Navigation – Plan du site

Sociétés africaines de l’information

Illustrations sénégalaises. Avant-propos
Emmanuel Eveno, Cheikh Gueye, Jean-Jacques Guibbert, Didier Oillo et Olivier Sagna
p. 5-12

Notes de l’auteur

Le projet scientifique qui est à l’origine de ce numéro spécial des revues Netcom et Netsuds est celui du groupe « eAtlas de la Société de l’Information » : eAtlas est une communauté de travail destinée à faire lien entre la recherche et la thématique Tic et territoires. Cette communauté se construit sur la base d’un partenariat entre chercheurs, acteurs publics territoriaux et acteurs de la société civile. Pour rendre compte fidèlement des contextes locaux, la communauté eAtlas se décline en plusieurs groupes géographiques, eAtlas francophone de l’Afrique de l’Ouest est l’un d’eux. Il s’est structuré grâce à l’appui de l’Agence Universitaire de la Francophonie à partir de 2005.

Texte intégral

1Au cœur de l’expression « société de l’information » comme dans celle, plus récente, de « société de la connaissance », il y a au moins un paradoxe intéressant, celui de l’opposition quelques peu factice entre globalisation et territorialisation.

2Les premiers temps du développement des politiques publiques consacrées aux Tic renvoyaient presque exclusivement à l’expression d’une norme immanente. Comme s’il y avait dans la problématique du développement des sociétés, un horizon et un seul, inéluctablement lié à la mondialisation et à la modernisation. Cette norme puisait sa source d’inspiration dans la matrice élaborée au début des années 1990 par la politique états-unienne des « Autoroutes de l’Information », qui s’est très rapidement « exportée » et déclinée à l’envie dans de très nombreux pays. En dehors des Etats-Unis, le déclenchement des politiques volontaristes en matière de Techniques d’Information et de Communication (Tic) sera très souvent lié au préalable à un constat de « retard » qu’il s’agit de rattraper.

3Dans la plupart des pays développés, il s’est agi de faire pièce, en adaptant son appareil productif et son système de formation, au modèle dominant, en finançant de la Recherche/Développement, en lançant des expérimentations dans de très nombreux domaines. Dans d’autres cas, celui des pays en développement, il s’est agi de prendre acte d’un changement dans les règles du jeu en espérant qu’une action ciblée sur les Tic permettrait un rattrapage économique, voire un « saut technologique ».

4Au bout de plus de dix ans d’expériences, il semble que l’on puisse tirer quelques enseignements utiles à la fois pour les chercheurs qui travaillent sur ces sujets, mais aussi pour les acteurs. C’est ce à quoi nous nous sommes prioritairement consacrés au travers du projet eAtlas francophone de l’Afrique de l’Ouest.

Les politiques publiques « Société de l’Information »

L’engouement pour les Tic

  • 1 Thomas H. Davenport, Privilégier l’information sur la technologie, article paru dans le Dossier spé (...)

5Les politiques publiques qui se sont consacrées au développement des Techniques d’Information et de Communication (Tic) ont bénéficié pendant la décennie 1990 et surtout dans sa deuxième moitié, d’une valorisation et d’une publicité sans commune mesure avec d’autres champs d’intervention des Etats. « Faciliter » ou « hâter » la transition de son pays vers la « société de l’information » est alors très rapidement devenu un enjeu politique prioritaire dans la plupart des Etats dans le monde. De sorte que, en l’espace de quelques années, les Tic sont devenues des enjeux de société. Objets autrefois cantonnés au monde des spécialistes, objets complexes et servis par des langages abscons, elles deviennent, avec les années 1990, objets du débat public, témoins des processus en cours de modernisation, objets ostentatoires et de grande consommation, objets de culture… Comme le remarquait, non sans malice, Thomas H. Davenport, dans un article paru en 1999 « Imaginez-vous dans un monde obnubilé par la plomberie. Dans cet univers étrange, des centaines de livres, de magazines et même quelques chaînes de télévision traitent uniquement de la plomberie et font l’éloge des dernières innovations (...). Assez curieusement, on retrouve la même situation dans notre propre monde. Remplacez les équipements de plomberie par des ordinateurs et les tuyaux par des réseaux, et ce scénario devient soudain réalité »1.

6Dans les pays africains, ces politiques publiques ont revêtu parfois des accents particuliers. Elles ont ainsi pu être présentées comme une chance historique, celle qui permettrait de faire l’économie du développement industriel pour prendre pied dans le développement « post-industriel ». C’est la théorie du « saut technologique ».

