Navigation – Plan du site

S’affranchir des distances : le web de la « diaspora » réunionnaise

Michel Watin et Eliane Wolff
p. 207-216

Résumés

Vécue comme un exil dans les années 1970, le regard des Réunionnais sur la migration change à la fin du XXème siècle, au moment où se déploient et se démocratisent les technologies de l’information et de la communication (TIC). Les migrants « connectés » s’organisent alors en une e-diaspora, communauté agissant indissociablement « on line » et « off line » et affirment leur présence dans la société réunionnaise. Longtemps repliée sur elle-même, La Réunion doit désormais compter avec ses ultramarins et repenser son inscription spatiale qui s’étend aujourd’hui au monde entier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La réflexion proposée ici s’inscrit dans un programme de recherche visant à décrire et à comprendre les effets du développement des Technologies de l’Information et de la Communication (T.I.C.) dans les sociétés. Elle s’applique plus particulièrement à l’île de La Réunion, ce territoire insulaire de l’océan Indien, récemment projeté dans le flux mondialisé avec le déploiement des technologies numériques.

  • 1 Ce travail s’appuie sur des recherches récentes réalisées dans le cadre d’un programme ANR intitulé (...)

2Dans cette perspective, cet article s’intéresse aux processus migratoires qui ont animé l’île de La Réunion depuis l’origine de son peuplement ; il appréhende plus précisément les « nouvelles migrations » qui se dessinent à la fin du XXème siècle avec la généralisation des T.I.C.1 et envisage l’émergence d’une diaspora réunionnaise de manière concomitante à celle d’une « e-diaspora » qui se développe sur la Toile.

3La migration est fondatrice de l’histoire de La Réunion : la société insulaire est façonnée par l’arrivée, à partir de 1663, de vagues successives d’individus, venus libres ou contraints, mettre en valeur la colonie de Bourbon, cette île de l’océan Indien alors vierge de toute occupation humaine.

4A la suite de l’arrivée des « Premiers Français » (1663), la Compagnie des Indes Orientales (1667-1767) importe à Bourbon des contingents de plus en plus nombreux d’esclaves ; ils sont suivis, après l’abolition de l’esclavage (1848), par des Indiens tamouls qui viennent s’engager sur les plantations de canne à sucre en manque de main d’œuvre. A partir de la fin du XIXème siècle, d’autres groupes de migrants - Chinois cantonnais, Indiens du Gudjarat puis, après 1950, Français métropolitains- viennent s’installer sur l’île. Ces différentes vagues migratoires ont constitué le peuplement de l’île jusqu’à former une société créole qui restera longtemps relativement isolée de sa métropole coloniale.

5Mais si beaucoup immigrent, peu émigrent : les quelques départs que l’on relève à partir de la fin du XIXème siècle ne concernent finalement que les membres des familles de l’élite coloniale qui voyagent pour affaires ou pour études. On note toutefois le départ de quelques Réunionnais plus modestes qui, espérant trouver une vie meilleure, partent s’établir sur l’île voisine de Madagascar.

6La situation change avec la départementalisation de 1946, lorsque les pouvoirs publics décident d’organiser une émigration de masse visant à faire partir de l’île un nombre significatif de personnes dans l’espoir de diminuer une pression démographique jugée problématique.

7A cette migration fortement contrainte succède, au tournant du XXIème siècle, une émigration plutôt volontaire pour des Réunionnais qui, de plus en plus nombreux, décident de quitter l’île pour chercher une formation ou un emploi, tout en s’ouvrant au monde.

8Ce changement de posture sera plus particulièrement interrogé, car il correspond à la démocratisation des moyens de communication intervenant localement au milieu des années 1980 (téléphone, desserte aérienne …) et, après l’an 2000, au déploiement et à la généralisation des Technologies de l’Information et de la Communication (T.I.C.).

L’émigration réunionnaise après la départementalisation (1946)2

  • 2 Ce texte est construit à partir d’une conférence prononcée en septembre 2013 au séminaire « Mobilit (...)

