Navigation – Plan du site

Le numérique, simple mue du libéralisme ou avènement d’une économie soutenable

Marc Laget
p. 189-208

Résumés

Le numérique, simple mue du libéralisme, ou avènement d’une économie soutenable ? La société de l’information, puisant l’essentiel de son potentiel dans la simplification radicale des codes d’écriture et de transmission des données, superpose progressivement à son rôle de moteur de la croissance celui de facteur de développement durable. Cette tendance donne à l’économie de l’immatériel un caractère désormais prédominant sur la matière et l’énergie dans les processus de création de valeur. Nous formulons l’hypothèse, appuyée sur des sources bibliographiques et sur l’observation de l’essor actuel des technologies numériques et de leurs usages, que cette dynamique de mutation est soutenue par la nature même de l’information : son caractère reproductible permet à l’économie de l’information de s’affranchir des lois de la rareté, et d’optimiser l’ensemble des activités de production. Des rapports juridiques innovants et des "jeux à somme non nulle" apparaissent, substituant aux comportements de domination inhérents à un espace fini des attitudes de coopération propices à un développement économe en ressources finies. Ce concours apporté à l’économie par la société de l’information est favorable à la "soutenabilité" de son développement. Contrairement à la matière et à l’énergie, l’information est un facteur de développement non assujetti aux lois de la thermodynamique : peu consommateur de matière, peu dissipateur d’énergie, son impact sur le développement durable est décisif. De plus, le numérique offre des puissances de traitement des données permettant l’agrégation de nombreuses attentes individuelles en choix collectifs complexes, nécessaires à l’exercice d’une responsabilité citoyenne nouvelle, compatible avec la mise en œuvre, au quotidien, des finalités du développement durable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’évolution séculaire des sociétés est le fruit d’innovations collectives successives, véritables lignes de force qui impriment un mouvement inexorable à l’ensemble du corps social. Qualifiées de révolutions lorsqu’elles conduisent au remplacement d’une forme d’organisation par une autre, ces innovations sont, jusqu’à l’actuelle émergence de la société de l’information, intrinsèquement fondées sur la maîtrise des gisements de matière et d’énergie.

2Après des millénaires de subsistance basée sur la chasse et la cueillette, la reproduction de semences et l’arrivée de l’agriculture permettent la sédentarisation des troupes nomades, socle sur lequel se développent ensuite l’exploitation agricole, les groupes de fermes, les premiers métiers spécialisés. Le village est encore aujourd’hui, pour les quelques centièmes de la population active chargés de la production alimentaire au sein du monde industrialisé, l’héritage social et spatial de la domestication de la photosynthèse.

3Agriculture, industrie, et marché fondent ensuite successivement de puissants modèles, élaborés sur le contrôle de la matière et de l’énergie. L’accès aux gisements fossile génère l’ascension progressive du productivisme : une gigantesque vague concentratrice, sous les visages du capitalisme et du collectivisme, permet aux systèmes industriels d’assujettir les ressources naturelles et humaines. De ces deux options, le monde ne conserve que le capitalisme : la libre négociation entre parties conduit à l’efficience. Par son pouvoir d’optimisation, le marché est un dispositif de régulation économique supérieur à la planification; à niveau de consommation de matière et d’énergie égal, c’est celui qui permet la production de valeur la plus élevée… probablement parce qu’il laisse aux acteurs le temps utile à l’échange d’informations et à l’établissement des consensus et des engagements contractuels adaptés aux besoins et aux capacités du système.

4Si l’information a toujours été au centre du processus de progrès technologique et économique, nos générations assistent désormais à l’arrivée d’une nouvelle vague d’innovation, d’une nature différente parce qu’immatérielle. La combinaison de l’informatique et des réseaux de télécommunication fonde la nature numérique d’un espace de développement économique affranchi des contraintes spatiales, immédiatement accessible au plus grand nombre. Cette différence avec les précédentes vagues de progrès est essentielle, et motive notre questionnement : quelle est la portée du numérique ? Le déplacement de la création de valeur vers des sphères virtuelles reflète-t-il un changement de nature philosophique dans le rapport à l’acte de production-consommation ? Quels sont les ressorts fondamentaux de la société de l’information, et jusqu’où leur mouvement de détente pourra-t-il soutenir la restructuration de l’organisation des activités humaines ? La généralisation des usages de l’informatique et le déploiement de la "toile" représentent-ils de simples prolongements de l’organisation capitaliste basés sur l’innovation numérique, ou bien deviennent-ils rapidement une source déterminante de la valeur et de l’organisation sociale ?

5Il est possible d’émettre l’hypothèse d’un glissement, qui conduirait l’économie numérique d’une position marginale favorisant l’accroissement de la productivité des systèmes industriels et urbains, vers un positionnement central, propice au déploiement d’une architecture sociale radicalement différente, fondée sur axes macroscopiques nouveaux - la localisation des activités s’organisant autour des gisements de savoirs plutôt que des gisements de matière et d’énergie - et de nœuds microscopiques d’une nature jusqu’alors inconnue – la contractualisation entre partenaires étant démultipliée par l’abolition des distances.

6Pourquoi l’information, en particulier l’information numérique, devient-elle prépondérante dans les processus de création de la valeur ? Par son caractère indéfiniment reproductible, l’information numérique est devenue une source naturelle de développement, capable de faire évoluer, autour de l’opportunité de gain collectif qu’elle représente, les rapports juridiques comme les relations humaines qui se formalisent autour de son échange. De plus, l’information donne au développement qu’elle nourrit une dimension soutenable, car il permet à la fois d’abaisser le bilan carbone et l’émission de gaz à effet de serre, mais favorise aussi l’expression des choix collectifs.

7Cette hypothèse est étayée par un constat : l’accélération du recours à l’information comme facteur de développement, au détriment de la matière et de l’énergie, représente une tendance de très long terme qui devrait se poursuivre ou s’amplifier; et par quatre arguments, intrinsèquement liés à la puissance de la technologie numérique :

  • la société de l’information, en raison du caractère immatériel et indéfiniment reproductible de sa ressource principale, a la capacité de s’exonérer de la contrainte de propriété en créant des rapports juridiques innovants, favorables à des réductions de dépenses collectives (donc d’effets externes négatifs);

  • le caractère partageable de l’information numérique favorise l’évolution des comportements individuels et collectifs d’une logique de compétition vers un modèle coopératif adapté à une meilleure gestion des ressources finies;

  • l’utilisation du numérique dans les process de production permet d’abaisser, par la dématérialisation des procédures, le "bilan carbone" et l’émission de gaz à effet de serre,

  • l’introduction des T.I.C dans l’organisation sociale active de nouvelles procédures d’agrégation des choix collectifs nécessaires à la construction du développement durable, intention collective à l’échelle planétaire.

