Navigation – Plan du site

L’usage de Twitter par les maires d’Île-de-France

Use of Twitter by mayors of Île-de-France
Nicolas Douay, Aurélien Reys et Sabrina Robin
p. 275-296

Résumés

Cet article propose de visualiser des données numériques produites par l’usage du réseau social Twitter par les maires de la région Ile-de-France. En effet Twitter est maintenant un outil de communication en pleine expansion et les personnalités publiques l’utilisent abondamment comme un moyen de rejoindre les internautes intéressés par leurs engagements et responsabilités. L’analyse et la visualisation de ces « big data » visent donc à réaliser une étude de l’usage d’un réseau social par des élus locaux. Il s’agit, d’abord, de dresser le profil type des maires présents sur le réseau social en fonction du genre, de l’âge, de l’appartenance partisane, du niveau de responsabilité et du type d’espace. Puis de caractériser les usages quant à l’audience et au rayonnement de l’activité par l’analyse du nombre de tweets et des followers en reprenant les mêmes critères. Et enfin, il s’agit d’observer le contenu des messages échangés et de les analyser comme des illustrations du débat public local.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement des nouvelles technologies liées à Internet bouleverse profondément la société (CASTELLS, 2001) notamment dans son organisation spatiale (BEAUDE, 2012) et politique en ouvrant la promesse d’une “Démocratie Internet” (CARDON, 2010). La somme des données produites et échangées en ligne devient considérable. On parle alors de big data, soit littéralement « grosses données » ou « données massives », pour qualifier le volume de ces ensembles d’informations. Celles-ci sont le plus souvent localisées et par conséquent intéressent les géographes. Ces big data issues de l’activité de citoyens sur le web 2.0 (GOODCHILD, 2007) deviennent un nouvel outil d’analyse de l’évolution de nos sociétés (MANOVITCH, 2011 ; MAYER-SCHONBERGER et CUKIER, 2013), notamment dans sa dimension territoriale par l’étude des traces numériques (SEVERO et ROMELE, 2015). Cela peut renvoyer à l’organisation du territoire (VIENNE et al., 2014) mais aussi aux acteurs de celui-ci (MURTHY, 2013). Ainsi les usages du numérique dans le débat public (MABI et THEVIOT, 2014a), notamment local (DOUAY, 2014), se développent et viennent compléter les moyens traditionnels d’expression et de délibération. Dans ses nouvelles formes d’expression, les réseaux sociaux prennent une place particulière.

2Cet article vise l’étude de certaines formes locales du débat public à travers l’expression des élus locaux sur les réseaux sociaux. Plus spécifiquement nous avons fait le choix d’étudier les maires de la région Ile-de-France (tout en les situant au sein d’un corpus plus large d’élus locaux et nationaux de la région) car la commune est considérée comme l’échelle de base de la démocratie française et les maires sont les élus les plus populaires. Cette proximité pourrait donc se retrouver dans les pratiques numériques sur les réseaux sociaux. De plus, nous avons fait le choix du réseau Twitter car celui-ci apparaît comme étant le plus symbolique de ces nouvelles formes d’expression publique en ligne. En effet, même si Facebook a émergé plus rapidement et plus massivement, les usages de ce réseau alterne souvent entre expression publique et privée alors que le réseau Twitter est fondé sur une expression essentiellement publique qui est accessible à tous sans filtre d’abonnements ou de liens d’amitiés. Lancé en mars 2006 en Californie, Twitter est un outil de communication en pleine expansion qui rassemble 304 millions d’utilisateurs actifs mensuels dont 2,3 millions en France1. Twitter permet l’expression de tout un chacun sur une toile interconnectée dans le monde entier et ouvre la possibilité d’un espace public sans limite. Cette activité de “micro-blogging” correspond à des messages rapides et concis en seulement 140 caractères (espaces compris) qui sont la plupart du temps publics et donc accessibles à tous. A l’aide de “hashtag” – comprenez “mot-clé” – désigné par le symbole #, les utilisateurs de Twitter peuvent référencer leurs expressions et prendre part à un débat, exprimer leur avis sur un sujet. Par ailleurs il est aussi possible d’échanger des messages privés.

3Les personnalités publiques (MARWICK et BOYD, 2011) l’utilisent abondamment comme un moyen de rejoindre les internautes intéressés par leurs activités. Le domaine politique n’échappe pas à cette règle. Twitter est ainsi devenu un outil de communication politique incontournable. Les usages de ce réseau social concernent à la fois les pratiques militantes et la vie des partis politiques (GREFFET, 2011 ; MABI et THEVIOT, 2014b ; SMALL, 2010), les campagnes électorales (DI FRAIA et MISSAGLOA, 2014 ; VERGEER et al., 2011), la mise en visibilité des actions des élus (ROGINSKI, 2015) ou encore les enjeux du débat public local (DOUAY, 2015).

4Le corpus de notre étude se concentre sur les comptes des élus locaux et nationaux d’Ile-de-France avec 2236 des principaux élus de la région Ile-de-France : conseillers régionaux, conseillers départementaux, maires, conseillers de Paris (qui ont la double fonction de conseillers municipaux et départementaux), parlementaires (députés, sénateurs et députés européens) ainsi que les présidents d’EPCI (intercommunalités). Dans ce large corpus de 2236 élus sur tout le territoire francilien, nous recensons 615 d’entre eux avec un compte Twitter. Nous avons fait le choix de nous concentrer principalement sur le cas des maires en les situant parfois vis à vis de l’ensemble de notre corpus d’élus. Nous travaillons avec l’ensemble des tweets publiés entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2015 par les maires et les autres élus de la région Ile-de-France, soit 18 mois durant lesquels deux élections ont été organisées notamment (élections municipales 2014 et départementales 2015). L’ensemble des tweets et des informations les caractérisant (date et heure de publication) ont été récupérés par le biais de requêtes [informatiques] permettant d’interagir avec l’application (Python, Php et R, entre autres, permettent d’écrire le code nécessaire pour réaliser cette opération). Les résultats ont ensuite été traités par le biais d’outils classiques de gestion de bases de données (R, Access et Excel).