  • 2 L’espace public est entendu ici comme espace de et en débats entre les acteurs publics, la société (...)

7C’est à l’histoire de ces politiques publiques, à leur transposition d’une société à une autre que s’attache le projet eAtlas. Bien que de génération récente, cette « histoire » est déjà compliquée par le fait de devoir appréhender une très grande variété de contextes. Le matériau privilégié, dans ce type de travail est typiquement constitué par les « textes » ou « discours » : énoncés politiques, programme ou plan d’action, livres blancs, rapports officiels... On peut y ajouter l’ensemble des textes ou discours qui peuplent l’espace public2 : articles de presse, projets associatifs... Comme à chaque fois qu’il s’agit de « reconstituer » une histoire, il s’agit de s’interroger sur les matériaux dont on dispose, sur leur empilement, leur pertinence, leur congruence.

  • 3 Par exemple In Alain Lefebvre et Gaëtan Tremblay (coord.), Autoroutes de l’Information et Dynamique (...)

8Comme l’ont déjà signalé de nombreux travaux3, ces matériaux se ressemblent fortement, quels que soient les contextes nationaux dans lesquels ils ont été produits. En effet, pratiquement tous les pays se sont intéressés à la question des Tic. Le futur des sociétés nationales ayant été maintes fois associé à la capacité de ces sociétés à se saisir des Tic, les politiques Tic ont ainsi été subrepticement considérées, dans la seconde partie de la décennie 1990, comme le cœur de l’action des Etats, comme une mission fondamentale.

9Ces politiques publiques sont également de plus en plus une exigence pour les acteurs publics territoriaux. La mondialisation des échanges a en effet conduit les collectivités locales à exercer de nouveaux rôles et à devenir des centres d’initiatives dans le domaine de l’économie, de l’écologie, du social et du culturel (comprenant l’éducation). Les villes deviennent des lieux stratégiques du développement. La plus grande proximité entre la ville et les citoyens permet des concertations plus faciles qu’à l’échelle nationale. Les collectivités locales sont aussi plus en mesure de saisir les demandes éducatives et culturelles des adultes et, en conséquence, d’y répondre plus précisément. Plus encore, la participation active des citoyens à la vie locale fait de ces milieux urbains de véritables écoles populaires de la démocratie et le rôle toujours plus présent de la société civile est mieux pris en compte à l’échelle locale. Globalement, on assiste aujourd’hui, grâce aux Tic, à l’émergence d’une société du savoir, avec tout ce que cela induit en termes d’innovations politiques et industrielles.

10Les Suds ne peuvent être absents de cette nouvelle problématique sociétale faute d’être exclus définitivement de la compétition internationale. Certains pays émergeants l’ont compris. Ainsi, la Tunisie enregistrait en 2005 un taux de 24 % de la croissance totale du pays grâce aux TIC. Ces efforts ont d’ailleurs été salués par plusieurs instances internationales dont le forum économique de Davos qui a placé, dans ce domaine, la Tunisie en tête des pays africains.

Contributions africaines

  • 4 Panafrican Development Information System.

11En fait, la prise en compte, en Afrique, des problématiques liées à la “société de l’information” ne s’est pas opérée avec un grand décalage par rapport au reste du monde. Cette situation est en grande partie due à l’intérêt porté par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) à la question centrale de l’information au service du développement qui s’est traduite dès 1989 par l’apport d’un appui financier à la Commission des Nations unies pour l’Afrique (CEA) pour la mise en œuvre de deux projets respectivement intitulés « Computer mediated communications in Africa » et « Capacity building for electronic communication in Africa (CABECA) ». Ces deux projets furent exécutés dans le cadre du système panafricain d’information pour le développement (PADIS)4 créée en janvier 1980. Le premier projet avait pour objectif de tester des dispositifs de télécommunications pour l’échange d’information afin d’en identifier les forces et les faiblesses tandis que le second visait à renforcer les capacités en matière de fonctionnement et de maintenance de nœuds de messagerie informatique utilisant le protocole Fidonet.

12Le discours d’Al Gore sur les autoroutes de l’information en 1993 eut certes quelques échos dans les médias mais il n’influençât guère les décideurs africains, confrontés à la mise en place des politiques d’ajustement structurel, pour lesquels les technologies de l’information et de la communication apparaissaient encore comme un luxe. Cependant, dans les milieux spécialisés, la prise de conscience était réelle. A peine deux mois après l’organisation de la conférence ministérielle regroupant les ministres des pays membres du G7 et de la Communauté économique européenne (CEE) sur la société de l’information en février 1995 à Bruxelles (Belgique), la CEA organisa, en avril 1995, un colloque régional africain sur le thème « La télématique au service du développement ». Les conclusions de ce colloque préconisèrent la création d’un groupe de réflexion de haut niveau afin d’élaborer une stratégie en la matière.

