Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« TIC, contrôle et contestation en Afrique du Sud post-apartheid : compte rendu de la thèse de Nicolas Péjout »

Annie Cheneau-Loquay
p. 162-165
Référence(s) :

Péjout Nicolas (2007), Contrôle et contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des technologies de l’information et de la communication en Afrique du Sud post-apartheid, thèse de Socio- Economie du Développement, soutenue le 25 Juin 2007, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris. 736 p.

Texte intégral

  • 1 Péjout Nicolas (2007), Contrôle et contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation (...)

1Choisir les TIC comme objet de recherche sociologique parce que c’est un « fait social total », ne va pas de soi. Ces techniques - à la fois objet et outil de recherche - ne sont pas encore intégrées à l’exercice scientifique standard sans doute en partie parce qu’elles exigent d’acquérir des connaissances qui devront évoluer au rythme du changement technique. D’emblée Nicolas Péjout indique dans sa thèse1 qu’il veut banaliser le regard scientifique sur les pays en voie de développement, il récuse avec raison une sociologie qui serait du « développement ». Mais le regard « banalisé » sur un pays africain comporte à l’inverse le risque de gommer les spécificités qui donnent sens à l’analyse.

2Après une introduction décrivant la méthodologie et la problématique, Nicolas Péjout présente un travail original et bien documenté, organisé en trois parties complémentaires, la nouvelle économie Sud-Africaine, le gouvernement et la démocratie électronique, la construction de la société des réseaux. La réflexion s’organise autour d’une question : comment les technologies de l’information et de la communication (TIC) participent elles d’une part aux phénomènes de contrôle, de domination, et de discipline de la société et d’autre part à l’invention d’une dynamique de contestation de ces phénomènes. Il justifie cet angle d’approche par le fait que la promotion des TIC est un axe central de la politique Sud-Africaine dans un pays emblématique du rapport dialectique entre contrôle et contestation depuis trois siècles.

  • 2 « En 1977, seuls les États-Unis et la Grande Bretagne consacrent plus d’argent à l’achat d’équipeme (...)
  • 3 Ce thème aurait pu permettre d’aborder la question des équipements en infrastructures et celle des (...)
  • 4 Economie moderne/économie « informelle, marginalisée, non qualifiée ».
  • 5 « Un pays deux nations », schématiquement nation blanche prospère, noire pauvre.

3Dans la première partie, la nouvelle économie est présentée dans ses différentes acceptions, par rapport au mouvement économique actuel du néo-libéralisme et en référence aux États-Unis. Nicolas Péjout montre bien en quoi consiste la rhétorique autour des TIC en L’Afrique du Sud. Elle est emblématique du discours développementaliste mis en œuvre dans les années quatre-vingt-dix par les États-Unis avec Al Gore et par les organisations internationales. Nelson Mandela a été un des chantres de ce discours Africain, avec une vision mimétique du progrès technique porté par les TIC reprise dans les discours des autres pays (Sénégal, Mali, Cap Vert etc.). L’auteur présente les racines historiques de la nouvelle économie et souligne la précocité de cette construction2, puis montre le degré de sophistication des secteurs industriels concernés. L’analyse se cantonne à l’échelle nationale et l’auteur assume l’absence d’une comparaison avec d’autres pays Africains. Il montre en revanche (chapitre 3) la multiplicité des politiques publiques et l’intérêt des gouvernements national et régionaux pour ces technologies. La multiplication des foyers de TIC (clusters TIC) fait partie de cette politique mais leur nature et leur intérêt ne sont pas précisés d’emblée, on en trouve la définition plusieurs pages après la première mention à propos d’un projet particulier3. A propos de la « durabilité sociale » l’auteur traite remarquablement de l’ancrage social de cette nouvelle économie dans un pays marqué par le dualisme de l’économie4 et de la société5 (chapitre 4). Comment réduire ces distorsions et faire de la nouvelle économie un facteur de croissance et d’amélioration du niveau de vie moyen ? Nicolas Péjout passe en revue les différentes initiatives dans le domaine de l’éducation puis de la formation puis en matière de discrimination positive le « Black Economic empowerment » BEE. Il décrit la panoplie des mesures associant le secteur privé au gouvernement qui tendent à accroitre la participation des noirs à la nouvelle économie. « 62 % des entreprises classées affichent un actionnariat noir inférieur à 5 % ». Dans la main d’œuvre, malgré les efforts préconisés, les noirs et surtout les femmes occupent les postes subalternes dans le secteur des TIC comme ailleurs. L’approche critique de ce système faite dans le pays lui-même est très convaincante, connexion entre la sphère politique et économique, dans un « capitalisme de copains », une nouvelle bourgeoisie noire, un constat qui amène à revoir la politique gouvernementale en élargissant l’émancipation socio-économique des noirs à tous les domaines, en particulier en investissant dans les nouveaux secteurs créateurs d’emplois ; - la sous-traitance pour des entreprises qui délocalisent, - les centres d’appel, - les efforts pour positionner le pays comme pays émergent de l’économie numérique mondiale. Cette partie est très riche d’informations et les analyses sont très bien menées sur ce secteur mais la dialectique contrôle et contestation qui veut structurer la thèse, telle que résumée dans le tableau final n’est pas très convaincante.