5Pour cette étude des maires, nous avons analysé les porteurs d’un compte Twitter mais aussi ceux qui n’ont pas (encore ?) fait le choix de le rejoindre afin de mieux comprendre l’usage de ce réseau social au regard de l’ensemble de ce groupe. Nous avons donc collecté diverses informations les concernant : genre, âge, potentiel cumul de mandats, ville, localisation géographique, parti politique et site web personnel. Ces informations nous ont ensuite permis de traiter des données extraites de Twitter (via les pseudonymes de comptes récoltés) et de les visualiser par l’intermédiaire de statistiques, de graphiques et de cartes. Cette démarche s’inscrit dans le champ des “humanités numériques” alors que le Web et les nouveaux moyens de communications amènent les sciences humaines à s’intéresser à de nouveaux objets et surtout à expérimenter de nouvelles méthodes (PLANTIN et MONNOYER-SMITH, 2014 ; ROGERS, 2013).

6L’analyse et la visualisation de ces big data visent donc à réaliser une étude de l’usage (VEDEL, 1994) d’un réseau social par les maires. La problématique de cet article vise donc à questionner les modes d’appropriation de ce nouveau média, notamment dans ses dimensions spatiales et politiques. Les interrogations portent sur les déterminants de la présence sur Twitter, le type d’activités en quantifiant les échanges et leurs audiences et enfin l’identification de formes numériques d’un débat public local en ligne, notamment quant aux questions d’aménagement de l’espace (DOUAY et REYS, à paraître en 2016).

7L’article est organisé en trois parties. Il s’agit, d’abord, de dresser le profil type des maires présents sur le réseau social en fonction du genre, de l’âge, de l’appartenance partisane, du niveau de responsabilité et du type d’espace. Puis de caractériser les usages quant à l’audience et au rayonnement de l’activité par l’analyse du nombre de tweets et des followers en reprenant les mêmes critères. Et enfin, il s’agit d’observer le contenu des messages échangés et de les analyser comme des illustrations du débat public local.

Le profil des élus : quelles variables explicatives de la présence sur twitter ?

8La présence des élus sur Twitter est encore émergente et n’est pas homogène au regard de différents critères de genre, d’âge, de type d’espaces, de couleur politique et surtout de type de responsabilités, notamment quant à la taille de la commune. Ainsi, pour la fonction de maire qui nous intéresse plus particulièrement, il faut avoir en tête l’organisation spatiale de la région Ile-de-France composée de nombreuses petites communes périurbaines dans quatre de ses départements (Seine-et-Marne, Yvelines, Val d’Oise et Essonne). Ils ne sont, de plus, que 20 % à posséder un compte Twitter alors que les autres fonctions d’élus semblent être mieux représentées. C’est notamment le cas des conseillers régionaux, des conseillers de Paris ou encore des parlementaires qui sont respectivement 75 %, 88 % et 81 % à avoir un compte (Tableau 1). Le poste occupé n’est toutefois pas le seul critère qui influe sur la probabilité de la présence d’un élu sur le réseau social et, à ce titre, d’autres approches doivent également être considérées.

Tableau 1 : Caractérisation de la présence des élus franciliens sur Twitter selon différents critères

Tableau 1 : Caractérisation de la présence des élus franciliens sur Twitter selon différents critères

Sources : Twitter (juin 2015) et auteurs.

Approche par le genre : des femmes presque aussi présentes que les hommes

9Alors même qu’elles détiennent le droit de vote et d’éligibilité depuis 1944, la question de la juste représentation des femmes en politique est ancienne car elles demeurent sous-représentées dans les scrutins électoraux et l’exercice des fonctions électives. Afin de combler ce retard, le principe de « l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives » est inscrit dans la Constitution par la loi du 8 juillet 1999 (BERENI et REVILLARD, 2007). L’application de la parité dans les conseils municipaux a été appliquée à partir des élections municipales de 2001 (DAUPHIN, 2002) dans les communes de plus de 3500 habitants et depuis 2014 dans les communes de plus 1000 habitants. Toutefois, les hommes dominent encore le système politique notamment pour l’accès aux fonctions exécutives. De ce fait, la présence des femmes a augmenté au sein des conseils municipaux mais les maires sont encore majoritairement des hommes. En effet, sur les 1300 maires de communes et d’arrondissements parisiens recensés dans la région Ile-de-France, 1062 d’entre eux sont des hommes (82 %) contre 238 femmes seulement (18 %). De même, en ce qui concerne les intercommunalités, on remarque que ce sont très majoritairement des hommes aux postes de président avec 92 % d’hommes contre 8 % de femmes. Cette faible féminisation peut s’expliquer par la double marche que doivent franchir les femmes, en devenant maire puis en accédant à la présidence de l’EPCI (FAYOL, 2006).

10En revanche, les femmes élues semblent avoir un usage de Twitter assez similaire aux hommes avec 16 % des femmes maires contre 21 % chez les hommes. À l’échelle intercommunale elles sont 33 % contre 41 % pour les hommes (Tableau 1). Finalement, au-delà de la question du genre, l’âge ou le niveau de responsabilités semblent plus pertinents pour expliquer la présence.

Approche par l’âge : une présence plus importante des jeunes

11La présence sur les réseaux sociaux est généralement associée aux catégories de population les plus jeunes dont on souligne souvent la capacité à migrer d’une plateforme à une autre en fonction des modes mais aussi de l’évolution des usages. L’approche statistique par l’âge révèle un lien évident avec la présence des élus sur le réseau social. En effet les maires nés avant 1950 ne sont que 13 % sur le réseau social alors qu’ils sont quatre fois plus nombreux lorsqu’ils sont nés après 1979 (Tableau 1). Pour la présidence d’un EPCI qui concerne aussi très souvent des maires on retrouve le même lien. Pour les autres fonctions, on retrouve une corrélation similaire mais moins évidente qui suggère que la présence est aussi liée au niveau de responsabilité et parfois à la capacité à déléguer l’animation d’un compte Twitter à des collaborateurs dont nous pouvons faire l’hypothèse qu’ils sont plus jeunes que les élus pour qui ils travaillent.

