Navigation – Plan du site

L’innovation territoriale au service de l’écologie informationnelle

Charlotte Ullmann
p. 235-246

Résumés

Cet article a pour objectif de présenter quelques évolutions conceptuelles qui offrent une nouvelle lecture du développement numérique des territoires par le prisme du développement durable. En prenant position en faveur d’une géographie de l’action numérique durable, l’article propose de repenser les stratégies territoriales de développement dans le contexte géopolitique mondial et local en créant les passerelles entre l’innovation numérique et les principes du durable. La première partie présente quelques concepts fondateurs d’une réflexion innovante alliant TIC et développement durable, sur lesquels peuvent se fonder de nouvelles politiques publiques. La deuxième partie aborde le paradoxe de la relation entre TIC et développement durable en tant que menace ou opportunité, et donne quelques exemples de projets concrets, déployés par des acteurs territoriaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le discours sur le développement durable a bénéficié d’un récent engouement politique et médiatique. Il reste cependant confus pour les citoyens comme pour les décideurs publics, qui ne perçoivent concrètement ni les actions à mettre en œuvre ni les finalités. De plus, la définition classique du développement durable du rapport Bruntland qui s’appuie sur 3 piliers (économique, écologique et social) contribue à renforcer ce flou. Pour être plus complet, il faudrait y ajouter le pilier culturel, le pilier innovation ainsi que le pilier politique (réglementation, fiscalité).

2Pour les acteurs territoriaux en charge du développement numérique, l’intégration des enjeux de durabilité (ou de rationalité) dans leurs stratégies et leurs projets n’est pas évident.

Désormais, toutes les politiques publiques sont concernées par des préoccupations d’empreintes écologiques, de rationalisation des ressources et d’optimisation des processus.

3Dans cette perspective, comment imaginer que le secteur des nouvelles technologies liées à Internet et la Société de la connaissance puissent répondre aux enjeux environnementaux actuels et à venir ? Quels en sont les enjeux pour les acteurs publics ?

4Ces évolutions ne doivent pas être perçues comme des contraintes mais plutôt comme des opportunités d’innovations, autant pour les acteurs publics que privés. Ainsi, du point de vue de la géographie et de l’aménagement du territoire, il semble important de se demander comment les acteurs, publics et privés peuvent faire évoluer leurs modèles de développement territorial en optimisant la gestion des ressources et des énergies, en offrant des services numériques plus intégrés et personnalisés, et en initiant de nouvelles valeurs de consommation numérique responsable.

5L’aménageur, autant l’élu que les experts territoriaux, est désormais à même de concevoir le développement de son territoire par l’angle de l’innovation et de la responsabilité écologique. Pour ce faire, il est nécessaire de construire des éléments de discours, de sensibilisation et de compréhension qui permettent aussi bien aux entreprises qu’aux acteurs publics d’avancer ensemble à partir d’une grammaire commune. C’est par la construction d’outils méthodologiques (grille multicritères, cahier des charges, etc.), l’élaboration d’un référentiel de marketing territorial et par la mise en réseau des acteurs que l’on pourra accélérer la mise en place d’actions durables.

6Cet article présente quelques évolutions conceptuelles offrant une nouvelle lecture du développement numérique des territoires au prisme du développement durable. En prenant position en faveur d’une géographie de l’action numérique durable, l’article propose de repenser les stratégies territoriales de développement dans le contexte géopolitique mondial en créant les passerelles entre l’innovation numérique et les principes du durable. La première partie présente quelques concepts fondateurs d’une réflexion innovante alliant TIC et durable, sur lesquels peuvent se fonder de nouvelles politiques publiques. La deuxième partie aborde le paradoxe de la relation entre TIC et durable en tant que menace ou opportunité, et donne quelques exemples de projets concrets, déployés par des acteurs territoriaux.

Les politiques publiques au milieu du guet

La « bulle verte1 » annonce de nouveaux modèles de développement

  • 1 R. BELL, "La bulle verte. La ruée vers l’or des énergies renouvelables", Scali, 2007, 296p.

