Navigation – Plan du site

La télévision locale comme outil au service du développement durable: l’expérience Rhizome

Hélène Martin-Brelot
p. 303-312

Résumés

Cet article identifie le rôle d’une télévision locale en matière de développement durable. Les limites tiennent moins à des obstacles techniques qu’à la capacité des décideurs locaux à reconnaître la nécessité d’organiser, partager et diffuser des informations utiles à un projet de développement territorial.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Conçue en trente ans sous l’égide de l’État, la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en- Yvelines est marquée, comme ses homologues franciliennes (Cergy, Évry, Marne-La-Vallée et Sénart), par une période d’incertitude liée à la fin de l’Opération d’intérêt national (1972-2002) et au retour des agglomérations au statut de droit commun.

2La vidéo est présente dès les années 1970 et joue un rôle dans l’histoire de la construction de ces territoires intercommunaux, qui présentent souvent d’importantes disparités internes sur le plan économique, social et environnemental. Saint-Quentin-en-Yvelines dispose d’une télévision locale câblée comptant parmi les plus riches et développées en France. Avec trois à quatre heures de production hebdomadaire, la chaîne rend compte depuis 1996, de la vie du territoire local par des reportages et des émissions sur l’économie, la société, la politique, la culture et le sport.

3En 2000, le Syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) prévoit de co-financer un magazine qui permettrait à la fois de sensibiliser la population aux problèmes d’environnement et de créer des liens entre divers acteurs et habitants participant directement ou indirectement au développement territorial. Des partenaires publics et privés sont alors mobilisés pour soutenir la production du magazine mensuel thématique Rhizome, dont 22 numéros ont été réalisés et diffusés entre 2002 et 2004.

4Cet article analyse les écarts entre intention et réalisation dans le cadre de ce projet de développement durable à l’aide des TIC. Nous montrerons comment l’idée de départ, d’enrichir la production vidéo d’une partie interactive, a été remise en question par sa confrontation avec un contexte concret.

5Les raisons qui expliquent les manques en termes de diversification des modes de diffusion permettent d’ouvrir le débat sur les limites d’un média télévisé local et des acteurs d’un territoire en termes d’implication dans un projet de développement durable. Dans le contexte de convergence numérique, ces limites tiennent moins à des obstacles techniques qu’à la capacité des décideurs locaux à reconnaître la nécessité d’organiser, partager et diffuser des informations utiles à un projet de développement territorial.

Ville nouvelle : de la communication à l’information

6Un point fort de l’identité de Saint-Quentin-en-Yvelines tient au caractère novateur, imposant et exceptionnel de la construction d’une ville nouvelle de 150 000 habitants (1972- 2002) dans le contexte de réorganisation de la région parisienne.

  • 1 La part de logements sociaux, de 37% sur l’ensemble de l’agglomération, varie entre les communes, a (...)

7Dans les années 1970, les premières expériences à destination des nouveaux habitants montrent le souci de rendre lisible le nouveau système urbain, de valoriser l’échelle des quartiers et le lien entre ces derniers. Le Centre de ressources audiovisuelles (CRAV) a notamment pour ambition de rapprocher les habitants quartier par quartier, puis commune par commune. Face à la faible audience des premiers magazines vidéo (1976), le directeur de l’époque reconnaît cependant qu’il est difficile de sensibiliser la population aux problèmes sociaux de part et d’autre de l’agglomération. Celle-ci présente dans sa partie ouest une majorité de logements sociaux, tandis que l’est de la ville est pourvu d’habitats individuels accessibles aux familles plus aisées1.

8Dans les années 1980 et 1990, les stratégies se cristallisent sur l’échelle de l’agglomération et sur son devenir de pôle économique tertiaire high-tech à l’ouest de Paris, tandis que les communes revendiquent leur rôle essentiel d’échelon de référence pour l’habitant. À partir de 1984, le lancement d’un réseau de vidéo-communication par câble vise à renforcer l’ancrage des habitants dans la ville, à créer une histoire collective et, comme dans les années précédentes, à améliorer la communication entre les habitants. L’hétérogénéité territoriale persiste cependant et se manifeste par des taux de chômage très différents selon les communes : autour de 5% à Voisins-le-Bretonneux et à Montigny-le-Bretonneux, ils s’élèvent respectivement à 15,8% et 17% dans les communes de Trappes et de La Verrière, pour une moyenne intercommunale de 8,9% (INSEE, 1999).

