Navigation – Plan du site

Le rôle des TIC pour et dans le développement touristique des zones de montagne : un levier pour articuler durée et durabilité ?

Grégoire Feyt, Laurent Collet, Pierre-Antoine Landel et Françoise Papa
p. 225-234

Résumés

A partir du cas de la Vallée de la Maurienne, étudié dans le cadre d’un contrat de recherche avec France Telecom R&D, cet article s’attache à la manière dont les TIC sont susceptibles d’être mobilisées par les acteurs locaux au service à la fois d’un développement durable du tourisme et du développement d’un tourisme durable. Dans l’optique de concilier tout à la fois l’inscription dans un marché mondialisé et exigeant (le tourisme hivernal), la valorisation et la préservation du patrimoine naturel et humain (l’environnement montagnard) et le maintien sur place des habitants (« vivre et travailler au pays »), les acteurs locaux et socio-économiques de la vallée se sont engagés dans la mise en place de services correspondant à des types d’usages et d’usagers diversifiés mais encore très largement disjoints et relevant schématiquement de deux registres : la syndication des ressources et la construction identitaire. Dans un cas comme dans l’autre, l’existence d’un projet et d’un processus de construction territoriale bien établis et partagés apparaît comme une condition -nécessaire mais non suffisante- d’une valorisation des TIC au service d’un développement durable.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs sont membres du laboratoire PACTE (UMR 5194/CNRS/IEP/UJF/UPMF Grenoble).

Texte intégral

Introduction

1C’est à la problématique du développement durable en territoire de montagne et plus particulièrement en lien avec l’activité touristique que s’est attachée une recherche-action menée par des scientifiques issus de différentes disciplines (sciences de l’information et de la communication, géographie, économie territoriale) avec le soutien de France Telecom R&D. Ce travail s’est appuyé sur deux territoires d’étude – la vallée de la Maurienne et la vallée de la Vésubie – partageant des caractères analogues au regard des enjeux considérés, à savoir : proposer des activités touristiques hivernales et estivales, inclure des espaces naturels protégés, se trouver en quelque sorte à la périphérie des réseaux de la mondialisation.

Dans ce contexte, l’enjeu pour les acteurs locaux – politiques et socio-économiques – est celui de leur aptitude à valoriser et à préserver leurs ressources propres tout en conservant une capacité d’action quant au devenir de leur territoire et de sa population.

2On retrouve bien ici les valeurs ou injonctions portées par le développement durable : un rapport au temps qui s’accorde avec les exigences de préservation et de transmission, un rapport à l’espace dans lequel la distance n’est plus un frein aux rapprochements, une interdépendance de sociétés et d’individus évalués à l’aune de leurs capacités relationnelles. Dépendant d’un secteur économique – le tourisme – totalement adossé à des dispositifs d’information et de communication, les territoires considérés posent donc de manière très directe et concrète la problématique des articulations effectives et potentielles entre TIC et développement durable.

3Cet article s’attachera plus particulièrement au cas de la Maurienne où la conjonction d’une activité touristique ancienne et diffuse, d’une dynamique de recomposition territoriale bien établie et d’une culture technique liée à la pluri-activité, a favorisé une démarche et un processus de mobilisation des TIC riche d’enseignements.

La vallée de la Maurienne : développements touristiques et dynamiques territoriales

4Couloir de circulation de la France à l’Italie, la vallée de la rivière Arc (dite vallée de la Maurienne) a connu l’âge d’or de l’électricité, marqué par l’installation d’industries qui aujourd’hui réduisent leurs personnels ou ferment peu à peu. Parallèlement, la cessation des activités douanières s’est traduite par la perte de plus de 1500 emplois. Ces facteurs économiques et politiques externes au territoire ont celui-ci conduit à privilégier les activités touristiques liées à la montagne.