8Trois ressources sont nécessaires, depuis son origine, au processus de création de la valeur : la matière, l’énergie, l’information. D’abord organisée autour de la maîtrise d’éléments matériels et ne faisant appel qu’à de faibles quantités d’énergie et à des systèmes d’information rudimentaires, la création de valeur a pris de l’ampleur lorsqu’elle a pu s’appuyer sur les révolutions énergétiques successives. Cherchant un nouveau souffle, la croissance économique s’est plus récemment restructurée autour de nouvelles organisations basées sur l’apparition de systèmes d’informations complexes faisant appel à des langages, des connaissances, des compilations de données, des modes de transmission progressivement plus performants et articulés au sein d’organisation collectives plus larges.

9Cette évolution s’accélère depuis quelques décennies, caractérisée par la part croissante d’information mobilisée dans tout processus de création de richesses. Le chasseur de l’ère préhistorique ramène pour nourrir sa tribu un quartier de viande en utilisant de l’énergie thermique pour durcir la pointe de son pieu, ainsi que le nombre de calories nécessaire à alimenter sa course et le jet de son arme ou la construction de pièges. Il mobilise aussi sa capacité d’observation et ses sens pour détailler les données obtenues, développer son habileté et ruser pour ne pas être bredouille. Le forgeron, au sein de son atelier, transforme le métal grâce à la combustion de carbone, et lui aussi capitalise une expérience - une somme d’informations mises en perspective - pour obtenir des objets adaptés à l’usage qu’il en fait. Les compagnies qui exploitent les mines ou déploient des réseaux ferrés, les constructeurs de voitures, les entreprises de bâtiment et les firmes bancaires ou d’assurance ne réalisent pas d’autre opération que de combiner matière, énergie et information pour produire biens et services, en mobilisant l’information en proportion croissante.

10D’abord construites sur le prélèvement de ressources du milieu anthropique, puis sur leur commerce, les sociétés humaines ont accru leur richesse par la maîtrise de gisements de matières premières et de ressources énergétiques de plus en plus concentrées, puis consolidé leur puissance par un développement de toutes les formes de savoir, d’innovation et de transmission de l’information. Ainsi ces trois facteurs, indissolublement liés dans l’acte de production économique, sont hiérarchisés : sans mobilisation d’un flux d’énergie, la matière reste inerte, et sans l’apport d’informations pertinentes, l’énergie est inutile ou destructrice. A contrario, il est devenu possible de créer de la valeur utilisant essentiellement le facteur "information", le recours aux facteurs "matière" et "énergie" restant marginal, comme c’est le cas dans les domaines des média, de l’enseignement, de l’assurance, de la finance, de l’administration… L’évolution incessante de la capacité des processeurs continue d’ouvrir dans tous les domaines des perspectives très prometteuses, les plus significatives concernant le calcul intensif : les grands supercalculateurs atteignent aujourd’hui le niveau du pentaflop, soit 10 millions de milliards (1015) opérations par seconde !

  • 1 PORAT Mark Uri (1976), Information economy : definition and measurement, Essai doctoral en 9 volume (...)

11L’économiste américain Porat1 indique que l’organisation économique s’oriente vers le secteur "quaternaire", cette partie du secteur des services qui a pour objet de produire de l’information. Alors que l’emploi était essentiellement agricole au 19e siècle, industriel puis de service au 20e, plus de la moitié des emplois des pays développés relèvent aujourd’hui de ce secteur quaternaire. La figure de la page suivante schématise l’évolution du recours aux facteurs de développement dans la formation de la valeur.

12Cette approche de la valeur n’est pas contradictoire des théories classiques ou néo- classiques, qu’elle englobe. En proposant une analyse de la valeur combinant ressources naturelles, travail et capital, Marx explicite comment s’organise le processus de création de valeur au sein du capitalisme industriel et marchand. Il effectue ainsi un zoom sur des éléments qui agrègent déjà matière, énergie et information, les plaçant ainsi en dehors de la focale d’observation qu’utilise l’approche informationnelle. Cet effet d’optique n’est qu’apparent car ces éléments sont présents dans les "facteurs de production" : le travail et le capital combinent des matériaux, des ressources énergétiques et des systèmes d’information aptes à démultiplier la productivité des facteurs de production. Il est aussi possible, pour montrer la concordance de notre approche avec la science économique, de vérifier que la mobilisation des ressources énergétiques et des systèmes d’information n’a d’autre but que d’accroître l’utilité et de lutter contre la rareté, autres mécanismes de formation de la valeur. Quant à l’approche marchande de la valeur, il est aisé de constater que le système de fixation des prix par confrontation de l’offre et de la demande constitue avant tout un système d’information, véritable dispositif de régulation permettant d’accroître la performance collective.

Schéma de principe relatif à la proportion des facteurs de développement dans les processus de création de valeur

Schéma de principe relatif à la proportion des facteurs de développement dans les processus de création de valeur

13Historiquement, si la maîtrise de l’information sous forme de données, d’analyses et de savoirs a pu n’être qu’une condition nécessaire du développement, elle devient la dynamique principale des processus de création de valeur, et la première source de gains de productivité des entreprises – du travail comme du capital – et de croissance du produit brut.

  • 2 Harold Solow, prix Nobel d’économie en 1981, notait "qu’on voyait des ordinateurs partout, sauf dan (...)

14Le "paradoxe de Solow"2 a perdu son caractère paradoxal, car si les tous premiers investissements réalisés par les entreprises dans le domaine informatique semblaient n’avoir que peu d’effet sur leur productivité, les efforts suivants ont porté sur la formation des ressources humaines, ce qui a créé un fort potentiel de baisse des coûts de production et d’accroissement de la productivité. Une économie, pour se développer, doit être "information intensive" et soutenir aussi bien les activités de production de connaissances et d’outils d’échanges du savoir que leur intégration dans les activités.

15Pourquoi ce renforcement de l’information comme principale source de la valeur, et sa probable poursuite ? Le recours à l’information, en particulier lorsqu’elle est numérisée, permet d’optimiser les activités de production, d’abaisser leur bilan thermodynamique donc leur coût. Cette optimisation s’appuie sur la caractéristique essentielle de l’information : sa "partageabilité", qui bouleverse à la fois les règles économiques, sociales, la nature des liens avec notre sphère environnementale, et modifie le rapport à la notion de propriété et l’organisation juridique qui en découle. Pour chacune de ces raisons, indissolublement liées, le numérique permet d’améliorer la dimension durable de l’économie.

La société de l’information s’exonère de la contrainte de propriété et crée des rapports juridiques innovants

16La première distinction d’importance à opérer entre matière et énergie d’une part, information de l’autre, est relative à leurs degrés de reproductibilité et de "partageabilité". Cette propriété intrinsèque à l’information (et à toutes ses formes : savoirs, langages, données…) diffère radicalement de la rareté associée aux ressources matérielles.

17On est seul propriétaire de ses habits, de sa réserve de bois et de sa résidence principale. Ce principe d’exclusivité de la propriété d’une chose par son propriétaire constitue l’un des fondements de l’économie marchande, puisque les transactions sont actées par des transferts de propriétaire. Si des aménagements marginaux peuvent être apportés à ce principe au travers de la multipropriété, de la location, du prêt ou d’autres formes contractuelles complexes, il est évident que tout ce dont l’existence est réelle, physique, corporelle, ne peut être indéfiniment partagé.

