Navigation – Plan du site

Néolibéralisation, polytopicités et techniques de l'information dans le département de la Manche

Neoliberalization, polytopicity and information technology in the french département of la Manche
Arthur Devriendt
p. 205-228

Résumés

Bien que motivée par une défaillance des opérateurs privés et insistant sur sa dimension publique, la politique d'aménagement numérique du territoire mise en œuvre dans le département rural de la Manche est concomitante de la montée en puissance d'arguments et objectifs entrepreneuriaux. En conséquence, cette politique participe d'une néolibéralisation des pratiques institutionnelles locales. Un processus porteur de principes d’actions et de normes sociales en décalage avec les pratiques habitantes, particulièrement celles des catégories populaires.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les relecteurs anonymes pour leurs commentaires et Emmanuel Serafinowicz pour ses remarques et son suivi bienveillant tout au long de l’élaboration de cet article. Les propos n’engagent néanmoins que leur auteur.

Introduction

  • 1 Pour un aperçu de l’ensemble des collectivités françaises engagées dans des politiques d’aménagemen (...)

1En vue de résorber la « fracture numérique territoriale » résultant d'un non investissement des opérateurs privés de télécommunications dans les zones que ceux-ci jugent peu rentables (Moriset 2010), de nombreuses collectivités locales se sont engagées à partir des années 1990 dans des politiques dites d'aménagement numérique1. Dans le département de la Manche, cette politique est lancée officiellement en 1998 sous le slogan « Vivre et télévivre dans la Manche » et va connaître son véritable essor à partir des années 2000.

2En 1999, la loi Voynet autorise les collectivités à investir dans les infrastructures de télécommunications pour les mettre à disposition des opérateurs privés. Cela se traduit dans le département par la mise en place d'un « backbone » universel de services consistant au déploiement d’une dorsale de fibre optique sur le territoire, via un partenariat avec le Réseau de transport d’électricité. En 2004, l’adoption de la loi sur la confiance dans l’économie numérique accroît la compétence des collectivités locales en leur permettant d’exploiter des réseaux de télécommunications. Le Conseil général de la Manche, qui portait jusque-là seul cette politique en faveur des Techniques de l'Information et de la Communication (TIC), engage alors une démarche inter-collectivités qui se concrétise par la création du syndicat mixte ouvert Manche Numérique. Regroupant l’ensemble des communautés de communes du département, la Communauté d’agglomération de Saint-Lô, la Communauté urbaine de Cherbourg et le Conseil général, Manche Numérique se voit attribuer deux compétences : une compétence en informatique de gestion, relative à l'assistance aux logiciels métiers des collectivités, et une compétence en aménagement numérique du territoire, déclinée en un volet « infrastructures » et un volet « usages et services numériques ».

3Dans le cadre du volet « infrastructures », les actions menées, par le biais d’une Délégation de Service Public (DSP), visent à desservir au mieux le territoire et à favoriser l'arrivée d'opérateurs de télécommunications. Il existe aujourd’hui une épine dorsale de 1200 kilomètres de fibre optique, 136 nœuds de raccordement d’abonnés dégroupés sur 144 et 26 000 prises de fibre optique chez l’abonné (4000 prises commercialisées à Saint-Lô et 22 000 en voie de commercialisation à Cherbourg). A destination des zones blanches, 200 sites de diffusion de WifiMax (réseau haut-débit sans fil) ont été mis en place. A ce jour, en conséquence, 99,92 % de la population manchoise est éligible à une offre de 2 Mbits/s minimum et l’objectif affiché est d’arriver au déploiement de 15 000 kilomètres de fibre optique d'ici 2025. Concernant les « usages et services numériques », diverses actions sont menées : la mise en place des réseaux d’Espaces publics numériques et de Visio-relais de services publics, la fourniture d'équipement en matériel informatique et le développement d’espaces numériques de travail dans les établissements scolaires, la valorisation du patrimoine culturel local à travers l’encyclopédie en ligne Wikimanche ainsi que des plateformes de dématérialisation des marchés publics et des actes administratifs.

4Tels qu'ils sont formulés, les objectifs des différentes actions portées par Manche Numérique sont empreints d'un certain « keynésianisme spatial », selon l'expression forgée par Martin (1989) : « couverture totale » en infrastructures et services numériques, « homogénéité du déploiement », haut et très haut débit « pour tous », « réduction des inégalités » à travers la résorption des zones non couvertes. Aussi, ces objectifs s'accompagnent de discours soulignant l'importance de la puissance publique en la matière, à travers notamment la nécessaire propriété publique des infrastructures de télécommunications. Promu par les acteurs en charge des politiques d'aménagement numérique, c'est cet angle d'analyse, soulignant le rôle de l'initiative publique, qui a été le plus souvent retenu par les géographes travaillant sur ces questions, tels que Bruno Moriset (2010) ou Anne Frémont-Vanacore (2004).

  • 2 Le caractère rural du département de la Manche est confirmé à la fois par des approches statistique (...)

5Cependant, cette façon de voir les choses mérite selon nous d'être amendée. Observant que la politique d'aménagement numérique du territoire mise en œuvre dans le département rural2 de la Manche est également concomitante de la montée en puissance d'arguments et objectifs issus du monde de l'entreprise privée, nous faisons l'hypothèse dans cet article que cette politique participe d'une néolibéralisation de l'action publique locale. Processus qui contribue à l'imposition de référentiels d'actions politiques et de normes sociales spécifiques en décalage avec les pratiques habitantes.

6Cet article se compose comme suit. La première partie présente notre cadre d'analyse, à savoir les travaux menés en géographie sur les processus de néolibéralisation. Après avoir relevé les principales orientations de ces travaux, généralement urbano-centrés, nous indiquons la voie dans laquelle nous souhaitons nous engager, en nous intéressant tant au jeu des acteurs institutionnels qu'aux pratiques et représentations habitantes. La seconde partie, fondée sur un travail d'archives, s'intéresse aux relations entre développement économique, aménagement du territoire et déploiement des infrastructures de télécommunications. Si le lien entre ces thématiques est établi par les acteurs institutionnels locaux dès les années 1960, les évolutions conceptuelles connues depuis lors par chacune des thématiques permettent de révéler le caractère néolibéral des actions menées en faveur des TIC aujourd'hui. Enfin, dans la troisième et dernière partie, nous interrogeons la pertinence de ce cadre discursif et normatif au regard des pratiques et représentations habitantes.

Géographies du néolibéralisme : dépasser l'urbano-centrisme ?

7Renouvelé par les travaux d’économistes comme Friedrich von Hayek ou Milton Friedman, le néolibéralisme apparaît aux yeux de nombreux observateurs comme un ensemble de prescriptions économiques et politiques dominant dans le monde actuel (voir Amin et al. 2006).

8Si sa définition fait encore l'objet de nombreuses controverses dans le champ académique (voir par exemple les positions de Clive 2005 ; Béal 2010 et Ferguson 2010), ce « discours fort », pour reprendre l'expression de Pierre Bourdieu (1998), se caractérise par la production d'une « vision émancipatrice » (Ampuja 2012) reposant sur la promotion des libertés et de l’action individuelle, la défense des droits de propriété, le principe du libre-échange, la dérégulation, l'ouverture des marchés et le rejet de l’intervention de l’État. Mais le néolibéralisme, qui s'appuie sur des logiques financières de rentabilité, joue volontiers d'aides et de subventions diverses tout en prônant l'austérité des services publics et les réductions d'impôts.

9Suite aux travaux de géographes gravitant autour de la revue critique Antipode, il nous apparaît nécessaire d'approfondir cette approche. Restant au niveau du méta-discours, elle tend à faire apparaître le néolibéralisme comme totalité cohérente immuable, sorte de bloc « monolithique » aux modalités de mise en œuvre et aux impacts identiques et universels (Peck, Tickell 2002). Or, comme le soulignent Neil Brenner et Nik Theodore (2002), la diffusion du néolibéralisme est fortement différenciée, ses formes institutionnelles et ses conséquences sociopolitiques variant selon les échelles géographiques et les zones considérées. C'est pourquoi, à l'opposé d'une vision désocialisée et déshistoricisée du néolibéralisme, qui insiste sur son aspect évident ou naturel voire indépassable, ces auteurs insistent sur son caractère nécessairement « encastré » (embeddedness).

10Toute approche pertinente en la matière ne peut donc procéder par généralisation abstraite occultant les contextes particuliers de mise en œuvre. Selon J. Peck et A. Tickell (2002), il convient de développer une compréhension du néolibéralisme en tant que phénomène de relation dynamique entre un « en-dedans » (in-there) – en ce sens que ses effets sont nécessairement variés et inégaux selon les espaces et institutions où il prend corps – et un « en-dehors » (out-there) – en ce sens que sa diffusion et ses effets relèvent également d'une certaine « métalogique » à l'œuvre. Processus qu'ils ont nommé « néolibéralisation » (neoliberalization).