9À Saint-Quentin-en-Yvelines, le caractère friable du territoire intercommunal (Theulé, 2004) est révélé par des conflits politiques en continu et par les difficultés à coordonner des actions autour d’un projet partagé. Ainsi, le passage en Communauté d’agglomération à partir de 2003 pose avec force la question de l’identification à une image fédératrice de la ville et de la différence entre :

  • d’une part, une communication publique promotionnelle, vantant l’excellence économique du territoire, essentiellement tournée vers l’extérieur;

  • d’autre part, les besoins concrets, des acteurs comme de la population, en matière d’information, celle-ci étant prise au sens d’information utile en terme d’efficacité dans la décision et propice à l’augmentation de la qualité globale du système urbain.

La télévision locale, support d’identification au territoire

  • 2 Le CSA tient compte à la fois du volume de production fraîche par semaine, des ressources disponibl (...)

10Le réseau câblé s’étend sur les sept communes de la Ville Nouvelle (Élancourt, Guyancourt, La Verrière, Magny-les-Hameaux, Montigny-le-Bretonneux, Trappes et Voisins- le-Bretonneux) et quatre communes adjacentes, dites « associées », que sont Coignières, Les Clayes-sous-Bois, Saint-Cyr-l’École et Plaisir. À partir de 1996, des émissions vidéo sont proposées sur le canal local TV FIL 78, en complément de l’infographie, système de diffusion d’annonces pratiques (emploi, culture, sport...) qui associent textes, sons et images fixes. Avec un volume de production de 210 minutes par semaine, un budget d’environ 1 million d’euros par an et 17 salariés permanents, TV FIL 78 se situe dans la catégorie des télévisions de ville2, selon une classification du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

  • 3 Depuis 2005, la Communauté d’Agglomération est propriétaire du réseau exploité jusqu’en 2008 par l’ (...)

11En 2002, la Communauté d’Agglomération (C.A.) de Saint-Quentin-en-Yvelines est l’actionnaire majoritaire à 51% de la Société anonyme d’économie mixte (SAEM) «SLECANSQCA», avant l’opérateur France Télécom Câble (30,28%), les communes associées (18,6%) et trois fondateurs qui possèdent 0,12% des parts du capital de 38 112 euros3. En 2004, le financement de la chaîne est assuré par la C.A. de Saint-Quentin-en-Yvelines (527 000 euros), la publicité, le partenariat et les co-productions (270 000 euros), la société Numéricâble (181 000 euros), le Conseil Général des Yvelines (61 000 euros), les communes associées (22 000 euros) et d’autres recettes (41 000 euros).

12L’audience cumulée hebdomadaire est estimée à 150 000 téléspectateurs, 50 000 foyers (soit 200 000 téléspectateurs potentiels) étant raccordés au réseau local câblé. Selon Médiamétrie, TV FIL 78 compte 38% de téléspectateurs réguliers (c’est-à-dire regardant la chaîne au moins une fois par semaine). La chaîne connaît des pics d’audience en semaine entre 18h30 et 20h, les actualités et les retransmissions sportives étant les programmes les plus suivis.

13Plus de 80% de la population est équipée d’un ordinateur et 70% est abonnée à Internet. L’âge moyen de 31 ans (pour plus de 40 en national) explique en partie ces taux exceptionnels, qui ne doivent pas masquer d’importantes disparités internes (20% d’abonnés à Trappes contre 55% à Montigny-le-Bretonneux en 2002). Deux tendances récentes montrent une évolution du modèle de diffusion de la chaîne :

  1. Le site Internet connaît une fréquentation croissante ; le journal quotidien est accessible en streaming pendant une semaine. La présence sur Internet élargit le nombre de téléspectateurs potentiels, au-delà de la zone câblée.

  2. D’autres chaînes relaient certains programmes de télévisions locales. C’est le cas de Télif, un assemblage de TV locales d’Île-de-France, (diffusée sur satellite et ADSL); mais aussi de la chaîne Demain (diffusion câble, satellite, ADSL et Internet), qui reprend notamment la diffusion du programme Equilibres, l’émission d’environnement qui succède à Rhizome.

14Ces tendances sont très importantes puisqu’elles remettent directement en question la géographie du bassin de diffusion et d’audience. Elles sont liées plus précisément à la réflexion sur les spécificités de l’échelle locale par rapport à l’échelle nationale en matière de télévision.

