Navigation – Plan du site

Introduction : le rôle des sciences humaines dans la compréhension des rapports entre TIC et développement durable

Charlotte Ullmann
p. 179-188

Texte intégral

Un appel à l’interdisciplinarité des sciences humaines

1Une vérité qui dérange… Qui en 2007, n’a pas encore vu ce film-documentaire réalisé par Al Gore qui lui a valu d’être prix Nobel de la Paix ? Qui n’a pas été étonné de voir que les publicités des constructeurs automobiles parlent de plus en plus de voiture propre (engagement du Lion bleu), tandis que Gaz de France nous vend des « coins de ciel bleu »… Tout d’un coup, les films catastrophes tels que L’armée des douze singes, Le jour d’après ou Le fils de l’homme ne nous paraissent plus tellement loin de nous. L’idée de « sauver le monde » ne semble plus une fiction pour certains, mais pourrait devenir la réalité de ce nouveau siècle pour la planète entière.

2Pourtant, cette vérité est connue depuis le premier sommet de la terre de Stockholm en 1972. Les rapports institutionnels et les études scientifiques révèlent depuis près d’une trentaine d’années des vérités alarmantes, de moins en moins contestées par ailleurs. En effet, les chiffres parlent d’eux-mêmes : les forêts diminuent de 9 millions d’hectares par an, soit la superficie du Portugal, 50% des terres arables sont sur-sollicitées et se transforment en déserts, depuis 1950, les émissions de carbone ont outrepassé la capacité de la terre à fixer le dioxyde de carbone.

3L’appropriation des enjeux écologiques reste encore trop lente, tandis que les projections annoncent des scénarios catastrophes à l’horizon seulement de 2050. A vrai dire, nous vivrons peut-être ces grands bouleversements tout comme nos grands-parents ont vécu autrefois les guerres et la révolution industrielle. Il est donc temps d’agir, puisque nous sommes à l’aube d’un changement profond de paradigme qui rompt avec les modèles de développements actuels et les pensées économiques traditionnelles.

4Les communautés scientifiques ont un vrai rôle à jouer comme le démontre Lester R. Brown, fondateur du World Watch Institute en 1974. Dans son livre « Eco- économie, une autre croissance est possible, écologique et durable », il prône l’idée de construire une éco-économie dont l’écologie fixe le cadre de la politique. Pour lui, les travaux de recherche peuvent faire avancer les esprits, structurer des argumentaires audibles par les acteurs politiques et économiques et proposer des solutions concrètes. Il propose par exemple que les chercheurs travaillent à calculer le coût des perturbations environnementales pour l’intégrer dans les modèles politiques et économiques. En appliquant cette méthode à tous les domaines, les décideurs pourront faire des choix plus écologiquement responsables. Pour cela, il est important que les écologistes, économistes et les autres spécialistes (politologues, géographes, sociologues, historiens, etc.) travaillent ensemble pour fournir de nouveaux référentiels tant politiques, économiques que sociaux et culturels.

5C’est dans cette perspective que la revue NETCOM a souhaité mobiliser les chercheurs des sciences humaines et non seulement les géographes spécialistes des télécoms. Ce numéro spécial s’inscrit dans le champ de l’interdisciplinarité pour comprendre les nouveaux enjeux et les nouvelles réalités territoriales liées aux relations entre technologies de l’information et de la communication (TIC, définis comme l’ensemble des technologies, des services et des usages liées à Internet) et développement durable (dans son sens premier « écologique »).

TIC et écologie : de nouvelles orientations de recherches

6Comprendre les enjeux et les réalités des rapports entre TIC et développement durable, nécessite de considérer le développement durable sous l’angle premier de l’écologie. Seule cette approche permet de concevoir une pensée cohérente et surtout novatrice. Désormais, l’évolution de nos Sociétés n’est plus uniquement sociale et économique, elle doit être perçue comme « écologique ». C’est de cette manière que l’approche scientifique trouve de nouveaux champs inexplorés de recherche, et éclaire « autrement » les sujets. Chacun doit pouvoir se demander « qu’est-ce qui change dans nos approches, nos analyses et nos conclusions lorsque nous regardons un objet ou une idée sous l’angle du développement durable ? ».

