Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de l’ouvrage « L’entreprise verte » d’Elisabeth LAVILLE

Charlotte Ullmann
p. 337-339
Référence(s) :

LAVILLE Elisabeth, L’entreprise verte, Edition village mondial, 2002, 320 p.

Texte intégral

1Elisabeth Laville est l’une des expertes européennes de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) et a créé le cabinet de conseil Utopies depuis 1993.

2Dans son ouvrage, « L’entreprise verte », l’auteur explique en quoi le développement durable crée de nouvelles contraintes et de nouvelles opportunités pour les entreprises. De nombreux exemples d’entreprises sont cités dans cet ouvrage riche et documenté : les acteurs pionniers comme Ben & Jerry’s, Migros, Patagonia, et les grands groupes mondiaux tels que Nike, Body Shop, Carrefour, Ford ou Lafarge font de l’écologie un levier de création et une source d’innovations.

3Même si peu d’exemples concernent l’industrie des technologies de l’information et de la communication, il est intéressant de retenir les logiques d’évolution et d’innovation, pouvant être transposables à ce secteur. Pour l’auteur, « l’entreprises a aujourd’hui le pouvoir de faire changer les choses bien plus que la réglementation et bien plus efficacement que la politique. Selon P. Hawken certaines entreprises multinationales pèsent plus lourd que plusieurs Etats réunis : en 1995, l’enseigne américaine Wall-Mart était plus riche que l’Etat d’Israël, la Pologne et la Grèce ; elle n’était que la 12ème des entreprises mondiales ». De plus, le nombre de multinationales ne cesse de progresser : de 7000 en 1975, elles sont 37 000 en 1994.

4Dans une première partie, l’auteur rappelle les enjeux économiques et sociaux du développement durable et le rôle essentiel des entreprises pour amorcer la conduite du changement. Six effets vertueux contribuent à construire de nouvelles stratégies d’entreprises : l’anticipation des contraintes et la prévention des risques ; la réduction des coûts liés à la consommation des ressources ou à la production des déchets ; l’innovation par l’augmentation de la qualité, du service et de la valeur ajoutée ; la différenciation sur le marché par un label ou une marque ; l’amélioration de la réputation et la fidélisation des publics ; la performance économique et financière.

5Dans une deuxième partie, l’ouvrage définit les pistes pour réinventer à la fois des modèles d’affaire innovants, les processus de production, ainsi que le management et la culture interne des entreprises.

6De nombreux success stories témoignent de l’émergence de nouvelles « entreprises vertes ». Créée en 1976 par Steve Jobs, un visionnaire de vingt-cinq ans, Apple symbolise à la fois la tentation et la connaissance, et le slogan « think different » suffit à résumer la mission de l’entreprise : « permettre à chacun de développer sa capacité à créer, à organiser ou à convaincre ». Autre exemple, The Body Shop a mis en place une politique environnementale ambitieuse autour des « 3 R » : réduction des emballages, récupération des flacons vides et réutilisation des flacons pour produire des brosses à cheveux. La société a également investi dans une ferme éolienne pour alimenter en énergie son usine de Littlehampton en Grande- Bretagne. Parmi les idées essentielles du développement durable, il s’agit de créer simultanément de la valeur pour la société (people), l’environnement (planet) et l’économie (profit). Par exemple, Ben & Jerry’s produit ses crèmes glacées en faisant travailler des associations de réinsérés sociaux.

7Toutes les étapes des processus de production peuvent également être revues à la lumière du développement durable. Le principe de l’éco-design des produits permet de reposer la question de l’utilité des produits, de leur cycle de fabrication (matières premières, consommation d’énergies et d’eau, transport, emballage, etc.), de leur résistance et leur fin de vie (récupération, recyclabilité, biodégradabilité). Sur la seule année 2000, ST Microélectronics a réalisé une économie de 50 millions de dollars en réduisant sa consommation d’eau (moins 45% depuis 1994) et d’énergie (moins 28% depuis 1994). Selon l’entreprise, cela représente l’équivalent d’une centrale électrique de 100 Mégawatts et assez d’eau pour 50 millions de personnes pendant un an.

8L’auteur précise également que la production de déchets électroniques aura augmenté de 150 % entre 2000 et 2010 et si 90% des composants d’un ordinateur sont considérés comme recyclable, moins de 10% sont effectivement recyclés. C’est d’autant plus problématique que sur les quelques 1000 éléments qui composent un ordinateur, plusieurs centaines sont toxiques (mercure, cadmium, plomb). Certains industriels comme Apple, Sony, IBM ou encore HP ou Cisco se mobilisent de plus en plus sur ces problématiques : d’une part pour créer des « technologies plus propres » et d’autre part, pour prendre en charge le recyclage des équipements conformément à la directive européenne DEEE. Les radios freeplay, qui fonctionnent à l’énergie mécanique (grâce à une manivelle) et à l’énergie solaire (au moyen d’un petit panneau photovoltaïque) ont remporté plusieurs distinctions : Prix du design 1996 de la BBC, Prix « produit du Millénaire » du conseil du design anglais en 1998 et 1999.

