Navigation – Plan du site

Le rôle des initiatives privées dans le développement des TIC à Ziguinchor

Dieng Mbaye
p. 73-86

Résumés

La ville de Ziguinchor appartient à la région la plus isolée sinon la plus lointaine des régions administratives du Sénégal. Dans cette zone périphérique, enclavée et coupée du reste du pays par un territoire étranger, la Gambie, en proie à un conflit armé depuis deux décennies, il n’y a pas eu d’initiatives notables de l’Etat, ni de la coopération internationale pour le développement de l’accès public aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Ce sont des entreprises privées qui ont mis sur pied des points d’accès aux TIC. Parmi celles-ci, Sud Informatique est l’une des plus importantes et sa réussite a permis à d’autres de s’implanter. Du centre historique de la ville à la périphérie, télécentres et cybercentres apparaissent et deviennent des éléments forts de la structuration de l’espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 ADSL : Asymetric Digital Subscribe Line en anglais, mais la définition française est « Ligne d’abon (...)
  • 2 Olivier Sagna (2006), « la Marche du Sénégal vers la société de l’Information (1996-2006) », Actes (...)
  • 3 SONATEL : Société Nationale de Télécommunication dont les marques commerciales sont passées Orange (...)

1Le Sénégal est, parmi les pays d’Afrique de l’Ouest, l’un de ceux qui accordent une grande importance au développement des techniques d’information et de communication (TIC). Les efforts du pays portent sur la modernisation et le développement des infrastructures et des services de télécommunication, la multiplication des radios privées, l’accès à l’Internet à haut débit (l’ADSL)1 généralisé depuis juin 2004, la baisse continue des coûts de raccordement au téléphone et celle des communications2. Aujourd’hui, au Sénégal, 18 500 télécentres comptant 25 000 lignes téléphoniques, ont créé 30000 emplois et généré 50 milliards de francs CFA de recettes, soit 33 % du chiffre d’affaires de la Sonatel3. Cependant, l’essentiel des initiatives visant à promouvoir l’usage des TIC et à faciliter les dispositifs d’accès au plus grand nombre est l’œuvre du secteur privé et souvent du milieu informel. En effet, elles reposent pour une bonne partie sur l’action de personnes particulièrement motivées qui ont très tôt compris leur utilité et qui ont su adapter leur action à un contexte particulier, comme c’est le cas de l’entreprise SUD Informatique.

Ziguinchor, de l’enclave au réseau

  • 4 L’instabilité politique de la région avait fait fuir tous les organismes de coopération. Avec « le (...)

2A Ziguinchor, le développement des TIC ne doit rien aux associations ou à la coopération internationale4. Il est passé par la réussite d’un opérateur privé qui a eu un effet d’entraînement sur d’autres acteurs. C’est ce qui semble expliquer que dans cette ville, structures de formation en informatique, télécentres, cybercentres et boutiques de revente de matériels informatiques ont essaimé aussi rapidement et font désormais partie du paysage urbain.

  • 5 Jean Claude Bruneau (1979), « La croissance urbaine dans les pays tropicaux : Ziguinchor en Casaman (...)
  • 6 Rapport de l’Agence Nationale de la démographie et la statistique (ANDS) 2004.

3Ziguinchor est une ville sise dans une région très particulière, marquée par un enclavement territorial et une situation géopolitique de « ni paix ni guerre ». La ville compte 161 530 habitants au recensement de 2002. L’analphabétisme touche 53 % de la population urbaine même si les taux bruts de scolarisation tournent autour de 88 % en 2004. L’économie est dominée par le secteur agricole (72 % de la population active). Alors que la population urbaine a presque triplé en moins de trois décennies (elle était de 70 000 habitants en 1973)5. La faiblesse du tissu industriel régional et l’absence d’activités de substitution aggravent le sous-emploi dans la population active urbaine. En 2004, le taux de chômage à l’échelle régionale était de 64 %6 de la population active contre 60 % à l’échelle nationale.

  • 7 Voir Carte de situation (1).
  • 8 Le 26 Septembre 2002, le bateau le Diola qui assurait le seul lien maritime entre la région de Zigu (...)
  • 9 Annie Chéneau-Loquay (1988), « Les relations entre l’Espace et l’Energie en Casamance », In Les rel (...)

4Ziguinchor est coupée du Sénégal par l’enclave gambienne. Les liaisons terrestres7, aériennes et maritimes8 avec le reste du pays sont très difficiles. En réalité, ce manque d’intégration dans l’ensemble national positionne Ziguinchor dans une situation périphérique par rapport aux pôles essentiels d’activités économiques du Sénégal : Dakar et la région du Cap Vert9. En plus, cette ville subit les conséquences socio-économiques d’un long conflit de séparation (depuis 1982) qui a fini par traumatiser toute une région.

5Toutefois, alors qu’en raison de ces caractéristiques, on pourrait s’attendre à un retard en matière de diffusion des TIC, cette ville s’aligne de plus en plus sur les autres villes sénégalaises qui ont bénéficié d’un ambitieux programme de modernisation des infrastructures de la part de l’opérateur historique de téléphonie, la Sonatel.

Carte 1 : Situation Géographie de Ziguinchor

Carte 1 : Situation Géographie de Ziguinchor

Le réseau sénégalais de communication.

Dieng Mbaye, mars 2007.

La multiplication des télécentres et cybercentres à Ziguinchor

  • 10 Cf Ibrahima Sylla (2005), Télécentres et cybercentres à Ouagou Niayes, Mémoire de D.E.A., Universit (...)
  • 11 Annie Chéneau Loquay 2000 et 2004.