18A l’opposé, en raison de son caractère immatériel, l’information peut être transmise, cédée, vendue, partagée, sans pour autant que son propriétaire en soit dépossédé. L’information peut certes faire l’objet d’une forme de protection source de rareté artificielle (exemple des licences et des brevets) mais contrairement à la matière et à l’énergie, elle ne fait pas obligatoirement l’objet d’un acte de propriété. Ce démantèlement de la rareté marque une véritable rupture des fondements de l’économie, et nourrit le caractère durable du développement généré par la société de l’information. Cette ouverture du système relationnel marchand vers la gratuité de certains échanges est permise par le caractère pratiquement infini des spéculations que l’on peut imaginer dans le domaine d’une économie basée sur des échanges "virtuels" composés d’informations, de connaissances, de savoirs et de technologies de masse dont les coûts sont très accessibles.

19La figure ci-dessous illustre le caractère inexorable de ce mouvement : à l’instar des précédents objets de consommation de masse, les outils informatiques et les terminaux mobiles se généralisent dans l’ensemble de la population, et permettent aux gestionnaires de contenus des réseaux de diffuser des messages à destination de larges parties de la population pour des coûts très faibles.

Diffusion des outils numériques dans la société

Diffusion des outils numériques dans la société

20Les éventuels actes de propriété pesant sur l’information ont rarement pour objet de la stocker : l’intérêt est d’organiser son échange entre partenaires privilégiés. Ces derniers pourront maîtriser la création de valeur à partir de données à caractère stratégique, car l’information n’a de valeur que lorsqu’elle est partagée : comme le photon, qui disparait lorsqu’il n’est pas en mouvement, une information non transmise perd de sa substance, et le fait qu’elle n’arrive pas à son destinataire peut même stopper l’évolution du système qui en avait besoin.

21C’est pourquoi, profitant des infrastructures du système des télécommunications et de l’avènement du protocole Internet, le partage de l’information s’est organisé à grande échelle en s’orientant vers la minimisation des coûts et certaines formes partielles de gratuité.

22Depuis une dizaine d’années se déploie, véritable prolongement de la baisse du coût des matériels et des logiciels, le mouvement de "l’open source", maladroitement traduit par "logiciel libre" (il eut été préférable de maintenir la traduction littérale de "code ouvert") : à l’instar des mathématiques, du langage ou des arts, l’écriture de code source informatique est considérée comme pouvant entrer dans un patrimoine commun sans cesse enrichi par l’apport de nouveaux "utilisateurs-créateurs-développeurs", qui organisent leurs échanges économiques marchands, leurs nouveaux modèles de rentabilité, sur la base d’un socle de données accessibles à tous. Plus des deux tiers des serveurs Internet fonctionnent sous logiciels libres, tous les internautes ont librement accès à un grand nombre de bases de données, de moteurs de recherche, de systèmes d’information géographique, et chaque jour de nouvelles applications bureautiques, professionnelles ou grand public apparaissent "libres de droits", sans dépôt de brevet ni relation contractuelle d’exclusivité. Même s’il s’agit là souvent d’une façon de se faire connaître pour vendre ensuite des prestations à titre onéreux, le cadre juridique de la "licence publique" et du "copyleft" va encore prendre de l’amplitude, bousculer les schémas économiques en place.

23Dans les domaines de l’industrie culturelle par exemple, il reste nécessaire de rémunérer les artistes, les musiciens et toute la filière du cinéma, mise en danger par la copie illicite, car il faut d’importantes ressources financières pour produire un long métrage, et la rentabilité d’une société de production est un impératif de survie. Cependant l’ampleur du mouvement de diffusion gratuite est telle que l’industrie du multimédia construite sur l’exercice du droit d’auteur devra s’adapter à ces nouvelles pratiques, et trouvera progressivement sa rémunération par la taxation des ventes de supports d’enregistrement vierges (CD, DVD, clés USB, disques durs…), les représentations en public, les concerts et les produits dérivés.

24Ainsi, on peut considérer que les secteurs économiques, les branches d’activité ou les territoires qui n’ont pas pris conscience de la mutation économique née du numérique vont probablement prendre du retard. Il s’agit principalement des petites entreprises qui n’organisent pas leur visibilité sur la toile, ainsi que de certaines unités du secteur public, producteur de valeur non marchande, collective, où domine encore parfois une posture mentale qui consiste à traiter l’information avec les mêmes principes que s’il s’agissait de matière ou d’énergie. Appréhension de perdre du pouvoir, de l’importance ou des possessions, conditionnement du comportement basé sur la crainte : le réflexe du "pré carré" est tenace. Il peut par exemple menacer la survie d’hôpitaux ruraux qui n’auraient pas saisi les opportunités qu’offre la télémédecine, ou la position d’universités qui refuseraient de mettre en ligne au moins une partie des savoirs qui y sont enseignés.

25Correctement retracer quelles sont les raisons de cette émergence de la société de l’information nécessiterait de citer des centaines d’inventeurs, de chercheurs, d’universitaires et d’auteurs… A la suite d’un choix forcément critiquable, il est proposé d’en retenir trois, dont les apports concernent les fondements de la relation entre information et organisation :

    • 3 SHANNON Claude E. (1948), “A Mathematical Theory of Communication”, Bell System Technical Journal, (...)

    Claude Shannon est le premier qui, avec Weaver en 1948, a décomposé les principes de la théorie de l’information3 et a permis de comprendre la nécessité de travailler sur les canaux de transmission, les modalités de compréhension entre agents communicants, et sur la place des stratégies d’acteurs;

    • 4 ATLAN Henri (1972, 1992) L’organisation biologique et la théorie de l’information, Hermann, Paris.

    Henri Atlan4, en apportant au début des années 1970 la vision systémique des biologistes, a présenté de quelle façon l’approche informationnelle permet d’aborder les questions de l’organisation des systèmes vivants et de leur capacité d’optimisation et d’adaptation;

  • Richard Stallman5, très controversé, a formalisé en 1983 le contrat juridique nouveau qui conduit tout utilisateur d’un programme placé sous licence publique, gratuitement accessible en ligne, à verser ses travaux à la communauté de travail, permettant ainsi à de très nombreux projets d’atteindre une masse critique et un succès économique que seules les compagnies multinationales pouvaient espérer auparavant.

26Mais il ne s’agit là que d’aspects intrinsèques à l’information, dont la portée est aussi à rechercher dans la sphère des relations humaines tout autant que dans ses effets thermodynamiques sur l’environnement. Le caractère partageable de l’information modifie la nature des liens juridiques, et introduit au-delà de nouvelles perspectives dans les relations humaines, les échanges économiques et leurs relations avec la sphère environnementale.

Le numérique, vecteur de développement de nouvelles catégories d’échanges

  • 6 MAUSS Marcel (1924), Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, i (...)

