Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Appropriation des NTIC. Le cas des Espaces Publics Numériques : compte rendu de la thèse de Medhi Serdidi »

Emmanuel Eveno
p. 158-162
Référence(s) :

Serdidi Medhi (2007), « Contribution à l’analyse des politiques françaises pour l’appropriation des NTIC : le cas des espaces publics numériques ». Thèse de Sciences de l’information et de la communication, soutenue à l’Université Paris X Nanterre, juin 2007 ; sous la direction de Jacques Perriault, 1 vol. , 608 pages, 1 DVD-Rom.

Texte intégral

  • 1 Serdidi Medhi (2007), « Appropriation des NTIC. Le cas des espaces Publics Numériques ». Thèse scie (...)

1Dans son approche des Espaces Publics Numériques (EPN), l’auteur1 part d’une double démarche : l’une remontante, relative aux usagers et aux animateurs ; l’autre descendante, soulignant la question du dispositif et de l’histoire politique des TIC. Ces deux entrées sont également envisagées du point de vue de leur interrelation afin de mettre en évidence l’existence d’un « dialogue possible » entre ces perspectives. C’est entre « réalité » et « appropriation », entendues comme les deux facettes d’une même problématique générale, que l’auteur s’interroge sur la contribution de l’initiation aux TIC et sur leur apprentissage, dans l’objectif de tenter d’exercer une action dans et sur le monde social.

  • 2 D’après l’intervention en cours de soutenance de Françoise Albertini, Maître de conférences en scie (...)

2Pour ce faire, le candidat ouvre sur un mot « Mon expérience… », à entendre, comme l’indique Françoise Albertini2 non pas comme une prise de parole présomptueuse mais la trace, la preuve d’un engagement philosophique clairement assumé qui le conduit et l’autorise à investir scientifiquement la question. En tant qu’animateur, il est dès le départ un « acteur essentiel » et se sert de sa praxis pour objectiver la démarche posée comme « recherche- action ». L’objet, sans doute ancré initialement dans les Sciences de l’Information et de la Communication, demande à être réexaminé à la lumière des deux notions empruntées à la Sciences Politique, ce qui permet en outre de remonter dans le temps et dans l’espace aux sources de la Démocratie athénienne : celle de « Bien Commun » et celle de « Justice Sociale ». L’ancrage de terrain permet ainsi la réflexivité et encourage la mise en œuvre d’une méthodologie, à l’interface des Sciences Humaines et Sociales, qui entend délibérément faire une grande place à l’Histoire politique.

3La posture de recherche est originale et courageuse, elle rend bien compte, pour un candidat qui a des convictions, de la nécessité de dépasser l’outil, rompant de la sorte avec les travaux réalisés sur des modes mièvres et dont les retombées sont pour la plupart inexistantes. Ici, l’architecture générale est construite autour de trois points de focalisation constituant les niveaux micro, méso et macro de l’analyse, chaque niveau étant envisagé dans son interrelation à l’autre.

  • 3 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Anne-Marie Laulan, Professeur émérite de sociologie

4Le travail présenté repose sur une construction solide, avec des hypothèses clairement énoncées, comme a pu le souligner Anne-Marie Laulan3. Bien que le sujet soit ardu, le style est clair, les idées, souvent complexes, bien analysées et décomposées. Le candidat recourt fréquemment à des schémas et représentations graphiques en couleur, d’aspect soigné. Sur le fond, on peut remarquer que le sujet porte sur l’analyse des politiques publiques, en s’appuyant sur les Espaces Publics Numériques. De longues pages, à caractère d’accumulation, retracent par le menu l’histoire de la création puis des dernières années de ces Etablissements. L’intérêt historique et documentaire de ces pages (pratiquement toute une partie), est indéniable ; toutefois, la lecture en exige un effort soutenu, d’autant plus qu’aucune « analyse » ou interprétation ou commentaire n’en vient jalonner l’exposé ; le lecteur est à la fois asphyxié par la surabondance mais demeure sur sa faim de commentaires.

  • 4 D’après l’intervention en cours de soutenance de Marie-Hélène Féron, chargée de mission à l’ARTESI.