11De manière simple et opératoire, la néolibéralisation telle que nous l’entendons ici ne renvoie donc pas simplement à un retrait du secteur public au profit des seuls acteurs privés mais est considérée de manière plus large, dans une perspective foucaldienne, comme « forme de rationalité transchamps (économique, politique, social…) fondée sur la naturalisation des valeurs entrepreneuriales, la compétitivité et la compétition » (Morange 2011). Rationalité qui tend par diffusion à imprégner les acteurs en charge de l’élaboration et de l’exécution des politiques publiques locales eux-mêmes.

12Bien qu'insistant sur le « caractère polycentrique et multiscalaire » de ce processus (Brenner, Theodore 2002), la littérature scientifique en fait un phénomène essentiellement urbain, concentré sur de grandes villes d'Amérique du Nord et/ou d'Europe occidentale (Swyngedouw et al. 2002). Pour Brenner et Theodore (2002), les villes sont les « arènes politico-institutionnelles clés » de la néolibéralisation en raison de l'intensité particulière des processus qu'elles connaissent à travers les nouvelles orientations des politiques urbaines. Ces orientations sont les suivantes : la mise en avant des réseaux inter-urbains, le « marketing » territorial, les partenariats publics-privés, l'entrepreneurialisme urbain, la régénération urbaine et la gentrification (Harvey 1989 ; Leitner, Sheppard 2002 ; Smith 2002 et Rousseau 2008). Cependant, loin de s'imposer purement et simplement aux institutions et politiques préexistantes, ces orientations se combinent aux héritages locaux : en France, comme le relève Mustafa Dikeç (2006), la politique de la ville reste fortement marquée par une certaine conception de la tradition républicaine. Tradition qui tend à privilégier la problématique sociale, quand bien même envisagée de manière raciale et sécuritaire, par rapport à l'aspect économique à proprement parler.

13Si l’article de Mustapha Dikeç apporte des précisions et nuances intéressantes par rapport aux géographies du néolibéralisme américaines ou anglaises, il n'en demeure pas moins que cet auteur accorde lui aussi une place prééminente aux villes, faisant d'elles les incubateurs des stratégies politiques à travers lesquelles la domination idéologique du néolibéralisme perdure (Brenner, Theodore 2002 ; Swyngedouw et al. 2002).

14Les géographies du néolibéralisme témoignent en cela d’une tendance forte à l'urbano-centrisme, attitude que l'on retrouve dès qu'il est question de mondialisation (Nelson et al. 2010). Nous pouvons à ce titre évoquer les travaux de Saskia Sassen sur la « ville globale » (Sassen 1996), de Manuel Castells sur la « ville informationnelle » (Castells 1989) ou encore de Richard Florida sur la « ville créative » (Florida 2005). À force d'insister sur les dimensions urbaines des transformations du monde contemporain, ces géographies font apparaître les espaces ruraux en négatif comme des « espaces 'fuyants' » ('slippery' spaces) sur lesquels les transformations sociétales n'ont aucune prise et/ou ne sont pas enclenchées (Hayter R. et al. 2003 cité par Young 2008).

15Toutefois, un certain nombre d'auteurs ont posé l'hypothèse d'une néolibéralisation des espaces ruraux. Cependant, la plupart des travaux croisant ces deux thématiques se sont intéressés à un aspect particulier des choses : la libéralisation des marchés agricoles et ses conséquences, que ce soit dans les pays dits en voie de développement ou au sein de l'Union Européenne et des pays occidentaux (voir récemment Dibden et al. 2009 ; Cooksey 2011 ; Martinez 2011). Travaux réduisant de fait les espaces ruraux à leur fonction productive agricole quand bien même, du moins dans les pays dits avancés, cette vision agrocentrée perd de sa pertinence depuis plusieurs décennies (Robic et al. 1997 ; Brereton et al. 2011).

16Beaucoup plus rares en revanche sont les auteurs traitant de la néolibéralisation des espaces ruraux considérés dans leurs évolutions les plus récentes. La faible production académique n'en aboutit pas moins à l'émergence de deux approches distinctes selon la place que les chercheurs accordent aux acteurs institutionnels et/ou aux habitants.

17La première de ces approches est représentée par des auteurs tels Nathan Young (2008), Neil Argent (2011), Paul M. Van Auken et Johan Fredrik Rye (2011). Polarisés principalement sur le monde anglo-saxon (Colombie britannique, Australie, Etats-Unis), leurs travaux s'intéressent aux modalités de développement promus par les acteurs institutionnels en charge de la gestion des espaces ruraux. Ils soulignent ainsi la diffusion de modèles américains, l'accent mis sur l'activation des individus et le rôle-clé dévolu aux communautés, l'entrepreneurialisme rural, la valorisation des aménités rurales ainsi que la place attribuée à la consommation comme force motrice de développement. Toutefois, à trop insister sur le jeu des acteurs institutionnels (élus, partis politiques, administrations) ils en oublient les pratiques habitantes, alors même qu'ils dénoncent le plus souvent la faible prise en compte des individus et de leurs attentes dans la mise en place des projets de développement.

18La seconde approche est représentée en France par la sociologue et membre du conseil d'administration d'ATTAC Yannick Sencébé, qui esquisse pour sa part un lien direct entre les pratiques habitantes et l'idéologie dominante. Dans un article publié récemment dans la revue Informations sociales (2011), elle s'intéresse aux « manières dont les individus sont inscrits dans des lieux, et les façons dont ils tissent et entretiennent leurs relations sociales ». À la suite de travaux menés dans la Drôme et dans l'Yonne, elle établit une typologie des comportements individuels fondée sur un gradient « attachement » ↔ « distanciation ». Pour ne prendre que les valeurs extrêmes du gradient qu'elle propose, s'opposeraient des situations dans lesquelles « le lieu où l'on vit renferme toutes les sphères d'affiliation » (attachement) à celles où les lieux ne sont que des « occasions-supports » pour des individus inscrits dans des formes d'« engagement réversible » (distanciation). Mais là où les analyses traditionnelles opposent « sédentarité » à « mobilité » (Gil 2011), Y. Sencébé interprète ces diverses « formes plurielles d'appartenance » à la lumière du « nouvel esprit du capitalisme » tel que l'ont caractérisé Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999). Étudiant le discours managérial en vogue dans les entreprises, ces auteurs notent comment les valeurs de « flexibilité », de « projet » et de « mobilité » en sont venues à occuper le devant de la scène ; normes comportementales correspondant précisément selon Y. Sencébé aux pratiques de « distanciation » qui « valorise[nt] la mobilité, la flexibilité [et] l'investissement de chacun dans des 'projets' sans cesse à renouveler ». Si l'hypothèse de Y. Sencébé présente l'intérêt de renouer avec les pratiques et représentations habitantes quotidiennes, elle a cependant tendance à surestimer l'impact de ce « nouvel esprit du capitalisme » sur les comportements individuels tout en occultant, sans doute involontairement, la façon dont il est relayé et réinterprété au niveau local par les acteurs institutionnels.

19C'est donc à une troisième voie que nous souhaitons ici nous atteler, en appréhendant la néolibéralisation des espaces ruraux tant à travers les contextes institutionnels et leurs réalisations concrètes qu'à travers les pratiques et représentations habitantes quotidiennes. Prenant précisément place à la confluence entre ces différentes dimensions, les TIC et la politique d'aménagement numérique mise en œuvre dans le département de la Manche nous semblent pouvoir être des révélateurs idoines des processus à l'œuvre. Par ailleurs, nous pensons que notre propos peut apporter des éclairages complémentaires à une critique des réseaux, et en particulier des TIC, formulée à partir de la thèse de la « fragmentation urbaine » (Graham, Marvin 2001).

Du « développement industriel » à « ceux qui font réussir la Manche »

20Comme nous l'avons souligné dans notre introduction, la rhétorique mobilisée par Manche Numérique insiste sur la pertinence et la nécessité d'une « intervention publique » en matière de réseaux de télécommunications et de services numériques. Cependant, dans le même temps, on observe la montée en puissance d'arguments entrepreneuriaux, tant au niveau des résultats attendus que de la structure elle-même. « Compétitivité », « leadership », « marketing territorial » sont ainsi des objectifs couramment évoqués, quand Manche Numérique est elle-même décrite dans certains documents comme « véritable start-up publique ».

  • 3 Par principe, au sein de ces structures consultatives de développement économique qu'étaient la COD (...)
  • 4 Au début des années 1960, en vue de l'élaboration d'un plan d'expansion économique, le CEBANOR proc (...)

21Cet accent mis sur le développement économique, et son imbrication avec des politiques en faveur du déploiement des infrastructures de télécommunications, n'est pas nouveau dans le département de la Manche et en région Basse-Normandie. Dès 1965, lors des discussions relatives au Ve plan (1966-1970) alors en cours d'élaboration, la Commission de développement économique régional (CODER) et le Comité régional d'expansion économique de Basse-Normandie (CEBANOR) insistent tous deux sur le fait que « l'industrialisation dépend tout d'abord de l'amélioration du réseau routier et des télécommunications », alors que la question du logement était jusque-là prioritaire. Nouvelle orientation qui n'est pas sans susciter la réaction des syndicats de salariés3 et qui semble en décalage vis-à-vis des attentes des entreprises elles-mêmes4.

