Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Internet et le Sénégal : compte rendu de la thèse de Thomas Guignard »

Annie Cheneau-Loquay
p. 155-158
Référence(s) :

Guignard Thomas (2007), Le Sénégal, les Sénégalais et Internet : médias et identité, thèse en Sciences de l’Information et de la Communication soutenue à l’Université Charles de Gaulle Lille 3 le 26 octobre 2007, dirigée par Elisabeth Fichez, 2 vol. , 399 p., 164 f.

Texte intégral

  • 1 Thomas Guignard (2007), « Le Sénégal, les Sénégalais et Internet : médias et identité », thèse en S (...)

1La thèse que développe Thomas Guignard est la suivante1. L’analyse du « contexte de connexion » montre que l’influence de l’Internet sur la société sénégalaise demeure encore très limitée et conditionnelle et que le web favorise l’intégration des internautes sénégalais dans un « système symbolique occidental ». Cette vision négative est tempérée par l’analyse de la connexion des migrants au net.

2L’auteur construit son propre cadre théorique car les diverses approches en sciences de l’information et de la communication ne rendent pas compte de ce qui est en effet essentiel, les jeux de pouvoir mais aussi les capacités d’hybridation des sociétés d’un pays du Tiers Monde. Il utilise tour à tour les points de vue de l’économie politique critique qui privilégie le prisme domination/dépendance à l’échelle « macro » des médias, celui plus micro des « cultural studies » qui privilégie le récepteur au détriment de l’émetteur et adopte une position intermédiaire celle de l’hybridation des identités « floues et mobiles » dans la mouvance post moderne, mais, et c’est là la grande valeur de l’analyse, sans perdre de vue le contexte politique et idéologique dominant aujourd’hui, le libéralisme avec la marchandisation du monde à laquelle toutes les « identités » sont confrontées. En ce sens le choix de faire appel aux théories de l’espace public parait particulièrement judicieux, car il permet de souligner à l’encontre des théories post modernes de la fin des territoires, la permanence de l’espace public national intimement lié au territoire ce que le cas sénégalais va démontrer.

3Quelques remarques critiques peuvent être formulées à propos de cette partie théorique.

  • 2 Par rapport à l’Afrique se perpétue avec Internet une véritable idéologie de la mission civilisatri (...)

4L’aspect développement, la vision linéaire techniciste et condescendante de l’Occident vis-à-vis des pays « Tiers » est bien vue et critiquée ainsi que la domination de l’économisme et de la logique quantitative par rapport à celle des cultures et de leur diversité. L’auteur parle du rôle des organismes internationaux pour diffuser cette prééminence de la mesure du développement, CNUCED et PNUD. L’analyse aurait pu là être davantage étayée en montrant en quoi leur discours manie la « carotte et le bâton » prescription et menace, et est repris dans les discours des chefs d’Etat qui ont promu ce développement Mandela, Konare et Wade). L’idée est reprise à propos du Sénégal, dans l’étude des discours du Président et des médias, mais sans en voir suffisamment à mon sens l’origine, or s’il y a quelque part manifestation d’un « impérialisme et d’une « domination » et aussi manifestation d’une pensée unique c’est bien là qu’ils s’expriment. A signaler, les travaux de l’Institut universitaire d’études du développement (IUED de Genève). Dans un ouvrage sur la coopération suisse, préparé pour le Sommet mondial de la société de l’information Marie Thorndal montre de façon magistrale comment la « rhétorique du numérique » appliquée à l’Afrique est ce qu’elle appelle « une pensée business », destinée à inciter les Etats à plus de libéralisme, en privatisant leurs sociétés nationales de télécommunications, en introduisant des sociétés du nord pour s’équiper, avec le mot extraordinaire de Koffi Anan, « les entreprises n’ont qu’à faire le bien pour se faire du bien »2.

5Sur la fracture numérique la critique est trop abrupte et ne tient pas compte du fait que les approches disciplinaires puissent être différentes. Il est normal que les économistes travaillent à partir d’indicateurs, que les géographes fassent des cartes et traitent des infrastructures et les sociologues de la sociologie. Il n’y a pas à opposer les tenants d’une approche par l’accès à ceux d’une approche par les usages et contenus. Certes il y a plus d’études sur les accès et les infrastructures (et les économistes ont tendance à l’hégémonie) ce qui est logique puisque c’est un obstacle incontournable et que les usages étaient minces jusque-là ; mais aujourd’hui la tendance s’inverse.

  • 3 Voir : les travaux du réseau Community informatics.

6Il y a maintenant une importante littérature en anglais sur les usages3. Par contre c’est vrai, sur les contenus véhiculés sur Internet par les Africains il y a peu de choses et cette thèse est pionnière.

