes formulées durant tout le processus de définition des besoins.

33La seconde partie du travail consiste à transposer l’ensemble des besoins formulés par le groupe projet dans l’outil GEVU. Ces derniers sont intégrés par les équipes de chercheurs pour ensuite être retranscrites dans l’outil au travers des développements informatiques. Ainsi, au-delà des compétences d’aménageurs, de géographes et d’urbanistes viennent se greffer des contributions issues de l’informatique et des sciences de la communication et de l’information. Ces développements sont par la suite validés par une série de tests effectués à la fois en laboratoire mais aussi sur nos terrains d’investigations. Les représentants des services de la collectivité sont alors associés aux travaux d’évaluation, et de relevé sur leurs sites, permettant ainsi d’entretenir leur implication dans la démarche.

34Ces retours conditionnent la validation des développements informatiques permettant de mettre en place par la suite la campagne de formation à l’outil à partir d’une interface finalisée et prête à être déployer dans le réseau de la collectivité. La formation est un élément clé pour la conduite du projet car garante d’une pérennité dans l’utilisation de l’outil, et ce, bien au-delà de la durée de la convention nous liant pour le développement de GEVU. Elle constitue le point de basculement durant lequel les équipes vont pourvoir appréhender l’outil dans toutes ses dimensions et ainsi gagner en autonomie. Trois profils d’utilisateurs se dégagent et il nous appartient alors de structurer la formation en fonction de l’utilisation de l’outil. Une partie de ces utilisateurs vont être amené à rentrer directement de la donnée par le biais de l’interface d’élaboration des diagnostics effectués sur le terrain. Ils doivent donc être formés à la fois à l’utilisation de l’outil mais également aux méthodes d’investigations terrain. La seconde catégorie d’utilisateur représente les personnes identifiées comme référents au sein de chaque service et auront un rôle de vérification des données visualisables dans GEVU à partir de bases de données extérieures. Elles sont garantes de l’exactitude des données consultables par l’ensemble des utilisateurs. Ces référents constituent des éléments primordiaux dans la conduite du projet et dans la pérennisation par la mise à jour des données. Ils sont d’autant plus importants qu’ils porteront le projet après la fin de la convention de recherche. Enfin, la formation doit toucher l’ensemble du personnel qui va utiliser l’interface de visualisation au quotidien. Ce dernier profil est très hétérogène, il est composé du personnel qui peut utiliser l’outil périodiquement pour trouver une donnée bien précise pour les aider dans leur travail. La finalité étant de placer l’outil GEVU en tant que support d’une aide à la décision afin d’entreprendre l’objectif initial : le développement d’une stratégie d’accessibilité territoriale.

Un projet de recherche et d’expérimentation porteur d’innovation dans le champ de l’aménagement

L’accessibilité territoriale : l’expérience d’un département

35Le département du Val de Marne (CG 94) et le territoire Val de Marnais constituent un appui dans l’expérimentation de nos recherches et de l’outil GEVU. Dans ce cadre expérimental, l’outil se positionne comme un support de connaissance de l’accessibilité environnementale du territoire et un appui à la configuration de nouvelles pratiques d’aménagement portées sur une contribution participative de chaque acteur.

36Le Conseil Général, identifié comme un gestionnaire et un acteur du service public, s’est investi dans la formation de son personnel à la question du Handicap, et plus largement à celle de l’accessibilité de son territoire. Les services collaborateurs du programme ont pu se former aux différentes problématiques entourant l’accessibilité et des potentielles difficultés pouvant jalonner les aménagements pour une population dite à mobilité réduite. Ce renforcement des connaissances et des compétences s’est ensuite appuyé sur les investigations de terrain entreprises avec des équipes du laboratoire sur leurs différents territoires de compétence : bâtiments publics, voirie départementale, espaces paysagers.