7Les économistes classiques avaient déjà annoncé la fin des modèles de spécialisation et de division internationale du travail (Ricardo). Selon R. Solow, le transfert de modèle de croissance doit se faire dans le temps : la génération présente consomme du « capital naturel » mais elle lègue en contrepartie aux générations futures davantage de capacités de production sous forme de stocks d’équipements, de connaissances et de compétences. Trois conditions sont nécessaires à ce modèle : des innovations techniques qui doivent fournir des techniques de secours permettant la substitution entre les différentes formes de capital ; les rentes procurées par l’exploitation des ressources naturelles épuisables doivent être réinvesties dans du capital technique ; et enfin, les coûts des ressources naturelles et de pollution doivent être intégrés au sein des échanges marchands.

8Les cycles d’innovations structurent les systèmes territoriaux et les modèles de société. Ces cycles sont de plus en plus courts et créent des ruptures plus violentes. De façon très schématique, on peut dire qu’il y a eu trois phases d’innovations après la guerre de 1945.

9Le premier (1950-1980) est fondé sur le développement automobile, l’industrialisation et la consommation de masse. Ces évolutions ont eu des retombées sur l’organisation territoriale, en accélérant l’étalement urbain (mégalopoles) ; mais aussi sur le système de valeurs des sociétés qui s’est tourné vers davantage de matérialisme et d’individualisme. Près d’une trentaine d’années ont suffit pour changer les façons de vivre, de se déplacer, d’échanger, suivant des logiques d’économie industrielle.

  • 2 Veltz P. Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, Paris, PUF, 1996
  • 3 C. Anderson, La longue traine, la nouvelle économie est là!, Village Mondial, 2007, 288 p.

10Le second cycle d’innovations (1980-2000) est lié à l’émergence des nouvelles technologies et surtout au réseau Internet. Les territoires se sont alors rapprochés par des liens immatériels, en s’appuyant sur des « économies d’archipels2 ». Le système de valeurs s’est alors transformé, encore une fois, en intégrant des contraintes plus fortes de réactivité, d’informations et de transactions. En vingt ans, cette fois, l’économie de l’immatériel s’est mise en place. On voit apparaître une économie de « longue traine3 » où la rentabilité provient de la multitude des produits vendus et non plus d’un seul.

  • 4 Hargroves, K. and Smith M.H (2005), The Natural advantage of Nations : business opportunities, inno (...)

11De quoi sera fait le troisième cycle ? Même si les idées de risques environnementaux étaient déjà présentes dans les années 70, nous sommes probablement arrivés dans un cycle qui sera notamment fondé sur les principes d’un développement territorial plus durable4 et plus solidaire intégrant les coûts écologiques, avec des réseaux plus maillés répondant à des logiques de réseaux sociaux (lien social, peer to peer) et des boucles économiques re-territorialisées. Ce sont les premières caractéristiques de ce que l’on pourrait appeler l’ère de l’économie rationnelle.

12Cette nouvelle économie qui aspire à plus de rationalité dans ses modes d’exploitation, de production et de consommation, se heurte cependant au paradoxe de l’immatérialité qui donne aux sociétés modernes davantage d’envies de consommations et de déplacements. Ainsi, il faudra gérer à l’avenir les rapports entre l’imaginaire véhiculé par les écrans (télévision, ordinateurs, téléphones, etc.) et la nécessité d’une plus grande rationalité des comportements individuels et collectifs.

13Ces évolutions impactent toutes les échelles des territoires : Etat, régions, localités, etc., et posent la question des rapports entre la technique (TIC), l’économie et la Société. Les acteurs territoriaux, garants de l’intérêt général, se trouvent alors confrontés au dilemme suivant : faut-il croire que la technologie pourra résoudre ou plutôt accentuer les problèmes environnementaux ?

Le rôle des Etats et des entreprises

  • 5 L. Brown, « Le plan B, pour un pacte écologique mondial », présentation de l’ouvrage lors de la Con (...)

