Navigation – Plan du site

Aménagement durable des territoires : quel apport d’un outil multimédia d’aide à la délibération ?

Aurèlie Chamaret, Victoria Reichel et Martin O’Connor
p. 287-302

Résumés

Dans les choix liés au développement territorial, pallier les difficultés liées à la complexité et à l’incertitude par un recours aux processus délibératifs apparaît comme l’une des alternatives envisageables. Quel rôle peuvent jouer les outils multimédia pour soutenir ce type de processus ? Dans l’exemple des outils Kerbabel d’aide à la délibération (KerDST), une interface peut représenter n’importe quel problème de choix social (environnemental ou autre) en trois dimensions et en faisant intervenir les opinions des personnes concernées. Ces outils aident à comprendre les points de convergence et de différence et à déterminer les choix des trajectoires futures. Deux cas d’étude permettent de tirer des conclusions quant à la pertinence de ces outils pour aborder la question du développement territorial que cela soit en termes de processus ou de conception.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement territorial durable implique de faire des choix dans un univers caractérisé par la complexité et l’incertitude.

2Incertain dans le sens où la prise de décision sur les territoires est souvent associée à des incertitudes scientifiques qui ne permettent plus de se suffire d’une expertise concluant qu’une décision est bonne ou mauvaise. Si l’on reprend notre exemple d’usine, aucun expert ne pourra aujourd’hui s’exprimer avec certitude sur, disons, le nombre de cancers induits par les émissions aériennes liées à la nouvelle activité industrielle. L’intégration d’une pluralité de savoirs, non seulement experts mais aussi pratiques, est une alternative pour une plus grande adéquation des solutions envisagées. Différentes catégories d’acteurs, avec leurs propres expériences, peuvent en effet apporter une vision plus large et plus riche qu’un seul point de vue.

3Complexe dans le sens où aucune décision ne peut être réduite qu’à une seule dimension (par exemple, l’environnement, le social ou l’économique). Afin d’être « durable », le développement territorial se doit de prendre en compte les différentes répercussions d’une décision : implanter une usine dans un village créera certes de l’emploi et rapportera un surcroit de ressources pour la municipalité mais aura aussi sûrement des impacts environnementaux. Or, une dimension ne peut être favorisée pour une autre car elles sont tout autant nécessaires pour un développement plus durable. De plus, ces questions ne seront pas les mêmes selon l’échelle à laquelle on se place. Dans notre exemple, les enjeux des ressources et de l’emploi se poseront essentiellement à l’échelle locale alors que l’environnement pourra interroger à une échelle plus grande. Enfin, une diversité d’acteurs est concernée par les décisions prises pour les territoires. Chacun d’entre eux, avec ses valeurs et ses expériences propres, posera un regard particulier sur ses questions. L’importance qu’ils accorderont aux questions posées par les décisions ne sera pas la même et certains points peuvent même les opposer violemment et entraîner des conflits. On imagine aisément que dans l’exemple de l’usine, des associations environnementales peuvent organiser une opposition pour des questions d’impacts sur l’environnement alors que des élus défendront le projet voyant l’intérêt financier qu’il représente. Qui a raison, qui a tort ? Chacune des positions peut se justifier et a tout autant droit à s’exprimer et à être contentée. Dès lors, le développement durable peut être considéré comme un « processus de coévolution » (O’Connor, 2000) qui nécessite de faire des arbitrages entre des systèmes aux intérêts opposés.

4Face à l’incertitude et à la complexité, un véritable défi existe pour mieux éclairer la prise de décision afin de parvenir à un développement territorial plus durable. Une alternative peut être apportée par l’Ethique de la Discussion. Pour Habermas (1997), l’Ethique de la Discussion « considère que le point de vue moral prend corps dans la procédure d’une argumentation intersubjective, procédure qui oblige les participants, par voie d’idéalisation, à étendre les limites de leurs perspectives d’interprétation ». Autrement dit, ce courant de pensée postule qu’ «une réconciliation est possible, dans le cadre de situations de conflits, de dissidence, d’incompréhension ou d’antagonisme, à travers un processus de dialogue et de délibération » (O’Connor, 2000). L’objectif est alors la recherche d’une coexistence des individus et de compromis.

5C’est dans cette optique que se sont développés les outils d’aide à la délibération. Le but de l’activité délibérative est, d’une part, de gérer l’information puis de développer la communication et la discussion entre les parties prenantes concernées. D’autre part, quand cela est possible, il s’agit de faire émerger de ce processus, une ou des perspectives de solutions communes.

6La question posée par cet article est dans quelle mesure les Technologies d’Information et de Communication (TICs) peuvent présenter une utilité dans le cadre d’une activité délibérative et, de ce fait, pour répondre aux défis posés par le développement territorial durable. Pour cela, nous nous appuyons sur l’exemple d’outils d’aide à la délibération en ligne appelés KerDST (Kerbabel Deliberation Support Tools). Après avoir présenté les fondements et le fonctionnement de ces outils dans la première partie de cet article, nous présenterons, dans la deuxième partie, deux applications concrètes à des problématiques de développement territorial. Ces cas d’étude nous permettront de tirer, dans la troisième partie, des conclusions sur la pertinence de ces outils pour répondre aux défis posés au développement territorial durable.

