Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de l’ouvrage « Ecologie des infrastructures numériques » de Fabrice FLIPO, Annabelle BOUTET, Laura DRAETTA et François DELTOUR

Charlotte Ullmann
p. 340-342
Référence(s) :

FLIPO Fabrice, BOUTET Annabelle, DRAETTA Laura et DELTOUR François, Ecologie des infrastructures numériques, Edition Lavoisier et Hermès sciences, 2007, 228 p.

Texte intégral

1« L’Ecologie des infrastructures numériques » est l’un des seuls ouvrages scientifiques français qui fait un état des connaissances sur le rapport entre équipements et infrastructures numériques d’une part et empreinte écologique, d’autre part. L’approche se veut interdisciplinaire, au carrefour de l’économie, de la gestion, du droit, des sciences politiques et sociologiques et de la philosophie.

2L’ouvrage est construit en trois parties. La première fait un état des lieux de la question de l’écologie des infrastructures numériques et l’enjeu des déchets électroniques et électriques. Ce travail a été mené à partir d’un état de l’art bibliographique sur la place des déchets électroniques et informatiques et plus largement l’application des directives liées à la DEEE. La seconde partie rappelle le cadre réglementaire appliqué aux politiques nationales. Des enquêtes de terrain menées en 2005 auprès d’institutions et d’industriels, dans les régions parisienne et bretonne, viennent illustrer les propos. Des études de cas étrangers, au Sénégal et en Italie apportent également une ouverture internationale. La troisième partie présente des perspectives conceptuelles des relations entre déchets et écologie notamment en remontant dans l’histoire de nos sociétés et de nos valeurs.

3Dans une première partie, les auteurs rappellent que l’écologie des infrastructures numériques implique trois dimensions d’analyses. La première rassemble les éléments contenus dans l’objet dont la composition et la forme conditionnent les possibilités ultérieures de retraitement. La seconde est liée à la consommation électrique de l’objet. La dernière regroupe les « consommations grises » qui sont construites à partir de 1500 à 2000 composants venant du monde entier. D’une certaine façon, ces trois dimensions posent respectivement les questions de l’écoconception, des normes et des standards, de l’extraction, du transport et du traitement des matières premières nécessaires à la fabrication des objets numériques (équipements, infrastructures).

4Les auteurs balayent de la main le mythe de l’économie de l’immatériel, car les mondes virtuels n’existeraient pas sans les équipements électroniques (ordinateurs, téléphones, etc.), sans les infrastructures de télécommunications (dorsales transatlantiques et nationales, réseaux de collecte et de desserte), et surtout sans l’électricité qui permet de faire tourner toutes ces applications croissantes.

5Les déchets électroniques constituent la face cachée de l’ascension des TIC. Les chiffres sont inquiétants. « 130 millions de téléphones portables ont été jetés en 2005 dans le monde, produisant près de 65 000 tonnes de déchets ». En moyenne, c’est environ « 20 à 50 millions de déchets électroniques qui sont produits dans le monde, représentant désormais 4% des déchets municipaux ». En volume, la croissance de ces déchets serait de 3 à 5% par an, ce qui équivaut à un taux quasiment triple par rapport aux déchets classiques ! La quantité de déchets n’est pas prête de diminuer puisque le nombre d’utilisateurs ne cesse d’augmenter et la durée de vie des produits ne cesse de se réduire….Ce paradoxe est bien aux antipodes des modèles écologiquement responsables. Alors qu’ « en 1960, la durée de vie des ordinateurs était de 10 ans ; en 1998, elle n’était plus que de 4,3 ans voire 2 ans pour les produits les plus innovants ». Lorsque l’on combine ces logiques de gains économiques aux campagnes publicitaires agressives des opérateurs, rien ne semble pouvoir freiner, ou au moins réguler, les flux de production et de consommation numériques.

6La consommation électrique est le second point de pression qui caractérise l’écologie des infrastructures numériques. J.A. Laitner, de l’Environment Protection Agency, estime que la consommation actuelle de l’Internet aux Etats-Unis représente environ 3% de la consommation globale du pays. Mark S. Mills du Competitive Enterprise Institute estime que dans un avenir proche « la consommation d’Internet pourrait s’élever à 13%». A l’échelle des territoires, une étude a montré qu’ « un tiers des émissions de CO2 du réseau de télécommunication d’une université proviendrait de la consommation électrique, un gros tiers venant de la maintenance et un petit tiers de la fabrication des équipements ». Les perspectives dressées par une étude européenne confirme cette tendance : les TIC représenteront 5 à 23% de l’électricité utilisée par les activités des secteurs tertiaires et domestiques en 2020, selon les pays.

7L’étude des cycles de vie des produits électroniques et électriques est essentielle pour évaluer l’empreinte écologique « réelle ». Ainsi, Nokia s’est livré à l’exercice et a identifié 8 étapes dans le cycle de vie d’un téléphone portable : (1) l’extraction des matières premières ; (2) la manufacture des composants ; (3) le transport des composants; (4) l’assemblage ; (5) le transport des produits manufacturés ; (6) la distribution ; (7) l’usage ; (8) la fin de vie. Au total, les étapes de transports représenteraient près de 5% des nuisances écologiques, et ce, d’autant plus que les acteurs jouent le jeu de la mondialisation. Autre chiffre, en termes d’usages cette fois : Nokia estime que la téléphonie 3G consomme l’équivalent de 4 à 6 litres d’essence par an, en plus de l’abonnement qui nécessiterait en moyenne une vingtaine de litres par an.