9En 1946, La Réunion sort exsangue de la période coloniale et le passage au statut de Département français d’Outre-mer (DOM) porte l’espoir d’un développement économique et social. La politique de « rattrapage avec la métropole » produit effectivement, dans les premières années de la départementalisation, une réelle amélioration de la situation sanitaire. Mais ces progrès économiques et sociaux sont rapidement contrariés par l’importante poussée démographique qui s’en suit, au point que le tout jeune département ne parvient pas à nourrir correctement une population de plus en plus nombreuse.

10Afin de diminuer la pression démographique, les pouvoirs publics décident d’organiser l’émigration massive des Réunionnais et, dans cette perspective, mettent en œuvre plusieurs dispositifs. Le Bureau d’Études pour le Développement de la production Agricole dans les Territoires d’Outre-Mer (BDPA) est créé en avril 1950 pour « coloniser » l’île voisine de Madagascar en installant des familles réunionnaises dans la vallée de la Sakay (1952-1977). Le Bureau pour le développement des Migrations intéressant les Départements d’outre-mer  (BUMIDOM, 1963-1981) renforcé localement, à partir de 1965 par le Comité national d’accueil et d’actions pour les Réunionnais en mobilité (CNARM, association Loi 1901) organise la migration des Réunionnais vers la France métropolitaine. Ce dispositif est remplacé, en 1982, par l’Agence Nationale pour l’insertion et la promotion des Travailleurs d’outre-mer (ANT, 1982-2010), puis en 2010, par l’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité (LADOM).

11Les premiers dispositifs, particulièrement le BUMIDOM, ont ainsi « traité » une masse de migrants plus ou moins volontaires, visant l’implantation définitive en France métropolitaine : de fait, ce dispositif qui a œuvré pendant presque vingt ans, n’a jamais pris en charge, malgré ses promesses, le voyage du retour des migrants souhaitant revenir au pays. A contrario, les dispositifs les plus récents prennent en compte, au « cas par cas », les projets de mobilité individuels ; ils prennent en charge, sous conditions, les regroupements familiaux comme le retour des migrants. Aujourd’hui, des campagnes de communication incitent au départ en vantant l’expérience, enrichissante et nécessaire pour des insulaires, de la mobilité et de la confrontation avec d’autres sociétés et d’autres cultures.

12De 1950 à nos jours, on passe ainsi progressivement d’une gestion quantitative à une gestion qualitative de la migration et à une valorisation de la mobilité.

13Il n’empêche que la migration vers la France métropolitaine organisée par le BUMIDOM a fortement marqué la mémoire collective réunionnaise : par son importance numérique d’abord, car le dispositif a fait partir quelques 38000 personnes3 ; par ses méthodes ensuite, car l’incitation au départ des familles démunies, sélectionnées par l’aide sociale, s’est souvent faite pressante auprès des familles peu instruites qui n’ont pas toujours compris les conséquences d’un départ vers la métropole.

  • 4 Le dénombrement concerne les « originaires » de l’île : considérant les Réunionnais en France métro (...)

14De fait, de nombreux îliens ont vécu l’émigration comme un exil, un déracinement douloureux, une double absence, celle de celui qui n’est « ni d’ici ni de là-bas » (Sayad, 1999). Au prétexte de favoriser « l’intégration du Créole au sein de la communauté nationale », les migrants sont volontairement dispersés en métropole. La communauté réunionnaise de métropole, trop fractionnée et trop effacée, n’apparaît que bien peu dans l’espace public (Gailland 2005). Elle est peu représentée par des associations politiques, religieuses ou culturelles ; elle ne formule aucune revendication ethnique ou identitaire et n’entretient que des contacts restreints avec le pays d’origine. Citoyens à part entière mais Français « entièrement à part », les Réunionnais de métropole « partagent les difficultés d’emplois, de formation, de logement des travailleurs étrangers et, plus largement des classes défavorisées » (Bertile, Lorraine, 1996 : 20). Ils sont confrontés à des conditions de vie dégradées, parfois proches de la paupérisation, au mépris et au racisme, et vivent douloureusement la séparation physique et psychologique avec le pays natal. Pour Alain Lorraine et Wilfrid Bertile (1995), les Réunionnais de métropole forment alors une « communauté invisible » qui, représente, en 1999, plus de 180000 personnes à comparer aux 700000 îliens (INSEE, RGP 1999)4.