22Toutefois, les objectifs assignés à cette politique de développement économique, faisant des télécommunications un de ses leviers moteurs, ont connu de profondes transformations depuis les années 1960. Transformations qui orientent les actions menées aujourd'hui en faveur des TIC.

  • 5 Ville aujourd’hui contrainte, en raison du désengagement du pouvoir central, « de se trouver une au (...)

23Premièrement, dans les années 1960, le développement économique est assujetti à des problématiques sociales envisagées sous un angle macro-économique. La principale de ces problématiques est alors la lutte contre l'exode rural, qui constitue le premier objectif du CEBANOR. Le développement industriel est utilisé comme « politique de fixation » dans le but de « [créer] les emplois nouveaux nécessaires pour retenir une fraction des excédents démographiques » (CEBANOR 1962). Pour les membres du CEBANOR, le développement industriel « y réussira d'autant plus qu'il atténuera les différences qui séparent les salaires réels locaux de ceux des grandes régions industrielles françaises. » Il s’agit en effet pour l’État et ses services déconcentrés de faire entrer de plein pied la région, et en particulier le département de la Manche, dans la « société française industrieuse » qui émerge alors, ce dont témoigne notamment l’installation d’activités nucléaires sur la presqu’île du Cotentin et l’affirmation de Cherbourg comme « ville-arsenal5 » (Bocéno 2004 ; Ripoll 2004).

24L’égalisation des revenus régionaux n'apparaît plus aujourd'hui dans les programmes locaux de développement économique et d'aménagement du territoire, en dépit de la persistance des inégalités. Le développement économique semble s'être en quelque sorte émancipé des questions sociales, reléguées à la solidarité, tandis que le thème de la création d'entreprises, dans un contexte de crise, se substitue progressivement à celui de la création d'emplois. De manifestations diverses (de type « Journées de la création-reprise... ») en événements (« Semaine du goût d'entreprendre », « Soirée Forces 50 ») et « success stories », émerge progressivement la figure de l'entrepreneur, sorte de héros des temps modernes sur qui repose la « réussite » des territoires.

  • 6 Bernard Tréhet, Vice-Président du Conseil général de la Manche en charge du développement économiqu (...)

25Ce passage d'une dimension globale à une dimension micro dans les stratégies de développement économique, caractérisé par l'abandon d'un certain volontarisme en matière de création d'emplois et une tendance à l'individualisation des enjeux traités (l'entrepreneur qu'il convient d'accompagner dans sa « prise de risque », pour alléger son « stress », pour améliorer sa « créativité6 »), a eu des conséquences sur les manières de concevoir les politiques relatives au déploiement des TIC. En effet, si la conception des années 1960 se conjugue relativement bien avec une politique orientée uniquement sur la question des infrastructures, cette dernière ne peut suffire à l'heure de la nécessaire transmission des « savoir-être entrepreneuriaux » (Barès, Persson 2011). Au-delà de la fourniture d'un accès Internet à haut voire très haut débit, il convient de former l'entrepreneur aux bons usages numériques ou estimés tels : stratégies de référencement, gestionnaires de mailing-lists, systèmes de management de contenus. Ce qui ouvre d'autant le champ des possibles pour des organismes privés de formation, à l'image de l'« Echangeur Basse-Normandie ».

  • 7 A savoir, dans l'ordre alphabétique : Canisy, Cherbourg-Octeville, Coutances, Marigny, Mortain, Sai (...)

26Cette évolution est particulièrement sensible dans les zones d'activités : conçues initialement comme de simples offres foncières et/ou immobilières situées à proximité d'axes principaux de communication, ce qu'elles restent majoritairement, elles s'orientent de plus en plus vers la fourniture de services (incubateurs et/ou pépinières innovantes, espaces numériques entreprises, animation et événementiel, plateforme de veille concurrentielle). C'est ce qui est par exemple promu par l'appel à projets « Zones Numériques Multiservices » lancé en 2008 par la Région Basse-Normandie, au terme duquel le département de la Manche, via Manche Numérique, devrait voir huit de ses zones d'activités labellisées7.

27Deuxièmement, les documents relatifs au développement économique et à l'aménagement du territoire des années 1960 insistent sur une nécessaire complémentarité entre les secteurs économiques et mettent en garde contre les risques d'une trop forte spécialisation. Afin de favoriser cette diversité du tissu économique local, mais face à des établissements « libres de choisir leurs points d'implantation », la Région Basse-Normandie met en avant la possibilité d'instaurer un « filtrage négatif » opéré par les collectivités et les institutions publiques envers les acteurs économiques privés. Opération pouvant se matérialiser « par le refus d'une commune, par exemple, de faire bénéficier une entreprise des avantages de sa zone industrielle ou par le rejet d'un dossier de prêt par les organismes régionaux de financement » (Région Basse-Normandie 1961).

  • 8 A l'image des sélections opérées par les représentants du Pays saint-lois à l'occasion du salon « P (...)
  • 9 Maire de Saint-Lô, Président de la Communauté d'agglomération saint-loise, Président du syndicat mi (...)
  • 10 L'élaboration, à l'initiative des collectivités territoriales, des schémas directeurs territoriaux (...)

28Si divers mécanismes de sélection sont aujourd'hui opérants, à l'encontre des demandeurs d'emploi essentiellement8, ces mécanismes sont utilisés à des fins diamétralement opposées, à savoir dans le but de renforcer la compétitivité du département et de quelques secteurs d'activités ciblés, désignés par l'expression « filières d'excellence ». Cette recherche de l'« excellence » est très prégnante dans le département, où plusieurs initiatives ont été labellisées par l'Etat « Pôle d'excellence rurale », et largement partagées entre les acteurs. Ainsi le Pays de la Baie du Mont-Saint-Michel (2007) met-il en avant la nécessité de développer l'emploi et l'économie au regard des « savoir-faire locaux spécifiques » tout en ambitionnant « l'excellence environnementale », quand le Pays du Cotentin (2007) axe sa politique de développement économique sur le « soutien aux filières de compétence locales ». Dans le saint-lois, ces idées sont affirmées de manière encore plus forte dans le cadre du projet de technopôle « Agglo 21 ». Porté activement par François Digard9, pour qui les élus doivent être « à l'affût des besoins des entreprises » (Digard 2008), ce projet de technopôle d'environ 75 hectares vise à constituer « un environnement favorisant la créativité, la compétitivité et le leadership » à travers le « développement d'un territoire fondé sur les capacités d'innovation liées aux synergies entre les secteurs de la formation [et] de la recherche » (Ateliers du Canal, Inno Group 2010). Guidé par la nécessité de faire face à la « concurrence » d'autres territoires, un positionnement sur les deux thématiques suivantes est envisagé : l'« agro-nutrition-santé » et les « nouveaux usages numériques ». Cette vision du numérique comme nouvelle « filière d'excellence » est aussi fortement présente dans les travaux en cours relatifs à l'élaboration du Schéma Directeur d'Aménagement Numérique10 (SDAN) de la Manche, lesquels insistent sur « le soutien de la filière numérique locale » et la nécessité de la mise en place d'une stratégie en la matière (Cardine, Vichit 2011a).

  • 11 Pour une présentation plus détaillée de ces pratiques sur d’autres territoires, se reporter au numé (...)
  • 12 Les « accompagnateurs » du Pays saint-lois soulignent ainsi l' « attitude commerciale » qu'il convi (...)

29La troisième ligne d'évolution majeure entre les années 1960 et la période contemporaine dans les stratégies de développement économique et d'aménagement tient à la marchandisation et à la labellisation du territoire. Si l'on constate une certaine ancienneté en la matière, les pratiques se sont quant à elles considérablement élargies, suite notamment aux réformes de décentralisation11. Dans les années 1960, elles concernent le domaine du tourisme dont le développement est conditionné par la « valorisation des ressources » et par des actions qualifiées de « propagande », « axée sur Paris » (Région Basse-Normandie, 1961). Si cette « propagande » est cantonnée au tourisme, formulée par les seules institutions en charge de ce domaine et destinée aux individus extérieurs au territoire, son avatar moderne le « marketing territorial » doit lui être mis en œuvre par l'ensemble des acteurs institutionnels départementaux12. Ceci tant envers les individus extérieurs, il s'agit alors de favoriser l'attractivité du territoire, qu'auprès des résidents, à travers des discours insistant sur les valeurs communes et identitaires. Les résidents étant de plus invités à devenir eux-mêmes les ambassadeurs (« greeters ») du département.