Approche institutionnelle : l’impact du niveau de responsabilité et de la capacité à déléguer la communication digitale

12La première étude du corpus a permis de distinguer clairement que l’échelon local des communes était, avec seulement 20 % des maires à posséder un compte Twitter, celui le moins représenté. Toutefois, parmi les maires, la situation de cumul de mandats est un facteur déterminant avec 41 % pour la détention de deux mandats et 62 % pour trois mandats ou plus (Tableau 1).

13De fait, un maire en situation de cumul avec un mandat au conseil régional ou départemental, voire de parlementaire, démultiplie ses chances de présence en ligne. Cela souligne l’existence d’un gradient de responsabilité qui peut suggérer une professionnalisation du métier d’élu (GAXIE, 1973). Le cumul des mandats permet de consacrer plus de temps à ses fonctions en abandonnant toute autre activité professionnelle. Surtout le cumul donne accès à des ressources supplémentaires en disposant d’un personnel à qui il est possible de déléguer ces missions de communication digitale (ROGINSKY, 2015 ; TREILLE, 2007). Ainsi, les maires en situation de cumul, avec un mandat de parlementaire ou présent dans l’exécutif d’une assemblée départementale ou régionale, vont disposer de plusieurs assistants parlementaires ou d’un cabinet avec des collaborateurs qui vont pouvoir animer leur compte Twitter.

Approche partisane : une présence un peu plus importante à gauche

14L’affiliation partisane peut aussi être interrogée car elle correspond à un système de valeurs qui pourrait avoir une influence sur la façon d’envisager le métier d’élu et les interactions avec les citoyens. À l’échelle communale, bien que les maires de droite (UMP, UDI ou DVD) soient nombreux, on constate une plus grande part de maires de gauche qui possèdent un compte Twitter (Tableau 1). Le constat est sensiblement le même pour les autres fonctions ce qui nous permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle les valeurs des élus de gauche valoriseraient peut-être plus la démocratie locale et la nécessité d’un dialogue avec les citoyens sous une forme numérique. Finalement, même si l’affiliation partisane permet d’expliquer une partie de la présence, ce déterminant a tendance à se réduire avec le niveau de responsabilité, par exemple lorsque les maires sont en situation de cumul de mandats.

Approche spatiale : la taille de la commune plus que la distance au centre

15Nous nous sommes contentés d’observer jusqu’à présent quels critères humains et sociaux pouvaient avoir une influence quant à la présence d’un élu sur Twitter. Une approche géographique permet cependant de questionner dans quelle mesure l’espace peut aussi jouer un rôle à cet escient. En raison de leur dispersion homogène au sein de l’espace, les maires des communes franciliennes et des arrondissements parisiens nous semblent être le meilleur objet d’étude pour répondre à cette question (Image 1).

Image 1 : Quels maires franciliens sont présents sur Twitter ?

Image 1 : Quels maires franciliens sont présents sur Twitter ?

Sources : Twitter (juin 2015), Insee (2011) et auteurs.

16A première vue, il semblerait qu’il existe un important gradient centre-périphérie, avec des élus plus fréquemment inscrit sur Twitter exerçant leur fonction à proximité de Paris et, à l’inverse, une plus faible présence au fur et à mesure de l’éloignement de la capitale (Image 1). Il n’est toutefois pas très clair à ce stade si le facteur influent est la distance au centre de Paris ou la taille démographique de la commune puisque la relation observée avec le premier critère nommé existe aussi avec le second. En effet, 85 % des maires des villes de plus de 50 000 habitants ont un compte Twitter contre 7 % pour les communes de moins de 5 000 habitants (Image 1). Par conséquent, il peut être intéressant d’observer dans un second temps si l’opposition entre le centre et la périphérie est aussi identifiée lorsque l’on travaille avec des groupes de communes de taille identique et non plus avec l’ensemble du corpus (Image 2).

Image 2 : Part moyenne des maires franciliens disposant d’un compte Twitter selon la distance au centre de Paris et la taille de la commune

Image 2 : Part moyenne des maires franciliens disposant d’un compte Twitter selon la distance au centre de Paris et la taille de la commune

Sources : Twitter (juin 2015), Insee (2011) et auteurs.

17Le regroupement des communes selon l’importance de leurs populations permet d’affirmer que la variable explicative la plus notable quant à la présence d’un élu sur le réseau social serait la taille plutôt que l’éloignement de Paris. Les maires périurbains ne sont donc pas moins ouverts aux enjeux et pratiques du numérique que ceux du centre de l’agglomération (VIDAL, 2015 ; ROUGE et VIDAL, 2015). En effet, aucun des quatre graphiques présentés ne semble suggérer l’existence d’une relation de type centre-périphérie structurante, sous-tendant de fait que l’observation précédemment réalisée (Image 1) résulterait en premier lieu d’une surreprésentation de communes de grande taille à proximité de Paris et de petite taille dans sa périphérie.

18Finalement, les profils types du maire d’Ile-de-France et de celui qui est présent sur Twitter diffèrent quelque peu. Le premier est d’abord un homme né dans les années 1950 et 1960 plutôt de droite et à la tête d’une commune moyenne. A l’inverse, le second n’est pas genré, beaucoup plus jeune, plutôt de gauche, cumule plusieurs fonctions et dirige une commune comptant plusieurs dizaines de milliers d’habitants. Ces deux derniers éléments tendent par ailleurs à illustrer l’impact du niveau de professionnalisation dans l’exercice du métier et la capacité à pouvoir déléguer l’animation d’un compte Twitter.

L’activité des élus : de l’émission du message à sa réception

19Au-delà de l’étude de la présence sur le réseau social, nous allons maintenant étudier les caractéristiques de l’activité sur Twitter.

Intensité et rayonnement de l’activité

20Afin de caractériser l’usage de Twitter par les maires franciliens nous avons choisi de nous intéresser à deux dimensions. Tout d’abord l’intensité de l’activité grâce à l’observation du nombre de tweets émis. Et ensuite, l’audience et le rayonnement de cette activité par l’intermédiaire du nombre d’abonnés que l’on nomme aussi « followers ». Pour ces deux dimensions, nous avons choisi d’étudier les facteurs explicatifs de cette activité en reprenant les mêmes critères que précédemment avec le genre, l’âge, le cumul de mandats, l’affiliation politique et la taille de la commune. Cependant, les écarts du nombre de tweets publiés et de celui du nombre d’abonnés étant très importants selon les élus, il est dès lors préférable de procéder aux observations sur la base des médianes, soit les valeurs du milieu qui partagent notre corpus en deux parties égales. Choisir les moyennes tendrait en effet à surévaluer les résultats pour les groupes incluant des maires pour lesquels le nombre de tweets publiés ou de followers est largement supérieur au reste des élus qui forme notre population statistique.