27Près d’un siècle après leur publication, les travaux de Marcel Mauss sur le "potlatch"6, œuvre fondatrice en ethnosociologie, mériteraient plus d’attention de la part des économistes. En effet l’élève de Durkheim identifie auprès de sociétés indiennes d’Amérique du Nord des pratiques d’échanges et de sacrifices (le "potlatch") dont le caractère excessif est apparemment surprenant puisque des tribus voisines, plutôt que de guerroyer, se font successivement des offrandes de bijoux, d’armes, mais vont aussi jusqu’à brûler des peaux de bêtes ou sacrifier des chiens de traineau. Mauss montre qu’il ne s’agit que de la caricature d’un comportement qui caractérise le genre humain, tout autant que le rire : le don et sa réponse, le contre-don, constituent un code universel des relations interpersonnelles qui permet à chacun de prouver sa volonté d’échanger, de rechercher un intérêt réciproque ou d’acquérir du pouvoir sur l’autre au travers de la dette que crée le don.

  • 7 BATAILLE Georges (1949), La part maudite, Editions de Minuit.
  • 8 BAUDRILLARD Jean (1970), La société de consommation, Gallimard.
  • 9 SMITH Adam (1776), Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, W. Strahan and (...)

28Le consommateur n’est pas uniquement cet être limité à la rationalisation de ses choix budgétaires en fonction de ses désirs, de ses besoins et de l’utilité des biens et services offerts par le marché. Il se comporte aussi en utilisant la consommation comme un langage, un propos sur sa position sociale réelle ou désirée : rouler en limousine consiste à effectuer un "sacrifice" financier qui appelle, aux yeux de ceux qui souhaitent appartenir à la même catégorie sociale et pour la réalisation d’une relation équilibrée, le même comportement de consommation ostentatoire. La publicité et le marketing ont totalement décodé ces règles comportementales afin de soutenir le déploiement d’une "société de consommation" où l’affectation irrationnelle du surplus7 et les postures sémiologiques8 ont largement aiguillé la main invisible9 du marché. L’achat compulsif et ostentatoire constitue une forme tout aussi excessive du potlatch que le sacrifice des chiens de traineaux amérindiens, avec ceci de particulier qu’elle nécessite en amont l’organisation d’un système de production de masse générateur de nombreux effets indésirables (pollutions, destruction des paysages et des milieux naturels, maladies industrielles, stress, chômage, embouteillages et dysfonctionnements de tous ordres). Ainsi la pratique du potlatch est devenue excessivement coûteuse, et réservée aux personnes fortunées.

  • 10 Voir en particulier les évolutions de la théorie de jeux à somme non-nulle, et les travaux récents (...)

29En même temps que la société industrielle permet à l’individu d’afficher les attributs de la puissance au travers de son niveau de consommation, elle le prive d’une large partie de son pouvoir de création en encadrant son travail dans le carcan de la relation contractuelle salariée et de la spécialisation professionnelle à outrance. Rupture supplémentaire à la révision de la codification de la propriété : Internet réhabilite aujourd’hui la capacité de création quotidienne de l’individu, ce qui explique le succès des sites ouverts à l’expression individuelle. Le "web 2.0" contrairement à l’organisation centralisée de l’Internet de première génération, offre à chaque internaute les moyens d’émettre de l’information à destination de tous. Le concept de web 2.0, proposé en octobre 2004 par Dale Dougherty (société O’Reilly Media), illustre l’importance des changements apparus dans l’organisation de la toile : interaction entre les utilisateurs, émergence de réseaux sociaux, architecture de participation, degré important d’ouverture des outils, des sites et des plates-formes, syndication de contenus et de services permettant l’apparition de modèles économiques "poids plume" (voir compléments et actualisation de cette définition sur l’encyclopédie en ligne www.wikipedia.org). Le web 2.0 forme ainsi un tremplin pour l’expression d’un potlatch aux formes renouvelées par la facilité de créer une offre, mais aussi par l’opportunité de gain collectif permanent qui suscitent des comportements moins compétitifs, moins agressifs. Il est clair que des acteurs placés dans la perspective d’un gain vont développer des postures de coopération à l’opposé de ceux qui, placés dans la perspective ou le risque d’une perte, vont agir en dominant ou en prédateur10.

30Quelles sont les nouvelles formes de l’échange humain permises par Internet ? A titre personnel, je donne de mon temps, de mes idées, je m’investis, j’ouvre avec ma webcam et mes photos en ligne une fenêtre sur mon univers intime, et de façon assez paradoxale une part croissante de mon existence emprunte la voie émotionnelle de la réalité numérique. Je blogue, je chatte, je surfe, donc je suis. Mon appartenance sociale est partiellement tissée au travers des rencontres de mon avatar avec d’autres formes ectoplasmiques rencontrées à distance, et le recours au "potlatch virtuel" est une source de participation d’autant plus évidente que mon engagement n’est pas total et que l’opportunité de gain est très probable.

31A titre professionnel, j’organise la visibilité de l’organisme qui m’emploie, qu’il soit privé ou public, sur la toile, en invitant les internautes à donner des avis, voter, s’exprimer sur les biens et services proposés. Je les incite à télécharger des données, des documents, des outils numériques, ce qui me permet à la fois de fidéliser des chalands et d’effectuer des économies liées à la dématérialisation de mes procédures de promotion, de communication, de vente à distance…

32Ainsi se déploient des outils innovants ayant en commun la position de coopération des participants, dont chacun des messages et des envois (pouvant représenter un travail important et prendre la forme de documents texte, image, photo, calcul, son, vidéo…) constitue une forme de donation, moteur de l’émulation sociale qui interpelle les autres participants et les amène à contribuer, ou surenchérir conformément aux lois sociales identifiées par Mauss.

33Des exemples quotidiennement plus nombreux illustrent cette mutation :

  • la multiplication des "blogs" (ou cybercarnets, sites personnels généralement ouverts en écriture aux internautes) est exponentielle : de 5,4 millions en décembre 2004, ils passent le cap des 100 millions dans le monde en 2007, plus de 100 000 (dont la moitié restent actifs) étant créés chaque jour, ce qui génère une mutation forte des attitudes, en particulier des jeunes qui délaissent les programmes télévisuels et participent à l’élaboration de nouveaux langages;

  • le recours au "wiki" comme outil de "co-écriture" se démocratise : placé sur un serveur, un document texte fait l’objet de contributions multiples, ou de critiques de la part de ceux qui ne souhaitent pas avoir le statut d’auteur; à tout moment il est possible d’accéder à la dernière version du document, ainsi qu’à chacune des versions antérieures. Cette transparence de la méthode, et le fait que chacun peut bénéficier, à coût marginal nul, des apports de tous, suscite des comportements de coopération généralisés. Les éventuels actes de piraterie sont vite corrigés, comme le montre le succès de Wikipédia, encyclopédie populaire en ligne consultée gratuitement plus d’un million de fois par jour, puisqu’elle donne immédiatement accès à plus de 8 millions d’articles rédigés dans plus de 200 langues…

  • les espaces contributifs (MyNews, MySpace, DailyMotion…), moteurs de recherche (Google, Yahoo, Excite, Lycos, AltaVista…) et autres univers virtuels (Second Life, Entropia Universe, The Sims Online…) font l’objet de spéculations généralisées et de valorisations boursières dont l’unité la plus utilisée est la centaine de millions de dollars…

  • l’usage des plates-formes de travail collaboratif se répand : en intégrant différentes fonctionnalités (agenda partagé, chat, forum, petites annonces, co-publication de textes mais aussi de calculs, de dessins et de musique) et en organisant des procédures de régulation placées sous le contrôle de participants aux droits d’accès différenciés, elles supportent une dynamique considérable d’agrégation de travaux effectués un peu partout sur le globe. Bien placés pour s’approprier ce genre d’exercice, les informaticiens organisent des projets collectifs d’écriture logicielle autour de "forges numériques", espaces contributifs où s’élaborent les programmes informatiques mais aussi les métiers numériques de demain.