30Favorisé par les outils dits du « web 2.0 », ce « marketing territorial » se développe particulièrement dans la Manche, que ce soit à travers la création du site web « Plus d'un tour dans la Manche » ou par le récent lancement, par le Conseil général, de la marque « La Manche », incarnée par Pénélope en référence au personnage de la mythologie grecque et ses nombreux prétendants :

  • 13 Transcription du clip promotionnel de la marque « La Manche » diffusé lors de la « soirée Forces 50 (...)

« Bonjour ! La Manche, vous connaissez ? Bon, il faut dire que les gens qui y vivent ont vraiment beaucoup de chance. Mais connaissez-vous la marque ? Oui, la marque “La Manche” ? Vous savez, synonyme d’équilibre, d’innovation, d’excellence, d’authenticité, de bien-être et de partage ! Bon, il y a plusieurs signatures, alors à vous de choisir... “New Normandie”, un monde propice à la création, toujours à la recherche d’idées neuves. “Eden Normandie”, un pays où on va pour se régénérer, un territoire de richesse et de bien-être. “Ouest Normandie”, la conquête de l’ouest... [...] Vous l’aurez bien compris, la Manche, c’est bien plus que ça. Alors montrons-le, regroupons-nous autour d’une marque unique, “La Manche”. Tout est expliqué dans le guide, la couleur, les formes, les graphismes, vous avez le choix pour faire de cette marque la vôtre, alors n’attendez plus, vous aussi, devenez ambassadeur de la Manche ! »13

  • 14 Souligné dans le texte original.

31Enfin, de manière plus générale, il est frappant de constater, entre les années 1960 et aujourd'hui, le passage d'une conception du développement économique et de l'aménagement du territoire marquée par les idées d'« homogénéité » et d'« égalité », à une situation où l'« équité » est posée comme principe premier. Ce concept étant par exemple au cœur de la Stratégie de Cohérence Régionale d'Aménagement Numérique (SCoRAN) élaborée en 2010. Dans les années 1960, le CEBANOR insiste sur « la lutte contre les disparités intra-régionales » et réclame pour cela « le développement simultané14 de l'ensemble bas-normand » considéré comme « homogène » (CEBANOR 1962). Partageant ces idées, l'ensemble des acteurs régionaux mettent alors en garde les collectivités de niveau inférieur contre de potentiels comportements accapareurs de leur part : le Comité des plans régionaux (1961) souhaite par exemple « éviter que les collectivités locales ne se livrent à des surenchères onéreuses pour attirer de nouvelles industries ». Et Albert Pasquier, dès 1959, dans l'avant-propos d'une étude sur Saint-Lô, de craindre que :

« Si l'on pose qu'... 'au commencement est l'intérêt local'..., alors l'aménagement du territoire façon 1959 risque fort de ressembler à ce que fut, il y a un tiers de siècle, la lutte sourde ou ouverte pour l'affectation d'un escadron de gardes mobiles ou le déplacement d'un bataillon d'infanterie ! 'Qui n'a pas son usine ?'... 'Qui n'a pas fixé sa main-d'œuvre excédentaire ?'... Tels finiront par être les slogans de l'action régionale. »

  • 15 A savoir : Qu@trec, Tactis, Stratup, Sources Productions Consulting, Vicq Consultants, Matharan Pin (...)

32Que cet extrait nous provienne du directeur du Bureau d'études régionales témoigne, entre cette époque et aujourd’hui, de la raréfaction d'une expertise en matière de développement économique et d'aménagement du territoire assurée par divers corps d'État (Comité des plans régionaux, Ministère de l'équipement, services préfectoraux, bureaux d'études régionales). Et ce au profit d'un recours quasi systématique au « consulting externe privé » (Benchendikh 2008). L'élaboration du SDAN par Manche Numérique évoqué précédemment fait par exemple appel à sept cabinets d'études15. Issus du monde de l'entreprise privée concurrentielle, ces acteurs sont à la fois porteurs de méthodes spécifiques d'élaboration des politiques publiques et de visions particulières de la société, des individus et de leurs pratiques.

Le discours managérial aux prises avec les pratiques habitantes

33Telles que nous pouvons les voir se déployer à l'occasion de nos activités quotidiennes au sein de Manche Numérique, les façons dont ces acteurs (« consultants », « experts » voire « designers de politiques publiques ») élaborent les politiques publiques pour lesquelles ils sont sollicités sont tout à fait particulières, en même temps que de plus en plus répandues. Approchées par des géographes tels que Ben Anderson et Colin McFarlane (2011), ces nouvelles manières de faire se caractérisent par les éléments suivants : une attitude « extrospective » des acteurs locaux, la recherche d'« exemplarité », le recours à des études dites de « benchmarking » et l'inscription dans divers « réseaux d'acteurs », le tout visant l'importation des « bonnes pratiques » (Devisme et al. 2007).

34La politique d'aménagement numérique du territoire menée dans le département de la Manche permet d'illustrer ces différents points. Ainsi en est-il de la recherche d'« exemplarité » qui transparaît dans la signature, en juin 2009, d'une convention de partenariat entre le Conseil général de la Manche, Manche Numérique et la ville de Séoul, consacrée « meilleure ubiquitous-city en matière d'e-government » (Conseil Général de la Manche 2009). À travers ce partenariat, il s'agit de « comprendre les clés du succès » de la capitale sud-coréenne, de « bénéficier mutuellement d'expérimentations réussies » et, pour la Manche, d'entrer dans le « cercle fermé mondial » de l'« élite numérique » (Manche Numérique 2009 ; 2010). Cette recherche de situations jugées exemplaires est également à l'origine de déplacements d'agents de Manche Numérique, dont parfois l'auteur de l'article lui-même, à Amsterdam (« Smart Work Centers »), Luxembourg (« E-city ») ou encore Las Vegas (« Consumer Electronics Show »). Destinations qui témoignent de l'emprise d'un imaginaire résolument « urbain » ; imaginaire que l'on retrouve dans le projet « Agglo 21 » évoqué précédemment à travers la projection, lors de la réunion de présentation du rapport final, de photographies de Berlin, Karlsruhe, Vienne, Moscou et Stockholm (Ateliers du Canal, Inno Group 2010).

35Cette recherche d'exemplarité va de pair avec la volonté d'une reconnaissance nationale voire internationale des actions de Manche Numérique. Dans les documents relatifs à l'élaboration du SDAN, les différents consultants insistent sur les « initiatives remarquables » menées sur d'autres territoires pouvant être sources d'inspiration, tout comme sur la « diffusion concurrentielle » des idées portées par le syndicat mixte (Cardine, Vichit 2011b ; Tiquet, Potier 2011). Quant aux élus et agents, ceux-ci fréquentent différentes scènes régionales et/ou nationales leur permettant d'évaluer régulièrement le positionnement de la Manche, comme le « Réseau rural européen » (et ses déclinaisons), « RuraliTIC, l'université d'été des TIC pour les Territoires », « Les interconnectés, le réseau des territoires innovants », les « Assises du numérique », le salon « Odébit », le « Forum des usages collaboratifs » ou encore le « Réseau Francophone de la Régulation des Télécommunications ».

36Insistant chacun sur leur fonctionnement en réseau, ces différents événements partagent cet idéal connexionniste que l'on retrouve chez nombre d'acteurs locaux auprès desquels nous avons eu l'occasion d'intervenir au titre de notre appartenance au syndicat mixte. Par exemple, dans le cadre d'un travail sur « l'attractivité » du pays saint-lois, la mise en place d'un « réseau des acteurs de l'accueil et de l'accompagnement » est-elle appelée de leurs vœux par les consultants retenus :

  • 16 Jean-Yves Pineau, Directeur du Collectif ville-campagne, 21 avril 2011, Saint-Lô.

« On arrive bien sûr à cette idée de réseau, cette idée de faire du lien, du liant entre les organismes, les structures, les personnes-ressources qui vont être, à plusieurs, capables d'offrir une palette de compétences, un accompagnement, un suivi, qui… sont gage de solidité et gage d'efficience. »16

37Le cabinet d'étude Katalyse et le Collectif Ville-Campagne insistent sur le « besoin de créer du lien, de la synergie avec d'autres », de « décloisonner les acteurs et les structures d'accompagnement », d'être « collaboratif », tout en étant « souple » et « flexible ». Soit la même rhétorique que celle mobilisée dans les accusations du modèle productif taylorien-fordiste, sans toutefois le remettre en cause fondamentalement (Durand 1992).

38Toujours autour de cette figure du « réseau », il est frappant de constater combien les réponses aux problématiques rencontrées par les « acteurs de l'accueil et de l'accompagnement » se limitent à des propositions organisationnelles et procédurales, quand bien même il s'agit de les simplifier, avec un rappel à l'ordre permanent au triptyque « visibilité » - « lisibilité » - « accessibilité ». De plus, les « acteurs du territoire » sont invités à développer leur « envie de réussir » pour voir leurs actions aboutir, négligeant par là même les enjeux politiques et les problématiques (notamment financières, dans un contexte de réduction des dépenses publiques) auxquels ils font face au quotidien.

