Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de l’ouvrage « La proximité à l’épreuve des technologies de communication »

Joy Raynaud
p. 345-346
Référence(s) :

RALLET Alain, TORRE André (Dir.), La proximité à l’épreuve des technologies de communication, Paris, L’Harmattan, Coll. Géographies en Liberté, Oct. 2007, 238 p., 30 ill., 283 réf.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1« Est-il encore nécessaire d’être proche à l’heure d’Internet ? » (p.16). Les dix articles réunis dans cet ouvrage s’intéressent à la contrainte de proximité géographique dans un contexte de diffusion massive des technologies de l’information de la communication (TIC). Dans une approche théorique et rigoureuse, les auteurs analysent les effets du développement des TIC sur l’organisation spatiale des activités et relations commerciales. A ce titre, ces études économiques utilisent des notions géographiques pour mieux saisir les nouvelles logiques de proximité vendeur-client.

2Les auteurs démontrent que le développement rapide et continu des TIC permet la dispersion des activités dans l’espace géographique et l’accroissement de la mise à distance du service. En effet, il est démontré que les chaînes de transports et de distribution des marchandises sont de plus en plus déconnectées de la localisation des consommateurs finaux (chaînes nationales, européennes ou mondiales). Paradoxalement, les TIC répondent également au besoin croissant des entreprises, d’établir des relations de proximité avec leurs clients pour mieux les connaître et anticiper leurs demandes. Mais cette dématérialisation des biens et services numérisés nécessite de recréer un lieu de face-à-face avec le client : la banque en ligne se développe mais l’agence bancaire reste un instrument privilégié pour vendre des services à valeur ajoutée. Ainsi, malgré l’accroissement de la mise à distance du service, on assiste à un renforcement du processus d’agglomération ; il en résulte une économie d’archipels où un ensemble de pôles urbains sont reliés par les réseaux de transport et de télécom.

3Un chapitre vise à démontrer par exemple que, dans les domaines de l’automobile et de l’aéronautique, où l’usage des TIC est croissant, on constate, à la fois, à une concentration des relations inter-entreprises (allant parfois jusqu’à la co-localisation des unités d’assemblage), et une dispersion spatiale des unités de production des équipementiers. Ainsi, l’équipementier aéronautique Latécoère a construit un site d’assemblage de module proche de Toulouse afin d’être localisé à proximité de son client EADS-Airbus, mais il redéploie parallèlement une partie de la production dans les pays à faibles coûts de production (30% de sa production est sous-traitée à l’étranger et 33% de ses salariés sont employés hors de France – en 2000). Cette internationalisation permet la spécialisation des sites : la réalisation des modules se fait dans les établissements centraux d’un équipementier tandis que les composants de ces modules, ayant une faible valeur ajoutée, sont produits dans des établissements éloignés. Il en va de même pour le secteur automobile où l’on observe une multiplication des sites d’assemblage à proximité immédiate d’équipementiers en même temps que le recours aux équipementiers dans le monde (Mexique, Europe de l’Est, Maghreb, Asie du Sud-Est).

4Alain Rallet et André Torre soulignent que l’Internet élargit l’espace géographique des interactions socio-économiques tout en intensifiant les relations locales : 75% du chiffre d’affaire des opérateurs concerne le trafic local. L’e-mail est devenu parfois le moyen de communication principal sur le lieu de travail, des employés travaillant côte à côte en open space préfèrent communiquer par e-mail plutôt que parler de vive-voix. La communication électronique est le vecteur privilégié des échanges entre proches interlocuteurs.

5Les auteurs insistent sur la complémentarité des relations virtuelles et physiques avec la diffusion des TIC. Pour eux, nous assistons à « la construction d’un continuum spatial où l’on passe sans grande rupture de relations de proximité à des relations distantes » (p.17). Ce continuum entre espace virtuel et géographique est influencé par une logique commerciale répondant à une demande de services instantanés. Ainsi, résultant de nouvelles manifestations spatiales issues de l’interaction entre espace géographique et technologique des réseaux et des flux, les relations commerciales participent à la construction du géocyberespace. On est loin de la « fin de la géographie » et de la « fin des territoires » annoncées parfois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joy Raynaud, « Compte rendu de l’ouvrage « La proximité à l’épreuve des technologies de communication » », Netcom, 22-3/4 | 2008, 345-346.

Référence électronique

Joy Raynaud, « Compte rendu de l’ouvrage « La proximité à l’épreuve des technologies de communication » », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/1780

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org