37Ce travail in situ s’est avéré très utile dans la connaissance des réalités spatiales du Val de Marne. Comment se structure le territoire, tant sur le plan administratif que sur ses spécificités géographiques ? Quel patrimoine est présent sur le territoire ? Comment est-il organisé ? Tous ces exemples de questionnement permettent de cerner les spécificités d’un territoire et de comprendre les enjeux auxquels le gestionnaire est confronté et ainsi orienter nos positionnements, à la fois dans la constitution de l’outil et des méthodes élaborées pour la définition de la stratégie sur le territoire. L’implication de groupes d’étudiants chaque année durant le projet de recherche a permis de consolider les connaissances géographiques sur cette espace d’expérience. Un premier travail s’est focalisé sur un diagnostic territorial du Val de Marne, mettant en évidence les spécificités urbaines et économiques ainsi que la répartition spatiale des grands équipements structurants. En parallèle, l’accompagnement de ces équipes étudiantes sur les terrains d’action du Conseil Général, les parcs urbains et les établissements publics est un moyen de compléter la perception des singularités spatiales du territoire face aux enjeux de la mise en accessibilité des espaces publics. L’utilisation des supports techniques et technologiques développés par le laboratoire vient en appui de ces relevés d’information sur ces espaces. Ainsi, la communauté du Val de Bièvre a été investie au travers d’un relevé des conditions d’accessibilité des arrêts et des liaisons de transport en commun. Les parcs urbains du Morbras (Sucy en Brie), des Lilas (Vitry sur Seine) et de la Roseraie (L’Haÿ les Roses) ont fait également l’objet d’analyses. Enfin, le siège du Conseil Général du Val de Marne, les établissements d’accueil médico-sociaux de Champigny sur Marne et le collège Jules Vallès de Choisy le Roi ont été diagnostiqués. Cette première campagne de relevés sur les sites du Conseil général a permis d’impliquer les personnels concernés dans la prise en main des outils. La diversité spatiale des investigations est nécessaire à la compréhension des problématiques architecturales face au thème de l’accessibilité. Ces premiers lieux de l’expérimentation des méthodes et des outils développés par le laboratoire en coordination avec les protagonistes du projet ont conduit les gestionnaires de ce patrimoine à définir une première stratégie de mise en accessibilité. Des travaux de mise en conformité ont pu être planifiés dans le temps et dans l’espace, permettant l’implication des personnels techniques dédiés à la gestion du patrimoine.

38L’observation des pratiques et du jeu des acteurs autour de la problématique de l’accessibilité est particulièrement riche d’enseignement. Les entretiens menés auprès des responsables techniques et politiques de la collectivité et d’autres collectivités du Val de Marne, permettent de situer les différents positionnements face aux problématiques et de mettre en lumière l’état des collaborations à l’intérieur des institutions et entre celles-ci. En premier lieu, les directions du Conseil Général (bâti, voirie et espaces verts) développent des stratégies différentes face à la problématique de l’accessibilité. Celles-ci évoluent selon les degrés de connaissance et d’implication d’un référent « accessiblité », lorsqu’il existe, à l’intérieur du service. Pour exemple, le service des bâtiments dispose d’une personne dédiée à cette tâche, alors que les espaces verts n’en présentaient pas jusqu’au démarrage du projet. Par la suite, la constitution du comité de pilotage a permis de positionner des référents pour chaque direction en complément des directeurs de service. En second lieu, le travail d’analyse des conditions d’accessibilité sur le territoire est une tâche déléguée vers une expertise extérieure à la collectivité. En effet, les directions sont coordinatrices des actions de relevé des informations effectuées par des acteurs professionnels externes (bureaux d’études, cabinets de certification). Cette démarche s’explique principalement par le manque de compétences en interne et au manque de moyen en termes de personnel et financier pour effectuer le travail de relevé puis d’analyse. Comme nous avons pu l’évoquer plus haut, l’encadrement fourni par les équipes du laboratoire au démarrage du projet a permis de faire évoluer cette situation et de fournir à la collectivité les principales notions et méthodes de compréhension autour de la thématique de l’accessibilité. Enfin, la collaboration avec les collectivités situées sur le territoire du Val de Marne se positionne moins sur l’application d’actions conjointes sur le territoire que sur des événements informatifs à portée généraliste. Des réunions interviennent régulièrement pour débattre d’un sujet ou d’un thème où les acteurs peuvent afficher leurs expériences ou s’informer des pratiques en cours. Seul la direction de la voirie est disposée à avoir une vision de l’état des investigations faites par les collectivités locales du Val de Marne. En effet, le Conseil Général est désigné comme conseiller et évaluateur des plans de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics réalisés sur son territoire de compétence. Ce paramètre permet donc la constitution d’une base de connaissance sur l’état de l’accessibilité de la voirie.