5Les hauts de la vallée ont profité du développement de l’économie touristique des sports d’hiver avec 24 stations employant plus de 19000 actifs, parmi lesquels 6000 emplois saisonniers. Alors que l’essentiel des emplois se situent soit en station soit dans la vallée, les habitants permanents cherchent à résider sur les balcons à mi-hauteur, ce qui est à l’origine de forts déplacements pendulaires et d’une dispersion spatiale des besoins en services à la population.

6L’activité touristique se traduit par la coexistence de deux modes de développement : l’un basé sur l’intensification du domaine skiable et des remontées mécaniques financées à partir de la construction de lits touristiques (122.000 en 2005), l’autre sur l’optimisation et la diversification des activités touristiques, en particulier par la valorisation des ressources patrimoniales. Le premier modèle est très fortement investi voire tributaire d’acteurs économiques extérieurs au territoire et d’une clientèle de plus en plus internationalisée et exigeante.

7La Maurienne révèle cependant une réelle cohérence interne, expliquant une certaine capacité de régulation par un pays (au sens de la Loi Voynet) regroupant les sept intercommunalités de la vallée. En intégrant les 62 communes de la Maurienne "historique", le "syndicat de Pays de Maurienne" créé en 2000 offre un cadre de coopération et de coordination entre intercommunalités et acteurs privés et associatifs, mais également un support de contractualisation avec des partenaires extérieurs au territoire, appuyé sur un projet et une charte de territoire.

8A ces initiatives d’ordre économique et politique, se conjuguent des mutations de nature à la fois identitaire et commerciale visant à forger autour de la montagne une identité collective positive susceptible de fédérer l’ensemble du pays, de valoriser sa singularité et de développer son attractivité.

9La Maurienne apparait donc à plusieurs titres comme un espace pertinent d’observation des évolutions touristiques : en tant qu’espace naturel (avec notamment la présence du Parc Naturel de la Vanoise) soumis à des pressions diverses (domaines skiables, ressource en eau, paysage…), en tant que territoire industriel en voie de reconversion, en tant que territoire de projet articulant action publique ou collective et initiative privée, en tant que « produit » touristique dans le cadre d’un marché de plus en plus concurrentiel et globalisé.

Les enjeux informationnels

10Quel que soit le modèle et l’offre touristique proposés se pose la nécessité de se donner à voir afin d’attirer et de fidéliser une clientèle toujours plus cosmopolite, exigeante et sollicitée. S’agissant non d’une entreprise touristique, mais d’une région de montagne conçue et constituée en tant que territoire de projet, les besoins informationnels et communicationnels procèdent d’un périmètre plus large que celui du marketing territorial et de l’offre de services. C’est l’ensemble des acteurs du tourisme qui sont ainsi légitimes à fournir et à rechercher des informations ; l’accès aux outils et aux infrastructures informationnelles doit donc être offert autant aux touristes qu’aux saisonniers et aux acteurs socio-économiques de la vallée. Les problématiques informationnelles et leur instrumentation sont ainsi au cœur de l’action publique et de l’organisation collective locale.

Une approche par les acteurs

11Les besoins et initiatives en matière de dispositifs de promotion et de commercialisation sont le fait d’une multiplicité d’acteurs économiques, soit concentrés (stations de ski) soit diffus (gîtes, offices du tourisme, circuits patrimoniaux, accompagnateurs…). Parallèlement nombre d’entre eux sont partie prenante de la démarche politique de construction du projet de territoire, projet auquel la réflexion sur le déploiement des TIC fait en quelque sorte écho dans une forme d’effet miroir particulièrement intéressant. Dans un tel contexte, l’expression et la confrontation des dires et représentations d’acteurs constitue une dimension essentielle de l’analyse du système.

12La constitution d’un focus group a été facilitée par l’existence de la Commission Tourisme du Conseil Local de Développement du Pays de Maurienne. Regroupant aussi bien des structures territoriales (élus et techniciens de collectivités, animateurs de développement), des professionnels du tourisme (gestionnaires de stations, office du tourisme, hébergeurs) et de la montagne (accompagnateurs), que des acteurs institutionnels ou associatifs dans les champs social, environnemental ou culturel, cette commission s’était précédemment fortement mobilisée autour de l’élaboration d’une charte de territoire dans le cadre d’une procédure de contrat territorial avec la Région Rhône-Alpes (CDRA).