7A l’échelle de la France, le changement de paradigme est en train de s’organiser. Après les premiers signaux d’alertes issus de spécialistes médiatiques tels que René Dumont, le commandant Cousteau, Nicolas Hulot ou Yann Artus Bertrand qui ont relayé les mises en garde des écologistes scientifiques et politiques exprimées depuis plus de trente ans ; c’est désormais un signal politique fort qui s’est mis en place avec la publication du rapport du GIEC à Paris et l’avènement des premières Grenelles de l’environnement, en octobre 2007. Pour avancer dans ce sens, la communauté scientifique française a tout intérêt à se mobiliser, et ce, dans tous les domaines.

8Peu de travaux de sciences humaines, en tout cas francophones, permettent de saisir l’ampleur des relations entre écologie et TIC, car le sujet est nouveau. Lorsqu’Internet s’est développé, il a conquis les universités, les entreprises, puis les ménages sans se soucier de son empreinte carbone ou de l’augmentation de sa consommation énergétique. D’une certaine façon, le rapport entre TIC et écologie revient à interroger les liens entre la Nature et la Technique, et même, entre les modèles de Sociétés existantes et le sens du Progrès. Ainsi, une des questions clé consiste à comprendre si les TIC sont sources d’opportunités ou de menaces, pour des Sociétés qui se veulent écologiquement responsables.

9Opportunités ? Les TIC pourraient apporter des moyens concrets à l’anticipation des fléaux environnementaux (SIG, plateforme de services, etc.), à la gestion optimale des échanges sociaux et économiques (e-transport, e-santé, e-travail, etc.), à la réduction des pollutions (dématérialisation des échanges réduisant la consommation d’énergie et de papier, etc.) ou encore à la sensibilisation des enjeux par les acteurs (informations et services en ligne, pédagogie et formation, etc.). Mais, force est de constater que les TIC font partie des sujets absents des débats du Grenelle de l’Environnement. Comment comprendre cette absence ? Est-ce un oubli de nos élites sur un sujet relativement neuf et compliqué ? Ou est-ce un choix délibéré de ne pas prendre en compte ce secteur, manne de croissance financière et d’innovations ?

10Menaces ? La question des risques écologiques directement liés aux TIC ne peut être évitée. En effet, l’énergie supplémentaire pour connecter les 1,6 milliards de nouveaux internautes en 2010 devra tripler. Les ordinateurs et téléphones portables utilisent souvent plus de 1000 matériaux, dont des métaux lourds dont le transport génère beaucoup de pollution et d’emballage. La directive européenne sur les déchets électriques et électroniques, en application depuis le 15 novembre 2006 en France, ne règle pas tout. A cela, certains répondent qu’il faut définir des « technologies vertes » qui allient progrès et respect de l’environnement. Mais, l’innovation technologique suffira-t-elle à réduire l’empreinte écologique de la filière et la surconsommation de biens ?

Orientations et perspectives de recherche : concepts, questions clés et thématiques

11Dans un premier temps, il est important de consolider l’état de l’art des travaux français et anglophones qui permettent d’établir des liens entre TIC et développement durable. Ainsi, les chercheurs français des sciences humaines sont en train de construire quelques premières orientations de recherche permettant d’aller au- delà de l’écueil des trois piliers (économie, social, environnement) qui fondent aujourd’hui la réflexion dans ce domaine. Pour cela, les recherches doivent prioritairement envisager les enjeux du développement durable sous l’angle « écologique » avec pour objectifs premiers : la réduction des nuisances (CO2, déchets, pollution), des économies d’énergie et la création de nouveaux modèles économiques et sociaux plus respectueux de l’environnement.

  • 1 Chaire de Développement durable et TIC des Ecoles de Télécoms, soutenue par la Caisse des Dépôts et (...)

12Il est important de « positionner » les axes de recherche, de connaître les différents courants de pensées (progressiste, décroissance, etc.) et connaître les travaux des Chaires existantes1 dans la perspective, le cas échéant, d’établir des passerelles scientifiques. Pour cela, il est important d’identifier et de suivre les publications et les activités des autres Chaires.