34Le web 2.0 crée ainsi de nouvelles règles sociales, de nouveaux codes et usages qui, après validation par l’expérience d’une première communauté de travail (living lab), se généralise à l’ensemble des internautes et revient parfois dans la sphère marchande classique de l’informatique et du multimédia. La notion de "co-opétition" apparaît désormais comme une modalité vertueuse de la concurrence, et conduit certaines compagnies à garantir à leurs clients le caractère interopérable de leurs produits avec ceux de leurs concurrents (déclaration commune des firmes géantes Cisco et Microsoft du 21 août 2007).

35Parce qu’ils ont déjà généré de nouveaux savoirs-faires professionnels, démontré la viabilité de nouveaux modèles économiques, et attesté de la pertinence des postures coopératives dans un environnement ouvert, la société de l’information et le web 2.0 ne peuvent se réduire à une mode ou une expression passagère de besoins organisationnels atypiques : ils ouvrent de larges espaces d’échange économique. Cette tendance de long terme, favorisée par un rapport juridique à la propriété intellectuelle novateur, et par la réhabilitation d’une émulation sociale construite sur la participation, constitue donc un nouveau vecteur de développement, par nature durable, puisqu’il recourt à des échanges dématérialisés et qu’il permet la prise en compte des attentes du plus grand nombre, attentif à la pertinence des solutions retenues en termes d’intérêt des générations à venir.

La dématérialisation des échanges conduit à l’abaissement du « bilan carbone » et de l’émission de gaz à effet de serre, dynamique principale du développement durable

  • 11 Le principe de conservation a été énoncé par Anaxagore de Clazomènes, philosophe grec, 500-428 av. (...)
  • 12 Le principe d’entropie a été démontré par Rudolph Clausius au XIXe siècle sur la base des travaux d (...)

36Chacun sait que "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" (principe de conservation ou première loi de la thermodynamique)11. Chacun sait aussi que tout processus qui transforme de l’énergie a un rendement inférieur à l’unité, et qu’il n’existe pas de machine produisant plus d’énergie qu’elle n’en consomme (principe d’entropie ou deuxième loi de la thermodynamique)12. La combinaison de ces deux principes fixe les limites du système productiviste, qui rejette et dégrade, dans son environnement, autant de matière et autant d’énergie que les quantités qu’il y a préalablement prélevées.

  • 13 BOULDING Kenneth E. (1966), The Economics of the Coming Spaceship Earth.
  • 14 GEORGESCU-ROEGEN Nicolas (1971), The Entropy Law and the Economic Process., Harvard University Pres (...)

37La terre est un vaisseau spatial aux réserves limitées, et chacun doit y économiser des ressources13 : cette métaphore révèle une évidence et traduit le résultat de l’application des lois de la thermodynamique constatées en laboratoire à l’échelle de la planète, dont les ressources limitées sont exploitées par l’économie industrielle productiviste. Nicholas Georgescu- Roegen14 a mis en lumière les mécanismes qui doivent démystifier la relation entre consommation et progrès : domestiquer notre environnement, lui donner une forme ordonnée et efficace est quelque part un leurre, puisque les flux entropiques nés de la croissance génèrent des effets négatifs qui, s’ils sont longtemps restés externes à la sphère économique et n’ont d’abord détruit que des biens publics, menacent maintenant les grands équilibres écologiques et de nombreuses sociétés humaines.

38L’idéal consiste désormais à organiser un système de production/consommation qui produirait moins d’effets négatifs que ce que l’environnement est susceptible de supporter.

39Différentes options co-existent pour limiter les déséconomies externes de la sphère productive sur la sphère écologique. Sans aborder la question des méthodes de régulation qui permettent d’atteindre ce type de résultats (mise en œuvre de réglementations versus émission de droits à polluer visant à traduire le jeu économique des acteurs), on recense trois grandes orientations actuelles :

  • la mise en œuvre de procédures de restriction des émissions : équipements de dépollution et d’assainissement se traduisant par un impact affaibli sur les milieux;

  • une plus grande dispersion des rejets dans la sphère environnementale, destinée à éviter la saturation de la capacité support (ou carrying capacity) des milieux naturels, dont le seuil de tolérance est trop souvent franchi : ainsi on favorise dilution et décantation des matières en suspension en milieu aquatique, absorption du CO2 et production d’oxygène par la biomasse…

  • la réduction des activités économiques (la décroissance).

40Sur chacune de ces orientations, le facteur de développement "information" et le numérique en particulier peuvent être mobilisés suivant des modalités classiques, à l’instar de l’innovation dans les techniques de dépollution, ou de façon à mieux consommer en recherchant des approches qualitatives plutôt que la poursuite d’indicateurs de croissance. Cependant, c’est probablement sur un quatrième axe que d’importants progrès sont à réaliser : celui de la dématérialisation d’une proportion aussi importante que possible des procédures nécessitant aujourd’hui des supports papier ou des déplacements de personnes.

41Dans le domaine de l’administration et des entreprises, de premiers progrès sont déjà enregistrés avec les sites et les portails qui renseignent les usagers, leur évitant ainsi des déplacements, organisent une saisine en ligne des services, source d’économie de papier, d’encre, et d’énergie, et déploient des supports numériques de gestion de la relation (cartes de vie quotidienne). Pour ce qui concerne les relations entre services, les outils collaboratifs se déploient au détriment des transmissions de dossiers physiques. Les systèmes d’information géographique et les logiciels de dessin supplantent les éditions cartographiques et les impressions de plans. D’importantes avancées sont encore attendues dans les domaines

  • de la visioconférence, qui devrait se substituer aux réunions périodiques pour peu que quelques améliorations ergonomiques soient apportées, que les personnels soient formés, et que les économies réalisées soient chiffrées;

  • du télétravail, qui requiert un aménagement des logiques de responsabilisation au sein des structures hiérarchiques.

42La généralisation des terminaux numériques devrait aussi permettre la disparition des distributions de prospectus au profit de messages publicitaires numériques beaucoup mieux ciblés sur les catégories d’usagers recherchées par les annonceurs en fonction de leurs profils de consommation.

43Le grand public se montre plutôt réactif, les internautes acceptant assez facilement par exemple la généralisation des cartes à puces, la dématérialisation des factures de services récurrents, ou le remplacement des cartes routières par les appareils satellitaires de positionnement et de navigation.