15Ainsi, et quand bien même les dispositifs d’incitation et d’aide à la migration se sont ensuite assouplis, s’attachant à accompagner des projets individuels de mobilité, l’action du BUMIDOM a très largement entaché le regard des Réunionnais sur la migration.

D’une migration contrainte a une migration choisie ?

16A la fin du XXème siècle, le regard porté sur la migration se transforme et plusieurs raisons peuvent expliquer cette nouvelle posture.

17Du point de vue sociologique, cette appréhension nouvelle de la migration s’inscrit dans le changement social qui anime la société réunionnaise à partir des années 1980 : on voit émerger une classe moyenne valorisant la mobilité, encourageant les expériences hors de l’île et disposant de moyens financiers pour voyager et payer les études supérieures de ses enfants (Wolff, Watin, 2010).

  • 5 Ainsi, pour exemple, en 2010 : 23 millions d’euros ont été investis par le Conseil Général, 8 milli (...)

18Du point de vue politique, le changement d’attitude vis-à-vis de la migration correspond à l’ouverture de lignes budgétaires5 dédiées à la mobilité, finançant les voyages (aller-retour annuels durant la formation), l’aide à la première installation, la prise en charge du déplacement d’un parent accompagnant un jeune au moment de son installation etc …

  • 6 Le premier vol d’un avion à réaction (Boeing 707) date de 1967. Le gros porteur Boeing 747 se pose (...)
  • 7 La démocratisation des ordinateurs personnels et de la connexion Internet à domicile est remarquabl (...)

19Du point de vue des communications, cette posture nouvelle correspond à de nouvelles possibilités de déplacement : on voyage plus facilement hors de l’île avec le développement et la démocratisation progressive, à partir des années 1985, du transport aérien6. On communique également plus facilement avec l’évolution spectaculaire et la généralisation du téléphone à domicile puis l’explosion du téléphone portable. Enfin, à partir des années 2000, le déploiement et à la démocratisation des T.I.C. diminuent fortement les prix des télécommunications7 et assurent une connexion quasi constante entre l’île et le monde.

20Les T.I.C. permettent ainsi aux migrants de rester facilement, « en temps réel » et à moindre coût, en contact avec la famille et le pays. Ceux qui partent, même s’ils sont confrontés à un départ qui peut être vécu comme un déchirement, s’en vont avec la certitude de rester connectés quasiment en continu avec l’île.

21Les mobilités réunionnaises du début de ce XXIème s’inscrivent ainsi dans les nouvelles formes des migrations contemporaines décrites par Diminescu (2005) ; elles doivent être appréhendées comme des phénomènes où mobilité et connectivité définissent le migrant du XXIème siècle, le « migrant connecté ».

22L’affranchissement des distances grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication a des répercussions sur la société insulaire et modifie la posture des Réunionnais vis à vis de la migration.

La société réunionnaise face aux nouvelles migrations

La notion de « diaspora »

23Depuis peu, on n’hésite plus, dans l’espace public local, à utiliser les termes de diaspora et « diasporés » pour désigner les Réunionnais vivant hors de l’île. Jusque-là, ces termes, qui n’ont pas de traduction en créole, n’étaient guère usités. Les Réunionnais en métropole, se considérant Français, ne peuvent s’envisager comme des « diasporés », ni comme formant une diaspora dans leur propre pays ! C’est l’élite intellectuelle en mobilité et parfois en poste de haut niveau en métropole, qui revendique ce statut. En mars 2006, elle organise, à l’École nationale des Ponts et Chaussées de Paris, un colloque intitulé « Regards croisés des Réunionnais de la diaspora : 1946-2006 ». Ces jeunes diplômés, « fiers de leurs racines et conscients de leur valeur », « qui ont fait le choix de la migration », souhaitent témoigner, malgré des difficultés certaines, « d’une migration positivée, porteuse d’espoir et de promotion sociale » et se déclarent résolument « Réunionnais de la diaspora » (Adres, 2002 ; Amarres, 2006).

  • 8 Ils sont rédigés par le promoteur du site à partir de quelques questions types auxquelles les membr (...)