39Dans la perspective de renforcer la coordination et l’échange d’informations entre toutes les instances du territoire, le projet initial, autour du travail du Conseil Général et de ses services, a évolué sur la création d’une base d’échanges de données et d’affichage dans l’outil GEVU. L’appui du service cartographique du conseil général, le SIGEC, a permis de créer les conditions d’un cadre d’échanges d’informations avec les collectivités locales disposant de données sur l’accessibilité de leurs établissements recevant du public. Sous la forme d’un tableur, des synthèses peuvent être ainsi remplies par les collectivités partenaires et être mises à disposition à l’intérieur de l’outil GEVU. Les informations sont orientées sur les coordonnées géographiques du site, la connaissance des principaux obstacles à l’accessibilité et de l’agenda de mise en conformité décidé par la collectivité. Dans le temps du programme de recherche, l’ensemble des cadres techniques et méthodologies qui entoure ce mouvement d’échanges de données a pu être modélisé et mis en fonction. Toutefois, son application n’a pu se concrétiser et se projette sur les années à venir.

40Les réunions de pilotage sont une source complémentaire d’informations pour l’analyse des stratégies d’acteurs. Elles font émergées de multiples éléments se révélant alors très utile pour l’adaptation de la méthodologie et le déploiement du projet. Une dimension méthodologique de projet qui permet de définir un certain nombre de procédures dont l’objectif est l’optimisation du processus d’appropriation de l’outil. Pour cela, l’étape initiale est de consolider autour de ce projet, des personnalités référentes, en charge de représenter un service, ou plus exactement une entité spatiale concernée par la mise en accessibilité. Chaque acteur est donc en charge de diffuser ses connaissances initiales sur le sujet et les caractéristiques organisationnelles de son service. L’objectif étant d’adapter les procédures de diffusion des informations à l’intérieur des secteurs et de cibler les sources potentielles (personnes ressources) de données existantes ou futures. Cette première phase est essentielle dans la constitution d’une base de données de référence pour la structuration et l’implémentation des états des lieux sur le patrimoine. Le deuxième travail est de transférer la compétence « accessibilité » à l’ensemble des personnes intervenant dans le relevé de la donnée in situ. La formation aux supports techniques et aux méthodologies de diagnostic est l’outil privilégié.

41La programmation du relevé de terrain s’inscrit dans un temps long du projet, dépassant le simple cadre de la convention de recherche [2012-2015]. A son issue, la consolidation d’un protocole d’échanges entre les différents intervenants s’est avérée nécessaire pour engager les actions. Sur la base d’une coordination des interventions correctives sur l’espace, la finalité est de construire cette cohérence spatiale, indissociable de la problématique de l’accessibilité. Concrètement, il est nécessaire de faire émerger des stratégies de mise en accessibilité du territoire, par l’intermédiaire d’une programmation des interventions suivant la définition d’axes prioritaires. L’idée étant de diriger les actions sur les pôles structurants du territoire et de leurs liaisons pour ensuite décliner les actions sur les espaces intermédiaires. Pour y parvenir, le pôle Social et Handicap du conseil général se place comme l’élément moteur de coordination et de déploiement des interventions sur le territoire avec comme aide technique, la constitution progressive de la part de chaque protagoniste, de la base de données de l’outil cartographique.