Tableau 2 : Caractérisation de l’activité (tweets) et du rayonnement (followers) des maires franciliens sur Twitter selon différents critères

Tableau 2 : Caractérisation de l’activité (tweets) et du rayonnement (followers) des maires franciliens sur Twitter selon différents critères

Sources : Twitter (juin 2015) et auteurs.

21Cette comparaison nous permet tout d’abord de voir que le genre n’affecte pas le niveau d’intensité et de rayonnement de l’activité sur Twitter avec des chiffres quasi-similaires. Il s’agit d’une observation identique à celle de l’influence du genre sur le niveau de présence sur le réseau social. De même, nous retrouvons pour l’âge la même corrélation avec un nombre de tweets et de followers qui augmente lorsque l’âge décroît.

22Ici aussi le cumul des mandats a une influence importante sur l’intensité de l’activité qui a tendance à doubler à chaque mandat supplémentaire. Cela renforce l’idée d’une professionnalisation dans l’exercice du métier et d’une possible délégation (au moins en partie) de l’animation du compte. En effet, il n’est pas rare d’observer la mention des initiales du porteur du compte à la fin d’un tweet lorsque celui-ci s’exprime directement (Image 3). Pour ceux qui adaptent ce mode d’expression, l’absence des initiales à la fin du message vient suggérer que celui-ci a été rédigé par un collaborateur. Cela nous rappelle que l’écriture est une des modalités essentielles de l’exercice du métier politique (LE BART, 1988). Ainsi à la traditionnelle écriture des discours, les collaborateurs participent maintenant à l’animation des réseaux sociaux. Par ailleurs, l’impact du cumul sur l’audience du compte semble aussi évident, notamment lors du passage de un mandat à deux.

Image 3 : Les modalités d’écriture

Image 3 : Les modalités d’écriture

Source : Twitter (juin 2015).

23La couleur politique semble avoir une plus grande influence sur l’activité que sur la présence. Ici aussi on retrouve des élus de gauche plus dynamiques que les élus de droite ce qui peut renforcer l’idée d’une conception et surtout d’une mise en pratique différente de la démocratie locale par les élus de gauche qui s’expriment donc deux fois plus que leurs homologues de droite. Concernant le nombre de messages partagés, nous pouvons noter le cas particulier de Patrice Leclerc qui correspond au profil type de l’élu actif sur Twitter (Image 5). Il est plutôt jeune (né en 1963), il cumule deux mandats (maire et conseiller départemental) et est à la tête d’une commune importante (Gennevilliers : 42 919 habitants en 2012). Plus encore, son parcours politique à gauche peut nous renseigner sur la façon dont il envisage la relation avec ses concitoyens. En effet, il quitte le Parti Communiste en 2007 et participe à la fondation de la FASE. Ce mouvement de la « gauche alternative » porte une attention particulière à la démocratie locale notamment car il rassemble beaucoup d’élus municipaux issus de la tendance des « réformateurs » du parti communiste, à l’image de Patrick Braouezec ancien maire de Saint-Denis. Par ailleurs, l’affiliation politique ne semble pas réellement influencer le nombre de followers. La petite différence d’audience peut être attribuée à l’impact du niveau d’activité, ainsi une plus grande visibilité des élus de gauche dans le débat public local pourrait leur amener plus de followers.

24Finalement, la taille de la commune apparaît être un déterminant très important ce qui vient renforcer l’analyse de la première partie sur les déterminants de la présence. Concernant le nombre de tweets la corrélation est évidente. Cela renvoie à la fois au degré de professionnalisation des élus et aussi à l’intensité de l’activité locale. Pour le nombre de followers, la taille de la commune va expliquer le nombre de citoyens qui vont ressentir un intérêt à suivre l’actualité de maire. Toutefois, le poids de certains maires dans le débat politique national peut aussi être une source d’audience renforcée.

Le cas des maires ayant une stature politique nationale

25Parmi les maires ayant une renommée nationale, nous pouvons noter le cas particulier d’Anne Hidalgo (Image 4). Après avoir été première adjointe pendant 13 ans, depuis mars 2014 elle occupe le fauteuil de maire de Paris. Fin juin 2016, elle avait émis plus de 25 000 messages et rassemblait près de 400 000 followers. Cette situation peut d’abord s’expliquer par la taille de la commune qui compte plus de 2,2 millions d’habitants (Image 4), ainsi que par la stature particulière de sa fonction qui la place comme étant une personnalité politique de rang national.

Image 4 : L’activité (tweets publiés) et le rayonnement (nombre de followers) des maires franciliens sur Twitter

Image 4 : L’activité (tweets publiés) et le rayonnement (nombre de followers) des maires franciliens sur Twitter

Sources : Twitter (juin 2015), Insee (2011) et auteurs.

26Nous pouvons nous souvenir que pendant plus d’un siècle, de 1871 à 1977, la ville est administrée par l’État et Paris n’a pas de maire en partie car le pouvoir central est dans la crainte de l’aura que pourrait prendre un tel personnage. La carrière politique de Jacques Chirac, premier maire de l’époque contemporaine, vient confirmer cette crainte car il passera de l’Hôtel-de-Ville au Palais de l’Élysée. Par ailleurs, l’attention à la démocratie locale semble une des marques de fabrique d’Anne Hidalgo qui voit dans les réseaux sociaux une façon d’entretenir une relation particulière avec les Parisiens (Image 5). A travers cet outil de communication, c’est la figure même de l’élu politique qui est désacralisée, avec la volonté d’être au plus proche de la préoccupation de ses followers et de ses habitants (GREFFET, 2011).