24Le site web reunionnaisdumonde.com créé en 2005 va amplifier ce mouvement : entre autres rubriques, ce site propose des « portraits d’expatriés »8 où sont déclinés les parcours, les motivations à la migration, les espoirs par rapport « au pays » et le vécu de Réunionnais « installés » en métropole ou ailleurs dans le monde. Les migrants y témoignent de leurs expériences ultramarines, décrivent leurs conditions de vie, incitent les jeunes de l’île au départ. Ils valorisent ainsi la mobilité présentée, malgré les difficultés, comme plutôt « réussie » et « heureuse », prenant ainsi le contrepoint les « récits du malheurs » (Marimoutou, 2013) caractérisant les premières vagues migratoires réunionnaises. Ces portraits « d’expatriés » sont repris et publiés par la presse écrite locale et font parfois l’objet de reportages sur la radio publique (RFO). La migration réunionnaise, longtemps sans existence publique, est ainsi donnée à voir à tous et « apparaît », au sens de Hannah Arendt, dans l’espace public médiatique local.

Le migrant connecté, le web de la diaspora et la e-diaspora

25Le site reunionnaisdumonde.com s’insère dans le web de la diaspora réunionnaise et devient, pour les Réunionnais de métropole et ceux dispersés dans le monde, un espace d’échanges et des contacts.

26Le web d’une diaspora désigne un ensemble mouvant de sites web, construits et animés par des migrants ou produits à destination des migrants qui, en se citant et/ou en étant cités, constituent un réseau plus ou moins dense de liens (Diminescu, 2012).

27Le web d’une diaspora peut être représenté sous forme d’un graphe dans lequel quelques sites, particulièrement cités, font « autorité ». Le graphe ci-dessous donne un aperçu du web de la diaspora réunionnaise en 20109.

Figure 1. : Graphe donnant un aperçu du web de la diaspora réunionnaise en 2010

Figure 1. : Graphe donnant un aperçu du web de la diaspora réunionnaise en 2010
  • 10 Le programme « e-Diaspora-atlas » a pour ambition de visualiser et d’analyser la dynamique des syst (...)

28Le site « reunionnaisdumonde.com » est un « site qui est beaucoup cité ». Il qui présente un grand nombre de liens entrants et son diamètre est proportionnel aux liens qui l’unissent aux autres, indiquant un fort degré d’influence. Il s’agit typiquement d’un site « autorité »10.

29A côté du site réunionnaisdumonde.com particulièrement visible dans le web de la diaspora réunionnaise, émergent d’autres sites qui participent à la constitution de cet espace d’échange.

30Le site Clicanoo est la version électronique d’un quotidien « papier » local (Le Journal de l’Ile). Il est davantage lu par les migrants que par les îliens et leur permet de rester en contact avec la vie de la société insulaire. De même, Radio FreeDom, une radio très écoutée sur l’île, est également, grâce au streaming, accessible aux Réunionnais du monde qui peuvent ainsi, « en temps réel », rester en contact avec le pays. Dans les deux cas, les Réunionnais « du dehors » peuvent se tenir informés des préoccupations de la société réunionnaise et continuer à partager avec elle une communauté de destin. Avec Radio Freedom, ils peuvent même participer au débat public en téléphonant directement à la radio qui ménage de larges plages horaires pour l’intervention du public, dont les « expatriés ».

31L’ensemble des sites animés par les migrants ou à destination des migrants forme le web de la diaspora réunionnaise ; il est l’un des instruments technologiques qui participe à la constitution de la e-diaspora réunionnaise.

32Une e-diaspora est un « collectif distribué », une « entité hétérogène dont l’existence repose sur l’élaboration d’un sens commun », qui agit à la fois « on line » et « off line ». Ce collectif, « instable et redessiné par chaque nouvel arrivé » est « auto-défini et auto-organisé et s’agrandit ou diminue non pas par un processus d’exclusion/inclusion, mais par adhésion ou démission, simplement par la production intentionnelle d’hyperliens vers un site web (ou par son effacement) » (Diminescu, 2005, 2012).

