Navigation – Plan du site

Capter l’autre. Ethnographie de l’univers connecté des gens du voyage

Capture the Other. Connected gypsies'universe ethnography
Gaëlla Loiseau
p. 111-132

Résumés

A partir de 2010-2011, l’usage des médias sociaux s’est développé chez les gens du voyage. Alors que la sphère médiatique et politique ré-activait à leur encontre des processus de stigmatisation, les Voyageurs accédaient à des outils de communication aux potentiels d’émancipation et de création éminents. Cet article propose d’explorer plusieurs facettes de cette appropriation des médias sociaux par une population marginalisée. Nous découvrons que c’est souvent à travers la dérision et les jeux de langage que se dessine une signature « voyageuse » sur le net.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Arnaud Le Marchand et Vassili Rivron qui ont pris le soin de relire les premières versions et ont fourni des conseils éclairés pour finaliser l’écriture de cet article.

Introduction

  • 1 L’ANGVC (association nationale des gens du voyage catholique) par exemple apporte un soutien juridi (...)

1Depuis 2008, les gens du voyage ont commencé à s’équiper de Smarphones au même titre que le reste de la population française. Un certain nombre de foyers vivant en caravane avaient déjà fait l’acquisition d’un ordinateur portable familial qui permettait de stocker et visionner des photos et vidéos familiales mais aussi – pour les responsables des groupes de grands passages (Loiseau, 2009) – un certain nombre de documents permettant de gérer les difficultés inhérentes à l’itinérance (courriers de demande de séjour, attestations dites « de bonne conduite », articles de presse...). Cependant, du fait d’une connexion internet pour le moins aléatoire, jusqu’en 2010 l’usage du papier dans sa dimension tangible et aisément transmissible semblait encore prépondérant. Amenés à vivre sur des terrains le plus souvent démunis de raccordements (friches industrielles, terrains agricoles…), les gens du voyage ont subi de plein fouet la fracture numérique sans qu’elle ne constitue pour autant un axe fort des revendications des associations de Voyageurs. En effet, le raccordement aux réseaux publics d’approvisionnement en eau et électricité constitue encore aujourd’hui pour celles-ci un chantier prioritaire1. Cette fracture numérique est aussi le fruit d’une volonté politique puisqu’un certain nombre de collectivités locales, alors qu’elles doivent réaliser une aire d’accueil, manifestent encore aujourd’hui un refus systématique de connecter ces équipements ou simplement de fournir un accès wifi aux usagers lorsque la connexion est rendue possible. La connexion des gens du voyage au réseau wifi public reste considérée par les sédentaires comme une « démesure », une demande « outrageante » au regard de l’investissement que représente la construction d’un équipement d’accueil pour accueillir une population considérée comme étant « de passage ».

  • 2 De 2004 à 2013, j’ai exercé la fonction de médiatrice départementale auprès des gens du voyage dans (...)

2Dans le cadre de mes activités de terrain auprès des gens du voyage2, j’ai vu apparaître les premières formes d’usages d’internet sur les téléphones portables à partir de 2010. En 2012, un Voyageur m’interpellait pour me demander comment s’était déroulé mon récent séjour à l’étranger, suite à sa visite sur ma page Facebook. Depuis lors, j’ai eu affaire dans le cadre de mes interactions avec les gens du voyage à des personnes « connectées », ayant systématiquement recours à la « navigation » sur le web pour gérer les affaires courantes liées à leur mode de vie itinérant : rechercher un lieu de stationnement, retrouver un document archivé dans leur boîte mail, mobiliser des photos et vidéos afin d’alimenter ou justifier un propos, etc. C’est tout un monde relevant du « domaine commun » (Nicolas-Le Strat, 2014) qui leur a été rendu accessible, et cela sans aucune forme d’intervention technique visant à « forcer » ce raccordement.

3Cette connectivité potentiellement constante métamorphose le rapport des nomades à leur environnement par la rupture de la discontinuité de leur « présence » (Marchandise, 2011). Il semble qu’internet ouvre un espace intermédiaire dans une société de voisins sédentaires et nomades (Haumont et Morel, 2005) : un espace liminaire où les processus d’interaction peuvent s’enclencher et où l’univocité médiatique cède la place à des interactions individuées. La conquête de ce nouvel espace d’expression semble avoir démarré sur les sites d’information où les forums de discussions opèrent souvent comme « défouloir » dès que le sujet porte sur des minorités visibles. Les gens du voyage ont commencé à répondre à des attaques xénophobes sur ces forums en dévoilant leur affiliation identitaire tsigane ou voyageuse par l’usage de pseudonymes formulés à partir de termes comme « gitan », « manouche » ou bien « ferrailleur », « forain », etc.

4Dans un contexte ayant réduit les formes de « co-présence » entre Tsiganes et Gadjé (Loiseau, 2012), la visibilité et l’image de soi ont pris pour les Voyageurs une place déterminante dans les échanges interethniques. L’objet de cet article est de décrire et d’interroger l’économie des contenus (images, propos) qui constituent ce qu’on appelle le « net voyageur » ; à savoir un espace numérique où se déploient des mécanismes de distinction identitaire. En effet, la démocratisation de l’accès à internet sur les téléphones cellulaires a décuplé les potentialités d’action et de narration de « soi » dans un système d’interactions médiatisées (Rheingold, 1995).

5Pour cette première approche des usages d’internet par les gens du voyage, nous avons souhaité privilégier l’observation – des partages, des expressions et des interactions – sur le web, essentiellement sur le média social Facebook et sur la plate-forme vidéo Youtube. Les gens du voyage qui participent à ces échanges vivent a priori en caravane (ou en habitat mixte s’ils sont propriétaires) et pratiquent de façon saisonnière ou permanente le mode de vie itinérant. Cette donnée n’est pas sélective dans les échanges mais elle contribue à un processus de valorisation dans la mesure où les vicissitudes du mode de vie en caravane sont évoquées en vue d’être « partagées ». Les voyageurs qui pratiquent les médias sociaux ne semblent pas se focaliser sur les typologies de lieux fréquentés (aires d’accueil, terrains privés ou stationnements non réglementés). Ils privilégient les relations de l’entre soi familial et/ou communautaire.

  • 3 Ainsi la vidéo intitulée « Gens du voyage lille 59 » postée le 20 avril 2013 sur Youtube fait allus (...)

6Dans l’ensemble des situations décrites c’est surtout la dimension expérientielle (Berardi, 2014) du mode de vie voyageur qui est mobilisée dans la sphère numérique, en vue d’interpeller et de faire sens auprès de ceux pour qui elle constitue une réalité dans tout ce qu’elle peut revêtir de quotidien ou de banal (Jost, 2007). La plupart de ces contenus s’inscrivent dans une continuité des relations entre pairs tout en constituant un enjeu notable dans les processus d’identification. Ils viennent parfois prolonger des échanges qui ont pu avoir lieu « in situ », tout en constituant une opportunité de se faire « connaître » ou « reconnaître » entre pairs3. En cela ils jouent un rôle dans la construction des singularités au sein de la communauté voyageuse. Une partie de ces contenus relève des usages de bienséance (salutations, embrassades virtuelles) et les médias sociaux font dorénavant partie des outils qui accompagnent l’itinérance (informations pratiques transmises sur Facebook sur le déroulement en temps réel du trajet ou sur le lieu d’installation). Quelques leaders communautaires utilisent Facebook comme un outil d’information permettant de dénoncer certaines pratiques voir de mobiliser la communauté dans certaines situations d’urgence.

  • 4 Claire Cossée utilise cette écriture dans sa thèse pour souligner l’idée qu’une « nouvelle présenta (...)

7La particularité du « net » est de pouvoir offrir dans une même technologie la possibilité d’une « re-présentation » (Cossée, 2004)4 collective par un rapport plus ou moins filtré avec l’environnement extérieur, et le maintien ou le prolongement des liens de l’entre soi. Nous verrons que le recours à la dérision, qui constitue un mode de communication très marqué chez les gens du voyage, joue ici un rôle déterminant.