13C’est à ce moment qu’émergent les premiers « hérauts » africains de la « Société de l’Information ». Invités à la conférence de Bruxelles, le président sud-africain Thabo Mbeki y a souligné le retard de l’Afrique en matière d’infrastructures de télécommunications en faisant remarquer d’une part qu’il y avait davantage de lignes téléphoniques à Manhattan que dans toute l’Afrique sub-saharienne et d‘autre part que la moitié de l’humanité n’avait jamais passé un coup de téléphone. Afin de remédier à cette situation, il préconisa la coordination des efforts internationaux et suggéra l’organisation d’une rencontre internationale sur la question. Celle-ci déboucha sur la conférence de Midrand sur « la Société de l’information et le développement » (ISAD), organisée en mai 1996 en Afrique du Sud. A la même époque, la CEA rendit public le rapport relatif à l’Initiative société africaine à l’ère de l’information (AISI) proposant un cadre d’action pour l’édification d’une infrastructure africaine de l’information et la communication.

14En octobre 1996, la Fondation du Devenir ayant organisé à Genève une rencontre intitulée « L’Afrique et les nouvelles technologies de l’information », c’est le Président malien Alpha Oumar Konaré, qui suggéra la création d’un réseau visant à contribuer à la réflexion en matière de société de l’information.

15Alors qu’un peu partout dans le monde se mettaient en place des stratégies nationales, telles le Programme d’action pour la société de l’information (PAGSI) en France, l’appel lancé par la Tunisie en faveur de la tenue d’un Sommet mondial sur la société de l’information lors de la Conférence plénipotentiaire de l’Union internationale des télécommunications (UIT) à Minneapolis (USA) en 1998 passa quasiment inaperçu. En octobre 1999, la CEA organisa la première édition du Forum pour le développement de l’Afrique sur le thème « L’Afrique face aux défis de la mondialisation et l’ère de l’information » qui traita essentiellement des infrastructures, de l’économie de l’information, de l’utilisation des TIC au service de la bonne gouvernance et de la démocratisation de l’accès à la société de l’information. De son côté, le réseau ANAIS5, créé à l’issue de la rencontre de Genève de 1996 organisa en février 2000 à Bamako (Mali) la rencontre « Internet - Les passerelles du développement » restée dans les mémoires sous l’appellation de « Bamako 2000 ». A cette occasion, furent discutées, dans un cadre multi acteurs (gouvernements, société civile, secteur privé, partenaires au développement, etc.), la plupart des questions qui seront abordées ultérieurement à l’occasion du sommet mondial sur la société de l’information (SMSI)6. En mai 2002, se tint à Bamako, la conférence préparatoire africaine pour le SMSI qui proposa d’une part la création d’un Fonds pour la formation afin d’assurer la maîtrise des questions touchant au développement de la société de l’information et d’autre part celle d’un Fonds de solidarité pour assurer la pleine et effective participation des représentants de la société de l’information civile africaine et des PME africaines au processus préparatoire. A l’occasion de la Prepcom 2 tenue à Genève en février 2003, le Président sénégalais Abdoulaye Wade fera sensation en proposant la création d’un Fonds de solidarité numérique (FSN), proposition qui focalisera l’essentiel des débats pendant des mois et qui sera l’un des grands objets de débat du « Sommet des Villes et des pouvoirs locaux sur la Société de l’Information » (Lyon, 4-5 décembre 2003) avant d’être officiellement avalisé par l’Agenda du SMSI de Tunis en novembre 2005.

Les acteurs de la « Société de l’Information »

Un recul de l’interventionnisme étatique ?

16Une originalité profonde et sans doute assez déterminante des politiques publiques « Société de l’Information » tient au fait qu’elles excèdent largement le rôle des acteurs publics étatiques.

17Dans l’environnement de la « Société de l’Information », le modèle de l’Etat interventionniste paraît en crise. Des auteurs en ont conclu à une remise en cause du rôle des Etats, pris en tenaille entre les niveaux « global » et « local », incapable de s’adapter à des échelles d’action pour lesquelles il était en concurrence avec d’autres acteurs. Pour d’autres, cette évolution rend compte d’une adaptation en cours des formes de l’action publique étatique, moins fondé à intervenir seul, tandis que s’impose un partenariat multi-acteurs. En même temps, ce partenariat est de moins en moins contraint à s’inscrire dans les cadres nationaux.