14Aussi, devant la multiplication des signaux d’alarme, la responsabilité des Etats et des territoires est en jeu : si certains optent pour l’attentisme jusqu’à la gestion de crise, d’autres choisissent de réagir et d’anticiper les risques de basculement. Lester Brown5 espère qu’en situation de crise, les Etats pourront réagir rapidement : il cite l’exemple du gouvernement américain qui, lors de la seconde guerre mondiale, avait contraint les industriels automobiles de stopper leur production pour contribuer à l’effort de guerre. Jusqu’à aujourd’hui, les politiques écologiques étaient faiblement reconnues et généralement conçues de façon isolée. Désormais, la transversalité des enjeux écologiques est admise, même si elle n’est pas encore vraiment appliquée. L’enjeu à court terme consiste donc à créer des cadres de cohérence partagés, et ce, aussi bien au niveau des Etats que des territoires, tels que les Agendas 21 ou les plans climats. Mais au-delà de la gestion de crise, il faut pouvoir amorcer des stratégies de transition sur le long terme. Et pour cela, les volontés politiques et économiques sont indispensables pour prendre ce virage.

15L’innovation est au cœur de la bascule économique, politique et sociale, car, c’est en faisant évoluer les modèles, voir en inversant certains, que l’on pourra à la fois réduire les nuisances et créer d’autres sources de valeurs. Ainsi, les responsables territoriaux peuvent déjà imaginer leur stratégie numérique à la lumière de nouveaux concepts, présentés ci-dessous, issus des principes du développement durable.

16La diversité est l’un des mots clés qui peut faire changer l’économie actuelle vers une économie rationnelle intégrant davantage de critères écologiques. Ainsi, les experts reconnaissent qu’il faut davantage diversifier l’agriculture, diversifier les sources d’énergie, les modes de transports, etc. La diversification des systèmes existants implique de reconsidérer certains modèles originels (remplacer les pesticides par des remèdes naturels, en suivant l’exemple de la coccinelle et du puceron), inventer des solutions technologiques (clean tech, greenIT), de nouveaux fonctionnements d’entreprises et de travail, de nouveaux modes de communication. De plus en plus d’équipementiers et d’opérateurs de télécommunications développent des technologies propres, à l’image d’Intel qui a organisé les « Eco-Technology Great Debates », pour mesurer l’impact énergétique des salles serveurs ou de leur configuration (haute densité ou non, salle classique en béton ou conteneur). A l’inverse, le besoin de mieux gérer la diversification des produits et des standards technologiques devient une priorité. Ainsi, les collectivités locales peuvent agir en faveur de la mise en place de « clean tech », de systèmes d’ « écoconception » et de « recyclage » sur leur territoire. Ainsi, la collectivité locale peut jouer son rôle de régulateur territorial, en étant progressivement capable d’évaluer l’empreinte écologique de ses politiques numériques. Mais là, de nombreux travaux et analyses restent à construire.

17La relocalisation des activités semble être une voie favorable pour réduire les flux de transports et la consommation des ressources. Certains experts avancent l’idée de la reterritorialisation de l’économie à travers l’émergence de territoires plus autonomes localement et moins dépendants des marchés extérieurs. A. Lipietz parle de « développement endogène » qui se fonde sur la qualification, la réciprocité et la mobilisation du tissu social local, permettant de créer plus d’emplois et de richesses pour les territoires. A partir de là, il s’agit pour les acteurs locaux de savoir utiliser les outils numériques, dans une logique d’autonomie territoriale (énergétique, ressources) et de revalorisation territoriale (activités de proximité). Parmi les acteurs innovants, on trouve de nombreux opérateurs de la ville (Ratp, Decault, etc.) qui imaginent de nouveaux services urbains de proximité (lieux multiservices, dématérialisation des services, etc.). De plus en plus, l’économie de proximité crée de la valeur à travers l’émergence d’échanges de services (site Internet Peuplade, utilisé par les habitants des quartiers parisiens) et de commerce en ligne (eBay). D’une certaine façon, les entreprises se « relocalisent sur Internet » et perdent leur accroche territoriale. Ce phénomène va de pair avec les interrogations des territoires sur les moyens de mieux (géo)référencer les acteurs économiques de leur territoire, voire d’imaginer à termes, une e-taxe professionnelle ! Les TIC et le durable offre de nombreuses opportunités d’innovation dans le domaine d’un aménagement territorial respectueux de l’environnement.