13Pour se faire, les travaux pourraient s’appuyer sur une typologie en trois approches conceptuelles :

  1. « l’écologie des télécommunications », au sens de la « performance » : il s’agit de reconsidérer les systèmes et les équipements (architecture, performance, écoconception, TIC vertes) ;

  2. « l’innovation durable liée aux TIC », au sens de « l’innovation » : notamment pour comprendre les évolutions en cours à la fois au sein de la filière des industries télécoms (modèles d’affaires, technologies) mais aussi dans la diversification des services proposés (cycle des produits, recyclage) ;

  3. et des « comportements numériques responsables » au sens de « la responsabilité sociale » afin de comprendre les facteurs d’acceptation sociale et les leviers de la conduite du changement utiles pour les entreprises (nouveaux marchés), les acteurs publics (nouvelles politiques publiques), et les usagers (nouveaux comportements).

14Ainsi, une première matrice de recherche s’appuierait sur les nouvelles questions posées aux acteurs (publics, privés, usagers) en fonction des différents caractéristiques des télécoms (infrastructures, services, usages) et des concepts du développement durable (performance, innovation, responsabilité). Cette grille est un appel aux débats, aux discussions et à l’engagement de nouveaux programmes et travaux de recherche.

Acteurs privés

Axe infrastructures

Axe services

Axe usages

Performance « équipements hard/soft » - Comment les opérateurs prennent-ils en compte la réduction des nuisances environnementales et sanitaires dans le renouvellement et la mise en place de leurs équipements télécoms ?

Performance « Ecoconception »

- Quelle sont les équipements innovants éco-performants ? Quelles sont les stratégies d’optimisation des cycles des produits ? Quels sont les politiques de réduction des déchets électroniques, de réutilisation des équipements ?

Innovation « architectures réseaux » - Qu’est-ce que le développement durable va impliquer comme transformations au sein des architectures de réseau (performance), de la maintenance des salles blanches (diminution de la consommation d’énergie), de la conception des équipements (écoconception), etc.

Responsabilité « modèles d’affaire » : Comment les entreprises TIC peuvent-elles faire évoluer leurs modèles d’affaires et leurs organisations ?

Performance
«
Interopérabilité » - Comment les opérateurs de services numériques peuvent-ils améliorer les conditions de mutualisation, d’interopérabilité, de sécurité et de performance des systèmes dans un objectif de réduction des nuisances environnementales et sanitaires ?

Innovations
«
services numériques verts » - Quels sont les services innovants à concevoir pour répondre aux nouveaux besoins des territoires (téléactivité, domotique, etc.)

Responsabilité « évaluation » : Quel est le niveau d’intégration du DD dans les fonctions internes » : production, RH, achats, communication et marketing. Quels sont les nouveaux modèles de travail interentreprises : réseaux THD, mur de vidéoconférence, plateformes d’application métiers (3D)

Performance « relations clients » Comment les professionnels de l’information, de l’éducation et de la formation peuvent- ils recourir aux TIC pour construire « une société de la connaissance» résolument tournée vers des modes de vie et des activités plus soucieuse de son environnement (pédagogie et passeurs de savoirs) ?

Innovation
«
usages numériques verts » : quels sont les nouveaux usages possibles à court terme ou long terme (dématérialisation des factures) ?

Responsabilité

« évaluation » : quels sont les indicateurs qui permettent de classer le niveau d’investissement durable des entreprises ?

Acteurs publics

Axe infrastructures

Axe services

Axe usages

Performance « régulation » : Comment les régulateurs (français et européens) peuvent- ils agir pour transformer la filière TIC en bon élève respectueux et soucieux des enjeux sanitaires et environnementaux ? Quelles sont les normes existantes et celles à mettre en place ? Comment faire évoluer une filière « mondialisée » où la continuité de la législation n’est pas assurée ? Comment éviter que les coûts des transformations de la filière ne retombent pas exclusivement sur les consommateurs ? Comment les collectivités locales peuvent- elles influencer et contrôler la mise en place de « clean tech », d’ « écoconception » et de

« recyclage » sur leur territoire ?