Les outils d’aide à la délibération kerDST

TIC et aide à la délibération

7Développés depuis les années 1990, l’origine des outils KerDST est à trouver dans l’intuition que les TICs portent des espoirs démocratiques dans le sens où elles ouvrent des opportunités radicales d’accès pour tous à la connaissance mais aussi de convivialité, d’ouverture et d’échange entre acteurs (Guimarães Pereira & O’Connor, 1999; O’Connor, 2006).

8On envisage depuis déjà plusieurs années l’exploitation des TIC pour la création, l’organisation et l’exploitation des données spatiales géographiques (par exemple, classements géologiques et écologiques, occupation du sol, climatologie, etc.) — potentialités qui renforcent et renouvellent les pratiques de la cartographie et permettent l’intégration de cette dernière dans les démarches d’analyse dynamique (modélisation de scénarios et techniques de représentation des futurs possibles…). Nos sociétés passent actuellement par plusieurs phases simultanées de transition. Celles-ci incluent, d’une part, l’assimilation rapide mais problématique des possibilités révolutionnaires des technologies de la communication digitale et, d’autre part, l’émergence des considérations de performance environnementale et de gestion du risque technologiques comme dimensions incontournables aussi bien dans la stratégie d’entreprise que dans la politique publique.

9Les réponses à ces deux défis peuvent, et devraient, être liées. Une base d’information fiable qui circule librement en société, serait vraisemblablement une dimension essentielle de toute démarche du développement durable. Une connaissance partagée entre autorités publiques, acteurs du secteur privé et citoyens peut contribuer à la confiance et donc à l’efficacité des politiques environnementales comme composante d’un projet de société.

10Devant les mutations des mondes commercial, technique et de la communication, tout le monde est amené à s’interroger sur les évolutions de la nouvelle économie fondée sur les TICs et à développer des concepts, des modèles et des analyses adaptés aux relations entre acteurs du développement durable.

11Notre sujet ici de discussion est celui de l’exploitation des TICs interactives pour la création de nouvelles interfaces multimédias entre la science, les décideurs, le monde industriel et les citoyens. Nous participons ainsi pro-activement à cette « révolution » dans les possibilités de communication et de représentation interactive multimédia et les utilisations dans l’éducation environnementale et comme aides interactives à la décision.

12L’information au décideur comme au citoyen doit faciliter la réflexion et le jugement pragmatique — jusqu’à l’action personnelle et collective pour une qualité environnementale. Pour ce faire, il ne suffit pas seulement de fournir de l’information, mais il faut également créer des situations qui favorisent la recherche active d’information, l’émission de jugement et l’apprentissage. Les TICs nous offrent des potentialités révolutionnaires de créer des interfaces « multimédia » basés sur le partage actif de différents types de savoir. Ces interfaces constituent un nouveau médium de d’apprentissage, de communication et de dialogue entre la communauté de scientifiques, les autorités publiques, les acteurs du secteur privé, les citoyens et les organisations non gouvernementales. Pouvons-nous, par exemple, mieux utiliser les nouvelles TICs pour construire des passerelles de communication qui facilitent la prise de conscience, par des personnes et des communautés dans différents contextes, des autres catégories de connaissance et, ainsi, améliorer notre capacité à agir en commun (par exemple la co-gestion des ressources de l’écosystème ; les processus délibératifs pour la gouvernance, etc. ?

13Toutefois il semble déjà clair que ces technologies risquent de ne pas complètement abonder dans le sens de cet espoir. Tout d’abord on se doit de constater un accès finalement ambigu à l’information. D’une part, une offre d’informations trop importante entraine un trop plein d’information qui ne permet plus aux utilisateurs de réellement s’en servir et d’apprendre. D’autre part, un problème de référencement des données fait qu’une trop grande part de ressources reste invisible et inaccessible (syndrome du « cimetière de données »). Par ailleurs, certaines utilisations des TICS vont totalement à l’encontre des idées de démocratie. A ce titre on peut citer les outils pour des actions de surveillance ou de contrôle.

  • 1 Voir par exemple le projet européen Virtualis, financé par le 5ème programme cadre de la direction (...)

14Néanmoins, les interrogations sur l’intérêt des TICs que nous venons de mentionner ont cimenté la base de programmes de recherche expérimentale menés sur le développement et l’utilisation d’outils interactifs d’aide à la délibération (KerDST), avec l’espoir de démontrer le vrai potentiel démocratique et de convivialité des systèmes multimédia1.

Présentation des outils KerDST

15Pour réaliser ce potentiel extraordinaire des TICs, les technologies multimédia digitales doivent être déployées de façon à permettre un accès facile à l’information dans des formes qui rendent les gens capables de réfléchir, de juger et d’agir. Il s’agit ici d’un choix méthodologique.

  • 2 Même si les deux outils viennent souvent en complément, ils peuvent aussi être utilisés de façon sé (...)
  • 3 Voir http://kerdst.c3ed.uvsq.fr/ pour KERDST en ligne.