8En effet, la dimension interactive d’internet ne se contente pas d’affirmation ou de « présentation ». Elle appelle un « jeu » et une mise en scène de soi susceptible de donner toute sa tessiture à cette affirmation identitaire à l’œuvre, tout en comportant un risque de dévoiement aux yeux d’un public d’internautes largement galvanisé de la figure de « l’étranger de l’intérieur » (Robert, 2007) qu’ils incarnent depuis le 19ème siècle. Cette visibilité des gens du voyage sur le web les expose aux mêmes menaces auxquelles ils sont confrontés dans leurs interactions non médiatisées (l’agression verbale, la diffamation), mais leurs modalités sont ajustées à la dimension numérique et déploient des subterfuges visant à déstabiliser les initiatives de création de communautés voyageuses sur le net. Ainsi, nous verrons qu’à travers la figuration du Voyageur sur le net, se joue une mise en abîme de son « ontologie » (Piette, 2013). Le net matérialise donc une « coupure qui ouvre l’espace de fiction » (Ricoeur, 1983 : 93). C’est de la manière dont cet espace est investi par les gens du voyage dont nous allons traiter dans cet article.

9Dans leurs usages des médias sociaux, les Voyageurs opèrent un détour fictionnel qui leur permet de s’ancrer dans un registre de communication qui sied à leurs modes d’identification. La mise en images inhérente aux médias sociaux constitue une opportunité créative qu’un certain nombre de Voyageurs exploite en combinant la dimension triviale de leur vécu (caravane, terrain vague, nature ordinaire…) et la « corporéité individuée » (tonalité de la voix, accents et manières de parler, styles vestimentaires, postures du corps…) que produit l’usage du téléphone portable (Bégin, 2011). C’est ainsi que le recours à la fiction nous plonge d’une manière tout à fait inédite dans la réalité de la vie des Voyageurs.

Faire « face » : continuité et perméabilité de l’entre-soi sur Facebook

  • 5 Les commentaires d’articles concernant les gens du voyage du quotidien Midi Libre sont signés avec (...)

10Internet a remis au goût du jour l’emploi du pseudonyme, dont les commentaires publiés à la suite des articles de presse en ligne font généralement usage. Les Voyageurs ou personnes qui veulent être perçues comme telles pour s’exprimer à la suite d’articles qui ont trait aux gens du voyage s’affichent clairement par un pseudonyme qui met en avant leur appartenance à la communauté dont il est question dans l’article5. Le pseudonyme procède ainsi tout autant de la suspension que de l’engagement, du moins de l’affirmation.

  • 6 Ainsi, Fernand Delage qui est largement connu sous le petit nom de « Milo » utilise ce petit nom su (...)

11Chez les Voyageurs, on trouve une forme de surnom appelé « romeno lap » (Treps, 2003) qui sont des petits noms donnés dès l’enfance pour accentuer la singularité de la personne nommée au sein du groupe et lui octroyer une identité voyageuse en plus de son identité civile. Utilisé dans le cercle familial et amical, il revêt un caractère affectif dont le prénom civil est dépossédé. Celui-ci n’est mis en fonction que pour remplir les nécessités administratives qu’implique le fait de vivre dans un monde sédentaire. Il a donc une fonction que l’on peut qualifier d’intermittente, à l’image du rapport que les Voyageurs entretiennent avec la société dominante. Ces petits noms, qui incarnent pourtant l’identité personnelle, ne semblent pas particulièrement présents dans les interactions sur Facebook. Les internautes des pages affiliées « Voyageurs » et « Tsiganes » affichent plutôt les noms de famille (parfois des deux parents) ; démarche qui coïncide à la façon dont les gens du voyage s’identifient et se situent les uns par rapport aux autres dans l’étendue de leur vaste monde. Seules les personnalités dont la notoriété est attestée par le « romeno lap » au-delà du groupe de référence semblent y avoir recours dans leurs échanges sur internet6.

12On assiste davantage à une mise en avant de la dimension ethnique et/ou communautaire. Ce constat coïncide probablement à la volonté des internautes de maintenir une séparation entre leur « identité personnelle » – conscience de soi (Locke, 1998) – et celle promue sur le web. Le fonctionnement identitaire des populations tsiganes (habituées à manier plusieurs registres de langage et à se rendre plus ou moins visibles selon les opportunités et les circonstances) n’est-il pas paré pour appréhender de façon distanciée les réseaux sociaux ?

  • 7 Mots manouches traduits par « bon », « bien », « bisou », « couteau », « hérisson ».

13Beaucoup de pages Facebook affichant une appellation tsigane et/ou voyageuse sont des groupes privés dont certains revendiquent leur volonté de maintenir la cohésion identitaire. Les pages individuelles arborent parfois l’appartenance ethnique dans leur « identité déclarative » (Georges, 2009) allant même jusqu’à le préciser entre parenthèses après le nom ou sur la photo de couverture. D’autres ont recours aux d’emblèmes identitaires (caravane(s), drapeau tsigane ou hérisson, parfois combinés entre eux). L’affichage identitaire apparaît généralement en filigrane que ce soit par le jargon qui est employé dans la description du profil (fréquence de mots manouches comme « latcho », « michto » « tchoum », « tchourine », « niglo »7, etc.), des activités économiques (chineur, forain, ferrailleur, etc.), dans la désignation d’une ville d’origine fictive (comme « Gitangba ») ou par exemple en mentionnant « gens du voyage » dans la rubrique « emploi et scolarité ».

14Internet fait surgir la question de la difficulté d’interaction « in situ » entre les sédentaires et les gens du voyage. Cette situation est clairement révélée par le fait qu’un certain nombre de vidéos amateurs sont produites à l’occasion des installations de groupes de « grands passages » (constitués en moyenne d’une centaine de caravanes) par des habitants ou riverains, et ce dans la grande majorité des cas à l’insu des personnes filmées. Ces moments « captés » et rediffusés sur le web alimentent la complexité du rapport – ni totalement biaisé, ni véritablement frontal – des gens du voyage à la société dominante.

Parer aux intrusions par le « penave »8

  • 8 Littéralement « dire ».
  • 9 Littéralement « bisou ma race ».
  • 10 Ainsi, un jeune noble apparu récemment sur la scène médiatique « tsigane » pour être venu s’initier (...)
  • 11 Ainsi, sur la page « Voyageur Voyageuse Qui Frekonte Ou Pas 2 », le 05/04/2014, une internaute dema (...)
  • 12 Conversation du 21 octobre 2012 tiré de la page facebook « Page celibataire voyageur gitan » suite (...)

15Le ton adopté pour révéler une identification à l’univers Tsigane est toujours celui de la fierté. La récurrence du mot « race » dans les interjections du type « Tchoum ma race »9 consiste à s’assurer d’une filiation entre l’émetteur et les destinataires du message publié. Certaines pages ouvertes comme « Les Gitan(e)s Sont Les Plus Beaux/Belles » appellent au respect et avertissent qu’elles bannissent les auteurs de mauvais commentaires. D’autres choisissent de régler directement le litige causé par des intrusions de Gadjé en leur demandant de bien se tenir. Ainsi la page « Les Gitans, les meilleurs » publiait le 26 mars 2014 : « En ce moment y a des payo qui vienne sur la page pour commenté de tout et n’importe quoi et principalement pour nous critiqué. Alors je sais pas bande de payos sur vous savez lire mais ces une page pour les gitans. Maintenant je vient pas dire qu’ils n’on pas le droit de venir sur la page, y a des payos qui nous déffande alors voila quoi. Mais ceux qui sont la pour critiqué dégagé vous soulé sur ma mère ! » (sic). Les hiérarchies sociales, genrées et générationnelles qui prévalent lors de confrontations orales « in situ » cèdent la place sur les médias sociaux à des réactions et prises de positions individuelles qui fabriquent une représentation « communautaire ». Cette représentation constitue un enjeu de luttes et de légitimité pour définir qui est autorisé (autorisation et autorité) à le faire. On assiste ainsi à des remises en cause de certains « représentants » autoproclamés, proches et défenseurs de la communauté mais qui n’en sont pas issus10, ou à l’invalidation de membres ou visiteurs dont les commentaires témoignent de filiations jugées trop lointaines de la réalité du mode de vie voyageur. L’abstraction à laquelle est contrainte la dimension numérique des échanges est compensée par le recours à un référentiel qui permet de redéployer l’univers voyageur. La question de l’authenticité des identités est récurrente laissant sous-entendre le pouvoir subversif (Mac Luhan, 1993) et l’emprise sur l’humain (George, 2009) du « médium », qu’il semble urgent de devoir « contrer »11. Le détectage des « intrus » passe notamment par la mise en exergue d’un style d’écriture décalé qui s’inscrit dans le « jeu romanès » que Patrick Williams décrit comme idéal linguistique des Tsiganes, soit une forme de bilinguisme (Williams, 2003). Ainsi, de même que le « parler cru » porte atteinte à l’attrait d’un « garson moitier voyageure moitier gadjo » aux yeux des Voyageuses12, l’incurie vis-à-vis de l’orthographe est revendiquée comme modalité d’expression identitaire.