27Le 27 septembre 2015 lors d’une interview sur la radio Europe 1 dans l’émission « #E1SocialRoom » lorsqu’on lui demande si « la présence sur les réseaux sociaux est une obligation ou une nécessité », elle indique d’ailleurs que c’est une nécessité mais aussi un plaisir ce qui confirme la place essentielle que ces médias occupent dans sa stratégie politique et sa façon de vivre son métier d’élu au plus près des citoyens grâce à cette connexion numérique (GRAHAM et al., 2013) :

« (…) c’est aussi un plaisir, parce que je vais beaucoup sur les réseaux sociaux (…) il y a des choses qui me font rire, j’apprends (…) je m’y suis engagée très tôt, j’ai été une des premières à être sur Facebook. Twitter c’est un outil que j’utilise à des fins plus professionnels dans mon rapport aux Parisiens, donc c’est une nécessité forcément parce que aujourd’hui un politique qui ne serait pas connecté aurait quand même un petit peu de mal à exister, c’est une liberté aussi pour moi de pouvoir passer des sujets qui ne seraient pas forcément présentés par les grands médias traditionnels et puis c’est du plaisir ! »2.

Images 5 : Messages d’Anne Hidalgo pour encourager les Parisiens à la suivre sur les réseaux sociaux

Images 5 : Messages d’Anne Hidalgo pour encourager les Parisiens à la suivre sur les réseaux sociaux

Source : Facebook (juin et septembre 2015).

28Outre l’intérêt en termes de stratégie personnelle de communication qu’offre de tels outils, il convient de noter que depuis 2014 les ressources offertes par le numérique sont quasi systématiquement utilisées lors des consultations publiques de la mairie de Paris. Nous pouvons citer la concertation sur le PLU3, le budget participatif4, la consultation sur l’avenir des berges de la Seine5 ou de la Petite Ceinture6 ou encore le concours d’urbanisme « réinventer Paris »7.

29Au-delà du cas particulier d’Anne Hidalgo, nous retrouvons aussi d’autres maires qui vont se démarquer par une audience nationale avec de nombreux followers (Image 4). Nous pouvons noter les cas de Rachida Dati (députée européenne-maire du VIIe arrondissement de Paris et ancienne Garde des Sceaux), de Jean-François Copé (député-maire de Meaux et ancien président de l’UMP) et de Nicolas Dupont-Aignan (député-maire de Yerres et ancien candidat à l’élection présidentielle). Ces élus qui cumulent des fonctions locales et nationales vont par conséquent adapter leurs discours à ces deux échelles.

30Toutefois, en dépit de ces quelques cas particuliers, il n’en reste pas moins que le niveau d’activité type du maire d’Ile-de-France a tendance à augmenter en présence de maires plutôt jeunes, à la tête d’une ville assez importante et en situation de cumul (Tableau 2 et Image 4).

Les messages des élus : un capteur de l’activité politique

31Nous allons maintenant étudier le contenu des messages échangés.

Une activité quasi-continue

32La distribution temporelle des messages suit le niveau de l’activité politique. Il n’est pas surprenant de constater que l’engagement militant et surtout institutionnel qui accompagne la fonction de maire est un engagement à quasi temps-plein (Image 6). Chaque tweet possède un attribut qui permet d’identifier le moment exact de sa publication en ligne, ainsi il est possible de travailler à partir de diverses variables temporelles (année, mois, jour, et même minute et seconde).

Image 6 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter selon le jour de la semaine et l’horaire de publication

Image 6 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter selon le jour de la semaine et l’horaire de publication

Sources : Twitter (01 janvier 2014 - 30 juin 2015) et auteurs.

33Bien sûr, les élus sont plus actifs durant la semaine mais l’activité ne s’arrête pas complètement le week-end car c’est aussi un moment important de la vie municipale ou encore de la vie des partis politiques. L’horaire de publication indique aussi une activité très intense qui ne se ralentie réellement qu’entre minuit et 5 heure du matin. Le tweet semble ainsi être un prolongement naturel de toute activité, ou presque, du maire. La communication en ligne apparaît comme une illustration ou plutôt une trace numérique de l’activité des maires et invite à un dialogue avec les citoyens ou les médias. L’arène offerte par Twitter correspond donc à un espace de médiation entre les maires, les médias, les organisations de la société civile et les citoyens. Dans cette perspective Twitter peut s’apparenter à l’espace public défini par Jürgen Habermas comme lieu symbolique où se forme l’opinion publique, issue du débat politique et de l’usage public de la raison (HABERMAS, 1978 ; PAQUOT, 2009).

34Le tweet est donc un capteur de l’activité militante et institutionnelle du maire à l’échelle locale mais il s’insère dans un débat public plus large. En fonction des événements médiatiques, le nombre de tweets va évoluer. Les différents pics médiatiques correspondent donc à des moments forts de l’actualité politique (Image 7).

Image 7 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2015

Image 7 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2015
  • 8 Ce graphique est réalisé à partir des 3000 derniers tweets publiés pour chaque compte, d’où une lég (...)

Sources : Twitter (01 janvier 2014 - 30 juin 2015)8 et auteurs.

  • 9 Le découpage par jour de l’année civile nous permet de localiser les pics de publication (quel évén (...)

35En observant l’évolution du nombre de tweets entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2015 on remarque effectivement différents événements9. Tout d’abord, entre janvier et mars 2014 le nombre croissant de messages illustre la période de campagne électorale à l’échelle municipale. Alors que la campagne (incluant les messages sur les réseaux sociaux) s’arrête 24 heures avant l’ouverture des deux tours de scrutin nous pouvons remarquer une baisse du nombre de messages pour les journées des 22 et 29 mars. À l’issue du scrutin le nombre de messages se réduit de façon brutale. Cela est d’autant plus évident pour les candidats qui n’accèdent pas à la fonction mayorale : Nathalie Kosciusko-Morizet par exemple, qui n’est certes pas prise en compte dans ce corpus sur les maires mais dont nous avons pu observer la diminution radicale du nombre de messages après sa défaite du 30 mars 2014.