18Les Etats africains, affaiblis par les politiques libérales préconisant leur retrait des secteurs non liés à leurs missions régaliennes, ont, contrairement à nombre de leurs homologues occidentaux et asiatiques, été peu présents sur le terrain de la société de l’information. Ils se sont essentiellement contentés d’appliquer les politiques « suggérées » par les institutions Bretton Woods telles la privatisation des opérateurs nationaux de télécommunications, la libéralisation du secteur des télécommunications, la création d’organes de régulation indépendant, la définition de stratégies nationales en matière de TIC, etc. En dehors du triptyque privatisation, libéralisation régulation, ils ne se sont guère distingués par la mise en place de politiques volontaristes comme cela a été le cas en Amérique du Nord, en Europe et même en Asie.

La position réservée des collectivités locales

19Les collectivités locales africaines n’ont guère eu l’occasion de se substituer à cette carence des Etats africains. Elles ont longtemps été absentes des débats et faiblement impliquées dans l’aménagement numérique du territoire comme dans la mise en place de services à leurs administrés reposant sur les Tic. En dehors du manque de ressources humaines, matérielles et financières auquel elles font face, cette situation s’explique largement par l’importance accordée pendant des années par les Etats et les organismes d’aide au développement (CEA, PNUD, CNUCED, UIT, UNESCO, etc.) à l’élaboration de stratégies nationales dont la plupart ont ignoré les dimensions locale, sous-régionale et continentale. Elles ont cependant profité de l’organisation du SMSI et notamment des sommets des villes et des pouvoirs locaux (Lyon 2003 et Bilbao 2005) pour nouer des contact internationaux dans le cadre de la coopération décentralisée et comprendre en quoi les TIC pouvaient leur être utiles pour mettre en place des applications d’administration et de gouvernance électroniques.

La montée en puissance des acteurs de la « société civile »…

20Dans les contextes où les Etats et les collectivités locales étaient peu mobilisés sur les problématiques du développement des Tic, ce sont les associations et les Organisations Non Gouvernementales qui se sont d’emblée imposées comme des partenaires incontournables des institutions internationales. Alors que ce fut le vice-président états-unien Al Gore qui évoqua le premier une politique publique de « Global Information Infrastructure », il semble quelques années plus tard que la légitimité des politiques publiques portées par les institutions internationales doive plus à l’investissement multiforme de la « société civile » que de telle ou telle coalition d’Etats.

21A l’occasion du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), les Nations unies qui avaient l’habitude d’organiser des sommets réunissant exclusivement des représentants des états membres - sommet mondial sur l’environnement de Rio (1992), sommet mondial pour le développement social de Copenhague (1995), sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg (2002) - ont innové en organisant un sommet multi- acteurs afin d’éviter l’organisation d’un sommet parallèle par les organisations de la société civile et être plus inclusif. Si les multiples acteurs de la société de l’information (état, collectivités locales, secteur privé et société civile) se sont effectivement retrouvés autour de la même table pour discuter des problématiques liées à l’avènement de la société de l’information chacun est venu avec sa propre logique et ses propres objectifs.

22La société civile africaine, qui a souvent joué un rôle déterminant dans les processus d’introduction, d’utilisation et d’appropriation des Tic, a revendiqué la mise en place d’une société de l’information à dimension humaine et inclusive, défendant la liberté d’expression, le droit à l’information, la protection des données personnelles, appelant à la mise en place d’un autre modèle de gouvernance de l’Internet, combattant pour la mise en place de politiques inclusives à l’endroit de tous les groupes exclus et/ou marginalisés (femmes, jeunes, handicapés, pauvres, ruraux, minorités, etc.), accordant une place importante aux contenus que ce soit en termes de création ou encore de diversité linguistique et culturelle ainsi qu’à la question de la propriété intellectuelle, promouvant les logiciels libres et le l’information comme étant un bien public.