42Au-delà d’une donnée technique à destination des gestionnaires du territoire, il est apparu nécessaire de donner à cette agglomération de données qualitatives sur les espaces publics du territoire une audience plus large. En ce sens, une volonté d’élargir le champ d’application de la convention et des outils vers les citoyens a été souhaitée par l’ensemble des acteurs du projet : chercheurs, gestionnaires, politiques.

Le citoyen : d’un acteur limité à un intervenant actif de l’aménagement de l’espace

  • 3 L’interface de consultation n’est aujourd’hui pas encore accessible au grand public du fait de la n (...)

43La conduite de nos projets de recherche s’est développée autour de l’idée que l’outil GEVU constitue un support d’aide au déploiement d’une intelligence collective amenant à la prise de décision. Il peut se définir comme un outil générique dont l’organisation informative globale se déploie en relation avec quatre axes fondamentaux de la connaissance : l’espace, le temps, les concepts et l’individu (Bodin, Déré, Gerils, 2013). L’initiative première de nos développements dans le cadre du partenariat avec le conseil général du Val de Marne est de donner aux gestionnaires, en tant qu’acteurs actifs de l’aménagement du territoire, la possibilité d’écrire, de lire et de décider sur et pour l’accessibilité universelle de leur territoire. Cette base de données ainsi constituée doit dans un second temps et dès à présent servir au-delà des cadres techniques du territoire. S’appuyant sur une dynamique de projet collaboratif mobilisant les services du conseil général et les collectivités locales du Val de Marne, la prochaine étape est la diffusion des connaissances et de l’état des espaces de vie des populations vers ces derniers. Par la définition d’un protocole d’échange de données entre l’outil GEVU du laboratoire intégrant l’ensemble des informations relevées et une interface façonnée par le service cartographique du Conseil général, le citoyen sera dans la capacité de consulter les éléments sur les conditions d’accessibilité des établissements publics du Val de Marne3. Dans ce cadre, le citoyen pourra s’appuyer sur une mise à disposition d’éléments lui permettant de connaître les dispositions d’accessibilité sur les espaces qu’il souhaite pratiquer et de construire une stratégie de mobilité sur le territoire. Toutefois, la communication sur l’élaboration de mesures compensatoires pour les sites présentant des difficultés à accueillir le public en toute autonomie s’avère nécessaire pour le conseil général afin de ne pas introduire de zones d’ombres ou des « couloirs de mobilités spécifiques » (Vidal, Mus, 2009), contraire à une mission de services publics cohérente sur le territoire. Cette volonté de diffusion se doit d’être un atout pour le citoyen, dont certains peuvent rencontrer des difficultés dans l’appréhension des espaces de vie, et non une stratégie de communication « d’actualité » pouvant renforcer les sentiments de méfiance et d’opposition aux pouvoirs politiques. Ces écueils seront d’autant plus contournés si l’interface présentée est facile d’accès et que les informations à disposition permettent de saisir les atouts et les faiblesses d’un lieu, et de construire une urbanité (Vidal, Mus, 2009) non-restrictive pour toutes les populations, et notamment celles touchées par une déficience physique ou sensorielle.