16Les outils KerDST sont des outils disponibles en ligne et sur cd-rom, développés selon les conventions de logiciels libres. Il s’agit principalement de deux outils : la Matrice de Délibération et la Foire aux Indicateurs de Kerbabel (FIK)2. Une fois articulés, ils constituent une plateforme3 pouvant être appliquée à tout type de choix social structurant les problématiques en trois dimensions qui sont, généralement : les principales catégories d’acteurs (ou groupes sociaux, etc.), des scénarios représentant les futurs possibles, et des catégories d’enjeux de performances, entendus comme les conditions sans lesquelles une option ne pourra pas être jugée comme performante ou acceptable aux yeux des parties prenantes. De la combinaison de ces trois dimensions résulte une représentation tridimensionnelle: la Matrice de Délibération (voir Figure 1).

17Par conséquent, chacune des cellules (x,y,z) à l’intersection entre les trois axes, représente une dimension d’évaluation (z) par une catégorie spécifiée d’acteurs (x) d’un scénario spécifique (y). Autrement dit, chaque cellule répond à la question : « Comment l’acteur Xnévalue le scénario Ynpar rapport à l’enjeu Zn? » Les acteurs donnent leurs jugements sous forme d’un code couleur qui est déterminé au préalable (par exemple vert pour un jugement positif, rouge pour un jugement négatif, blanc pour un « je ne sais pas », etc.). Pour chaque critère de décision, un éventail d’indicateurs potentiels peut être identifié et utilisé comme élément d’évaluation des jugements.

Figure 1 : Représentation de la Matrice de Délibération

Figure 1 : Représentation de la Matrice de Délibération

Les trois axes et les cellules de la Matrice de Délibération.

Figure 2 : Représentation de la Matrice de Délibération

Figure 2 : Représentation de la Matrice de Délibération

Cellules synthétiques de bilan des axes permettant une évaluation.

18Trois niveaux de précision s’offrent alors aux participants pour juger chaque cellule. Du plus simple au plus détaillé, ils se présentent ainsi :

  • La façon la plus simple est, au premier niveau, d’attribuer une couleur à chaque cellule directement selon le jugement que l’acteur porte.

  • Le deuxième niveau proposé offre également aux acteurs la possibilité de justifier leur choix de couleur sous la forme d’un petit texte, permettant ainsi à d’autres acteurs de mieux comprendre ce jugement.

    • 4 A cet effet, la version multimédia de la matrice intègre un lien vers la Foire aux Indicateurs, cat (...)
    • 5 Pour les niveaux 1 et 3, l’algorithme de l’outil TIC permet d’additionner les jugements de plusieur (...)

    Au niveau le plus élevé la couleur n’est pas définie directement par l’acteur mais résulte de son jugement porté sur tout un panier d’indicateurs qui construit le critère d’évaluation. Le principe est de mettre à disposition des acteurs un jeu d’indicateurs prédéfini4 dans lequel ils puisent. Pour chaque indicateur, les parties prenantes doivent se prononcer sur son importance (« A quel point cet indicateur est-il pertinent pour révéler cet enjeu par rapport aux autres ? ») et le juger ensuite suivant les conventions des codes couleurs comme pour le jugement direct. Ainsi, en fonction de la composition du panier (nombre d’indicateurs, importance et jugement), la cellule se colorie, permettant d’apprécier le jugement global des parties prenantes5.

19Une fois la Matrice de Délibération composée, il est possible de voir s’il existe ou non, un ou plusieurs scénarios jugé(s) « acceptable(s) » dans la mesure où il n’y a pas (ou peu) de cellule rouge. Pour tous les scénarios il peut y avoir délibération sur une base collective ou individuelle à propos :

  • des étapes préliminaires d’identification des indicateurs potentiellement utiles et des enjeux de performance;

  • de la sélection par chaque catégorie d’acteurs, ou en leur nom, d’un sous-ensemble d’indicateurs pour chaque panier d’enjeu de gouvernance;

  • de l’interprétation normative (signification) que chaque catégorie d’acteurs attribue à chaque indicateur regroupé dans les paniers;

  • de l’importance relative ou absolue de chaque indicateur par rapport aux autres dans le panier, pour parvenir à un jugement synthétique (au niveau de la cellule de la matrice).

20Les échanges de points de vues entre les protagonistes au cours de la négociation peuvent conduire à des modifications d’une ou de toutes ces étapes, et en conséquence à la révision des jugements entrés dans les cellules de la matrice. Les acteurs d’une catégorie peuvent ensuite essayer de persuader ceux d’une autre catégorie de modifier leurs critères ou pondérations, etc.

Application de l’outil à deux problématiques d’aménagement du territoire : les projets « SRDTools » et « mobilité urbaine soutenable »

21Se poser la question de « comment évaluer la durabilité d’un projet de développement territorial ? » amène très vite à une multiplicité d’interrogations qui reflète la complexité associée avec une telle entreprise : Quels sont les choix alternatifs qui s’offrent ? Qui sont les groupes sociaux (in)directement impliqués dans le projet (parties prenantes) ? Quels sont les indicateurs les plus pertinents pour rendre compte de l’ensemble des enjeux liés à des projets d’aménagement territorial? Comment arbitrer entre plusieurs scénarios prospectifs possibles? Comment faire accepter des solutions parfois impopulaires (comme la construction de couloirs de bus ou d’une nouvelle autoroute, par exemple) à l’ensemble de la population concernée? Cette section a pour objectif de présenter deux projets de recherche d’appliquer la Matrice de Délibération dans un contexte de gouvernance territoriale.