Le Sénégal figure emblématique des TIC en Afrique

23Au Sénégal, les nouvelles autorités politiques arrivées au pouvoir en 2000 avec l’alternance, et à leur tête le Président Abdoulaye Wade, ont accordé, plus que par le passé, un intérêt pour les Tic comme outil au service du développement. Cela s’est traduit par des réformes institutionnelles (nouveau code des télécommunications, création d’un organisme de régulation, création du ministère en charge des Tic, de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE)…), le lancement du projet d’intranet gouvernemental, etc. qui ont valu au Sénégal de se voir désigné comme coordonnateur du volet Tic du NEPAD. Le Sénégal a également fait des Tic et des téléservices une des cinq grappes porteuses de sa Stratégie de croissance accélérée (SCA). Cela étant il faut noter que certains pays comme l’Ile Maurice, la Tunisie, le Rwanda mènent également des politiques particulièrement « agressives » dans le domaine des Tic.

24En fait, au-delà des discours politiques, dans ce pays, c’est surtout la société civile qui a été le fer de lance du développement des Tic et qui a suscité des politiques publiques mobilisatrices. Son rôle d’interpellation a non seulement incité l’Etat à privatiser la SONATEL qui est rapidement devenu un instrument de performance technique et symbolique dans le domaine des Tic, contribuant à rendre populaire l’utilisation du téléphone portable d’abord et d’Internet ensuite, notamment dans les espaces urbains. Au demeurant, il s’agit d’une société civile pas complètement étrangère au secteur privé entreprenant et qui comprenait les enjeux économiques, financiers et sociaux à venir en relation avec les Tic.

Etudes de cas

25Au-delà de ces grandes tendances, la diffusion d’un type spécifique de « société de l’information » dans un cadre national rend compte de multiples variations possibles en termes d’appropriation. Olivier SAGNA, dans l’article qui ouvre ce numéro spécial, fait le point sur les modalités sénégalaises d’adhésion à la « Société de l’Information ». Si l’on ne peut ignorer la pluralité des influences (injonctions ?) qui ont marqué l’introduction des Tic au Sénégal, on peut considérer également que celles-ci ont fonctionné comme autant d’opportunités pour des acteurs très différents et dans le cadre de stratégies elles-mêmes différenciées. En effet, ce qui semble avoir dominé dans le processus de développement des Tic au Sénégal, c’est la diversité des modalités d’appropriation selon les différents acteurs. Les articles présentés dans ce numéro en sont une bonne illustration.

  • l’administration centrale s’est efforcée de mettre les Tic au service de la modernisation de l’Etat. Le site web de l’administration centrale sénégalaise « vos démarches administratives », dont la mise en place a bénéficié d’un financement et d’une expertise de la coopération française, s’est largement inspiré du site français correspondant : « service- public.fr ». Il est à noter cependant qu’un important effort d’adaptation au contexte et aux préoccupations des citoyens sénégalais a été réalisé et que ce site « sous des atours technologistes » se caractérise par « une dimension essentiellement politique »… ayant comme objectif « d’inverser la polarité administration –citoyen en plaçant ce dernier au centre de ses préoccupations » (Jocelyn PIERRE).

  • les collectivités locales : on observera des différences dans la construction et l’appropriation des sites web municipaux, selon qu’ils soient régis par une équipe technique dont la vocation est la promotion touristique et le marketing territorial (Ville de Dakar, Commune d’arrondissement de Gorée), ou par un groupe d’habitants citoyens, qui s’efforce d’utiliser le site municipal pour attirer l’attention des autorités nationales et des bailleurs de fonds sur les graves problèmes de pauvreté et de risques environnementaux qui menacent une Commune d’Arrondissement régulièrement frappée par les inondations (Medina Gounass).

  • les acteurs du secteur informel : contrairement à un préjugé fort répandu, certains producteurs et commerçants du secteur informel (maraîchers, pécheurs artisanaux, éleveurs, etc.) ont démontré, sous certaines conditions, une grande capacité de s’approprier les Tic. C’est ainsi que Manobi, un opérateur de services promouvant la combinaison originale d’un certain nombre de technologies (WAP, internet, téléphonie mobile, GPS, etc.) et l’utilisation d’un langage simplifié (système d’icônes), a proposé une série de services d’information sur les marchés (Xam marsé), de sécurité en mer, ou d’assistance métier (suivi des cultures, météo), accessibles à des populations, majoritairement analphabètes, dont on considérait communément qu’elles étaient de fait exclues de tout usage des Tic. (Ibrahima SYLLA). Plus largement en l’Afrique de l’Ouest, Annie CHENEAU LOQUAY identifie deux caractéristiques qu’elle considère comme essentielles d’un mode d’appropriation africain des Tic : « l’accès mutualisé au moyen de lieux d’accès au public : associatifs, mais surtout privés » ; et « un commerce de produits neufs et d’occasion organisé en réseaux, de l’importation à la vente au détail ».