  • 13 Dépêches Tsiganes, « Nouveau déferlement haineux contre les gitans via Facebook, une association dé (...)
  • 14 Ainsi, les commentaires postés sous une photo prise dans un contexte familial d’un groupe de jeunes (...)

16Une attitude de vigilance commence à s’instaurer, car parmi les pages ouvertes affichant une affiliation identitaire tsigane, se trouvent des leurres conçus pour exalter les stéréotypes négatifs accolés aux « Gitans » et attiser les remarques xénophobes. Ainsi, le groupe « Les Gitans Sont Les Plus Swags » créée le 5 décembre 2013 qui recueillait 847 « j’aime » au 23 mars 2014 s’inscrivait dans la lignée de ce qu’avait initié la page « Adopte un Gitan » qui a fermé suite à une plainte pour incitation à la haine raciale en août 201313. Les auteurs de ce type de pages aux contenus diffamatoires peaufinent leurs techniques de communication en « diluant » leurs propos xénophobes dans un registre cynique. Le but est clairement de semer le trouble en appâtant des « Gitans » en quête de relations entre pairs, n’hésitant pas à jouer sur le registre de la surenchère du soi que l’on retrouve régulièrement sur les pages Facebook des personnes tsiganes et voyageurs. Ainsi, la page « Les Gitans Sont Les Plus Swags » s’adresse « à tous les gitanophiles, amateurs de jazz manouche, les amoureux du cuivre et pour la protection des hérissons ». Sur cette page, on trouve un certain nombre d’images d’hommes et femmes présentés comme « Gitans » dans des contextes familiaux ou autres à qui les auteurs prêtent des intentions coïncidant aux stéréotypes en cours – notamment celui du « voleur » – et qui servent à illustrer des propos racistes voire obscènes14. Le sédentaire qui vit l’installation d’un groupe de gens du voyage comme une intrusion, acquiert grâce aux réseaux sociaux la capacité d’accomplir un renversement spectaculaire en se mettant en situation de pouvoir « capturer » virtuellement ceux-là mêmes qui semblent habituellement insaisissables. Sans spéculer sur la volonté de l’auteur de la page « Les Gitans Sont Les Plus Swags », on peut admettre que sa démarche s’inscrit pleinement dans la logique du réseau qui consiste à pouvoir créer des « nœuds » nouveaux ou incongrus. Par le subterfuge et dans le confinement du virtuel (qui préserve l’intégrité physique), il a imaginé et créé une situation excitante qui relève à la fois du fantasme et du « passage à l’acte » mais qui n’est ni l’un ni l’autre. Piège pour les uns ou jeu pour les autres, il ignore et perturbe aveuglément l’organisation des coexistences humaines et sociales. En cela, internet est aussi un instrument qui fait la part belle à l’envers de la civilité (Gozlan, 2013).

17Cette pratique nous ramène à la fonction originelle du mot « réseau » dont l’étymologie renvoie aux techniques de préhension (ou de capture) opposées, à celles de percussion (Parrochia, 2005). Les deux techniques sont en réalité mises en œuvre sur le net. En effet, anonyme ou masqué, le détracteur peut surgir à tout instant pour toucher en plein cœur et venir perturber le cocon « communautaire » reconstitué sur le net ou bien prélever, comme nous venons de le voir, des fragments du réel en vue de les travestir. Les Voyageurs présents sur Facebook parviennent à se mobiliser pour éradiquer les profils nocifs. Ainsi, la rixe verbale visant à neutraliser un internaute ayant posté un commentaire provocant et médisant sur la page « Les voyageurs defie lesNON ! tu peux pas nous defier on et trop puissant » s’achève par un « va te cacher » adressé à l’intrus après que celui-ci ait tenté plusieurs ripostes en falsifiant son profil. Ces opérations de mise hors d’état de nuisance manifestent une volonté d’exercer un pouvoir sur la « corporéité » de l’intrus, déjouant ainsi la « virtualité » de l’échange.

Une contiguïté menaçante

  • 15 Alexandre Bassette, « Un maire utilise facebook pour mobiliser les habitants contre les Tsiganes », (...)
  • 16 « Montvérain : les nomades portent plainte contre la « milice » du maire », Le Parisien, 14/06/2013

18A travers l’écran se jouent donc des conflits qui sont le plus souvent contenus lors des interactions « in situ » pour des raisons qui ont trait au « vivre ensemble ». Les réseaux sociaux du web sont des propagateurs de réflexions et de pensées qu’Anthony Galabov qualifie de « répertoire de l’anonymat public » (Dufoulon, 2012). Lors des « grands passages », les responsables qu’ils soient évangéliques ou non, déploient une énergie constante pour réfréner toute tension non-productive avec les Gadjé et détourner les enjeux de conflit qui ont trait à l’estime identitaire vers un salut religieux ou une morale fondée sur l’exemplarité. Mais l’élasticité qui s’opère par la négociation et la médiation dans le cadre des relations réelles (Simmel, 2003) entre nomades et sédentaires est enrayée par la radicalité manichéiste qui domine les échanges sur ces pages Facebook. Le recours aux médias sociaux densifie la conflictualité dans la mesure où la retraite physique du nomade n’est plus un gage de retombée des fébrilités. Le cyberespace voyageur constitue une « zone de frappe » virtuelle où l’antagonisme latent entre les deux groupes trouve à s’exprimer « hors contexte » et donc sans limite spatio-temporelle. A ce qui n’est autre qu’un conflit « ouvert » participent volontiers certains maires qui provoquent des situations d’affrontements réels en faisant usage des réseaux sociaux. Ainsi, le maire d’une commune de Seine et Marne15 a appelé à la mobilisation des habitants pour résister aux gens du voyage : « Je vous demande à tous de vous mobiliser et pas uniquement sur Facebook, j’ai besoin d’avoir les Montévrinois à mes côtés physiquement »16.

  • 17 Publication du 27/03/2014 à 14h11.
  • 18 Publication du 27/03/2014 à 16h37 ayant recueilli 139 « j’aime », 40 partages et 20 commentaires (e (...)

19Pour les représentants « communautaires », les choix des publications semblent orientés par les évènements « off line » capables de susciter l’adhésion du plus grand nombre « on-line ». Ainsi, Milo Delage a publié sur sa page une alerte suite à la disparition d’une jeune Voyageuse. Il partagea alors l’information de cette manière : « grace a notre resaux facebook la petite de micheline X a été retrouvé............saine et sauf..... Merci a tous , c,est grace a vous... ! ! ! ! ! »17. Il précise ensuite : « Je vous explique comment que la petite fille a micheline a ete retrouver . Ses un vieux pervert qui qui a labitude de prende des jeunes cher lui . Et grace au réseau sociaux quil a ete dénoncé . Et naturellement sa ses mal passé pour lui . Mais le principal ses que la petite et ete retrouver donc tout fini bien. Milo »18. Cette information, maintenue dans le journal du représentant « communautaire » a été largement diffusée par les membres de la page.

  • 19 Les évangélistes considèrent qu’il faut avoir atteint « l’âge de raison » pour pouvoir se baptiser.

20Les croyances et tabous culturels guident et orientent les pratiques « on-line ». Il nous a été rapporté par une femme de confession catholique qu’une photo d’un nouveau-né mis en scène sur un lit couvert de billets de banque avait été publiée par une famille de Voyageurs sur Facebook. Sans préciser l’affiliation cultuelle de l’auteur, elle a unanimement condamné cet acte arguant que la circulation sur internet d’images d’un nourrisson n’ayant pas été baptisé pouvait impacter sa destinée. La mère de cette femme, qui venait d’être grand-mère, indiqua qu’aucune image de son petit-fils ne pourrait circuler sur internet avant qu’il ne soit baptisé, tout en nous montrant une image de ce dernier sur son téléphone portable. Le baptême connecte avec le divin en vue d’une identification et d’une protection d’un nouveau membre de la communauté religieuse. Le divin est également sollicité pour construire la relation aux défunts. Internet étant appréhendé comme un univers « chaotique » dans la mesure où les intrusions ne peuvent être totalement maîtrisées, il convient d’apprêter suffisamment le jeune enfant par l’entremise de gestes et rites prophylactiques dont le baptême fait partie chez les catholiques. La question du risque que représente la diffusion d’images d’enfants sur internet serait sans doute traitée différemment chez des évangélistes qui n’ont pas la possibilité d’avoir recours au baptême dès le plus jeune âge19.