15En réponse à la demande initiale de la Communauté d’Agglomération de renforcer la territorialité, la télévision locale a pour mission de contribuer à atténuer les disparités importantes (économiques, sociales et environnementales) qui coexistent sur le territoire intercommunal. Elle est supposée pour cela rendre possible la participation de la population à l’information et aux débats sur le développement durable. Ces deux exigences, en termes de sensibilisation par la vidéo et de mise en réseau par les télécommunications et l’informatique ne sont pas faciles à satisfaire, comme le montre, dans la dernière partie, l’expérience du magazine de l’environnement Rhizome. Le projet repose sur une analyse théorique du potentiel de l’audiovisuel, des télécommunications et de l’informatique vis-à-vis du développement durable.

Potentiel des outils d’information et de communication vis-à-vis du développement durable

16Par leur insertion dans un type d’espace particulier (ville ouvrière, ville nouvelle, pays rural…), certaines télévisions locales jouent potentiellement un rôle central en termes d’organisation territoriale à deux niveaux:

  • dans la production d’images et d’archives pour un territoire,

  • dans la mise en réseau d’acteurs locaux agissant dans différents secteurs du développement territorial (universités, établissements de formation spécialisés, entreprises privées et publiques, associations, collectivités locales…).

17Ces deux propriétés du média local ne sont actuellement que partiellement exploitées mais présentent un potentiel considérable dans la perspective du développement durable. Ce concept renvoie en effet à concrétisation de trois objectifs au niveau de la gouvernance locale (Garnier 1999) : la prospective, le partenariat et la médiation.

18Le schéma suivant illustre l’hypothèse d’une relation entre ces objectifs et les propriétés des TIC (télévision, Internet et multimédia interactif). Ainsi, ces technologies joueraient un rôle dans la construction de la territorialité par le potentiel d’identification de l’image, le potentiel de liens et d’échange du réseau et enfin les possibilités d’apprentissage différencié offertes par les médias interactifs, notamment dans le domaine ludique.

Figure 1: Correspondance entre TIC et projet de territoire

Figure 1: Correspondance entre TIC et projet de territoire

Rhizome : objectifs et résultats

  • 4 Le Centre d’économie et d’éthique sur l’environnement et le développement (C3ED) développe notammen (...)

19Par l’intermédiaire de ses services de l’environnement, du développement universitaire et de la communication, le Syndicat d’agglomération nouvelle décide de soutenir, dès 2001, la production d’une émission d’environnement par la télévision locale. Le projet s’inscrit dans une volonté de valoriser des recherches appliquées au développement durable4 et de promouvoir l’interactivité dans l’information et la communication environnementale.

Organisation et contenu

20Le magazine de l’environnement a donc été conçu au départ en relation avec la création d’un site Internet préfigurant les échanges d’informations utiles (covoiturage par exemple) entre téléspectateurs, habitants et acteurs. La structure du magazine de 26 minutes prévoyait un découpage par rubrique approprié à la présentation d’informations en ligne et la possibilité d’extraire des reportages de 2 à 3 minutes pouvant être visionnés indépendamment de l’émission diffusée à l’antenne.

21Au total, 22 numéros thématiques ont été diffusés mensuellement à l’antenne entre 2002 et 2004. Durant la première année, la première diffusion de chaque numéro a lieu tous les quatrièmes vendredis du mois, pendant sept jours consécutifs. Programmé à 18h30 et 21h30, il succède au magazine de l’économie et précède le journal quotidien. Ce mode de programmation change l’année suivante, avec des numéros diffusés chaque semaine à des horaires différents (15h, 18h, minuit..). Selon Médiamétrie, l’audience de Rhizome est estimée à 29600 téléspectateurs en 2003 et à 35700 en 2005.

22Le tableau suivant montre la diversité des problématiques d’environnement soulevées dans les magazines (Tableau 1). Un dossier de 13 minutes aborde le thème principal en trois temps, ponctué par l’intervention d’un expert filmé en situation. Sont abordées tout d’abord l’inscription du sujet dans le contexte territorial, puis la mise en avant des impacts de l’activité humaine sur les ressources naturelles, et enfin, l’ouverture sur les pistes et solutions innovantes en cours sur le territoire.