33Les pratiques d’une e-diaspora sont celles d’une communauté au sein de laquelle les interactions sont « augmentées » par des échanges numériques. Une e-diaspora apparaît comme un espace d’affirmation identitaire par lequel « la communauté expatriée prend conscience de ses autres semblables » (Scopsi, 2006). Elle les mobilise pour la production d’une « localité » qui constitue une dimension de l’imagination d’un collectif d’individus. Pour Arjun Appadurai (1996), cette « localité » ne peut plus désormais se définir par rapport au seul territoire géographique : il s’agit d’un processus dynamique que « les individus et les groupes produisent et imaginent en permanence dans un contexte marqué par la mobilité et le flux ». Marc Abélès (2008) définit en terme anthropologique ce mouvement généralisé de globalisation et d’accélération des flux et insiste sur la dimension culturelle lorsqu’il nous convie à « substituer à une vision statique des représentations collectives une perspective dynamique sur des identités en constante réélaboration, en relation avec la problématique des migrations volontaires ou forcées et des formes de recomposition identitaires qu’elles induisent ».

34Les expatriés réunionnais se sont toujours ménagés des occasions de se rencontrer (« off line ») dans les territoires d’accueil. Mais le web a largement amplifié ce mouvement et les interactions « augmentées » (« on line ») dans cette « nouvelle localité » ont permis aux Réunionnais migrants de se connaître, de se reconnaître et de se faire connaître (Simonin, Watin, Wolff, 2012).

35Ces échanges permanents entre migrants, entre migrants et insulaires, alimentent l’expérience de la migration et participent à la production de modèles identitaires collectifs dans lesquels la fierté d’être créole, les atouts que représentent le métissage et l’expérience multiculturelle dans le rapport à l’Autre et au monde sont particulièrement mis en avant. Cette mise en visibilité publique permet aux migrants de sortir de leur isolement, et de prendre conscience de leur appartenance à une communauté diasporique qui se révèle à elle-même.

Conclusion

36L’affranchissement des distances grâce aux T.I.C est signalé et décrit par de nombreux spécialistes des effets sociaux des technologies numériques. Mais ce phénomène prend une dimension spécifique pour ce qui concerne la société réunionnaise, longtemps repliée sur elle-même dans son territoire insulaire de l’océan Indien : son rapport à la migration en particulier s’en trouve passablement modifié.

37Essentiellement orientée vers la France métropolitaine à partir des années 1960, la migration est d’abord vécue comme un exil et le fait migratoire est occulté par la société insulaire. Mais le déploiement et la démocratisation des T.I.C changent la donne : à la fin du XXème siècle, ces technologies numériques participent très largement à la mise en visibilité publique de la migration qui « apparaît » dans l’espace médiatique réunionnais ; dans le même temps, les T.I.C permettent aux migrants de se révéler à eux-mêmes par les échanges qui se produisent sur le web diasporique réunionnais et plus largement au sein de la e-diaspora réunionnaise. Les acteurs de cette e-diaspora, agissant indissociablement « on line » et « off line », produisent une localité, pour partie numérique, dans laquelle ils développent, collectivement, une culture de la migration réunionnaise.

38Finalement, la diaspora réunionnaise est « performée par Internet » (Simonin, Watin, Wolff, 2009) : elle procède du déploiement et de la démocratisation des Technologies de l’Information et de la Communication. Cette diaspora s’impose aujourd’hui à la société insulaire qui doit dorénavant se penser avec une partie de sa population vivant « outre mer » et « ré-intégrer » dans sa démographie un groupe conséquent de personnes qui revendique sa place dans l’espace public local. La société réunionnaise doit également repenser son inscription spatiale qui dépasse maintenant très largement les limites de l’île : si le prolongement vers la France hexagonale reste très fort, de nouvelles destinations migratoires se font jour, les Réunionnais, et plus particulièrement les jeunes bacheliers, n’hésitant plus à s’installer dans le monde entier. Les nouvelles conditions de communication aidant, ils ont maintenant de fortes chances d’y trouver des compatriotes, contribuant ainsi à produire et à renforcer de nouveaux liens diasporiques, connectés ou non.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, Hanna, 1961, Condition de l’homme moderne, trad. G. Fradier, Paris, Calmann-Lévy ; réédition : Paris, Calmann-Lévy, 1983.

APPADURAI, Arjun, 1996, Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, Presses Universitaires du Minnesota. Tr fr. 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

ABELES, Marc, 2008, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot.

BERTILE, Wilfrid & LORRAINE, Alain et le collectif de Dourdan (dir.), 1996, La communauté invisible. 175 000 réunionnais en France métropolitaine, Paris, Karthala.