39Enfin, l'ensemble des discours tenus par les consultants à l'occasion de ces travaux et de leur restitution est très marqué par le modèle de l'entreprise privée concurrentielle, dont ils sont issus, jugé seul à même d'être « efficient » et « efficace ». Ce modèle, rendu visible par le choix des termes employés, se retrouve dans la conception du « territoire » mobilisée. Résumé à ses limites institutionnelles, celui-ci est réduit à une succession d'« offres » : « offre 'cadre de vie' », « offre d'activités », « offre de locaux », « offre de logement », « offre de services », « offre d'accompagnement » et enfin « offre d'hospitalité » ; le tout constituant, selon une vision purement utilitariste (Bonnemaison, Cambrézy 1996), « l'offre globale du territoire » qu'il s'agit de « valoriser » pour développer son « attractivité » voire sa « compétitivité » et finalement sortir gagnant de la « concurrence ».

  • 17 A l'image de celles élaborées par le Réseau rural Basse-Normandie (Lemaire et al., 2011).
  • 18 Élodie Valette (2003) observe dans les projets de développement local la récurrence des « 3T » que (...)

40On constate également dans ces modalités d'élaboration des politiques publiques divers réductionnismes à l'œuvre. Construites sur la base de « bonnes pratiques » et de « facteurs de réussite » consignés dans des « fiches pratiques17 », elles se révèlent en effet relativement ignorantes des réalités sociales qu'elles prennent pour exemple et tendent, contrairement aux objectifs initiaux de singularité et de distinction, à une certaine standardisation des territoires18. Le partenariat établi avec Séoul en fournit une bonne illustration, l'« opposition violente » de la société civile coréenne envers les initiatives de « e-government » n'étant jamais évoquée (Jho 2005), seul comptant l'horizon jugé bon qu'il convient d'atteindre.

41A ces réductionnismes se surimpose, au sein et autour de Manche Numérique, la conjugaison de deux discours éminemment puissants, l'un sur la « société de l'information », l'autre sur les « nouvelles ruralités » (Mora 2008). Si les fondements idéologiques du premier ont déjà été abordés par plusieurs auteurs, dont Olivier Simioni (2002) et Roser Cussó (2008), la plupart des grandes déclarations faites au sujet des espaces ruraux sont également loin d'être d'innocentes fables. En insistant sur leur « renaissance », leur « repeuplement » ou en faisant l'éloge de leur « qualité de vie » (en opposition à des espaces urbains réduits à la pollution, l'insécurité et au stress), les espaces ruraux se voient aujourd’hui, après des décennies de dénonciation de leur « dépeuplement » et/ou de leur « désertification », caractérisés par de nouveaux lieux communs. Inspirés, tout en les réduisant à certains traits généraux, par les travaux de sociologues et géographes orientés vers l'action tels que Bernard Kayser, Henri Mendras, Edgar Morin ou Bertrand Hervieu (Chandivert 2006), ces regards portés sur le monde rural se présentent comme le simple reflet des « mutations » et « évolutions rapides » d'un « monde qui bouge », d'un monde de plus en plus « complexe » (en raison de la mobilité des individus, du développement des TIC, des transformations de la base économique des territoires ruraux et des enjeux environnementaux).

42À partir de cette présentation qui se veut apolitique et relativement distanciée, l'on débouche assez rapidement sur un discours oscillant entre registre descriptif et registre normatif, mettant en avant un modèle particulier d'individu et de société.

43Pour expliquer les transformations évoquées précédemment, l'individu est en effet placé en première ligne. Les individus sont ici mus par leur seule « volonté de changement », leur « volonté de se réaliser » voire par leur « énergie ». Considérés comme responsables, rationnels et autonomes, les individus sont perçus comme des « microentrepreneurs » de leur vie (Floris, Ledun 2005), ce qui n'est pas sans faire écho à l'idéologie du « mérite », et à ses conceptions individualiste et utilitariste de l'action humaine, comme aux pratiques les plus récentes dans les domaines du « management » et du « coaching » (Girardot 2008 ; Marzano 2008) :

  • 19 Jean-Yves Pineau, Directeur du Collectif ville-campagne, 21 avril 2011, Saint-Lô.

« Comment je m'imagine dans deux ou trois ans au regard de ce que je vis aujourd’hui ? Je ne supporte plus... je ne veux plus supporter ce que je vis aujourd’hui, je me projette vers un ailleurs, et comment je fais pour me projeter vers un ailleurs ? Comment je m'imagine ? Comment je donne corps à ce rêve ou à cette destinée qui fait jour en moi ? »19

44De cette conception particulière de l'individu, découle l'idée désormais centrale du « projet », terme qui tend à investir l'ensemble des discours et des pratiques (Zunigo 2010). Chacun étant supposé pouvoir maîtriser l'ensemble de ses actions et se projeter dans l’avenir, niant par là-même les transformations de notre rapport au temps (Laïdi 2000, Rosa 2010), tout peut être envisagé en « mode projet », qu'il s'agisse du « projet professionnel », du « projet de mobilité », du « projet familial » voire du « projet de vie » :

  • 20 Cécile Collot, Senior Manager au sein du Cabinet Katalyse, 21 avril 2011, Saint-Lô.

« Alors vous en voyez effectivement de plus en plus sur le territoire, à savoir des personnes qui ont eu une carrière, dans un autre territoire, souvent urbain, pas forcément Paris mais en tous cas dans une ville, et qui ont envie de changer de vie, qui ont envie d’avoir un nouveau projet professionnel et de vivre dans un endroit avec un cadre de vie sympathique... on a cette association projet professionnel et projet de vie. »20 

  • 21 Consultant en système d'information, NQI Orchestra, 21 septembre 2011, Saint-Lô.

45L'individu est alors souvent désigné par l'expression « porteur de projet ». Si cette expression était jusque-là réservée aux seuls créateurs d'entreprise dans les textes officiels et au sein des organismes d'accompagnement dédiés, ce glissement de sens témoigne bien de l'imposition progressive des normes issues du monde de l'entreprise privée concurrentielle à tous types d'acteurs, dont les collectivités locales (Laoukili 2009) et dans tous les domaines de la vie (Marzano 2008), résumée par un consultant de la manière suivante : « La gestion de projets n'a pas de frontières ! »21

46Mais cette conception de l'individu comme agent rationnel et seul responsable de ses actes coïncide mal avec les résultats issus des premiers entretiens que nous avons pu mener auprès des habitants.

47À moins d'être inattentif aux non-dits et/ou captif des reconstructions a posteriori -lesquels sont cependant à ne pas négliger car les premiers révèlent les stratégies discursives déployées par les enquêtés et les secondes sont éclairantes sur les représentations qu'ont les habitants de leurs espaces de vie (Valette 2003, Veith 2010)- les « récits de vie » que nous avons recueillis ne témoignent que très rarement de situations dans lesquelles les « mobilités résidentielles » font l'objet de projets longuement mûris et au déroulement prévisible. Contrairement à Nathalie Ortar (2005) qui met précisément au centre de ces mobilités en milieu rural et périurbain la question du « projet de vie familiale ou professionnel », nous voulons insister sur leur caractère éminemment plus complexe (Debroux 2003 ; 2006), fruit de contraintes et de marges de manœuvre. Et si les mécanismes et leurs résultats ne sont évidemment pas les mêmes (l'ancien corps de ferme contre la petite maison de bourg, la propriété contre la location, etc.), l'ensemble du spectre social est concerné.

48Le cas de Baptiste (29 ans, analyste-programmeur, Condé-sur-Vire) permet d'illustrer ces différents points. Parti à Paris pour un premier emploi suite à ses études (au cours desquelles il fréquente les villes de Caen, Valenciennes, Dresde et Montréal), il revient, grâce au « travail à distance » permis par les TIC, vivre dans une « fermette » située à quelques kilomètres du domicile familial. À travers ses propos, l'on voit bien que ce « retour », loin d'être un « projet » minutieusement réfléchi en amont, est la résultante de facteurs divers, situés sur des lignes de temporalité différentes, et vis-à-vis desquels l'enquêté se montre plus ou moins prolixe :