21Le problème principal pointé par des Voyageuses (qui côtoient fréquemment les Gadjé du fait de leurs activités militantes de défense du mode de vie des gens du voyage) semble être celui de la dé-contextualisation. Prenant l’exemple de jeunes filles tenant sur Facebook des propos qualifiés de « salaces » amenés à être lus par des Gadjé, elles pointent un problème de « dénaturation » du propos. Ces paroles permissives liées à l’honneur et au défi (notamment vis-à-vis des hommes), permettent à la jeune fille de se positionner et d’établir sa renommée personnelle au sein du groupe. Ces Voyageuses nous révèlent qu’elles n’ont de sens et de portée que dans l’« entre-soi ». Au-delà du fait que la publication de ce type de message fasse courir un risque aux personnes et au groupe qu’il représente, ces Voyageuses évoquent une forme d’« inconscience » quant à envisager la possibilité d’être lu / vu / « capturé » par des Gadjé.

Du signe au « masque » : la signature voyageuse

  • 20 Commune de Rattachement (cf. titre II de la loi n° 69-3 du 3 janvier 1969 relative à l’exercice des (...)
  • 21 Ainsi, la jeune fille cherchant à supprimer le profil d’un garçon dont elle soupçonne de ne pas êtr (...)

22Comme toute minorité visible les populations tsiganes, et plus particulièrement les Voyageurs, ont dû composer avec les signes visuels de leur distinction. Ceux-ci sont déclinés sous forme de symboles (la roulotte, le hérisson, le drapeau rom…), d’insignes (la caravane, le fourgon, le carnet de circulation…), mais aussi de signalements administratifs (visas sur les titres de circulation, mentions « SDF » ou « CR20 » sur les cartes nationales d’identité…) et d’une signalétique qui s’adresse spécifiquement à eux dans l’espace public (panneaux de signalisation « interdit aux nomades » ou « aire d’accueil des gens du voyage »). L’usage de Facebook par les Voyageurs souligne les paradoxes d’une identité jalonnée de ces signes qui cherche à se reconstituer sur le net – et cela massivement – en déployant un arsenal langagier et symbolique, fondé sur le discours de l’authenticité (Peterson, 1999). Or, il semble bien qu’un des enjeux du net consiste aussi à vouloir cesser de « se raconter des histoires ». Beaucoup d’internautes qui échangent avec ceux qui se présentent sur ces pages à travers de prétendus critères d’authenticité « gitane » ou « manouche » aiment à rappeler leur condition métisse21. Nous allons voir maintenant comment certains Voyageurs, que l’on peut qualifier d’« auteurs », réinventent une nouvelle façon de dévoiler l’entre soi sur la Toile dans un registre qui supporte – voire convoite – le regard des Gadjé.

De la parole-écran à l’émotion-signe

  • 22 Ces bandes-dessinées bricol(l)ées sont devenues un genre en soi depuis les médias sociaux.

23La page « Le Journal des Voyageurs » se distingue des autres pages Facebook car l’auteur cherche à susciter la connivence des Voyageurs par l’illustration de scènes du quotidien où bon nombre d’entre eux peuvent se reconnaître. Des scénettes sous forme de bandes dessinées ou de montages façon « roman-photo »22 sont publiées sur cette page où les dialogues font écho à des aspects pratiques de la réalité voyageuse. L’énigme du captage du réseau internet lorsque le téléphone est posé « sur le rebord du careaux du camping » est l’une des scénettes postée par Le Journal des Voyageurs qui a suscité le plus grand nombre de « j’aime » (169 au 29/03/2014), dénotant son caractère itératif dans le quotidien des Voyageurs.

Figure 1 : Exemples de scénettes sous forme de bandes dessinées ou de montages façon « roman-photo »

Figure 1 : Exemples de scénettes sous forme de bandes dessinées ou de montages façon « roman-photo »

24On trouve également des « chaînes » sur Youtube comme LesChickenwings ou FalckFousProduction qui donnent à voir des vidéos divertissantes créées par des petites équipes de Voyageurs. Il s’agit de donner vie à des figures connues (telles que le pasteur ou le vieux) et mettre en scène des situations vécues dans un style cocasse ou humoristique. Ces auteurs n’ont nul besoin de préciser que leurs créations sont destinées à un public « voyageur », puisqu’elles sont conçues de manière à ce que ce dernier soit en situation de décrypter mieux que quiconque l’esprit et le contexte du scénario. Par exemple, la redondance des injures qui ont trait aux « morts » est telle que si elle peut amener le Gadjo à en sourire c’est parce qu’il pourra y déceler des éléments de fond lui permettant d’accéder à la culture « voyageuse ». Les dessins mis en ligne sur la page « Le Journal des Voyageurs » établissent non seulement un lien entre l’univers voyageur et la société globale mais incluent dans les traits d’humour l’effet de Facebook dans le vécu des Voyageurs. Ainsi l’illustration intitulée « Facebook lutte contre la faim dans le mondes » tourne en dérision l’abus d’emploi de « mange tes morts » qui est devenu la marque du langage voyageur sur les médias sociaux. Par ailleurs, l’usage du mot « monde » dans l’intitulé de la vignette est une référence indirecte à l’univers évangélique qui emploie ce terme pour désigner l’ensemble des non-convertis et, par extension l’ensemble des non-Tsiganes (Loiseau, 2004). L’expression injurieuse « mange tes morts » est également mise en scène dans un contexte de « Saint Valentin » qui créé un effet de surprise car il s’agit d’une fête commerciale, peu suivie chez les Voyageurs. Le dénouement n’est pas moins surprenant, puisqu’encore une fois, les morts entrent en scène, à travers le cadeau qui est offert à la femme.

  • 23 L’auteure se réfère à Paul Ricoeur : « Dire soi n’est pas dire moi. Soi implique l’autre que soi, a (...)

25Cet élan créatif axé sur la parole et les jeux de langage créé un événement qui, parce qu’il passe inaperçu dans l’univers des Gadjé, en est véritablement un. Une parole, suscitant éclats de rires et consternations, énonciatrice des frontières morales et transgressive, tisse par l’émotion une légitimité à se dire, à se dévoiler et à se reconnaître entre soi en dehors d’un répertoire de signes exogènes. L’émotion, comme le rappelle Noëlle Burgi Golub, « met en mouvement la pensée et le jugement » (1998 : 68). « Elle est un sens : non pas du point de vue physiologique mais du point de vue de la conscience. Un sens aux origines immémoriales, celui dont nous parlons quand nous évoquons le sens de la justice ou de la dignité. De ce point de vue elle est un mode de compréhension de soi23, dont il faut préciser qu’il est privé de transparence, qu’il n’est ni une connaissance claire et distincte ni une stratégie adaptative » (Burgi Golub, 1998 : 69). Cette émotion provoquée par la distanciation du réel aiguise et alimente une sensibilité collective nouvelle.

26On observe aussi une tendance à ramener dans l’univers « voyageur » des éléments de la culture de masse par la parodie « en parler voyageur » d’extraits de films ou de séries à succès. Ainsi, la scène du décès de l’entraineur Mickey dans le film Rocky III de Silverster Stallone (1982) est parodiée et publiée sur Youtube – dans une vidéo intitulée « rocky voyageur gitan » – par des Voyageurs qui choisissent de mettre en scène l’un des leurs au chevet de son père24. Cette scène est introduite par la femme du personnage principal l’empêchant (vainement) d’entrer voir son père souffrant : « Non mon homme ne rentpas. Ne rentpas mon homme ça va tfaire mal au cœur mon homme ! Non mon homme fais pas ça ! » Son « homme » parvient néanmoins à entrer, acte qu’elle commente : « Oh mon Dieu quelle vie dses morts, dans létat quil va être Seigneur ! ». La scène se poursuit avec l’homme au chevet de son père : « Tata ! Oh ! Tates là ? (respiration difficile du père) Il sest passé quoi Tata ? ». Le père répond : « Qui cest là ? » puis enchaîne en parlant de sa maladie (la diarrhée) et explique ses dernières « volontés » : « Avant qujmeure, le ptit camping que jai chez moi là-bas, tu ldonneras au ptit commis lMouloud et les deux-trois euros qui mrestent sur lcompte, prends-les mon fils jte les donne. » Le choix d’une scène permettant d’aborder un sujet tabou et codifié chez les Manouches – la mort (Williams, 2001) – relève d’une stratégie identitaire qui permet de traiter des éléments culturels conçus comme immuables. En l’occurrence, le « camping »25 de l’homme qui s’apprête à mourir va, conformément à la tradition, sortir du cercle familial et être recyclé en étant confié à une personne considérée comme non Manouche, bien qu’ayant eu des liens étroits avec la famille. La suite du dialogue permet d’introduire la dimension religieuse qui, quoi que culturelle et sujette au syncrétisme, ne relève pas du domaine de l’immuable et au contraire (à en juger par la récurrence de ce sujet dans les vidéos de Voyageurs sur internet) se prête à la dérision26.