DIMINESCU, Dana, 2005, « Le migrant connecté - Pour un manifeste épistémologique », Migrations/Société, vol. 17, n°102, 275-292.

DIMINESCU, Dana, 2012, « The concept », http://www.e-diasporas.fr/index.html#to.

FROMENT, Baptiste, BAKIS, Henry, 2005, « Migrations, télécommunications et lien social : de nouveaux rapports aux territoires ? L'exemple de la communauté réunionnaise », Annales de géographie, vol. 5, n° 645, 564-574.

GAILLAND, Rodolphe, 2005, La Réunion : Anthropologie politique d’une migration, Paris, L’Harmattan.

MARIMOUTOU, Carpanin, 2013, « Se représenter migrant(e) », in Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme (sous la direction de Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen), Presses Universitaires de Rennes, 2013 : 19-38.

SAYAD, Abdelmalek, 1999, La double absence. Des illusions aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

SCOPSI, Claire, 2006, « Web et radio numériques : les nouveaux médias diasporiques. », L’observatoire des Usages de l’Internet, http://www.oui.net/modules/wfsection/print.php?articleid=48

SIMONIN, Jacky, WATIN, Michel & WOLFF, Eliane, 2009, « Comment devient-on Réunionnais du monde ? Une diaspora performée par internet », tic&société, Vol 3 n° 1-2, TIC et Diasporas, <http://ticetsociete.revues.org/653>

SIMONIN, Jacky & WOLFF, Eliane, 2010, « Radio FreeDom : un processus de coproduction de l’information », Communication et Langages, volume 2010, pp : 165 : 47-60.

WATIN, Michel et WOLFF, Eliane, 2012, « La e-diaspora réunionnaise », dans e-Diaporas Atlas. Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks, edited by Dana Diminescu, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’Homme, www.e-diasporas.fr

WEBER, Alain, 1994, L’émigration réunionnaise, Paris, L’Harmattan.

WOLFF, Eliane & WATIN, Michel, 2010, La Réunion, une société en mutation, Univers Créoles 7, Paris, Anthropos/Economica.

Haut de page

Notes

1 Ce travail s’appuie sur des recherches récentes réalisées dans le cadre d’un programme ANR intitulé « e-Diaspora-atlas » (2008-2012), dirigé par Dana Diminescu, sociologue, enseignant-chercheur à Télécom ParisTech et à la FMSH-Paris. Les travaux issus de ce programme, qui a regroupé trente équipes internationales, sont consultables sur le site www.e-diasporas.fr.

2 Ce texte est construit à partir d’une conférence prononcée en septembre 2013 au séminaire « Mobilité et Grand Voisinage des Régions Ultrapériphériques (RUP) de l’Union Européenne », organisé par le laboratoire OBITen, Faculté des Sciences Economiques de l’Université de La Laguna (Ténérife). Le texte de cette conférence est publié dans l’ouvrage Movilidad y gran vecindad en las regiones ultraperiféricas de la Unión Europea, sous la direction de María Asunción Asín Cabrera et Dirk Godenau, Cabildo Insular de Tenerife, Área de Empleo, Desarrollo Económico, Comercio y Acción Exterior. Edición Primera, abril de 2014, pp. 63-85. Il emprunte également à la communication faite au 13e Colloque du Comité International des Etudes Créoles (CIEC) « Langues créoles, mondialisation et éducation », intitulée « Explorer l’e-diaspora réunionnaise ». (Voir Watin, Wolff, 2014, « Bann Réyoné fané dann péï déor », s/d A. Carpooran, Créole Speaking Union, Université de Maurice, Les Editions du Printemps, Mauritius, pp : 341-359).

3 On compte, parmi ces migrants, « les enfants de la Creuse » : de 1963 à 1982, 1630 enfants réunionnais sont arrachés à leurs familles et envoyés, pour la plupart, dans la Creuse et en Lozère, dans l’espoir, à terme, de revitaliser ces départements français dépeuplés par l’exode rural. Le scandale n’éclatera que 20 ans plus tard, lorsque Jean-Jacques Martial, un Réunionnais exilé en 1966, dépose plainte le 30 janvier 2002, pour « enlèvement et séquestration de mineur, rafle et déportation ».