« – Je suis arrivé [à Paris] j’ai commencé à travailler, à faire des logiciels. J’étais pas mal dans mon travail, la programmation ça me plaisait. [...] donc le travail était pas insupportable on va dire. La ville était insupportable. Paris j’aimais pas quoi, mais limite je me vengeais dans le travail [...]. Puis en fait tout a basculé au moment où ce directeur financier a démissionné et c’est une directrice financière qui est arrivée, et ça a été un peu le bordel dans la boîte. […] En plus on a déménagé de Levallois à Nanterre […] on est arrivés en open-space à Nanterre. Et ça je trouvais ça insupportable [...] et du coup c'est là que j'ai commencé à organiser mon truc, pour partir...
– 'Organiser mon truc' c'est-à-dire… T'as joué comment ?
– [Quand la nouvelle directrice est arrivée], elle savait rien du tout de ce que je faisais, elle me connaissait pas quoi [...] Au bout de 2 – 3 mois elle a eu une demande, [...] on m'a proposé le projet à moi quoi. En j'en ai profité là en fait. Je lui ai fait une petite démonstration de force. J'ai fait un beau petit logiciel en deux semaines top chrono, parce qu'en plus c'était urgent, machin. [...] Et là en fait elle est venue me remercier et tout… en me disant que j'étais quelqu'un d'important […] elle parlait de me retirer de la boîte de prestataire et de m'embaucher. C'est à ce moment-là que je lui ai dit 'OK je veux bien être embauché mais dans le cadre d'un travail en distance’. […]
– Quand tu pensais 'travail à distance', tu pensais revenir dans la Manche ?
– Ouais ouais c'était… c'était clair, je voulais revenir par ici. Après il y a d'autres histoires personnelles derrière aussi, histoire de fille, des trucs comme ça quoi.
– T'étais avec une fille à ce moment-là ?
– Non mais... enfin une histoire avec une fille. Mais bon, tout ça ça reste entre nous [rires]. Et donc ouais… et puis voilà… après j'ai acheté la baraque. »

49Toujours sur cette notion de « projet », il est intéressant de noter que la position des consultants et acteurs locaux entretient un rapport ambigu avec la littérature managériale analysée notamment par L. Boltanski et E. Chiapello (1999). Si les références à l'« investissement » personnel, à l'« aventure collective et individuelle » sont toujours bien présentes, le discours est ici construit en opposition à la vision d'une multitude de projets se succédant dans le temps à un rythme de renouvellement élevé : tous les acteurs insistent au contraire sur le long terme et la nécessité d'un ancrage territorial prolongé des individus, délégitimant de fait les pratiques jugées « frivoles » (installation temporaire, absence de « projet » construit, volonté d'anonymat ou encore non-inscription dans les réseaux locaux).

50Ces discours qui, tout en insistant sur le développement des mobilités et des TIC, font du « déploiement de l'être » quelque chose devant se dérouler avant tout dans le « local », dans la sphère du proche, nous éloignent sensiblement du « détachement [spatial] comme injonction » dont parle Y. Sencébé (2011), au profit plus précisément d’un impératif d'ancrage polytopique. Les discours des acteurs politiques locaux sont en effet très marqués par la mise en avant d’un ancrage territorial multilocalisé des individus, censé être rendu accessible à tous par les TIC et la mobilité, et considéré comme permettant de répondre aux enjeux posés par les faibles densités caractéristiques des espaces ruraux. Mais la réalisation des spatiogrammes des habitants enquêtés, suivant une méthodologie inspirée des travaux de Nathalie Audas et Denis Martouzet (2008), nous permet de mettre en évidence des comportements plus nuancés que ce que cette nouvelle norme sociale (dont certains géographes font l'hypothèse – (Stock 2006) ne laisse supposer, et ce en associant valorisation d'espaces et sphères sociales lointaines et effets de la distance.

51Les situations rencontrées chez Julie et Nathalie, dont les spatiogrammes, annotés par les enquêtées elles-mêmes, sont disponibles en ligne22, permettent d'illustrer notre propos.

  • 23 Pointe nord-est du département de la Manche.

52Graphiste indépendante installée à Cherbourg depuis 2 années, après des études l'ayant menée à Saint-Lô et à Blois puis à Paris dans le cadre d'un stage suivi d'un premier emploi salarié, Julie, âgée de 26 ans, est originaire, comme elle le formule elle-même, de la « campagne-campagne » du Val de Saire23 où ses parents résident toujours. Comme indiqué sur son spatiogramme, Julie investit fortement le « proche », tel que le centre-ville de Cherbourg où elle se promène quotidiennement et du Val de Saire où elle rend régulièrement visite à ses parents et effectue des randonnées photo. Aux côtés de La Hague et de Tourlaville qui relèvent aussi du proche, les référents géographiques les plus mis en valeur sont des espaces qui, en termes de distance physique, relèvent a priori du « lointain », à l'image des villes de Lille, Paris, Orléans, Blois, Angers et Rennes. Portés par les pratiques de mobilité de Julie et l'intégration forte des TIC dans son quotidien, ces espaces se révèlent finalement plus proches que des espaces à proximité plus immédiate, si l'on considère là aussi la seule distance physique, que sont par exemple Valognes, Barneville-Carteret, Avranches voire Caen.

53À travers la notation employée et les propos tenus, il apparaît toutefois chez Julie une distinction entre le « proche » et le « lointain » : si les espaces relevant de la première catégorie sont valorisés en tant qu'espaces qui font « lieux » (mélange d'habitudes, de pratiques individuelles et de rencontres), les seconds le sont pour les sociabilités, et uniquement celles-ci, dont ils sont porteurs (anciens camarades de classe, anciens collègues, amis et parentèle éloignée), ce qui ne remet cependant nullement en cause leur importance pour l'enquêtée. Cette distinction se retrouve au niveau des TIC mobilisées, entre moyens synchrones (échanges de SMS, appels téléphoniques) et moyens asynchrones (réseaux sociaux de type Facebook, e-mails), respectivement privilégiés dans le « proche » et dans le « lointain ».

54Quant à Nathalie, âgée de 43 ans, télé-secrétaire depuis son domicile de Lingres où elle vit seule avec ses trois enfants, son spatiogramme donne à voir une situation bien différente. Originaire de la région parisienne, son parcours résidentiel (5 déménagements en 8 ans), associé à des ruptures professionnelle et familiale, est marqué par la relégation vers des zones de plus en plus périphériques (Paris, Essonne, Seine-et-Marne, Oise, Manche), au gré des opportunités de logements (« Je pourrais très bien me trouver un petit peu n'importe où... »). Très repliée sur son domicile, ses pratiques de mobilité sont toutes dictées par les besoins de ses enfants (école et loisirs) et/ou par les nécessités courantes (courses et divers services). Quant à ses usages des TIC, les communications à distance relèvent pour la plupart d'ordre professionnel (dont elle dit « saturer » le soir) et la télévision du salon sert « juste pour avoir un fond » d'ambiance. Également invitée à différencier les référents géographiques présents sur le spatiogramme selon son attachement à eux et la valeur qu'ils ont à ses yeux, ceux situés dans le département de la Manche se voient faiblement discriminés, quand les deux valeurs extrêmes renvoient à la région parisienne, celle-ci étant très présente dans les discours de Nathalie et vis-à-vis de laquelle elle se montre la plus loquace.

55A travers les situations différenciées de Julie et Nathalie, c'est finalement le caractère
socialement situé de la valorisation de l'ancrage polytopique telle que formulée par les consultants et les acteurs institutionnels manchois qui transparaît.

56Cette correspondance des discours tenus sur les « nouvelles ruralités » avec les représentations des groupes sociaux dominants se manifeste également dans « l'esthétisation » des espaces ruraux, lesquels se voient de plus en plus rattachés d'une part aux idées de nature, de paysage et d'environnement et d'autre part à l'innovation, au tourisme connecté et aux réseaux sociaux. Une fois mis en pratique – à travers la réalisation de circuits pédestres, aménagements touristiques, réserves naturelles, etc. –, ce discours, a priori plutôt progressiste, enclenche des processus d'illégitimation des pratiques jugées non conformes. Ainsi en est-il dans la Manche de la chasse au gibier d'eau, pratique caractéristique des classes populaires et rendue invisible dans les programmes dits d'« attractivité »…

Conclusion

57À l'issue de ce bref examen des dynamiques à l'œuvre dans le département rural de la Manche, il nous est difficile de formuler une conclusion définitive, certains éléments étant sans doute amenés à être relativisés dans des développements futurs.

58À la lumière des éléments présentés, nous espérons simplement avoir réussi à convaincre notre lectorat de la nécessité d'une approche véritablement contextualisée des TIC au sein des espaces ruraux, dont la prise en charge par divers acteurs publics ces dernières années, si elle est marquée par l'idée que « le marché ne peut pas tout », n'en est pas moins inséparable de la néolibéralisation de ces mêmes espaces ; la montée en puissance des arguments entrepreneuriaux et de l'idéologie managériale en étant de bons marqueurs.

59Nous espérons être également parvenu par l'intermédiaire du présent article à démontrer l'intérêt de la mobilisation d'une approche géographique de l'habiter dans une perspective de critique sociale, selon nous plus ambitieuse que la psychogéographie à laquelle elle se réduit bien souvent.

60Enfin, au regard des pratiques habitantes, approchées à travers les situations de Baptiste, Julie et Nathalie, relativisant la portée de notions telles que celles de « projet » et de « polytopicité » comme clé de compréhension et nouvelle réalité sociale des espaces ruraux, une interrogation subsiste : quel avenir accorder à ces politiques publiques locales fondées sur une représentation managériale des comportements individuels ?