  • les acteurs économiques : dans des régions périphériques, enclavées, ou l’Etat n’est que faiblement présent, ce sont les acteurs économiques qui, par un jeu de substitution, peuvent devenir les pivots des politiques Tic, que ce soit dans la livraison d’accès publics à Internet ou que ce soit en matière de formation. Mbaye DIENG analyse le rôle d’un tel acteur qui déploie son action dans la Région de Ziguinchor. Les entretiens nombreux qu’il a pu avoir avec le patron de « Sud Informatique » montrent bien que ce chef d’entreprise se sent investi d’un rôle politique, qui dépasse donc le cadre traditionnel de l’action d’une entreprise.

  • les Diasporas : un autre acteur important de l’appropriation des TIC en Afrique seront les diasporas. Celles-ci sauront utiliser les TIC pour le développement et l’équipement des territoires d‘origine, comme l’a démontré Cheikh GUEYE pour la confrérie Mouride, mais aussi pour la construction d’appartenances multiples qui régissent, via les TIC, les relations entre pays d’origine et pays d’accueil. Jonathan STEBIG et Yveline DÉVÉRIN nous présentent ainsi le cybercafé dans les pays d’accueil, comme « moyen de contact privilégié avec le pays d’origine pour les diasporas » et décrivent les jeunes alphabétisés -et parfois les femmes- restés au pays comme des médiateurs obligés pour « une meilleure appropriation de l’outil internet » dans les communautés d’origine, ce qui se traduit par un bouleversement des hiérarchies traditionnelles, jusque-là dominées par les anciens et les hommes.

26C’est cette multiplicité des appropriations selon les acteurs qui fait du Sénégal un champ d’expérimentation de l’utilisation des TIC (modernisation de l’Etat, démocratisation de la gouvernance municipale, renforcement des économies informelles, inclusion de certaines catégories tenues jusqu’à présent en marge des décisions comme les jeunes ou les femmes, renforcement des réseaux diasporiques, etc.).

27Une question sous-jacente traverse les différentes illustrations qui ont été présentées. L’appropriation que font les différents acteurs des Tic participe-t-elle d’une démocratisation ou au contraire d’une nouvelle élitisation de la scène locale du pouvoir et du développement ?

Haut de page

Notes

1 Thomas H. Davenport, Privilégier l’information sur la technologie, article paru dans le Dossier spécial « L’Art du Management de l’Information », coédité par Les Echos et le Financial Times, 1er et 2 octobre 1999, p. III.

2 L’espace public est entendu ici comme espace de et en débats entre les acteurs publics, la société civile, les médias, les citoyens.

3 Par exemple In Alain Lefebvre et Gaëtan Tremblay (coord.), Autoroutes de l’Information et Dynamiques Territoriales, Ed. Boréales/Presses Universitaires du Mirail ; Montréal/Toulouse, octobre 1998.

4 Panafrican Development Information System.

5 Advisory Network for African Information Strategies.

6 Cf. Plan d’action de Bamako 2000 (http://www.osiris.sn/article82.html).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Eveno, Cheikh Gueye, Jean-Jacques Guibbert, Didier Oillo et Olivier Sagna, « Sociétés africaines de l’information », Netcom, 22-1/2 | 2008, 5-12.

Référence électronique

Emmanuel Eveno, Cheikh Gueye, Jean-Jacques Guibbert, Didier Oillo et Olivier Sagna, « Sociétés africaines de l’information », Netcom [En ligne], 22-1/2 | 2008, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/1968

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Eveno

Professeur des Universités en Géographie. Responsable scientifique du projet e-atlas. Chercheur au LISST- CIEU, Université Toulouse - Le Mirail, Maison de la Recherche, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 09,
eveno@univ-tlse2.fr.

Articles du même auteur

Cheikh Gueye

Chargé de mission à ENDA Tiers Monde, Résidence Phare Mamelles, BP3370 Dakar, Sénégal,
cheikh@enda.sn.

Jean-Jacques Guibbert

Chercheur associé au LISST-CIEU, Université de Toulouse II- Le Mirail, Maison de la Recherche, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 09,
guibbert@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Didier Oillo

Administrateur du Programme TIC à l’Agence Universitaire de la Francophonie,
didier.oillo@aupelf.fr

Olivier Sagna

Maître assistant à l’EBAD - Ecole des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes - de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar,
olivier.sagna@ebad.ucad.sn (EBAD/UCAD, BP 3252 Dakar, Sénégal).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org