Tableau 1: Thèmes des reportages des Dossiers de Rhizome (Première série 2002-2003)

Thème

Contexte

Risques

Perspectives

Déchets

Valorisation énergétique

Tri et collecte sélective

L’écologie industrielle

Réserve naturelle

Propriétés du lieu

Enjeux périurbains

Intégration dans le milieu urbain

Eau

Le circuit de l’eau

La gestion intégrée de l’eau

Gestion durable des ressources

Transports

Réseaux de transports

Transports et qualité de vie

Innovations techniques et sociales

Forêt

Histoire et gestion

La forêt et la Ville

La forêt et l’industrie du bois

Energies

Production d’énergies

La maîtrise de l’énergie

Les énergies alternatives

Ville

Histoire et mémoire

La Ville Nouvelle aujourd’hui

Ville Nouvelle, ville durable ?

PNR

Naissance du PNR

Un espace fragile

Vers un Parc plus ouvert ?

Sols

Fonctions et composition

Pressions et dégradations

Sols, perspectives et initiatives

Agriculture

Agriculture des Yvelines

Risques et pratiques

Agriculture périurbaine d’avenir

Entomologie

Connaître les insectes

Les insectes et les hommes

Les insectes et la ville

Parcs&jardins

Histoire et jardins

Préserver les espaces verts

Des terrains d’expérimentation

23Une émission audiovisuelle à caractère pédagogique nécessite un travail de mise en scène et la construction d’une trame narrative, essentiels pour atteindre l’objectif de sensibilisation. Le défi consiste pour le journaliste à transmettre un discours scientifique dans un langage accessible au plus grand nombre.

  • 5 Un ensemble de 230 séquences ont été répertoriées et analysées.

24Une analyse portant sur les images contenues dans l’ensemble des émissions réalisées5 montre que le traitement de sujets d’environnement nécessite souvent une ouverture à l’extérieur du territoire local, afin de comprendre les interdépendances entre différents lieux et différentes actions. Ainsi, la part des tournages effectués dans l’une des 11 communes de la zone de diffusion s’élève à 50,7%, les autres séquences étant localisées dans les Yvelines (35,1%) et en Île-de-France (14,2%).

25Si l’on observe les personnes interviewées et leur secteur d’appartenance, les institutions territoriales apparaissent dominantes avec un taux de 27,2%, suivies du groupe des habitants et associations, représenté à hauteur de 22,8%. Les entreprises, les organismes spécialisés (type ONF, Agence de l’eau etc.) et les établissements de recherche ont un taux d’apparition identique, autour de 16,5%. Cette représentation assez équilibrée des différents types d’acteurs sur l’ensemble des magazines correspond à la prise en compte d’une pluralité de points de vue sur une question d’environnement.

Mises en réseaux et diversification des modes de diffusion

26Le développement de la partie interactive de l’émission s’inscrivait dans une démarche d’organisation et de circulation de l’information locale sur l’environnement. Il s’agissait aussi d’établir des liens entre les acteurs et les habitants et de les rendre pérennes au-delà de la programmation mensuelle du magazine à l’antenne.

  • 6 Le budget total pour la réalisation de 12 magazines est estimé en 2001 à environ 80 000 euros hors- (...)

27La structure du financement de l’émission6 répond à la volonté de fédérer les intérêts de différents partenaires du secteur public ou privé. Aux côtés du SAN, principal financeur de l’émission, d’autres contributeurs apparaissent au générique : l’Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et quatre entreprises locales spécialisées respectivement dans le traitement des eaux, le recyclage de matériaux industriels, l’agriculture et l’alimentation.

28L’objectif de mise en réseau d’acteurs s’est également concrétisé par l’organisation de projections-débats mensuels dans différents lieux culturels de la Ville Nouvelle. Des personnes impliquées dans la mise en œuvre d’un projet d’environnement à l’échelle locale ont pu montrer leur intérêt pour une thématique et nouer des liens professionnels lors de ces rencontres. Ces projections représentent une manière de répondre à l’objectif initial de diversification des modes de diffusion du magazine. Cette diversification apparaît d’autant plus nécessaire dans le cas d’un projet de développement durable que celui-ci incite plusieurs types d’acteurs à coopérer, ouvrir et partager leurs ressources informationnelles.