27La fréquence de la mise en dérision de l’idéologie évangéliste sur internet, par les Voyageurs eux-mêmes, laisse entendre une possibilité de changement du moins de conscientisation par l’humour.

  • 27 Ainsi la liberté de langage de la page Facebook Le Journal des Voyageurs est dosée de manière à ne (...)
  • 28 Elle parle face à la caméra (plan fixe) assise sur un meuble à l’intérieur d’une caravane.
  • 29 Cf. la vidéo de Kilsly Lopez intitulée « message de david lopez » publiée le 9 juin 2012 sur Youtub (...)
  • 30 Un mème est un anglicisme « utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en ma (...)
  • 31 Cf. par exemple la vidéo « Gitan énervé placo » postée par beporenard sur Youtube le 18 février 201 (...)
  • 32 Cf. par exemple les vidéos sur Youtube « Message à Djo & David (CLASH DES GITANS Nouveau) » (posté (...)

28Les auteurs que nous avons observés recréent un cadre fictionnel au sein duquel la critique de l’univers voyageur peut s’exercer, tout en prenant en compte certaines limites27. Cette parole-parodie qui émerge avec internet se fait plus sensible dès lors qu’elle n’est pas clairement identifiée et qu’elle est démunie d’éléments fictionnels sur lesquels la possibilité d’exercer un « rôle » critique est solidement arrimée. Ce type de parole, parodiant « de l’intérieur » des pans constitutifs de l’identité voyageuse contemporaine, devient performative et revêt alors un caractère décadent. Ainsi, la vidéo « la chrétienne du papier cul .mp4 » sur Youtube, mettant en scène une jeune foraine parodiant sans artifice28 un « témoignage évangélique » (qui consiste pour le converti à raconter, devant une assemblée de fidèles, comment Dieu a transformé sa vie) suscite encore, trois ans après sa publication, des réactions parfois virulentes de personnes qui n’hésitent pas à convoquer le regard du divin sur cet acte qu’ils condamnent. La vidéo « la chrétienne du papier cul.mp4 » sur Youtube suscite également des réactions enjouées : « elle et unike la ptite fille la ! ! ! en plus de sa elle a raison », « Jmp ! ! ! ! elle est RaRe ! ! ! ! ! », « elle vo des million mdr », « tas raison ses alloua ses une secte ». Ce qui compte c’est de pouvoir toucher. Ce canal sensible qu’est l’écran convoquant sur un même support la dimension intime et la relation au monde se prête parfaitement à cet exercice « tactile ». C’est précisément ce qui sort de l’écran et vient toucher au cœur l’individu pour le « transporter » (Nahoum Grappe, 1994) en dehors de sa sensation de maîtrise totale sur l’objet. L’individu voyageur est touché par ce que d’autres, dans leur intimité voyageuse, produisent et révèlent à propos de « soi ». Le ressenti conforte alors la sensation unique d’être soi, d’être l’autre (Ricoeur, 1990), d’être humainement « voyageur » ; et contrebalance l’artifice de la fascination de soi. Cette sensation produit ce que nous nommons l’émotion-signe. Le signe est livré sur le web par cette connexion illimitée sans pour autant pouvoir être décryptée ou « reçue » de façon linéaire. Il faut « en être » pour ressentir l’effet de cette « parole-écran ». Ainsi, Youtube devient le théâtre de rixes verbales entre Voyageurs29. Le support vidéo et la mise en ligne des messages participent d’une amplification des stratégies de défiance dans l’entre soi, dont les effets se font ressentir in situ. Parmi les effets non maîtrisés de ce type d’altercation sur internet (soit « rendue publique ») figurent un nombre considérable de mèmes30 réalisés par des Voyageurs31 ou des Gadjé32, et dont les tonalités varient de l’ironie à la satire.

Un écran « fenêtre » qui offre à voir la texture du réel

  • 33 Les ChickenWings ont créé une chaîne sur Youtube en juin 2011 où ils se présentent ainsi « voilà no (...)
  • 34 Les FalckFousProduction ont créé une chaîne sur Youtube en décembre 2012. En avril 2014, ils compta (...)
  • 35 Cette chanson est interprétée sur la mélodie de « Désormais » de Charles Aznavour.

29La réalité voyageuse ne se contente pas de se dire, elle se réinvente sur le web (Diminescu, 2010), et surenchérit la dimension insignifiante du réel de manière à le rendre opaque voire déconcertant. En effet, avec l’avènement de l’internet voyageur, le masque est redéfinit de l’intérieur. Il devient davantage signature que signe. Ce que les auteurs appellent la « télé-réalité » des Voyageurs doit pouvoir être compris dans le sens premier du préfixe « télé- » d’une mise à distance – et en dérision – de la réalité des Voyageurs. Il s’agit bel et bien d’un spectacle, d’une création artistique, entièrement réalisé en autoproduction. Cette dimension dilettante a toute son importance puisque ce sont les Voyageurs-acteurs qui décident du décor, de l’intrigue et du dénouement de l’histoire qu’ils content, en plus d’incarner les personnages. Nous allons nous intéresser plus particulièrement aux productions vidéos des ChickenWings33 et des FalckFousProduction34. Ces deux « chaînes » sur Youtube sont initiées par des groupes d’hommes qui laissent entrevoir des relations d’amitié entre eux, notamment dans les bêtisiers qui figurent dans les vidéos en ligne. Ils utilisent des accessoires et déguisements pour interpréter les rôles de femmes ou de vieux. De temps en temps ils font apparaître des femmes ou des enfants pour jouer des rôles subalternes. Les vidéos font parfois référence à des personnages ou évènements survenus dans d’autres sketchs au sein d’une même chaîne, de manière à esquisser un style qui peut se rapprocher de la série. Les Gadjé apparaissent dans les personnages sans être surinvestis ni systématiquement dévalorisés. Ces fictions tournent en dérision l’ensemble des éléments, sujets et personnages qui forment la trame de la réalité des Voyageurs. La vidéo « Les Gadjé » qui est une chanson35 sous-titrée façon karaoké illustre avec humour ces petits riens qui permettent de déceler la distinction subtile entre les Gadjé et les Voyageurs, et à travers lesquels ni les uns ni les autres ne peuvent être hissés au rang de héros.

30Le champoing et le café par exemple apparaissent comme marqueurs d’une façon de vivre « voyageur ». Ils sont l’occasion de traiter certains clichés tels que le lavage des « chieux » avec des produits détergents36 ou encore la rusticité des vieux (au niveau du langage, des croyances, du comportement en groupe ou du rapport aux soins37). Ainsi, dans « Le café »38 la « manmie » se rebiffe lorsque son petit-fils lui dit « merci » alors qu’elle lui sert le café, puis lorsqu’il se met à l’appeler « grand-mère » et à nommer le « café » par son nom et non par l’emploi du terme d’argot voyageur correspondant :

- Manmie (exaspérée) : « Bah « café grand-mère » ! (elle pose la cafetière brutalement sur la table et fixe son petit-fils) mais t’es un crudot là mon fils ! »

- Petit-fils : « Quoi j’suis un crudot ? »

-Manmie : « Ben c’est du prono ! c’est pas du café c’est du prono ! Et moi c’est manmie, c’est pas grand-mère c’est manmie ! »

31Cette contre-référence à l’univers « cru » avec lequel tout Voyageur doit composer, mais duquel il doit aussi savoir se départir, pose comme interdit culturel la distinction individuelle élaborée sur la base d’idées ou de propos tenus des Gadjé et inopérants pour le groupe. Les vidéos qui font référence aux décalages entre les classes sociales ou les générations chez les Voyageurs sont révélatrices d’une fonction primordiale dans l’identité voyageuse d’adaptation de sa manière d’être et de parler en fonction du contexte (professionnel ou familial).