Le projet SRDTools

  • 6 SRDTools (Methods and Tools for evaluating the impact of cohesion policies on sustainable regional (...)
  • 7 Les six études de cas se déroulaient en Pologne, Allemagne, Royaume-Uni, Slovénie, Espagne et Tchéq (...)

22Une première étude s’est déroulée en 2006 au sein du programme européen SRDTools. L’objectif de ce programme était d’identifier les meilleurs outils pour intégrer des critères sociaux et écologiques dans l’évaluation des projets de développement régional et plus particulièrement dans le cadre d’une révision du schéma d’évaluation des projets du Programme des Fonds Structurels de l’Union Européenne6. La matrice de délibération a été appliquée aux six terrains d’études du programme7 pour que la vision des parties prenantes y trouve une véritable visibilité. Pour des raisons de concision, nous ne présenterons dans cet article que les résultats de l’étude de la région des East Midlands (Royaume-Uni) réalisée en collaboration avec le bureau d’études londonien GHK.

  • 8 La simulation de la délibération s’est basée sur des analyses socio-économiques de GHK qui ont amen (...)

23Dans ce terrain d’étude, les autorités ont dû résoudre un conflit entre le besoin croissant de logement et l’impact de l’habitat sur les ressources hydrologiques au cours du développement du plan régional pour l’habitat. L’accroissement de l’habitat risquait, d’un côté, de menacer la nappe phréatique générant des problèmes d’approvisionnement et, d’un autre côté, d’augmenter le risque d’inondation dans la zone. Quatre scénarios de développement, qui proposaient chacun une autre combinaison des politiques d’urbanisme, ont été évalués à travers une délibération simulée utilisant KerDST8.

  • 9 Business as usual (BaU) : développement résidentiel au taux de croissance attendu sans investisseme (...)

24La Figure 2 illustre le résultat final de l’évaluation effectuée à travers la représentation des cellules synthétiques de bilan des axes. En fait, ce sont les deux plans verticaux qui nous renseignent le plus sur l’évaluation comparative des scenarios (le troisième, horizontal, n’affiche que le choix des critères d’évaluation par les acteurs). Le plan en vertical à droite, qui croisent les scénarios (BaU, Effic9, etc.) et les acteurs (BA, RDA, etc.), résume la notation des acteurs tout enjeu confondu. De la même manière, celui à gauche, confrontant les scénarios aux enjeux (Human, Manuf, etc.), expose l’appréciation des scenarios par les critères d’évaluation choisis. On y voit tout de suite que l’option ‘BaU’ (pour ‘Business as Usual’ – ou ’absence de politique’) montre une cellule rouge pour l’enjeu du capital naturel (‘natural’). L’appréciation de l’option par rapport à la préservation des ressources naturelles est donc majoritairement négative en raison de son impact sur la qualité et la quantité des ressources hydrologiques. A l’opposé, l’investissement accru dans la gestion de l’eau (réservoirs, dispositifs d’économie de l’eau et drainage urbain soutenable – option ‘WaterInv’) et, plus encore, l’option de relocalisation des zones résidentielles (‘Realloc’) ont été considérés comme les choix politiques les plus aptes à résoudre le conflit entre la ressource eau et le programme de construction de logements.

25Par ailleurs, et de façon plus simplifiée, les cellules agrégées de l’axe des scénarios (cellules sur l’axe verticale figurant à côté du nom de chaque scénario) montrent les mêmes appréciations, mais plus synthétiques et globales (car enjeux et acteurs confondus), à travers leurs teneurs différentes en couleur verte.

Figure 3 : Représentation (trois-dimensionnelle) des résultats de la Matrice de Délibération pour l’évaluation des options de développement régional dans les East Midlands

Figure 3 : Représentation (trois-dimensionnelle) des résultats de la Matrice de Délibération pour l’évaluation des options de développement régional dans les East Midlands

26Les différentes applications de la matrice ont apporté deux signaux clairs au programme SRDTools. D’abord, la matrice a constitué un véritable contrepoids aux instruments classiques de l’analyse économique (analyse coûts-bénéfices et autres méthodes quantitatives) qui demeurent encore prépondérantes dans les politiques publiques et aussi dans le cadre du schéma du fonds européen. Beaucoup de facettes du développement restent pourtant non quantifiables : perceptions du stress liées au bruit, perte de biodiversité, etc. La matrice, à travers l’expression subjective des personnes concernées, donne lieu à la prise en compte de ces aspects sans pour autant compromettre la comparabilité des choix à évaluer (l’épineuse question de la commensurabilité). D’un autre côté, grâce à sa simplicité d’application et son accessibilité (aussi technique qu’intellectuelle), la matrice a fait preuve d’une réelle faisabilité de l’intégration des parties prenantes dans le choix et l’élaboration des politiques.

Le projet Mobilité urbaine soutenable

  • 10 Pour plus de détails sur cette étude voir Chamaret, Povillon et al. (2008).

27Le projet Mobilité urbaine soutenable, mené en 2007 en partenariat avec Fondaterra et Véolia Transport visait à porter une réflexion autour des questions posées par la mobilité urbaine durable en expérimentant un processus d’évaluation multicritère et multi-acteurs10.

