Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Traces numériques et territoires, SEVERO M., ROMELE A. (Dir.)

Paris, Presses des Mines, 2015
Diogo Barry
p. 235-238
Référence(s) :

SEVERO Marta, ROMELE Alberto (Dir.), Traces numériques et territoires, Paris, Presses des Mines, 2015, 270 p. ISBN 978-2-356-71227-1

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT B, université Lil (...)
  • 2 Alberto Romele, philosophe de la technologie et en herméneutique à l’université de Porto/université (...)

1L’ouvrage « Traces numériques et territoires », publié sous la direction de Marta SEVERO1 et Alberto ROMELE2 se donne pour objectif de réfléchir aux méthodes et outils en provenance des sciences humaines et sociales permettant d’articuler les deux objets contenus dans le titre. Plus largement, il poursuit un objectif de sensibilisation méthodologique et théorique sur la notion de trace. Les auteurs partent du principe qu’une « méthodologie adéquate » appliquée à la quantité considérable de « traces numériques » laissées par les habitants d’un territoire, permettra aux divers acteurs de trouver de nouveaux corpus et de nouvelles approches pour mieux saisir les évolutions territoriales. L’ouvrage se compose de trois volets : les méthodes développées pour étudier les données numériques ; les approches théoriques permettant d’analyser le territoire sous l’angle des traces numériques ; l’utilisation effective de ces traces pour l’aménagement et la gestion territoriale.

Quelles données numériques et méthodes au service des études territoriales ?

  • 3 Professeur de nouveaux médias et de la culture numérique à l’Université d’Amsterdam.
  • 4 Docteure de l’université de Warwick, membre du Centre for Interdisciplinary Methodologies.
  • 5 Docteure de l’université de Londres et assistante Professeur en nouveau Media et Culture Digitale d (...)

2Dès son ouverture, l’ouvrage se place dans l’étude de l’impact de l’ordinateur en tant que media de communication de masse, propulsé par une technologie de plus en plus performante et hypermnésique. Richard ROGERS3 prend ainsi très tôt le soin de faire ressortir une distinction « méthodologique » entre « trace numérique » et « donnée numérique ». La trace numérique est ici vue comme une empreinte – une inscription - stockée, archivée sous forme de bits informationnels dans un dispositif numérique doté d’une capacité mémorielle. C’est par un glissement implicite que les termes « trace numérique » et « empreinte » sont assimilés, conformément aux conventions à l’œuvre dans la discipline de l’auteur. Mais, cette assimilation aurait sans doute demandé à être plus clairement explicité dans un ouvrage aux accents fortement interdisciplinaires. Richard ROGERS identifie quatre approches méthodologiques divisées en deux principaux groupes, selon qu’elles s’appliquent sur les données numériques (culturomie, altimétrie, etc.) ou sur les données natives (cybermétrie, analyse culturelle, etc). Noortje MARRES4, Carolin GERLITZ5 s’intéressent aux similarités et aux altérités entre les outils publics d’analyse des données sur internet et les techniques de recherche sociologique. Ils présentent les méthodes d’interface (méthodes sociales informatisées) comme celle fondée sur la « cooccurrence des mots ».

L’incomplétude des données « traditionnelles »

  • 6 On notera ici qu’une nouvelle précision épistémologique s’imposerait. De notre point de vue, comme (...)
  • 7 Sociologue et professeur des universités à Sciences Po est spécialiste des usages du numérique et d (...)

3L’insatisfaction liée à l’usage des données traditionnelles désignées sous la notion de « hard data », rend légitime, selon les auteurs, la prise en compte d’autres types de données disponibles sur le web : « soft data ». Cette évolution pose de nouvelles questions. L’usage des « traces numériques » (au sens large) laisse-il ses « marques » sur le territoire ?6 Dominique BOULLIER7 estime que l’avènement des réseaux numériques oblige à penser le territoire dans un ordre d’agencement chronologique en complément des visions d’agencement topographique et topologique plus classiques. Le nouveau territoire du l’ère numérique n’a plus des limites précises et s’inscrit dans un processus d’échange avec son environnement. Le modèle top-down hérité du mode d’agencement classique avec son centre et ses nœuds d’influence, coexiste de plus en plus avec un modèle bottom-up introduit par internet, notamment par le web 2.0. Celui-ci, favorise la circulation des idées à travers un réseau d’éléments en interaction sans au préalable besoin de déterminer un point central. Cet environnement crée une nouvelle géographie mouvante, faite de flux et de reflux, des traces et des marques et impactent sur les techniques d’observation et d’études sur les territoires.