4 Le dénombrement concerne les « originaires » de l’île : considérant les Réunionnais en France métropolitaine, l’INSEE appelle « originaires » (de La Réunion) l’ensemble des personnes nées à La Réunion –les « natifs »- et les enfants issus d’un père et/ou d’une mère nés à La Réunion.

5 Ainsi, pour exemple, en 2010 : 23 millions d’euros ont été investis par le Conseil Général, 8 millions d’euros par la Région Réunion.

6 Le premier vol d’un avion à réaction (Boeing 707) date de 1967. Le gros porteur Boeing 747 se pose pour la première fois à l’aéroport R. Garros en 1976. A partir de cette date, le trafic augmente de façon spectaculaire et le coût du passage, comparativement au niveau de vie, diminue, rendant les déplacements plus rapides, plus fréquents et moins chers. En 1986, la fin du monopole de la compagnie nationale ouvre l’espace aérien à la concurrence.

7 La démocratisation des ordinateurs personnels et de la connexion Internet à domicile est remarquable : en moins de 10 ans, 70% des foyers réunionnais se sont équipés en ordinateurs et 50 % des ménages sont connectés à Internet (INSEE, IPSOS-OI).

8 Ils sont rédigés par le promoteur du site à partir de quelques questions types auxquelles les membres, volontaires pour un « portrait sur le site », acceptent de répondre par mail. En 2012, plus de 900 « portraits d’expatriés » sont donnés à voir et une douzaine de portraits de Réunionnais de retour sur leur île viennent compléter cette série.

9 Voir e-Diaspora-atlas <e-diasporas.fr> et, pour la partie réunionnaise et < http://maps.e-diasporas.fr/index.php?focus=section&section=42>.

10 Le programme « e-Diaspora-atlas » a pour ambition de visualiser et d’analyser la dynamique des systèmes migratoires ainsi que leurs évolutions sur le terrain numérique. Pour cartographier et construire cet atlas des e-diasporas, le programme s’appuie sur une démarche intégrée entre sciences humaines et sociales (SHS) et sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC). Ce travail collaboratif s’organise en trois étapes principales :
- A partir de quelques sites s’intéressant à la migration et sélectionnés par les chercheurs, un crawler élargit ce corpus initial pour extraire du web un ensemble de sites en lien via des pratiques de citation.
- Sur la base de ce corpus, les chercheurs procèdent à un travail de classification en lien avec leurs interrogations de recherche (localisation du site, type de site, langue utilisée, activité principale, religion, etc.).
- A partir de cette classification, un logiciel va générer des graphes, permettant de visualiser les contours de la e-diaspora, et dont l’interprétation va permettre de formuler de nouvelles hypothèses de recherche.
Le graphe produit ci-dessus est une représentation globale de la e-diaspora réunionnaise incluant 213 sites retenus à partir d’un corpus initial d’une dizaine sites. Les catégories de sites (en couleur dans la version originale) n’apparaissent pas ci. Pour plus de précisions, voir la présentation de la méthodologie par Mathieu Jacomy sur http://e-diasporas.fr/ et Wolff, 2013, «Cheminement sur les terres inconnues des humanités numériques. À la recherche de la e-diaspora réunionnaise », TIC et Sociétés, Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche, Vol. 7, n° 2, En ligne : http://ticetsociete.revues.org.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. : Graphe donnant un aperçu du web de la diaspora réunionnaise en 2010
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1790/img-1.png
Fichier image/png, 12M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Watin et Eliane Wolff, « S’affranchir des distances : le web de la « diaspora » réunionnaise », Netcom, 28-3/4 | 2014, 207-216.

Référence électronique

Michel Watin et Eliane Wolff, « S’affranchir des distances : le web de la « diaspora » réunionnaise », Netcom [En ligne], 28-3/4 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://netcom.revues.org/1790 ; DOI : 10.4000/netcom.1790

Haut de page

Auteurs

Michel Watin

Professeur des Universités, LCF-EA 4549, Université de La Réunion (mwatin@univ-reunion.fr).

Eliane Wolff

Maître de Conférences, LCF-EA 4549, Université de La Réunion (ewolff@univ-reunion.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org