29Par rapport à la télévision, média de masse essentiellement consacré à la production d’images, Internet ouvre des perspectives complémentaires en termes de médiation. Ce réseau évolutif permet en effet non seulement la multiplication des points de transit de l’information mais aussi l’appropriation et la transformation des contenus par des usagers de la ville également porteurs de connaissances utiles sur les milieux locaux. Le projet de site Internet, qui aurait dû permettre de franchir une étape supplémentaire dans la mise en réseau et favoriser le dialogue direct avec la population, a stagné puis a été abandonné par la production, faute de synergies internes et externes suffisantes pour le mettre en œuvre.

30Sur le plan interne, le travail de transposition d’une création audiovisuelle vers un autre contenant suppose une réflexion sur la préparation des contenus et plus largement sur le projet de partage de l’information. Par exemple, l’utilisation d’un outil de publication en ligne comme SPIP par les journalistes aurait entraîné des changements dans l’organisation du processus de production de l’information et d’autres choix en matière rédactionnelle.

  • 7 Un rhizome désigne la tige souterraine, généralement horizontale, de certaines plantes. Le rhizome (...)

31Plus généralement, cette expérience renoue avec le passé de la Ville Nouvelle et l’utopie du développement de liens horizontaux dans la société, que symbolise le nom de l’émission Rhizome7. Ce projet montre qu’il est difficile de bousculer les schémas classiques de la production télévisuelle locale mais aussi de concrétiser le rapprochement entre les habitants des différents quartiers et des différentes communes. Cet objectif reste pertinent et Internet offre aujourd’hui des possibilités qui n’existaient pas trente ans auparavant. Il reste cependant encore à vaincre certains obstacles, comme la réticence des politiques à partager leur pouvoir informationnel et décisionnel. La question du changement, dans le temps, de la position des acteurs faibles et absents du débat sur le développement durable se rappelle ici comme un enjeu à venir essentiel.

Conclusion

32La mise en place du développement durable à l’échelle locale relève d’une réflexion sur l’intelligence territoriale qui ne s’arrête pas à la production d’information de type scientifique ou règlementaire. À Saint-Quentin-en-Yvelines, la présence d’une télévision locale, d’un musée de la ville et d’une université menant des travaux en lien direct avec le territoire constituent des points forts sur lesquels l’institution intercommunale s’appuie au travers de projets mobilisant des archives, des mémoires, des témoignages.

33Internet incarne un nouveau type de média dont les sciences sociales cherchent à comprendre les impacts sociétaux. Les systèmes hypermédias donnent lieu à de nouveaux modes d’écriture, de lecture et de recherche de l’information qui bouleversent les schémas habituels de l’accès à la connaissance (Guichard 2001, Chazal 2003).

34Ces évolutions sont nécessairement prises en compte par l’ensemble des médias télévisés classiques dont les taux d’audience ont tendance à baisser. Du point de vue des recherches et des applications mettant en relation la communication avec le thème de l’environnement, deux transformations profondes, imbriquées, paraissent devoir être prises en compte. Le principal changement concerne le passage d’un système caractérisé par la rareté de l’offre en ressources émettrices et en programmes, à un modèle davantage régi par la multiplicité des supports de transmission et de réception de la vidéo (fixe ou mobile). Une autre évolution a trait au téléspectateur, qui passe du rôle de simple récepteur relativement passif à celui d’acteur de la construction d’une image du monde.

35Ces évolutions impliquent une adaptation des professions de l’audiovisuel et de la communication aux nouvelles pratiques de création de contenus et d’interaction avec les destinataires de l’information. Des études plus poussées sur la réception restent aussi à mener pour comprendre les attentes du public et les besoins de la population locale en termes d’information utile sur l’environnement. Une piste consiste à revenir sur le rôle central de la télévision locale dans la fonction d’archivage d’images et de centre de ressources pour la connaissance du territoire. L’expérience Rhizome confirme que la création de liens virtuels est tout aussi importante que les rencontres dans le monde réel, qui risquent de se limiter à un public initié participant déjà aux grands débats sur l’environnement. Cette perspective semble d’autant plus adaptée au cas de Saint-Quentin-en-Yvelines, où technologies de l’information et de la communication et développement urbain ont toujours été étroitement liés.

Haut de page

Bibliographie

CHAZAL G. (2003), « La mise en réseau des savoirs », in Musso P. (dir.), Réseaux et société, Paris, P.U.F, Coll. La politique éclatée, 119-140.

GARNIER L. (1999), « Une expérience organisationnelle du développement durable », in Benhayoun G., Gaussier N., Planque B., L’ancrage territorial du développement durable. De nouvelles perspectives, L’Harmattan, 352 p.