44Cette première avancée envers l’intégration citoyenne nous amène également à la définir comme un objet de recherche. Ainsi, nos travaux consistent également à comprendre les enjeux d’une pleine intégration du citoyen dans notre démarche, autant dans la consultation de l’information que dans sa collecte par le biais de l’outil GEVU. La communication des informations sur l’état d’un territoire ne doit pas se borner à la consultation de données mais doit être définie comme un « débat, un échange, un espace public » (Bailleul, 2008) dans lequel le citoyen s’approprie et participe à celle-ci. Cette réflexion s’appuie sur des recherches plus globales sur la participation citoyenne face aux enjeux urbains et leur légitimité sur ces questions. Dans quelle mesure est-il pertinent de considérer cette “maîtrise d’usage” dans notre projet ? Quels sont les avantages, mais également les limites de la participation citoyenne dans la mise en œuvre d’outil d’aide à la décision ? Ces questions renvoient à des interrogations inscrites dans une réflexion plus globale portée sur la gouvernance intégrée au service de la gestion et de la stratégie territoriale. Cela nécessite de définir les modalités de mise en œuvre de cette participation citoyenne tout en explicitant les capacités des citoyens dans cette démarche participative. L’empowerment apparaît comme une approche pertinente pour associer les citoyens dans notre démarche de projet. Reprenant ce concept, le géographe Bernard Jouve, spécialiste des organisations et des politiques publiques, propose de renforcer le rôle du citoyen en prenant en considération leur capacité à agir dans des secteurs de la politique publique et s’inscrit pleinement dans une nouvelle approche de la gouvernance urbaine voire métropolitaine (Jouve, 2006). Celle-ci s’appliquant grâce à une vision de coopération horizontale entre tous les acteurs du développement territorial (Jacquier, 2008).

45Cette volonté d’intégrer pleinement les citoyens dans le développement et la pérennisation de l’outil GEVU pose toutefois la question de leur capacité à participer, à leur échelle, au projet et nécessite de définir la nature des savoirs que peuvent produire les citoyens. Ces savoirs peuvent se classer selon différentes typologies (Nez, 2011). Les savoirs d’usage, qui s’appuient sur l’expérience personnelle des individus pratiquant un lieu de manière répétée. Les savoirs professionnels, produits par des individus ayant des compétences avancées dans les domaines investis ou encore les savoirs militants, souvent retranscrits au sein des associations ou autres collectifs. La définition de ces savoirs est d’autant plus importante qu’elle peut expliquer la réticence des acteurs décisionnels “historiques” à intégrer le citoyen dans la démarche de projet. Toutefois, à l’image de l’économie collaborative, des projets logiciels mutualisés, et des multiples exemples de contributions citoyennes sur la découverte des territoires, ces mouvements de la société civile ouvrent de nouvelles perspectives dans la production et la construction des territoires et des espaces de vie, à l’intérieur desquelles la concertation productive entre tous les acteurs et les populations doit en être le moteur (Bodin, 2006) et dont les nouvelles technologies en sont le support technique.

Conclusion

46Le terrain de recherches opérationnelles qu’offre le territoire du Val de Marne se positionne comme la base d’une réflexion pertinente considérant un contexte démographique changeant et d’un monde toujours plus mobile et connecté. La mise en place de leviers d’actions mettant en réseau plusieurs territoires pour les confronter à la cohérence des choix opérés se pose comme le principe fondateur de nos travaux menés au sein de l’équipe du laboratoire TVES. D’autre part, à l’intérieur de ces premiers éléments se pose la question d’une accessibilité à tout et pour tous des espaces publics et donc d’une justice spatiale. Cette approche conceptuelle est à la croisée d’un principe démocratique qui ouvre le champ des possibles à toutes les populations dans l’exercice des actes de la vie, et un principe opératoire de redéfinition du cadre de vie de la société en tant que vecteur de qualité spatiale. L’application de ce principe est aujourd’hui confrontée à des réalités particulièrement complexes à gérer. La diversité d’acteurs qui agissent sur les territoires, de l’usager au politique en passant par les concepteurs et les techniciens de l’espace, ainsi que la diffusion spatiale des espaces de vie des populations tend à complexifier les processus d’action sur ces espaces. Les notions de réseau et de cohérence qui fondent la réussite du principe d’accessibilité des espaces publics sont rendues difficilement applicable. Ainsi, nous œuvrons dans le sens d’une prise en compte de l’accessibilité comme une véritable stratégie territoriale. L’action collective est en creux de cette volonté de dimensionner l’accessibilité des espaces publics comme une pensée globale dans le temps et dans l’espace pour entreprendre un aménagement durable des territoires. Pour y parvenir, des supports de connaissance sont développés et mis à disposition des décideurs pour agir. L’outil GEVU en est un exemple concret. L’expérimentation réalisée avec le conseil général du Val de Marne a permis de questionner la portée applicative de ces outils de collecte et de partage de l’information, et au-delà de les rendre applicable en tant que vecteur de l’action collective. Ce développement et ce déploiement de l’outil GEVU ont permis d’apporter une aide aux instances décisionnelles à travers une approche à la fois multi-compétences et multi-scalaires avec l’ensemble des données renseignées. Cette initiative a servi à fédérer un ensemble d’acteurs autour d’un seul et même outil dans une volonté de transversalité et de démarche de gestion intégrée pour permettre à tous de dialoguer à l’aide d’un langage unique. L’ouverture à un public plus large, à savoir les citoyens, fut l’occasion de démontrer tout l’enjeu d’une construction partagée des territoires. En d’autres termes, cette expérimentation scientifique est une opportunité de renouveler la pratique aménagiste et d’investir le champ prospectif de l’intelligence collective.