8La seconde partie rappelle le cadre réglementaire et politique qui légitime les Etats à agir dans le domaine des déchets (DEEE). La politique européenne en matière d’environnement se fonde sur quatre principes : la précaution, qui oblige les producteurs à fournir toute information susceptible de faciliter la réutilisation et le traitement de leurs appareils, et d’en signaler les substances dangereuses ; la prévention, pour informer les usagers et notamment faciliter les systèmes de collecte des déchets ; la correction, pour permettre la réutilisation de matériaux recyclés ; et enfin le principe du pollueur-payeur, qui attribue aux producteurs la gestion des déchets. Les enjeux de la réglementation européenne consistent à freiner la pollution des DEEE, éviter leur incinération et à récupérer les métaux précieux.

9A l’échelle de la France, la réglementation incite les acteurs publics à réduire l’élimination des DEEE avec les déchets municipaux non triés (art 5) ; à favoriser la collecte sélective par exemple en mandatant un organisme coordinateur ; et à informer les usagers (art 12) des systèmes de collecte existants, des effets sur l’environnement et la santé.

10Dans un dernier chapitre, les auteurs dressent des perspectives plus conceptuelles et historiques. Ils rappellent par exemple que « la collecte des déchets a toujours posé problème à toutes les sociétés et leur manière de réagir a été très différente selon les époques ». Contrairement aux déchets organiques, les déchets industriels sont difficiles à traiter. G. Bertolini montre que les politiques publiques auraient intérêt de « prévenir plus que de guérir », afin de mieux réduire les déchets à la source, favoriser le réemploi et la récupération d’énergie.

11Cet ouvrage collectif explore la question de l’empreinte écologique des infrastructures numériques en se focalisant sur les étapes de conception, d’usage et surtout de fin de vie (déchets, retraitement). Les multiples références issues de la littérature anglophone présentent quelques évaluations chiffrées, plutôt inquiétantes, qui rendent compte des effets polluants des TIC, accrus par la géographie complexe d’un secteur mondialisé, et l’augmentation des usages poussée par nos sociétés consuméristes.

12Dans cet exposé, on regrette cependant de ne pas trouver davantage d’éléments précis sur l’empreinte écologique des différents types d’infrastructures de télécommunications en tant que tels : dorsales, réseaux de collecte, de desserte, et équipements présents dans les centraux téléphoniques, ou encore les terminaux tels que les boîtiers Internet présents dans près de 50% des ménages français. Un bref aperçu en est donné au détour d’un exemple : le réseau d’une université, où l’on apprend que la consommation énergétique se décompose en trois tiers (réseau, maintenance, terminaux). Mais, les données restent rares car elles sont minutieusement conservées par les opérateurs, qui préfèrent certainement ne pas les communiquer, et gagner du temps, au risque d’altérer leur image et plus encore leur business.

13En conclusion, l’ouvrage propose plusieurs orientations de recherches. A l’avenir, il s’agit effectivement de pouvoir évaluer l’empreinte écologique des différents réseaux numériques : Internet, téléphonie, télévision, etc. ; et imaginer des solutions plus durables et plus respectueuses de l’environnement. Il est également important de mieux cartographier les jeux d’acteurs pour comprendre leurs différents intérêts (économiques, techniques, marketing, etc.), et de comprendre les flux de relations entre eux, aux échelles locales et internationales. Beaucoup d’études restent à faire pour comprendre les cycles de vie des produits et en améliorer les processus. Enfin, les recherches pourront également analyser le rôle des TIC pour construire des sociétés durables.

Haut de page

Bibliographie

BERKHOUT F., HERTIN J. (2001), Impacts of ICT on environmental sustainibility: speculations and evidence, Report to the OECD, may, 25th.

OIVA L. (2000), Case study on the environmental impact of mobile phone. Electronic goes green, Berlin, September, 11-13th.

MILLS M.S. (2000), Kyoto and Internet: the energy implications of the digital economy, testimony of M. S. Mills before the subcommittee on national economic growth, natural resources and regulation affairs.

LAITNER J.A. (2003), “Information technology and US energy consumption”, Journal of industrial ecology, vol.3, n°2.

LOERINCIK Y., SANGWON S., JOLLIET O., “Evaluation of the environmental impact of Internet infrastructure within a university”, in SETAC, 11th case study symposium abstract, pp 111-113.

IPTS, The future impact of ICT on environmental sustainability, EUR 21384EN, 2004, 30p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Ullmann, « Compte rendu de l’ouvrage « Ecologie des infrastructures numériques » de Fabrice FLIPO, Annabelle BOUTET, Laura DRAETTA et François DELTOUR », Netcom, 22-3/4 | 2008, 340-342.

Référence électronique

Charlotte Ullmann, « Compte rendu de l’ouvrage « Ecologie des infrastructures numériques » de Fabrice FLIPO, Annabelle BOUTET, Laura DRAETTA et François DELTOUR », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://netcom.revues.org/1768

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org