7Le point de vue de la domination mériterait d’être relativisé parfois pour faire ressortir davantage l’originalité des medias sénégalais. Le Sénégal dispose par rapport aux autres pays d’une presse d’opinion très prisée avec son langage particulier, ses portraits, son humour qui sont incompréhensibles pour les étrangers non initiés aux multiples arcanes de la vie politique locale. Certes le Cafard libéré s’inspire du style du canard enchaîné mais les contenus sont bien autochtones. Certes RFI domine mais et c’est indiqué, elle a beaucoup changé et c’est aussi un lieu d’expression de la diversité des opinions africaines sans équivalent.

  • 4 Sites les plus nombreux liés au tourisme, à la publicité, à l’influence des multinationales américa (...)

8La thèse prend tout son intérêt dans la partie 3 sur Internet. C’est une étude pionnière très riche et documentée qui offre des connaissances et analyses nouvelles sur cette question très peu travaillée encore à propos des sociétés Africaines. L’auteur souligne bien les disparités géographiques dans la production de contenus. Mais les chiffres bruts sont trompeurs. A propos de la présence du Sénégal sur la toile, il convient de signaler que l’analyse est biaisée si on ne tient compte que des noms de domaine géographiques car les Africains tout particulièrement utilisent beaucoup les noms génériques, « .com » pour les entreprises « .org » pour les ONG. Il n’est pas très légitime de comparer le Sénégal (10 M. d’h.) à la France (62 M. d’h.) quant au nombre de sites ; il faudrait raisonner en termes de taux, x noms ou sites ou utilisateurs pour 100 habitants. A propos de l’évolution du nombre de sites nationaux il faut se poser la question du passage à des noms génériques considérés comme plus prestigieux par les entreprises ? On a ici une très bonne analyse de la relation Etat / citoyen qui se conforme de plus en plus à une relation entreprise / client, le côté pratique et individualiste propre à l’idéologie libérale est partout prégnant plutôt que la mobilisation des citoyens pour un projet de société. Toute l’étude des contenus du web4 est convaincante vue sous le prisme domination et dépendance ; la pauvreté des sites des medias, leur régression même par rapport à la fin des années 90 est d’autant plus nette que les sites des acteurs occidentaux sont devenus plus nombreux et plus performants. L’impossibilité de rivaliser avec les budgets des occidentaux en est la principale raison. L’analyse du modèle de Google, « la loi du plus fort » est très intéressante et a une portée plus large que le cas du Sénégal. Le genre de publicités présentes sur le web sénégalais au-delà de signes de la domination de l’Occident, montre bien aussi l’homogénéisation des références dans un monde globalisé où pour Google et sa régie de publicité, ce qui compte c’est le nombre de personnes qui se connectent en français ; ce sont donc les plus habiles dans ce domaine comme l’UMP, qui sont les plus représentés ce qui exclut les tout petits marchés africains et aussi des expressions de la diversité française bien incapables de lutter contre les stratégies marketing des grosses structures.

  • 5 L’évolution des accès, des usages et des types d’internautes est rapide et pourra faire l’objet en (...)

9Au Sénégal, les inégalités territoriales existent évidemment, mais c’est le pays où les connexions sont les mieux réparties sur le territoire et les moins chères et le nombre de télécentres de loin le plus élevé par rapport à la population. En ce qui concerne le téléphone mobile la couverture du territoire comprend les zones peuplées même rurales et offre de nouvelles possibilités étant donné la structure christalérienne du réseau. On peut s’interroger sur l’avenir radieux d’Internet sur mobile : les avis divergent. Une vision optimiste s’appuie sur l’explosion inattendue de la téléphonie mobile pour affirmer qu’il en sera de même pour l’évolution vers Internet, évidemment dans des proportions moindres ; c’est oublier en effet le rôle du prépaiement, qui correspond à une économie de détail où tout se vend par petites quantités. Pour Internet certes il y a une certaine « immunité » des Sénégalais liée au coût et à la courte durée des connexions. Le haut débit change la donne. A Dakar dans les quartiers de la classe moyenne, le cyber s’incruste dans le paysage et dans les petites villes, il devient le centre de loisirs pour les jeunes le soir qui se cotisent pour les 200FCFA de l’heure à payer pour venir écouter de la musique ou voir des vidéos, en particulier la suite des feuilletons brésiliens les plus populaires. On retrouve là des usages collectifs par petits groupes de 3 ou quatre personnes5.