Innovation « évaluation » : Comment une collectivité locale peut-elle évaluer l’empreinte écologique de sa politique numérique ? Quels vont être les nouveaux outils nécessaires pour les collectivités dans leur conduite de projet ?

Performance « Marketing territorial » : Mise en avant de nouveaux critères d’attractivité : visibilité sur Internet, qualité de vie, services et commerce de proximité, innovations TIC et environnementales, etc.

Innovation « management environnemental » : Comment les collectivités locales peuvent- elles utiliser les TIC comme outil de leur management environnemental (domotique, plateforme d’information, de réservation et billettique, optimisation de la consommation d’eau, de traitement des déchets ; accès au savoir en ligne), vidéosurveillance, suivi et alerte via des SIG partagés, plateforme collaborative sur l’écologie locale) ?

Responsabilité « organisation interne » : En quoi le développement durable implique-t-il de nouveaux modes de fonctionnement pour les acteurs publics, qui doivent « montrer l’exemple » ? (gestion de la consommation d’énergie des réseaux télécoms, des déchets informatiques, codes des marchés publics éco- responsables, etc.)

Responsabilité
-
« informations publiques et services verts en ligne » Comment utiliser les lieux publics existants et les outils multimédias pour transmettre les valeurs de l’environnement aux populations ?

Innovations
« écocitoyenneté numérique » Comment créer de nouveaux référentiels de pensées, et de nouveaux modèles économiques grâce au numérique (jeux virtuels, serious games, Wikipédia site Internet, portail des aides, services publics en ligne, etc. ; coproduction de contenus, etc.) ?

Performance « territoires verts et connectés » : Comment les acteurs publics peuvent-ils aménager des territoires verts et connectés, qui soient à la fois attractifs pour les populations et contribue au dynamisme du tissu économique local : réglementation, fiscalité, micro-finance, économie solidaire, etc.

Usagers

Axe infrastructures

Axe services

Axe usages

Performance « terminaux » : Quels sont les avantages liés aux « green tech » pour les usagers (moins de risques sanitaires liés aux ondes, interopérabilité des systèmes de recharge ou de transfert, etc.)

Innovation « terminaux » : Quelles sont les innovations « vertes » disponibles pour les usagers ? en termes d’équipements, et de services ?

Innovation « écoconception » : Quels sont les nouveaux modèles à mettre en place en termes de services clients plus respectueux de l’environnement (recyclage, échange, etc.) par exemple via un eBay des TIC ?

Performance « services numériques » : quels sont les services numériques qui agissent en faveur du développement durable et comment mesurer leurs effets (dématérialisation, substitution à la mobilité, visioconférence, etc.)

Innovations
«
services numériques verts» : Quels sont les types de services en ligne permettant de compenser, de se substituer ou de réduire des nuisances environnementales ? (téléactivités, télétravail, e- commerce, marketing réseaux, création de labels, commerce équitable, entreprise solidaire, etc.)

Performance
«
écocitoyenneté numérique »

Comment les usagers utilisent les TIC pour contribuer à une Société plus responsable ? (greenmaping : référencement des zones à risque sur Google earth) ?

Innovation « usages numériques verts » : quels nouveaux usages ?

15Dans second un temps, il s’agit de comprendre en quoi les concepts fondateurs du développement durable peuvent être appliqués au développement numérique dans la construction de nouveaux modèles sociaux, économiques et politiques, en tenant compte davantage des enjeux écologiques.

  • 2 Annuaire du PNUE 2008, Tour d’horizon d’un environnement en pleine mutation.

16Partir des concepts du développement durable implique que les chercheurs se mettent dans la peau d’un écologiste, d’un agronome, d’un biologiste ou d’un géomorphologue, notamment pour mieux appréhender la question de l’empreinte écologique qui mesure l’impact des activités humaines sur les écosystèmes locaux et planétaires. L’annuaire du PNUE 20082 rappelle que l’un des objectifs à venir consiste à « réconcilier la science et l’élaboration de politiques impliquant notamment l’augmentation des investissements dans la recherche sur le climat, l’énergie, le développement de partenariats stratégiques en matière de connaissances ».

  • 3 VIVERET Patrick (2003), Reconsidérer la richesse, édition de l’Aube, La Tour d’Aigues.

