Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Internet et la gestion des compétences transférées au Conseil régional de Louga, Sénégal : compte rendu du mémoire d’Aminata FALL »

Jean-Jacques Guibbert
p. 166-168
Référence(s) :

Fall Aminata (2007), Usage des NTIC et développement des collectivités locales : le cas de l’Internet dans la gestion des compétences transférées au Conseil régional de Louga, mémoire de maîtrise de sociologie du développement (Dir. Ibou Sane), Université Gaston berger, Saint- Louis, Sénégal.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fall Aminata (2007), « Usage des NTIC et développement des collectivités locales : le cas de l’Inte (...)

1Les études qui portent sur l’usage des TIC par les collectivités locales en Afrique sont encore rares, d’où l’intérêt du sujet abordé par Aminata Fall1. Ce mémoire pose une série de questions d’actualité. Quels rôles peuvent jouer les TIC dans le cadre de la mise en œuvre des politiques de décentralisation et de transfert des compétences aux conseils régionaux au Sénégal ? Quel est l’apport des TIC dans la transition entre : une période post indépendance d’Etat administrateur et centralisateur et une période de décentralisation qui se caractérise par un nouveau discours sur la gouvernance décentralisée des territoires accordant une large place à « l’auto prise en charge des acteurs » ?

2Dans ce nouveau contexte les TIC et plus particulièrement l’Internet vont être présentées par certains comme un formidable moteur de croissance en multipliant « la portée, la disponibilité et l’impact des informations et des connaissances au profit du développement des communautés ». Les Conseillers et élus régionaux « qui constituent les organes délibérants des collectivités locales », et à qui il revient de mettre en œuvre les compétences transférées par les Etats dans le cadre des politiques de décentralisation, ont-ils su s’approprier ce nouvel outil ?

  • 2 Sont rappelés :
    -l’approche diffusionniste : une approche techniciste, positiviste et linéaire de la (...)
  • 3 Enquêtes auprès de Conseillers régionaux de la région de Louga (30 sur 42) sur les thématiques suiv (...)
  • 4 Ce travail de sociologue qui nous brosse un bon profil des membres du Conseil. Nous sommes en prése (...)

3Après avoir introduit le cadre théorique2 et la méthodologique3 de son travail, l’auteur présente Louga et sa région, ainsi que les compétences et les modalités de fonctionnement du Conseil régional4. Après quoi, elle en vient au véritable apport de son mémoire en déjouant certaines idées reçues sur la base des résultats de son enquête.

4Les conclusions de ce travail sont assez décalées par rapport au discours triomphaliste que l’on entend souvent parmi les responsables des politiques. En voici quelques résultats.

5Une première surprise nous attend quand nous nous interrogeons sur la perception que les conseillers régionaux ont de leur propre rôle. Nous apprenons ainsi que nombre de Conseillers régionaux n’ont pris connaissance de leur rôle, ainsi que de celui du conseil régional, qu’à la suite de sessions de formation destinés à les « responsabiliser ». D’ou cette déclaration d’un Conseiller qui affirme que « c’est lors du séminaire animé par un consultant, un ancien préfet, portant sur le thème ‘Les compétences de la Région à l’aube de la décentralisation et le rôle des conseillers régionaux’ que j’ai vraiment saisi en quoi consistait le rôle de l’élu local et plus précisément du conseil régional. »

6Malgré les efforts déployés en matière de formation en informatique le niveau d’utilisation des TIC et de l’internet est faible. 63 % seulement des conseillers régionaux affirment l’utiliser dont moins d’un tiers d’entre eux dans le cadre de leurs fonctions. Plus d’un tiers des utilisateurs de l’internet ont recours à une assistance (familiale, collègue ou agent du conseil régional, gérant de cybercafé) pour ce faire. Si un bon niveau d’éducation favorise l’usage de l’internet (80 % des conseillers de niveau d’étude supérieure utilisent internet), l’absence d’éducation ne semble pas rédhibitoire (75 % des conseillers régionaux non instruits utilisent l’internet avec l’aide d’une assistance). Si le Conseil régional dispose d’un site web, 10 % des Conseillers régionaux ignorent son existence, et 10 autres % avouent ne pas savoir à quoi il sert. Pour les autres (plus de la moitié) ils considèrent que ce site doit permettre de promouvoir la région et le Conseil régional et faciliter la recherche de partenaires, alors que 43 % pensent que ce site doit servir à informer les populations et 33 % à partager l’information entre conseillers. L’internet est totalement absent de la communication entre les conseillers régionaux et les populations. Ils privilégient à cet effet les réunions et les rencontres (plus de la moitié des échanges), la radio (pour un quart d’entre eux), le téléphone (pour 10 %) et, de manière beaucoup plus occasionnelle, le courrier postal (3 % des échanges). En dehors des réunions et sessions du Conseil régional qui dominent la communication interne, le courrier électronique fait son apparition dans les communications entre les conseillers municipaux. Mais le téléphone reste dans ce cas le mode dominant de communication (27 % des messages envoyés par les conseillers) suivi par le courrier postal, et le courrier électronique (17 % pour chacun de ces outils), la radio étant reléguée en quatrième position avec un modeste 7 %. Pour les conseillers internautes, l’usage de l’Internet est varié. C’est ainsi que si près de 2/3 des utilisateurs utilisent en premier chef le courrier électronique, d’autres usages apparaissent également. S’informer de l’actualité pour 50 % des conseillers internautes, faire une recherche documentaire (43 %), consulter les textes institutionnels en ligne (33 %), chercher des partenaires financiers ou se former en ligne (pour 13 % d’entre eux). Un peu plus de la moitié des conseillers internautes (53 %) se connectent quotidiennement, un quart une fois par semaine et le reste mensuellement ou de façon irrégulière.