  • 6 Multiplication des cartes de tous ordres pour les individus.

4C’est dans la deuxième partie sur la « gouvernance électronique » que la thèse du contrôle et de la contestation prend tout son sens. D’emblée l’ANC (African National congress) le parti de Nelson Mandela, a attribué un rôle éminent aux TIC dans la réorganisation de l’appareil administratif et plus largement dans la construction d’un nouvel État, recherche d’une interopérabilité maximale, centralisation rationalisée, un état sans papier. L’auteur note l’ambivalence des outils ; la dynamique de rationalisation de l’administration par sa mise en réseau aboutit à renforcer la centralisation et donc la dépendance des instances provinciales. Le volet externe de la gouvernance qui concerne la relation avec l’usager va jusqu’à créer des unités de service mobiles dans les zones peu peuplées, parce que, apprend on plus loin, les inégalités de tous ordres dans l’accès obligent à en diversifier les formes. Le gouvernement fournit des informations aux citoyens et organise la participation, options de réactions, collecte d’opinions par des fora ce que Nicolas Péjout étudie ici sous l’angle d’une sociologie politique en ligne. Il y a là un travail très original de l’auteur à propos de trois fora de discussions électronique dans des partis politiques. Il propose un guide d’étude de ces fora mais curieusement pas le résultat de l’analyse elle-même sous prétexte que « elle ne s’intègre pas dans l’espace public comme espace à la fois spécifique et potentiel de contestation du pouvoir légal ». Il montre toute la naïveté réelle ou fausse de croire en une démocratie directe via les fora, « une lubrification des rapports sociaux par le sourire institutionnel » selon la belle expression de Baudrillard plutôt que la création d’un espace public au sens d’Habermas. Après cet exposé factuel des outils d’e-administration on en vient au cœur de la réflexion sur la formalisation et le contrôle étatique par les TIC. La démonstration est remarquablement conduite qui montre d’abord que le projet véritablement totalitaire de contrôle de la population prend sa source dans la politique de l’apartheid avec l’exemple extraordinaire du secteur minier. L’objectif de fond d’une utilisation des TIC en Afrique du Sud et dans le reste de l’Afrique (au Sénégal) est l’espoir de parvenir à « formaliser l’informel » pour le contrôler et le réduire et Nicolas Péjout insiste à juste titre sur le facteur clé que constitue le non enregistrement des activités d’une grande partie de la population. Un des facteurs qui pousse à s’enregistrer est de bénéficier de droits comme la sécurité sociale encore faut-il qu’elle existe. La description fouillée du projet HANNIS de contrôle panoptique de la société (une véritable paranoïa du classement, un encartement6 , de la population) amène l’auteur à s’interroger sur le prix à payer pour un tel gouvernement électronique. Absence de protection de la vie privée, des fichiers interconnectés, commercialisation des données personnelles, volonté de savoir et quête de pouvoir de la part de l’État, la figure du « Big Brother » se profile. Avec Foucault il est souligné ici toute l’importance de l’observation des dispositifs matériels, des instruments, des techniques, pour appréhender les mécanismes fins du pouvoir. La technologie doit bien être regardée dans ses deux acceptions matérielle et idéelle, pas seulement la représentation et le discours mais leurs incarnations dans le réel. Il n’en reste pas moins que c’est la nature du pouvoir, démocratique ou non qui conditionne l’usage qui est fait de ces outils de contrôle.