17Plusieurs questions de recherche se posent, notamment sur les indicateurs et les mesures. Désormais, les indicateurs tels que le produit intérieur brut (PIB) ou l’indicateur de développement humain (IDH) ne sont plus suffisants. Il faut désormais intégrer sérieusement les coûts environnementaux pour pouvoir mesurer l’empreinte écologique des territoires et des activités humaines, et mesurer leur « taux de bonheur brut » (TBB). Dans son ouvrage « le pari de la décroissance, Serge Latouche reprend les propos de Patrick Viveret3 :
« aujourd’hui, les notions de production, d’activité, de richesse et de valeur doivent être impérativement réévaluées si nous voulons prendre pleinement en compte des enjeux sociologiques et sociétaux largement ignorés à l’époque où se sont construits les systèmes de comptabilité nationale et les indicateurs comme le PIB ».

  • 4 ARTUS Patrick, VIRARD Marie-Paule (2008), Globalisation, le pire est à venir, La Découverte, 164 p.

18La géographie mondiale et locale rebat ses cartes car pour la première fois les pays du Sud représentent désormais la moitié de la production mondiale et des réserves financières (fonds souverains). Les BRIC – Brésil, Russie, Inde, Chine – sont les nouveaux leaders de la croissance économique, financières mondialisée. P. Artus et M-P Virard4 parlent de la globalisation comme « une formidable machine inégalitaire qui pousse les feux des désordres de toutes natures, financiers, économiques, sociaux et environnementaux » (p.8). Ainsi, on se rend compte que la géographie de la filière TIC est intéressante puisqu’elle révèle que les équipements sont fabriqués dans différents pays du Sud Est (Chine, Inde), sont principalement consommés dans les pays du Nord, et sont retraités et recyclés dans les pays du Sud (Afrique, Amériques du Sud).

19L’histoire des Nations et les systèmes de valeurs des Sociétés se trouvent profondément mis en cause. Dans l’ouvrage Qu’est-ce que l’écologie politique, La grande transformation du XXIème siècle, A. Lipietz reprend l’histoire des crises écologiques et montre que « les mauvais rapports entre l’homme et l’environnement découlent le plus souvent et de plus en plus de mauvais rapports entre les hommes » (p.43). Ainsi, dans la relation « TIC et développement durable », le territoire se trouve directement concerné par l’empreinte écologique liée à l’implantation d’entreprises TIC (pression sur les ressources locales, pollution, etc.), de l’usage des TIC par les acteurs (consommation énergétique) et des services rendus par l’accessibilité aux TIC sur un territoire (substitution ou/et effet rebond des téléactivités).

20Les enjeux de gouvernance sont essentiels dans la régulation et l’aménagement durable des territoires. Politiques, mouvements associatifs et consortium d’entreprises dessinent de nouvelles cartographies d’acteurs. Au niveau politique, la Commission européenne joue un grand rôle dans la réglementation et dans les efforts de recherche consacrés à la promotion des TIC comme solutions pour réduire les risques climatiques et la consommation énergétique. Lorsque l’on s’intéresse plus particulièrement au secteur des TIC, on se rend compte que les équipementiers et les opérateurs se mobilisent : Google, Intel, IMB, HP, Dell présentent leurs engagements « verts » dans leur domaine. Reste à voir si leur discours d’intention sont suivis des faits, et dans quelle mesure cela contribue au développement durable des territoires. Les cartographies locales et internationales de ces acteurs restent à construire, à comprendre pour en mesurer ensuite les effets.

Premières contributions

21Les contributions reçues dans le cadre de l’appel à communication lancé par NETCOM permettent de dégager quatre axes de recherche. Le premier axe illustre le changement de paradigme de l’économie, en prenant les TIC comme un révélateur, voire un accélérateur de ce phénomène. Ainsi, l’économie numérique peut être revisitée par le prisme du développement durable. Marc Laget, économiste, propose une analyse générale des mouvements économiques et sociétaux, en prenant le numérique comme cause et conséquence. Fabrice Flipo, philosophe et technicien, rappelle les effets directs, indirects et de long terme liés au développement actuel et à venir des TIC, tout en évaluant l’empreinte écologique de la filière. Annick Schott adopte une démarche sociologique pour analyser les discours affichés sur Internet par de grandes entreprises, telles que Carrefour, Lafarge, L’Oréal et Sanofi-Aventis.