13La démarche de travail collaboratif s’est étalée sur une période de six mois avec un taux d’assiduité témoignant de la motivation et de l’intérêt des participants. Ces derniers n’étant sauf exceptions – ni compétents ni intéressés par la problématique des TIC en tant que telle, la méthode adoptée a consisté à partir d’abord du territoire et de la question de la durabilité du développement touristique, pour arriver dans un deuxième temps seulement à l’identification des enjeux informationnels et à la place des TIC dans le ou les schéma(s) envisageable(s). Il a donc été proposé au groupe de conduire une réflexion prospective de manière doublement graduelle : en établissant des scénarios du possible et/ou du souhaitable puis en précisant le rôle que les TIC sont ou seraient appelées à y tenir.

Un consensus sur les enjeux et objectifs de développement

14L’analyse des échanges a permis de mettre en évidence un consensus de fond - pas nécessairement explicite a priori - quant aux justifications, modalités et objectifs de la poursuite du développement touristique de la vallée.

Avant la question de la durabilité, c’est bien la question des raisons de durer qui est apparue fondatrice ; l’enjeu de la génération active actuelle, ayant en cela repris le flambeau de leurs parents et souhaitant – avec au demeurant quelque doute et inquiétude – le transmettre à leurs enfants, est simple : il s’agit de se donner les conditions économiques de « rester au pays ».

15Dans cette perspective, face aux incertitudes pesant sur l’activité industrielle de fond de vallée, le caractère stratégique de l’activité touristique apparaît irréfutable. L’enjeu est par contre d’en garder la maîtrise autant que faire se peut dans un secteur économique de plus en plus mondialisé et concentré. Dans ce contexte, le territoire doit donc composer avec une double exigence :

  • s’adapter aux évolutions commerciales, techniques et sociétales en se donnant une capacité d’anticipation et d’innovation,

  • préserver le patrimoine naturel et culturel de la vallée à la fois en tant que fondement d’identité et de qualité de vie, mais également de singularité territoriale et d’atout touristique.

Des registres de pratiques et de besoins différenciés

16Les acteurs sont unanimes à considérer les questions de communication comme essentielles voire vitales. Pour autant il convient de différencier des registres d’usages différenciés voire indépendants tant en termes de services que de publics sollicités ou impliqués. A partir du cas de la Maurienne, une typologie a ainsi été établie en discriminant deux « variables » :

  • les services ou dispositifs en ligne selon qu’ils « mènent » vers ou hors du territoire;

  • les usagers de ces services distingués en fonction de leur degré « d’ancrage territorial ».

17Chacun de ces registres appelle des actions publiques et/ou collectives, mais celles-ci font en pratique l’objet d’une priorisation relevant très largement de considérations voire de contraintes d’ordre économique et commercial.

18Ainsi les usages nomades, renvoyant à l’exigence de la part des touristes de disposer d’un accès haut débit « comme à la maison (ou au bureau) », impose de concentrer ponctuellement les investissements en infrastructures.

Les usages marketing, dont on présentera plus loin la nature et la structuration, constituent désormais la condition obligée d’une maîtrise au moins partielle de l’offre et de la commercialisation.

Les usages centrifuges sont plus largement dépendants d’acteurs extérieurs au territoire (administrations, collectivités territoriales) mais passent néanmoins par des initiatives locales, souvent partenariales, telle la création d’espaces publics numériques.

