Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Une approche citoyenne de la société de l’information

Quelques réflexions pour le débat et l’action
Mohamadou Abdoul
p. 145-148

Texte intégral

1Ce texte présente une synthèse des réflexions menées et stratégies développées au sein de l’équipe Prospectives et Dialogues politiques d’Enda Tiers Monde sur la thématique des technologies de l’information et de la communication et de la société de l’information. Cette réflexion s’inscrit dans le cadre de mise en place d’une plateforme sous régionale sur les politiques liées aux TIC et aux enjeux que suscite la société de l’information. C’est le fruit d’un travail collectif. La synthèse reprend certains passages des textes rédigés par différents membres de l’équipe (Cf. Bibliographie).

2Le domaine des TIC est aujourd’hui au cœur des enjeux de pouvoir, économique, culturels, etc. illustrés par les efforts énormes consentis par divers milieux politiques et cercles économiques et financiers pour contrôler soit les flux d’informations, soit les infrastructures permettant ces flux ou encore les deux.

3L’importance de la révolution communicationnelle et de l’ampleur des enjeux politiques et économiques liés aux TIC est telle que le secteur est désormais placé en bonne position dans les priorités nationales, sous régionales ou continentales. Sa contribution substantielle aux stratégies de développement économique et social des Etats africains et des ensembles sous régionaux explique le fait que des politiques publiques sont élaborées et mises en œuvre, des programmes d’amélioration des infrastructures des Télécommunications engagés sous la houlette des coopérations bilatérale et multilatérale.

4La société de l’information ne laisse personne indifférent. Loin s’en faut. Les initiatives existent à foison. Les différentes catégories d’acteurs semblent occuper chacune une niche spécifique. Les Etats, les organismes internationaux se spécialisent sur les politiques et les régulations ; les privés (les entreprises multinationales et les firmes) jouent sur les industries des Tic et sur les offres multiples de services ; les organisations de la société civile militent pour une démocratisation de l’accès aux TIC et leur appropriation par le plus grand nombre. Les milieux académiques explorent et documentent ces nouveaux objets de curiosité intellectuelle. Les cadres d’un ordre mondial de la société de l’information sont ainsi mis en place. Et en leur sein, cohabitent, négocient, s’allient, se concurrencent des logiques, visions, stratégies multiples selon les orientations politiques, les opportunités et les intérêts du moment. Les jeux de pouvoir aiguisent les appétits et fortifient les enjeux liés au contrôle citoyen des TIC.

5Sur ces bases, quels sont les fondements d’une approche citoyenne de la société de l’information ? A côté des Etats et du secteur privé, la société civile s’implique de différentes manières. L’un des modes d’implication de la société civile et non des moindres, est éminemment politique. Cette approche politique de la société de l’information constitue l’objet de la présente communication. La question de fond consiste, en dernière instance, à assigner un rôle et une place déterminante aux organisations de la société civile dans deux domaines qui nous semblent être les leviers sur laquelle repose (doit reposer) toute approche citoyenne de la société de l’information. Ces leviers sont, d’une part, le processus et les modalités de l’élaboration des politiques liées aux TIC et à leur gouvernance, et d’autre part, la question de l’accès, des usages, et de l’appropriation des TIC par le plus grand nombre. Tels sont pensons- nous les deux champs d’action pour enraciner une approche véritablement citoyenne de la société de l’information.

Participation à l’élaboration des politiques et à la gouvernance du secteur des TIC

6Les différentes familles d’acteurs doivent effectivement et constamment dialoguer et choisir des décisions consensuelles sur les orientations stratégiques qui sous-tendent les politiques publiques liées aux TIC et qui déterminent les options technologiques. Ces choix peuvent avoir des conséquences très importantes en termes de coût, de rentabilité, voire de souveraineté. Qui plus est, ils déterminent désormais de façon importante des pans entiers de la vie quotidienne des populations. Aussi, une dynamique d’action collective, de veille et surtout de contrôle citoyen de la part des différentes familles d’acteurs est de mise. Un large partage et une sensibilisation sur ces choix politiques et technologiques sont nécessaires afin de fonder leur mise en œuvre sur des bases consensuelles. Le préalable d’une bonne concertation balise la bonne application des choix.