18La solidarité est un troisième grand facteur de changement, que les sociétés industrielles ont progressivement effacé de leur fonctionnement. La société de la connaissance et l’émergence de réseaux sociaux (web 2.0) expriment ce besoin de retisser des liens entre les groupes d’intérêts et les générations. Le développement de nouveaux outils collaboratifs (linkedIn, Facebook, Myspace, etc.) témoigne d’une plus forte appropriation de l’Internet. Par ailleurs, ce mouvement communautaire peut participer à la prise de conscience collective des enjeux du développement durable. A titre d’exemple, les Internautes dénoncent et localisent les sites pollués du monde, sur Google Earth. On peut également visualiser les niveaux de pollution dans l’air avec des graphiques, des statistiques et des analyses. Autre exemple : le site Internet www.greenmap.org permet aux Internautes de référencer des informations sur leur ville. A ce jour, le site recense 400 “cartes vertes” issues de 51 pays. Ainsi, les TIC deviennent des outils de pilotage indispensables dans les dispositifs de management environnemental tels que le suivi et les alertes via des SIG partagés, les plateformes collaboratives sur l’écologie locale, etc.

Les TIC, opportunités ou menaces

  • 6 GeSI study – SMART 2020: enabling the low carbon economy in the information age – the world’s first (...)

19A la fois sources d’opportunités et de pollutions, il est encore difficile pour les territoires de mesurer leur « empreinte écologique numérique ». Peu de travaux permettent à ce jour de donner des estimations claires sur les effets positifs et négatifs des TIC. Selon l’ITU (International Telecommunication Union), le secteur des TIC contribuerait à 2,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre6 ; et à l’inverse, le recours aux TIC pourrait réduire les émissions mondiales de 15% d’ici 2020, soit cinq fois l’empreinte écologique dudit secteur. Même si la connaissance dans ce domaine reste à construire, il est intéressant de considérer les arguments exprimés par les différentes parties prenantes (entreprises, collectivités locales, citoyens), et d’en tirer des perspectives de recherches.

Les TIC au service d’une économie et d’une société durable

20Si l’utilisation d’Internet et des TIC au service des politiques territoriales de développement durable est inscrite dans la Stratégie Nationale de Développement durable actualisée en Octobre 2006, force est de constater que les TIC sont les grands absents des débats du Grenelle de l’Environnement, alors qu’elles pourraient apporter des moyens concrets à l’anticipation des risques environnementaux (SIG, plateforme de services, etc.), à la gestion optimale des échanges sociaux et économiques (e-transport, e-santé, e-travail, etc.), à la réduction des pollutions (dématérialisation, achats écoresponsables, retraitement des déchets informatiques) ou encore à la sensibilisation et à l’éducation des acteurs (informations et services en ligne, pédagogie et formation, etc.). En effet, les TIC, considérées comme outils, permettraient de répondre à trois types d’enjeux.

21Le premier est celui de l’aménagement et de l’optimisation des modèles de développement actuels et à venir. Fondée sur le principe de substitution, l’informatisation des systèmes permettrait de remplacer certaines pratiques, mais les effets réels de ces substitutions restent toutefois encore controversés : les téléactivités (télétravail, télémédecine, télééducation, etc.) réduisent-ils les déplacements ? La dématérialisation réduit-elle la consommation de papier ?

22Le principe de complémentarité (ou de l’augmentation) serait également un moyen d’optimiser les ressources existantes. Ainsi, on assiste à l’intégration de la technologie dans les objets et les corps : puces Rfid sur les arbres de Paris pour contrôler leur niveau phytosanitaire, domotique, écrans tactiles embarqués dans les transports, etc. Dans cette perspective, il faut se demander si l’efficacité de ces outils de gestion prime sur le côté énergivore de ces gadgets numériques ?

23Le recyclage, qui s’inscrit dans le principe des trois R (réduire, réutiliser, recycler) est au centre des nouveaux modèles de développement. L’ère de la consommation de masse et de la matérialité est révolue. Désormais, nous n’achèterons plus un objet ni un produit, mais bien, le service qu’il rend (acheter le moyen de se déplacer et non plus la voiture en tant que telle). Le temps du « tout jetable » doit laisser la place à des cycles plus vertueux des produits : en théorie, le déchet d’un organisme A doit pouvoir être réutilisé par un organisme B, et ainsi de suite. Cette logique est valable dans tous les écosystèmes : entre plantes et animaux, entre différentes activités humaines, entre entreprises, etc.