5Ce travail si important par ailleurs n’a pu prendre en compte certaines avancées récentes dans le secteur des EPN. C’est ce que souligne Marie-Hélène Féron4 qui pense notamment à l’évolution des publics qui viennent dans les espaces (plus d’adultes et de personnes âgées) et à la prise de conscience de collectivités territoriales qui aujourd’hui veulent favoriser la pérennisation de ces lieux par de nouveaux programmes … Elle rejoint globalement les analyses qui sont faites tant sur le rôle des animateurs, l’absence de formation ou plutôt la non qualification d’un grand nombre d’entre eux dans le secteur de l’animation, sur l’absence également de réels projets d’espace qui auraient dû être à l’origine de la création de ces lieux qui se sont simplement alignés aux grandes orientations de sensibilisation ou encore de la prise en compte des réels besoins des utilisateurs ou usagers …. La situation est bien étudiée dans toute sa complexité et sa diversité, les arguments et hypothèses avancées pour expliquer certains états de fait semblent très justes. Elle corrobore le fait que le dispositif des emplois-jeunes a eu un effet pervers certain dans l’embauche de ceux qui ont été appelés des animateurs sans que soit prise en compte une formation spécifique notamment autour de l’animation. On voit aussi que ce dispositif national qui avait comme objectif l’embauche et la formation de ces jeunes a quelque peu échoué dans ses objectifs. Des titres professionnels ont bien été définis mais tardivement (en 2003 pour l’ATIC, le dispositif EJ ayant été initié en 1998 !) qui ne correspondent pas tant au réel besoin des animateurs mais servent plutôt à justifier des fonctions qui leur sont attribuées. Idem pour le nouveau titre professionnel de 2006, le CATIC, (dont il n’est pas fait mention ici) qui permet à l’animateur de sortir de son espace pour exercer des missions de maintenance et de dépannage des personnes à leur domicile. Le rôle des collectivités locales dans le financement des EPN est quelque peu passé sous silence. Même si les grandes politiques nationales et régionales ont eu le défaut d’apporter essentiellement des aides au démarrage et de s’appuyer sur le dispositif des emplois-jeunes pour faciliter la création de ces EPN, les collectivités locales sont pour grande partie les principaux financeurs de ces lieux. Elles étaient conscientes que l’aide « Emplois Jeunes » ne durerait que 5 ans… et qu’ensuite elles devraient prendre la relève. Ce que certaines ont fait, et c’est ce qui a évité la disparition de nombreux lieux…

  • 5 D’après l’intervention en cours de soutenance de Michel Arnaud, Maître de Conférences, HDR, Univers (...)
  • 6 D’après l’intervention de Michel Arnaud en cours de soutenance.

6Comme le note Michel Arnaud5, le point de vue choisi, à savoir l’analyse des politiques publiques, atteint ses limites du fait que celles-ci n’ont pas donné satisfaction, au-delà de l’initiation à l’usage des technologies de l’information6. Mais avaient-elles réellement un autre objectif ? L’auteur a choisi d’étudier seulement les espaces publics d’accès à Internet et non pas les cybercafés ou autres lieux où peuvent cohabiter secteurs public et privé. Son analyse des problèmes de financement des budgets de fonctionnement des espaces publics d’accès à Internet passe sous silence les options de financement propre, que ce soit les formations payantes à destination de salariés d’entreprises, les services dans le cadre de l’économie solidaire par exemple, et la multiplication des sources de revenus d’origine privé. Il faudrait observer ce qui se passe avec les ONG dans des pays qui ne disposent pas de revenus publics pour les espaces d’accès à Internet et qui pourtant réussissent à offrir des services à valeur sociale ajoutée à leurs populations cibles. L’observation des usages des TIC en dehors des espaces publics financés par les pouvoirs publics révèle des innovations intéressantes en réponse aux besoins des communautés. La notion de bien commun selon Rawls est marquée au sceau de l’économie libérale. Sous couvert de privilégier l’accès direct des individus aux produits et services, il se produit un écrasement de l’espace de partage et une mise en exergue de la consommation individuelle. D’autres approches existent, s’appuyant sur les intérêts des communautés à travailler ensemble. La société civile s’est exprimée en marge du SMSI à Genève et à Tunis pour affirmer sa conception du bien commun avec en particulier un contrôle strict de la propriété intellectuelle, le développement des logiciels libres, l’accès au savoir en ligne. Des réflexions sont en cours pour l’établissement d’un ordre juridique mondial cherchant à contenir les excès de la mondialisation de l’économie, autant d’éléments à prendre en compte pour moduler les critiques relatives aux mythes véhiculées par la société de l’information. D’une manière générale, l’observation de la situation française gagnerait à être enrichie en élargissant le point de vue aux enjeux mondiaux en notant les solutions apportées dans d’autres configurations culturelles, sociales et politiques. En réponse à la demande d’éclaircissement concernant une définition du bien commun plus en accord avec les préoccupations du candidat, celui-ci évoque les travaux de Kymlicka qui développe la dynamique communautaire comme moteur pour la satisfaction des revendications de groupe.