6« Télécentres » et « cybercentres »10 se révélant comme les principaux moyens de diffusion des TIC en Afrique de l’Ouest11, il est ici important de les considérer comme objets spécifiques tout en précisant ce que l’on entend par ces expressions.

7Le télécentre est un lieu où sont mis à la disposition du public plusieurs lignes de téléphone et éventuellement divers services annexes alors que le cybercentre désigne un lieu d’accès pour tout public désireux d’utiliser Internet et le multimédia. Cependant, il y a une certaine diversité dans les espaces occupés par ces structures en fonction des moyens financiers dont dispose le promoteur. Parfois, les propriétaires de télécentres offrent en plus de l’accès au téléphone, la possibilité de connexion à Internet grâce à l’exploitation de quelques ordinateurs et au-delà, grâce à l’offre de services liés à la bureautique et au secrétariat.

8A Ziguinchor comme dans le reste du Sénégal, le mode d’accès aux outils de télécommunication est essentiellement collectif En 1992, la Sonatel avait décidé d’expérimenter l’exploitation de quatre télécentres gérés par des acteurs privés. Mais c’est l’année 1993 qui va constituer le véritable point de départ des télécentres. La société des télécommunications laisse l’exploitation des lignes téléphoniques à des entrepreneurs privés répondant à des critères bien précis sous l’appellation de télécentre.

9Le télécentre se présente ainsi comme un local souvent en location, objet d’une occupation privative, spécialement aménagé pour vendre des services de télécommunications. Au-delà du téléphone public, le télécentre propose un fax, parfois un ordinateur, une imprimante et une photocopieuse. Le phénomène télécentre s’est rapidement diffusé et a acquis une ampleur surprenante. Dès leur ouverture, « ils ont remplacé les cabines téléphoniques publiques peu nombreuses parce que relativement coûteuses et par ailleurs régulièrement endommagées lors des manifestations de rue organisées à l’occasion de protestations politiques et sociales » (Olivier Sagna, 2000).

10L’unité téléphonique de base est vendue par la Sonatel à 50 FCFA hors tva. L’exploitant fixe son prix de revente en fonction de la concurrence mais aussi des charges de fonctionnement qui sont le plus souvent réparties comme suit : loyer, électricité, rétribution d’un gérant souvent lié au propriétaire par la famille (femme, enfant, neveu et très souvent c’est la population féminine qui est employée dans la gestion). Cependant, le prix de revente de l’unité ne peut pas dépasser 105 FCFA. Les premiers exploitants de télécentres au Sénégal étaient des fonctionnaires partis volontairement à la retraite dans le cadre de la politique dégressive de la fonction publique sénégalaise menée sous le contrôle de la Banque Mondiale et des autres institutions financières. Ils réinvestissaient leurs indemnités dans l’ouverture de télécentres.

11Au niveau de Ziguinchor, les lignes téléphoniques individuelles sont insuffisantes. Selon la Sonatel, il en existe 8207 (en 2004) dans toute la région alors que le nombre de télécentres en octobre 2004 était de 272 dont 89 pour la seule ville de Ziguinchor à cette date. On note également que 63 % de ces boutiques sont concentrés dans le quartier de l’Escale et la zone intermédiaire de Santhiaba où se trouve le marché Saint Maur des Fossés contre 37 % dans les zones périphériques. Cette répartition spatiale nous montre une inégalité dans l’accès au téléphone car si, dans le centre-ville, il est possible de voir deux télécentres qui sont distants de 20 mètres, dans la périphérie la distance est en moyenne d’environ 500 mètres.

  • 12 Thomas Guignard, « les accès publics à Internet au Sénégal : une émergence paradoxale. », In Mondia (...)

12Dans son étude sur les usages d’Internet au Sénégal en 2003, Thomas Guignard écrivait : « le phénomène Internet au Sénégal, importé par les occidentaux et la diaspora, emprunte trop souvent les mêmes terminologies que les Etats-Unis ou l’Europe sans prendre en compte les spécificités locales. Ainsi, la notion de« cybercafé » ne s’applique que très rarement dans le paysage des points d’accès à Internet sénégalais. En effet, cette définition renvoyant à la notion de café avec possibilité de commander diverses boissons, s’oppose à une large majorité des établissements sénégalais qui ne proposent que rarement ce type de prestations »12. Ainsi au terme de cybercafé, nous préférons celui de cybercentre qui désigne un endroit où en plus de la connexion Internet, le client peut s’attendre à trouver d’autres services allant du téléphone à la bureautique et au secrétariat. C’est un lieu public équipé d’ordinateurs offrant l’accès aux applications du multimédia et aux réseaux le tout animé par une équipe.

13Il s’agit généralement de petites structures qui emploient peu de personnes (2 à 3 au maximum) avec des horaires d’ouvertures très variables (8h à minuit) suivant les secteurs où ils sont implantés. Dans un premier temps, les cybercentres se sont développés dans les zones économiquement viables avant de s’étendre dans les quartiers populaires. Enfin, le mot « cybercentre » est celui que l’on rencontre le plus fréquemment sur les enseignes commerciales et la signalétique urbaine.

La formation des acteurs et des usagers aux TIC

14L’évolution de la formation professionnelle à Ziguinchor a connu des hauts et des bas. Le modèle scolaire sénégalais ayant toujours privilégié l’enseignement général, un mouvement de rupture s’opère avec le développement de l’enseignement professionnel et technique. L’étroitesse du marché du travail pour les anciennes filières de l’enseignement, exigeait un renouveau, celui de faire des cursus courts et très professionnels.

  • 13 Société Nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal. Cette entreprise implantée dans l (...)
  • 14 Société spécialisée dans la pêche et la transformation des produits de la mer. Depuis la crise surv (...)