Haut de page

Bibliographie

ASCHER F. (2001), Les nouveaux principes de l’urbanisme, éditions de l’aube, 109 p.

ARAGALL F. et al. (2003), European concept for accessibility, European Concept for Accessibility Network (EuCAN), 114 p.

BAKIS H., VALENTIN J. (2010), Amateurisme cartographique et géographique à l’heure du web 2.0, Netcom, 24-1/2 2010, 109-132.

BAILLEUL H. (2008), Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif, Métropoles.

BIDOU-ZACHARIASEN C., GIGLIA A. (2012), Éditorial. Vers la ville « insulaire » ? Tendances globales, effets locaux, Espaces et sociétés, n° 150, pp. 7-14

BODIN F. (1999), Handicaps et société : l’aménagement comme concept d’intégration, thèse de doctorat en Géographie, Université de Caen, 447 p.

BODIN F. (2006), Aménagements durables et urbanisme, vers un bien être accessible à tous, in : FLEURET S., Espaces, Qualité de vie et bien être, Angers, PU Angers, pp. 169-177.

BODIN F. (2011), Conception universelle et urbanisme, Actes de la conférence « Conception universelle », Paris.

BODIN F., DERE R., GERILS V. (2013), Des outils numériques au service d’une gouvernance partagée et durable, Actes du colloque « l’information géographique et le monde changeant », Sfax – Tunisie, à paraître.

BORIOLI J., LAUB R. (2007), Handicap : de la différence à la singularité, Editions Médecine et Hygiène, 231 p.

BOURDIN A. (2010), L’urbanisme d’après crise, éditions de l’aube, 158 p.

BOWE F. (2000), Universal design in education: Teaching nontraditional students, Westport, CT: Bergin & Garvey.

CARREL M. (2006), II. Faire participer les habitants ? La politique de la ville à l’épreuve du public. In : Annuaire des collectivités locales. Tome 26, pp. 649-656.

DE SEDE-MARCEAU M-H, MOINE A. (2008), Observation : concept and implications. In: International Conference of Territorial Intelligence, Besançon.

DION B. (2002), International Best Practices in Universal Design: A Global Review. Ottowa : Global Alliance on Accessible Technologies and Environments.

DUMONT G-F. (2004), une radioscopie des français, Population & Avenir, Association Population et Avenir 2004, p. 3.

DUMONT G-F. (2006), Tendances et perspectives de la « gerontocroissance » urbaine, Les Annales de la Recherche Urbaine, Plan Urbanisme - Construction - Architecture, pp. 39-42.

FOUGEYROLLAS P. (2001), Le processus de production du handicap : l’expérience québécoise in R. DE RIEDMATTEN, Une nouvelle approche de la différence. Comment repenser le handicap, Editions Médecine et Hygiène, 313 p.

GAUCHET M. (2004), La redéfinition des âges de la vie, Le débat, 2004/5, n° 132, pp. 27-44.