24Indéniablement, et au-delà des critiques sur le doublement des réseaux, il faut trouver des logiques de pérennisation technologique des systèmes. Ainsi, les projets de réseaux intégrant la fibre optique (Très haut débit, THD) vont dans ce sens.

25Le deuxième enjeu est celui de l’information et la formation des acteurs aux enjeux et actions en faveur du développement durable. Car, dans le cadre des efforts de sensibilisation et d’éducation des populations et des acteurs économiques aux risques climatiques et à leur responsabilité sociales, tout reste à construire et les acteurs publics ont un rôle essentiel à jouer.

26Le marketing territorial et commercial se saisissent de la « mode du durable » pour leur nouvelle campagne promotionnelle. Et même si on voit apparaître de nouveaux modèles marketing intéressants, le risque de noyer les messages est plus grand. Les grandes entreprises ont été les premiers acteurs a intégré le développement durable dans leur mode de production, leur marketing et leur stratégie interne : on peut citer, Monoprix, Body Shop, Carrefour, etc. Parmi les territoires pionniers du développement durable, on trouve souvent la région Midi- Pyrénées, la région Nord Pas de Calais, la ville de Valenciennes, la CA de Grenoble, etc.

27L’information publique sur les enjeux du développement durable, les cadres réglementaires et financiers et les actions possibles par cibles (administrations, entreprises, citoyens) est éparpillée sur la toile et n’incite pas les usagers à aller rechercher de l’information. D’ailleurs, il faut s’interroger sur le bon niveau de référencement (national et local) de ces informations sur Internet, et se demander ensuite, comment garantir une visibilité pour tous les types de requêtes, et enfin, comment imaginer des campagnes nationales efficaces dans ce domaine comme celles qui ont été menées pour la lutte contre le tabac, « manger-bouger » ou la prévention routière.

28La sensibilisation des populations via des séances d’information ou des modules d’apprentissage aux enjeux du développement durables par les outils informatiques peuvent être expérimentés localement. Le réseau des 3000 espaces publics numériques, dont les 700 espaces Cyber-base de la Caisse des Dépôts, pourrait par exemple s’associer au réseau des 160 points info énergie de l’ADEME.

29Quelques acteurs privés ont développé des offres ludiques et pédagogiques de sensibilisation. C’est le cas de l’entreprise Quark & Plug-Ins qui intervient dans la conception d’actions en faveur du développement durable à partir de noyaux et contenus multimédias. Sur le modèle de Sim city, le jeu néozélandais, Electrocity7 apprend aux enfants à gérer une ville durable avec les préoccupations actuelles de gestion des ressources.

  • 8 Rapport du groupe de travail interministériel sur l’éducation au développement durable, par Jacques (...)

30L’éducation au développement durable fait désormais partie du socle commun des connaissances et compétences, depuis le Grenelle de l’environnement d’octobre 20078. Tous les établissements scolaires et universitaires sont invités à entrer dans une démarche globale de développement durable (E3D) notamment par la mise en œuvre d’agenda 21 scolaires. Les collectivités locales ont des rôles d’impulsion à travers des schémas régionaux de formation professionnelle. Ce domaine est une source pour l’innovation pédagogique qui pourrait être expérimentée à travers les TIC et plus précisément dans les Espaces Numériques de Travail. Le Grenelle a mis l’accent sur le besoin de Chaires traitant des problématiques régionales de façon à aider les acteurs territoriaux à concevoir et à mettre en œuvre des politiques de développement durable adaptées. Créée en 2007, les Ecoles de télécommunications ont mis en place une chaire sur le thème des TIC et du développement durable, soutenu par France Télécom et la Caisse des Dépôts notamment.

  • 9 Commission des communautés européennes, « Vers un système de partage d’informations sur l’environne (...)

31Le troisième enjeu réside dans la gestion des risques, de suivi (SIG), d’information (Internet, SMS) et de gestion de crise (logistique). Sur ce thème, la commission européenne a lancé le projet d’un « système de partage d’informations sur l’environnement (SEIS)9 qui a pour objectif de moderniser et simplifier la collecte, l’échange et l’utilisation des données nécessaires à la mise en œuvre de la politique environnementale.