7Alors surgissent des questions sur notamment la capacité des acteurs de la société civile à participer à la conception de ces politiques et aux processus de prise de décision. Quel dispositif organisationnel ? Quelle(s) échelle(s) d’intervention ? Quelles alliances ? Quelles stratégies de participation à la définition des règles du jeu ?

8Le décloisonnement est nécessaire pour un exercice d’une citoyenneté agissante des organisations de la société civile dans le domaine de la définition des politiques et de la régulation du secteur des TIC. Cette société civile ne devrait pas agir à côté des autres catégories d’acteurs mais interagir fortement et étroitement avec elles. L’enclavement social et politique est une limite sérieuse à l’inscription dans des réseaux sociaux protecteurs, à l’accès à l’information et aux enceintes qui la produisent, la gèrent, la distribuent et en tirent profit.

9Qui plus est, c’est au sein de ces cénacles que la surveillance citoyenne des conditions et modalités dans lesquelles les politiques sont élaborées et mises en œuvre peut espérer avoir quelque succès. C’est en interagissant avec toutes les autres familles d’acteurs que l’on peut escompter influer sur les lois des marchés et sur les choix politiques et technologiques pour le bénéfice du plus grand nombre.

10Dans la société de l’information, certaines dimensions des TIC doivent être considérées comme des services accessibles à tous. C’est partant de cette analyse qu’Enda Diapol s’est engagé dans des processus de recherche et d’action sur certains aspects de la société de l’information en lien avec la vulnérabilité des pays du Sud, la participation de la société civile et l’adéquation des politiques publiques aux dynamiques socio-économiques.

11Le point focal se nourrit bien des ambitions du « service universel », mais il risque d’être utopique si l’équation de l’accès n’est pas résolue. En effet, on ne pourra jamais valablement parler de société mondiale de l’information si une grande partie du monde, les pays du Sud en particulier est laissée en marge de la communication, de l’information et du développement. Or, le constat est aujourd’hui patent : les Etats africains souffrent du manque d’équipements, de leur faible connectivité, de la défaillance de leurs réseaux électroniques. La société civile a assurément un rôle à jouer pour contribuer à remédier à cette forme de pauvreté qui est avant tout politique, et l’information est une clé de son éradication. Accéder aux réseaux, c’est accéder à l’information, et accéder à l’information, c’est accéder au pouvoir ; c’est avoir la possibilité de construire un argumentaire dans le cercle de décision pour être pris en considération et parvenir à l’influencer.

12Partant, l’appropriation sociale, qui passe nécessairement par l’accès aux TIC et par les utilisations des outils, est le second domaine à travers lequel nous traitons de l’approche citoyenne de la société de l’information.

L’accès, les usages, l’appropriation des TIC par la société civile

13Avoir accès au savoir et être capable de le communiquer est à la base de tout processus de développement. Ceci semble être bien compris par les organisations de la société civile. Dans les pays du Sud, la dimension sociale de l’appropriation des technologies est en général prise en charge par les ONG et les organismes de coopération. D’ailleurs, l’essentiel des initiatives allant dans le sens de développer l’accès aux TIC pour le plus grand nombre porte leurs empreintes.

14Il paraît essentiel donc de déterminer le type d’information appropriée à mettre à la disposition des populations (rurales et urbaines) en prenant en considération la question du langage, du format et de la technologie appropriée.

15L’identification des besoins et des usages est un axe de réflexion essentiel pour évoquer les potentialités de développement offertes par les TIC. Les usages des TIC sont multiples et variés. Le problème majeur est de savoir comment les populations du Sud vont tirer parti de ces avancées technologiques pour des usages répondant aux besoins réels de leur développement. Or, l’insuffisance du taux de pénétration au niveau national reste le principal obstacle au développement et à l’élargissement de l’accès et de l’appropriation des TIC par ces populations. Ces usages renseignent sur les changements sociopolitiques et sur l’évolution des tendances profondes qui structurent lentement notre société et façonnent aujourd’hui son futur. Les usages, la maîtrise et l’appropriation des TIC reconfigurent progressivement les rapports politiques, économiques et la vie de relations quelques soient les échelles de leur application. Ce faisant, ils ouvrent davantage les espaces de dialogue politique et offrent de nouvelles opportunités de relations plus fortes, plus efficaces, et faisant fi de la distance.