Le registre des usages centripètes –autrement dit conçus par et pour les acteurs locaux– est perçu comme plus problématique car renvoyant aux pratiques et aux modalités d’organisation et de relation entre des professionnels ou décideurs divers à la fois en termes de type, de lieu ou de statut d‘activité touristique. En la matière les attentes exprimées sont nombreuses mais la réflexion sur leur mise en œuvre reste assez superficielle dans la mesure où la définition même des objectifs, de la maîtrise d’ouvrage et des partenariats restent encore et pour une large part de l’ordre du projet collectif ou politique. Quelques initiatives ont cependant déjà vu le jour sur lesquelles on reviendra plus loin.

19Les enjeux d’information et de communication occupent donc une place centrale dans la pratique et dans la vision du développement touristique que partagent pour l’essentiel les mauriennais. Mais au-delà des besoins proprement fonctionnels, relativement faciles à spécifier sinon à satisfaire, s’exprime de manière insistante mais plus confuse le souci en matière de TIC de tirer parti pour leur propre fonctionnement et qualité de vie des ressources qu’ils déploient à l’intention de leur(s) clientèle(s) touristique(s).

Les TIC pour concilier durée et durabilité du développement touristique

20Au regard des observations réalisées, les TIC apparaissent à l’évidence comme une ressource - sinon comme un dispositif au service d’autres ressources– susceptible de contribuer au dépassement ou à l’articulation des injonctions paradoxales auxquelles une région de montagne comme la Maurienne est soumise dans le cadre et dans la perspective de son développement touristique. L’enjeu prioritaire est clairement celui de la pérennisation des activités comme gage du maintien des habitants sur le territoire. Mais si le spectre du dépeuplement (désertification) est présent, il a un avers : celui de l’envahissement (touristique) et du dessaisissement (développement piloté par l’extérieur). Le recours aux TIC puise en partie sa légitimité dans cette représentation « bifrons » : attirer et maîtriser les flux pour garder la main sur le développement du territoire.

Développer la performance et l’attractivité touristiques du territoire

Améliorer la connectivité du territoire

21La légitimité des TIC comme support du « vivre et travailler au pays » est partagée par l’ensemble des acteurs. Les équipements en TIC –toutes technologies (Internet, téléphonie mobile, TNT), tous décideurs (élus locaux, responsables de stations) et tous usagers confondus (habitants, touristes) – sont perçues comme une nécessité voire comme un droit.

22Les acteurs de l’offre sont cependant majoritairement situés en dehors du territoire pour ce qui touche aux infrastructures (groupes industriels, collectivités supra territoriales) et leurs intérêts ne sont pas toujours convergents avec ceux des acteurs locaux. L’existence de zones blanches notamment est perçue comme un handicap de moins en moins accepté par les habitants comme par les visiteurs ; pour les opérateurs privés voire publics, leur réduction impliquerait un coût élevé rapporté à un impact économique ou social réduit. L’insatisfaction est par conséquent manifeste quand les investissements réalisés ne répondent pas aux besoins exprimés de désenclavement et de valorisation de l’ensemble des secteurs du territoire. De surcroît les professionnels du secteur touristique disposent, dans leurs champs d’activités respectifs, de références extérieures au territoire en matière de mobilisation des TIC qui les incitent voire les obligent à s’aligner sur des « standards internationaux ».

23De fortes pressions s’exercent donc sur les élus tant de la part des habitants que des socioprofessionnels afin de généraliser l’accès aux infrastructures. Améliorer la connectivité du territoire est donc un préalable pour les acteurs économiques et politiques locaux : c’est en effet la condition pour conserver une capacité d’intervention et de décision face à des opérateurs internationaux disposant de capacités techniques mais également technologiques sans cesse plus importantes et performantes.