15En dehors des structures étatiques comme l’école de formation agricole de Djibélor et le centre de formation et de promotion féminine (CRETF), les premières structures de formation professionnelle de la région intervenaient dans des domaines d’activités pas forcément liées aux TIC. C’est le secteur privé qui a le plus développé ce créneau des TIC avec notamment l’Institut de formation professionnelle de Dakar (IFP), qui a tenté de mettre en place une structure qui faisait des cours par correspondance avec une formation théorique basée sur la programmation informatique à la fin des années 1980. A partir de 1990, la Société pour la Promotion des Services de l’Informatique (SOPRESI) s’occupait de la maintenance et offrait des prestations de service en bureautique (traitement de texte, gestion de base de données, tableurs) à destination des administrations et des organisations non gouvernementales. On peut retenir aussi les expériences des sociétés de la place (la SONACOS13 et les chaînes hôtelières le DIOLA, les industries de la pêche comme la SOSECHAL14) qui se sont initiées à la micro-informatique.

16Petit à petit ces structures de prestations ont essayé de vendre du matériel informatique, d’initier les jeunes et les travailleurs des entreprises à l’usage des micro-ordinateurs, participant ainsi à la prise de conscience de l’importance que pouvait avoir l’informatique dans les décisions, dans l’investissement au niveau de l’entreprise et dans la vie socio professionnelle.

  • 15 Pour le cas de l’école de Sud Informatique que nous connaissons mieux.

17Les filières proposées par l’ensemble des écoles de formation tournaient jusqu’à une époque récente autour des métiers du secrétariat et de la bureautique qui attiraient surtout les femmes (63 % des élèves en 2002)15. Ces formations requièrent le minimum en informatique à savoir l’initiation à Word, Excel, et Windows après l’apprentissage de la compréhension et de l’utilisation d’un clavier d’ordinateur.

18Sud Informatique a créé un centre de formation en 1994 où de 1994 à 2006, 1528 diplômés ont été formés. Sur ces 10 ans on note un déclin des branches traditionnelles de la formation professionnelle comme la comptabilité et le secrétariat. La formation par modules et le diplôme de technicien informatique attirent le plus d’étudiants avec 89 % des effectifs attestant au passage de l’importance des métiers liés aux TIC.

L’échec scolaire principal facteur d’émergence d’un marché

  • 16 Cheikh Guèye (2003), « Enjeux et rôles des NTIC dans les mutations urbaines : le cas de Touba », In (...)

19Avec la saturation du marché traditionnel de l’emploi, les nouvelles filières comme l’informatique se présentent comme une alternative crédible à l’échec scolaire car l’ordinateur prend de plus en plus d’importance dans les entreprises, dans l’administration et dans l’organisation des sociétés urbaines16. Mais le facteur essentiel pour l’engouement pour la formation professionnelle dans la ville de Ziguinchor est plus lié à l’échec scolaire des jeunes bacheliers originaires de la région qu’à ce désir de se spécialiser dans les métiers de l’informatique.

20Une fois à Dakar, beaucoup de jeunes originaires de Ziguinchor se trouvent confrontés aux difficultés d’une insertion sociale et ne parviennent pas à faire un cursus scolaire normal. En dépit de la tradition d’encadrement scolaire dans la région de la Casamance, 70 % des jeunes finissent par échouer et reviennent à Ziguinchor : ces jeunes désœuvrés et exclus du système universitaire veulent une formation. La demande sociale est donc forte.

21Face à l’exclusion d’une partie de la population, dans un espace de plus en plus ouvert où la demande est forte, plusieurs structures émergent et investissent le créneau de la formation en informatique et font concurrence à Sud Informatique. C’est le cas par exemple du centre pour la promotion de l’informatique en Casamance (CPIC). En plus, de simples acteurs locaux munis de leur connaissance deviennent des formateurs pour des particuliers. C’est surtout le cas de jeunes étudiants qui profitent de leurs vacances scolaires pour donner des cours et qui, parfois même, se retrouvent employés dans les Cybercentres ouvrant timidement mais sûrement le marché de la formation professionnelle dans toute la ville de Ziguinchor et au-delà, dans toute la région.

22Cependant les freins au développement de la formation en informatique dans la ville sont nombreux. Le secteur se heurte à des contraintes inhérentes soit aux acteurs, soit aux équipements et à l’environnement : la faiblesse du parc informatique et surtout sa vétusté en plus de l’amateurisme constituent autant de facteurs limitant le développement de la formation professionnelle.

  • 17 Un euro équivaut sensiblement à 655,56 francs CFA.

23Un autre frein, non des moindres, est lié aux coûts de formation. Ceux-ci sont souvent exorbitants pour les revenus des populations locales, ce qui limite l’impact de telles formations. Par exemple chez Sud Informatique, pour une année de formation en diplôme de technicien en informatique, le coût mensuel est de 12000 FCFA17, sachant que le SMIC sénégalais est à 40000 FCFA en moyenne. Cette situation explique que seule une certaine couche de la population puisse accéder à ces formations et prétendre à un emploi dans le secteur des TIC.

24Cependant, quelle que soit la place de la formation aux TIC au niveau des écoles et des différentes structures de formation, on peut établir un constat : ce n’est pas elle qui constitue le moteur principal de la diffusion des TIC et de leurs usages dans la population. Liée à des stratégies scolaires ou d’insertion professionnelle, elle ne concerne qu’une minorité d’individus. En fait, le premier accès aux TIC se fait dans les télécentres et les cybercentres.

25Dans le cadre de cet article, nous avons choisi de présenter deux exemples : le cybercentre de Sud Informatique en plein centre-ville et celui de Lyndiane dans la proche banlieue.