Stratégie pour la participation citoyenne efficace à la société de l’information

16Partant des deux axes sur lesquels nous pensons qu’une approche citoyenne de la société de l’information devra s’adosser, nous invitons à la constitution d’une plate-forme sur les politiques, la régulation et les usages des TIC. Celle-ci sera donc une sorte d’observatoire sur la société de l’information basé sur une articulation entre les échelles, un décloisonnement des acteurs, des disciplines et des initiatives ainsi que sur le plaidoyer pour des politiques plus inclusives. Pour cela, il est envisagé :

  • d’engager des recherches sur les enjeux politiques, économiques et sociaux de la société de l’information en Afrique de l’Ouest en vue de mesurer la compréhension et l’appropriation des TIC dans les sociétés africaines ainsi que de comprendre les jeux et les enjeux autour de la régulation du secteur ;

  • de documenter les décisions politiques concernant les infrastructures, en mettant l’accent sur les questions d’intégration régionale ;

  • de susciter et faciliter des concertations autour des principaux enjeux de société, promouvoir des régulations collectives qui peuvent se traduire en normes et règles, et enfin, à partir de ces « politiques », offrir aux acteurs des occasions d’imaginer ensemble des futurs communs.

17Le lien constant et itératif entre recherche et action. Ces options se révèlent d’autant plus pertinentes que la conjoncture en Afrique de l’Ouest est forte d’initiatives diverses d’institutions et de programmes qui cherchent à harmoniser les actions dans un sens transnational.

18L’objectif final est donc la mise en place d’un pôle sous régional pour appuyer et réguler le développement des TIC dans une synergie globale engageant l’ensemble des partenaires dont chacun fera valoir son avantage comparatif et sa valeur ajoutée.

19C’est autour de cette initiative que nous vous invitons pour qu’ensemble nous construisions notre sous-région.

Haut de page

Bibliographie

DIENG M., SYLLA I. (mars 2006), TIC (technologies d’information et de communication) dans l’espace économique ouest africain. Quelles stratégies pour une meilleure coordination des synergies ?, Enda Diapol, 7 p. mult.

DIOUF M., La fracture au partage numérique, Quelle vision politique pour les TIC ?, Enda Diapol, 4 p. mult.

DIOUF M., Technologies de l’information et société civile africaine, s’engager pourquoi et comment ?, Enda Prospectives Dialogues politiques, 4 p.

DIOUF M. (2003), « Medias, gouvernance locale et citoyenneté au Sénégal », Sommet de Lyon sur la société de l’information (http://www.cities-lyon.org/fr/medias-citoyennete)

ENDA, Présentation de l’approche de Enda Diapol dans les NTICS, Enda Diapol, 4 p. mult.

GUEYE C., La fracture numérique, la lutte contre la pauvreté ou la pauvreté politique de concepts galvaudés : pour une pluralité de sociétés de l’information, Enda Prospective/Dialogue politique, 4 p. mult.

SYLLA I., ABDOUL M., (28 novembre 2004), Télécentres et cybercafés : territorialisation et accès aux TIC dans le quartier Ouagou Niayes à Dakar, (Sénégal), communication de Enda Diapol, Séminaire « Développement territorial », Université Gaston Berger de Saint Louis, 7 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamadou Abdoul, « Une approche citoyenne de la société de l’information », Netcom, 22-1/2 | 2008, 145-148.

Référence électronique

Mohamadou Abdoul, « Une approche citoyenne de la société de l’information », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 03 février 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/netcom.1997

Haut de page

Auteur

Mohamadou Abdoul

Chargé de mission à Enda Tiers Monde, Prospectives - Dialogues Politiques, Résidence Phare Mamelles, BP3370 Dakar, Sénégal. Courriel : diapol@enda.sn

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org