  • 7 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Emmanuel Eveno, Professeur de géographie à l’Univer (...)
  • 8 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Anne-Marie Laulan.
  • 9 En Alsace ; à la maison des chômeurs de Nanterre ; dans l’Espace 13 (Paris).
  • 10 D’après l’intervention en cours de soutenance de Jacques Perriault, Professeur en Sciences de l’Inf (...)

7Il s’agit là, comme le remarque Emmanuel Eveno7, de la première thèse soutenue en France sur le sujet des Lieux d’Accès Publics à Internet. En cela, ce travail constitue une contribution évidente à la recherche. Or, ce travail est l’aboutissement d’un parcours original, il est typiquement l’œuvre d’un chercheur-acteur et contribue aussi à alimenter le débat sur la « recherche-action ». Le travail eut-il été différent si le candidat avait été plus distant de son objet de recherche… ? Sans aucun doute. L’une des grandes qualités de ce travail, outre le fait qu’il innove en introduisant cet objet dans le champ de la recherche, tient aussi à la capacité de son auteur à objectiver les questions que pose ce dispositif. Il ne tombe donc pas dans le piège traditionnel, le « chercheur-acteur » devenant prisonnier de sa relation avec son objet. Si la réflexion est bien là, l’expérience est comme implicite. Il eut été extrêmement intéressant d’avoir une restitution de celle-ci, non pas sous la forme d’une trajectoire rationnalisée ex-post, mais comme ingrédient de la réflexion. Cette thèse allie des études de terrain - remarquablement documentées - à une réflexion théorique ample et bien charpentée. Or, faire remonter l’expérience d’un animateur observateur est d’un apport indiscutable à la recherche, loin des discours théoriques et prophétiques dont les lecteurs sont nous sommes souvent abreuvés8. Le texte de M. Serdidi est avant tout un travail de professionnel de l’accueil et de la sensibilisation du public aux techniques numériques : l’auteur ayant une longue expérience en la matière9. Son principal intérêt est, selon Jacques Perriault10, d’alimenter la réflexion universitaire en relations de pratiques issues du terrain. Que veut démontrer l’auteur ? Que le dispositif EPN est rigide et mal adapté en conséquence à la diversité des situations et des compétences des intéressés. La raison essentielle selon lui est que la politique publique qui les a mis en place est basée sur la notion d’intérêt général. Que propose-t-il ? D’inverser la démarche et de faire une politique remontant des aspirations des terrains. Pour cela, il fait appel aux notions de communauté et de bien commun qu’il va chercher dans la philosophie politique. L’intérêt principal de son travail réside toutefois dans le recueil et l’exploitation des données de terrain. La partie qu’il consacre à l’observation des déficits de compétence de gens qui fréquentent les EPN devrait être lue et méditée par les politiques en charge de leur implantation.

8Son étude se découpe en trois parties. La première examine la question des compétences des animateurs au regard des différents types de fracture numérique auxquels ils sont confrontés sur le terrain. Il souligne le malaise de ce corps professionnel qui n’a pas de véritable identité historique constituée. Il insiste particulièrement sur la fracture sociocognitive à laquelle il s’est particulièrement attaché. Elle n’est effectivement observable qu’au niveau d’une microanalyse attentive et c’est là un des apports principaux de son travail. Mais il montre aussi combien les animateurs d’espaces publics numériques sont peu armés pour pratiquer les pédagogies nécessaires en vue d’y remédier. La seconde partie traite de l’aptitude des espaces publics numériques à favoriser l’appropriation des TIC. Il revient à M. Serdidi d’avoir situé cette question dans la lignée des efforts qui sont faits depuis une trentaine d’années dans ce champ. La troisième partie se concentre sur l’utilisation de la notion de « bien commun » pour traiter des politiques publiques relatives aux EPN. Cette notion de bien commun (common welfare) est souvent ignorée en France, car elle est de tradition germanique (Coménius) et anglo-saxonne. Elle suppose l’existence de communautés (Gemeinschaften, Tönnies) qui décident quel est leur bien commun. Pour M. Serdidi, ces communautés et leurs biens communs sont pour la plupart à inventer, car la notion d’EPN est fondée en sens inverse que le concept jacobin d’intérêt général. Il faudrait d’ailleurs mettre en place une gestion de la subsidiarité. Une politique publique fondée sur le bien commun serait une politique remontante basée sur les aspirations des gens concernés. Il est vrai que ce fut le cas un temps – rappelle Mehdi Serdidi - pour la Maison du Savoir de Saint Laurent de Neste. Mais en dehors de ce cas, les exemples sont rares. M. Serdidi avance une autre hypothèse intéressante, celle des « inégalités justes » de Rawls. Il a été démontré depuis longtemps que beaucoup de technologies étaient sélectives (Gilbert). Il serait intéressant en effet de coupler cette hypothèse avec cette propension et cette agilité plus ou moins grandes selon les utilisateurs à se servir des TIC.

