Navigation – Plan du site
Compte-rendu

« Aménagement numérique en Languedoc-Roussillon. Compte-rendu de la thèse d’Alexandre Schon »

Gabriel Dupuy
p. 451-456

Texte intégral

  • 1 Alexandre Schon (2015), « Aménagement numérique et dynamiques métropolitaines. Le cas du Languedoc- (...)

1Les recherches concernant l’aménagement des infrastructures numériques sont peu nombreuses en France. Quant aux thèses sur le sujet, elles sont particulièrement rares. Celle d’Alexandre Schon illustre bien les difficultés de cette approche mais elle en montre surtout le grand intérêt1.

2Une première difficulté tient à la définition même des réseaux. A vrai dire, elle n’est pas propre aux télécommunications. Les réseaux de transport comportent aussi ce que les spécialistes appellent une « couche » d’infrastructure (les rues, les routes, les rails,..) et une « couche » de services fournis par les réseaux aux usagers (la mobilité), sans parler de la « couche » dite d’infostructure qui permet, grâce à la circulation d’informations adéquates, de gérer l’ensemble du système.

3Dans le cas des réseaux de télécommunications on est sans doute passé un peu vite des recherches sur les infrastructures à des recherches sur les implications sociales, spatiales, économiques des services. Il est vrai qu’à partir des années 1990 le développement des usages d’Internet puis du téléphone mobile a été impressionnant. Mais on a un peu oublié que l’accessibilité à ces services supposait des configurations particulières des réseaux d’infrastructure. A. Schon emploie à ce sujet le terme imagé de « contorsions ». En effet le choix de ces configurations résulte de contraintes techniques mais aussi de jeux d’acteurs. Ils ont une dimension territoriale majeure.

4C’est le grand mérite du travail d’A. Schon que de rendre justice à cet aspect. Le titre de la thèse qui évoque les « aménagements numériques » dit bien de quoi il s’agit. Le choix de porter principalement le regard sur les éléments matériels de ces réseaux est assumé. L’étude se concentre sur les infrastructures, « l’infrastructure passive » et les « équipements actifs connectés » directement liés au fonctionnement du réseau (GIX , serveurs, data centers, supercalculateurs, émetteurs WIMAX, chambres d’interconnexion, armoires de sous-répartition, etc.) en laissant de côté d’autres types d’équipements numériques comme par exemple les Espaces Publics Numériques (EPN) qui furent, en leur temps, et encore aujourd’hui pour certains, déployés précisément au nom de l’aménagement numérique du territoire. De façon plus générale, la problématique des services et des usages et plus généralement de la demande est écartée d’un travail qui a préféré se focaliser sur l’offre en interrogeant la capacité de la gouvernance numérique actuelle à produire une télé-accessibilité équitable, génératrice de recompositions spatiales, sociales et-économiques et de nouvelles dynamiques métropolitaines.

5Certes il s’agissait pour le Doctorant de limiter raisonnablement un travail de thèse dont on connait les contraintes de délais. A. Schon n’aurait pas pu embrasser en plus, convenablement, le domaine multiforme des usages. D’ailleurs, il n’était guère envisageable de le faire sans sortir du domaine de rattachement de la thèse (« Aménagement »). Les dimensions sociologiques et culturelles sont trop prégnantes en ce qui concerne ces usages pour que l’on imagine de se limiter à une analyse localisée. Bien sûr cette focalisation sur les infrastructures a aussi son revers. Mais elle a l’avantage de distinguer ce qui s’inscrit durablement dans les territoires de ce qui circule et fluctue au gré des évolutions dans les pratiques et les usages. C’est ce que montre bien l’exemple du réseau RENATER, bien étudié dans la thèse, sur le temps long.

6Un autre choix assumé est celui de la limitation à une région, le Languedoc-Roussillon. On peut penser que la comparaison avec d’autres régions françaises aurait enrichi le travail. Cela n’est pas si sûr. Sauf à examiner l’ensemble des régions françaises, il aurait été extrêmement difficile de tirer des enseignements de la comparaison. Mieux valait travailler en profondeur et surtout faire varier les échelles d’analyse, ce que fait remarquablement A. Schon. L’articulation entre l’échelle régionale, l’échelle départementale, l’échelle urbaine, le périurbain, le rural est particulièrement bien menée et fort instructive.

7Rappelons brièvement le plan de cette thèse.

8La première partie est consacrée à un état de l’art « Géographie des TIC ».L’auteur y décrypte la matérialité des réseaux de télécommunication en relation avec l’aménagement numérique des territoires. Il apparaît nettement que le déploiement des infrastructures numériques est en grande partie déterminé par la topographie et la morphologie des lieux ainsi que par la présence antérieure de voiries et corridors autoroutiers ou ferroviaires. On retient également l’approche multiscalaire qui met en évidence la complémentarité des infrastructures de l’Internet, du mondial au local. Enfin dans cette partie, A. Schon insiste sur les difficultés d’accès aux données caractérisant les infrastructures numériques, données généralement considérées comme « sensibles » et donc indisponibles pour le chercheur.