Haut de page

Bibliographie

AMIN S. et al. (2006), « Qu’est-ce que le néolibéralisme ? », Actuel Marx, n° 40, pp. 12-23.

AMPUJA M. (2012), “Globalization Theory, Media-Centrism and Neoliberalism: A Critique of Recent Intellectual Trends”, Critical Sociology, vol. 38, n° 2, 281-301.

ANDERSON B. & MCFARLANE C. (2011), “Assemblage and geography”, Area, vol. 43, n° 2, pp. 124-127.

ARGENT N. (2011), “Trouble in Paradise? Governing Australia’s multifunctional rural landscapes”, Australian Geographer, vol. 42, pp. 183-205.

ATELIERS DU CANAL & INNO GROUP (2010), « Étude de faisabilité et AEU du projet technopôle Agglo 21 », Réunion de présentation du rapport final, Communautés de communes de Saint-Lô, Marigny & Torigni-sur-Vire.

AUDAS N. & MARTOUZET D. (2008), « Saisir l’affectif urbain. Proposition originale par la cartographie de réactivation des discours », Centre Universitaire de Khenchela (Algérie). http://tinyurl.com/audas08

BARES F. & PERSSON S. (2011), « Le coaching comme révélateur du potentiel entrepreneurial », Revue internationale de Psychosociologie, vol. XVII.

BEAL V. (2010), « ‘Does neoliberalization matter ?’ Apports et limites d’une notion montante des urban studies dans la science politique française », Working papers du programme Villes & Territoires, Sciences Po. http://blogs.sciences-po.fr/recherche-villes/files/2010/05/Beal.pdf

BENCHENDIKH M. (2008), « Le consulting externe : le consultant externe en milieu local ». http://tinyurl.com/consultingexterne

BOCENO L. (2004), « Le risque nucléaire à La Hague », Les Annales de la recherche urbaine, n° 95, pp. 78-81.

BOLTANSKI L. & CHIAPELLO E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

BONNEMAISON J. & CAMBREZY L. (1996), « Le lien territorial entre frontières et identités », Géographie et Cultures, n° 20, pp. 7-18.

BOURDIEU P. (1998), « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique.
http://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/BOURDIEU/10167

BRENNER N. & THEODORE N. (2002), “Cities and the Geographies of ‘Actually Existing Neoliberalism’ ” », Antipode, vol. 34, pp. 349-379.

BRERETON F. et al. (2011), “Rural change and individual well-being”, European Urban and Regional Studies, vol. 18, n° 2, pp. 203-227.

CARDINE L. & VICHIT L. (2011a), Stratégie de développement de la filière numérique dans la Manche, Lymphis.

CARDINE L. & VICHIT L. (2011b), Projet - version intermédiaire. Schéma directeur d’aménagement numérique de la Manche, volet « usages » (développement économique), Lymphis.

CASTELLS M. (1989), The informational city: information technology, economic restructuring, and the urban-regional process, B. Blackwell, Oxford UK Cambridge & Mass. USA.

CEBANOR (1960), Résultat des consultations des entreprises industrielles faites en vue de l’élaboration d’un plan d’expansion.

CEBANOR (1962), Esquisse d’une politique d’aménagement du territoire en Basse-Normandie, conclusions de la commission VI « démographie et aménagement du territoire ».

CLIVE B. (2005), “The consolations of ‘neoliberalism”, Geoforum, vol. 36, n° 1, pp. 7-12.

COMITE DES PLANS REGIONAUX (1961), « Avant-projet de plan régional de développement économique et social et d’aménagement du territoire ».

CONSEIL GENERAL DE LA MANCHE (2009), « La Manche signe un partenariat historique avec Séoul », Dossier de presse.

COOKSEY B. (2011), “Marketing Reform? The Rise and Fall of Agricultural Liberalisation in Tanzania”, Development Policy Review, vol. 29, pp. 57-81.

CUSSO R. (2008), « Quand la Commission européenne promeut la société de la connaissance », Mots, n° 88, pp. 39-52.

DATAR (2004), « Typologie des espaces ruraux », L’Observatoire des Territoires. http://territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/enjeux-thematiques/dynamiques-territoriales?ind=704

DEBROUX J. (2003), « La dynamique complexe des migrations d’actifs vers l’espace rural isolé », Espaces et sociétés, n° 113/114, pp. 215-233.

DEBROUX J. (2006), « Migration d’actifs vers l’espace ‘rural isolé’. Éléments d’analyse sur les liens à l’espace d’arrivée », édité par Fache J. Norois, n° 200. http://norois.revues.org/1817

DEVISME L. et al. (2007), « Le jeu des ‘bonnes pratiques’ dans les opérations urbaines, entre normes et fabrique locale », Espaces et sociétés, vol. 131.

DIBDEN J. et al. (2009), “Contesting the neoliberal project for agriculture: Productivist and multifunctional trajectories in the European Union and Australia”, Journal of Rural Studies, vol. 25, pp. 299-308.

DIGARD F. (2008), « ‘Agglo 21’ pour concentrer la matière grise » [interview], Ouest France, 16 février 2008. http://www.saint-lo.maville.com/actu/actudet_--Agglo-21-pour-concentrer-la-matiere-grise-_loc-561725_actu.htm

DURAND J.-P. (1992), « Critique de la rationalisation douce », Futur antérieur, n° 10.

FERGUSON J. (2010), “The Uses of Neoliberalism”, Antipode, vol. 41, pp. 166-184.

FLORIDA R. (2005), Cities and the creative class, Routledge.

FLORIS B. & LEDUN M. (2005), « Le marketing, technologie politique et forme symbolique du contrôle social », édité par Heller T., Études de communication, n° 28, pp. 125-140.

FREMONT-VANACORE A. (2004), « Réseaux de télécommunications et aménagement du territoire en France  : les collectivités locales au cœur du débat », Flux, n° 58, pp. 20–31.

GIL V. (2011), “Residential mobility and the spatial dispersion of personal networks: Effects on social support”, Social Networks, vol. 34, n° 1.

GIRARDOT D. (2008), « Les apories du mérite », Revue du MAUSS, vol. 32, n° 2, pp. 369-382.

GRAHAM S. & MARVIN S. (2001), Splintering urbanism: networked infrastructures, technological mobilities and the urban condition, Londres & New-York, Routledge.

HARVEY D. (1989), “From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism”, Geografiska Annaler Series B Human Geography, vol. 71, n° 1, pp. 3-17.

HAYTER R. et al. (2003), “Relocating resource peripheries to the core of economic geographys theorizing: rationale and agenda”, Area, vol. 35, n° 1, pp. 15-23.

JHO W. (2005), « Les défis en matière d’e-gouvernance : Protestations de la société civile concernant la protection de la vie privée dans l’e-gouvernement en Corée », Revue internationale des sciences administratives, vol. 71, n° 1, pp. 163-180.

LAÏDI Z. (2000), Le sacre du présent, Flammarion, Paris.

LAOUKILI A. (2009), « Les collectivités territoriales à l’épreuve du management », Connexions, vol. 91.

LEITNER H. & SHEPPARD E. (2002), « ‘The City is Dead, Long Live the Net’: Harnessing European Interurban Networks for a Neoliberal Agenda », Antipode, vol. 34, n° 3, pp. 495-518.

LEMAIRE K. et al. (2011), Accueillir les nouveaux arrivants en Basse-Normandie. Fiches pratiques destinées aux acteurs de l’accueil, Réseau Rural Basse-Normandie. http://www.reseaurural.fr/region/basse-normandie/productions

MANCHE NUMERIQUE (2009), Signature officielle du protocole d’accord entre le Département de la Manche et la municipalité de Séoul, Comité syndical du 19 juin.

MANCHE NUMERIQUE (2010), « Présentation du syndicat mixte Manche Numérique », communication réalisée lors du 3e forum national Très Haut Débit, Caen.

MARTIN R. (1989), “The New Economics and Politics of Regional Restructuring : The British Experience” In: L. Albrechts, J. Kingsley (eds), Regional policy at the crossroads: European perspective.

MARTINEZ J. (2011), “Liberalisation and its impact on migration in agricultural communities in Mexico”, Canadian Journal of Development Studies/Revue canadienne d’études du développement, vol. 32, pp. 162-179.

MARZANO M. (2008), Extension du domaine de la manipulation  : De l’entreprise à la vie privée, Grasset & Fasquelle.

MORA O. et al. (2008), Les nouvelles ruralités en France à l’horizon 2030, INRA. http://tinyurl.com/inra2030

MORANGE M. (2011), « Droit à la ville, néolibéralisation et État développemental au Cap », Justice Spatiale / Spatial Justice, n° 4.

MORISET B. (2010), « Réseaux de télécommunications et aménagement des territoires », Cybergeo  : European Journal of Geography. http://cybergeo.revues.org/22930

NELSON P.B. et al. (2010), “Rural gentrification and linked migration in the United States”, Journal of Rural Studies, vol. 26, n° 4, pp. 343-352.