28La mobilité permet l’accès aux emplois, aux marchés, à l’éducation, aux soins de santé ainsi qu’à d’autres services essentiels, ce qui fait du transport un facteur essentiel pour le progrès et la qualité de vie. La montée des préoccupations environnementales et sanitaires, particulièrement liées aux phénomènes de pollution de l’air et de réchauffement climatique, et le souci de justice sociale (accès équitable, répartition des coûts) remettent en cause la banalisation de l’usage individuel de la voiture. Les réseaux de transport collectif et les nouvelles formes de transport alternatif (covoiturage, multimodalité, etc.) prennent une place grandissante dans les politiques d’aménagement des collectivités locales et territoriales.

29Pourtant, la multiplicité des enjeux, des échelles géographiques et des acteurs concernés par les questions de mobilité, soulèvent plusieurs questions quant à sa gestion et à sa planification dans l’optique d’un développement territorial durable :

  • Comment évaluer l’efficacité des réseaux?

  • Quels sont les indicateurs les plus pertinents pour rendre compte de l’ensemble des enjeux associés à la mobilité?

  • Comment arbitrer entre plusieurs scénarios prospectifs possibles?

  • Comment faire accepter des solutions parfois impopulaires à l’ensemble de la population, comme les couloirs de bus par exemple?

  • 11 Onze réunions ont été réalisées sous la forme de focus groups réparties sur les villes de Rambouill (...)

30Le projet a débuté par une première phase de lecture de la littérature et de rencontres avec des acteurs concernés par la mobilité de façon générale (acteurs économiques, usagers, entreprises de transport, autorités coordinatrices, etc.)11. Ce travail préalable a permis de construire une base d’indicateurs pertinents pour la mobilité durable et de définir une liste d’enjeux de performance pour un système de mobilité, c’est à dire les conditions sans lesquelles un système ne pourra pas être considéré comme performant (par exemple, le système se doit d’être confortable, d’être accessible, de préserver l’environnement, etc.). Ces sept catégories d’enjeux, présentées dans le tableau ci-dessous, seront celles utilisées pour les études de terrain.

Tableau 1- Les catégories d’enjeux de performance de la mobilité urbaine durable

Tableau 1- Les catégories d’enjeux de performance de la mobilité urbaine durable

31Deux études de terrain ont ensuite été réalisées sur la ville d’Achères : l’une visait à réfléchir sur le réaménagement d’une ligne de bus interurbaine qui voyait sa fréquentation baisser et l’autre traitait de l’aménagement de l’accès à une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) appelée la Petite Arche. Nous traiterons dans cet article de ce dernier cas.

32La commune d’Achères s’est engagée depuis plusieurs années dans le rééquilibrage entre activité et habitat. Elle a ainsi entrepris d’aménager des espaces de qualité pour l’accueil de nouvelles entreprises sur son territoire. Le secteur de la Petite Arche, situé au nord de la commune, est identifié dans cette perspective comme un endroit stratégique. Ce contexte, ainsi qu’une préoccupation environnementale forte ont conduit la ville d’Achères à inscrire le projet Petite Arche dans une démarche développement durable. C’est dans cette perspective que les services de la mairie ont montré leur volonté d’intégrer les questions de mobilité en amont en s’appuyant sur une démarche d’évaluation multicritère et multi-acteurs. Leur questionnement portait sur la façon d’optimiser et de favoriser les modes doux dans les modes de déplacement vers la ZAC.

33L’étude a duré trois mois, impliquant trois catégories de parties prenantes : les services techniques de la mairie, les entreprises de transport (Véolia et SNCF) et l’aménageur de la ZAC. Trois rencontres ont été réalisées avec les acteurs.

  • 12 Nous donnons ici à titre d’information les options évaluées mais au vu des différences essentiellem (...)

34La première, sous forme d’entretiens semi-directifs, visait à définir les options d’aménagement. A l’issue de cette première phase, trois options d’aménagement techniques ont été développées12.

35La deuxième réunion visait, elle, à sensibiliser les participants à l’utilisation de la matrice. Après Il s’agissait de les faire travailler en petits groupes (3 groupes de 2) sur deux scénarios (c’est-à-dire 14 cellules) avec trois étapes principales :

  • ETAPE 1 : Sélection d’un jeu d’indicateurs pertinents pour évaluer les options par rapport aux catégories d’enjeux de performance (maximum 5)

  • ETAPE 2 : Caractérisation de l’information des indicateurs pour l’option envisagée (c’est-à-dire, une tendance, une estimation de l’évolution de la donnée par rapport à la donnée de référence, voir annexe 2)

  • ETAPE 3 : Jugement de la valeur et de l’importance de l’indicateur

36Pour une plus grande facilité de compréhension, ce travail n’a pas été directement réalisé sous la version informatique de la matrice mais par le biais d’un document papier.

37Enfin, la troisième rencontre avait pour objectif était d’animer une discussion entre les acteurs autour de leurs opinions affichées dans la matrice en ligne, travail préparatoire à la réunion que chacun devait réaliser de son côté à l’aide de la version en ligne de l’outil. Il est pourtant vite apparu que ce travail était difficile à réaliser de façon personnelle (difficultés de prise en main de l’outil, difficultés de « bloquer » le temps nécessaire pour la réflexion autour d’un tel sujet en dehors du cadre d’une réunion, etc.). De ce fait, il a finalement été décidé de remplir la Matrice durant la réunion sans indicateur (le temps de réunion, bloqué au préalable, ne permettant pas de remplir la Matrice avec indicateurs).