Le marché de l’accès aux TIC à Ziguinchor

Une entreprise privée pionnière dans la région

26Sud Informatique est une entreprise crée en 1990. Son secteur d’activités est le secteur des technologies de l’information et de la communication. Elle déploie son activité dans différents domaines : en plus d’un institut de formation professionnelle, Sud Informatique dispose d’un télécentre, d’un cybercentre, d’un espace bureautique et secrétariat, et revend du matériel informatique dont la maintenance est garantie par la direction.

  • 18 PRIMOCA : Projet de Développement Agricole de la Moyenne Casamance financé par la coopération itali (...)
  • 19 Entretien réalisé le 26 mai 2006 à Ziguinchor.

27Sud Informatique est née de la volonté d’un spécialiste du développement rural. Selon son directeur-fondateur, l’établissement du groupe à Ziguinchor se justifie par le fait que cette ville est le meilleur point de convergence entre le développement rural et les TIC : « J’ai travaillé au Primoca18 en tant que technicien agricole mais ma passion pour tout ce qui touche à l’astronomie et l’informatique est sans limite. Forcément je savais que ma voie se trouvait dans ce secteur et que le terrain de la Casamance était propice et favorable. Je me suis perfectionné avant de démissionner et de lancer tout seul l’aventure Sud Informatique »19.

28L’itinéraire de cette personne est loin de celui de beaucoup de chefs d’entreprise qui ont investi le secteur sans connaissances préalables dans les TIC. Entre 1981 et 1992, il faisait de la maintenance et de la programmation. Ses services étaient exclusivement réservés aux divers organismes et ONG (organisations non gouvernementales) qui travaillent dans le secteur agricole. Mais la logique de développement des infrastructures et la libéralisation du secteur des télécommunications à partir de 1992, ont beaucoup influé sur la création de Sud Informatique en 1992 sous forme de SARL.

29Après son télécentre, Sud informatique va développer très tôt le premier cybercentre en dehors de Dakar et ceci dès 1998. Dès le début, Sud Informatique veut s’ériger en pôle de promotion des TIC dans toute la région méridionale et met au centre de son action sa capacité à adapter au niveau local les innovations. Sa stratégie repose sur la diversification de ses activités dont la pérennisation reste liée à son expertise. Une nouvelle conception de l’entreprise se développe car au lieu de juxtaposer les activités, l’expertise technique doit garantir la qualité du service offert. A priori, il semble que le groupe Sud ait suivi la marche inéluctable de la modernisation des offres de services et d’équipement liés aux TIC.

  • 20 Interview du directeur en date du 26 Mai 2006.

30Sud Informatique veut d’abord répondre à la demande croissante de formation exprimée autant par les populations que par les structures non gouvernementales de la région. L’objectif comme le dira son directeur20 est « de permettre à ces jeunes de ne plus éprouver le besoin de partir pour se former dans les nouveaux métiers ».

31Il est difficile d’apprécier le rôle de Sud Informatique dans le développement des télécentres à Ziguinchor. Cependant, il faut souligner l’audace et l’imagination de son promoteur qui a décidé de tourner le dos aux circuits traditionnels d’investissement économique. Sud informatique s’investit dans cet espace ouvert par l’Etat et le marché. Son expérience reste reconnue de sorte qu’en plus de présider l’association des exploitants de télécentres de la région, le directeur de Sud Informatique est souvent sollicité et consulté pour toute opération dont l’objectif est de promouvoir les TIC dans la région.

  • 21 Voir le travail de Sylla Ibrahima en maîtrise : « Approche géographiques de l’appropriation des NTI (...)
  • 22 Il refuse de communiquer son chiffre d’affaires. Sachant qu’en plus du directeur général, Sud Infor (...)
  • 23 Entretien réalisé le 26 mai 2006.

32Toutefois, dans le contexte de guerre des prix21 qu’impose la concurrence, les prix de l’unité téléphonique à Sud informatique restent inchangés (100 FCFA). La raison tient au fait que, selon son directeur, « nous ne comptons pas uniquement sur le télécentre… Sa part dans le chiffre d’affaires22 de la boite est très dérisoire. Nous le gardons uniquement afin de permettre à ceux qui viennent dans la boutique de pouvoir accéder au téléphone et de l’utiliser au besoin »23. De deux cabines à ses débuts, Sud ne dispose plus que d’un seul point d’accès au téléphone dans un local qu’il partage dorénavant avec un point d’accès à Internet.

Le premier cybercentre de la ville, le deuxième à l’échelle du Sénégal

  • 24 Premier cybercentre de l’Afrique de l’Ouest ouvert à Dakar le 03 Juillet 1996.
  • 25 A cette époque, la Sonatel baissait ses tarifs téléphoniques de moitié à partir du soir.

33Dans la ville de Ziguinchor, tout commence donc avec Sud Informatique qui a ouvert dès 1998 le premier espace d’accès public à Internet dans le même local que le télécentre en plein quartier des affaires de l’Escale. En dehors du Métissacana24 à Dakar, le second cybercentre du Sénégal est celui de Sud Informatique à Ziguinchor. Installé en plein centre-ville sur la principale rue commerçante (rue Javelier), cette structure capte la clientèle étrangère habituée à l’usage de ces technologies et qui séjourne dans les hôtels du centre-ville. L’aventure du cybercentre a débuté avec quatre ordinateurs en 1998, connectés grâce au réseau téléphonique commuté (RTC) avec un modem de 56 KBits par seconde. Sud Informatique n’offrait à cette période à ses abonnés que la consultation du courrier électronique et ceci à des heures définies25. Avec les adresses courriels de ses abonnés, Sud informatique imprimait les messages et ceux-ci passaient les récupérer le lendemain. Seule la messagerie était possible. La clientèle était surtout composée des agents de l’administration, des organismes internationaux de la région. L’heure de connexion était de 3500 FCFA. Sud Informatique s’est équipé d’un routeur à la fin de l’année 1998, et s’est connecté au Réseau numérique à intégration de services (RNIS), il est alors pour la même période le seul fournisseur d’accès de toute la région.