GERVAIS J.-F., LESCURIEUX O., PONCIN P. (dir.) (2000), « Internet et audiovisuel au-delà de la convergence », Dossiers de l’audiovisuel, La Documentation française, n°, 59 p.

GUICHARD E. (dir.), 2001. Comprendre les usages de l’Internet, Paris, Editions Rue d’Ulm, 262 p.

LAGANIER R., VILLALBA B., ZUINDEAU B. (2002), « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », Revue Développement Durable et Territoires, (http://www.revue-ddt.org/).

MARTIN-BRELOT H. (2007), Les dynamiques spatiales métropolitaines franciliennes, atouts ou handicaps vis-à-vis du développement durable ? Une comparaison avec Berlin, Londres et Luxembourg- Ville. Rapport pour le Conseil Régional d’Île-de-France, R2DS, 83 p.

MARTIN-BRELOT H. (2006), TIC et territoires locaux dans une perspective de développement durable. L’expérience Rhizome – TV FIL 78 – Saint-Quentin-en-Yvelines. Thèse de doctorat en géographie, ENS-LSH, Lyon, 335 p.

MATTELART A. (1997), L’invention de la communication, Paris, Editions La Découverte & Syros, 376 p.

MUSSO P. (1997), Télécommunications et philosophie des réseaux. La postérité paradoxale de Saint-Simon, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. La Politique Éclatée, 395 p.

THEULE F. (2004), Saint-Quentin-en-Yvelines 1965-2004 : aménageurs et élus, du périmètre au territoire, appropriations croisées, Mission d’histoire et d’évaluation des Villes Nouvelles, 39 p. + annexes.

THEYS J. (2002), « L’approche territoriale du développement durable, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Revue Développement Durable et Territoires, (http://www.revue-ddt.org/).

VOGE J. (1992), « Donner du sens à l’information », Transversales Sciences/Culture, n°16, s.p.

Haut de page

Notes

1 La part de logements sociaux, de 37% sur l’ensemble de l’agglomération, varie entre les communes, avec plus de 67% à Trappes et à La Verrière, et moins de 10% à Voisins-le- Bretonneux (INSEE, 1999).

2 Le CSA tient compte à la fois du volume de production fraîche par semaine, des ressources disponibles et de l’offre des programmes. Les télévisions de ville réalisent entre deux et sept heures de production fraîche par semaine, leurs budgets sont compris entre 610 000 euros et 1,3 millions d’euros.

3 Depuis 2005, la Communauté d’Agglomération est propriétaire du réseau exploité jusqu’en 2008 par l’opérateur Numéricâble, en remplacement de France Telecom Câble.

4 Le Centre d’économie et d’éthique sur l’environnement et le développement (C3ED) développe notamment des outils informatiques participatifs invitant des acteurs (entreprises, particuliers…) à mesurer l’impact de leurs productions sur les ressources naturelles et le changement climatique.

5 Un ensemble de 230 séquences ont été répertoriées et analysées.

6 Le budget total pour la réalisation de 12 magazines est estimé en 2001 à environ 80 000 euros hors-taxe, soit environ 8 000 euros TTC par magazine. Ce budget prend en compte le salaire de pigistes rédacteurs, cadreurs et monteurs, les frais liés à l’utilisation du matériel et des charges structurelles (usage des locaux et des outils de communication, frais de diffusion, utilisation de véhicules).

7 Un rhizome désigne la tige souterraine, généralement horizontale, de certaines plantes. Le rhizome est une notion centrale dans l’œuvre philosophique de Gilles Deleuze et Félix Guattari (Mille Plateaux, 1980), qui permet de conceptualiser la structure et l’évolution en réseau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Correspondance entre TIC et projet de territoire
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Martin-Brelot, « La télévision locale comme outil au service du développement durable: l’expérience Rhizome », Netcom, 22-3/4 | 2008, 303-312.

Référence électronique

Hélène Martin-Brelot, « La télévision locale comme outil au service du développement durable: l’expérience Rhizome », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 02 juillet 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/1729 ; DOI : 10.4000/netcom.1729

Haut de page

Auteur

Hélène Martin-Brelot

Docteur en Géographie, Programme ACRE (Accomodating creative knowledge - Competitiveness of European Metropolitan regions within the enlarged Union), LISST-CIEU - Université Toulouse Le Mirail, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex. E-mail: hmb@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org