OCDE (2007), OECD Regions at a glance.

ORTAR N. (2005), « Le paradoxe de l’ancrage et de la mobilité en zone rurale et périurbaine », In : Mobilités, habitat et identités, dirigé par Bonnet L. & Bertrand L., collection « Documents de travail », INED.

PASQUIER A. & BUREAU D’ETUDES REGIONALES DE CAEN (1959), « Saint-Lô et sa région, données et problèmes de leur expansion », Etudes normandes, n° 1.

PAYS DE LA BAIE DU MONT-SAINT-MICHEL (2007), « Convention territoriale 2008-2013 ». http://tinyurl.com/msm2007

PAYS DU COTENTIN (2007), « Synthèse du diagnostic territorial et stratégie du Pays du Cotentin pour la convention territoriale ». http://tinyurl.com/cot2007

PECK J. & TICKELL A. (2002), « Neoliberalizing Space », Antipode, vol. 34, pp. 380-404.

REGION BASSE-NORMANDIE (1961), « Plan de développement économique et social, étude préalable ».

REGION BASSE-NORMANDIE, « Stratégie de cohérence régionale d’aménagement numérique pour la Basse-Normandie », 2010. http://tinyurl.com/scoran2010

RIPOLL F. (2004), « Cherbourg, ville-arsenal en crise. Des décisions politiques aux destinées locales », Norois, n° 190, pp. 67-84.

ROBIC M.-C. et al. (1997), « L’étude des espaces ruraux en France à travers trois quarts de siècle de recherche géographique », Strates, n° 9. http://strates.revues.org/634

ROSA H. (2010), Accélération, Une critique sociale du temps, La Découverte, Paris.

ROUSSEAU M. (2008), « ‘Bringing politics back in’ : la gentrification comme politique de développement urbain ? », Espaces et sociétés, vol. 132-133.

SASSEN S. (1996), La ville globale  : New York, Londres, Tokyo, Descartes & Cie, Paris.

SENCEBE Y. (2011), « Multi(ples) appartenances en milieu rural », Informations sociales, vol. 164, n° 2, pp. 36-42.

SIMIONI O. (2002), « Un nouvel esprit pour le capitalisme : la société de l’information ? », Revue européenne des sciences sociales, n° XL-123, pp. 75-90.

SMITH N. (2002), “New Globalism, New Urbanism: Gentrification as Global Urban Strategy”, Antipode, vol. 34, n° 3, pp. 427-450.

STOCK M. (2006), « L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », EspacesTemps.net. http://www.espacestemps.net/document1853.html

SWYNGEDOUW E. et al. (2002), “Neoliberal Urbanization in Europe: Large–Scale Urban Development Projects and the New Urban Policy”, Antipode, vol. 34, n° 3, pp. 542-577.

TIQUET C. & POTIER N. (2011), « Schéma directeur d’aménagement numérique de la Manche, volet infrastructures », Qu@trec & Tactis.

VALETTE E. (2003), Pour une analyse géographique de l’innovation sociale. L’exemple des territoires ruraux périurbains de la garrigue nord-montpelliéraine, Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Philippe Cadène, Univ. Paris VII.

VAN AUKEN P. M. & RYE F. J. (2011), “Amenities, Affluence, and Ideology: Comparing Rural Restructuring Processes in the US and Norway”, Landscape Research, vol. 36, pp. 63-84.

VAN EUPEN M. et al. (2011), “A rural typology for strategic European policies”, Land Use Policy, vol. 29, n° 3.

VEITH B. (2010), « Lorsque les silences parlent dans les récits de vie : comment analyser la complexité du social ? », L’Homme et la société, n° 176-177.

YOUNG N. (2008), “Radical neoliberalism in British Columbia: remaking rural geographies”, Canadian journal of sociology / Cahiers canadiens de sociologie, vol. 33.

ZUNIGO X. (2010), « Le deuil des grands métiers. Projet professionnel et renforcement du sens des limites dans les institutions d’insertion », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu de l’ensemble des collectivités françaises engagées dans des politiques d’aménagement numérique du territoire, se reporter au travail de recensement réalisé par l’AVICCA en novembre 2011 disponible à l’adresse suivante : http://www.avicca.org/Observatoire-des-Reseaux-ouverts-d.html

2 Le caractère rural du département de la Manche est confirmé à la fois par des approches statistiques (DATAR 2004 ; OCDE 2007 ; Van Eupen et al. 2011) et par les représentations qu'en ont les habitants interrogés, y compris ceux résidant dans les espaces les plus urbanisés.

3 Par principe, au sein de ces structures consultatives de développement économique qu'étaient la CODER et le CEBANOR, un quart des sièges était réservé aux syndicats de salariés. Aujourd'hui la représentation des travailleurs dans les instances locales en charge de l'aménagement du territoire et du développement économique est inexistante, et notamment dans la Manche où contrairement à l'Orne et au Calvados il n'existe plus d'organisme dédié. Seuls existent des « réseaux » et des « partenariats » entre acteurs, dont le caractère « informel » autorise des géométries variables ainsi qu'une certaine indétermination dans la répartition des pouvoirs entre acteurs.

4 Au début des années 1960, en vue de l'élaboration d'un plan d'expansion économique, le CEBANOR procède à une consultation des entreprises industrielles. Interrogées sur leurs difficultés, les entreprises semblent peu préoccupées par les questions de télécommunications (les auteurs notent qu'en matière de lignes téléphoniques « les utilisateurs sont généralement satisfaits »). En revanche, elles pointent de manière forte, à 61%, une insuffisance dans le domaine du logement, lequel permettrait « un accroissement de la main-d'œuvre employée » (CEBANOR env. 1960).

5 Ville aujourd’hui contrainte, en raison du désengagement du pouvoir central, « de se trouver une autre utilité sociale » (Ripoll 2004).

6 Bernard Tréhet, Vice-Président du Conseil général de la Manche en charge du développement économique, Saint-Lô, 18 novembre 2011.

7 A savoir, dans l'ordre alphabétique : Canisy, Cherbourg-Octeville, Coutances, Marigny, Mortain, Saint-Lô, Saint-Pair-sur-Mer et Valognes. A l'exception de Mortain, tous les projets sont portés par Manche Numérique.

8 A l'image des sélections opérées par les représentants du Pays saint-lois à l'occasion du salon « ProvEmploi » (11 octobre 2011, Paris).

9 Maire de Saint-Lô, Président de la Communauté d'agglomération saint-loise, Président du syndicat mixte Saint-Lô Développement et créateur d'entreprise.

10 L'élaboration, à l'initiative des collectivités territoriales, des schémas directeurs territoriaux d'aménagement numérique, a été instaurée par la loi n° 2009-1572 du 17 décembre 2009 relative à la lutte contre la fracture numérique.

11 Pour une présentation plus détaillée de ces pratiques sur d’autres territoires, se reporter au numéro spécial de la revue Mots, Les langages du politique consacré à ce thème (n° 97, 2011), disponible à l’adresse suivante : http://mots.revues.org/20462

12 Les « accompagnateurs » du Pays saint-lois soulignent ainsi l' « attitude commerciale » qu'il convient de mettre en œuvre auprès des particuliers lors des salons.

13 Transcription du clip promotionnel de la marque « La Manche » diffusé lors de la « soirée Forces 50 » du 18 novembre 2011.

14 Souligné dans le texte original.

15 A savoir : Qu@trec, Tactis, Stratup, Sources Productions Consulting, Vicq Consultants, Matharan Pintat Raymundie et Lymphis.

16 Jean-Yves Pineau, Directeur du Collectif ville-campagne, 21 avril 2011, Saint-Lô.

17 A l'image de celles élaborées par le Réseau rural Basse-Normandie (Lemaire et al., 2011).

18 Élodie Valette (2003) observe dans les projets de développement local la récurrence des « 3T » que sont le terroir, le tourisme et les techniques de l'information.

19 Jean-Yves Pineau, Directeur du Collectif ville-campagne, 21 avril 2011, Saint-Lô.

20 Cécile Collot, Senior Manager au sein du Cabinet Katalyse, 21 avril 2011, Saint-Lô.

21 Consultant en système d'information, NQI Orchestra, 21 septembre 2011, Saint-Lô.

22 http://technogeo.hypotheses.org/files/2012/01/spatiogrammes.pdf

23 Pointe nord-est du département de la Manche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arthur Devriendt, « Néolibéralisation, polytopicités et techniques de l'information dans le département de la Manche », Netcom, 25-3/4 | 2011, 205-228.

Référence électronique

Arthur Devriendt, « Néolibéralisation, polytopicités et techniques de l'information dans le département de la Manche », Netcom [En ligne], 25-3/4 | 2011, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/165 ; DOI : 10.4000/netcom.165

Haut de page

Auteur

Arthur Devriendt

Doctorant en Géographie (UMR Géographie-Cités / Manche Numérique). Contact : arthur.devriendt@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org