34Son rôle devient dès lors déterminant dans la pénétration d’Internet dans la ville de Ziguinchor et dans le reste de la Casamance. Mais depuis juin 2004, avec l’arrivée de l’ADSL, Sud Informatique s’est désengagé de son rôle de provider car cette activité n’était plus rentable. Le développement de l’ADSL ouvre une nouvelle ère avec l’émergence de nouveaux cybercentres dans l’espace communal. En effet, à la différence du télécentre, il n’est pas besoin d’autorisation ou d’agrément pour ouvrir un cybercentre. Il suffit uniquement qu’une personne physique ou morale dispose d’un local et d’un équipement de base à savoir des ordinateurs, une ligne téléphonique, un modem et un abonnement chez un fournisseur d’accès, pour ouvrir un cybercentre. Avec ce système et l’image de rentabilité que pouvait donner Sud informatique aux potentiels propriétaires, les cybercentres se sont étendus dans l’espace urbain de Ziguinchor (Carte 2). Dans tous les quartiers on dénombre au moins l’existence d’un cybercentre. Ces points d’accès étaient au nombre de onze (11) en Octobre 2006 dans la ville.

Carte 2 : Distribution spatiale des cybercentres

Carte 2 : Distribution spatiale des cybercentres

Répartition spatiale des cybercentres dans l’espace communal de Ziguinchor en octobre 2006.

Dieng Mbaye, mars 2007.

Un cybercentre dans un quartier populaire : l’exemple de Lyndiane au Sud- ouest de la ville

  • 26 Pendant cette guerre d’indépendance, Ziguinchor a servi de base de repli aux combattants du PAIGC ( (...)
  • 27 Rapport de l’agence nationale de la statistique et de la prévision en 2004.

35Le quartier Lyndiane est situé dans la périphérie Sud-ouest de Ziguinchor. Il s’agit d’un quartier récemment peuplé conséquence de l’explosion démographique de la ville. Beaucoup de ses habitants sont venus avec la guerre d’indépendance de Guinée Bissau26 et y sont restés. Ce quartier abrite une part importante de migrants ruraux aux dates d’implantation ancienne ou récente. Leur présence a eu une forte empreinte sur la structuration de l’espace qui reproduit les formes d’occupation connues dans les campagnes. La particularité démographique de ce quartier est la dominance féminine (51 %) et celle importante des enfants de moins de 4 ans qui constituent près de 18 % des populations. Les biens de confort, selon les données statistiques27 (moins de 5 % pour chaque indicateur sauf pour l’électricité), ne sont pas encore entrés dans les mœurs des populations. Fonctionnellement ce quartier est défavorisé du fait de la faible présence d’infrastructures économiques, de services à caractère sociaux et d’équipements publics (électricité, eau et téléphone). Dans cette zone défavorisée, les populations peuvent-elles tirer avantage d’une connexion à Internet d’une façon réellement utile et efficace ?

36La réponse n’est pas aisée mais c’est dans ce contexte que le cybercentre de Lyndiane a vu le jour sur l’initiative d’un jeune comptable au chômage. Au départ son idée était de créer un groupement d’intérêt économique (GIE) destiné au gardiennage. Mais devant le refus de l’administration territoriale de lui délivrer un agrément, il s’est tourné vers le cybercentre. Il a commencé avec un simple ordinateur et une imprimante qui lui permettaient de faire accessoirement de la bureautique. Par la suite il a bénéficié d’un prêt de 1 million de FCFA de la part d’un immigré pour acheter trois autres ordinateurs. Après le remboursement de la dette, un autre prêt de 1,4 million FCFA lui fut consenti pour l’achat d’autres machines. Aujourd’hui le cybercentre a pu se développer et dispose de douze machines. Fait notable, il achète son matériel informatique chez Sud Informatique qui lui assure la maintenance en même temps. Ses ordinateurs sont de vieilles machines qui ont théoriquement dépassé leur durée de vie.

  • 28 L’ONG Humanitarian Technopole a équipé le lycée de Ziguinchor afin de permettre aux élèves de s’ini (...)

37La structure est très fréquentée surtout par les jeunes élèves qui viennent passer leur après-midi du mercredi, samedi ou dimanche. D’après un des jeunes sur place depuis qu’ils ont découvert l’ordinateur à l’école28, ils sont devenus de fidèles clients de la structure. Devant la difficulté à déterminer le créneau d’investissement idéal, beaucoup de promoteurs se lancent dans le marché des cybercentres. Cette situation explique en partie leur mise en péril.

Les cybercentres : le développement d’un marché de l’occasion

38Il existe de grandes différences entre les cybercentres. Si de manière générale, il y a une certaine sobriété dans l’équipement, pour exister dans cet espace concurrentiel, la qualité du service offert surtout dans le quartier Escale est un moyen de fidélisation de la clientèle. Sur cette même rue Javelier, à moins de 80 m des locaux de Sud Informatique est installé le second cybercentre de la ville en termes de nombre d’ordinateurs connectés à Internet (18). Cette enseigne pratique des prix très bas (200 FCFA l’heure de connexion). Ainsi, de quatre ordinateurs à ses débuts, le cybercentre est entièrement rénové. On compte 20 ordinateurs neufs contrairement aux autres cybercentres où la culture du recyclage permet de disposer de quelques postes connectés à Internet. Avec de larges plages horaires (8H 23 H), ce cybercentre met à la disposition de sa clientèle du matériel neuf et performant avec des installations confortables comme la climatisation des lieux et la possibilité d’utiliser une webcam et un casque pour la messagerie spontanée.