5Le chapitre 7 sur la gouvernance de ce gouvernement électronique décrit l’État Sud-Africain comme un État « consortium » sous le sceau d’une double privatisation, interne par le biais d’un partenariat public privé pour l’économie des services publics, externe, une toile institutionnelle, avec la mobilisation de réseaux privés pour construire l’architecture de gouvernement électronique. Cette privatisation délégitime l’État, ce qui s’apparente davantage à un gouvernement indirect qu’à une perte de contrôle. Il s’agit bien là de l’élaboration permanente de nouveaux modes de pouvoir et de gouvernance, un produit en réinvention permanente. L’État se réduit selon Nicolas Péjout à une agence de fourniture d’informations de biens et de services, il devient un manager un froid gestionnaire avec une vision commercialisée de l’art de gouverner. Productivité, compétitivité, des clients de services publics au lieu de citoyens, cette nouvelle nature de l’État en Afrique du Sud dépasse ce seul exemple. Un état comptable sans grand projet, un modèle de l’État super marché va bien au-delà de ce cas, c’est en effet le paradigme dominant porté par la diffusion des TIC depuis dix ans et c’est là tout l’intérêt de ce travail à portée plus générale. Pour prolonger et compléter son propos sur l’évolution de l’État Nicolas Péjout s’interroge sur la gouvernance électronique en Afrique du Sud comme modèle et dans son contexte Africain. Mais il n’indique pas nettement que ce pays se pose en leader dans la promotion d’une politique de renaissance Africaine et dans le NEPAD (nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) et aussi dans la gestion des réseaux intercontinentaux. Si l’Afrique du Sud adopte un modèle, « représentation située marquée au sceau de certaines valeurs », il est adapté à deux niveaux, selon l’auteur celui des stratégies (indigénisation) et celui des tactiques (appropriation, endogénéisation). Il pose alors une question de fonds celle de la pertinence donnée à la priorité aux TIC, et au détour on apprend que les conditions de base, électricité et alphabétisation, ne sont pas complètement satisfaites. Une autre question très peu posée, celle de la contribution des Africains au développement des techniques est abordée sous l’angle de l’adoption des logiciels libres et de leur adaptation aux langues locales, ou l’on apprend que 8,6 % des Sud-africains parlent anglais (comme langue quotidienne ?). Sur les manières endogènes de faire, Nicolas Péjout s’inspire de l’approche théorique de De Certeau mais ne développe pas le sujet, en quoi la consommation des TIC est-elle originale, quelles sont les tactiques employées pour le mobile en particulier ? En fait les services de l’administration électronique sont peu utilisés.

6La troisième partie, la construction de la société des réseaux cherche à voir si les TIC sont des outils d’émancipation sociale. La question est traitée sous l’angle micro, par le biais des expressions de l’identité au niveau de l’interaction sociale en ligne dans trois groupes de discussion, d’où il ressort que s’y exprime une forte violence raciale, un défoulement favorisé par l’anonymat de l’internaute. Mais pourquoi ce choix ? Est-ce révélateur de l’insécurité qui règne dans le monde réel ? Est-ce une forme de contestation de l’ordre établi ? Ce matériel est-il fiable pour une enquête sociologique se demande l’auteur ? En effet, ce n’est qu’après qu’est abordée enfin la question de l’accès, à partir d’un échantillon de 210 personnes, la plupart habitant Soweto mais avec des références aussi à d’autres études à l’échelle plus globale. On apprend ainsi que 14 % seulement des Sud-africains âgés de plus de seize ans soit 3,96 millions de personnes utilisent Internet en 2002 dont 6 % seulement sont Noirs. Une analyse de l’usage des outils matériels, clavier, souris, écran à Soweto complété par des portraits d’internautes permet de montrer la dynamique d’apprentissage et les formes d’appropriation. La dernière partie théorique à propos du capital technique de Bourdieu et des « capabilités » de Sen n’est pas très claire, on ne voit pas nettement le continuum avec les idées de Boltanski et sa cité par projets et le diptyque contrôle et contestation apparaît ici artificiel. Pourquoi ne pas avoir étudié plutôt les journaux en ligne et leurs fora ou les modes d’expression en ligne des partis ou les radios interactives pour cerner les modes d’expression de la contestation ?