32L’Etat français a mis en œuvre quelques initiatives d’information en soutenant le développement de portail d’informations en ligne. Mapéos, un SIG Internet pour la gestion des déchets ménagers, dédié à la connaissance et à l’optimisation des ordures ménagères. Son objectif est de restituer aux collectivités locales les informations fournies par Eco-emballage et Adelphe ou détenues par les collectivités et par l’ADEME. La Direction de la prévention des pollutions et des risques du Ministère de l’Ecologie et du Développement durable a mis en place un outil cartographique interactif permettant de localiser les principales émissions polluantes de sources industrielles ou agricoles. Le site Itransport, lancé par la société Moviken, avec le soutien du Ministère des Transport et de l’ADEME, référence la carte des réseaux de transports publics terrestres disponibles sur le territoire français.

33Les territoires initient quelques projets d’informations et de services en ligne, en utilisant Internet comme une plateforme d’accès à de nouveaux types de services.

34Le CG des Landes a mis en place un site Internet (www.covoituragelandes.org) consacré au covoiturage permettant aux usagers de visualiser les trajets par le biais d’un tableau et d’une cartographie du territoire, de se mettre en relation (via un compte personnel), de connaître la fréquence des trajets et de passer une annonce. Le CG des Pyrénées- Atlantiques a lui-aussi mis en place une plateforme de covoiturage, simple et gratuit, pour près de 175 trajets.

35A l’île de la Réunion, un réseau de veille épidémiologique a été mis en place pour alerter et riposter lors de crises épidémiologiques aiguës de la zone de l’Océan Indien. Ce réseau permet le suivi des tendances, le développement des synergies dans les politiques de santé des pays de la zone. Pour aller plus loin, les acteurs publics réunionnais (Conseil régional, Préfecture, Chambre de commerce et d’industrie) ont décidé de mettre en place la politique « Réunion, île verte » afin d’expérimenter de nouvelles énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque, chauffe-eau solaire), des transports plus doux (Tram-train, véhicules hybrides), et des plateformes de services dématérialisés dans le domaine du tourisme par exemple.

36La commune du Fontanil-Cornillon (Isère) a mis en place un système d’informations culturelles et d’alertes en cas d’inondations, accessible par les habitants et les élus. De même, la ville d’Argentan (Basse-Normandie) a conçu un service d’alerte SMS couplés au courriel pour informer les citoyens en cas de risques majeurs ou d’inondation.

37Autre exemple : la ville de Quimper a élaboré une cartographie dédiée au risque d’inondations, dont les sources proviennent des services déconcentrés et municipaux et peut afficher les photos et vidéos des zones inondées transmises par les habitants. La CA de Grenoble, après 18 mois de tests concluants, a mis en place le système Syren pour la totalité des 278 conteneurs de verre de l’agglomération. Ce système permet de connaître précisément et en temps réels le niveau de remplissage de chaque conteneur (graphe, historique et prévision), de prévoir le remplissage et d’éliminer les débordements.

38Le CG de la Manche a lancé « WikiManche », sur le modèle de wikipédia (mai 2007), afin de construire une mémoire collective du département sur Internet et valoriser le territoire, la culture et ses habitants en renforçant sa visibilité sur le Net.

39Le site communautaire Paysan.net met en relation directe les producteurs et les consommateurs. Il complète l’offre portée par « Paysan.fr » qui fournit un service de livraison de produits agricoles aux particuliers. Au-delà d’un annuaire des producteurs, le service fournit grâce à la cartographie la possibilité de choisir un producteur en fonction de son lieu de résidence, et de laisser des appréciations par les consommateurs.

40La question des risques écologiques directement liés aux TIC ne peut être évitée. Les collectivités locales, tout comme les entreprises, sont désormais propriétaires d’importants parcs informatiques, directement dans leurs propres administrations ; et indirectement, au sein des établissements publics (écoles, bibliothèques, etc.) de leur territoire.

41On peut alors parler de Responsabilité Sociale des Administrations (RSA), car, les acteurs locaux doivent justifier le niveau de « responsabilité écologique » de leurs actions tout comme les acteurs privés. Ainsi, ils ont tout intérêt à s’interroger sur les moyens de réguler la consommation d’énergie des réseaux et des équipements (hardware, software) et travailler de concert avec les acteurs privés (opérateurs télécoms, équipementiers, FAI) et les acteurs sociaux-économiques (économie solidaire, associations, PME, ménages) pour créer des écosystèmes territoriaux respectueux de l’environnement.