  • 13 La personne représentant l’aménageur étant absente lors de la réunion de travail, il n’a pu remplir (...)

38La Figure 4 montre l’évaluation effectuée par les acteurs des trois options13. On peut conclure de cette image que les deux options les plus en faveur des parties prenantes sont la deux et la trois, la deux recueillant le plus d’opinions favorables mais apparaissant comme non viable économiquement par les autorités. Ce dernier point peut-il être un point bloquant ? Doit-il être le sujet de nouvelles discussions afin de trouver une solution moins onéreuse ? Doit-on se reporter sur l’option 2 ?

39Le projet de la ZAC suivant toujours son cours, toutes ces questions n’ont pas trouvé de réponses. Cette étude a davantage permis aux acteurs engagés de mieux comprendre la situation et de « débroussailler » les options envisageables. Ces résultats représentent une première phase de délibération qui devrait, à notre sens, être complétée par l’intégration d’un scope plus large de parties prenantes pour plus de pertinence et d’acuité.

Figure 4 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères

Figure 4 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères

Option 1 : Pas de changement.

Figure 5 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères

Figure 5 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères

Option 2 : Fermeture du Pont de Conflans aux VP avec ouverture d’un passage sous la voie ferrée.

Figure 6 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères

Figure 6 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères

Option 3 : Fermeture du Pont de Conflans aux VP sans ouverture de passage sous la voie ferrée.

40Ce cas d’étude traitant de la mobilité sur la ZAC Petite Arche a souligné les bénéfices issus du processus mené en collaboration avec les acteurs impliqués. Il a d’un côté mis en avant les avantages obtenus à travers l’ouverture du champ des préoccupations. Demander aux acteurs d’aborder la question de la mobilité dans son ensemble leur permet d’aller au-delà d’une vision cloisonnée et experte des dossiers (par exemple les services de la marie comme la petite enfance, l’environnement ont apprécié de dépasser leur champ de compétences) et d’appréhender les enjeux de façon plus globale. Et, d’un autre côté, il a montré l’intérêt de mener des réflexions partagées : chacun avec ses propres connaissances et son domaine d’expertise peut apporter des éléments précieux. C’est durant une réunion réunissant les différents acteurs que les services de la mairie se sont ainsi rendus compte qu’une des solutions qu’ils envisageaient n’étaient pas du tout viable.

41Par ailleurs, cette application nous a permis de tirer des enseignements concernant le processus et les outils. Il est ainsi apparu que l’interface de KerDST telle qu’elle existe aujourd’hui nécessite encore un accompagnement personnel pour une meilleure prise en main de l’outil. L’ergonomie de l’outil présente un défi majeur pour la recherche et le développement de ces prochaines années. Egalement, il est apparu que, malgré l’apport du multimédia concernant une particularisation de l’utilisation des outils (où et quand on le veut), les participants ont trouvé difficile de mener l’exercice de façon individuelle hors des réunions, que cela soit pour un manque de temps, un besoin de concentration ou un défaut d’obligation.

Principaux résultats issus des applications expérimentales de la matrice de délibération

42La Matrice de Délibération en tant qu’outil multimédia d’aide à la délibération peut être caractérisée par quatre choix de développement, qui déterminent ses conditions d’utilisations et de pertinence. Il s’agit tout d’abord de la volonté de conserver une réelle simplicité de l’outil, que cela soit dans l’affichage (code couleur) ou dans l’algorithme, qui lui permet d’être compréhensible par le plus grand nombre, au contraire d’études multicritère plus traditionnelles. Ensuite, sa présence en ligne garantit des utilisations plus larges qu’un logiciel avec une seule utilisation locale. Sa capacité de conserver les informations (profils utilisateurs, projets, etc.) et de les rendre accessibles à l’ensemble des participants est un autre facteur déterminant. Enfin, son caractère multi-acteurs offre la possibilité à plusieurs participants de travailler ensemble, sur le même projet, au même moment.

43Ces caractéristiques rappelées, plusieurs remarques peuvent maintenant être tirées des deux cas d’étude présentés précédemment quant à l’intérêt de la Matrice comme outil multimédia d’aide à la délibération dans le cadre de projets territoriaux.

44Elle représente tout d’abord un support d’informations et d’apprentissage permettant aux participants d’avoir accès à un ensemble de données structurées sur le problème abordé. Chaque acteur peut ainsi trouver les réponses à des questions telles que : Quel(s) scénario(s) semble le plus acceptable ? Quel groupe d’acteurs a les points de vue les plus marginaux ? Quels sont les enjeux qui cristallisent le plus de dissension ? A chacun ensuite de choisir son niveau d’information : du plus détaillé (les jugements de chaque acteur sur chaque enjeu, pour chaque scénario) au plus simple (des synthèses pour chaque axe étant offertes).