36Sur les six premiers mois de 2015, l’année commence par une série d’attaques terroristes, notamment au siège de l’hebdomadaire “Charlie Hebdo”, qui va donner lieu à un pic d’activités. Ensuite, on peut remarquer l’impact de la campagne des élections départementales même si il est bien moins important que celui des élections municipales de 2014. En effet ce rendez-vous électoral ne concernait directement qu’un petit nombre de maires et, de plus, n’avait pas lieu dans la capitale. En avril, on peut remarquer le début de la campagne régionale de Valérie Pécresse qui va mobiliser les élus de droite alors qu’au même moment les élus parisiens de gauche participent à différentes rencontres à l’issue de la première année de la majorité désignée lors des élections de 2014. Lors de ces événements particuliers les tweets sont donc plus nombreux et s’insèrent souvent dans un référencement spécifique par l’utilisation du même hashtag (#).

Le Hashtag comme marqueur des événements du débat public

  • 10 Le découpage par mois nous permet principalement de décompter le nombre de tweets contenant un hash (...)

37L’utilisation des « hashtags » (codés #) sur la twittosphère permet à des millions d’usagers d’exprimer leurs avis, leurs réactions et ainsi de participer à un débat en ligne. L’étude d’une sélection des hashtags les plus utilisés par les maires d’Ile-de-France permet donc d’observer plus clairement quelques événements clés du débat public10. Les échanges sur la twittosphère ne connaissent pas les frontières et sont parfois à une échelle mondiale. Suite aux attaques terroristes de janvier 2015 nous observons l’impact dans les messages des maires du référencement « #JeSuisCharlie » qui est utilisé plus de 400 fois en janvier et de manière plus ponctuelle depuis (Image 8).

Image 8 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter selon différents sujets (#hashtags)

Image 8 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter selon différents sujets (#hashtags)

Sources : Twitter (01 janvier 2014 - 30 juin 2015) et auteurs.

38L’utilisation de ce hashtag montre bien que les maires participent à différents niveaux du débat public à la fois à l’échelle locale mais aussi nationale, voire globale. Ainsi à l’échelle mondiale, « #JeSuisCharlie » a été utilisé plus de 5 millions de fois en moins d’une semaine, le pic ayant été atteint mercredi 7 janvier à 21 h 30 avec pas moins de 6500 tweets par minute11. À l’articulation des échelles locale, nationale et mondiale, on peut aussi noter l’impact de l’organisation de la COP 21 en décembre 2015. Ainsi, le hastag « #COP21 » est utilisé de façon progressive dans la temporalité de notre corpus alors que la perspective de la conférence se rapproche.

39À l’échelle locale, les élections sont forcément un sujet d’intérêt pour les maires. C’est évident pour les élections municipales « #Municipales2014 » et dans une moindre mesure pour les élections départementales « #Départementales2015 ». Dans le cas des élections, la fréquence d’utilisation est progressive puis se réduit brutalement à l’issue des élections (Image 8).

40Dans le cas de controverses locales, le rythme est très souvent variable. Ainsi l’étude des hashtags « #Grand Paris » et « #TourTriangle » montrent de fortes temporalités avec des croissances, des décroissances et même parfois plusieurs phases d’évolution (DOUAY et REYS, à paraître en 2016).

41Le Grand Paris est le processus de développement de la métropole parisienne ayant deux objectifs. D’une part, la mise en place d’une institution métropolitaine et la restructuration des découpages intercommunaux et d’autre part un projet d’aménagement avec la construction de nouvelles lignes de métro. Ce projet est fortement contesté par les maires car il remet en cause la légitimité et le pouvoir des communes dans leurs capacités à maîtriser le développement de leurs territoires. Le projet du Grand Paris va donc régulièrement animer le débat public, par exemple, lors des moments de concertation et plus encore lors des votes au parlement. Ainsi en octobre et novembre 2014, le gouvernement décide de revenir sur une partie des éléments de la loi de « modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles » (MAPTAM) votée en janvier 2014. À l’issue de différents passages au Sénat et à l’Assemblée Nationale, la loi portant sur la « nouvelle organisation territoriale de la République » (NOTRe) est adoptée en août 2015 et vient donc modifier certains éléments de la future organisation institutionnelle de la « Métropole du Grand Paris ». Ces différentes phases du débat public laissent des traces en ligne qui se retrouvent donc dans la fréquence d’utilisation des hashtags (Image 8).

42Les débats quant à la construction de la Tour Triangle sont aussi soumis à une temporalité particulière. En effet, ce projet d’urbanisme vise l’érection d’un bâtiment multifonctionnel de forme triangulaire, de grande hauteur (180 mètres), dans le sud-ouest de Paris à la limite du périphérique. Ce projet urbain est l’objet d’une importante controverse chez les élus mais aussi dans l’ensemble de la société civile et des Parisiens en général. L’impact dans notre corpus est restreint car peu de maires sont concernés directement (21 à Paris et quelques-uns dans le département des Hauts-de-Seine). Toutefois, on observe clairement les deux votes au Conseil de Paris quant à la modification du PLU pour autoriser la construction de la tour. En novembre 2014, le projet est refusé à quelques voix d’écart et en juin 2015 lors d’un second vote il est accepté mais fait toujours l’objet de contestations. Ces deux événements laissent donc des traces numériques que l’on peut lire sur Twitter (Image 8).

43L’utilisation de hashtag pour référencer un débat n’est pas forcément une démarche spontanée qui provient de la force collective des internautes mais peut aussi correspondre à des démarches de communication institutionnelle ou militante. Nous pouvons citer le cas des échanges organisés pour le compte-rendu après la première année de mandat d’Anne Hidalgo. Celle-ci invite ses abonnés à participer à l’événement et indique clairement le hashtag permettant de référencer la rencontre (Image 9).

Image 9 : Message d’Anne Hidalgo pour encourager les Parisiens à utiliser un # particulier lors d’une rencontre publique

Image 9 : Message d’Anne Hidalgo pour encourager les Parisiens à utiliser un # particulier lors d’une rencontre publique

Sources : Facebook (avril 2015).