7Nous l’aurons compris, les TIC n’ont pas encore bouleversé le mode de fonctionnement et de communication des Conseillers régionaux, l’un d’entre eux affirmant même : « je n’ai aucune notion sur l’utilisation de l’internet et pourtant je gère convenablement ma commission. Toutes les informations dont j’ai besoin pour mener à bien mes activités, je peux les avoir sans recourir à ces technologies. L’idée d’y recourir ne m’a jamais traversé l’esprit. » L’internet semble peu prisé par les Conseillers régionaux de Louga du fait des contraintes matérielles qu’il implique : coût prohibitif (la connexion est d’un prix relativement élevé pour des budgets institutionnels réduits) ; insuffisance de l’équipement des conseillers (non seulement nombre d’entre eux ne sont pas dotés d’ordinateur, mais ne disposent même pas d’une ligne téléphonique) et problèmes récurrents de réseau. Mais ceci ne semble pas l’élément déterminant. Le type d’information (déconnecté des réalités locales) auquel il donne accès ; la langue utilisée (français, quand ce n’est pas anglais, dans une société dominée par les langues nationales comme le wolof) et les difficultés de maîtrise de l’interphase de nombreux conseillers (si 63 % d’entre eux disent utiliser périodiquement l’internet, seuls 40 % le font de manière autonome, les autres nécessitant le recours à une assistance) sont probablement plus graves. Le principal obstacle à l’utilisation d’internet est à rechercher du côté de l’insuffisance et la faible fiabilité des contenus sur le Sénégal, et plus particulièrement ceux concernant la région de Louga, qui sont ceux qui sont le plus recherchés par les conseillers régionaux. On ne s’étonnera pas dès lors de constater que malgré les efforts de formation et de responsabilisation, l’usage de l’internet et l’intérêt manifesté par les conseillers régionaux est faible et que « cet outil n’a pas d’impact notoire dans la gestion des compétences transférées au niveau du Conseil régional ».

8Le travail de Aminata FALL débouche sur un certain nombre de questions essentielles. Celle de l’intrusion encore timide des TIC dans les systèmes locaux d’information et de prise de décision et de leur nécessaire articulation aux autres modalités des sociétés de l’information locales. Celle des conditions, des modalités et du degré, de l’appropriation des TIC par cet étage de la gouvernance décentralisée que constituent les conseillers régionaux ; Celle de l’usage qu’ils font de ces TIC au bénéfice d’une démocratisation ou au contraire d’une élitisation de la scène régionale du développement ?

9Les résultats des enquêtes présentées dans ce mémoire apportent des éléments de réponse à ces questions nous permettant de dépasser les argumentations idéologiques qui caractérisent trop souvent le débat sur les TIC aux Sud.

Haut de page

Notes

1 Fall Aminata (2007), « Usage des NTIC et développement des collectivités locales : le cas de l’Internet dans la gestion des compétences transférées au Conseil régional de Louga », mémoire de maîtrise de sociologie du développement (Dir. Ibou Sane), Université Gaston berger, Saint- Louis, BP 234 Saint-Louis (Sénégal), famina0@yahoo.fr.

2 Sont rappelés :
-l’approche diffusionniste : une approche techniciste, positiviste et linéaire de la communication, qui n’interroge pas l’interaction entre technique et social, entre innovateurs et utilisateurs, et qui constitue encore aujourd’hui l’approche dominante dans le milieu des décideurs et techniciens du développement ;
-l’approche par l’innovation qui mêle intimement le technique et le social, et considère que si les usages des TIC sont « déjà inscrits dans les instruments eux-mêmes et incorporés en eux… (ils sont) également dépendants de la créativité dont font preuve les usagers. » ;
-l’approche « appropriationniste », qui ne considère pas les usagers comme des consommateurs passifs de technologie mais comme les acteurs d’un processus créatif. Le processus essentiel est donc celui de l’appropriation sociale des technologies, fortement marqué par le contexte social, économique, politique et culturel dans lequel elles s’inscrivent, et par le groupe social qui se les approprie.

3 Enquêtes auprès de Conseillers régionaux de la région de Louga (30 sur 42) sur les thématiques suivantes : la formation des Conseillers régionaux ; les moyens logistiques dont ils disposaient ; leur type d’accès à internet ; les obstacles liés à cette utilisation ; les modalités de prise de décision au Conseil régional ; pour déboucher in fine sur une évaluation de l’impact de l’usage des TIC dans la gestion des compétences transférées de la région de Louga.

4 Ce travail de sociologue qui nous brosse un bon profil des membres du Conseil. Nous sommes en présence d’une élite masculine, plutôt âgée de notables locaux. Le conseiller est majoritairement un homme (90 % des conseillers), d’âge mur (70 % ont plus de 50 ans), polygame (53 %) et mouride (56 %), bénéficiant d’un niveau d’instruction nettement plus élevé que la moyenne régionale (63 % des conseillers ont engagé une formation supérieure et 16 % une formation secondaire), même si une forte minorité de conseillers est analphabète (13 %) ou n’ont reçu les rudiments d’une éducation primaire (7 %).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Guibbert, « « Internet et la gestion des compétences transférées au Conseil régional de Louga, Sénégal : compte rendu du mémoire d’Aminata FALL » », Netcom, 22-1/2 | 2008, 166-168.

Référence électronique

Jean-Jacques Guibbert, « « Internet et la gestion des compétences transférées au Conseil régional de Louga, Sénégal : compte rendu du mémoire d’Aminata FALL » », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 09 février 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://netcom.revues.org/2045

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Guibbert

LISST/CIEU UTM, Toulouse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org