JOUVE B. (2003), La gouvernance urbaine en questions, Editions scientifiques et médicales Elsevier, 128 p.

JOUVE B. (2005), La démocratie en métropoles : gouvernance, participation et citoyenneté, Revue française de science politique, 2005/2, vol. 55, pp. 317-337.

JOUVE B. (2006), L’empowerment : entre mythe et réalités, entre espoir et désenchantement, Géographie, Economie, Société, 2006/1 vol. 8, pp. 5-15.

IMRIE R. (1996), Disability and the city. London, Paul Chapman Publishing, 208 p.

IMRIE R. (2003), The impact of Part M on the design of new housing. London: Department of Geography, Royal Holloway University of London, Egham, Surrey.

INSTITUT NATIONAL D’ETUDES DEMOGRAPHIQUES (2015), le vieillissement démographique, lexique de l’INED, https://www.ined.fr/fr/lexique (page consultée le 3 Juillet 2015).

JACQUIER C. (2008), La gouvernance urbaine, pourquoi ?, Communication présentée pour le colloque « Vers une Nouvelle Gouvernance des Territoires » « Towards New Territorial Governance » Urban.logement, 15 septembre 2008 Reims

MACE R. (1985), Universal design, barrier free environments for everyone. Los Angeles : Designers West.

MICHEL D. (1990), Utilité et valeur de l’information géographique, Ed. Economica, 255 p.

MOINE A. (2006), Le territoire comme un système complexe : un concept opératoire pour l’aménagement et la géographie, L’Espace géographique, 2006/2, Tome 35, pp. 115-132.

MUS M. (2011), Populations déficientes, territoires en mutation : de nouvelles dynamiques spatiales ? , thèse de doctorat en Géographie, Université du Havre, 490 p.

NEZ H. (2011), Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris, Sociologie, 2011/4, vol. 2, pp. 387-404.

PORNON H. (1990), Les SIG, Mise en œuvre et applications, Editions Hermès, 160 p.

PORNON H. (1998), Systèmes d’information géographique, pouvoirs et organisation, L’harmattan, 256 p.

VIDAL P., MUS M. (2009), Les TIC dans l’élaboration de la ville accessible : l’exemple des publics handicapés, Flux, N° 78, Octobre-Décembre 2009, pp. 38-48.

Haut de page

Notes

1 Extrait du portail lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales du CNRS : http://www.cnrtl.fr

2 Pour obtenir l’ensemble des données contenues dans la classification et ses nomenclatures, se référer à l’article suivant : Fougeyrollas, P., Cloutier, R., Bergeron, H., Côté, J., St Michel, G., 1998, Classification québécoise Processus de production du handicap, Québec, RIPPH/SCCIDIH, 166 p.

3 L’interface de consultation n’est aujourd’hui pas encore accessible au grand public du fait de la nécessité d’obtenir l’ensemble des accords de diffusion. Toutefois, le protocole est d’ores et déjà en place entre les deux outils cartographiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma décrivant les principes de la Conception Humano-Evolutive (CHE)
Crédits Source : Bodin F., Quaeybeur C., Gerils V., Sagot JB., 2011.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Figure 2 : Organisation des bases de données de l’outil de diagnostic
Crédits Bodin, Garitte, Gerils, 2012.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vianney Gerils, « L’outil numérique au service de l’intelligence collective des territoires », Netcom, 29-3/4 | 2015, 347-368.

Référence électronique

Vianney Gerils, « L’outil numérique au service de l’intelligence collective des territoires », Netcom [En ligne], 29-3/4 | 2015, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/2187 ; DOI : 10.4000/netcom.2187

Haut de page

Auteur

Vianney Gerils

Ingénieur d’études / Doctorant à l’université des Sciences et Technologies de Lille, UFR de Géographie et d’Aménagement, Laboratoire TVES – Avenue Paul Langevin 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
Vianney.gerils@ed.univ-lille1.fr / vianneyju@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org