44La proposition d’utilisation d’un hashtag permet de concevoir un dédoublement de l’espace public local. Ainsi, au-delà de la rencontre physique à l’Hôtel-de-Ville qui peut donner lieu à l’émission de tweets, les internautes peuvent aussi participer à ces échanges par l’intermédiaire de ce support numérique. Ainsi, le débat public en ligne et hors-ligne a tendance à se confondre, renforçant ainsi l’idée de l’utilisation du réseau Twitter pour suivre l’activité politique et le débat public. Dans ce sens, l’espace public n’est plus unifié comme a pu le concevoir Jürgen Habermas (HABERMAS, 1978), mais il se diversifie, se différencie et se fragmente (BASTIEN et NEVEU, 1999). En plus de la radio, de la télévision et de presse, Internet viendrait favoriser la naissance d’une « mosaïque » d’espaces thématisés.

Conclusion

45La démarche data-numérique nous a permis d’extraire des données issues d’un réseau social. La visualisation de ces usages du web 2.0 ouvrent de nouvelles perspectives pour mieux comprendre le métier d’élu local, la vie locale et ses objets de débat. En effet l’étude des maires actifs sur ce réseau social a mis en avant un profil-type d’un élu plus jeune, plus paritaire, un plus à gauche et cumulard que la moyenne. L’analyse du contenu des messages a mis en évidence une relation entre la taille de la commune et le niveau d’activités en ligne ce qui s’explique par la professionnalisation du métier d’élu pour les plus grosses communes.

46Ainsi, l’usage de Twitter par les maires d’Ile-de-France renvoie l’image d’un outil qui est maintenant de plus en plus incontournable pour les élus. En effet, les médias sociaux participent prolongement, voire un dédoublement, de l’espace public local. Ils offrent la possibilité de mieux maîtriser la communication politique en renforçant sa dimension massive et continue. Au-delà de cette dimension de « communication », nous pouvons nous interroger sur les effets sociaux de cet outil à l’heure où l’impératif participatif (BLONDIAUX et SINTOMER, 2002) s’impose progressivement dans la gestion des affaires publiques.

47Twitter permet-il aux élus de développer de nouveaux registres d’action ou est-il rattrapé par les modes d’action et de communication de la politique traditionnelle ? La dimension sociale des réseaux du web 2.0 qui offre la possibilité de développer une dimension sociale par l’interaction directe entre les élus et les citoyens est-elle réellement appropriée ? Twitter est-il porteur d’un renouveau démocratique, d’une forme d’e-gouvernement ? Voici quelques questions d’intérêt qui pourraient faire l’objet de futures recherches.

Haut de page

Bibliographie

BASTIEN F., NEVEU E. (dir.) (1999), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BEAUDE B. (2012), Internet. Changer l’espace, changer la société, Limoges, FYP.

BERENI L., REVILLARD A. (2007), « Des quotas à la parité : « féminisme d’État » et représentation politique (1974-2007). », in Genèses, 2/2007 (n° 67), pp. 5-23.

BLONDIAUX L., SINTOMER Y. (2002), « L’impératif délibératif », in Politix, vol. 15, n° 57, pp. 17-35.

CARDON D. (2010), La démocratie Internet, Paris, La République des idées.

CASTELLS M. (2001), The Internet Galaxy : Reflections on the Internet, business, and society, Oxford, Oxford University Press.

DI FRAIA G., MISSAGLOA MC. (2014), « The use of Twitter in 2013 Italian political election », in PATRUT, B. et PATRUT, M. (dir.), Social Media in Politics. Case Studies on the Political Power, London, Springer, pp. 63-80.

DAUPHIN S. (2002), « La parité à l’épreuve des élections municipales de mars 2001 », in Modern & Contemporary France,Vol. 10 (1), pp. 59-73.

DOUAY N. (2014), « Les usages du numérique dans le débat public », (dir. M. CARMES, M. et NOYER, J.-M.), Devenirs urbains, Collection Territoires numériques, Paris, Presses des Mines, pp. 227-244.

DOUAY N. (2015), « Les données du web 2.0 pour observer le débat public en aménagement : l’exemple de Marseille », in Données urbaines 7, (dir. MATTEI, MF. et PUMAIN, D.), Paris, Economica, pp. 29-40.

DOUAY N., REYS A. (à paraitre en 2016), « Twitter comme arène de débat public : le cas du conseil de Paris et des controverses en aménagement », in L’Information Géographique.

FAYOL M.-L. (2006), La parité à l’épreuve de l’intercommunalité, mémoire de recherche de master 2, IEP de Lyon.

GAXIE D. (1973), Les professionnels de la politique, Paris, PUF.

GOODCHILD M. (2007), « Citizens as sensors : Web 2.0 and the volunteering of geographic informations », in GeoFocus, 7, pp. 1-10.

GRAHAM T., BROERSMA M., HAZELNOFF K. (2013), « Closing the gap ? Twitter as an instrument for connected representation », in SCULLION R., GERODIMOS R., JACKSON D. et LILLEKER D. (dir.), The Media, political, participation and empowerment, London, Routledge, pp. 71-88.

GREFFET F. (2011), Les partis politiques sur le web, Paris, Les presses de Sciences Po.

HABERMAS J. (1978), L’Espace public, Paris, Payot.

LE BART C. (1998), « L’écriture comme modalité d’exercice du métier politique », in Revue française de science politique, 1, pp. 76-96.

MABI C., THEVIOT A. (2014a), « Présentation du dossier. S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques », in Politiques de communication, 2014/2 (N° 3), pp. 5-24.

MABI C., THEVIOT A. (2014b), « La rénovation par le web ? Dispositifs numériques et évolution du militantisme au PS », in Participations, 2014/1 (N° 8), pp. 97-126.

MANOVITCH L. (2011), « Trending : The Promises and the Challenges of Big Social Data », URL : http://manovich.net/content/04-projects/067-trending-the-promises-and-the-challenges-of-big-social-data/64-article-2011.pdf

MARWICK A., BOYD D. (2011), « To see and be seen : celebrity practice onTwitter », in Convergence : The International Journal of Research into NewMedia Technologies, 17(2), pp. 139-158.

MAYER-SCHONBERGER V., CUKIER K. (2013), Big Data : a revolution that will transform how we live, work and think, London, John Murray Publisher.

MURTHY D. (2013), Twitter : Social Communication in the Twitter Age, Malden, Polity Press.

PAQUOT T. (2009), L’espace public, Paris, La Découverte.