44Toutefois la société de l’information n’est pas totalement exonérée des lois de la thermodynamique, puisqu’il reste nécessaire de mobiliser de la matière pour la réalisation des infrastructures et des terminaux, et de l’énergie pour les faire fonctionner. De récentes recherches indiquent que les effets externes négatifs de la société de l’information ne sont pas négligeables :

    • 15 KOOMEY Jonathan G. (2007), Estimating total power consumption by servers in the U.S. and the world, (...)

    Jonathan G. Koomey15 estime que la consommation énergétique planétaire de la totalité des serveurs (sans comptabilisation de ceux de Google, qui reste discrète sur ses immobilisations) représente 0,8 % de la consommation électrique totale, l’équivalent de la production de 15 centrales nucléaires soit 123 terrawatts (dont un tiers aux Etats-Unis) pour un coût annuel de 5,3 milliards d’euros;

    • 16 KUEHR Ruediger et WILLIAMS Eric (2003), Ordinateurs et environnement, Université des Nations Unies.

    Ruediger Kuehr et Eric Williams16, estiment à environ deux tonnes la masse de ressources naturelles nécessaires à la production d’un ordinateur de bureau (soit 240 kg de combustible et 22 kg de produits chimiques, ainsi que 1,5 tonne d’eau). De nombreuses matières utilisées peuvent avoir des effets nocifs sur la santé (plomb, mercure, cadmium, chrome exavalent, polybromodiphényles et polybromodiphényléthers), ce qui a conduit la commission européenne à adopter la directive RoHS (Restriction of Hazardous Substances), interdisant la vente de matériels électriques et électroniques contenant les produits les plus dangereux. Plusieurs pays asiatiques devraient prendre des dispositions similaires.

45L’économie numérique, comme toute économie, est polluante, et de nombreux progrès restent à réaliser pour généraliser les précautions à tous les pays, optimiser le rendement énergétique des machines par une consommation plus faible et une ventilation mieux étudiée, et enfin structurer l’organisation du recyclage.

46Cependant la question pertinente est à poser à l’échelle globale : la dématérialisation que permet le numérique présente-t-elle un progrès par rapport à l’utilisation de supports physiques ? M. Koomey ne s’y trompe pas en avertissant le lecteur dès la première page de sa publication : "[this study] does not attempt to estimate the effect of structural changes in the economy enabled by increased use of information technology, which in many cases can be substantial". On peut supposer que si tous les serveurs de la planète représentent 0.8 % de la production mondiale, leur concours à cette même production représente un pourcentage beaucoup plus important : leur bilan écologique reste intéressant. De même il semble probable qu’en permettant à chacun de transporter l’équivalent de plusieurs tonnes de documents physiques (documents papier, photo, bandes magnétiques, supports CD et DVD…), l’utilisation de terminaux numériques conduise à l’amélioration de l’efficience énergétique globale, sauf à ce qu’ l’utilisation de terminaux numériques ne fasse que doubler les circuits papier traditionnels.

47Il est probable que la dématérialisation des procédures est, comme toute activité, assujettie à l’existence d’économies d’échelle, et qu’elle ne présente un intérêt écologique qu’au- delà d’un seuil de rentabilité. A titre d’exemple, le téléchargement de musique nécessite à la fois l’hébergement des ressources sur des serveurs importants, et la capacité des internautes de télécharger, stocker et lire les fichiers : dans un premier temps, le CD est resté un support physique de transfert plus intéressant que le réseau. Au-delà d’une masse critique, et en particulier lorsque les utilisateurs ont effectué l’investissement d’un ordinateur en proportion suffisante, le recours à des millions de CD génère des coûts matières et énergies rédhibitoires : fabrication des supports, enregistrement des fichiers, emballage, expédition, vente puis gestion des déchets représentent un bilan défavorable par rapport au téléchargement. Cette situation est reflétée par la structure des coûts de production afférents à chacune des méthodes : c’est pourquoi les industries du multimédia ont porté leurs efforts sur le téléchargement des titres. Le schéma ci-dessous représente les conditions sous lesquelles la dématérialisation peut se développer : alors que le coût moyen de distribution des fichiers par voie numérique baisse proportionnellement à quantité échangée en raison d’un coût marginal nul, le coût moyen de distribution sur support physique connaît une courbe en asymptote liée à l’existence de coûts marginaux fixes.

Conditions sous lesquelles la dématérialisation peut se développer

Conditions sous lesquelles la dématérialisation peut se développer
  • 17 LAGET Marc (1992), Seuils de décentralisation et efficience : la localité comme espace d’intelligen (...)

48Le "bilan carbone" ou "le bilan énergie" sont des outils qui ont pour vocation d’orienter les choix macro-économiques. Ils sont d’un usage complexe en raison de la nécessité de prendre en compte la totalité de la chaîne de production de valeur. Toutefois, la généralisation des approches bilancielles à d’autres critères d’appréciation et la consolidation de ces approches permettront conduiront à l’appréciation du "différentiel néguentropique"17 des filières, qui a pour objet de mesurer la valeur d’un bien comme le solde de sa valeur économique (ou flux néguentropique), diminuée du coût de ses effets négatifs sur la sphère écologique (flux entropiques). Suivre l’évolution de ce différentiel néguentropique en fonction du recours progressif aux technologies de l’information et de la communication permettra d’apprécier l’impact réel de la mutation numérique d’une filière sur la sphère écologique et le développement durable, de façon à mesurer combien le recours à la société de l’information est de nature à retarder ou éviter l’épuisement du vaisseau spatial terrestre (cf. proposition en conclusion).

49Le pilotage de cette démarche nécessite la participation d’une part aussi importante que possible de citoyens, qui sont les seuls à pouvoir représenter correctement les intérêts collectifs face aux intérêts privés dans la nécessaire diminution des flux entropiques associés à la croissance économique.

Le numérique, outil d’élaboration de choix collectifs

50L’une des caractéristiques du développement durable est de n’exclure personne, en particulier les générations futures, à qui il n’est pas aisé de donner la parole. Le reflet de cette aspiration pour le futur est à rechercher auprès du plus grand nombre, en permettant l’expression locale de cette tendance globale.

51Les outils numériques offrent aujourd’hui, en complément de leur aspect dématérialisé qui simplifie la logistique d’une consultation, d’importantes capacités d’agrégation des préférences individuelles sous forme de choix collectif. L’agora numérique est dotée de capacités inouïes de mémorisation, de représentation, d’accès à des données cartographiques, ou de calculs instantanés. Des méthodes existent pour associer de façon fine un nombre élevé de membres de la société civile et d’acteurs du développement dans la prise en compte d’avis beaucoup plus détaillés en complément des choix plutôt binaires que propose le vote républicain. Certes l’organisation de la nation ne dépend pas seulement du résultat des élections, mais il est certain que les outils numériques permettent d’enregistrer, de compiler, de combiner des approches qualitatives complexes, ou encore de rendre compte et d’évaluer la portée des politiques publiques suivant des délais très réduits. La généralisation des sondages, déjà permise par le faible coût d’utilisation du téléphone, s’achemine grâce à Internet vers l’instauration de mécanismes de mesure qualitative et permanente des attentes de l’opinion.