  • 11 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Anne-Marie Laulan.

9Avec le « Bien Commun », le candidat change de terrain disciplinaire et méthodologique, selon Anne-Marie Laulan11. Il ne s’agit plus de l’observation comparée des pratiques et des politiques mises en œuvre, mais d’une réflexion plus abstraite, dans le registre juridique et éthique : « Justice sociale et nouvelle technologie » succède à « l’influence du catholicisme social », pour s’achever par des interrogations concernant la justice (sans doute veut-on dire moins d’inégalité) et les nouvelles technologies. Le candidat, dans sa conclusion générale, reconnaît bien qu’il traite de « philosophie politique » après avoir eu recours dans la deuxième partie à la sociologie et à l’histoire des techniques. Le lecteur peut se trouver déconcerté par la multiplicité des cadres de références, le caractère « acrobatique » des postures du chercheur. Mais incontestablement, les citations et renvois aux auteurs sont nombreux, les discussions critiques approfondies.

10Le fait que la thèse s’achève par une réflexion sur le « Bien Commun » marque le cheminement du chercheur, et pose quelques questions fondamentales. La problématique de la thèse porte-t-elle sur les EPN ou sur le « Bien Commun », dont les EPN ne seraient qu’une expression ?

11Au total, cette thèse est un excellent exemple d’une thèse d’acteur, qui est aussi une thèse de conviction.

Haut de page

Notes

1 Serdidi Medhi (2007), « Appropriation des NTIC. Le cas des espaces Publics Numériques ». Thèse sciences de la communication, soutenue à l’Université Paris X Nanterre, juin 2007 ; 1 vol. , 608 pages, 1 DVD-Rom. Direction de Jacques Perriault.

2 D’après l’intervention en cours de soutenance de Françoise Albertini, Maître de conférences en sciences de la communication, Université de Corse.

3 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Anne-Marie Laulan, Professeur émérite de sociologie.

4 D’après l’intervention en cours de soutenance de Marie-Hélène Féron, chargée de mission à l’ARTESI.

5 D’après l’intervention en cours de soutenance de Michel Arnaud, Maître de Conférences, HDR, Université de Paris 10 Nanterre.

6 D’après l’intervention de Michel Arnaud en cours de soutenance.

7 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Emmanuel Eveno, Professeur de géographie à l’Université de Toulouse-Le Mirail.

8 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Anne-Marie Laulan.

9 En Alsace ; à la maison des chômeurs de Nanterre ; dans l’Espace 13 (Paris).

10 D’après l’intervention en cours de soutenance de Jacques Perriault, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Paris X Nanterre.

11 D’après l’intervention en cours de soutenance d’Anne-Marie Laulan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Eveno, « « Appropriation des NTIC. Le cas des Espaces Publics Numériques : compte rendu de la thèse de Medhi Serdidi » », Netcom, 22-1/2 | 2008, 158-162.

Référence électronique

Emmanuel Eveno, « « Appropriation des NTIC. Le cas des Espaces Publics Numériques : compte rendu de la thèse de Medhi Serdidi » », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://netcom.revues.org/2055

Haut de page

Auteur

Emmanuel Eveno

Professeur des Universités en Géographie. Responsable scientifique du projet e-atlas. Chercheur au LISST- CIEU, Université Toulouse - Le Mirail, Maison de la Recherche, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 09,
eveno@univ-tlse2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org