Syndiquer les ressources du territoire

24Les TIC sont mises à profit pour organiser et développer la commercialisation des ressources du territoire. La mise sur le réseau de ces ressources, outre une meilleure visibilité, permet en effet de proposer des circuits directs des offreurs aux consommateurs. La création du portail de territoire (http://www.maurienne-tourisme.com) permettant de présenter et de commercialiser les offres en fonction d’entrées aussi bien thématiques que géographiques est à l’évidence générateur de continuités ou de complémentarités entre des espaces, secteurs ou niveaux territoriaux jusqu’alors disjoints. À l’échelle du massif et de la vallée, la syndication des ressources revient à organiser la promotion et la commercialisation d’hébergements et d’infrastructures concentrées dans des pôles distincts (les stations de ski) en même temps que de services et de ressources disséminées sur le territoire (gîtes, accompagnateurs, produits locaux…). Dans cette configuration d’acteurs, le « portail tourisme» apporte au futur visiteur/client une vision globale et les informations et services nécessaires à la construction de son séjour et de son « panier » ou parcours d’activités.

25Le recours à des technologies web se trouve être là encore à la fois cause et effet d’un processus d’organisation et de collaboration entre des acteurs ou des secteurs territoriaux opérant jusqu’alors séparément. Outil d’exposition des ressources du territoire et de mise en cohérence de réseaux d’acteurs de l’offre touristique, le portail tourisme syndique des contenus de natures diverses dans une perspective de valorisation globale du territoire, sans hiérarchisation des acteurs, des espaces et des activités qui le composent. Au regard de l’exigence d’implication des communautés d’accueil dans la construction de l’offre touristique de leur territoire d’appartenance, il constitue à ce jour le seul dispositif d’information de masse susceptible d’agréger les acteurs locaux, de cristalliser la mémoire collective de chaque lieu et de chaque communauté et de mettre en visibilité leur interprétation des sites patrimoniaux ainsi que leurs pratiques culturelles.

Réduire les ruptures et les discontinuités spatiales et temporelles

26Les territoires de montagne relèvent à certains égards d’une « permanence », d’une longue durée (celle de l’espace naturel montagne), mais l’« invention » de la montagne comme espace touristique et « matière première » instaure une temporalité spécifique : les activités humaines jadis agricoles et aujourd’hui celles liées au tourisme restent fortement marquées par la saisonnalité. De fait l’occupation de l’espace n’est pas temporellement homogène : sur un substrat de relations stables marquées par la longue durée se distribuent ou se concentrent des flux marqués par l’impermanence voire l’irrégularité.

27La cohabitation pour des durées variables et selon des modalités diverses de touristes, saisonniers, résidents occasionnels et habitants impose, pour « faire territoire », de disposer d’une capacité de repérage et de connexion au sein et entre les différentes catégories. Ce travail de remaillage des territoires et des catégories sociales ne peut se concevoir qu’appuyé sur un réseau d’infrastructures satisfaisant à la fois à l’exigence de concentration ponctuelle de services de haut niveau (connexion haut débit dans les stations par exemple) et au souci de développer ou de maintenir – des services de base sur l’ensemble du territoire. La création et la mise en réseau de points d’accès publics à Internet procède de cet accompagnement par l’action publique de la montée en puissance des usages des TIC dans tous les secteurs de la vallée.

Développer la compétence individuelle et collective des acteurs locaux

Favoriser l’emploi et l’employabilité

28Face à la diversification et à l’accroissement quantitatif et qualitatif des exigences de la clientèle, il est nécessaire de maintenir voire de renouveler l’employabilité des habitants tout en attirant et en conservant une main d’œuvre saisonnière de plus en plus mobile et qualifiée.

29Le recours aux TIC est d’un intérêt évident pour la gestion de l’emploi saisonnier en permettant d’en contrecarrer certains effets négatifs (rupture d’activité), mais également pour organiser les temporalités professionnelles (hiver/été, gestion de la pluri-activité). Les TIC contribuent par ailleurs à faciliter l’anticipation des mobilités professionnelle ou géographique en permettant la relation à distance entre employeurs et saisonniers. Les conditions d’accueil et d’exercice de ces derniers peuvent par ailleurs être facilitées ou améliorées, qu’il s’agisse du logement ou des déplacements dans le territoire qui restent des questions cruciales pour les saisonniers. Pour les habitants permanents, les TIC permettent d’accéder à distance à des ressources en formation qui ne sont pas toujours disponibles localement, et de contribuer ainsi à la professionnalisation de la population active locale.