  • 29 Anaïs Lafitte (2001), Les télécentres du plateau : enquêtes sur les lieux et les usages de l’Intern (...)

39Ce minimum de confort est totalement absent dans les nombreux cybercentres installés dans les quartiers populaires (Boucotte, Lyndiane où l’électrification n’est pas achevée) de la ville. Il existe de plus en plus de cybercentres qui fonctionnent sous la forme de boutiques où il est possible de tout trouver (téléphones, possibilité de souscrire à un abonnement, vente de produits alimentaires, mercerie …etc.) comme le montre l’étude d’Anaïs Lafitte (2001)29 à Dakar. Les locaux sont moins spacieux et moins confortables, les ventilateurs remplacent la climatisation, le nombre d’ordinateurs y est plus réduit (8 au maximum), le matériel est vétuste mais les prix sont cassés jusqu’à 200 FCFA l’heure. Pour la plupart, ces cybercentres sont situés dans les quartiers populaires et ont acquis le plus souvent du matériel informatique type Pentium 2 et 3 chez Sud Informatique qui en retour assure l’entretien pour une durée de 2 ans.

Conclusion

40Les actions menées par le groupe Sud informatique pour la promotion des nouvelles technologies à Ziguinchor, donnent des échelles d’appréciation différentes et variées. En effet, le rôle des acteurs locaux est un levier très important. Le groupe Sud Informatique se présente comme « le creuset d’expression des innovations technologiques à Ziguinchor » et au-delà de toute la Casamance selon le directeur de la structure. Dans une ville où les taux de chômage sont importants (64 % de la population active en 2004 selon la direction de la statistique et de la prévision du Sénégal), l’impact économique des points d’accès public aux TIC en termes de création d’emploi est significatif. A Ziguinchor, comme partout ailleurs au Sénégal, la gestion d’un télécentre ou d’un cybercentre requiert au moins deux employés qui se relayent. Ouvert généralement de 8 heures à minuit et parfois au-delà, ces postes de travail sont réservés à une main d’œuvre jeune.

41Se pose un vrai sujet tabou en ce qui concerne la rentabilité financière de ces petites structures spécialisées dans l’accès aux technologies de l’information et de la communication. Si dans la majorité des cas il y’a un refus à donner les chiffres d’affaires autant pour les télécentres que pour les cybercentres, le profil des propriétaires montre une grande diversité sociale qui va du fonctionnaire au diplômé chômeur.

  • 30 1 euro équivaut à 656 francs Cfa.

42Dans un environnement effervescent et concurrentiel, l’amateurisme caractérise la gestion des télécentres et des cybercentres, et un marketing intuitif guide la logique de leur développement. Sans étude préalable de marché et sous l’impulsion de la concurrence, de 100 FCFA30 au début, l’unité de communication téléphonique est passée à 70 FCFA en moyenne sans que les charges de fonctionnement n’aient baissé.

  • 31 Paul Sédar Ngom qui nous avait donné ces informations en 2004 nous a reçu pendant cette période pou (...)

43En Avril-Mai 2006, lors de notre passage sur le terrain un grand nombre de télécentres (21 sur 82) avait fermé surtout dans la zone intermédiaire et dans la proche périphérie de la ville. Dans ces deux secteurs de la ville, le taux de fermeture représente 66 %. Le responsable du développement des télécentres et cybercentres de la Sonatel s’expliquait la faillite de ces petites structures en ces termes « ceux qui s’en sortent, ce sont réellement les propriétaires qui ne louent pas de local, n’emploient pas de gérants et enfin ne paient pas l’électricité. Face à cette concurrence, vouloir vendre l’unité téléphonique à 65 FCFA au public alors qu’elle ne coûte pas moins de 55 FCFA au niveau de la Sonatel, il faut vraiment vendre beaucoup d’unités et ne pas avoir de charge31 ».

44Cependant, le profil du propriétaire de Sud Informatique laisse penser qu’il jouit d’une certaine aisance financière et sociale. Si Sud Informatique répond inlassablement que le cybercentre et le télécentre sont aujourd’hui des activités annexes par rapport aux autres, les informations recueillies permettent d’affirmer que ces activités génèrent des bénéfices substantiels contrairement aux autres entrepreneurs qui ne disposent pour la plupart que d’un cybercentre associé souvent à un télécentre. En plus d’être le principal fournisseur en ordinateurs pour la plupart des cybercentres, Sud informatique se lance dans l’équipement des ménages par la vente d’ordinateurs recyclés. Avec l’ouverture du marché à l’importation massive d’ordinateurs d’Europe et des Usa, Sud informatique veut réussir le pari de l’équipement des ménages suivant un paiement échelonné. Cette activité de revente d’ordinateurs d’occasion a stimulé à son tour le développement des métiers liés à l’entretien et à la réparation des machines.

45La diversification des activités montre que pour générer des emplois et perdurer dans le domaine des TIC, une vision futuriste et de l’audace sont plus que nécessaires. La réussite de Sud Informatique dans un milieu aussi enclavé et défavorisé permet de voir l’avenir des TIC dans ces régions suivant des perspectives nouvelles.

Haut de page

Bibliographie

BRUNEAU J.-C. (1979), « La croissance urbaine dans les pays tropicaux : Ziguinchor en Casamance, une ville moyenne du Sénégal », In Travaux et documents de géographie tropicale, N° 36, Mars, Centre d’études de Géographie Tropicale (CEGET) CNRS.