Les traces numériques, supports de l’aménagement et de la gestion territoriale

  • 8 Maître de conférences en urbanisme à l’Université Paris-Diderot (Paris 7) et chercheur au laboratoi (...)
  • 9 Historienne, maître de conférences habilitée à diriger les recherches en aménagement et urbanisme à (...)
  • 10 Professeur à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3.
  • 11 On remarquera ici l’influence des travaux de B. Galinon-Mélénec qui a proposé de nommer « signe-tra (...)
  • 12 Géographe, chercheur au sein du laboratoire Chôros de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne.
  • 13 Maître de conférences, en sciences de l’information et de la communication, CNAM.
  • 14 Professeur des universités, Université Toulon Var.

4A travers l’analyse de la plateforme Carticipe à Strasbourg et à Marseille, Nicolas DOUAY8 et Maryvonne PREVOT9 montrent comment les plateformes collaboratives peuvent influencer les politiques urbaines d’une ville par l’impulsion d’une nouvelle dynamique participative citoyenne. Dans cet ordre d’idées, Franck CORMERAIS10 analyse la ville comme objet spatial spécifique à l’ère des « traces numériques » et met en avant la notion d’hyperville par analogie à l’hypertexte comme étant un système où le rapport aux traces-signes11, « opère une reconfiguration dans la redistribution spatiale et temporelle ». Pour Boris BEAUDE12, les « traces numériques » rendent « compte de la dimension spatiale de l’action, comme autant de témoignages de ce qui a lieu », et permettent de mieux saisir la structuration de la réalité sociale. En outre, Maryse CARMES13 et Jean-Max NOYER14 mettent en évidence que l’exploitation des traces numériques touchant des domaines variés de la vie sociale et économique, rend possible à l’échelle d’un territoire ce qu’ils appellent le plissement numérique du monde.

5« Traces numériques et territoire » est un ouvrage utile qui offre de nouvelles perspectives sur l’étude de la trace. On aurait toutefois aimé que les différentes acceptions de la « trace » soient mieux précisées, notamment dans les nuances et rapprochement avec les notions « d’empreintes » ou encore de « marques ». Mais il s’agit sans doute là moins d’une approximation des auteurs que du fruit d’une recherche encore en train de se faire.

Haut de page

Notes

1 Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT B, université Lille 3.

2 Alberto Romele, philosophe de la technologie et en herméneutique à l’université de Porto/université e Compiègne.

3 Professeur de nouveaux médias et de la culture numérique à l’Université d’Amsterdam.

4 Docteure de l’université de Warwick, membre du Centre for Interdisciplinary Methodologies.

5 Docteure de l’université de Londres et assistante Professeur en nouveau Media et Culture Digitale de l’université d’Amsterdam.

6 On notera ici qu’une nouvelle précision épistémologique s’imposerait. De notre point de vue, comme l’empreinte, la marque est une forme spécifique de trace et leur emploi indique la volonté de signaler un rapport à la durée (empreinte) et une typicité (la marque).

7 Sociologue et professeur des universités à Sciences Po est spécialiste des usages du numérique et des technologies cognitives.

8 Maître de conférences en urbanisme à l’Université Paris-Diderot (Paris 7) et chercheur au laboratoire Géographie – cités (équipe CRIA).

9 Historienne, maître de conférences habilitée à diriger les recherches en aménagement et urbanisme à Lille1.

10 Professeur à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3.

11 On remarquera ici l’influence des travaux de B. Galinon-Mélénec qui a proposé de nommer « signe-trace » le résultat des processus d’interaction qui produit le signe (la trace visible et lisible).

12 Géographe, chercheur au sein du laboratoire Chôros de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

13 Maître de conférences, en sciences de l’information et de la communication, CNAM.

14 Professeur des universités, Université Toulon Var.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diogo Barry, « Traces numériques et territoires, SEVERO M., ROMELE A. (Dir.) », Netcom, 29-1/2 | 2015, 235-238.

Référence électronique

Diogo Barry, « Traces numériques et territoires, SEVERO M., ROMELE A. (Dir.) », Netcom [En ligne], 29-1/2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/1879

Haut de page

Auteur

Diogo Barry

Doctorant en sciences de l’information et de la communication. Laboratoire : IDEES LE HAVRE - UMR IDEES 6266 du CNRS. Ecole doctorale : 556 Hommes Sociétés Risques Territoires.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org