45Grâce à cette disponibilité de l’information, la Matrice permet de rentrer dans un processus d’échange de points de vue transparent, chacun ayant accès aux informations affichées par les autres participants. Elle devient alors le support des discussions. Cet échange est une réponse non négligeable aux problèmes de choix sociaux qui nécessitent des processus de négociations entre acteurs. Cet aspect est renforcé par le jeu « verdir la matrice » qui consiste, à travers le dialogue entre acteurs, à essayer de transformer les jugements négatifs en jugements positifs. Cette symbolisation rend ainsi plus tangible le jeu qui se déroule entre les acteurs et leur donne un objectif explicite et plus facilement accessible.

46La Matrice peut enfin devenir un support de communication. L’interface multimédia permet de montrer aux participants (et aux non participants) ce que l’on peut retenir du processus dans sa globalité ou pour analyser les résultats d’une option en particulier.

Conclusion

47La gouvernance territoriale dans l’optique d’un développement durable est l’objet d’un défi de taille : comment se retrouver dans la diversité ? Autrement dire, comment savoir quelles décisions choisir quand chaque option de développement est associée à une diversité d’enjeux articulés à une diversité d’échelles et sur lesquels une diversité d’acteurs pose des regards différents sinon contradictoires ?

48Les limites des seuls travaux d’expertise ont mis en avant la pertinence d’approches délibératives visant à trouver des solutions mieux adaptées et plus durables à travers des procédures de dialogue entre acteurs concernés. Ce type d’approches peut trouver un appui sur les outils multimédia qui offrent de réelles opportunités de mises à disposition de connaissances et de convivialité. Les outils KerDST ont été développés dans ce sens afin de fournir une plateforme pour construire un problème et délibérer autour.

49Les deux applications présentées dans cet article ont permis de montrer l’intérêt, tout d’abord, de la délibération pour traiter du développement territorial mais aussi de l’utilisation de ce type d’outils multimédia que cela soit pour la mise à disposition d’informations et de connaissances, pour la communication ou en tant que support de discussion. Dans ce sens, elles valident l’hypothèse de départ qui voyait dans les TICs de réels espoirs démocratiques. Cependant, les cas d’étude ont également souligné les imperfections de l’outil en termes d’ergonomie et les risques potentiels d’exclusion de certains acteurs pour des raisons de maîtrise de l’informatique. Plus globalement, elles ont appuyé le fait que ce type d’outils ne se substitue pas aux échanges interpersonnels : on ne doit les considérer que comme des outils ou des appuis d’un processus démocratique plus large.

Haut de page

Bibliographie

ARROW K. J. (1951), Social Choice and Individual Values, Wiley, New York.

CHAMARET A., POVILLON F., O’CONNOR M. & GUYONNAUD M.-F. (2008), Démarche d’évaluation multi-acteurs et multicritère d’un schéma de transport pour une mobilité urbaine soutenable. Expérimentation sur un site pilote d’Ile-de-France, Rapport final, C3ED & Fondaterra, Guyancourt.

GUIMARAES PEREIRA A. & O’CONNOR M. (1999), “Information and communication technology and the popular appropriation of sustainability problems”, International Journal of Sustainable Development 2(3): 411-424.

HABERMAS J. (1997), “La réconciliation grâce à l’usage public de la raison. Remarques sur le libéralisme politique de John Rawls”, Débat sur la justice politique, J. Habermas and J. Rawls, Paris, Editions du Cerf.

O’CONNOR M. (2000), “Our Common Problems - ICT, the Prisoners Dilemma and the process of working out reasonable solutions to impossible environmental problems”, Les Cahiers du C3ED(00-06): 1-24.

O’CONNOR M. (2002), “Social costs and sustainability”, Economics, ethics and environment policy, D. Bromley and J. Paavola, Blackwell publishing: 181-201.

O’CONNOR M. (2006), “Building knowledge partnerships with ICT? Social and technological conditions of conviviality”, Interfaces between Science and Society, A. Guimarães Pereira, S. Guedes Vaz and S. Tognetti, Greenleaf Publishing Ltd., Sheffield.

O’CONNOR M. (2006), “Deliberative sustainability assessment : Multiple scales, multiple stakeholders, multidisciplinarity and multiple bottom lines”, a methodological study for Work Package WP6 of the SRDTOOLS Project Methods and tools for evaluating the impact of cohesion policies on sustainable development. C3ED, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Guyancourt.

REICHEL V., P. BUREAU & M. O’CONNOR (2007), Lessons learned with use of the multimedia deliberation support tool kerDST in the SRDTOOLS Project, rapport de recherche du C3ED No.2007-01, C3ED, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Guyancourt.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le projet européen Virtualis, financé par le 5ème programme cadre de la direction générale de recherche (contrat n°IST-2000-28121) qui visait à utiliser les technologies multimédia interactives pour initier les utilisateurs intéressés aux défis des risques et de la gouvernance liés à l’environnement. Pour plus d’infos : http://www.virtualis-eu.com

2 Même si les deux outils viennent souvent en complément, ils peuvent aussi être utilisés de façon séparée. Dans cet article nous traiterons essentiellement de la Matrice de Délibération. La FIK est une structure de présentation de tous les indicateurs candidats pour caractériser les scénarios narratifs et les enjeux de gouvernance de la Matrice de délibération. Il est donc à la fois : (1) un catalogue d’indicateurs pour l’évaluation multicritères, (2) un catalogue de connaissances scientifiques, (3) un outil de dialogue sur la qualité scientifique des indicateurs, notamment dans le cadre de controverses (par exemple sur les paramètres et les méthodes de calcul) et (4) un outil d’évaluation et de dialogue sur la pertinence des indicateurs selon les sites évalués ou les objectifs à atteindre.