42La réforme du Code des Marchés Publics promulguée par le décret du 7 janvier 2004 renforce la possibilité de prendre en compte la protection de l’environnement dans l’achat public. Cette avancée, qui est la transposition en droit français des directives européennes, ouvre aux acheteurs publics de nouvelles perspectives, d’autant que l’ultime évolution du Code des Marchés Publics, en 2006, intègre explicitement le développement durable. De nombreuses collectivités locales et territoriales françaises se sont engagées dans des politiques d’achats publics éco-responsables, s’épaulant entre elles par des dynamiques de réseaux nationaux et régionaux, animés notamment par l’Association de collectivités Cités-Unies France, ainsi que par les Eco-Maires.

43La question énergétique est au cœur du débat, puisque le secteur numérique consommerait autant que le secteur de l’aviation. En effet, l’énergie supplémentaire pour connecter les 1,6 milliards de nouveaux internautes en 2010 devra tripler. Selon Siegfrid Behrendt, chercheur de l’institut berlinois IZT, lorsqu’un usager télécharge la version électronique d’un quotidien, il consomme autant d’énergie que lorsqu’il fait une lessive. Autre exemple tout aussi parlant : une recherche Google est équivalente à une heure de lumière dispensée par une ampoule à économie d’énergie. Les avatars de Second Life consomment en moyenne autant d’électricité chaque année qu’un habitant du Brésil. En effet, le fonctionnement d’Internet dépend de serveurs regroupés dans de gigantesques centres de données (data centres). Selon l’université américaine de Stanford, les plus grandes fermes informatiques du monde font tourner chaque année 14 centrales électriques, et, leur consommation a doublé entre 2000 et 2005. Si la tendance ne s’inverse pas, Internet consommera, dans 25 ans, autant d’énergie que toute l’humanité. Il est donc nécessaire de s’appuyer sur l’innovation pour réduire la consommation d’énergie.

44La directive européenne sur les déchets électriques et électroniques (DEEE), en application depuis le 15 novembre 2006 en France, ne règle pas tout. Le décret d’application français spécifie que pour les produits achetés avant le 13 août 2005, l’entreprise est la seule responsable, tant au niveau de l’organisation que du financement du recyclage. Après cette date, c’est désormais le constructeur qui est responsable : à lui de mettre en place un système de collecte et d’en informer ses clients. Les ordinateurs et téléphones portables utilisent souvent plus de 1000 matériaux dont des métaux lourds ; et leur transport génère beaucoup de pollution et d’emballage. A cela, certains répondent qu’il faut définir des « technologies vertes » qui allient progrès et respect de l’environnement. Mais, comment mettre à disposition du plus grand nombre et notamment éclairer les décideurs politiques sur l’urgence de construire un catalogue de techniques utiles et respectueuses de notre environnement immédiat ?

Conclusion

45Dans un contexte de mondialisation accrue, les pays et les entreprises sont conscients de l’importance d’être présents dans les différentes vagues d’innovations qui structurent l’évolution économique des sociétés : après l’électricité, l’automobile, les nouvelles technologies d’information et de communication, c’est désormais la vague du durable qui impose un renouvellement des modèles de développement. Si la vague du développement numérique a été tirée par l’idée de réduire les coûts de transaction (courrier postal remplacé par l’e-mail), la prochaine vague d’innovation est indéniablement poussée par le besoin d’améliorer la gestion des ressources alimentaires et énergétiques, afin de baisser la pression environnementale.

46A l’échelle de la France, le changement de paradigme est en train de s’organiser depuis le signal politique fort qui s’est mis en place avec la publication du rapport du GIEC à Paris et l’avènement des premières Grenelles de l’environnement, en octobre 2007.

47A l’échelle des territoires, la prise de conscience reste encore timide, car les stratégies d’action ne sont ni définies, ni coordonnées. Pourtant le rapport de la commission Attali esquisse une recommandation intéressante qui concerne les villes. Le rapport préconise dans ses mesures fondamentales de construire des villes et des quartiers d’au moins 50.000 habitants intégrant des technologies vertes (green tech) et des technologies de communications (TIC). Ainsi, il semble fondamental d’imaginer des lieux urbains où la technologie serait intégrée de façon globale et transparente dans tous les projets sociaux et urbains : bâtiments intelligents, accès au très haut débit dans les logements sociaux, réseaux sans-fil extérieur pour les citoyens et les services publics urbains (bus, police, voirie). Ces éco-quartiers seraient des lieux expérimentaux des technologies propres (clean tech).