Un support et un levier de l’action publique locale

30A l’échelle d’un territoire étendu, fragmenté voire enclavé, construire et animer une gouvernance associant l’ensemble des acteurs politiques et économiques concernés reste encore largement de l’ordre de l’intention. Dans cette perspective, si les TIC peuvent difficilement s’immiscer et moins encore se substituer à des réseaux relationnels et sociaux historiques, du moins peuvent-elles être mises au service d’une mise en visibilité des processus de construction des projets du et sur le territoire. De fait l’observation des terrains d’étude montre que les TIC sont spontanément mobilisées pour porter à la connaissance du public des produits finis, validés au terme d’un processus délibératif, telle la charte de territoire.

31La mise en place et l’enrichissement continu d’un « site pratique destiné à la population locale » (www.maurienne.fr) témoigne de la volonté des acteurs politiques locaux non seulement de « faire de l’Internet et du multimédia un outil de cohésion et d’attractivité pour la vallée de la Maurienne » mais également et explicitement, de « porter des valeurs ».

Développer l’identité et le sentiment d’identité territoriale

Les TIC comme dispositifs de mise en scène des communautés et des territoires

32Au travers des portails de territoire les TIC permettent de fabriquer de la singularité et d’élaborer des marques de distinction par rapport à des territoires similaires avec lesquels la concurrence est sans cesse plus forte. Le portail de territoire permet et impose tout à la fois d’afficher « ce qui nous distingue des autres » et d’unifier dans un même discours et environnement visuel et fonctionnel les facettes ou composantes du territoire.

33Dans un contexte de mise en marché du territoire et des activités proposées, le portail de territoire, est donc en premier lieu une vitrine. L’élaboration d’un site Internet de promotion des diverses composantes – géographiques et sectorielles – de l’offre touristique impose de penser a priori une sélection/hiérarchisation/organisation des informations, des illustrations et des liens de même qu’un circuit de navigation. Les choix à opérer renvoient les acteurs aux problématiques politiques et fonctionnelles mais également identitaires liées à l’articulation des niveaux territoriaux (département/massif/vallées/ stations) et à l’interdépendance des fonctions et des espaces (stations/versants/vallée). Symétriquement, la « philosophie » du produit réalisé prédétermine la posture du touriste par rapport au territoire et à ses ressources. On voit ainsi de quelle manière les TIC conduisent –même implicitement– à aborder de manière simultanément opératoire et symbolique des dimensions identitaires, des questions de bien (le patrimoine) et de destin (le projet) communs qui sont au cœur de la construction territoriale.

Les TIC au service de la construction symbolique et identitaire du territoire

34La production symbolique du territoire n’est pas a priori l’apanage des seuls développeurs touristiques : ceux qui l’habitent en permanence partagent également des représentations du territoire… qui ne coïncident pas forcément avec celles construites par ou pour les touristes.

35Se réapproprier la construction des images du territoire c’est opérer un travail de sélection, afficher, échanger, contribuer avec ceux qui y vivent et qui n’ont pas tous le même point de vue sur ce bien commun. Maîtriser l’image de soi/du territoire est donc devenu un enjeu important pour les acteurs locaux qui, en toute logique et de plus en plus naturellement, recourent aux technologies web dans cette perspective. À la différence des sites construits par les opérateurs touristiques afin de promouvoir des ressources particulières ou une image calibrée du territoire, ce sont les représentations spatiales et symboliques d’une communauté territoriale qui se donnent alors à voir.