52Les outils numériques présentent plusieurs caractéristiques adaptées à la synthétisation des choix collectifs. Ils évitent le déplacement vers un centre de vote, ainsi que l’organisation logistique du vote puisque les internautes sont déjà dotés d’ordinateurs constituant le support de formalisation du vote, et permettent l’organisation de consultations fréquentes, portant sur des sujets renouvelés tout autant que sur des périmètres ou des communautés variables. Ainsi, qu’il s’agisse du renouvellement des représentants d’une branche professionnelle, du choix d’un programme d’animation de quartier, ou de la détermination d’un effort collectif nécessaire à la gestion des ressources rares, des consultations peuvent être organisées très fréquemment.

53Bien des exemples attestent de cette opportunité d’expression individuelle ou locale qu’offre le numérique :

  • le commerce électronique donne directement la parole aux consommateurs, qui publient leurs avis sur les produits et orientent directement le choix des acheteurs potentiels en fonction d’autres facteurs que le prix ou le message publicitaire;

  • la multiplication des moteurs de recherche, combinée à l’utilisation de modules d’analyse statistique de la consultation des pages web, génère une nouvelle forme de choix collectifs, faisant émerger en première page des résultats de requêtes, les documents ou les sites les plus consultés, ce qui permet par exemple l’organisation sur la "toile" de nombreux concours artistiques, en particulier dans les domaines de la photo ou de la littérature, mais aussi la sélection d’articles d’information18;

  • de nombreux développements logiciels ont été orientés sur l’analyse de contenu et l’analyse sémantique : ils permettent d’analyser instantanément les échanges des internautes et d’identifier les orientations de leurs préoccupations;

  • différents applicatifs permettent la réalisation de votes en ligne, de choix de dates adaptées aux agendas de chacun, ou de la prise en compte de propositions qualitatives basées sur des analyses sémantiques automatisées des verbatim;

  • de même les plates-formes collaboratives deviennent rapidement des outils de formalisation des consensus au sein d’une communauté virtuelle, pouvant le cas échéant faire l’objet de validation par "référendum numérique".

54Lors du lancement d’un nouveau service, les quantités de connexions simultanées sont parfois si importantes - véritables plébiscites - qu’elles paralysent les serveurs dont la configuration n’est pas suffisante : tel a été le cas du Géoportail lancé par la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat du Ministère des Finances en juillet 2007. Le succès de ce site, et de tous les globes virtuels dont le fameux "Google Earth" doit faire l’objet d’une attention particulière, car il témoigne de l’importance accordée à l’information géographique, plus précisément à la demande de pouvoir consulter des données géo-référencées actualisées reflétant l’évolution d’un territoire. Par-delà cet engouement qui pourrait n’être limité qu’à une forme de curiosité (à quoi ressemble mon habitation vue du ciel ?), on repère chez un nombre croissant d’individus l’expression d’un "désir contributif" qui consiste à vouloir partager sa propre expérience d’un lieu. En permettant à tout internaute la mise en ligne de photographies, de contributions à caractère scientifique, de publications à vocation commerciale, toutes géo- positionnées, les technologies du web 2.0 vont bien plus loin que l’expression d’une attente majoritaire : elles autorisent la formalisation d’une représentation collective du territoire actualisée en permanence, et offrent une tribune interactive qui sera très bientôt utilisée par les architectes, les urbanistes et les aménageurs pour mieux comprendre les relations entre territoires et populations, et proposer à l’instance politique une vision stratégique et une administration de l’espace plus appropriées aux attentes et aux enjeux. La ville de Rennes a par exemple déployé un Système d’Information Géographique associant les usagers y compris dans les choix et réalisations cartographiques, ce qui a permis à l’administration d’identifier de nombreuses attentes spécifiques.

55Ces nouvelles formes de démocratie participative se développeront avec ou sans le concours des instances politiques actuelles, notamment en raison de leurs faibles coûts d’organisation, mais aussi pour leur pertinence au regard des intérêts du plus grand nombre et des générations à venir. Alors que l’acte de consommation, conditionné par la logique consumériste, ne permet que l’expression d’un appétit immédiat insensible à l’intérêt collectif, celui qui consiste à participer à l’échange numérique mobilise la conscience et les capacités intellectuelles pour formaliser des orientations et des actions effectivement soutenables pour les milieux naturels et les gisements de ressources. Ces procédures d’agrégation de choix collectifs complexes permettent l’exercice d’une responsabilité citoyenne nouvelle, à laquelle aspire un nombre croissant de membres de la société civile. Le scénario le plus probable est que l’instance politique s’appropriera rapidement ces technologies, de façon à permettre aux représentants élus de renouveler leurs mandats en s’appuyant sur un pilotage concerté des projets, des programmes et des propositions.

Conclusion

56Après quelques décennies d’essor, la société de l’information connaît encore quelques balbutiements, dont l’éclatement de la bulle Internet en 2000 n’est qu’une des manifestations. La poursuite d’investissements importants en infrastructures sur les territoires insuffisamment couverts par la concurrence (zones rurales, banlieues, pays en voie de développement…) devra faire face à des difficultés de financements récurrentes, seuls le Japon, la Suède, la Corée et quelques zones urbaines américaines ou européennes ayant fait le choix de construire des réseaux de desserte en fibre optique jusqu’à l’habitant. Les résistances au changement constitueront l’essentiel des obstacles dans l’accompagnement des utilisateurs vers une maîtrise des usages, des producteurs vers une organisation des services, et dessineront les nouveaux contours de la fracture numérique. Il est aussi probable que, de façon ponctuelle ou en certains points du globe, trouver de l’énergie, mieux se loger, atteindre l’autosuffisance alimentaire, accroître la mobilité pourront faire naître des phases au cours desquelles l’information sera moins prépondérante.

57Cependant, sur le long terme, dans la plupart des activités économiques et pour l’essentiel des territoires, la société de l’information poursuivra un déploiement s’appuyant sur la construction de réseaux filaires destinés à la collecte, sur l’industrialisation des technologies radio, moins coûteuses en génie civil pour les réseaux de desserte, et sur ses principales qualités intrinsèques : la "partageabilité" des solutions numériques et la faiblesse de ses effets externes négatifs.

58La dernière figure proposée tente de schématiser la problématique thermodynamicienne du développement durable et le rôle de la société de l’information dans les évolutions constatées ou recherchées.

Approche thermodynamicienne du développement durable

Approche thermodynamicienne du développement durable

59Période A-B : période industrielle, la valeur produite augmente mais les effets externes négatifs ne sont plus absorbés par l’environnement, dont la capacité-support est dépassée : le produit global est négatif, l’utilité tirée de la consommation croissant moins vite que la destruction des biens publics et des ressources fossiles.

60Période B-C : période actuelle, la production se développe moins rapidement, limitée par la raréfaction des ressources. L’encadrement réglementaire et l’innovation tendent à limiter les déséconomies externes, dont la valeur absolue est arrivée à un maximum. On tente de produire moins de dégâts que d’utilité sous l’effet combiné des investissements de dépollution, de l’optimisation des process de production et de l’engagement citoyen, auxquels les TIC concourent.