9Désormais, les logiques de services vont remplacer les logiques de produits : plus besoin d’acheter un produit pour le jeter, il suffit de les louer comme un service qui peut être réutilisé indéfiniment. La société Xerox a révolutionné son marché en remplaçant la vente de photocopieurs par un service de photocopies où l’utilisateur paye en fonction du nombre de copies réalisées. 90% des produits de Xerox sont désormais réutilisables et près de la moitié des usines sont dédiées non pas à la production mais au reconditionnement des machines et des cartouches d’encre. Ainsi, en 1998, Xerox a économisé plus de 20000 tonnes de déchets. Ainsi, tous les acteurs sont amenés à considérer le second rapport de Rome (1995) intitulé « facteur 4 » qui appelle à l’efficacité environnementale en avançant l’idée « qu’il faut créer deux fois plus de richesses en utilisant deux fois moins de ressources ». L’objectif consiste à améliorer la productivité des matières premières comme l’humanité l’a fait avec celle du travail. Le rapport parie sur l’apparition de nouvelles technologies et produits « adaptés, fiables et utiles, faciles à entretenir et à réparer, conçus pour durer ». L’économie change donc de paradigme puisqu’en optant pour la qualité, on renonce à la quantité.

10Avec l’émergence de la société de l’information, le poids dans la valeur boursière d’actifs physiques (usines, patrimoine matériel) a baissé au profit de la dimension immatérielle (nom, marque, réputation, produit). Ainsi, l’entreprise Nike investit massivement dans le marketing, la publicité et le design des produits qui sont fabriqués par les 500 000 employés des 700 sous- traitants situés dans 50 pays. J. Rifkin (2000) explique que Nike est le symbole de la dématérialisation, car « Nike ne possède ni usine, ni machine, ni équipement (…) Ce que vend Nike ce sont des concepts.

11L’auteur conclut sur les freins notamment culturels en France et en Europe. Elle cite notamment le cloisonnement des compétences dans la majorité des entreprises qui empêche de mettre en œuvre une démarche transversale de développement durable, ou encore, l’absence de partenariat public privé. Dans une logique d’intégration des enjeux du développement durable, l’auteur insiste sur les besoins de sensibilisation des entreprises et des citoyens et prône la création de nouveaux référentiels de performance, autre que la croissance économique (PIB/PNB), qui tire la performance des entreprises.

12Cet ouvrage est un modèle de vulgarisation économique qui a le mérite à la fois d’énoncer clairement les principes et les enjeux du développement durable pour les acteurs économiques, à partir d’exemples concrets. Aux Etats-Unis, l’ « Electronic Industries Alliance » a lancé en 2001 une initiative pour mieux informer les consommateurs sur les pratiques écoresponsables et les lieux de recyclage des équipements informatiques.

13Pour aller plus loin, cet ouvrage montre quelques exemples dans l’industrie de sociétés qui souhaitent devenir à leur tour des « entreprises vertes ». Par contre, même si cet ouvrage n’aborde pas les enjeux territoriaux sous-jacents à ces évolutions, il est clair que les nouvelles logiques de performance des entreprises vont bouleverser les stratégies d’implantation territoriale ainsi que la géographie des flux de communication entre les acteurs économiques. Ces hypothèses vont-elles aller dans le sens de relocalisation territoriale, d’intensification des télécommunications en substitution au transport ou à la production de biens matériels ? L’ensemble de ces questions nécessite d’imaginer les nouvelles géographies de demain, et d’anticiper les impacts de la nouvelle fracture écologique.

Haut de page

Bibliographie

RIFKIN J., St EXUPERY M. (2000), L’âge de l’accès. La Révolution de la nouvelle économie, édition La Découverte.

HAWKEN P. (1995), L’Ecologie du marché, édition du souffle d’or, Paris.

SCHWARTZ & GIBB (1999), Good companies do bad things, ed. John Willey & Sers, New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Ullmann, « Compte rendu de l’ouvrage « L’entreprise verte » d’Elisabeth LAVILLE », Netcom, 22-3/4 | 2008, 337-339.

Référence électronique

Charlotte Ullmann, « Compte rendu de l’ouvrage « L’entreprise verte » d’Elisabeth LAVILLE », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://netcom.revues.org/1764

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org