9La deuxième partie est centrée sur la « gouvernance numérique ». La libéralisation a remplacé le monopole de l’opérateur historique (France Telecom) par une concurrence active avec des nouveaux venus sur le marché des télécommunications tandis que les institutions étatiques et européennes affirment leurs rôles de régulation. La richesse de l’analyse se situe à l’échelle locale lorsque l’auteur précise les rôles joués par les acteurs régionaux, départementaux, communaux et pour finir, par la société civile. A. Schon décrit le mille-feuilles de la gouvernance numérique. On pense ici à un rapprochement avec d’autres secteurs, également objets de politiques publiques : politique de la ville, actions sur l’emploi, programmes locaux de l’habitat, organisation des transports. L’aménagement numérique des territoires n’est pas le seul domaine où se manifestent des tensions au niveau local. Il compte certainement beaucoup mais ne fait pas à lui seul ce qu’A. Schon annonce dans son titre, à savoir la « dynamique métropolitaine ».

10On passe ensuite à une troisième partie axée sur les projets et la prospective. Ici les considérations sont parfois plus techniques. Mais l’analyse de la structuration des réseaux (par exemple, Pégase), les cas concrets d’entreprises (Ubisoft) et d’équipements singuliers (les super-calculateurs) s’inscrivent dans une dimension géographique très intéressante.

11La conclusion, rappelle des problèmes de fonds dans les aménagements numériques étudiés, problèmes qui mettent en cause principalement en cause une gouvernance complexe.

12Quel bilan peut-on faire de ce travail considérable ? Je retiendrai deux points.

13La limitation de l’approche aux infrastructures soulève certes la question de la pertinence d’une approche à dominante technicienne. Cette approche par l’offre, laissant de côté la demande, présente des avantages et ses inconvénients. Dans le travail d’A. Schon, nous pensons avoir montré que le bilan est largement positif.

14La question de l’efficacité des politiques d’aménagement numérique, question sous-jacente à la thèse, et déjà posée il y a dix ans dans la, thèse de Charlotte Ullmann, n’apparait pas comme le fil directeur du travail d’A. Schon. On peut le regretter. Pourtant, malgré le parti adopté, de ne pas aborder frontalement la question, elle est néanmoins traitée de manière indirecte, mais subtile, grâce à de nombreux exemples. En étudiant les cas de lieux tels que Banyuls, Le Caylar, Hérépian ; en rappelant l’histoire des ZTA et autres téléports ; en pointant du doigt les nombreux « effets tunnels », A. Schon nous montre quelques réussites et nombre d’échecs en matière d’aménagements numériques dans la région qu’il a choisi d’examiner. Finalement il apparaît qu’en dépit d’une grande mobilisation d’acteurs et d’énergies, malgré un déploiement technologique hors du commun, le bilan de l’aménagement numérique sur les terrains étudiés est incontestablement en demi-teinte. A. Schon évoque des « malaises infrastructurels latents difficilement curables ». La gouvernance des aménagements numériques que l’auteur apparente à un « amas groupusculaire » présente donc une cohérence très relative dont pâtit sans doute son efficacité.

15Un point est révélateur à cet égard. Le domaine des aménagements numériques nécessite manifestement des compétences technologiques de plus en plus pointues. Les acteurs de la gouvernance territoriale n’en disposent pas en interne. Face aux grands opérateurs des télécommunications et de l’informatique qui développent les nouvelles technologies, comment une Région, un Département, une Intercommunalité peuvent-ils s’assurer de maîtriser les décisions prises ? La thèse ne répond pas directement à cette question. Pourtant elle la révèle. En soutenance, A. Schon a expliqué que les acteurs en charge des politiques numériques aux niveaux régional, départemental ou métropolitain font appel à des bureaux d’études ou des cabinets de conseils qui disposent des compétences voulues. Logiquement il conviendrait donc d’élargir encore le périmètre de la gouvernance pour y intégrer ces acteurs « technologiques » dont le pouvoir est réel même s’ils n’apparaissent jamais sur devant de la scène. Le mille-feuilles est donc encore plus feuilleté qu’on ne le croyait. Les conséquences en termes d’efficacité des aménagements numériques sont donc encore plus problématiques.

16Enfin, au moment où les régions se redéfinissent, le Languedoc-Roussillon rejoignant Midi-Pyrénées, cette thèse conduit à s’interroger sur de possibles évolutions des politiques numériques régionales. Si A. Schon pronostique plutôt une inertie des aménagements numériques réalisés ou projetés dans le cadre des régions actuelles, il ne serait pas impossible qu’une « grande région » cherche justement à s’affirmer par une politique nouvelle, forte et originale, dans ce domaine. Il s’agit bien sûr de conjectures. Mais la question et ces réponses montrent bien la pertinence du travail réalisé par A. Schon.

Haut de page

Notes

1 Alexandre Schon (2015), « Aménagement numérique et dynamiques métropolitaines. Le cas du Languedoc-Roussillon ».Thèse préparée sous la direction de Henry Bakis, soutenue le 3 septembre 2015, à l’Université Montpellier III-Paul Valéry.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Dupuy, « « Aménagement numérique en Languedoc-Roussillon. Compte-rendu de la thèse d’Alexandre Schon » », Netcom, 29-3/4 | 2015, 451-456.

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « « Aménagement numérique en Languedoc-Roussillon. Compte-rendu de la thèse d’Alexandre Schon » », Netcom [En ligne], 29-3/4 | 2015, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/2102

Haut de page

Auteur

Gabriel Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org