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON C. (2007), La longue traine, la nouvelle économie est là!, Village Mondial, 2007, 288 p.

ARTUS P. & VIRARD M.-P. (2008), Globalisation, le pire reste à venir, édition La Découverte, Paris, 164 p.

AUBERTIN C. & VIVIEN F.-D. (2006), Le développement durable, enjeux politiques, économiques et sociaux, Etude La Documentation Française, IRD Editions, 142 p.

BELL R. (2007), La bulle verte. La ruée vers l’or des énergies renouvelables, Scali, 296 p.

BROWN L. (2007), « Le plan B, pour un pacte écologique mondial », UNESCO, Paris, 27 novembre.

Commission des Communautés européennes (2008), « Vers un système de partage d’informations sur l’environnement, SEIS », COM (2008 46 final, 1er février 2008, 11 pages.

Rapport du groupe de travail interministériel sur l’éducation au développement durable, par Jacques Brégeon (Président), Sylvie Faucheux (vice-présidente) et Claude Rochet (rapporteur), 29 janvier 2008.

GeSI (2008), Study SMART 2020: enabling the low carbon economy in the information age the world’s first comprehensive global study of the Information and Communication Technology (ICT) sector’s growing significance for the world’s climate, issued the 20th of June 2008, by the Climate Group and the Global e-Sustainability Initiative (GeSI).

HARGROVES K. and SMITH M.H (2005), The Natural advantage of Nations: business opportunities, innovation and governance in the 21st century, Earthscan London, 245 p.

LAVILLE E. (2002), L’entreprise verte, Village Mondial, 304 p.

VELTZ P. (1996), Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, Paris, PUF.

www.cdurable.info : blog d’actualité du développement durable (contact : Cyrille Souche).

www.developpementdurablelejournal : site Internet thématique réalisé par le groupe Najapresse (contact : Marion Ledantec, info@najapresse.com).

www.greenmap.org : site web collaboratif permettant aux Internautes de référencer des actions locales ou des sites urbains en lien avec le développement durable.

X (2007), Guide Aides locales et développement durable », Secteur public, La Gazette, 2007, 400 p.

Haut de page

Notes

1 R. BELL, "La bulle verte. La ruée vers l’or des énergies renouvelables", Scali, 2007, 296p.

2 Veltz P. Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, Paris, PUF, 1996

3 C. Anderson, La longue traine, la nouvelle économie est là!, Village Mondial, 2007, 288 p.

4 Hargroves, K. and Smith M.H (2005), The Natural advantage of Nations : business opportunities, innovation and governance in the 21st century, Earthscan London, 245 p.

5 L. Brown, « Le plan B, pour un pacte écologique mondial », présentation de l’ouvrage lors de la Conférence à l’UNESCO, Paris, 27 novembre 2007.

6 GeSI study – SMART 2020: enabling the low carbon economy in the information age – the world’s first comprehensive global study of the Information and Communication Technology (ICT) sector’s growing significance for the world’s climate, issued the 20th of June 2008, by the Climate Group and the Global e-Sustainability Initiative (GeSI). www.gesi.org.

7 http://electrocity.co.nz/Game

8 Rapport du groupe de travail interministériel sur l’éducation au développement durable, par Jacques Brégeon (Président), Sylvie Faucheux (vice-présidente) et Claude Rochet (rapporteur), 29 janvier 2008.

9 Commission des communautés européennes, « Vers un système de partage d’informations sur l’environnement, SEIS », COM (2008 46 final, 1er février 2008, 11 pages).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Ullmann, « L’innovation territoriale au service de l’écologie informationnelle », Netcom, 22-3/4 | 2008, 235-246.

Référence électronique

Charlotte Ullmann, « L’innovation territoriale au service de l’écologie informationnelle », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 25 juin 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/1664 ; DOI : 10.4000/netcom.1664

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org