22Le deuxième axe interroge la position des acteurs publics pour adapter leur vision et leurs stratégies, à ces nouvelles questions. Et, il semble bien qu’aujourd’hui les politiques publiques se trouvent au milieu du guet, entre attentisme et anticipation, sur des sujets à la fois complexes et transversaux. A ces questions, les géographes ont répondu de trois manières différentes. G. Feyt, L. Collet, P-A. Landel et F. Papa, adoptent une approche « classique », en montrant que les acteurs publics peuvent envisager le concept de « durable » dans une logique de pérennisation des activités et de l’identité d’un territoire. Ils illustrent leurs propos par l’étude de cas de la Vallée de la Maurienne. C. Ullmann, quant à elle, présente les nouveaux enjeux qui se posent aux acteurs publics, soucieux d’allier « TIC et écologie » dans leurs stratégies d’action, et déclinent les types de projets territoriaux existants dans ce domaine. C. Gossart, va plus loin, en rappelant que les politiques environnementales appliquées au numérique, doivent anticiper tous les effets « rebond » ou « boomerang ».

23Le troisième axe montre que les TIC peuvent être utilisées comme des outils de suivi, d’information et d’optimisation dans différents domaines d’activités. Partant d’une approche classique, C. Blaquart et M. Driad présentent le rôle des TIC dans l’optimisation des dispositifs de logistique dans le domaine du transport. E. Lepy analyse également les TIC en tant que moyen, utilisé à des fins environnementales. Elle prend l’exemple de la prévention des risques climatiques et des accidents en Mer Baltique, et plus précisément dans le Golfe de Botnie. A. Peltier et M. Vidal font une analyse comparative, très intéressante, de la qualité des sites Internet publics, en charge de l’information des risques climatiques vers le grand public.

24Le dernier axe considère les TIC comme un canal de médiation, d’intermédiation entre les décideurs d’une part, et les usagers d’autre part. Ainsi, les TIC constituent un nouveau média utile à la gouvernance et à la prise de conscience collective. A. Chamaret et V. Reichel expliquent comment une application collaborative en ligne peut être un moyen de délibération entre différents acteurs, sur un projet commun. H. Martin-Brelot, quant à elle, prend le cas d’un projet de télévision locale qui diffuse des programmes écologiques dans un souci de sensibilisation des citoyens. M. Arnaud s’intéresse à un jeu vidéo mis en place par des collectivités locales, dans le but de fournir un canal ludique et interactif de sensibilisation des usagers aux préoccupations environnementales des territoires.

Haut de page

Notes

1 Chaire de Développement durable et TIC des Ecoles de Télécoms, soutenue par la Caisse des Dépôts et France Télécoms, Chaire de Développement durable de Sciences Po (www.developpement.durable.sciences-po.fr) Chaire Finance et développement durable de Dauphine (www.dauphine.fr/fr/relations-entreprises/chaires-d-entreprise/finance-et- developpement-durable.html), Chaire développement durable de Euromed marseille et de La Poste (www.laposte.fr) Chaire développement durable avec EDF (http://www.polytechnique.fr/partenaires/ent_chaires.php) Chaire Développement durable de l’Ecole de Management de Strasbourg.

2 Annuaire du PNUE 2008, Tour d’horizon d’un environnement en pleine mutation.

3 VIVERET Patrick (2003), Reconsidérer la richesse, édition de l’Aube, La Tour d’Aigues.

4 ARTUS Patrick, VIRARD Marie-Paule (2008), Globalisation, le pire est à venir, La Découverte, 164 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Ullmann, « Introduction : le rôle des sciences humaines dans la compréhension des rapports entre TIC et développement durable », Netcom, 22-3/4 | 2008, 179-188.

Référence électronique

Charlotte Ullmann, « Introduction : le rôle des sciences humaines dans la compréhension des rapports entre TIC et développement durable », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://netcom.revues.org/1617 ; DOI : 10.4000/netcom.1617

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org