61Période C-D, en cours de conceptualisation : la recherche du développement durable ne pourra être atteinte qu’une fois les effets externes négatifs redevenus inférieurs à ce que l’environnement est capable d’absorber. Le développement de l’intelligence collective et de l’intelligence artificielle, la dématérialisation des process, la diffusion des connaissances, le recours aux énergies renouvelables, l’exercice partagé de la responsabilité environnementale sont autant de dynamiques dont le déploiement devra s’appuyer sur l’économie numérique, aussi bien pour accroître la production économique que pour en atténuer les effets indésirables.

Haut de page

Bibliographie

ATLAN Henri (1972, 1992), L’organisation biologique et la théorie de l’information, Hermann, Paris.

BAUDRILLARD Jean (1970), La société de consommation, Gallimard.

BATAILLE Georges (1949), La part maudite, Editions de Minuit.

BOULDING Kenneth E. (1966), The Economics of the Coming Spaceship Earth, http://dieoff.org/page160.htm

GAY Joshua (2002), Free Software, Free Society: Selected Essays of Richard M. Stallman. Boston, Mass.: GNU Press.

GEORGESCU-ROEGEN Nicholas (1971), The Entropy Law and the Economic Process, Harvard University Press.

GEORGESCU-ROEGEN Nicholas (1971), “Energy and Economic Myths”, in The Southern Economic Journal, 1975, XLI, 3, p. 347- 381.

GEORGESCU-ROEGEN Nicholas (1971), La décroissance - Entropie - Écologie - Économie, éd. 2006, Sang de la terre éditeur, pour la trad. Française.

KOOMEY Jonathan G. (2007), Estimating total power consumption by servers in the U.S. and the world, rapport, février.

KUEHR Ruediger et WILLIAMS Eric (2003), Ordinateurs et environnement, Université des Nations Unies, décembre.

LAGET Marc (1992), Seuils de décentralisation et efficience : la localité comme espace d’intelligence du développement, Doctorat de sciences économiques, Montpellier.

MAUSS Marcel (1924), “Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques”, in L’année sociologique.

Réédition : “Marcel Mauss, Essai sur le don”, in Sociologie et anthropologie, 2001, PUF, Paris.

PENARD Thierry, Masclet David, Denant-Boemont Laurent (2006), Économie expérimentale appliquée à la coopération et la confiance dans des communautés en ligne : une série d’expériences novatrices menée au CREM, Université Rennes 1.

PORAT Mark Uri (1976), Information economy: definition and measurement, Essai doctoral en 9 volumes, Université de Standford.

SHANNON, Claude E. (1948), A Mathematical Theory of Communication, Bell System Technical Journal, vol. 27, pp. 379-423 and 623-656, July and October.

SMITH Adam (1776), Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, W. Strahan and T. Cadell, London.

Pour une approche de la formalisation d’une politique publique du numérique où émerge progressivement la question du développement durable, il est possible de se référer notamment aux rapports suivants :

Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française, sous la présidence de Jacques Attali, La Documentation française, 2008.

LEVY Maurice, JOUYET Jean-Pierre (2006) Rapport sur l’économie de l’immatériel, la croissance de demain, ministère de l’économie et des finances, mars.

Etude sur le développement du Très-haut débit en France, IDATE, rapport commandé par le Ministère des PME, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales, mars 2006.

MIDIERES Olivier (2006), Objectif économie numérique, rapport de la mission TIC et TPE, Ministère des PME, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales, février.

MOREL-A-LHUISSIER Pierre (2006), Du télétravail au travail mobile, un enjeu de modernisation de l’économie française, rapport au premier ministre.

L’équipement numérique du territoire, rapport du groupe de réflexion présidé par Jean Poulit, conseil général des ponts et chaussées, octobre 2003.

Haut de page

Notes

1 PORAT Mark Uri (1976), Information economy : definition and measurement, Essai doctoral en 9 volumes, Université de Standford.

2 Harold Solow, prix Nobel d’économie en 1981, notait "qu’on voyait des ordinateurs partout, sauf dans les statistiques de productivité".

3 SHANNON Claude E. (1948), “A Mathematical Theory of Communication”, Bell System Technical Journal, vol. 27, pp. 379-423 and 623-656.

4 ATLAN Henri (1972, 1992) L’organisation biologique et la théorie de l’information, Hermann, Paris.

5 STALLMAN Richard, présentation sur Wikipédia http://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman#Publications

6 MAUSS Marcel (1924), Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, in l’année sociologique in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris (pour la réédition de 2001).

7 BATAILLE Georges (1949), La part maudite, Editions de Minuit.

8 BAUDRILLARD Jean (1970), La société de consommation, Gallimard.

9 SMITH Adam (1776), Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, W. Strahan and T. Cadell, London.

10 Voir en particulier les évolutions de la théorie de jeux à somme non-nulle, et les travaux récents de Thierry Pénard, David Masclet, Laurent Denant-Boemont : Économie expérimentale appliquée à la coopération et la confiance dans des communautés en ligne : une série d’expériences novatrices menée au CREM (Université Rennes 1, décembre 2006).

11 Le principe de conservation a été énoncé par Anaxagore de Clazomènes, philosophe grec, 500-428 av. J.C. puis repris et démontré par Antoine Lavoisier au début des années 1780.

12 Le principe d’entropie a été démontré par Rudolph Clausius au XIXe siècle sur la base des travaux de Sadi Carnot.

13 BOULDING Kenneth E. (1966), The Economics of the Coming Spaceship Earth.

14 GEORGESCU-ROEGEN Nicolas (1971), The Entropy Law and the Economic Process., Harvard University Press. (1975), “Energy and Economic Myths”, in The Southern Economic Journal, XLI, 3, p.347-381.

15 KOOMEY Jonathan G. (2007), Estimating total power consumption by servers in the U.S. and the world, rapport.

16 KUEHR Ruediger et WILLIAMS Eric (2003), Ordinateurs et environnement, Université des Nations Unies.

17 LAGET Marc (1992), Seuils de décentralisation et efficience : la localité comme espace d’intelligence du développement, Doctorat de sciences économiques, Montpellier.

18 Voir par exemple www.digg.com.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma de principe relatif à la proportion des facteurs de développement dans les processus de création de valeur
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Diffusion des outils numériques dans la société
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Conditions sous lesquelles la dématérialisation peut se développer
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Approche thermodynamicienne du développement durable
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Laget, « Le numérique, simple mue du libéralisme ou avènement d’une économie soutenable », Netcom, 22-3/4 | 2008, 189-208.

Référence électronique

Marc Laget, « Le numérique, simple mue du libéralisme ou avènement d’une économie soutenable », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/1618 ; DOI : 10.4000/netcom.1618

Haut de page

Auteur

Marc Laget

Economiste, Chargé de mission TIC SGAR LR, marc.laget@languedoc-roussillon.pref.gouv.fr, tel : 04.67.61.84.49

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org