Figure 2 : Le café (Parodie Gitan) - LesChickenWings

Figure 2 : Le café (Parodie Gitan) - LesChickenWings

32Ainsi, si dans le sketch « Le café » posté par LesChickenWings c’est la « manmie » qui remporte la « battle » en accusant son petit-fils de ne pas savoir manier deux registres de langage distincts ; dans le sketch « le garçon qui était cru »39 des FalckFousProduction on assiste à une démonstration plus complexe. Dans ce sketch, on voit s’opposer deux catégories de Voyageurs : le « cru » présenté tour à tour en train de regarder le film Le Seigneur des anneaux puis de lire un livre « sur l’architecture moldave » revêtu d’un peignoir, et l’autre (le Voyageur « authentique ») accoutré d’une coiffure hirsute (par le truchement d’une perruque) et dont le rôle consiste à interroger (« tu fais des études de pasteur au moins si tapprends à lire ? », juger et souligner la manière d’être « crue » du premier personnage.

Figure 3 : Le garçon qui étai cru

Figure 3 : Le garçon qui étai cru

33Dans ce sketch, le Voyageur « authentique » est mis en échec (« cuit ») par son ignorance car il ne sait pas distinguer sa droite de sa gauche. Ainsi, cette vidéo qui ne se prive pas de caricaturer le « cru » pour affirmer d’une certaine manière la norme du parler voyageur, ne cède pas pour autant à un abrutissement stérile du « cru » (qui représente donc le « Gadjo ») et amène à plusieurs reprises le personnage « pittoresque » à s’interroger sur son enfermement et sa « bêtise ». Cette vidéo apparaît comme un clin d’œil a priori provocateur à l’égard des normes identificatoires des Voyageurs, tout en évoquant la question de la segmentation sociale des gens du voyage à travers le prisme de l’apprentissage de la lecture (et donc de la fréquentation de l’école). Par la dérision elle pointe les dérives grossières auxquelles sont exposés les Voyageurs qui seraient tentés de trop s’identifier aux valeurs « crues » de la société dominante. Dans la vidéo « les braqueurs (parodie gitan) » postée ultérieurement, les FackFousProduction tournent finalement en ridicule le fameux « garçon cru » qui incarne cette dérive. En effet, le scénario met cette fois-ci en échec deux braqueurs (à savoir les deux personnages « cru » et « cuit ») suite à une lecture erronée d’une enseigne publique (« banque du centre » à la place de « banque du sang ») par « le garçon qui était cru ». Ainsi, le dénouement de ces deux épisodes range les deux personnages du côté de la catégorie valorisée chez les Voyageurs à savoir celle qui n’est pas crue (mais qui, en dehors des vidéos d’humour, n’est cependant pas nommée autrement que par « voyageur » ou « manouche »).

  • 40 Le nom de la chaîne « B&Fendt TV » est un homonyme de la chaîne BFMTV et fait référence à une marqu (...)

34A travers ces vidéos, on observe une systématisation de la dimension créative qui consiste à implanter un cadre explicitement fictionnel en ayant recours à des accessoires mais aussi des effets spéciaux. Ces procédés, appliqués chez LesChickensWings et FalckFousProduction, font de ces vidéos des « signatures » notamment par la création de personnages dont on va pouvoir forger le caractère, le vécu et donc l’identité. C’est ainsi que l’« ange Oliver » chez LesChickenWings permet de ridiculiser ou dramatiser certaines croyances et plus largement le domaine religieux, sans être soumis à une quelconque velléité de censure. Certaines « signatures » telles que le personnage du « papou boudin » ou la chaîne de télévision « B&Fendt TV »40 (créés par LesChickenWings) sont cités par les FalckFousProduction qui les hissent au rang de références de l’univers fictionnel « voyageur ».

  • 41 57260 vues au 15 janvier 2015, contre 22133 pour « Le garçon qui était cru » et 21085 pour « les br (...)

35Côté FalckFousProduction, la vidéo la plus visionnée est « Pascal le Pasteur »41 qui met en scène un homme « possédé » par un démon qui n’est autre que le chanteur Claude François. Cette vidéo – qui se termine par la libération de l’homme grâce à l’intervention du pasteur – bien que conçue de manière à ridiculiser les croyances et procédés utilisés par les évangélistes, n’a pas un effet aussi « menaçant » sur le réel que la « La chrétienne du papier cul .mp4 ».

36Une lecture plus transversale de toutes ces vidéos dévoile en filigrane la matérialisation de l’existence voyageuse et un regard sensible sur ce qui se trame à l’intérieur des caravanes et des campements. Ce que les auteurs appellent la « télé-réalité » des Voyageurs. La connexion à Internet, par l’intermédiaire de ces chaînes Youtube, offre aux Voyageurs une possibilité de déconnection de leur réalité (qui peut être pesante), tout en reconnectant avec un univers familier. Cette mise en scène d’un niveau intimiste de lecture de soi qui mise sur la dimension infime du réel, déjoue avec finesse le monopole de la parole des Gadjé sur l’écran ; et ce dans un contexte d’exacerbation des déclarations diffamatoires. Cette parole « dérisoire » sur soi annihile toute tentative de captation de la réalité voyageuse. Celle-ci est signifiée par des éléments si singuliers qu’ils suffisent à discréditer toute entreprise de réification. La chanson « Les Gadjé » joue pleinement sur cette déroute, par la mise en scène d’un style qui prend le soin de biaiser, sans l’occulter, la référence aux objets marqueurs tels que le hérisson ou le camion :

Figure 4 : Les Gadjés (Parodie Gitan) - LesChickenWings

Figure 4 : Les Gadjés (Parodie Gitan) - LesChickenWings

Figure 5 : Les Gadjés (Parodie Gitan) - LesChickenWings

Figure 5 : Les Gadjés (Parodie Gitan) - LesChickenWings
  • 42 Mickael Wesch, An anthropological introduction to Youtube, publié le 26 juillet 2008 sur Youtube : (...)

37Alors que pour les Gadjé la vue d’un campement dérange au point d’empêcher toute possibilité d’interaction non-polémique, voici que s’énonce à travers ces vidéos toute l’épaisseur d’un univers qui – contrairement aux déclarations médiatiques ou proclamations identitaires – n’offre pas de prise. Sous la fugacité de la dérision se dérobe toute la bannière de l’altérité voyageuse. La quête d’authenticité qui, selon Mickael Wesch42, caractérise les utilisateurs de Youtube s’exerce par le biais de la créativité. Pour les Voyageurs que nous avons cités, il ne s’agit aucunement de s’éloigner de leur quotidienneté mais bien plutôt de rehausser son statut par l’entremise de la fiction. Mais, contrairement à ce qu’on peut observer chez beaucoup d’internautes (Wesch, 2008), les Voyageurs n’apparaissent jamais seuls face au reste du monde. Même lorsqu’ils sont dans un face-à-face avec la caméra, ils s’adressent aux « cousins », « oncles » et « tantes », c’est-à-dire à des pairs, tout en mettant en scène non pas des individus réels, mais des personnages. Cette ossature fictionnelle, forgée de l’intérieur, est un masque épais et protéiforme qui « enrôle » dans un processus identitaire réflexif.

Conclusion

38A partir de la façade « écran » du monde, les Voyageurs dévoilent une identité hybride et en cours d’élaboration dont la particularité repose sur une forme « ouverte » aux Gadjé. Si la plupart des auteurs que nous avons pu observer sur internet ont grandi avec cette appellation « gens du voyage », leurs parents et grands-parents l’ont vu apparaître dans les discours politiques, prendre « forme » dans leur quotidien – avec les « places désignées » qui sont devenues des « aires d’accueil », puis progressivement se « singulariser » et se charger de sens dans l’entre soi. Le stade d’internet exacerbe ce processus. Mais Internet n’est pas le lieu de l’univocité contrairement à la réalité des prises de paroles « in situ » où il s’agit de négocier une « place » avec les Gadjé. Il est le lieu de la multiplicité et de l’interaction. Il absorbe et déploie la complexité du réel. L’autre du « net » est a priori « autre » tout autant que « soi ». Cette connexion ubiquitaire au vaste monde semble parfois oppressante et suscite des réactions de protection et de défiance.