CHENEAU-LOQUAY A. (1988), « Les relations entre l’Espace et l’Energie en Casamance, in Philippe Grenier, Annie Chéneau-Loquay (dir), L’Espace et l’Energie au Sénégal, tome II, n° 62 des Travaux et Documents du CEGET, Talence, nov., 134 p. (109 à 243).

CHENEAU-LOQUAY A., DIOUF PapeN’Diaye (2000), « Disponibilités et usages des technologies de la communication dans les espaces de l’échange au Sénégal », in Enjeux des technologies de la communication en Afrique, du téléphone à Internet, S/d Annie Chéneau- Loquay, Karthala, collection Hommes et sociétés, Paris, pp. 247-280.

CHENEAU-LOQUAY A. (2001), « Les territoires de la téléphonie mobile en Afrique », NETCOM, vol. 15, n° 1-2, pp. 121 - 132.

CHENEAU-LOQUAY A. (2004), « Formes et dynamiques des accès publics à Internet en Afrique de l’Ouest : vers une mondialisation paradoxale ? », In Mondialisation et technologies de l’information en Afrique, S/d Annie Chéneau Loquay, MSH Karthala Paris, pp. 171-207.

DIOP M. C. (2003), Le Sénégal à l’heure de l’information : Technologies et Société, Karthala, Paris, 390 p.

DIOUF D. (2001), Problèmes de l’appropriation sociale des NTIC par les communautés de Base, Mémoire de DEA UCAD.

GUEYE C. (2003), « Enjeux et rôles des NTIC dans les mutations urbaines : le cas de Touba », In Le Sénégal à l’heure de la société de l’information : Technologies et Société, S/d Momar Coumba Diop, Karthala, Paris.

GUIGNARD T. (2002), « Les accès publics à Internet au Sénégal : une émergence paradoxale », In Mondialisation et technologies de l’information au Sénégal, S/d Annie Chéneau Loquay, MSH Karthala Paris, pp. 209-236.

Interview de NGOM Alassane Directeur de Sud Informatique en date du 26 Mai 2006.

Interview de NGOM Paul Sédar Responsable au niveau de la SONATEL des télécentres et cybercentres en date du 8 Avril 2006.

LANCRY C. (2004), « Systèmes et réseaux de communication dans une région de passage : Sikasso au Mali » In Mondialisation et technologies de la communication en Afrique, S/d Annie Chéneau Loquay, MSH Karthala Paris, pp. 123-144.

LAFITTE A. (2001), Les télécentres du plateau : enquêtes sur les lieux et les usages de l’Internet, Rapport de stage IEP, 35 p.

LESOURD M., ISSA SYLLA C. (2004), « La décentralisation en question, Dynamique des territoires et fracture numérique, exemples du Sénégal et du Cap Vert », in NETSUDS, N° 2, août.

LESOURD M. (2003), « NTIC, Mondialisation, développement au Cap Vert ». In Mondialisation et technologies de la communication en Afrique, S/d Annie Chéneau Loquay, MSH Karthala Paris, pp. 77-103.

LOHENTO K. (2003), Usages des NTIC et médiation des savoirs en milieu rural africain : études de cas au Bénin et au Mali, DEA Sciences de l’Information et de la Communication Université de Paris X Nanterre.

PETIT-PSZENNY T. (2005), Technologies de l’Information et économie Informelle : le cas du Sénégal, CERISES- Université de Toulouse le Mirail.

RAPPORT DE L’AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE, La situation socio-économique de la région de Ziguinchor en 2004.

SAGNA O. (2001), Les technologies de l’information et de la communication et le développement social au Sénégal. Un état des lieux, Rapport UNRISD.

SAGNA O. (1996), « Nouvelles technologies, nouveaux métiers, nouvelles formations », l’Ecluse, Bulletin d’Information de la Banque Internationale d’Information sur les Etats Francophones, vol. 8, N° 1, 1er Trimestre, pp. 13-14.

SAGNA O. (1995), La communication de l’IST à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar : situation actuelle et perspectives, Actes du colloque des 16, 17 et 18 mars 1995, Bordeaux (France), Paris, ADBS Editions, pp. 69-79.

SAGNA O. (2000), Les TIC et le développement social au Sénégal, Rapport de l’UNRISD.

SYLLA I. (2005), Télécentres et cybercentres à Ouagou Niayes, Mémoire de DEA, Chaire UNESCO, Université Cheick Anta Diop (UCAD) Dakar.

VIDAL P., DESBORDES F. (2006), Les technologies de l’information au service de l’aménagement et du développement des territoires en Afrique de l’Ouest, Presses Universitaires du Mirail.

ZONGO G. (2001), Les télécentres au Sénégal, Rapport UNRISD ACACIA CRDI.

Haut de page

Notes

1 ADSL : Asymetric Digital Subscribe Line en anglais, mais la définition française est « Ligne d’abonné numérique à débit asymétrique ». La traduction officielle est : « raccordement numérique asymétrique » (RNA) ou « liaison numérique à débit asymétrique ».

2 Olivier Sagna (2006), « la Marche du Sénégal vers la société de l’Information (1996-2006) », Actes du colloque E-atlas francophone de l’Afrique de L’Ouest 26-28 Avril 2006, Dakar, pp. 53-85.

3 SONATEL : Société Nationale de Télécommunication dont les marques commerciales sont passées Orange filiale de France Télécom depuis le 29 Novembre 2006.

4 L’instabilité politique de la région avait fait fuir tous les organismes de coopération. Avec « le retour de la paix », des projets de développement des technologies de l’information et de la communication s’installent dans la région : on peut citer notamment le Centre ADEN (Appui pour le désenclavement numérique) dans le village de Koubanao, l’expérience de Humanitarian Technopole (HUMTEC) au Lycée de Ziguinchor et enfin les programmes World Links. Cependant ce sont des initiatives très récentes dont on n’a pas vraiment mesuré l’impact.