3 Voir http://kerdst.c3ed.uvsq.fr/ pour KERDST en ligne.

4 A cet effet, la version multimédia de la matrice intègre un lien vers la Foire aux Indicateurs, catalogue qui gère un ensemble d’indicateurs, à partir duquel les acteurs peuvent choisir les indicateurs qui leur semblent les plus pertinents pour révéler leur jugement sur cette cellule.

5 Pour les niveaux 1 et 3, l’algorithme de l’outil TIC permet d’additionner les jugements de plusieurs participants pour la même catégorie d’acteurs.

6 SRDTools (Methods and Tools for evaluating the impact of cohesion policies on sustainable regional development) a fait partie du sixième programme cadre de la direction générale de recherche (PCRD) de la Commission Européenne. Voir O’Connor (2006) et http://www.srdtools.info/index.htm pour de plus amples informations.

7 Les six études de cas se déroulaient en Pologne, Allemagne, Royaume-Uni, Slovénie, Espagne et Tchéquie.

8 La simulation de la délibération s’est basée sur des analyses socio-économiques de GHK qui ont amené d’abord à la définition d’une série d’indicateurs caractérisant les enjeux de la problématique (qui sont, dans ce cas, représentés par les quatre capitaux : capital manufacturé, capital naturel, capital social et capital humain). Aussi, le travail analytique continu de GHK dans la région a permis de définir des profils solides de cinq catégories parties prenantes à partir de leur connaissance approfondie des acteurs locaux: (1) l’agence publique de l’environnement (EA), (2) l’agence publique de développement régional (RDA), (3) l’assemblée régionale (RegAssem), (4) les élus locaux représentant les résidents (Resid) et (5) les compagnies de gestion de l’eau (WaterCom).

9 Business as usual (BaU) : développement résidentiel au taux de croissance attendu sans investissements particuliers dans la gestion de l’eau, Efficacité (Effic) : développement contrôlé des zones résidentielles et gestion responsable des ressources en eau, Relocalisation (Realloc) : rediriger le développement des zones résidentielles dans des régions avec un surplus d’eau, Investissement eau (WaterInv) : concilier un développement de logements économiques en eau avec un drainage durable de l’eau.

10 Pour plus de détails sur cette étude voir Chamaret, Povillon et al. (2008).

11 Onze réunions ont été réalisées sous la forme de focus groups réparties sur les villes de Rambouillet, Achères et St Rémy les Chevreuse.

12 Nous donnons ici à titre d’information les options évaluées mais au vu des différences essentiellement techniques entre ces options, il ne semble pas pertinent de rentrer plus en en détails : Option 1 : aucune modification du schéma actuel, Option 2 : Fermeture du pont de Conflans aux véhicules particuliers avec aménagement d’un passage sous la voie ferrée et Option 3 : Fermeture du Pont de Conflans aux véhicules particuliers sans aménagement d’un nouveau passage.

13 La personne représentant l’aménageur étant absente lors de la réunion de travail, il n’a pu remplir sa partie dans la Matrice.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Représentation de la Matrice de Délibération
Légende Cellules synthétiques de bilan des axes permettant une évaluation.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3 : Représentation (trois-dimensionnelle) des résultats de la Matrice de Délibération pour l’évaluation des options de développement régional dans les East Midlands
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 1- Les catégories d’enjeux de performance de la mobilité urbaine durable
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 4 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères
Légende Option 1 : Pas de changement.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères
Légende Option 2 : Fermeture du Pont de Conflans aux VP avec ouverture d’un passage sous la voie ferrée.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6 : Représentation (deux-dimensionnelle) des résultats de la Matrice Kerbabel de Délibération pour l’évaluation de la mobilité sur la ZAC d’Achères
Légende Option 3 : Fermeture du Pont de Conflans aux VP sans ouverture de passage sous la voie ferrée.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurèlie Chamaret, Victoria Reichel et Martin O’Connor, « Aménagement durable des territoires : quel apport d’un outil multimédia d’aide à la délibération ? », Netcom, 22-3/4 | 2008, 287-302.

Référence électronique

Aurèlie Chamaret, Victoria Reichel et Martin O’Connor, « Aménagement durable des territoires : quel apport d’un outil multimédia d’aide à la délibération ? », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://netcom.revues.org/1713 ; DOI : 10.4000/netcom.1713

Haut de page

Auteurs

Aurèlie Chamaret

Centre d’Economie et d’Ethique pour l’Environnement et le Développement (C3ED), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 boulevard Vauban, 78047 GUYANCOURT Cedex. Coordonnée : aurelie.chamaret@c3ed.uvsq.fr

Victoria Reichel

Centre d’Economie et d’Ethique pour l’Environnement et le Développement (C3ED), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 boulevard Vauban, 78047 GUYANCOURT Cedex. Coordonnée : vickyreichel@gmx.de

Martin O’Connor

Centre d’Economie et d’Ethique pour l’Environnement et le Développement (C3ED), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 boulevard Vauban, 78047 GUYANCOURT Cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org