39Ce nouveau terrain joue sur la visibilité et la distinction ou au contraire sur l’anonymat et la banalisation. Si la posture de l’interlocuteur du Voyageur est décisive dans les expressions identitaires « in situ » ; sur l’écran connecté au vaste anonymat du monde, la « mise en scène » de soi détermine à elle seule le déclenchement du processus d’identification. Le recours à la fiction et à l’humour permet de jouer sur le double registre de l’entre-soi et de l’universalité. Sur internet, les Voyageurs s’offrent à voir dans un spectacle dont ils maîtrisent toutes les étapes de production. Le cadre qui s’impose pour dépasser la condition fragmentaire et hybride du net est celui de la fiction. Si elle peut être citée ou commentée, la réalité voyageuse n’est pas mise à nu sur internet. La représentation d’une réalité « authentique » attendue, cède la place à une expression symbolique qui noue dans l’ironie le répertoire identitaire de l’entre-soi avec celui de l’altérité. C’est finalement une humanisation plus qu’un réalisme qui s’offre à voir à travers l’avènement de l’internet voyageur. Les scénettes publiées par des auteurs comme Le Journal des Voyageurs, LesChickenWings ou les FalckFousProduction sont susceptibles de captiver aussi bien les Voyageurs que les Gadjé. Ces auteurs figurent une capacité d’usage du monde connecté qui révèle une sensibilité au risque de dissolution qu’internet recèle. Ils sont la génération qui régénère l’identité voyageuse et la pourvoient d’une voix face à l’écran-miroir du net. Sur cette nouvelle « place » du web, ils continuent d’être et de « faire » entre soi, tout en ayant conscience de pouvoir être vus et « reconnus » par le reste du monde. Cette démonstration à travers internet d’une cohésion identitaire, exerce un magnétisme qui permet de le « capter » pour la simple nécessité d’être « totalement » soi, en co-naissance du monde.

Haut de page

Bibliographie

BEGIN, R. (2011), « L’espace du pocket-film. Sur l’institution numérique de la cinématographie mobile », Appareil, http://appareil.revues.org/1258.

BERARDI, F. (2014), « Chapitre 8. Attention et expérience à l’âge du neurototalitarisme », in CITTON, Y. (dir.), L’économie de l’attention, La Découverte, « Sciences humaines », 147-160.

BERTHELIN, O. (2013), Tsiganes et réseaux sociaux. Une histoire d’amour, Dépêches tsiganes, 17 décembre 2013, <http://www.depechestsiganes.fr/?p=8603>

BURGI GOLUB, N. (1998), Emotion identité jugement, Questions sensibles, Puf, 59-76.

COSSEE, C. (2004), Tsiganes et politiques : vers quelle re-présentation ? Représentation politique et mouvements minoritaires en France et en Hongrie, Thèse de sociologie, Université Paris 8, soutenue le 9 décembre 2004.

DIMINESCU, D. et PASQUIER, D. (dir.) (2010), Les migrants connectés. T.I.C., mobilités et migrations, Réseaux, vol. 28, n° 159.

GALABOV, A. (2012), Répertorier l’anonymat public : personnages et acteurs de la communication politique virtuelle, in DUFOULON, S. (dir.), Internet ou la boîte à usages, L’Harmattan, Paris, 183-196.

GEORGES, F. (2009), Représentations de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0, Réseaux, 2009/2, n° 154, 165-193.

GOZLAN, A. (2013), Facebook : de la communauté virtuelle à la haine, Topique, 2013/1, n° 122, 121-134.

JOST, F. (2007), Le culte du banal. De Duchamp à la télé-réalité, CNRS Ed., Coll. Sociologie/ethnologie/anthropologie, Paris.

LOCKE, J. (1998), Identité et différence, seuil, Paris.

LOISEAU, G. (2014), Les schizes d’une médiation anthropologique entre l’Etat et les gens du voyage. Entretien réalisé par Monique Sélim, Journal des anthropologues, « Désir d’éthique. Besoin de normes ? », n° 136-137, 2014, 177-204.

LOISEAU, G. (2012), Maintenus dans leur ethnicité au nom de l’ordre public. Le cas des gens du voyage, in CRENN, C. et KOTOBI, L. (dir.) Du point de vue de l’ethnicité. Pratiques françaises, Armand Colin, Recherches, Paris.

LOISEAU, G. (2009), « Les grands passages ». Une forme d’itinérance alternative à la spatialisation des gens du voyage, Le Sociographe, 2009/1, n° 28, 13-26.

LOISEAU, G. (2004), Pentecôtisme, ethnocentrisme et ethnicité tsiganes. L’efficience des mots dans la relation interethnique, Etudes Tsiganes, 2004, n° 20, 107-125.

MARCHANDISE, S. RENAULT, M. (2011), Les territorialités émergentes des migrants marocains. Pratique du web, réseaux et élargissement des territoires, Netcom, vol 25, n° 1-2, 33-46.

MC LUHAN, M. (1993), Pour comprendre les médias. Les prolongements technologiques de l’homme, Bibliothèque Québécoise, Sciences humaines.

NAHOUM-GRAPPE, V. (1994), Le transport : une émotion surannée, Terrain, n° 22, 69-78.

NICOLAS-LE STRAT, P. (2014), « agir en commun, agir le commun », http://blog.le-commun.fr/?p=738, 1 mai 2014.

PARROCHIA, D. (2005), Quelques aspects historiques de la notion de réseau, Flux, n° 62, 10-20.

PETERSON, R.A. (1997), Creating country music: Fabricating authenticity, University of Chicago Press, Chicago.

PIETTE, A. (2013), Au cœur de l’activité au plus près de la présence, Réseaux, 2013/6, n° 182, 57-88.

RICOEUR, P. (1990), Soi-même comme un autre, Seuil.

TREPS, M. (2003), Usages actuels du romeno Lap. Une approche de terrain, Etudes tsiganes, n° 16, 55-74.

RHEINGOLD, H. (1995), Les communautés virtuelles. Autoroutes d’information pour le meilleur ou pour le pire, Paris : Addison-Wesley-France.

SIMMEL, G. (2003), Le Conflit, Circé.

WESCH, M. An Anthropological introduction to Youtube, Conférence du 23 août 2008, Library of Congress, <https://www.youtube.com/watch?v=TPAO-lZ4_hU> < http://www.michaelwesch.com/>

WILLIAMS, P. (2003), Langue tsigane. Le jeu romanès, Etudes Tsiganes, n° 16, 11-36.

WILLIAMS, P. (2001), Nous on n’en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Paris.

Haut de page

Notes

1 L’ANGVC (association nationale des gens du voyage catholique) par exemple apporte un soutien juridique aux familles de gens du voyage exposées à des discriminations en matière d’habitat et d’urbanisme, notamment lorsqu’ils accèdent à la propriété privée.

2 De 2004 à 2013, j’ai exercé la fonction de médiatrice départementale auprès des gens du voyage dans l’Hérault (Loiseau, 2014).

3 Ainsi la vidéo intitulée « Gens du voyage lille 59 » postée le 20 avril 2013 sur Youtube fait allusion à la réputation d’un Voyageur (nommé par son surnom et son département d’appartenance) à qui les protagonistes s’adressent sur le ton de la dérision, tout en sachant que la vidéo (qui affiche 16851 vues au 13 janvier 2015) convoitera d’autres Voyageurs et pourra répercuter des réactions et donc une certaine notoriété au sein de leurs cercles de relations voyageurs.

4 Claire Cossée utilise cette écriture dans sa thèse pour souligner l’idée qu’une « nouvelle présentation de soi » est en jeu dans les mouvements politiques tsiganes.

5 Les commentaires d’articles concernant les gens du voyage du quotidien Midi Libre sont signés avec des pseudonymes comme « gitan34 », « manouchedu34 », « papi LEMANOUCHE FERAILLEUR », « gitan », etc.

6 Ainsi, Fernand Delage qui est largement connu sous le petit nom de « Milo » utilise ce petit nom sur Facebook (sa page « Soutien à Milo Delage le leader des gens du voyage. Personnage public » totalise 12264 mentions « j’aime » en date du 19 janvier 2015.

7 Mots manouches traduits par « bon », « bien », « bisou », « couteau », « hérisson ».

8 Littéralement « dire ».

9 Littéralement « bisou ma race ».

10 Ainsi, un jeune noble apparu récemment sur la scène médiatique « tsigane » pour être venu s’initier au mode de vie manouche avec sa guitare a pu être qualifié dans des échanges entre Voyageurs sur Facebook de « Raclo qui ne représente que lui-même ».