5 Jean Claude Bruneau (1979), « La croissance urbaine dans les pays tropicaux : Ziguinchor en Casamance, une ville moyenne du Sénégal », Travaux et documents de géographie tropicale, numéro 36 Mars, Centre d’études de Géographie Tropicale (CEGET), CNRS.

6 Rapport de l’Agence Nationale de la démographie et la statistique (ANDS) 2004.

7 Voir Carte de situation (1).

8 Le 26 Septembre 2002, le bateau le Diola qui assurait le seul lien maritime entre la région de Ziguinchor et celle de Dakar a coulé aux larges des côtes gambiennes faisant plus 1650 victimes soit la plus grande catastrophe maritime de tous les temps. Depuis il existe de sérieuses difficultés pour l’approvisionnement nécessaire de la région car le franchissement de la frontière gambienne est très difficile à cause des tracasseries administratives qui peuvent rallonger considérablement la durée d’un trajet de 450 km. L’autre alternative à savoir le contournement de la Gambie est très pénible (850 Km en moyenne pour faire (Dakar- Tambacounda-Ziguinchor).

9 Annie Chéneau-Loquay (1988), « Les relations entre l’Espace et l’Energie en Casamance », In Les relations entre l’espace et l’énergie au Sénégal, Tome 2, Travaux et documents de géographie tropicale.

10 Cf Ibrahima Sylla (2005), Télécentres et cybercentres à Ouagou Niayes, Mémoire de D.E.A., Université Cheikh Anta Dipop, Dakar, 2005.

11 Annie Chéneau Loquay 2000 et 2004.

12 Thomas Guignard, « les accès publics à Internet au Sénégal : une émergence paradoxale. », In Mondialisation et technologies de l’information au Sénégal, Sous la direction d’Annie Chéneau Loquay, MSH Karthala Paris, pp. 209-236.

13 Société Nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal. Cette entreprise implantée dans la ville depuis l’époque coloniale est le principal employeur de toute la région.

14 Société spécialisée dans la pêche et la transformation des produits de la mer. Depuis la crise survenue dans le secteur cette entreprise a fermé.

15 Pour le cas de l’école de Sud Informatique que nous connaissons mieux.

16 Cheikh Guèye (2003), « Enjeux et rôles des NTIC dans les mutations urbaines : le cas de Touba », In Le Sénégal à l’heure de la société de l’information : Technologies et Société, Edition Karthala.

17 Un euro équivaut sensiblement à 655,56 francs CFA.

18 PRIMOCA : Projet de Développement Agricole de la Moyenne Casamance financé par la coopération italienne.

19 Entretien réalisé le 26 mai 2006 à Ziguinchor.

20 Interview du directeur en date du 26 Mai 2006.

21 Voir le travail de Sylla Ibrahima en maîtrise : « Approche géographiques de l’appropriation des NTIC par les populations exemples des télécentres et cybercafés dans le quartier Ouagou Niayes à Dakar » en 2004.

22 Il refuse de communiquer son chiffre d’affaires. Sachant qu’en plus du directeur général, Sud Informatique emploie deux secrétaires, un technicien de maintenance informatique, ancien élève de l’école, un gérant de l’école et des enseignants pour la formation professionnelle, la masse salariale n’est pas négligeable pour une petite SARL.

23 Entretien réalisé le 26 mai 2006.

24 Premier cybercentre de l’Afrique de l’Ouest ouvert à Dakar le 03 Juillet 1996.

25 A cette époque, la Sonatel baissait ses tarifs téléphoniques de moitié à partir du soir.

26 Pendant cette guerre d’indépendance, Ziguinchor a servi de base de repli aux combattants du PAIGC (parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert). Et à une époque récente avec la crise casamançaise cette ville accueilli beaucoup de réfugiés.

27 Rapport de l’agence nationale de la statistique et de la prévision en 2004.

28 L’ONG Humanitarian Technopole a équipé le lycée de Ziguinchor afin de permettre aux élèves de s’initier à la recherche document sur Internet et aux professeurs de préparer leurs cours afin de les proposer sur le site Web du lycée.

29 Anaïs Lafitte (2001), Les télécentres du plateau : enquêtes sur les lieux et les usages de l’Internet, Rapport de stage IEP de Bordeaux, 35 pages en ligne sur http://www.africanti.org.

30 1 euro équivaut à 656 francs Cfa.

31 Paul Sédar Ngom qui nous avait donné ces informations en 2004 nous a reçu pendant cette période pour évoquer la situation de faillite de beaucoup de ces télécentres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation Géographie de Ziguinchor
Légende Le réseau sénégalais de communication.
Crédits Dieng Mbaye, mars 2007.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Carte 2 : Distribution spatiale des cybercentres
Légende Répartition spatiale des cybercentres dans l’espace communal de Ziguinchor en octobre 2006.
Crédits Dieng Mbaye, mars 2007.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/2000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dieng Mbaye, « Le rôle des initiatives privées dans le développement des TIC à Ziguinchor », Netcom, 22-1/2 | 2008, 73-86.

Référence électronique

Dieng Mbaye, « Le rôle des initiatives privées dans le développement des TIC à Ziguinchor », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 04 février 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://netcom.revues.org/2000 ; DOI : 10.4000/netcom.2000

Haut de page

Auteur

Dieng Mbaye

Doctorant à l’Université Bordeaux III, Groupe de Recherches Internationales (GDRI) Netsuds du CNRS, du Centre d’études d’Afrique noire de l’Institut d’études politiques, 11 Allées Ausone, 33607 Pessac cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org