Conclusion

36La problématique du développement touristique des zones de montagne se trouve au carrefour d’injonctions paradoxales qui en font presque un cas d’école pour la réflexion et l’expérimentation sur le lien entre TIC et développement durable. Concilier fréquentations estivale et hivernale, diversifier ou faire évoluer les activités proposées, maintenir les capacités d’hébergement, s’ouvrir et s’adapter aux nouvelles clientèles et attentes des clientèles…, tout en préservant le « capital » naturel, patrimonial et humain de la vallée ou du massif impose aux acteurs politiques et économiques locaux d’apporter des réponses opérationnelles à des problématiques impliquant des intérêts et des cultures parfois antinomiques. Ces choix sous contraintes sont, de surcroît, tributaires de facteurs et d’acteurs exogènes au territoire, qu’il s’agisse des tour operators et des investisseurs nationaux et internationaux, mais également des institutions supra-territoriales (Département, Région…) dont les perspectives et logiques d’action ne coïncident pas forcément avec celles du territoire.

37La faculté d’initiative et d’adaptation face à cette équation mouvante de la part de deux à trois générations de « montagnards » s’explique d’une phrase : la volonté de rester au pays en conciliant développement durable du tourisme (pérenniser et valoriser les investissements matériels et humains réalisés) et développement d’un tourisme durable (préservant le patrimoine naturel et culturel de la vallée).

38Nombre de termes ou de solutions de cette équation renvoient, explicitement ou implicitement, aux enjeux et aux dispositifs d’information et de communication. Réfléchir à la manière dont les TIC sont susceptibles de contribuer à l’articulation entre durée et durabilité du développement touristique constitue donc un enjeu autant scientifique que politique. Le travail réalisé dans le cadre de la recherche-action évoquée ici a permis de poser des jalons et de formuler des hypothèses qui appellent une démarche à la fois d’élargissement (à d’autres territoires) et d’approfondissement (sur l’usage effectif des TIC).

Haut de page

Bibliographie

BECK U. (2005), Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris, Flammarion, coll Champs.

BERDOULAY V., SOUBEYRAN O. (2000), Milieu, colonisation et développement durable, L’Harmattan.

BOUTAUD A. (2005), Le développement durable : penser le changement ou changer le pansement ?, Saint Etienne, thèse pour l’obtention du doctorat en Sciences et Génie de l’environnement, Ecole Nationale des Mines de Saint Etienne.

CROZET Y., MUSSO P. (2003), Réseaux, services et Territoires - Horizon 2020, L’Aube, Datar, bibliothèque des territoires.

GUMUCHIAN H., GRASSET E., LAJARGE R., ROUX E. (2003), Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos.

GUAY L. (dir.) (2004), Les enjeux et les défis du développement durable. Connaître, décider, agir, Les presses de l’Université Laval, coll. Sociologie contemporaine.

PECQUEUR B. (2000), Le développement local, Syros, Alternatives économiques.

VODOZ L. (dir) (2001), NTIC et territoires : enjeux territoriaux des NTIC, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1651/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Feyt, Laurent Collet, Pierre-Antoine Landel et Françoise Papa, « Le rôle des TIC pour et dans le développement touristique des zones de montagne : un levier pour articuler durée et durabilité ? », Netcom, 22-3/4 | 2008, 225-234.

Référence électronique

Grégoire Feyt, Laurent Collet, Pierre-Antoine Landel et Françoise Papa, « Le rôle des TIC pour et dans le développement touristique des zones de montagne : un levier pour articuler durée et durabilité ? », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://netcom.revues.org/1651 ; DOI : 10.4000/netcom.1651

Haut de page

Auteurs

Grégoire Feyt

Institut de Géographie Alpine, Université J.Fourier, Gregoire.Feyt@ujf-grenoble.fr.

Laurent Collet

Institut des Sciences de la Communication et des Media, Université Stendhal, laurent.collet@u-grenoble3.fr.

Pierre-Antoine Landel

Centre de recherche sur les montagnes sèches et méditerranéennes, Université J.Fourier, Pierre-Antoine.Landel@ujf-grenoble.fr.

Françoise Papa

Institut des Sciences de la Communication et des Media, Université Stendhal, Francoise.Papa@u-grenoble3.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org