7Dans l’ensemble en fonction des choix thématiques effectués, il est clair que les TIC servent plus à des fins de contrôle que de contestation en Afrique du Sud mais là n’est pas l’intérêt premier de ce travail. Il réside plutôt dans la richesse de l’appareil théorique qui étaye des analyses empiriques qui mobilisent toute une gamme de connaissances et dépassent le seul cas de ce pays pour une portée plus générale. Cette étude pionnière sur un pays des Suds montre que cet objet d’étude permet d’éclairer d’un jour nouveau le rôle de l’État et les formes de gouvernance qui se développent aujourd’hui pour structurer et contrôler une population surtout avec la marchandisation des activités humaines et la lutte anti-terroriste. Ces outils ne sont pas neutres mais polyvalents. Ils sont trop récents encore pour que les collectifs de citoyens en mesurent bien à la fois les opportunités et les risques et s’érigent-en contre-pouvoirs. De telles approches devraient être multipliées, elles sont encore trop rares, les problématiques sont en effet multiples ; suivre la question des accès et de leurs enjeux pour l’Afrique ; analyser les contenus au travers des sites, observer les évolutions des fractures numériques et des formes de gouvernance, développer des études sectorielles sur la « nouvelle économie » etc. Ce travail d’une grande qualité et originalité devrait faire date.

Haut de page

Notes

1 Péjout Nicolas (2007), Contrôle et contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des technologies de l’information et de la communication en Afrique du Sud post-apartheid, thèse de Socio - Economie du Développement, soutenue le 25 Juin 2007, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris. 736 pages. Nicolas.PEJOUT@eurogroup.fr, thèse en ligne sur http://www.africanti.org/IMG/memoires/thesepejout.pdf

2 « En 1977, seuls les États-Unis et la Grande Bretagne consacrent plus d’argent à l’achat d’équipements informatiques que l’Afrique du sud », p. 113.

3 Ce thème aurait pu permettre d’aborder la question des équipements en infrastructures et celle des complémentarités entre firmes pour plus de performances. Il est bien noté que ces dynamiques génèrent une économie d’enclaves mieux reliée aux flux économiques mondiaux qu’à leur propre environnement local.

4 Economie moderne/économie « informelle, marginalisée, non qualifiée ».

5 « Un pays deux nations », schématiquement nation blanche prospère, noire pauvre.

6 Multiplication des cartes de tous ordres pour les individus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Cheneau-Loquay, « « TIC, contrôle et contestation en Afrique du Sud post-apartheid : compte rendu de la thèse de Nicolas Péjout » », Netcom, 22-1/2 | 2008, 162-165.

Référence électronique

Annie Cheneau-Loquay, « « TIC, contrôle et contestation en Afrique du Sud post-apartheid : compte rendu de la thèse de Nicolas Péjout » », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 09 février 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://netcom.revues.org/2047

Haut de page

Auteur

Annie Cheneau-Loquay

Directrice de recherche au CEAN/CNRS-IEP de Bordeaux, 11 allée Ausone, Domaine Universitaire, 33607 Pessac cedex, responsable du programme Africa’nti (http://www.africanti.org), coordinatrice du Groupe de recherche international Netsuds, (http://www.gdri-netsuds.org), A.cheneau-loquay@sciencespobordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org