PLANTIN JC., MONNOYER-SMITH L. (2014), « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique, Trois cas de redistribution de méthodes », TIC et Société, 7 (2), URL : http://ticetsociete.revues.org/1527

ROGERS R. (2013), Digital Methods, Cambridge, MIT Press.

ROGINSKY S. (2015), « Les députés européens sur Facebook et Twitter : une ethnographie des usages », in Communication & langages, N° 183, mars 2015, pp. 83-109.

ROUGE L., VIDAL P. (2015), « Les maires périurbains face à l’appétence numérique de leurs habitants », in Revue Pouvoirs locaux – Les cahiers de la décentralisation, janvier 2015, n° 103, pp. 104-109.

SEVERO M., ROMELE A. (dir.) (2015), Traces numériques et territoires, Paris, Presses des Mines.

SMALL T. (2010), « La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter », in Revue parlementaire canadienne, 33(3), pp. 41-48.

TREILLE E., (2007), « Écrire par délégation. Pratiques d’écriture des assistants parlementaires de députés socialistes », in Mots. Les langages du politique, 85, 2007, pp. 97-106.

VEDEL T., (1994), « Sociologie des innovations technologiques et usagers : introduction à une socio-politique des usages », in VITALIS A. (dir.), Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Apogée, 1994, pp. 13-34.

VERGEER M., HERMANS L., SAMS S. (2011), « Online social networks and microblogging in political campaigning : the exploration of a new campaign tool and a new campaign style », in Party Politics, 19(3), pp. 477-501.

VIDAL, P. (2015), « Les élus de proximité à l’heure du numérique territorial : quelles marges de manœuvre ? », in « Ville intelligente », Revue Raisonnance – Cahier de réflexion des maires francophones, N° 6, juillet 2015, pp. 16-17.

VIENNE F., DOUAY N., LE GOIX R., SEVERO M. (2014), « Lieux et hauts lieux des densités intermédiaires : une analyse par les réseaux sociaux numériques », 51e colloque 2014 de l’ASRDLF à Marne-la-Vallée.

Haut de page

Notes

1 http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-reseaux-sociaux/

2 https://Twitter.com/Europe1/status/648072087752437760

3 www.imaginons.paris

4 https://idee.paris.fr/budget-participatif

5 https://idee.paris.fr/reconquete-des-berges-de-seine

6 http://www.debatpublic.net/2013/02/01/concertation-sur-le-devenir-de-la-petite-ceinture-ferroviaire-httplapetiteceinture-jenparle-net

7 www.reinventer.paris

8 Ce graphique est réalisé à partir des 3000 derniers tweets publiés pour chaque compte, d’où une légère surreprésentation du nombre de tweets publiés au fur et à mesure que l’on s’approche de la date du 30/06/2015. Toutefois la grande majorité des maires n’ont pas dépassé cette limite de 3000 tweets.

9 Le découpage par jour de l’année civile nous permet de localiser les pics de publication (quel événement est à l’origine de ce surplus d’activité ?) et les périodes les plus calmes (par ex., les vacances d’été).

10 Le découpage par mois nous permet principalement de décompter le nombre de tweets contenant un hashtag particulier, un découpage par jour n’étant pas significatif au regard du faible nombre de hashtags identiques publiés chaque jour. Le découpage par mois offre donc le “lissage” de l’information le plus pertinent.

11 http://www.zdnet.fr/actualites/jesuischarlie-retour-en-chiffres-sur-un-hashtag-qui-a-fait-le-tour-du-monde-39813149.htm

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Caractérisation de la présence des élus franciliens sur Twitter selon différents critères
Crédits Sources : Twitter (juin 2015) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre Image 1 : Quels maires franciliens sont présents sur Twitter ?
Crédits Sources : Twitter (juin 2015), Insee (2011) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Image 2 : Part moyenne des maires franciliens disposant d’un compte Twitter selon la distance au centre de Paris et la taille de la commune
Crédits Sources : Twitter (juin 2015), Insee (2011) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 2 : Caractérisation de l’activité (tweets) et du rayonnement (followers) des maires franciliens sur Twitter selon différents critères
Crédits Sources : Twitter (juin 2015) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-4.png
Fichier image/png, 9,8k
Titre Image 3 : Les modalités d’écriture
Crédits Source : Twitter (juin 2015).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Image 4 : L’activité (tweets publiés) et le rayonnement (nombre de followers) des maires franciliens sur Twitter
Crédits Sources : Twitter (juin 2015), Insee (2011) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Images 5 : Messages d’Anne Hidalgo pour encourager les Parisiens à la suivre sur les réseaux sociaux
Crédits Source : Facebook (juin et septembre 2015).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Image 6 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter selon le jour de la semaine et l’horaire de publication
Crédits Sources : Twitter (01 janvier 2014 - 30 juin 2015) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Image 7 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2015
Crédits Sources : Twitter (01 janvier 2014 - 30 juin 2015)8 et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Image 8 : L’activité (tweets publiés) des maires franciliens sur Twitter selon différents sujets (#hashtags)
Crédits Sources : Twitter (01 janvier 2014 - 30 juin 2015) et auteurs.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Image 9 : Message d’Anne Hidalgo pour encourager les Parisiens à utiliser un # particulier lors d’une rencontre publique
Crédits Sources : Facebook (avril 2015).
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2089/img-11.png
Fichier image/png, 243k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Douay, Aurélien Reys et Sabrina Robin, « L’usage de Twitter par les maires d’Île-de-France », Netcom, 29-3/4 | 2015, 275-296.

Référence électronique

Nicolas Douay, Aurélien Reys et Sabrina Robin, « L’usage de Twitter par les maires d’Île-de-France », Netcom [En ligne], 29-3/4 | 2015, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/2089 ; DOI : 10.4000/netcom.2089

Haut de page

Auteurs

Nicolas Douay

Université Paris-Diderot, Sorbonne-Paris-Cité / UMR Géographie-Cités
nicolas.douay@gmail.com

Articles du même auteur

Aurélien Reys

Sciences Po, Université Sorbonne-Paris-Cité
aurelien.reys@sciencespo.fr

Sabrina Robin

Université Paris-Diderot, Sorbonne-Paris-Cité / UMR Géographie-Cités
robin.sabrina.f@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org