10La partie sur les limites d’un modèle comparatif qui fait appel aux travaux sociologiques sur les formes d’appropriation et sur la dimension communicationnelle vient nuancer cette impression d’une situation toujours vue comme inférieure, mais l’analyse devrait être plus appuyée sur des données empiriques. L’absence de vision critique des travaux autour des processus d’appropriation, est notable. On pense à tout le travail de Dominique Cardon autour de la notion « d’innovation par l’usage » en filiation avec les travaux de Michel de Certeau mais qui, avec lui débouchent sur l’étude des « innovations ascendantes » produites par les usagers comme les nouveaux modèles de pratiques coopératives ouvertes et partagées nées sur le web, (logiciels libres, encyclopédies ouvertes etc.). Ces pratiques s’opposent au web marchand et amènent à préconiser de faire des télécommunications un bien public mondial. Il est nécessaire de tenir compte des différentes échelles, du global au local dans une approche systémique et pluridisciplinaire qui prenne en compte à la fois les jeux d’acteurs mais aussi la matérialité du phénomène dans un contexte géographique et socio politique donné.

  • 6 Chapitre 10.
  • 7 Voir les travaux de Dana Diminescu du groupe « TIC et migrations » de la MSH à Paris.

11L’étude du rôle des migrants connectés6 est particulièrement intéressante et innovante. Elle montre la créativité des Sénégalais quand ils sont affranchis des obstacles matériels inhérents à la localisation dans le territoire national. L’auteur montre bien la création de ces nouveaux territoires de relation centrés sur une région ou un pays d’accueil ou multipolaires qui transcendent les frontières géographiques mais sans les oublier. La figure du migrant connecté et de la co-présence7, permet de relativiser la question des identités qui peut amener à une vision manichéenne et à trop figer la réflexion.

12Cette analyse vient étayer le fait que les usages du web par les Sénégalais se font selon une dialectique que l’on peut appeler d’extraversion et de recentrage. Alors que les usages des Sénégalais de l’intérieur sont essentiellement tournés vers la recherche d’informations et d’opportunités externes au pays et que les sites crées dans le pays sont plutôt pauvres, avec pour beaucoup de jeunes l’espoir du départ, pour les sénégalais de l’extérieur c’est l’inverse ; leurs pratiques du web tendent à un rapprochement avec le milieu d’origine sous les multiples formes que sont le courrier, les forums, le chat, la lecture des journaux nationaux en ligne et avec ce phénomène nouveau que sont les portails généralistes ou plus ciblés sur une communauté. Une remarque cependant : le rôle du débat politique est évoqué sans peut être que soit souligné suffisamment le niveau élevé de politisation des internautes, reflet de celui des Sénégalais en général. Thomas Guignard insiste sur l’importance de ces portails mais repousse l’idée émise par D. Wolton d’une perte d’identité et de repères. Il montre bien, ainsi, la diversité des pratiques, les internautes étant capables de mobiliser des ressources selon leurs besoins. Il pose enfin une interrogation fondamentale, celle de la dilution, du retrait des médias généralistes traditionnels au profit de nouvelles formes créées par le web.

13Ce travail pionnier, d’une grande qualité au total, fera date dans le champ d’études sur les TIC en tout cas en ce qui concerne l’Afrique.

Haut de page

Notes

1 Thomas Guignard (2007), « Le Sénégal, les Sénégalais et Internet : médias et identité », thèse en Sciences de l’Information et de la Communication soutenue à l’Université Charles de Gaulle Lille 3 le 26 octobre 2007. Le texte se présente en deux tomes, le premier de 400 pages comprenant uniquement le texte, le second les annexes comprenant les très nombreuses illustrations. Thomas Guignard <thomas.guignard@wanadoo.fr>, en ligne sur http://www.africanti.org/IMG/memoires/theseGuignard.pdf

2 Par rapport à l’Afrique se perpétue avec Internet une véritable idéologie de la mission civilisatrice de l’Occident. Voir : les travaux de Gilbert Rist ; le numéro « Les mots du pouvoir, sens et non sens de la rhétorique internationale » de la revue Enjeux de l’IUED.

3 Voir : les travaux du réseau Community informatics.

4 Sites les plus nombreux liés au tourisme, à la publicité, à l’influence des multinationales américaines…

5 L’évolution des accès, des usages et des types d’internautes est rapide et pourra faire l’objet en effet d’un prochain travail.

6 Chapitre 10.

7 Voir les travaux de Dana Diminescu du groupe « TIC et migrations » de la MSH à Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Cheneau-Loquay, « « Internet et le Sénégal : compte rendu de la thèse de Thomas Guignard » », Netcom, 22-1/2 | 2008, 155-158.

Référence électronique

Annie Cheneau-Loquay, « « Internet et le Sénégal : compte rendu de la thèse de Thomas Guignard » », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/2052

Haut de page

Auteur

Annie Cheneau-Loquay

Directrice de recherche au CEAN/CNRS-IEP de Bordeaux, 11 allée Ausone, Domaine Universitaire, 33607 Pessac cedex, responsable du programme Africa’nti (http://www.africanti.org), coordinatrice du Groupe de recherche international Netsuds, (http://www.gdri-netsuds.org), A.cheneau-loquay@sciencespobordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org