11 Ainsi, sur la page « Voyageur Voyageuse Qui Frekonte Ou Pas 2 », le 05/04/2014, une internaute demandait la suppression d’un profil au motif qu’il ne serait pas un « vrai » Gitan. Elle publie une photo de la conversation pour preuve : « A : mdr c tchi tkt :-) (trad. : mort de rire. C’est rien, ne t’inquiète pas) / B : De quoi / A : ta pas compris / B : Nn ta dit quoi / A : Si ta pas compris ces que tes pas un gitan ma fois / B : Pk tu me dit sa / A : Paske tentrave tchi à ske jpénave ma fois (trad. : parce que tu ne comprends rien à ce que je dis ma foi) / B : OK ».

12 Conversation du 21 octobre 2012 tiré de la page facebook « Page celibataire voyageur gitan » suite au post « un garson moitier voyageure moitier gadjo vou en pencer qoi les fille ». Deux commentaires sur 17 font référence au « parler cru » qui sert à qualifier la façon de parler des Gadjé : « sa dépend coment il est, si il parle bien sava mes si il parle cru comme un gadjo laisse tonber jmp » et « oui si il est pas cru sa va ».

13 Dépêches Tsiganes, « Nouveau déferlement haineux contre les gitans via Facebook, une association dépose plaine », 19 août 2013.

14 Ainsi, les commentaires postés sous une photo prise dans un contexte familial d’un groupe de jeunes femmes posant en tenues décontractées (pyjamas, joggings…) sur un canapé et ayant des chignons laissant dépasser des mèches de cheveux en éventail ont été publiées par l’auteur de la page « Les Gitans Sont Les Plus Swags » dans l’intention d’exhiber de manière provoquante le « côté swag » (sous-entendu « négligé ») de ces femmes. Cette photo recueilli plusieurs commentaires faisant référence à leurs « hérissons intimes » et qui « doivent sans doute piquer » et un « Mmm » transformant l’image extraite de son contexte initial en objet pornographique.

15 Alexandre Bassette, « Un maire utilise facebook pour mobiliser les habitants contre les Tsiganes », Le Figaro, 24/05/2013.

16 « Montvérain : les nomades portent plainte contre la « milice » du maire », Le Parisien, 14/06/2013.

17 Publication du 27/03/2014 à 14h11.

18 Publication du 27/03/2014 à 16h37 ayant recueilli 139 « j’aime », 40 partages et 20 commentaires (en date du 04/04/2014).

19 Les évangélistes considèrent qu’il faut avoir atteint « l’âge de raison » pour pouvoir se baptiser.

20 Commune de Rattachement (cf. titre II de la loi n° 69-3 du 3 janvier 1969 relative à l’exercice des activités ambulantes et au régime juridique applicable aux personnes circulant en France sans domicile ni résidence fixe).

21 Ainsi, la jeune fille cherchant à supprimer le profil d’un garçon dont elle soupçonne de ne pas être un « gitan » parce qu’il « entrave » (comprend) pas ce qu’elle dit (cf. note 19), se voit rétorquer par une tierce personne « ya pu bokou d voyageur ki parle la langue sa c per mintnan alor sa veu pa dir k c pa un voyageur ».

22 Ces bandes-dessinées bricol(l)ées sont devenues un genre en soi depuis les médias sociaux.

23 L’auteure se réfère à Paul Ricoeur : « Dire soi n’est pas dire moi. Soi implique l’autre que soi, afin que l’on puisse dire de quelqu’un qu’il s’estime soi-même comme un autre » (Ricoeur, 1991, Lectures 1. Autour du politique, Paris, Seuil, 258).

24 https://www.youtube.com/watch ?v =h3tZWmblOc0

25 Les Voyageurs utilisent le mot « camping » pour dire « caravane ».

26 Le fils : « Tu vas guérir ! On va aller à la réunion, tu verras… ». La caméra change d’angle et fixe le père depuis la place du fils, de manière à accentuer la force de son propos. Le père (réprobateur) : « Arrête de me parler dréunion va ! (silence)».

27 Ainsi la liberté de langage de la page Facebook Le Journal des Voyageurs est dosée de manière à ne pas rompre l’affinité identitaire qu’elle est supposée créer : « Jessayent de pas trop mettre de vilaine parole. Gens et mis au début, mais maintenant gens met moins. Rigoler un peu ça va, mais faut pas trop parler des mort apres ces pas beau ».

28 Elle parle face à la caméra (plan fixe) assise sur un meuble à l’intérieur d’une caravane.

29 Cf. la vidéo de Kilsly Lopez intitulée « message de david lopez » publiée le 9 juin 2012 sur Youtube (697 536 vues le 27 mai 2015) qui a reçu le 12 mai 2015 une réponse de la part de Djo Lopez sur la même plateforme à travers une vidéos intitulée « Djo Lopez - Clash Gitans - Clermont Ferrand 63 » publiée le 12 mai 2015 (317 788 vues le 27 mai 2015).

30 Un mème est un anglicisme « utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur internet » cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Mème_Internet

31 Cf. par exemple la vidéo « Gitan énervé placo » postée par beporenard sur Youtube le 18 février 2013 (420 694 vues le 27 mai 2015) reprend la structure narrative de la vidéo « message de david lopez » précédemment citée. Plus récemment la vidéo « Clash of Gitans Lopez du 36 » postée sur Youtube par spionomiC le 19 mai 2015 (20 230 vues le 27 mai 2015).

32 Cf. par exemple les vidéos sur Youtube « Message à Djo & David (CLASH DES GITANS Nouveau) » (posté par Paul Paulsen le 18 mai 2015, 120 929 vues le 27 mai 2015), « CLASH GITANS - La Débande : qui nous encule à nous ! ? » (postée par La Débande le 22 mai 2015, 74 243 vues le 27 mai 2015) ou encore la vidéo « CYPRIEN - CLASH DES GITANS » postée par Cyprien le 28 mai 2015 et qui totalisait déjà le 30 mai 2015 quelques 3,4 millions de vues.

33 Les ChickenWings ont créé une chaîne sur Youtube en juin 2011 où ils se présentent ainsi « voilà nous sommes une bande de voyageurs qui font des sketchs sur les voyageurs pour rigoler. Voilà voilà il fait beau sinon ? » : https://www.youtube.com/user/smrcaplot/videos.

34 Les FalckFousProduction ont créé une chaîne sur Youtube en décembre 2012. En avril 2014, ils comptabilisent 19 vidéos publiées et 275 abonnés : https://www.youtube.com/user/FalckFousProduction/videos.

35 Cette chanson est interprétée sur la mélodie de « Désormais » de Charles Aznavour.

36 Ce sujet est traité sur plusieurs chaînes de Voyageurs sur Youtube : Les ChickenWings (« le champoing (parodie gitan »), Mason Brobald (« Les gitan movie le chonpoin »)

37 Cf. le rôle du « papou boudin » chez LesChickenWings ou bien celui du sorcier dans la vidéo « parodie gitan » de Bruno Delatour (sur Youtube).

38 https://www.youtube.com/watch ?v =DlRf2g6Dd-s

39 https://www.youtube.com/watch ?v =PVDgKQHquIE

40 Le nom de la chaîne « B&Fendt TV » est un homonyme de la chaîne BFMTV et fait référence à une marque de caravanes prisée chez les Voyageurs (Fendt).

41 57260 vues au 15 janvier 2015, contre 22133 pour « Le garçon qui était cru » et 21085 pour « les braqueurs (parodie gitan) ».

42 Mickael Wesch, An anthropological introduction to Youtube, publié le 26 juillet 2008 sur Youtube : https://www.youtube.com/watch ?v =TPAO-lZ4_hU

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Exemples de scénettes sous forme de bandes dessinées ou de montages façon « roman-photo »
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2 : Le café (Parodie Gitan) - LesChickenWings
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1885/img-2.png
Fichier image/png, 373k
Titre Figure 3 : Le garçon qui étai cru
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1885/img-3.png
Fichier image/png, 184k
Titre Figure 4 : Les Gadjés (Parodie Gitan) - LesChickenWings
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1885/img-4.png
Fichier image/png, 379k
Titre Figure 5 : Les Gadjés (Parodie Gitan) - LesChickenWings
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1885/img-5.png
Fichier image/png, 387k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlla Loiseau, « Capter l’autre. Ethnographie de l’univers connecté des gens du voyage », Netcom, 29-1/2 | 2015, 111-132.

Référence électronique

Gaëlla Loiseau, « Capter l’autre. Ethnographie de l’univers connecté des gens du voyage », Netcom [En ligne], 29-1/2 | 2015, mis en ligne le 16 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/1885 ; DOI : 10.4000/netcom.1885

Haut de page

Auteur

Gaëlla Loiseau

Doctorante en sociologie, UMR 6266 IDEES-Le Havre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org